Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > MA ANANDA MOYI

MA ANANDA MOYI

10 novembre 2012

pdf

Je suis MA ANANDA MOYI. Sœurs et Frères, permettez-moi, tout d'abord, de bénir votre Présence. Le sens de ma venue, en ce jour, s'inscrit comme une suite logique de ce que vous a exprimé UN AMI. Par mes mots, par ma Présence et votre Présence, nous allons nous installer là où n'existe plus de séparation, plus de division, là où est cette Paix, celle qui ne commence, ni ne finit jamais.

Ainsi donc, le Feu, celui de l'Amour, vient mettre fin au feu illusoire, au feu de la matière, au feu de la résistance, au feu de l'opposition. Le Feu originel (le Feu de l'Amour et de l'Esprit qui parcourait ma chair, lors de mon passage sur Terre), vous est, aujourd'hui, totalement accessible, totalement possible. Ce qui se déroule, sur Terre, n'est plus l'apanage de quelques saints ou de quelques êtres ayant réalisé le Soi, ou vécu l'Absolu, en incarnation. C'est le retour de la normalité qui doit vous montrer que ce qui était anormal était, bien, avant : tout ce qui concerne votre histoire, tout ce qui concerne l'impression de tenir quelque chose dans cette vie. La possibilité (pour beaucoup d'entre vous) d'Être Absolu, aujourd'hui, ainsi que les manifestations de l'Infinie Présence, va vous faire passer dans cette Béatitude et cette Extase où plus rien n'a de sens que, justement, Être cette béatitude et cette Extase.

Au Cœur du Cœur (là où il n'y a plus ni questions, ni réponses, ni même sens d'une personne ou d'une personnalité) se trouve le contentement permanent, comme je l'ai exprimé, manifesté, en incarnation. Tout cela est entièrement possible, pour vous tous, à chaque minute, à chaque souffle, que votre regard soit porté au-dedans de vous ou que votre regard concerne ce qui est au-delà de la vision. Le vrai regard n'est pas la vision. Il est, simplement, cette Paix inimaginable qui se produit, effectivement, dès l'instant où vous cessez toute quête, où vous réalisez (réellement et concrètement, comme vous le disait BIDI) que toute forme de connaissance n'est qu'une errance, n'est qu'une satisfaction de l'ego et de l'orgueil, en soi, qui veut maîtriser, s'approprier, comprendre. En déposant tous vos fardeaux, en acceptant de Voir, réellement, la Paix Suprême vous remplira, parce que c'est ce que vous Êtes. Plus que jamais, aujourd'hui, accompagnés par l'Ange URIEL, vous avez la possibilité de disparaître à vous-même, pour renaître à votre Vérité (ndr : voir les modalités d'accompagnement de URIEL dans la rubrique « protocoles à pratiquer / protocoles prioritaires »). Il n'y a plus besoin d'attendre, d'être de l'autre côté du Voile (qui n'existe plus, d'ailleurs). Il n'est plus besoin de réaliser des moments privilégiés mais bien d'être plus, entièrement et intégralement, installé dans le temps de votre présent et de votre Présence, dans le silence-même de la conscience. Parce qu'effectivement, dans le fait d'abandonner toute velléité ou toute propension à exprimer une conscience, se trouve la Vérité : cette Béatitude. Cette Paix qui est inscrite (comme au fer rouge, dans le corps et la conscience) comme un manque et qui est à la base de toute dynamique de recherche de satisfaction, d'équilibre, est déjà là. Et, je dirais, en quelque sorte, de plus en plus là, dès l'instant où vous acceptez de sortir de vos propres interrogations et de vos propres questionnements sur vous-même. Parce que vous-même, du point de vue où vous êtes, ne pourra jamais déboucher sur ce que vous Êtes, vraiment : il faut renaître, il faut ressusciter, il faut, enfin, simplement, Être. Et Être n'est pas dépendant d'une quelconque circonstance, d'une quelconque connaissance, d'un quelconque avancement. Bien sûr, certaines de mes Sœurs (et, en particulier, occidentales, je dirais) vous ont largement développé l'Humilité (ndr : voir, en particulier, les différentes interventions de THERESE DE LISIEUX:). UN AMI vous disait que cet état particulier doit faire cesser les mots de « comparaison », de « division », les paroles que vous exprimez sur les uns et sur les autres. Parce que c'est dans le Silence que vous devenez l'Autre, et, en aucun cas, en le critiquant, ou en l'encensant. Vivre l'Autre, vivre la Lumière, c'est disparaître à soi-même et disparaître au Soi : nous vous l'avons dit de différentes façons, nous vous l'avons proposé, avec différents outils.

Dorénavant, du fait de la Présence d'URIEL, cela est beaucoup plus perceptible. Et si, en définitive, vous avez l'impression de buter sur quelque chose, rappelez-vous que ce n'est que vous-même qui résistez (même en proclamant exactement l'inverse), et que les résistances et les peurs qui sont inscrites dans cette histoire éphémère que vous croyez être, sont les meilleurs freins à ce que vous Êtes, vraiment. En ces temps si particuliers, nous vous avons souvent dit que ce n'est certainement pas vous qui disparaissez, mais toutes les illusions. Alors bien sûr, si vous vous tenez du côté de l'illusion, vous ne pourrez que constater que vous n'y êtes pas. Et, ne pas y être, c'est envisager, déjà, une distance à parcourir, un chemin à parcourir, une ascèse à effectuer. Rien de cela ne vous conduira à ce que vous Êtes. Alors bien sûr, certains Yoga, certains enseignements, vous ont permis de vivre états et expériences où la Paix était présente. Mais si vous êtes en résistance, bien sûr, vous n'avez pas fait de l'expérience de la Paix votre quotidien. Et, pour le faire, il faut disparaître, en totalité. Des éléments importants vous ont été donnés par celui qui se nomme BIDI, ainsi que par les Archanges, et nous-mêmes. J'ai envie de dire qu'aujourd'hui vous n'avez rien d'autre à faire qu'à vous poser, Être là. Quoi que vous fassiez de votre vie ordinaire, soyez toujours là et Présent, au-delà de l'action que vous menez. Et la Paix naîtra, non pas simplement en tant qu'expérience mais bien comme la manifestation (profonde, ici-même, sur ce monde) de votre nature. Et vous êtes en Paix. Et quand vous êtes en Paix, que pouvez-vous désirer ? Que pouvez-vous rechercher ? Que pouvez-vous demander ou croire ? La Paix est la réponse : elle est toutes les réponses. Parce que, dans Shantinilaya, tous les jeux ont cessé, toutes les interactions ont cessé, et toutes les projections ont cessé. Même quand vous vous servez de ce corps (pour faire ce que vous avez à faire), quoi que vous fassiez, vous demeurez en Paix. Être en Paix, c'est, déjà, ne plus se projeter : ne plus se projeter dans un avenir, dans quelque relation que ce soit, ne pas imaginer ou supposer ce que va penser, l'autre (ou dire, l'autre). C'est continuer à vivre la vie ordinaire, tout en étant soi-même dans l'extraordinaire. Cet extraordinaire, bien sûr, est là, de toute Éternité, mais c'est le raffinement, quelque part, de votre conscience, qui vous y a apporté, préparé, ou fait vivre.

Le sens de mes mots est surtout de vous dire que même si, jusqu'à présent, il ne vous a pas semblé vivre d'expériences ou d'états, qu'il vous faut dépasser ce que vous n'avez pas vécu (d'états ou d'expériences), non pas pour espérer le vivre, mais bien pour vous établir, réellement, dans votre impermanence, dans votre Absolu. Ne voyez jamais cela (comme cela a été dit) comme un objectif, comme un chemin à parcourir mais comme, simplement, une évidence qui a toujours été là et qui a été Voilée, par l'habitude, par la personne elle-même, par les obligations de ce monde. Retenez, surtout, que, de plus en plus, tout est là, omniprésent, frappant à votre porte. Et que si vous percevez encore une distance ou un fossé entre ce que nous vous disons et ce que vous Êtes, c'est que vous n'êtes simplement pas passé au bon endroit et que vous espérez acquérir, au sein de la personnalité, un pouvoir, un avantage. Jamais la personnalité n'obtiendra cela. Plus que jamais, il vous faut conscientiser, comprendre, saisir et accepter, que seul si vous mourez à vous-même, vous renaîtrez. Il n'y a pas d'autre possibilité.

Alors, les circonstances de la Lumière et de la vie font que nombre d'entre vous ont été appelés, de différentes manières (même par la souffrance de ce corps), à réaliser ce que vous Êtes. Le réaliser n'est pas une réalisation inscrite dans un temps ou dans un espace donné, mais c'est une réalisation instantanée et immédiate, dès que vous acceptez, réellement, sincèrement, de mourir à vous-même. Mourir à soi-même n'est pas un suicide, encore moins un déni de la vie, mais c'est vivre la Vraie Vie. Vivre la Vraie Vie ne peut s'accompagner d'une manifestation de la conscience ordinaire. Celle-ci vous sert à vivre l'ordinaire. Elle est utile, tant que vous êtes présent, ici, pour les actes quotidiens et habituels de la vie. Mais aucune habitude, aucun acte de votre vie, ne peut vous conduire à ce que vous Êtes, en Vérité, excepté mourir à soi-même. Ce « mourir à soi-même » est bien plus intense que ce que nous avions employé comme expression, voilà quelques mois, concernant l'Abandon du Soi. Parce que dans Abandon du Soi, même s'il y a tension vers l'Abandon, il y a encore l'expression, bien sûr, d'une forme de personnalité (comme cela avait été parfaitement décrit par ma Sœur HILDEGARDE) (ndr : voir son intervention du 25 octobre 2010). Mais, aujourd'hui, les circonstances environnementales, les circonstances de la conscience, et de la Terre, elle-même, vous placent face à ce qui pourrait vous sembler (du point de vue de la personnalité) comme un défi ou une urgence. Mais ce défi et cette urgence ne sont pas là pour contrarier autre chose que la personnalité éphémère. On peut dire que, de plus en plus, plus les jours vont passer (de votre temps Terrestre), plus vous allez avoir de facilité à être ce que vous Êtes. Mais, pour cela, il vous faut sortir de vous-même : il ne faut plus adhérer à une quelconque peur, il ne faut plus adhérer à une quelconque illusion, tout en acquiesçant au fait de le vivre. La Demeure de Paix Suprême, comme nous vous l'avons dit, est notre Essence Commune, notre nature profonde, bien au-delà d'une simple expérience, d'une simple méditation.

Vous allez fréquemment constater que la Demeure de Paix Suprême est là. Et qu'elle est d'autant plus là que vous la laissez Être, jusqu'au moment où il n'y aura plus de séparation entre votre conscience et la Demeure de Paix Suprême : vous ne serez plus une conscience, vous deviendrez la Demeure de Paix Suprême (chose que j'ai largement montrée, lors de mon passage sur Terre). Alors, bien sûr, la personnalité trouvera toujours quelque chose à redire : que c'est une perte de temps, que vous n'y êtes pas, que vous n'y serez jamais, qu'il existe des obstacles, des contraintes, des obligations. Mais rien de tout cela ne pourra tenir bien longtemps devant la Demeure de Paix Suprême que vous Êtes. Et là, ce sera à vous de choisir, et à vous de décider, quoi nourrir, quoi alimenter. Même si cela ne vous apparaît pas clairement, de prime abord, vous constaterez très vite que vous ne pourrez faire autrement que d'acquiescer ou de refuser.

Il n'existe pas de désir, au sein de la personnalité, qui puisse vous conduire à la Demeure de Paix Suprême : rien de votre personnalité ne peut, d'ailleurs, vous y conduire. Ce n'est qu'en disparaissant de vous-même, que se fera jour, non plus simplement un état, une expérience (avec son souvenir), mais, bien plus, l'état (permanent, stable) de ce que vous Êtes. L'intensité de la manifestation des Éléments (en vous, comme sur Terre) n'a qu'un seul but et c'est celui-là : vous faire découvrir ce que vous Êtes : la Demeure de Paix Suprême. Seule la personne a peur. Seule la personne cherche. Seule la personne s'interroge. Cela deviendra votre vécu, non plus seulement un modèle ou une croyance, ou une expérience, mais un vécu permanent qui n'attend, de votre part, que votre propre disparition. Faire disparaître le sens de la personne, faire disparaître la perception du corps, faire disparaître toute projection de la conscience elle-même, tout jugement (parce que le jugement sépare), toute adoration (parce que l'adoration vous sépare, aussi). Même si, bien sûr, dans la tradition de mon pays de passage (ndr : l'Inde), cela était une constante, mais les circonstances temporelles n'étaient pas les mêmes.

Vous ne pouvez (et vous le conscientiserez, de plus en plus) devenir Lumière, parce que vous l'Êtes déjà. Vous ne pouvez chercher la Libération, parce que vous l'Êtes déjà. Bien sûr, la personnalité ne peut le croire (ni même l'accepter) mais, par contre, elle le cherchera toujours, vous éloignant toujours plus de ce que vous Êtes. Laissez œuvrer la Lumière, laissez œuvrer ce qui se joue dans votre corps. Que vous le nommiez Temple ou sac ne change rien. Ce qui vient n'est pas une expérience, ni même un apprentissage (comme vous l'avez mené, durant ces années, pour beaucoup d'entre vous). Ce qui vient est radicalement nouveau, radicalement inédit. Cela est déjà là parce que vous l'Êtes, de toute Éternité. Mais la présence d'une conscience collective (ou d'une illusion collective) l'empêche encore de se révéler, totalement, à vous. À vous de savoir si vous voulez participer à l'illusion collective, ou pas. Et, encore une fois, ce n'est pas en dénonçant cette illusion collective que vous trouverez la Vérité. La Vérité est en vous, de toute Éternité, et elle n'est aucunement dépendante de quelque circonstance que ce soit. Simplement, le travail que vous avez accompli (et que nous avons accompli, avec vous) a changé les conditions de l'illusion collective. Alors, bien sûr, vous entendrez parler de Réveil de la conscience, au niveau collectif. Vous entendrez parler, de plus en plus, de changement de la conscience, d'un Âge d'Or. Mais tout ceci ne sont que des projections de la conscience. Le seul Âge d'Or, c'est vous-même. Et cet Âge d'Or, en vous, est indépendant de toute manifestation d'interaction de consciences (sur la Dimension où vous êtes, comme dans toute autre Dimension). Il n'y a que la personnalité qui croit et espère mener à bien des histoires qui n'en finissent pas, avec une illusion de progression, d'amélioration.

Ce qui est parfait, à l'origine, ne peut pas être moins parfait, au final : ce qui est parfait le reste et le demeure, et ne peut être altéré. Or, vous êtes parfaits. La grande révolution, elle est là. Et il vous faut dépasser et transcender, états, expériences, histoires, monde (celui-ci, comme tous les autres). Si vous voulez être plein : faites le vide, non pas en rejetant quelque élément de ce monde (comme de tout autre monde). Rappelez-vous qu'il y a de très nombreuses vérités. Elles sont des vérités relatives, qui sont fonction, uniquement, de l'emplacement où vous êtes. Mais il n'y a qu'une Vérité Absolue. Pour cela, il vous faut ne plus être inscrit dans l'éphémère, en conscience. Changer de regard, de point de vue, non pas par un acte de volonté mais bien en voyant, clairement et lucidement, les choses. Cette réfutation, maintenant, n'est plus à mener (comme disait BIDI), mais c'est la Lumière elle-même, qui réfute l'illusoire, non pas en agissant contre, mais en s'installant. Ce que vous voyez dans vos Cieux, ce que vous voyez en vous, ce que vous voyez des Éléments, ce que voyez de la Lumière, Est la Vérité Absolue. C'est comme si (en prenant cette analogie) vous captiez une certaine bande de fréquences, et la seule réalité possible et connue était liée à cette gamme de fréquences, avec ses limites. Et puis, là-dessus, se superpose une gamme de fréquences nouvelle, qui n'a plus de limites, et qui, surtout, vient faire disparaître les limites antérieures. Rappelez-vous que vous ne pouvez rien emmener de votre histoire, parce que chaque fois que vous renaissez, l'histoire passée n'existe plus. Mais là, la renaissance qui est là est une vraie Résurrection. Non pas de vos mémoires passées (même si elles s'actualisent en vous), mais bien la mémoire de ce que vous Êtes, réellement et véritablement, au-delà de toute incarnation, de toute réincarnation, de toute loi, même, de causalité. Ce qui se déroule dans ce corps se déroule aussi dans votre conscience. Ce qui se déroule sur ce monde, se déroule, de la même façon, en vous : la mise à mort de toutes les illusions, et de tous les éphémères.

Regardez bien ce qui est éphémère, non pas pour vous y accrocher mais bien pour vous en séparer, non pas comme un acte de volonté qui voudrait mettre fin à telle relation, à telle personne ou à tel monde, mais bien comme celui qui vit, réellement, la fin de l'illusion. Or, la personnalité ne voudra jamais reconnaître sa fin, ni l'illusion de ce qu'elle vit. C'est bien donc un changement d'emplacement, un changement de regard. C'est donc bien un changement de point de vue, qui n'est pas le point de vue d'une pensée mais bien le point de vue de la conscience elle-même. La particularité de ce nouveau point de vue, c'est qu'il peut s'accompagner aussi de la disparition de tout point de vue, beaucoup plus aisément, beaucoup plus facilement. La disparition de tout point de vue permet de vivre la délocalisation définitive d'une forme, d'une conscience ou d'un état, et vous installe dans cet Absolu, dont le témoin est Shantinilaya. Shantinilaya ne sera jamais une projection ou une expression de la conscience, parce que c'est un état qui est retrouvable à volonté. Il peut même être permanent. C'est ce qui est derrière la conscience qui le décide : ce n'est pas vous, ni la Lumière, qui le décidez. Ainsi donc, le jeu des interactions, des résonances, des oppositions et des juxtapositions, le jeu de toutes les consciences, vous apparaît. Et c'est en voyant le jeu de toutes les consciences que vous perdez le sens de l'identité, et que vous vivez la Résurrection.

Les circonstances du monde illusoire deviennent, par l'action des Cavaliers, de plus en plus perturbées. Mais cela ne doit (comme vous le savez), en aucune manière, vous affoler, ou vous faire rechercher une quelconque date, postérieure, mais c'est bien un encouragement à laisser ce que vous Êtes, Être, au-delà de toute apparence, de toute illusion et de tout Éphémère. La Lumière qui a été vue, la Lumière qui a été vécue, doit laisser place, en totalité, à ce que vous Êtes, c'est-à-dire, la Lumière elle-même, non plus une conscience qui est localisée, non plus une conscience qui est tributaire d'une forme ou d'une multitude de formes, mais qui en est totalement affranchie. Gardez présent aussi, que même si cela vous semble trop éloigné de ce que vous Êtes (dans cette personne), n'en concevez aucune affliction, ni aucune souffrance, parce que il y a, dans le déroulement de l'illusion du monde, un mécanisme final qui est enclenché. Ce mécanisme final ne concerne que l'illusion mais ne concerne pas la Vérité, bien au contraire. Seul disparaît ce qui est apparu un jour, et qui est la conscience. Ce n'est pas la disparition de la Vie mais son apparition, bien au contraire, qui est là.

Il n'y a pas de meilleure attitude, comme vous le disait et répétait UN AMI, que de « rester Tranquille », que de vous immerger dans la Paix (ndr : voir, en particulier, son intervention du 2 juillet 2012). Parce que la Paix est la ressource : il n'y en a pas d'autre. Dans la fin finale de l'illusion de ce monde éphémère, seule la Paix est Éternelle. Cette Paix Suprême (qui ne dépend, je vous le rappelle, d'aucune circonstance et, encore moins, des circonstances temporelles de l'illusion, encore moins, de votre personne) est le seul Ultime, le seul Absolu, et la seule Vérité qui appartienne à tous, parce qu'elle est Absolu, elle aussi. Plus le temps de ce monde s'écoule, plus il vous approche du non-temps, du non-espace, de la non-projection, et de la non-conscience (ou a-conscience). En définitive, la Demeure de Paix Suprême a toujours été là, mais elle deviendra de plus en plus sensible, dès l'instant où tout le reste (absolument tout le reste) est laissé pour ce qu'il est, c'est-à-dire éphémère et illusoire, même s'il faut le vivre, même s'il faut y accomplir certaines tâches, certaines actions, certaines interactions.

Vous allez, de plus en plus, réaliser qu'il n'y a pas de distance, qu'il n'y a plus de séparation. Mais vous allez aussi constater que cela sera, de plus en plus, l'un ou l'autre : soit la personnalité disparaît et la Paix grandit, soit la Paix s'éloigne et la personnalité se renforce, traduisant, par là-même, le besoin d'exister, c'est-à-dire de se tenir en dehors de la Vérité, de se tenir en dehors de la Paix Suprême. Cela vous donnera à voir, avec de plus en plus de clarté, de réalité, là où vous Êtes, et là où vous n'êtes pas. N'en concevez ni inquiétude ni satisfaction, parce que là où vous Êtes est très exactement la bonne place. Et que si la Demeure de Paix Suprême ne vous apparaît pas, pour l'instant, n'oubliez pas que vouloir lutter pour acquérir cela, est impossible parce que c'est déjà là. Alors, allez votre chemin, et laissez œuvrer, à votre façon, à ce moment-là, la Lumière. Mais ne nourrissez pas votre personnalité avec le sens d'une quête ou d'une recherche, ne nourrissez pas l'Éphémère en s'appuyant et en vous appuyant sur l'Éphémère. La Demeure de Paix Suprême n'est pas un acquis : c'est inné. C'est simplement les circonstances des éléments de ce monde (et de toutes les couches illusoires) qui changent, du fait de la Libération de la Terre.

Vous avez juste à suivre les lignes de moindre résistance. Et les lignes de moindre résistance sont celles où la personnalité ne peut être présente. Oubliez-vous vous-même. Disparaissez à vous-même, et vous verrez, par vous-même, ce qu'il en est. Mais n'en faites pas un objectif parce que cela est instantané. N'en faites pas, non plus, un but, ni même une finalité, parce que cela se passe ICI et MAINTENANT. L'action et la Radiance de l'Ange URIEL est prépondérante (comme vous le savez) pour vivre cela. Laissez simplement la Paix grandir, en vous : laissez-la prendre toute la place. Il n'y a pas d'autre moyen que de s'effacer soi-même. Voilà les quelques réflexions qui font suite aux propos d'UN AMI.

Et je pense que nous avons encore le temps d'ouvrir un espace de questions, concernant, exclusivement, ce que je viens d'énoncer, et à vivre, dans les espaces de vos questions, cet état de Paix Suprême, au-delà de tout état.

Question : quelle différence existe-t-il entre s'installer dans la Paix et Shantinilaya ? ?
C'est très simple : quand Shantinilaya est ce que tu Es, il n'existe plus de question, plus d'interrogation, plus de sens à quoi que ce soit, parce que tu es devenu toi-même le sens : le monde n'existe plus, et pourtant, il est là. Dans la Demeure de Paix Suprême, il n'y a aucune conscience séparée, il n'existe donc aucun sens d'une identité (même si celle-ci peut encore être présente, pour certaines actions). Mais ce n'est plus cette personnalité qui décide, qui dirige, mais c'est la Demeure de Paix Suprême. L'expérience de la Paix n'est pas la Demeure de Paix Suprême. L'expérience de la Lumière ne suffit pas à Être Lumière. Il faut sortir de l'expérience (qui s'est inscrite dans un cadre temporaire, à un moment donné de la vie) pour entrer dans l'Éternité du Présent : c'est sortir de cette croyance, inscrite chez tous, qu'une succession d'expériences et d'états va vous mener à vivre ce que vous Êtes. Bien sûr, ce sont des aiguillons et des guides. Mais Shantinilaya c'est cette Extase permanente, qui n'a que faire des circonstances du monde et, même, de ta propre vie (qui n'existe plus). La Paix est un état qui peut arriver quand les circonstances s'y prêtent (Intérieures comme extérieures). Shantinilaya n'a que faire des circonstances, Intérieures ou extérieures. Cette Béatitude est l'état normal de l'Être, au-delà de l'incarnation et de toute forme.

Nous n'avons plus de questionnement. Nous vous remercions. ?
Au travers de ce qui est à Être, je terminerai par ces mots : je Suis celui que je Suis, mais je Suis aussi chacun d'entre vous, dans la même Unité, dans la même conscience, dont le support est Shantinilaya.

Sœurs et Frères, en humanité, l'Amour - Lumière Est, de toute Éternité. Alors, que ma bénédiction et la vôtre s'unissent, dans le même élan, dans la même Paix. Je suis MA ANANDA MOYI, je suis vous, en chacun. Je vous dis à une fois prochaine.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page