Autres Dimensions

Sois qui tu es

NO EYES

24 novembre 2012

pdf

Je suis NO EYES. Que le Souffle du Grand Esprit nous accompagne. Ce que je vais tenter d'exprimer, parmi vous, je vous demande de ne pas y voir simplement les mots que je vais essayer d'employer mais, bien plus, d'en approcher, en quelque sorte, le vécu. Ce que je vais dire peut représenter une suite à ce que vous a dit ma Sœur MA ANANDA, voilà quelque temps (ndr : intervention de MA ANADA MOYI du 10 novembre 2012). Cela concerne ce qui a été appelé (et cela s'y rattache) les différentes « visions » : la vision de l'œil (que je n'avais pas), la vision éthérique (bien supérieure à la vision nommée astrale) et surtout, la Vision du Cœur.

Cette Vision du Cœur ne dépend pas d'un organe sensoriel. Cette Vision du Cœur n'est absolument pas liée, d'une manière ou d'une autre, à la clairvoyance, parce que ce qui est vu ne l'est pas sous forme de couleurs, d'identités, de circonstances. C'est une vision qui se fait sans ce qu'on appelle, couramment, « le voir ». Cette vision-là n'est pas une émanation de la conscience au travers un sens, fût-il subtil. Cette vision du Cœur vous amène à vivre que tout ce qui vous apparaissait, avant qu'elle ne soit présente, comme extérieur à vous, cette fois-ci, devient Intérieur à vous. C'est dans cette vision du Cœur, dans, à proprement parler, sa manifestation, que peut se trouver la résonance et le lien avec ce que les Archanges vous ont nommé comme Infinie Présence ou Ultime Présence. Voir avec le Cœur, n'est pas avoir du Cœur ou manifester le Cœur. Voir avec le Cœur nécessite, en quelque sorte, un oubli de soi, un oubli de notre vie, afin d'être au service, totalement, de ce qui ne nous concerne pas, au sein de la personnalité, et qui donne à voir au-delà des apparences, au-delà de l'organe sensoriel et surtout, au-delà de toute visualisation ou de toute représentation. Voir avec le Cœur, s'est se rapprocher du cœur du Cœur. Ce n'est pas encore vivre le cœur du Cœur mais c'est en vivre les mouvements, les fluctuations. C'est s'approcher de ce qui est pas connu et qui rejoint le mystère du Grand Esprit. C'est ce qui rejoint la possibilité de vivre une Communion avec les Éléments et de vivre, aussi, cette même action des Éléments, dans leur dissolution à l'Intérieur de l'Éther.

Voir avec le Cœur est, en quelque sorte, la cessation (ou le début de la cessation) d'un mécanisme de préhension de la conscience, situant un objet, ou une conscience comme extérieur à soi ou comme Intérieur à soi. Voir avec le Cœur nécessite de disparaître à soi-même, de ne plus chercher à voir (ni avec les yeux, ni avec le troisième œil, ni l'Éther) mais bien à dépasser tout ce qui est perçu. Parce que, quand vous dépassez et vous transcendez tout ce qui est perçu, alors vous découvrez que vous pouvez voir sans les yeux, voir sans organe et voir autre chose que ce qui est connu. Ce Voir-là ne s'embarrasse pas de représentations colorées ou d'identification de quoi que ce soit. Ce Voir-là, ce Voir du Cœur, est un mécanisme intime qui est réellement le fait de faire disparaître toutes les limitations et tout sens d'une conscience différente de la Grande Conscience du Grand Esprit et, en définitive, juste après, du Grand Tout, que vous nommez Absolu ou Parabrahman. Vous ne pouvez voir avec les yeux et voir avec le Cœur. Vous ne pouvez rester dans la vision éthérique et voir avec le Cœur, même si cela peut apparaître comme une suite logique. Voir avec le Cœur, c'est donc voir avec la Vérité, voir au-delà de l'œil, voir au-delà de ce qui distancie et sépare. C'est se laisser traverser, laisser venir à soi, ne plus exprimer à l'extérieur de soi, une quelconque vision. Ce Voir-là n'est pas seulement un ressenti, comme vous pourriez avoir tendance à le croire ou à l'imaginer. Ce Voir-là, n'a rien à voir avec la vue, parce que ce qui est vu sera, d'une manière comme d'une autre (que cela soit la vision des yeux, la vision éthérique ou la clairvoyance), toujours tributaire de séparations des différentes consciences, des différentes formes, de différentes couleurs. Voir avec le Cœur, c'est donc voir au-delà des couleurs, au-delà des formes. C'est, quelque part, rejoindre, déjà le Grand Esprit. Ce Voir-là est effectivement, relié à un état de la conscience. État de la conscience qui se dirige vers sa résolution : cette résolution qui est une disparition de tout sens d'être une identité, d'être une forme, d'être ici ou d'être ailleurs. Je dirais que Voir avec le Cœur, c'est Être de partout à la fois et voir, en quelque sorte, avec n'importe quel œil mais ne pas être tributaire de cet œil.

Voir avec le Cœur fait éprouver la résonance qui se produit dans la conscience elle-même, quand celle-ci devient Transparente, totalement. Voir avec le Cœur, c'est ne plus avoir de limites (de la conscience comme du corps), c'est ne rien arrêter, ne rien accaparer, ne rien projeter, ne rien demander. Voir avec le Cœur, c'est, comme je l'ai dit, disparaître : disparaître au sens même d'être un être, ou d'être un Soi. Et quand vous disparaissez, totalement, de l'apparence, de tout sens et de toute conscience, alors la Vision du Cœur peut se compléter. Cette Vision du Cœur n'est pas une vision qui sépare, qui discrimine, qui juge. Elle se contente d'être dans la neutralité la plus totale, qui ne projette rien, qui ne pense rien, qui n'imagine rien et qui n'est, surtout, pas une réaction. Voir avec le Cœur, c'est le moment où peut se vivre, dans la conscience elle-même, ce sentiment de Basculement, de Retournement, où vous perdez tous les repères habituels et usuels de votre vie, que cela soit l'emplacement d'une des parties de votre corps, que cela soit la perception d'un corps ou d'un environnement. C'est le moment où il n'y a plus besoin de voir. Voir avec le Cœur, est une impression et cette impression ne concerne aucunement ce qui est appelé la vue, et ne concerne aucunement ce qui est appelé la clairvoyance. Voir avec le Cœur, c'est voir aussi bien les détails que l'essence de ces détails.

Pour voir avec le Cœur, il faut ne rien vouloir, ne rien désirer, ne rien demander : simplement, être là, en Paix, laisser se vivre ce qui se vit, sans rien chercher. À cet instant-là, vous vous apercevez que vous voyez, effectivement, bien au-delà du sens commun de la vision, bien au-delà, même, du sens spirituel de ce qui est appelé une vision, parce que vous voyez l'ensemble du décor, l'ensemble de ce qui se joue. Parce que vous voyez que tout cela se joue, non pas à l'extérieur mais en vous, réellement, concrètement, physiquement. Voir avec le Cœur, c'est ne plus être tributaire d'une forme, de quoi que ce soit d'autre que de cette Transparence. La Transparence donne la Vision, la Vision du Cœur, celle qui est une impression directe, qui ne traduit pas un jugement et encore moins une discrimination, mais bien qui vous donne à voir l'état réel de ce qui est, non pas regardé, mais qui nous traverse. C'est ainsi que dans mon passage sur Terre, j'ai pu donner beaucoup d'éléments concernant le Nouveau Monde.

Ce que vous devez comprendre, c'est que cette Vision du Cœur ne survient, effectivement et concrètement, que quand vous acceptez que tout ce que vous voyez avec les yeux, comme avec la clairvoyance, comme avec la vision éthérique, n'a qu'un temps. Voir avec le Cœur, c'est voir hors du temps, c'est voir hors de l'apparence, hors des couleurs, hors des formes. C'est une impression. Cette impression n'est pas soumise au filtre de la personnalité, n'est pas soumise au filtre de ce qui vous est connu mais s'impose d'elle-même, par la possibilité que vous avez à vous maintenir dans cette attitude de passivité, de Transparence et d'Humilité. L'intérêt, s'il y en a un, de la Vision avec le Cœur, n'est pas d'apporter une solution (même si cela est possible) à quoi que ce soit, de là où vous êtes, mais vous donne à voir la Vérité et cette Vérité est une grande Joie.

Et Voir avec le Cœur, c'est le moment, en quelque sorte, où vous approchez tellement du centre du Centre. C'est le moment où vous vous dirigez, par le Passage de la Porte Étroite, vers votre propre Résurrection. C'est le moment où la poitrine sent le Souffle du Grand Esprit, comme un tremblement, une Vibration intense. Et c'est le moment où même cette intensité semble disparaître, pour vous faire apparaître la Vérité. Cette Vérité est une grande Joie, elle n'a pas besoin de s'exprimer en mots et elle est, d'ailleurs, le plus souvent, incommunicable en mots (la vision éthérique le permet mais pas la Vision du Cœur). La Vision du Cœur rejoint ce qui est appelé, dans diverses traditions, la Chambre intime du Cœur (la plus proche du Centre) et qui est, en fait, l'association de deux points précis de la conscience, transfigurés et résolus, qui sont le chakra du Cœur et ce qui est nommé le thymus, ou que vous nommez le Point ER de la poitrine (9ème Corps) (ndr : voir les schémas ci-dessous). C'est l'endroit où se rayonne ce que vous Êtes, et c'est l'endroit où est perçu ce que vous Êtes, dans l'Infinie Présence, et qui est, en quelque sorte, l'Ultime limite, l'Ultime Passage de l'éphémère à l'Éternité.

Voir avec le Cœur, donne à voir l'Éternité, donne à voir, comme je l'ai dit, au-delà de toute apparence et de toute forme, comme de toute couleur. Et voir ainsi, apaise, vous remplit de Paix, de gratitude, de bien-être. C'est le moment où peut se révéler (et se révèle, d'ailleurs, de plus en plus) l'Infinie Présence qui confine, de par l'action-même de la Transparence qui s'établit, à ne plus résister, ne plus s'opposer, ne plus voir autre chose que ce qui sous-tend les Mondes, les manifestations. C'est saisir, enfin, réellement, et vivre, réellement, l'Unité, où l'autre ne vous apparaît plus comme quelque chose extérieur à vous, mais bien, présent, réellement, en vous. En reprenant une phrase que j'aime beaucoup (prononcée, en Occident et en Orient, par le CHRIST), cette phrase qui est simplement « de redevenir comme un enfant pour renaître », mais aussi de dire que « l'essentiel est invisible pour les yeux » et ne sera jamais accessible aux sens, ni même à une conscience que vous nommeriez élargie. Voir avec le Cœur, c'est faire cesser tout sens, c'est accepter de disparaître à toute illusion, de disparaître à tout éphémère, pour ne garder que quelque chose de beaucoup plus vaste, beaucoup plus vivant et, surtout, ne dépendant d'aucun sens et d'aucun filtre. Voir avec le Cœur, c'est voir l'évidence, c'est voir l'Unité, réellement, la vivre, par la Transparence de sa chair.

Voir avec le Cœur, c'est voir que rien de ce qui est extérieur ne peut exister si vous ne l'avez pas imaginé, recréé ou projeté. Voir avec le Cœur participe à la Libération et à la Liberté, parce que dans ce Voir-là, justement, il n'y a pas de discrimination, il n'y a pas de séparation, il n'y a pas de projection de la conscience, ni de réception d'une autre conscience. Voir avec le Cœur, c'est aller au plus proche de cet indicible, c'est sentir la Porte Étroite qui s'entrouvre. C'est aussi mettre fin, définitivement, au fait d'être subjugué par l'Attraction et par la Vision, parce que nous savons tous que, sur ce Monde, la beauté du Soleil, la beauté des arbres, la beauté d'un Frère ou d'une Sœur, est relayée par les sens, par l'ensemble des sens. La Vision du Cœur n'a que faire de ces sens-là. Elle va au-delà même du sentiment de voir les choses reliées à leur Unité. Voir avec le Cœur, c'est, réellement, le moment où vous n'existez plus, où vous disparaissez, totalement, où vous n'avez plus le sens d'être une quelconque personne (ni vous, ni celui qui est vu) mais vous êtes, indiscutablement, à la fois les deux, sans être l'un des deux ou la somme des deux.

C'est ressentir ce tremblement et ce Feu dans la poitrine, et c'est disparaître, soi-même, dans cette Vision du Cœur. C'est le moment où il n'y a plus besoin de représentation. C'est le moment où il n'y a plus besoin de se nourrir par les sens mais, bien plus, de se nourrir de cette Infinie présence qui est, je vous le rappelle, un moment de grande Joie et de fluidité, même si cela n'est pas encore l'Absolu, même si (comme vous l'ont si bien abordé nombre d'Anciens) cela est inaccessible aux sens, inaccessible à la perception. C'est justement la cessation de tout ça qui permet de voir clair avec le Cœur. Vous n'êtes pas sans ignorer que ceux de nos Frères et Sœurs qui n'ont pas la vue (que cela soit lors de leur naissance ou plus tard, quelle qu'en soit la cause) développent, très facilement, d'autres sens, qui peuvent pallier l'insuffisance de ce sens. Eh bien, la Vision du Cœur, c'est la disparition de tous les sens. Et ce qui vient pallier à cet arrêt de tous les sens, c'est, justement, ce qui vous approche, le plus, du cœur du Cœur, ou du centre du Centre, ou, si vous préférez, qui vous fait traverser cette Porte Étroite.

Voir avec le Cœur, n'est pas comparable avec toute autre vision. Parce que cette Vision-là est une Vision de l'Intime, vous donnant à voir, en quelque sorte, non pas seulement les fils qui animent les consciences et les circonstances, c'est ne pas voir, non plus seulement, la main qui anime les fils, mais c'est voir au travers de tout ça. C'est une impression, et non pas seulement un sens : une impression qui ne laisse place à aucun doute, qui ne laisse place à aucune interrogation, à aucune interprétation. Et, ainsi, la Vision du Cœur vous fait voir la Vérité. Et cela ne peut apparaître tant que les sens sont en action. Vous connaissez, bien sûr, tout cela, à travers ce que vous nommez « la méditation ». La fin de l'expérience des sens, quels qu'ils soient, ne vous prive pas de quoi que ce soit, bien au contraire. Et vous savez, pour ceux d'entre vous qui le vivent, que c'est les moments où disparaissent l'ensemble des perceptions liées aux sens, liées à la conscience, liées à la Vibration elle-même (où qu'elle soit), qui réalisent cette approche (si je peux le dire de cette façon) de l'Absolu. La grande problématique de la conscience c'est qu'elle est tributaire, justement, des perceptions. Cette perception ne peut exister que si ce qui est regardé est conçu comme extérieur, et donc, distinct. Alors que la Vision du Cœur s'établit dès qu'il n'y a plus, justement, de distinction, de division ou de séparation, en soi comme à l'extérieur de soi.

Voir avec le Cœur, vous pouvez, aussi, vous le représenter (ou vous l'imaginer) comme une connaissance que je nommerais directe, c'est-à-dire qui n'est pas échafaudée (par des idées, par des pensées) mais qui s'installe d'elle-même (ne prêtant aucunement ni à confusion, ni à discussion, ni à possibilité d'erreur). Voir avec le Cœur, c'est accepter de ne plus voir, de ne plus sentir, de ne plus ressentir, de ne plus avoir le sens, même, d'une existence, dans un corps, dans une forme, ou dans quoi que ce soit. Si vous arrivez à vous approcher, je dirais, de la périphérie de ce cœur du Cœur, alors, vous disparaissez, réellement. Ce qui disparaît est tout : la totalité de ce qui est éphémère, lié aux sens, lié, aussi bien au bruit qui passe, qu'à une vision qui passe, ou qu'à n'importe quel autre sens.

Et c'est dans cet état-là, dans cette neutralité, que vous êtes réabsorbé dans ce qui peut s'appeler, indifféremment : le Grand Esprit Originel, l'Absolu, la a-conscience, d'où tout vient, et où tout revient (parce qu'il n'en est jamais parti). Ce qui se déplace, en quelque sorte, c'est le temps, ce n'est pas vous. Mais sur ce monde, nous sommes tous habitués au temps, que cela soit le lever du soleil et le coucher du soleil, comme le fait d'avoir le ventre vide, ou encore, de manquer de sommeil. Le temps vient nous rappeler (l'exigence, même, de ce temps, par rapport aux cycles, aux habitudes) aux perceptions elles-mêmes. Perceptions qui vous enferment dans une logique, et auxquelles vous ne pouvez vous soustraire, tant que vous regardez cela. La Vision du Cœur vous donne à voir ce qui est invisible, pour les yeux comme pour l'Éther. La Vision du Cœur fait disparaître l'ensemble des sens, l'ensemble des perceptions, et vous établit dans cette Transparence, où plus rien, en vous, ne peut arrêter quoi que ce soit, ni même définir quoi que ce soit. Et pourtant (malgré cette absence de définition), dans cette Vision du Cœur, tout est parfaitement à sa place, tout est parfaitement localisé. Mais, pour cela, il vous faut sortir, vous, de votre place et de votre localisation. Cela ne peut se réaliser que dans cet état qui précède la fin de tout état.

Voir avec le Cœur vous approche de la Paix Suprême, par des moments de grande Paix mais, aussi, des oscillations ou des mouvements, qui peuvent, parfois, déstabiliser (c'est-à-dire le moment où vous sortez de cette grande Paix, pour vous retrouver dans les limites habituelles des sens et de la perception de votre vie). Voir avec le Cœur, c'est ne plus vivre sa vie, ni même être en vie mais, bien plus, être la Vie, dans sa globalité, non limitée par une Dimension, non limitée par une forme ou par une quelconque conscience.

Voir avec le Cœur, c'est se laisser traverser, se laisser imprégner, non plus avec un organe sensoriel, non plus, même, avec un chakra (qui répondrait par oui ou par non, à vos questions) mais c'est une évidence, parce qu'il n'y a plus de questions : vous n'avez rien à demander et, pourtant, ce qui est essentiel vous est connu et reconnu : ce qui donne cette Paix, à nulle autre pareille. Les sens, quels qu'ils soient, sont source de vitalité, sont source de compréhension de la vie, sur ce monde, mais non pas La Vie, avec un grand L et un grand V.

Voir avec le Cœur, c'est accepter d'être Transparent afin de ne pas interférer, soi-même, avec ce qui est vu, avec le Cœur, à l'Intérieur de soi. Voir en soi, c'est ne plus dépendre des sens, c'est ne plus dépendre d'un quelconque filtre. Vous savez que l'œil humain ne voit pas ce que voit l'œil de la mouche, ou l'œil du cheval, parce que chaque œil est adapté à chaque configuration, à chaque expression de la conscience. L'œil ne vous dira jamais la Vérité. Il ne dira que la vérité de ce qui le concerne. Il en est de même pour la clairvoyance. L'expression de la Vision du Cœur pourrait être appelée : connaissance directe. Ce n'est pas, bien sûr, simplement, une intuition, ni même une perception extra-sensorielle, mais c'est une impression et une imprégnation qui dépassent largement le cadre des sens ou le cadre de fonctionnement de la conscience elle-même. C'est en ce sens qu'accueillir, en soi, la Lumière et la Vérité (que vous le nommiez Grand Esprit ou CHRIST, ne change rien), permet d'éclairer. Mais cet éclairage n'est pas suffisant. Cet éclairage va vous conduire à la Transparence qui est la meilleure façon de laisser passer la Lumière, sans l'interrompre, sans la dévier, sans la modifier. C'est là que se produit la Vision du Cœur. Celle qui ne juge rien de ce qui est vu en soi. Celle qui ne condamne rien, ni n'encense rien. C'est donc une vision neutre parce que n'impliquant aucune action, ni aucune réaction, de la personne elle-même.

Voir avec le Cœur vous approche du centre du Centre, de la Transparence, de l'Humilité, de l'Enfance, et vous met dans ce que je nommerais : l'état de méditation parfait. C'est le moment où, comme l'a exprimé, à deux reprises, ma Sœur SNOW (ndr : interventions de SNOW du 1er et du 17 novembre 2012), où vous sentez l'action des Éléments. Vous différenciez, d'abord, les Éléments, par leur teneur et leurs propres perceptions : le Feu n'est pas l'Air. L'Eau, n'est pas l'Air, non plus. Et vous savez qu'à un moment donné, ces Éléments se conjuguent, se marient entre eux, et permettent d'activer, totalement, des structures. Ces structures ont été définies comme le Cinquième Élément, ou Éther, ou ER de la tête, comme ER de la poitrine. Et, c'est précisément à ce niveau-là que se vit la Fusion des Éléments. Et cette Fusion des Éléments crée la Transparence. C'est-à-dire, quand un Élément n'est plus isolé, mais entre en résonance (en vous, comme partout, avec les autres), que se crée la Réalité de l'Éther de Feu. Cet Éther de Feu (qui est le Point ER) vous donne à voir ce qui est au-delà de la vision, vous donne à voir : le Cœur. Et, dans le Cœur (et ce n'est pas une métaphore) : Tout y est. Rien d'autre ne peut exister ailleurs que dans le Cœur. Et ce Cœur, il est dans votre poitrine, que ce soit sa contrepartie physique, comme sa partie la plus élevée, en Vibration, comme ce qui est au-delà, même, de toute Vibration. Osciller autour de ce Centre, c'est ce qui vous rapproche (même si l'amplitude du mouvement vous semble trop importante) du cœur du Cœur, et donc, de la Vision du Cœur. La Fusion des Éléments qui se réalise sur la Terre, le Réveil de la Terre, le tam-tam de la Terre et du Ciel, le tam-tam de l'Esprit, en vous (au niveau de l'Air, et donc, de la Corde Céleste que vous nommez : le Canal Marial), tout cela participe de la même dynamique, visant simplement à vous faire disparaître, à vous rendre Transparent. C'est dans cette Transparence que se déroule, au cœur du Cœur, la totalité de ce que vos sens peuvent vous donner à voir, à croire, à sentir.

Voir avec le Cœur, c'est donc le moment où vous acceptez, réellement, de ne plus voir, ni votre vie, ni la vie d'un autre : il n'y a que la Lumière. Et pourtant, dans cette Lumière, il y a cette connaissance directe, qui n'est pas une intuition, qui est bien plus que cela. Parce que l'intuition peut être soumise à interprétation, et à jugement, à coloration personnelle. Alors que la Vision du Cœur vous donne accès à la Transparence de tout ce qui était opaque auparavant, mais non pas comme quelque chose qui serait extérieur mais qui se déroule, en totalité, en vous. L'Élément Air est, bien sûr, omniprésent, à ce niveau-là. C'est en ce sens, aussi, que l'Archange URIEL intervient, maintenant, après METATRON, après l'ouverture de la Porte Postérieure, (ce que vous nommez KI-RIS-TI, là où sont les Ailes éthériques), vous donnant à vivre cette Transparence, cet Abandon du Soi, et cette Liberté et cette Maturité.

Guettez bien les moments où, en vous, disparaissent les perceptions des sens, comme les perceptions Vibratoires, qui peuvent se traduire par un sentiment de déstabilisation. Parce que, tout de suite, bien sûr, vous allez vous dire : « qu'ai-je fait pour faire baisser ma Vibration ? ». Quelle est la circonstance qui permet ce que vous prenez, dans un premier temps, pour un abaissement de la conscience, qui n'est, en fait, que sa disparition, pure et simple. Je vous invite, non pas à exercer une vigilance de chaque instant, mais à vous rappeler que dans les moments où il vous semble osciller, que dans les moments il vous semble voir disparaître une perception Vibrale, à ce moment-là, rappelez-vous que vous n'avez jamais été aussi proche de la Vision du Cœur, et donc du centre du Centre. Il n'y a, juste (de manière figurée) qu'à faire un tout petit pas de plus, pour trouver l'Immobilité et la Transparence Totale. Acceptez de vous en remettre au Grand Esprit, et le Grand Esprit vous fera voir (au-delà des limites de toute vision), dans la Vision du Cœur, par l'impression et l'imprégnation, tout l'Univers, tous les Mondes, toutes les consciences. À ce moment-là, vous saurez vraiment (parce que vous le vivrez, vraiment) ce qu'est la Liberté. Elle est là, et elle n'est nulle part ailleurs.

Au cœur du Cœur, il y a la Paix, il y a la Tranquillité, il y a la disparition de tout ce qui est résistance, de toute personne : c'est l'Ultime Présence, celle qui peut vous sembler déboucher sur une absence, mais qui n'est ni une absence, ni une présence, qui est la seule Vérité. Les circonstances de ce monde, à l'heure actuelle, où soufflent le Grand Esprit et les Éléments, est une période capitale pour faire ce dernier pas. Parce que là se trouve, je dirais, la vraie métamorphose. Bien sûr, ce que je dis, au-delà de mes mots, c'est surtout tenter de vous imprégner (au-delà même des définitions de mes mots) de ce que peut être, si vous ne le vivez pas, l'Ultime Présence, Porte particulière vers l'Absolu. Et, comme vous l'ont dit beaucoup d'Anciens, beaucoup d'Étoiles : l'Absolu est déjà là. C'est vous, simplement, qui vous en êtes éloignés. Qu'elles qu'en soient les raisons, elles n'ont pas d'importance. Parce qu'aujourd'hui, ces raisons-là ne tiennent plus, parce que le Grand Esprit a déjà frappé à votre porte, à l'arrière du dos, au sommet de la tête, sur les Portes de la poitrine, et, maintenant, au cœur du Cœur. Il n'y a rien d'autre à faire qu'à ouvrir. Et cette ouverture-là, il n'y a pas de meilleur mot que Transparence : ne rien arrêter, ne rien retenir, simplement, se laisser traverser. Se laisser traverser, c'est vivre la non-séparation, c'est vivre la Fusion avec le Grand Esprit, c'est découvrir le sens de « Être Amour », au-delà de toute considération humaine, et même, fraternelle. C'est découvrir, à la fois, ce qui est, en même temps, l'essence et la substance même de la Vie.

Voir avec le Cœur, c'est Être Libre de tous les conditionnements, de toutes les opacités, et aussi, de toutes les souffrances et de toutes les mémoires qui ont pu exister, dans ce monde. C'est participer, pleinement, à la Vie, et non pas, seulement, à sa vie.

Voici donc les quelques mots que j'ai pu trouver, pouvant déclencher, en vous, le dépassement de ce qui peut être vu, habituellement, et perçu, habituellement. Je ne peux que vous souhaiter la plus parfaite des Transparence, là où est le cœur du Cœur et la Vision du Cœur. Ce rayonnement, de l'Être et du non-Être, est naturel. Il n'a pas besoin de vous pour Être, justement. Si vous arrivez à saisir l'essence de mes mots et aller, d'ailleurs, derrière ces mots, alors ce que j'avais à vous dire a bien touché sa cible.

Alors, Sœurs et Frères en humanité, incarnés sur la Terre, je vous Aime. Mais, vous dire cela, c'est aussi le chanter à moi-même. Que toutes les bénédictions du Grand Esprit soient en vous, et vous traversent. NO EYES vous dit : à une prochaine occasion. À bientôt.

__________________________________________________________________________________

NDR

Chakra du coeur : sur l'axe du sternum, entre les mamelons.
Point ER de la tête : sur la fontanelle du sommet de la tête, au croisement de la ligne passant par la pointe des 2 oreilles et de la ligne passant par le nez et l'occiput.

Point ER de la poitrine : sur l'axe du sternum, dans sa partie supérieure, au-dessus du chakra du Cœur, sur la bosse sternale appelée angle de Louis.
Point KI-RIS-TI du dos : entre les omoplates, à mi-hauteur (sous la 5ème vertèbre dorsale). Racine du chakra du Cœur.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page