Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > MA ANANDA MOYI

MA ANANDA MOYI

8 août 2008

pdf

Bien aimés enfants de la Lumière, recevez tout mon Amour. Je suis MA ANANDA MOYI. Je viens échanger avec vous sur le contenu de l'Amour et le contenu de qui vous êtes et qui vous espérez être. L'Amour, voyez-vous, est simplicité. A partir du moment où vous parcourez un chemin, à partir du moment où vous essayez de ne plus parcourir ce chemin et d'être simplement dans l'état d'Amour, à ce moment là, les choses doivent être simples. L'Amour est simplicité. A partir du moment où les choses deviennent compliquées, à partir du moment où elles demandent réflexion, elles ne sont plus de l'Amour. L'Amour est quelque chose qui se vit sur le mode de la simplicité, sur le mode de l'enfance, où il ne peut y avoir de place pour la réflexion, il ne peut y avoir de place pour l'hésitation. Être en Amour est un acte de prière permanent, être en Amour est un acte de dévotion. Chaque souffle de l'Amour est un souffle divin qui vous remplit. L'Amour se suffit à lui-même. L'Amour est la réalité ultime de toute chose. A partir du moment où les choses deviennent compliquées, à partir du moment où l'interrogation se fait jour en vous, il n'y a plus Amour. L'Amour est évidence. L'Amour est simplicité, évidence et Lumière. La Lumière se suffit à elle-même. Elle ne suppose et ne permet aucune interrogation, aucune hésitation, aucune tergiversation. L'Amour est Unité, enfin. A partir du moment où vous hésitez entre deux, il n'y a pas Amour. L'Amour est inclusif et non pas exclusif. L'Amour englobe la totalité de la création, la totalité de votre être, la totalité de vos cellules, la totalité de votre vie. L'Amour est doux. L'Amour ne s'enfle pas d'orgueil. L'Amour ne tarit jamais, plus il émane de vous, plus il vous remplit, si vous êtes fatigués, alors, ce n'est pas l'Amour. En aucun cas l'Amour ne fatigue, en aucun cas l'Amour épuise.

L'Amour s'épanche naturellement et spontanément. L'Amour est un état. L'Amour n'est pas une recherche puisque vous êtes l'Amour. L'Amour demande simplement que vous preniez conscience de cette Vérité. Prendre conscience et révéler l'Amour voilà le but de toutes vos incarnations depuis la création de l'incarnation. Alors, à partir du moment où le chemin vous semble pesant, à partir du moment où le chemin vous semble long, ce n'est pas l'Amour car l'Amour n'est pas un chemin, l'Amour est la Vérité même et est présent à chaque instant. L'Amour n'est pas quelque chose qu'il faut éveiller, qu'il faut parcourir. L'Amour est. Il demande, pour cela, le silence complet de la complexité de vos vies, le silence complet de vos émotions, le silence complet de votre mental agité qui cherche en permanence à vous éloigner de l'Amour. Le mental est réflexion, l'Amour est émission. L'intellect est appropriation, l'Amour est restitution. L'Amour ne peut se garder pour soi. A partir du moment où il éclate comme une Vérité essentielle il ne peut que rayonner au-delà de vous et englober, petit à petit, l'ensemble de la création, l'ensemble des êtres vivants, proches de vous comme loin de vous. L'Amour n'a pas d'ennemis. L'Amour est la réalité ultime. Vous êtes tous en face de cet Amour quels que soient les mots que vous y mettiez, la peur, le désir, derrière chacun de vos actes qui est la négation même de l'Amour, se cache le manque d'Amour. Être en vie est déjà un acte d'Amour. Naître, mourir, participe de la même mission et de la même évidence qui est l'Amour. Il n'y a que votre mental qui vous fait croire l'inverse. Celui-ci vous fait chercher en permanence à l'extérieur quelque chose qui est à l'intérieur de vous. Il n'y a pas d'Amour dans le mental. Il n'y a pas d'Amour dans l'émotion. Comprenez bien, encore une fois, que l'Amour n'est pas chemin mais est état. Qui dit état dit arrêt de tout ce qui n'est pas l'Amour. Dès que le mental intervient, il vous éloigne de l'Amour. Dès que l'émotion intervient, elle vous éloigne de l'Amour parce que le mental, comme l'émotion, vous met en mouvement dans une direction et vous met sur une voie qui n'est pas l'Amour. L'Amour, encore une fois, est un état. Dans l'état d'Amour il n'y a plus d'espace de questionnement, il n'y a plus espace de tergiversation, il n'y a plus espace pour l'agitation, il y a uniquement espace pour la communion. L'Amour est communion avec l'ensemble de l'énergie première et ultime de la création, le premier, le dernier souffle, réunis dans le même temps. L'Amour contient tous les temps étant, par essence, au-delà du temps. Alors l'Amour est quelque chose qui va mobiliser vos moyens, vos ressources, au travers de la recherche.

L'Amour est vibration, est éternité et instantanéité. Il existe de nombreux jeux appelés les Leïlas du Seigneur qui permettent de masquer, de camoufler le mental et l'émotion afin que l'Amour/état puisse s'épanouir librement sans rencontrer de résistances à l'intérieur de votre être en manifestation, en incarnation. Chers enfants, ces jeux ont permis à certains d'entre vous qui ont déjà participé à ces jeux (que je vous avais donnés lors de mes divers interventions) d'approcher cet état, de le toucher du doigt et de le vivre. L'Amour, aussi, est totale conscience mais, à partir du moment où l'Amour se révèle à vous, la première interrogation qui naît est celle de l'appropriation et c'est logique, c'est un réflexe fort humain. Mais, à partir du moment où le mécanisme d'appropriation entre en action, il vous éloigne de l'Amour. L'Amour est votre Essence et votre réalité mais qui ne peut être conservée pour soi, tel est le paradoxe. Il vous demande en effet d'être vous-même cela afin de le rayonner et de le donner. L'Amour ne peut se restreindre à l'intérieur d'une entité, quelle qu'elle soit. C'est en ce sens que je pouvais dire de mon vivant : « ce que vous voyez n'est pas moi » car ce qui s'exprime n'est pas le Moi. Si j'avais voulu faire acte d'identification avec cet Amour, bien évidemment, celui-ci se serait tari. En ce sens je peux, je pouvais dire : « ce qui parle n'est pas moi, ce qui s'exprime, ce qui danse, n'est pas moi mais c'est l'Amour en moi et le Moi s'efface totalement devant cette présence ». L'Amour, effectivement, est présence. Pour être présent à l'Amour il faut être absent à soi-même, il faut s'abandonner, abandonner bien évidemment la personnalité, les jeux du mental et des émotions, les jeux de la possession et de l'interaction entre les êtres. L'Amour / état d'être nécessite cet abandon. Cet abandon est au-delà de ce qu'il est appelé dans différentes traditions le lâcher prise. Bien évidemment le lâcher prise est important sur le chemin mais l'Amour est au-delà du lâcher prise. L'Amour est abandon total à la réalité de toute création.

L'Amour est le même de ce côté-ci du voile que de l'autre côté du voile. L'Amour n'est pas séparé. L'Amour ne sépare pas. L'Amour ne divise pas. L'Amour transcende et unifie, dans la même réalité, la totalité des univers. Vivre l'Amour est être à la fois le soleil, la lune, les éléments. L'ensemble de la création est l'Amour. Distinguer un créateur d'une créature est déjà faire acte de division et donc sortir de l'Amour. Le mental humain, qui s'est construit au fur et à mesure des incarnations, est certainement l'obstacle majeur à la réalisation de cette ultime Vérité de l'Amour. Alors les jeux du Seigneur sont les moyens qui vous sont donnés (et que je vous ai donnés à certains moments) pour tromper votre mental, pour l'occuper, en quelque sorte, à autre chose qu'à cette Vérité essentielle qu'est l'Amour. De la même façon je vous communiquerai, de manière individuelle, la bénédiction de l'Amour. Je vous donnerai aussi certains outils que l'on peut appeler des clés qui vous permettront de toucher, de vivre, l'Amour. L'Amour est bénédiction. L'Amour est respiration. L'Amour, enfin, n'est pas limité au cœur. L'Amour est présent partout. La multiplicité des manifestations du non Amour ne reflète que sa non révélation. L'Amour est inscrit en tout, il ne demande donc qu'à être révélé, qu'à être manifesté, qu'à être traduit en Vérité. Dès votre premier souffle vous êtes ici pour réaliser cette Vérité. Elle est tellement évidente que toute vie passe son temps à la chercher. Rappelez-vous : l'Amour est communion. L'Amour est fusion. L'Amour est l'endroit, l'espace et le moment où se résolvent toutes les oppositions. S'il y avait au même moment sur cette planète ne serait-ce que quelques dizaines de personnes qui réalisent cette Vérité, le voile de l'incarnation n'aurait plus de raisons d'exister. L'Amour peut tout. L'Amour pardonne tout. L'Amour transcende tout. Il n'est rien que ne puisse guérir la Lumière de l'Amour. Il n'est rien qui ne soit un obstacle infranchissable à la Vérité de l'Amour. Il n'est rien qui soit impossible à la réalité de l'Amour. Il n'existe aucune souffrance, aucune maladie, quelle qu'elle soit, qui résiste à la puissance de l'Amour. L'Amour / radiation est. L'Amour / vibration est. Quand vous aurez enfin affirmé votre Amour, vous ne pourrez plus vous nommer de tel nom et de tel prénom car vous ne vous appartiendrez plus. Vous ne pourrez plus parler de vous en disant « je » mais vous parlerez de vous à la troisième personne car vous ne vous identifierez plus à cette personne précisément mais vous vous identifierez à la totalité de la création. Vous parlerez, vous communiquerez avec l'ensemble de la création. Vous pourrez vous adresser aux poissons et ils vous écouteront. Vous pourrez parler aux oiseaux et ils vous répondront. Vous pourrez appeler le papillon, comme l'étoile, ils seront là. Vous ne serez plus limités par ce corps d'incarnation dans lequel vous êtes. Vous n'êtes pas ce corps. Vous n'êtes pas cet être limité que vous croyez être. Toutes les incarnations que vous vivez découlent uniquement de la peur du manque d'Amour. A partir du moment où vous réalisez l'Amour, l'incarnation n'a plus de sens, le monde n'a plus de sens, les étoiles n'ont plus de sens et pourtant tout est à sa place. Il existe une distance infime entre ce qui est l'Amour et ce qui n'est pas l'Amour. Il suffit d'un décalage temporel extrêmement limité qui explique la création des mondes qui est à la fois un acte d'Amour qui nécessite la prise de conscience de cette Vérité.

Bien aimés enfants de la Lumière, je vous propose d'ouvrir un espace de questionnement sur l'Amour. Je viendrai ensuite, à chacun d'entre vous, communiquer l'impulsion initiale de l'Amour et vous donner à nouveau, comme cela a déjà été, des jeux, des jeux qui vous permettront à chacun de rentrer en Vérité, de rentrer en Unité, de rentrer en Amour afin de vous oublier vous-même et de réaliser l'Amour Alors jouons si vous le voulez bien le jeu du mental et de l'émotion afin d'apaiser la peur, afin d'apaiser le manque, avant de remplir l'espace sacré que vous êtes de la dimension ultime de sacralité qui est la Vérité de l'Amour. Bien aimés enfants de Lumière, je voulais donc ouvrir les portes de votre mental et de votre émotion. Exprimez ce que vous avez à exprimer, videz-vous de vos craintes à travers la verbalisation consciente de celles-ci. Pour le moment pensez, focalisez votre conscience sur votre peur et je viendrai, à travers la manifestation verbale de celle-ci, étancher votre soif d'Amour car la peur n'est que la peur du manque d'Amour, encore une fois. Soyez bénis en vos paroles et je vous écoute.

Question : j'ai peur de parler devant un auditoire.
Bien aimée enfant de la Lumière, dire, interroger, justifie l'appréhension du regard de l'autre. L'autre est l'ennemi, l'autre est celui qui peut juger, qui peut condamner car l'Amour que tu as connu était un Amour conditionnel. Durant ta vie, durant ton éducation, durant ce qui a fait toute ton incarnation, l'Amour a été posé et vécu de manière conditionnelle, conditionnée au regard de l'autre. Il fallait donc ne pas heurter, il fallait donc ne pas montrer la peur. Dépasser cela est au-delà de la communication. Il existe un espace de silence qui est un espace sacré où se trouve, à l'intérieur, la réponse à cette question. Elle nécessite, là aussi, de faire taire les croyances et surtout de faire taire l'impression d'être jugée par le regard de l'autre car crois bien que si tu vois dans le regard de l'autre le jugement c'est que toi-même porte sur toi-même un regard de jugement. Tu te considères comme indigne de vivre l'Amour. Tu te considères comme imparfaite or, je te rassure, nulle incarnation n'est parfaite. Bien aimée enfant, je te donnerai tout à l'heure les mots et les gestes qui te permettent d'aller à l'encontre de cela et de résoudre cette opposition apparente.

Question : j'entends ce que vous dites mais ça me semble inaccessible.
Sembler inaccessible ne veut pas dire inaccessible. Là aussi il s'agit non pas d'une croyance mais d'une conception. A partir du moment où vous rentrez en incarnation vous définissez des limites. Les limites, bien évidemment, déjà corporelles. Les limites ensuite de la propriété. Les limites de l'affection. Les limites, en plus, de votre propre champ de cohérence. Mais l'Amour est sans limites. Comment voulez-vous vivre l'Amour en acceptant les limites ? Les limites sont celles de votre corps. Les limites sont celles des conventions sociales. Les limites sont celles qui sont inhérentes à la matière mais vous n'êtes pas cela. Quand quelque chose semble que cela n'est pas, ce n'est qu'une impression, ce n'est même pas une croyance, c'est quelque chose de beaucoup plus léger. Il faut dépasser l'apparence. Il faut dépasser les limites. Cela paraît inaccessible et pourtant ce que j'ai vécu, ce que certains êtres humains ont vécu en incarnation, tout le monde, sans exception, peut le vivre. Il n'y a que des distances infinitésimales de temps entre moi et toi, chère enfant.

Question : Christ a dit : « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». Pensez-vous que cette phrase résume son enseignement ?
Bien aimé enfant de la Lumière, cette phrase est un commandement. A partir du moment où on prononce « aimez-vous les uns les autres » cela veut dire que celui qui s'exprime sait pertinemment que les uns ne sont pas comme les autres. Il vous est demandé aujourd'hui de réaliser bien plus que cela. Les uns et les autres participent de la même Vérité, du même Amour. Tant que vous vous appliquerez à aimer l'autre, vous ne l'aimerez pas. Ceci est un chemin. Ce qui vous est demandé n'est pas d'être en chemin mais d'être en éveil. Si vous acceptez ce précepte, pourtant si beau, vous allez faire des efforts et ces efforts sont générés par le mental, les émotions. Le cœur n'a pas besoin d'efforts. Le cœur est simple, le cœur est humble. L'Amour est simple il n'y a pas besoin de se poser la question d'aimer les uns et les autres. Il y a à faire et à être. Les enseignements vous permettent de vous mettre en chemin. Vous n'êtes pas dans une époque d'enseignements vous êtes dans une époque de révélation. Il suffit simplement de savoir, de décider si vous voulez accepter la révélation ou si vous désirez poursuivre l'enseignement.

Question : comment ouvrir notre cœur à l'Amour ?
Tout est bon pour ouvrir le cœur à l'Amour : la prière, la dévotion, la vie, la mort, la guerre. Le plus important est d'accepter l'absence de distance entre l'Amour et vous. Rappelez-vous que ce n'est que vos constructions mentales qui vous éloignent de cette réalité essentielle de la réalité de l'Amour. Il n'y a absolument rien d'autre. Si vous arriviez à faire taire totalement, je dis bien totalement, l'émotion, le mental, la pensée, alors l'Esprit se révélerait instantanément à vous. Il y a des êtres qui passent leur vie en prière, il y a des êtres qui passent leur vie en dévotion. Ils sont en chemin. Il y a des êtres qui suivent des enseignements toute leur vie. Ils arrivent, à un certain stade de ce chemin, à percevoir, à ressentir l'Amour mais ils ne sont pas encore l'Amour. Aujourd'hui les circonstances vibratoires particulières que vous vivez vous demandent d'être l'Amour au delà des enseignements, au-delà de toute action. Vous n'êtes pas au moment de la mise en route ou de la mise en chemin, vous êtes au moment de l'ouverture à l'Amour. Il y a une différence essentielle entre suivre un enseignement, poursuivre un chemin, se diriger vers l'Amour et la réalité que d'arrêter et de s'ouvrir à l'Amour. L'Amour vient vers vous, cela est important. Le sens et la direction ne sont plus les mêmes. Dans un cas, le premier, vous allez dans tel sens et vers telle direction, porté, soutenu, guidé par les enseignements des uns et des autres, vous parcourez un chemin, vous avancez. Aujourd'hui, comme tu l'as dit, cher enfant, il n'est plus question de s'avancer mais de s'ouvrir à. Et pour s'ouvrir à, il faut s'arrêter, il faut s'oublier, il faut se donner. Ce n'est pas tout à fait la même chose.

Question: pourriez-vous nous parler de la compassion ?
Compatir, vivre la compassion est se mettre à la place de l'autre mais c'est encore occuper une autre place que l'Amour. Mais quand vous êtes en état d'être, d'Amour, vous éprouvez la compassion. Vous pouvez éprouver la compassion sans vivre l'Amour. La compassion est aussi un chemin, celui de la dévotion, celui du service mais ce n'est pas l'Amour. Qui expérimente la compassion est capable de vivre à la place de l'autre une émotion, une maladie, voire même de se charger de la maladie et de la souffrance de l'autre mais cela signifie que vous êtes vous-même et qu'il y a l'autre. Encore une fois, il y distance, il n'y a pas coïncidence. Ainsi, en état d'Amour vous pouvez vivre la compassion mais vouloir vivre la compassion pour accéder à l'Amour est un chemin et non pas une réalisation.

Question: comment s'exprime cette compassion ?
Par le besoin imprescriptible, irrépressible de servir, d'aider et d'aimer. C'est un début de chemin vers la forme d'oubli de soi mais rappelez-vous que compatir avec c'est servir avec, c'est encore mettre une distance envers l'objet avec lequel vous compatissez.

Question : comment s'aimer soi-même ?
Il a souvent été dit dans les enseignements, quels qu'ils soient, qu'aimer l'autre commence par s'aimer soi-même : il ne peut y avoir d'Amour authentique envers l'autre s'il n'y a pas l'Amour de soi-même. Cela est entièrement exact. Comment s'aimer soi-même ? Cela nécessite déjà de ne plus se juger. Cela nécessite déjà de ne plus mettre de distance entre ce qu'on aimerait être et ce que l'on montre. Cela nécessite une adéquation parfaite, non pas avec la personnalité que l'on veut montrer, non pas avec l'émotion que l'on veut montrer, non pas avec les constructions mentales que l'on veut définir comme soi-même, mais cela nécessite un oubli total de soi. S'aimer c'est s'abandonner. S'aimer c'est s'ignorer. S'aimer c'est être aligné avec l'Amour divin. Il ne peut y avoir de réalisation d'Amour de soi qu'au travers de l'abandon de soi. Il ne peut y avoir l'Amour de soi qu'en abolissant la distance entre soi et l'autre, nous l'avons vu, mais aussi à travers la disparition et la négation du soi. Tant que vous êtes identifiés à vous, vous n'êtes que vous-même et vous vous définissez vous-même par une limite entre vous et tout le reste. La dissolution est un mot qui a souvent été employé dans la tradition dont je suis originaire. Se dissoudre dans le Tout, se perdre dans le Tout, nécessite une confiance totale dans le Tout. Cela veut dire aussi abandon et confiance totale à la vie. Tant que vous croirez être des êtres d'obligation morale, sociale, professionnelle, affective, tant que vous croyez qu'il existe des obligations face à la société, face à votre corps, face à vos émotions, face à votre mental, vous ne pourrez réaliser l'Amour. Vous pourrez, certes, vous en approcher à travers des comportements, à travers des conduites mais jamais vous ne le réaliserez. Il n'y a qu'à travers l'abandon total. Il faut oser cet abandon total parce que dès que vous supposez, dès que vous pensez à l'abandon, le mental intervient instantanément pour vous dire que cela est impossible, que vous ne pouvez réaliser cela sans mettre en danger même la vie que vous avez créée vous-même c'est à dire votre incarnation. Mais cela est une erreur grotesque à laquelle tout le monde croit sur cette planète parce que le mental est tout puissant, parce que les conditionnements, les croyances, les faux-semblants sont des éléments qui semblent maintenir la cohésion de vos vies alors qu'ils ne font que vous éloigner de votre réalité.

Question : comment faire taire le mental ?
Le mental peut être tenu au repos avec la méditation. C'est quelque chose qui a été enseigné de tout temps, dans toutes les traditions, comme un moyen pour parvenir à le museler de manière temporaire mais dès que vous sortez de la méditation le mental reprend ses droits. Alors, il y a de nombreuses techniques qui ont été données mais ce ne sont que des techniques qui vous permettent d'avancer sur le chemin. La réalisation de l'état d'Amour doit être considéré comme une grâce qui ne peut survenir qu'à partir du moment où, l'espace d'un instant, vous rentrez dans cette transcendance, dans la simultanéité, dans l'absence de distance entre la réalité ultime de l'Amour et vous-même. Cela nécessite un abandon total que vous devez accepter et faire accepter, que l'Amour est une réalité. Mais dès que vous prononcez le mot Amour le mental s'en empare et vient en faire une possession. Rappelez-vous l'Amour ne se possède pas, c'est lui qui vous possède. Rentrer en Amour c'est rentrer en négation du soi et accomplissement du Soi. Cela veut dire s'abandonner. Cela a été rendu possible par le sacrifice initial de l'entité appelée Christ, préfigurée par l'entité appelée Bouddha. Le sacrifice ultime qui est la perte du soi réalise la réalité de l'Amour. Il n'y a pas d'autre alternative. Vous ne pouvez découvrir votre dimension ultime sans vous sacrifier. Bien évidemment, le mot « sacrifice », aussi, met le mental en éveil car celui-ci va tout faire pour empêcher le sacrifice et vous démontrer, de façon fort logique, que cela est une erreur, que cela n'est pas possible. Et pourtant. Alors on ne peut pas maîtriser le mental avec le mental. De la même façon, on ne peut pas maîtriser l'émotion avec l'émotion. Vous ne pouvez que le contrôler mais à aucun moment vous ne le ferez disparaître. Il faut trouver des moyens de jouer avec le mental, de jouer avec ce que vous êtes, pour vivre ce moment, ce moment qui est un moment qui débouche sur l'éternité, sur l'ensemble des moments. Comme je vous le disais, je donnerai à chacun d'entre vous, à nouveau, un geste, une phrase, un mot qui vous permettra, à titre individuel, de toucher cet état.

Question : si on a touché cet état, c'est définitif ?
Cela est éminemment fonction de qui vous êtes et votre sens de l'abandon doit être total. Il s'agit d'un état de grâce qui est ressenti et vécu à chaque souffle. Imaginez le moment le plus joyeux, le plus intime, le plus intense, que vous ayez vécu dans cette incarnation et vous aurez le pâle reflet de ce qui est la réalité de l'Amour. Rappelez-vous, souvenez-vous le moment le plus intense de votre incarnation, que cela soit face à une émotion générée par un paysage, par un acte charnel, quel qu'il soit, et vous aurez le pâle reflet de la réalité de l'Amour. Je vous aide par ma radiation, par ma radiance, à toucher cet instant, chose que nous ferons avant la fin de mon intervention.

Question: l'Amour est-il Présence et uniquement Présence ?
L'Amour est Amour. Mais effectivement il est Présence, il est attention consciente, il est conscience et Présence, il est rayonnement, il est état. C'est un état que j'ai qualifié, de mon vivant, de divin parce qu'il n'y a pas d'autre qualificatif avec les mots humains qui permettent d'exprimer cela.

Nous n'avons plus de questionnements, nous vous remercions.

Bien aimés enfants, je vais demander à chacun d'entre vous de venir s'asseoir en face de ma Présence. Une fois que l'un d'entre vous est assis j'ai besoin d'entendre son nom, son prénom afin de le baigner dans ma radiance et de lui communiquer ce qui lui est propre. Bien aimés enfants de la Lumière, avant de vous quitter de manière temporaire, je vous demande de reproduire le geste que je vous ai donné, en silence, afin de vous apporter ma bénédiction, mon Amour, ma radiance et de vous dire à très bientôt. Soyez tous bénis. Je vous aime. A bientôt.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page