Autres Dimensions

Sois qui tu es

BIDI

13 avril 2012 - 3

pdf

Question : le rire est-il une émotion ? Faut-il le réfuter ?
Le rire peut être émotion. De la même façon, il peut être cynique. Il peut être, aussi, la traduction de la Joie. Il n'y a pas un rire mais l'Absolu Est rire. Mais le rire du Je n'est pas le rire du Soi et, encore moins, le rire de l'Absolu. Tout dépend de quoi ris-tu ou de qui ris-tu ? Si ton rire est une cause ou une conséquence, ce n'est pas la même chose que le rire de l'Absolu. Il n'y a donc pas un rire.

Question : les vibrations que j'ai senties en me posant la question « qui suis-je », persistent encore aujourd'hui, c'est à la fois agréable et désagréable. Cela va-t-il durer ?
Ça durera jusqu'au moment où tu décideras de ne plus être ni ce corps ni cette Vibration et, encore moins, un corps parcouru d'une Vibration. Cela ne s'arrêtera jamais mais disparaîtra quand tu deviendras ce qui est après (ou derrière) le corps et la Vibration. Cela s'appelle Absolu. La Vibration est appelée à devenir très intense, au sein de ce corps, comme vous l'a dit l'une des Étoiles, voilà peu de temps. Jusqu'au moment où l'ego (ou le Soi) capituleront, rendront les armes. À ce moment-là, tu ne seras plus ce corps mais tous les corps, sans aucune exception. Tu ne seras plus cette Vibration mais toutes les Vibrations, sans exception. Autre nom : Délocalisation, multi localisation, Dissolution et donc, Absolu. L'Absolu naîtra à ce moment-là. Là aussi, on peut dire : « reste tranquille et laisse faire, tu n'es pas cela ».

Question : est-il plus juste de dire : « je ne suis pas cela » ou « je ne suis pas ce corps » ?
Je parlai de cela dans le relatif, c'est-à-dire de ce corps ou de ses manifestations. Vous êtes juste cela : l'Absolu. Mais vous n'êtes pas cela : ces manifestations, ce corps ou ces Vibrations. Mais juste, la Vibration (si l'on peut dire) juste, qui concoure à t'affranchir de la Vibration elle-même.

Question : arriver à l'Absolu indique-t-il qu'il nous reste peu de temps à vivre dans cette vie ?
Tu ne peux arriver à l'Absolu : c'est l'Absolu qui arrive à toi. Ce n'est pas la même chose. Tant que tu considères que tu dois arriver à l'Absolu, l'Absolu n'arrivera jamais. Se poser la question de la persistance de ce corps, de cette personne, lorsque l'Absolu arrive, n'a aucun sens, parce que cette question disparait d'elle-même. Seul l'ego ou la personne peut poser cette question mais tu ne peux te saisir de l'Absolu et, encore moins, arriver jusqu'à lui. Cela traduit simplement la volonté de persistance de l'ego qui, pourtant, est mortel, un jour ou l'autre. Quelle est la persistance de cette question, une fois que ce sac de nourriture n'est plus là ? Tu ne peux concevoir l'Absolu, ou même te le représenter, comme un but ou comme quelque chose où tu dois arriver, ou un état que tu dois établir. Il est déjà là. Il est déjà établi. C'est simplement l'ego qui l'empêche d'être là, alors qu'il est déjà là. La question de la subsistance de l'éphémère ne traduit que la peur et le doute, comme toujours. Ose dire : « je suis Absolu ». Ose Être. Mais ne te pose pas la question d'y arriver, parce que tu construis un mur infranchissable.

Question : l'Absolu est-il contenu dans notre ADN ?
L'Absolu n'est contenu dans aucune forme. La forme éphémère, que tu es, peut vivre les manifestations de l'Absolu. Tu peux Vivre et Être Absolu. Mais vouloir parler d'ADN, c'est te raccrocher à une forme. Est-ce que la Terre a un ADN ? Elle a une signature. L'ADN n'est rien d'autre qu'une signature, un codage, si tu préfères, électromagnétique. L'Absolu est tout sauf un codage électromagnétique. Tu cherches, encore une fois, à te raccrocher à une connaissance (que tu crois posséder) mais qui n'est qu'une croyance. Connais-tu la structure de l'ADN ? Donc, tu mets en avant un mot, un concept, une idée, dont tu n'as aucune notion et tu en fais une connaissance au sein de l'ignorance, qui ne sert strictement à rien et qui ne fait que nourrir l'ego. Oubliez tout cela. Oubliez tout ce qui vous est connu ou qui vous donne l'impression d'être connu, ce qui est pire. De la même façon, si je te demande ce qu'est une couleur, la réponse scientifique sera de définir une longueur d'onde, la réponse de l'artiste sera de définir des émotions, etc, etc. Mais est-ce que quelqu'un sait réellement ce qu'est une couleur ? Une fois de plus, ce n'est qu'une projection. Il y a un besoin viscéral, dans l'ego (ce même besoin, coloré différemment, existe dans le Soi) : de vouloir tout ramener à un connu. L'Absolu n'est pas connu et ne peut être connu. Il ne peut que être vécu. C'est le moment où cesse toute projection, c'est le moment où cesse toute volonté d'identification à un corps, à une histoire, à une vie passée et à un monde. Osez et vous verrez. La seule chose qui soit à accomplir, le seul accomplissement, est celui qui vous donne à voir qu'il n'y a rien à accomplir. La Libération est cela.

Question : si j'ose dire : "Je suis Absolu", qu'est-ce que je fais à ce moment-là ?
À toi de le faire mais supprime le "si". L'ego va toujours supposer et va toujours mettre un "si", parce qu'il cherche à anticiper, à comprendre. Tu ne peux comprendre et tu ne peux anticiper et tu peux encore moins supposer.

Question : S'il n'y a rien à faire, pourquoi l'Absolu n'arrive pas de façon plus « automatique » ?
Parce que la Source (comme l'Absolu) respecte ce que tu crois, ce que tu penses et ne peut interférer. L'Absolu est toujours présent. Mais il devient présent à toi, dès l'instant où tu es vide de toi, et pas avant. L'Absolu (si l'on peut supposer, ce qui est aberrant) qui voudrait s'établir, coûte que coûte, pour restaurer Sa Vérité Absolue, se heurterait au déni. Tous ceux (toutes les Consciences enfermées) qui adhèrent au libre-arbitre, sont Libres de le vivre. Tant qu'elles veulent rester dans l'expérience, dans la projection, elles sont Libres. Le problème, lié à l'enfermement, c'est que l'ensemble de ces croyances et de ces volontés d'expérience, a construit un mur, de plus en plus imperméable, que vous avez, en partie, fait écrouler. L'Absolu est déjà là, bien sûr, au-delà de toute falsification et de toute altération. Aucune vie ne pourrait être manifestée sans ce principe de respect. Mais c'est la Conscience qui s'est elle-même distanciée, ensuite, de l'Absolu, en jouant le jeu de la falsification. Devenir Autonome et être Libéré, c'est dépasser à la fois la notion de culpabilité (en soi comme pour la Terre ou qu'en l'autre) et aussi, Transcender toute notion de responsabilité. L'Absolu n'est pas une Conscience, quelle qu'elle soit.

Question : est-ce la même chose de dire : "Je suis l'Absolu" et "Je suis Un" ?
Non. "Je suis Un" conduit au Soi, à l'expérience de l'Éveil et à la Réalisation. Mais l'Absolu, comme nous l'avons vu, n'a strictement rien à voir, de près ou de loin, avec l'Éveil, avec la Réalisation, ou avec le Soi, puisque l'Absolu est, si l'on peut dire, le non-Soi. C'est la perte du sentiment de toute individualité, de toute personnalité, de toute localisation dans un corps, dans un temps, dans un espace. Chose que l'ego ne peut même imaginer, ni même le Soi. Donc, jamais le "Je suis Un" ne conduira à l'Absolu. Jamais le Soi ne conduira à l'Absolu. Saisissez bien que les mots que vous employez (comme lors d'une question précédente où il était question d'arriver à l'Absolu) sont une hérésie et ne font que traduire l'erreur de vision, l'erreur de compréhension, puisque, de toute façon, il ne peut exister la moindre compréhension en ce qui concerne l'Absolu.

Question : si l'Absolu vient à nous, la seule chose à « faire » c'est d'oser s'Abandonner à Lui ?
Il n'a jamais été dit ça. Oser être Absolu, n'est pas oser s'Abandonner à l'Absolu. C'est l'Abandon du Soi. Ne mélangeons pas les mots. Ne rajoutons pas d'autres mots. Oser être Absolu, n'est pas oser s'Abandonner à l'Absolu. Comment pourrait-on s'Abandonner à l'Absolu ? On ne peut qu'Abandonner le Soi lui-même. On s'Abandonne à la Lumière, à l'Intelligence de la Lumière, qui créée l'Éveil, qui construit le Soi, le Corps d'Êtreté, à travers les processus que vous avez vécus ou lus. L'Absolu est, en quelque sorte, une déconstruction finale de tout ce qui a été construit. Oser être Absolu, n'a rien à voir avec oser s'Abandonner. L'Abandon du Soi n'a rien à voir avec cela.

Question : est-il correct de penser : "je réfute la Vibration" ?
De quelle Vibration parle-t-on ? Vous n'êtes pas la Kundalini. L'Onde de Vie monte, elle déclenche une Vibration extrêmement intense (parfois gênante ou douloureuse) de ce corps. Vous n'êtes ni ce corps, ni cette Vibration. Nous ne sommes plus, cette fois-ci, dans une réfutation mais bien dans l'apparition de la Transcendance. Ce n'est que quand (en quelque sorte et de façon imagée) vous dépassez cela, qu'effectivement, vous passez la Porte. Et vous vous apercevez après, seulement après, qu'il n'y a pas de Porte. Mais pas avant. Nier la Porte, avant de l'avoir passée, ne veut rien dire.

Question : rire de la peur de l'ego à poser une question, est-ce s'approcher de l'Absolu ?
De la même façon qu'on n'arrive pas à l'Absolu, on ne s'en approche pas. C'est lui qui approche, dès l'instant où l'ego, ou le Soi, a fait le tour, si l'on peut dire, de sa propre question, sur sa propre existence. En ce sens, oui, de votre point de vue, vous approchez de l'Absolu. Les perceptions, même Vibratoires (intenses, actuelles pour certains d'entre vous), sont, en quelque sorte, une prémonition, une anticipation, l'antichambre (bien que cela n'existe pas vraiment) de l'Absolu. C'est un encouragement.

Question : serait-il possible d'avoir une synthèse de ce qu'il faut faire ou ne pas faire ?
La synthèse vous a été donnée et exprimée par votre grand Ami (ndr : intervention de UN AMI du 12 avril 2012). L'important ne sera jamais la synthèse, ni l'analyse, mais bien l'intégration, qui est, en fait, une désintégration.

Question : qu'est-ce qu'il ne faut jamais réfuter ?
Tout ce qui est connu doit être réfuté. La seule chose qui ne peut être réfutée, est l'Absolu. Justement : la seule chose que réfute l'ego. Rappelez-vous que réfuter n'est pas le déni, ni la négation, mais percevoir clairement que ce n'est qu'une vérité relative n'ayant aucune consistance, ni aucune durée. C'est une désidentification, une non-implication et une cessation, en quelque sorte, de toute projection.

Question : y-a-t'il une différence entre la réfutation et le « ne pas » ?
La réfutation présente un aspect plus profond, parce que vous pouvez nier quelque chose sans le comprendre. La réfutation n'est pas nécessairement une compréhension, mais est, avant tout, une logique élémentaire. Ce qui est à réfuter, c'est ce qui est connu, parce que limité. L'Absolu n'étant ni connu, ni limité, il convient donc d'éliminer ce qui est connu et limité. Alors, restera seulement l'Absolu. C'est le principe de l'enquête, tel qu'il vous a été expliqué. Ne vous posez pas la question de l'Absolu. N'espérez pas, même en vous posant ces questions, comprendre l'Absolu. Ne vous occupez pas de l'Absolu, non plus : il est là. Contentez-vous de réfuter ce qu'il n'est pas, c'est-à-dire ce que vous connaissez. Et laissez faire ce que ce corps veut vivre. Quelles que soient ses activités, elles ne vous concernent pas.

Question : dire « je suis absolue », a le même effet sur l'ego qu'une réfutation ?
C'est différent. Réfuter est une démarche active. « Je suis absolue » n'est ni une démarche, ni une affirmation. D'ailleurs, si tu prononces cette phrase : « je suis absolue », sans l'être, tu constateras très vite le mensonge. Oser être Absolue, c'est l'Être. Si cela est vrai, il n'y a aucun mensonge. Il n'y a, non plus, de même, aucun ego et aucun Soi qui est présent pour le contester. L'ego refusera toujours de prononcer cette simple phrase. Essaye et tu verras. L'ego acceptera toujours la réfutation parce que c'est d'ailleurs son seul cadre d'action : oui / non, bien / mal, vrai ou faux. Tu ne fais que déplacer, en quelque sorte, la conscience, de façon à ce que l'ego arrive, lui-même, tout seul, à un non-sens. Lui permettant de se nier lui-même, ce qui, pour lui, est intolérable. À ce moment-là, le « je suis » apparaît. Fais la même chose, le « je suis » le vivra, lui aussi, comme intolérable. Alors, le non-Soi apparaitra. Il a toujours été là, mais le principe même de la réfutation va conduire à l'Absolu de façon naturelle. Quand je dis conduire, c'est le fait d'éliminer tout le reste qui permet à l'Absolu qui a toujours été là, d'être là. Il n'y a pas de mouvement, il n'y a pas de déplacement, il n'y a pas de chemin, il n'y a pas de but. C'est cela que vous fait découvrir la réfutation, aussi bien de ce que constitue le connu de l'ego, que le connu de la réalisation.

Question : c'est plus puissant de réfuter ce que je suis ?
Dans la mesure où tu n'es pas ce que tu crois, ce que tu vois, ce que tu sens, ce que tu perçois, et encore moins cette histoire présente dans ce corps. Que veux-tu faire de plus ? Il y a, comme cela a été dit, une impérieuse désidentification préalable.

Question : pendant l'alignement la vibration était extrêmement forte dans la poitrine, un son suraigu enveloppait tout le corps, un trou béant est apparu sur le point Ki-Ris-Ti. Qu'était-ce ?
L'Absolu frappe à la porte. Le vide a été créé. Les conditions initiales (si je peux les nommer ainsi) se sont accomplies. Le vide est suffisamment vide, presque entièrement vide. Même cela doit être oublié. Ne vous concentrez pas sur la Vibration. Vivez-le, mais vous n'êtes pas non plus cela. Ne la niez pas parce qu'elle est là. Et vous aurez beau la réfuter, elle ne disparaitra pas, quand vous arrivez (si je puis dire) à ce stade. Quand la Vibration devient intense, voire violente, comme décrite par l'Étoile GEMMA, vous installez, en vous, un mécanisme particulier d'Extase et d'Intase, de même que de stase qui est, comme vous le savez, le témoin de l'Absolu. Bien sûr, même au sein de l'Extase, quelle qu'en soit la durée, la permanence ou l'irrégularité, cela ne vous donne pas un blanc-seing, pour vous établir, de façon définitive, dans le non-Soi. C'est-à-dire que l'Absolu est là. Parce que cela prend, là aussi, apparemment, un certain temps pour toucher le point d'inflexion, le point de basculement, c'est-à-dire établir totalement la transcendance. Dès cet instant là, ne vous occupez plus de cela. De la même façon que l'intelligence de la Lumière a agi, l'Onde de Vie fait son œuvre, jusqu'au moment où vous devenez l'Onde de Vie, c'est-à-dire l'Absolu. L'Absolu ne peut être connu, il ne peut être que vécu. Vous ne pouvez pas donc, de manière logique, dire que l'Onde de Vie est l'Absolu. Mais l'Onde de Vie en est la traduction, là où vous êtes.

Question : mon corps s'est alors contracté. Pourquoi ?
Est-ce que ton pourquoi te permettra d'avancer vers quoi que ce soit ? Il te fera reculer. C'est le mental et l'ego qui veulent inlassablement comprendre. Tant qu'il y aura la moindre velléité de vouloir comprendre, tu ne peux être Absolu, simplement parce qu'il y a cette question. Rester tranquille et être en Paix, c'est accepter l'Abandon du Soi, oser être Absolu. L'Absolu ne s'installe que si rien de toi ne demeure. Étant Absolu, que peut signifier ce qui se passe dans ce corps ? C'est un spectacle. Le corps est une marionnette. Donc, qu'il y ait un fil qui se tende, qui se casse ou qui lâche, n'a aucune incidence sur l'Absolu. Témoigner de l'Onde de Vie vous a été signifié comme important, non pas pour vous, mais pour l'Onde de Vie elle-même. Par contre, vouloir en traduire quoi que ce soit d'autre (dans ses trajets et ses effets) ne rime à rien. Comme les Anciens vous l'ont dit, les trajets sont réels. Et si vous vous interrogez les uns les autres, vous allez vous conforter dans ces trajets, mais vous allez vous éloigner de l'Absolu. Ne vous occupez pas de cela. Est-ce que vous vous occupez de savoir où sont les uretères, pour aller au petit coin ? Est-ce que vous vous occupez de savoir comment fonctionne la marche, une fois que l'apprentissage est réalisé ? Non, vous marchez. Il en est de même pour l'Onde de Vie. Ne confondez pas l'analyse des mécanismes, avec le vécu des mécanismes. D'ailleurs, pour analyser un corps, comme cela a été fait par l'anatomie, il a bien fallu que ce corps soit mort. Ce n'est pas le but de l'Onde de Vie, n'est-ce pas ? Donc cessez de faire mourir ce qui est.

Question : quand on sent des vibrations, on peut dire : « je ne suis pas cette vibration » ?
Vous pouvez l'affirmer autant de fois que vous voulez, elle ne disparaîtra jamais. Il est question de l'Abandon du Soi, à ce moment là. Le mieux est, effectivement, comme cela a été dit, de rester tranquille. Ne vous occupez de rien, le Double est là. Ne vous occupez pas du Double. Ne vous occupez de rien. Faites ce que vous avez à faire, sans vous impliquer, mais faites-le. Je parle des activités ordinaires ou celles qui sont impulsées par l'âme. Elles ne vous concernent pas plus que ce qui se passe au niveau de la Vibration. Nous ne sommes plus, si l'on peut dire, à ce stade là, ultime, qui précède la disparition de tout stade, dans un processus de réfutation ou de déni, ou d'acceptation. C'est dans ces moments là que le plus important est, effectivement, le yoga de l'Eternité, qui peut se résumer ainsi : ne faites rien, restez tranquille, soyez en Paix. Et c'est tout. Vous êtes Absolu.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page