Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > O.M. AÏVANHOV

O.M. AÏVANHOV

30 novembre 2006 (2/2)

pdf

Question : Pourquoi des luttes de pouvoir se déclarent même dans des contextes spirituels ?
Cher ami, c'est pas bien compliqué, c'est exactement la même chose qui se passe quand le Christ a dit à Pierre « tu ne feras pas de mes paroles une nouvelle religion ». Et qu'est-ce qu'il s'est empressé de faire ? Une nouvelle religion. Alors, bien évidemment, c'est toujours pareil, quand il y a un maître ou un initié qui arrive sur cette planète et qui veut essayer d'ouvrir un maximum de personne, à condition que ce soit son chemin d'ouvrir les personnes, il prodigue un enseignement. Bien évidemment, dès qu'il est parti nombre de personnes récupèrent l'enseignement et, là, systématiquement, il n'y a pas d'exception à la règle, ceux qui récupèrent le mouvement sont nécessairement des gens de pouvoir même si, au début, ils sont dans une bonne volonté, comme on dit mais les luttes de pouvoir sont inhérentes au fonctionnement dans la troisième dimension. A partir du moment où un être initié, un maître, a laissé certaines traces et qu'il part, il a fait sa transition, toujours vous allez avoir des êtres, qui sont pourtant de bonne volonté mais la plupart vont vouloir créer quelque chose qui est lié au pouvoir et vous pouvez regarder dans la chrétienté que ce soit par exemple St François d'Assises qui était un très grand saint, qui était un personnage particulier et on a vu après sa mort ce qui est devenu de l'ordre qui a été créé. On peut être un peu effaré parce que les êtres qui vont prendre la suite, je dirais, de ces êtres exceptionnels, ont nécessairement (même s'ils sont dévoués corps, âme, esprit à la mémoire de leur maître qu'ils ont connu de leur vivant), pour instaurer le fonctionnement et la perpétuation, un minimum de pouvoir. Alors il y a nécessairement dégradation et vous l'avez vu avec toutes les religions qui ont été créées sur cette planète.

C'est pour ça aujourd'hui, plus que jamais avec l'avènement de la cinquième dimension, il vous est demandé d'être votre propre maître, c'est ça qui est demandé aujourd'hui, ce n'est pas de suivre un maître. Vous êtes votre propre maître à condition de l'accepter, à condition de jouer la règle pour être ce maître intérieur que vous êtes. Mais ce n'est pas pour ça qu'il faut punir en quelque sorte ceux qui ont pris le flambeau parce que si l'église catholique n'avait pas pris les paroles du Christ, même transformées, vous n'auriez pas eu les évangiles aujourd'hui. Alors il y a toujours quelque chose qui est semé, il y a toujours une graine qui est semée par un maître qui avance plus ou moins bien, plus ou moins facilement pour perpétuer quelque part cette graine et peut-être la faire germer. Même si la plupart ne germent pas, c'est pas important.

Question : comment atteindre, au mieux, la cinquième dimension ?
Chère amie, il n'y a pas de processus, il y a simplement de laisser tomber l'ego, c'est tout simplement cela, y'a pas de route à parcourir, il y a à se dépouiller de tout ce qui n'est pas la lumière. C'est la seule chose à faire et pour ça il n'y a pas de technique. Il faut être dans la transparence, dans l'humilité, dans la simplicité et cela arrive instantanément. Ce n'est pas un chemin d'ascèse, c'est quelque chose qui peut être instantané après l'éveil. Y'a pas de règle mais tant que le mental pose la question « et comment je fais pour arriver après l'éveil » c'est qu'il est pas prêt encore à aller à la maîtrise parce qu'il n'a pas lâché totalement. J'ai parlé de l'ego spirituel mais avant il y a le mental, avant il y a les émotions, avant il y a les attachements. Alors il y a un moment donné où on ne peut plus lutter et on fait ce que j'ai dit tout à l'heure, chère amie, « que ta volonté se fasse, mon Père et non la mienne » et rien d'autre. Tant que tu croiras que tu peux y arriver avec des cailloux, tant que tu croiras que tu peux y arriver à travers une prière, tu es dans l'illusion du mental.

Question : la cinquième dimension correspond à ce que certains appellent les eaux d'en haut ?
Vous appelez ça les eaux d'en haut, les eaux du mystère, les maïms, les eaux du mystère, les eaux de la manifestation, les eaux lustrales, les eaux du baptême. Alors, la particularité c'est que vous avez vécu déjà initiation par l'eau à l'époque de Noé où tout a été dévasté par l'eau. Alors, aujourd'hui, l'accès à la cinquième dimension n'est pas du tout cette même initiation, c'est pas l'eau, c'est le feu. L'initiation par le feu qui conduit à l'éther donc à la cinquième dimension. L'eau du mystère, l'eau du baptême, l'eau lustrale n'est pas la cinquième dimension.

Question: la cinquième dimension correspond à ce qu'on appelle le cinquième élément ?
Pas tout à fait, l'éther ou cinquième élément, est le liant de toute vie qui se trouve effectivement en cinquième dimension, si vous n'aviez pas cet élément éther, la troisième dimension ne pourrait pas exister. Mais la cinquième dimension c'est pas uniquement l'éther, c'est aussi les autres éléments mais à un niveau, comment dire, sublimé, transformé. Je vous parlais de lumière tout à l'heure. L'agencement de la lumière en cinquième dimension (ce que vous appelez en troisième dimension le prana) n'a plus rien à voir en cinquième dimension avec le prana que vous connaissez ici. De la même façon, l'élément eau n'a plus du tout le même aspect, l'élément terre n'a plus rien à voir avec ce que vous foulez aujourd'hui. Alors la cinquième dimension comprend l'éther, entre autre, mais la cinquième dimension c'est la vraie vie intérieure. Ca veut dire que vous ne serez plus à l'extérieur de la vie mais à l'intérieur de la vie, c'est à dire que vous ne vivrez plus à l'extérieur de la planète, sur le sol, mais vous vivrez à l'intérieur de la planète, dans la nouvelle planète et vous y constaterez que la vie y est beaucoup plus facile.

Question : continuer à aller aux Bonfins, là où vous avez enseigné, peut permettre une élévation ?
Si telle est ta croyance, chère amie, alors il faut la respecter. Mais même faire des pèlerinages et aller sur les lieux des apparitions de la vierge, comme au Portugal, n'amène ni l'éveil ni la maîtrise. Ça peut conférer la grâce mais c'est autre chose.

Question : quelle différence faites-vous avec la grâce ?
La grâce est l'intersession des plans spirituels qui se penchent vers vous. Vous pouvez obtenir la grâce, la rémission, la rédemption de certaines choses mais, pour autant, vous n'aurez pas la maîtrise. La maîtrise est un processus qui nécessite l'abandon total de la personnalité, l'abandon total de ce qui fait votre vie, vos vies. L'abandon est un état de renaissance à la maîtrise. Alors la grâce est quelque chose qui va vous toucher, qui confère l'éveil aussi. De même que les êtres qui vivent l'expérience aux portes de la mort, que vous avez appelée en anglais NDE, vont vivre un état d'éveil mais jamais un état de maîtrise, pas la totalité. La maîtrise c'est être conscient de la lumière et devenir lumière. Alors, ça nécessite d'abandonner totalement les peurs, d'abandonner les freins, d'abandonner les règles de fonctionnement qui étaient les vôtres mais c'est pas parce qu'on décide de les abandonner c'est parce que ça devient vital que cela se produit spontanément. Tous vos repères sont chamboulés, on vous supprime mari, femme, on vous supprime tout ce qui faisait votre vie, vos buts pour vous trouver. Là, on peut parler vraiment de maîtrise. Mais si vous décidez de supprimer ceci ou cela , ça ne marchera pas comme ça. Alors, bien évidemment, il est important d'aller vers cette maîtrise. La grâce et la maîtrise c'est deux choses différentes. La grâce c'est la lumière qui se penche vers vous et qui vient laver en quelque sorte vos cocons de lumière, vous procurer l'éveil, vous procurer la naissance de l'enfant intérieur, vous procurer la descente de la Shekinah, vous procurer l'ouverture du cœur, la montée de la kundalini. Mais c'est pas la maîtrise, pas encore. La maîtrise est l'accès total à la volonté de la lumière, c'est pas tout à fait pareil.

Question : comment aller vers ce but ultime avec nos contraintes de troisième ?
Je te répondrais, comme le Christ, est-ce que l'oiseau se soucie de ce qu'il va manger le lendemain ? Il y a une peur à dépasser à ce niveau là. Une peur ancestrale est inscrite en tout être humain, ça c'est la première chose. La deuxième chose c'est est-ce que vous êtes prêts à arrêter les expériences ? Parce que vous passez vos vies à faire des expériences, et à vouloir apprendre ceci, et à vouloir apprendre cela, et à vouloir faire l'expérience du mari, à vouloir faire l'expérience de la femme, à vouloir faire l'expérience des religions, à vouloir faire l'expérience du maître que vous allez rencontrer. Tout ça ce ne sont que des expériences. Alors êtes-vous prêts à arrêter vos expériences ? Y'a qu'à partir de ce moment là que vous vous rapprocherez du but. Le but n'est pas une expérience, le but c'est abandonner l'expérience justement, c'est abandonner la volonté personnelle, c'est lâcher-prise, accéder à la maîtrise, accéder à la libération. Mais vouloir être libéré, vous ne pouvez pas le faire avec le mental, vous pouvez pas le faire en connaissant tous les mystères de l'univers. Je vous renvoie pour cela à un texte que tête de caboche aime, mais que j'aime aussi, qui s'appelle le premier épître de St Paul aux corinthienx : « quand j'aurais connaissance de tous les mystères, quand je parlerais la langue des anges, s'il me manque l'amour, s'il me manque l'authenticité, je ne gagne rien, quand bien même je serais capable de transformer une montagne, de détruire un monde, de créer un monde ». Tout ça ce ne sont que des expériences, des expériences de vie, des expériences d'incarnation, des expériences qui vous éloignent du but.

Ce que je prône, par là, en cette période précise, qui, comprenez-le bien n'a plus rien à voir avec ce que vous vivez ou viviez depuis tant et tant de vie, il vous est demandé réellement d'arrêter les expériences, de vous en remettre à la lumière. Alors, effectivement, il y a les peurs, les peurs du qu'en dira-t-on, la peur de manquer, la peur de l'abandon, la peur de la peur. Mais tout ça sont des illusions qui ont été mises sur votre chemin, illusions totales qui vous font croire que si vous travaillez pas, vous allez pas manger, que si vous vous soignez pas, vous allez être malade. Tout ça c'est des programmations qui ont été mises dans le cerveau, sur un plan social, sur un plan culturel, auquel vous avez cru, auquel nous avons cru. C'est ça, la chute, c'est rien d'autre et aujourd'hui il est demandé de croire en la lumière. Alors, comment peut-on croire à la divine providence et continuer à avoir peur ? Ca veut dire qu'on ne fait pas confiance à la lumière, ça veut dire qu'on ne fait pas confiance à la divinité intérieure, ça veut dire qu'on a encore des peurs et qu'on n'est pas prêt.

Alors il n'y a pas de technique, les techniques pourront, au plus, provoquer un état particulier : l'état d'éveil, l'état de grâce, l'état de l'éveil de l'enfant intérieur, comme on a dit au début des entretiens. Mais c'est pas le but. Il y en a un qui parlait comme ça, et moi j'ai pas trop aimé ce qu'il disait parce que il parlait beaucoup mais il agissait pas mais, néanmoins, ses paroles ont été extrêmement puissantes parce qu'il disait la vérité. Que puis-je vous dire de la vérité si vous n'allez pas vous même de l'autre côté ? Que puis-je vous dire si vous ne traversez pas le fleuve pour aller voir l'autre rive ? Je pourrais vous le décrire, je pourrais vous déclencher des émotions de ce qu'il y a de l'autre côté mais ce n'est pas votre vécu, ça ne remplace pas ce que vous vivez, vous, si vous y allez. Alors, c'est à vous d'y aller. Je pourrais vous vanter les mérites de la lumière mais je ne peux pas supprimer vos peurs, je ne peux pas effacer vos peurs même si je vous mets dans un état dit de conscience cosmique, divin ou en rapport avec la cinquième dimension. La cinquième dimension vous ne savez pas ce que c'est. L'inconnu ça fait peur et c'est normal mais vous devez dépasser ces peurs, vous devez faire confiance, vous devez être dans la maîtrise, non pas dans le contrôle de votre vie. Vous devez être dans le lâcher-prise pour atteindre la maîtrise. Vous devez absolument faire confiance à cet enfant intérieur, faire confiance à la lumière et faire confiance à la volonté de la lumière et non pas à la vôtre. J'ai parlé.

Question : les épreuves de la vie sont-elles une nécessité pour atteindre la 5ème dimension ?
Chère amie, l'épreuve appartient à la troisième dimension, la cinquième dimension est tout sauf une épreuve. L'épreuve est parfois ce qui vous est envoyé pour vous transcender, pour aller vers la dimension de l'éveil mais l'épreuve n'apporte pas la maîtrise. L'épreuve n'est pas quelque chose à surmonter. J'ai parlé d'épreuve au moment de l'éveil, au moment de ce que vous appelez chemin. La vie est riche d'enseignements mais il ne faut plus considérer la vie comme une expérience et une épreuve ou un lieu de souffrance, surtout avec l'accès à la cinquième dimension. La vie en cinquième dimension n'est pas l'épreuve, la vie en cinquième dimension ne connaît pas l'ombre, ne connaît pas la dualité entre l'ombre et la lumière, entre le bien et le mal. Ca, c'est une spécificité de la création de la troisième dimension d'un certain plan d'expérience de vie, d'action/réaction mais, dans la cinquième dimension, ça n'existe pas. Alors, bien évidemment, pour vous forcer à aller vers l'éveil tout est possible au niveau souffrance et expérience de vie mais parce que il n'y a pas moyen, pour certains d'entre vous, de passer autrement mais c'est pas une règle, loin de là. Aujourd'hui la lumière vient vers vous, la lumière elle est omniprésente. Je parle pas de la lumière physique, je parle pas de la lumière de la troisième dimension, je parle de la lumière de la cinquième dimension. Elle est là et elle vous demande simplement de l'accepter et encore une fois c'est pas une acceptation mentale, c'est une ouverture totale à cette dimension nouvelle qui n'est pas une nouvelle expérience ou une nouvelle souffrance de vie qui est vraiment un seuil de transformation totale de vie. Tout ce que vous avez connu jusqu'à présent doit tendre à s'effacer devant la nouvelle dimension. Alors, encore une fois vous n'y êtes pas mais il vous est demandé d'accepter cela parce que si vous n'acceptez pas, vous aurez construit tellement de résistances, tellement de certitudes que la vie est épreuve, que la vie est expérience, que vous poursuivrez indéfiniment (quand je dis indéfiniment c'est pendant un nouveau cycle de cinquante mille ans) encore ce jeu d'action réaction.

Alors quel est votre but ? On parlait tout à l'heure de but. Est-ce que votre but c'est la libération ? Est-ce que votre but c'est retrouver votre divinité intérieure, votre source, de retrouver ce que vous êtes réellement ? Ou est-ce que votre but c'est d'accumuler encore des expériences ? Personne ne vous jugera, personne ne vous condamnera parce que vous prenez tel chemin ou tel autre chemin, c'est une décision que vous devez prendre sereinement, personne ne vous condamnera, vous êtes libres de refaire cinquante mille ans dans l'expérience parce que vous avez soif d'expérience de vie dans cette troisième dimension. Vous pouvez aussi décider, pas mentalement, mais accepter plutôt de vivre l'ascension en cinquième dimension mais, à ce moment là, vous pouvez pas demander à rester dans l'expérience de la vie telle que vous l'avez conçue jusqu'à présent. C'est deux chemins qui sont diamétralement opposés : un va vers une ascension, l'autre va vers une perpétuation et, ce, pour un nouveau cycle mais c'est pas important vous savez. Il y a des êtres qui ont deux cycles, trois cycles, quatre cycles, cinq cycles, d'autres qui ne vont même pas faire un cycle complet parce qu'ils ont atteint la maîtrise tout seul, indépendamment des mouvements collectifs, indépendamment de ce qui peut se passer au niveau individuel, ils vont tout seul aller à la maîtrise. Mais, là, le processus est profondément différent parce que c'est un processus collectif, c'est un processus planétaire, c'est un processus qui concerne sept constellations où vous vivez, pas uniquement le système solaire dans lequel vous vivez. C'est tout un pan des étoiles, des soleils, des planètes qui doit accéder à cela. Alors à vous de faire les choix.

Question : comment savoir si on est vraiment sur son chemin de vie ?
Voilà une question qui est extrêmement intéressante. Surtout aujourd'hui, pas il y a vingt ans ou trente ans, aujourd'hui le chemin de vie c'est celui qui va vous rapprocher de la lumière. La lumière c'est la liberté, la lumière c'est la disparition des souffrances. Vous pouvez être démunis de tout mais vous restez un être sans souffrance, vous pouvez souffrir et pourtant vous ne soufrez pas. Si vous êtes dans votre chemin, la manifestation la plus importante est ce que l'on appelle la fluidité, les choses sont simples même si vous devez tout perdre ça se fera de manière fort simple et pas compliquée. Ensuite, deuxième élément : à partir du moment où vous vous rapprochez de la cinquième dimension survient un état particulier qu'on appelle la joie intérieure. Un état de sérénité qui se rapproche de ce que les hindous appelaient Samadhi c'est à dire un état de félicité qui s'appelait aussi la félicité suprême où la conscience pure. La conscience n'est pas polluée par les peurs, n'est pas polluée par les attachements, par les désirs. Si vous êtes comme cela, vous êtes sur votre chemin. Et c'est le même pour tout le monde.

Question : comment, en tant que thérapeute, peut-on aider l'autre à trouver son chemin si la personne vient voir un thérapeute dans cet objectif là ?
Il faut bien comprendre que la personne qui vient voir un thérapeute, elle a besoin d'être thérapiée, elle a besoin d'aide donc elle a pas trouvé sa vérité intérieure, ça c'est clair. Le problème c'est que les thérapeutes (qu'ils soient ce que l'on veut) apportent une aide mais ne peuvent pas faire le chemin à la place de celui qui est en face. Vous pouvez être un grand maître et procurer l'éveil, ça oui, mais vous ne pouvez pas procurer la maîtrise. Alors le rôle de thérapeute est une relation d'aide où la plupart des êtres sont dans une relation particulière. Il y en a un qui vient se faire aider et l'autre qui aide. Souvent les thérapeutes, même s'ils ont bonne volonté, même s'ils ont cœur ouvert, vont être dans une relation particulière avec celui qui vient demander de l'aide. C'est très louable d'être thérapeute, c'est très louable de vouloir aider l'autre mais commencez par vous sauver vous-même. A ce moment là, vous n'aurez plus besoin d'aider l'autre parce que vous deviendrez vous-même cette source de bienfaisante auquel l'autre essaiera de venir s'abreuver pour trouver l'éveil. Sans vouloir faire quoi que se soit vous deviendrez source de lumière, vous deviendrez celui qui guérit comme le Christ qui disait « qui m'a touché ? » et la femme s'est vue guérir uniquement en touchant la robe, à aucun moment il n'a voulu la guérir, elle s'est guérie toute seule en approchant la source bienfaisante. Alors, en tant que thérapeute, il est plus urgent que jamais de trouver votre lumière intérieure et votre maîtrise parce que c'est en trouvant cette maîtrise que vous pourrez réellement aider l'autre sans vouloir aider, uniquement par votre présence rayonnante et bienfaisante, au-delà des techniques, au-delà des méthodes et au-delà de la volonté personnelle.

Question : si l'on vient de la lumière pour s'incarner et qu'ensuite donc on reprend le processus dans l'autre sens, pourquoi ce va et vient ?
La raison de ce va et vient est un processus qui a été décidé par l'Ancien des Jours, le maître Orionis, autrement dit Melchisédech qui, voilà fort longtemps, a décidé en tant que régent de ce système planétaire, de faire passer l'humanité alors incarnée par le processus de l'individualisation de conscience et aussi de la séparation de bien et de mal. Alors, tout le processus depuis cinquante mille ans est un processus par lequel la création n'est pas obligée de passer mais par où passent certaines humanités ou certaines créations qui expérimentent les périodes de ombres et lumières donc d'alternances de vies et de morts. C'est un jeu particulier où vous avez accepté, bien évidemment, de vous prêter pour faire cette expérience de même qu'un élastique s'éloigne de la lumière, de son point d'accroche, à un moment donné, équilibre précaire et que l'élastique revient à la source, il en est de même des processus dimensionnels. En tout cas pour ce qui concerne la descente dans l'incarnation de troisième dimension qui n'a rien à voir avec le processus de vie dans les dimensions qui sont bien au-delà, bien évidemment. Alors c'est une expérience, c'est ce que je disais tout à l'heure. A vous de décider de mettre fin à l'expérience ou de vouloir poursuivre l'expérience. Personne ne vous jugera.

Alors je vais vous apporter toute ma bénédiction tout mon amour et je vous dis certainement à bientôt pour pouvoir espérer vous enrichir et nous enrichir mutuellement de nos échanges. Je vous apporte toute ma bénédiction et je vais maintenant me retirer pour laisser la place à la Maman céleste.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page