Autres Dimensions

Sois qui tu es

RAPHAËL

10 décembre 2011

pdf

Je suis RAPHAËL, Archange. Êtres humains dans la chair, je vous prie d'honorer la Grâce de notre Présence commune. Au sein du Conclave, mon rôle est discret, mais il arrive, dans les temps que vous vivez, à un aspect plus crucial. J'ai souvent été considéré comme l'Archange de la Guérison. Je suis l'Archange qui a été prié, de diverses manières, le plus souvent en rapport avec cette Guérison. Dans les temps que vous êtes appelés à vivre, ma Vibration est celle qui s'inscrit dans la suite logique du Passage de la Porte Étroite, vous conduisant à établir la Conscience, de l'ego au Cœur, du limité à l'Illimité. Je participe, au sein de l'Alchimie, au processus nommé, par l'Archange JOPHIEL, l'Œuvre au Rouge. Et je viens aussi, en ces temps particuliers que vous êtes amenés à vivre, permettre l'étape ultime de l'Œuvre au Blanc. Je laisserai l'Archange JOPHIEL vous exprimer un certain nombre d'éléments, concernant la Connaissance, et cette notion d'Œuvre au Rouge et d'Œuvre au Blanc.

Dans ces temps particuliers, où votre temps individuel et personnel se rapproche du temps collectif de la Terre, il existe un certain nombre de mécanismes à l'œuvre, en chacun de vous, incarnés. Ce processus se réalise conjointement, et successivement, à ce qui a été nommé le Passage de la Porte Étroite, le Passage de l'ego au Cœur, Crucifixion et Résurrection, le Passage de la Merkabah individuelle à la Merkabah Collective (réalisée depuis plus d'un an, mais en Conscience individuelle). Dans cette période particulière, je suis l'Archange qui met fin aux contingences de la matière, et de ses lois, et de ses règles. Vous permettant de découvrir, toujours plus, une Conscience nouvelle. Débouchant, pour vous, sur le vécu de choses nouvelles, échappant aux conditionnements habituels de la vie, telle qu'elle est au sein de ce monde. Ma Présence et ma démarche s'inscrivent dans ce processus de Passage du temps individuel au temps collectif : Passage de l'ego au Cœur, non plus en tant que conscience personnelle (individuelle, si vous préférez), mais en tant que conscience collective, issue des projections collectives des Consciences enfermées au sein d'une réalité parcellaire, appelée le monde (par vous).

Je vais revenir, de manière préalable, sur un certain nombre de généralités exprimables au sujet de la guérison. Pour parler de la guérison, au sein du monde dans lequel vous êtes, et aboutir à la Guérison en tant qu'élément vous permettant de Guérir, de manière définitive, de ce que j'appellerais un ensemble de projections, de croyances, de conditionnements, liés à l'enfermement de l'âme et de la personnalité au sein d'un certain nombre de lois particulières. Ayant, en quelque sorte, éloigné de la Conscience la possibilité et la perception de sa Réalité (au-delà de cette Dimension où vous êtes), qui est, je vous le rappelle, l'Esprit, dans son aspect Illimité : sans limites, sans contraintes et sans lois.

L'ensemble de la personnalité est conditionné par un ensemble de lois. Ces lois sont toutes issues de ce qui est appelé le corps de désir, correspondant à un principe. Ce principe est fondamental, parce que c'est ce principe qui doit disparaître de votre Conscience, de votre vie et de ce monde. La personnalité (telle que vous la vivez) se définit par un ensemble de résistances, d'adhésions à un certain nombre de principes et de lois, découlant directement de ce que nous avons nommé, les uns et les autres, principe d'enfermement. La conscience humaine, limitée, conçoit la vie comme ce qui s'inscrit entre un moment précis (appelé naissance) et un autre moment précis (appelé la mort). Dans cet espace de temps limité dans lequel évolue la conscience, au sein d'un certain nombre de lois liées au corps de désir, le maître-mot est le mot : résistance. Parce que l'ensemble des éléments, amenés à se conscientiser, à se manifester, sont tous, sans aucune exception, issus de plus ou moins grandes résistances à la Lumière. À la Lumière, bien sûr, qui n'est pas de ce monde. Le principe de résistance et d'opposition (ou principe de confrontation) est inscrit même dans les cadres précis de la naissance et de la mort. Au sein d'un corps de désir, façonné par de multiples expériences (familiales, sociétales, issues de mémoires, de ce que vous appelez vos vies passées), ce corps exprime un certain nombre de résistances, issues de champs de conscience, venant du passé ou de ce qui est nommé l'extérieur, en tant que règles, croyances, conditionnements (issus, aussi bien, de la société actuelle, que des sociétés passées, ou que des sociétés à venir).

Il existe, par l'intermédiaire de ce corps de désir et de ces résistances, des conditionnements extrêmement forts auxquels la conscience est soumise, à l'intérieur de ce corps de désir. Faisant que, dès la naissance et jusqu'à la mort, un principe va s'exprimer, dans toute vie (humaine comme non humaine). Ce principe, appelé résistance, peut porter de multiples noms : il peut être assimilable à un principe de manque, il peut être assimilable à un principe de compétition et de prédation. La caractéristique essentielle de ce corps de désir, au-delà de sa limitation, est justement de ne pas connaître (au sens réel, c'est-à-dire : naître avec) le principe même de l'Illimité. Le corps de désir va exprimer (durant sa vie, inscrite entre la naissance et la mort) un certain nombre d'éléments, qui sont en résonance (d'une manière ou d'une autre) avec ce principe de manque, ce principe de résistance, de compétition ou de prédation. En tant qu'humain, l'ensemble de vos conditionnements (croyances, expériences matricielles, comme lois de karma) s'appliquent dans le monde où vous êtes. Au sein de ce que vous appelez un corps physique s'expriment, parfois, des résistances plus fortes, résistances qui peuvent (le plus souvent) induire, de manière générale, un processus appelé : vieillissement, et mort elle-même. Mais, le plus souvent : apparition de maladies (ndr : RAPHAËL a prononcé distinctement les syllabes : mal - a - dit), venant confronter la conscience limitée aux propres conséquences de ses actions, de ses réactions.

Il existe, au sein de toute maladie ou cristallisation, un principe causal trouvant sa source dans la limitation elle-même (non satisfaction d'un désir, blessure d'un passé). Toute atteinte de ce corps physique, dans la structure du corps de désir, a une explication logique (rationnelle, au sens où vous l'entendez) : aussi bien physiologique, que psychologique, ou karmique, ou mentale, ou émotionnelle. Le corps physique (comme le corps de désir) va exprimer, lors de sa présence éphémère sur ce monde, un certain nombre de tensions, d'oppositions, de résistances, et donc, de ce que vous nommez : maladie. La quête de l'être humain vise à manifester une conscience, au sein de ce corps de désir, avec le moins de résistance ou de souffrance possible. Cela est une quête. Cette quête s'inscrit dans les cadres et dans la limite de ce corps de désir, comme dans le corps de désir de l'ensemble de ceux qui sont incarnés, et des lois qui ont été manifestées, établies ou créées.

La guérison envisage donc de retrouver une cause, au sein de ce monde (personnelle ou collective), en tant qu'élément à comprendre pour être transcendé et dépassé. Or, la vie sur ce monde, depuis la naissance de ce corps, jusqu'à la fin de ce corps que vous habitez, ne peut se manifester qu'à travers un principe de résistance. Ainsi, guérir n'est envisageable, dans ce monde, que comme la suppression d'une résistance, d'un conditionnement, d'une prédation, ou d'un manquement (à une loi de ce monde). Ainsi, la conscience limitée, et inscrite dans le corps de désir, va toujours (dans tous les mécanismes vitaux, et surtout quand il y a maladie) passer par des mécanismes successifs (de manière temporelle) appelés : analyse, synthèse et intégration. Un signe apparaît (douleur ou souffrance) en un endroit précis du corps (ou d'un autre corps que le corps physique, mais toujours au sein du corps de désir). L'analyse de ce qui est vécu conduit à une synthèse (ou si vous préférez, à une explication) visant à trouver, au sein de ce monde, les éléments (naturels ou non) venant, en quelque sorte, faire disparaître une résistance, quelle qu'elle soit (ou, une cristallisation, quelle qu'elle soit), dans le corps physique comme dans ce que vous appelez, et nommez, corps subtils (qui appartiennent tous au corps de désir).

Ainsi, la guérison, par Essence et selon ce principe, ne peut être qu'éphémère, puisqu'en définitive, ce corps de désir (comme vous le savez) est périssable. C'est au sein de cette notion d'éphémère et de périssable, que l'être humain va inscrire, en définitive, et de manière systématique, sa quête. S'appuyant parfois, dans ses idées et dans ses concepts, dans ses souhaits comme dans ses désirs, sur quelque chose d'inaccessible, appelé Réalisation spirituelle, ou encore appelé Lumière, ou encore appelé Amour. Il s'agit d'une idée, concernant quelque chose qui n'est pas partie intégrante du monde où vous êtes, mais néanmoins, posée comme adéquation et comme équation à résoudre, afin de manifester ce qui est appelé : la santé. Toute démarche inscrite dans le corps éphémère (corps physique, comme corps mental, comme corps astral) vise, et visera toujours, à trouver ce que l'on appelle des lignes de moindre résistance, c'est-à-dire des états où la conscience n'est plus affectée par des douleurs (ou par des signes) l'empêchant d'évoluer au sein des lois, dites habituelles, de ce monde sur lequel vous êtes.

Certains Anciens vous ont transmis des éléments, vous amenant, peut-être, à considérer que n'étant pas ce corps (physique, ou de désir), il est donc tout à fait plausible que tout déséquilibre (appelé maladie, résistance ou cristallisation, présente en l'un de ces corps de désir) s'inscrive, là aussi, dans la même Illusion. Ainsi, je vous demande de reconsidérer que, si vous n'êtes pas ce corps, vous ne pouvez être, encore moins, une quelconque identification à une souffrance, ou un trouble présent au sein de l'un de vos corps de désir. Nous savons pertinemment que la logique, physiologique, de ces corps de désir vous amène à exprimer et à manifester (durant ce passage éphémère, que vous nommez vie) un certain nombre de déséquilibres, faisant, par Essence, partie même de ce monde. Ce déséquilibre, que j'ai nommé résistance, va se retrouver comme une difficulté à laisser encore passer, ce qu'il resterait d'une Lumière venant d'un Ailleurs. La résistance est donc (en quelque sorte), au sein de ce corps de désir, une zone d'Ombre, renforçant la résistance liée au corps de désir. Cette zone d'Ombre, par principe de Dualité, va nécessiter un éclairage. Que cet éclairage se situe au niveau de ce que vous appelez la chimie, de la cellule, de la biologie, de l'énergie, ou de quoi que ce soit d'autre, situé sur des corps de désir invisibles (souffrances, blessures karmiques), il s'inscrit indéniablement dans le même processus de résistance, se manifestant par une zone d'Ombre.

Ceux d'entre vous ayant eu accès, d'une manière ou d'une autre, à l'Êtreté (présents, aujourd'hui, ou dans des temps plus reculés de l'histoire de ce monde), vous ont transmis que la guérison était tout aussi Illusoire que ce que vous appelez la santé. Parce que n'étant pas ce corps, et l'ayant vécu, ils ne peuvent être (encore moins) une quelconque altération d'une Illusion, qui renvoie à un autre niveau d'Illusion. Et pourtant, la structure même des corps de désir vous fait considérer, comme plus que réelle, une zone de résistance, parce qu'elle se manifeste à la conscience, et vient donc envahir la conscience, elle-même limitée, pour la limiter encore plus. Ce genre de situation et d'état (d'une manière ou d'une autre) fait partie intégrante de ce que je nomme les contingences de cette matière, dans laquelle vous êtes.

Et nul ne peut y échapper. De même que nul ne peut échapper à la mort : il ne viendrait à l'esprit de quiconque, présent sur cette Terre, de nier qu'il existe un début et une fin. De la même façon que, pour une souffrance, il existe un début et une fin, que cette fin se termine par la mort ou par la cessation de la résistance, quel que soit le moyen employé, quelles que soient les causes retrouvées (sur un autre corps de désir plus subtil, ou encore dans une succession appelée karma).

Le processus Alchimique de Translation Dimensionnelle (que vous êtes en train de manifester et de vivre) vous amène à reconsidérer la place de ce corps de désir, la place de la Conscience (qui est vôtre), par rapport à la Lumière, par rapport à l'éphémère, par rapport à l'Éternel. La Guérison dont je veux vous entretenir, est, en fait, la Guérison du processus même de la résistance. La résistance est inscrite dès la naissance et dès la mort, dans ce monde. Parce qu'elle illustre les principes de la Dualité, quelle que soit l'expression de cette Dualité : que cela soit au niveau de concepts bien et mal, que cela soit au niveau du concept de complémentarité homme / femme (ou homme / homme, ou femme/femme), que cela soit au niveau de tout concept de la société (quelle que soit cette société, au sens où vous le vivez ou l'entendez). Le mécanisme de la résistance ne peut exister que dès l'instant où un principe de causalité (ou d'action / réaction) est exprimé comme la seule valeur exprimable en ce monde. Ce principe de causalité (expliqué, au niveau spirituel, par le karma) trouve aussi sa justification dans l'existence même de la matière de vos corps, à travers la biologie, à travers les lois physiques (comme la gravitation) et tous les principes que vous connaissez et nommez comme limites.

Il existe, pour l'être humain, un programme de vie. Il existe, pour les animaux, quels qu'ils soient, un programme de vie. Et nul ne peut échapper, dans ce conditionnement, à son programme de vie. Ainsi, il ne viendrait pas à l'esprit d'un corps de désir humain, de voler, parce qu'il n'est pas outillé et équipé pour cela. Il ne viendrait pas à l'esprit d'un corps de désir humain, de respirer avec ses poumons, sous l'eau (chose habituelle pour un poisson, de même que voler est habituel pour un oiseau). Ainsi donc, les caractéristiques de la conscience, obéissant à un programme de vie issu de résistances spécifiques, font que la conscience qui habite un corps de désir manifeste, en fonction des éléments constitutifs, une adéquation à un milieu ou à un autre. Ce milieu peut être entendu comme élément, mais tout aussi comme affectif, social, éducatif, conditionnant, religieux, spirituel, philosophique ou autre.

Ce qui est appelé à se vivre, vous fait passer (et c'est ce que vous vivez, à l'heure actuelle) d'un monde de résistance à un Monde de Liberté, d'un monde où existe l'action / réaction permanente (aussi bien dans les actes, que dans les faits observables par la science) à un Monde où la seule Loi est l'Action de Grâce, c'est-à-dire où le principe même de la résistance ne peut exister. De la résistance découle (au-delà de l'enfermement) la limitation, l'opacité, la non-transcendance, et surtout, cet élément que j'ai nommé quête. Faisant, bien au-delà de toute compréhension, concevoir à la conscience enfermée, qu'il existe un manque. Or, ce manque va chercher à être comblé, le plus souvent, au sein de ce monde, à travers un être aimé, à travers la poursuite d'un objectif, à travers la projection d'un certain nombre de conditionnements. Reportant la Liberté à un autre monde, à un au-delà (à travers des idées, des concepts, des adhésions à des principes, en un sauveur extérieur) où tout est libéré. Bien sûr, il n'en est rien, puisque la conscience revient, inlassablement, tant qu'il existera le moindre corps de désir. Ainsi donc, comment concevoir, à titre individuel comme à titre collectif, une quelconque libération de ce corps de désir, puisque celui-ci est partie prenante, même, de la confrontation, de la résistance à la Lumière ?

Un principe, extérieur à ce monde, a commencé à pénétrer ce monde, en ce que vous nommez les années 80 : effusion de la Lumière, Particules nouvelles, venant, peu à peu (de manière, je dirais, insidieuse, mais maintenant beaucoup plus flagrante), modifier la conscience elle-même, afin que cette conscience modifiée puisse, à son tour, modifier le monde et le corps de désir. Non pas par un quelconque désir, qui ne ferait que renforcer ladite résistance, car ce qui s'oppose se renforce, au sein de l'action / réaction. Ce Principe de Lumière Vibrale (ainsi nommée) va donc déclencher des mécanismes, dépassant de très loin les mécanismes habituels du corps de désir et des résistances, inscrites même dans la présence de ce corps de désir, sur ce monde. Quels que soient les noms qui aient été donnés (Clés Métatroniques, Portes, Étoiles, chakras, Couronnes), nous vous avons largement (en tous cas, en ce qui concerne les Archanges) nommé ce Monde : Vibration, et cette Lumière : Vibratoire. Parce qu'elle donne (et elle peut donner) l'impression, dans un premier temps, de se confronter au corps de désir. Le but n'est pas de se confronter, car la Lumière ne se confronte jamais, elle s'installe et elle se déploie comme une évidence, parce que l'Action de Grâce, n'a que faire de l'action / réaction. La conceptualisation, et surtout, la perceptualisation des Vibrations, est l'élément qui a été donné à l'Humanité (et à ceux d'entre vous qui en vivent les effets) de manifester, d'une manière ou d'une autre, une Conscience différente de la conscience de résistance. Même si, effectivement, les premières pénétrations de Lumière, au sein du corps de désir, peuvent s'exprimer comme des douleurs ou, en tout cas, comme des signes venant interroger la conscience, sur le sens de ce qui est perçu et vécu. Mais la réponse n'est pas de ce monde.

Progressivement, vous avez été conduits à la Porte Étroite, par la Vibration de la Lumière, elle-même, vous amenant à envisager la Guérison comme une cessation de toute résistance, c'est-à-dire de tout corps de désir, quel qu'il soit (mental, émotionnel, physique ou causal). Ceci se traduit par des prémices, des symptômes, qui sont, très précisément, ce que vous vivez (pour beaucoup d'entre vous) dans vos périodes dites d'Alignement, dans vos périodes dites de Communion, où n'existe plus, justement, de résistance. Dans ce cas-là, le corps de désir cesse toute activité, même si cela est temporaire. Il n'y a plus de perception du corps, il n'y a plus de perception d'émotion, il n'y a plus de perception du mental. Et même si le mental est perçu, il est, à ce moment-là, vécu comme non-résistant et non-opposant à la Lumière : c'est-à-dire que durant certains de vos Alignements, la Vibration présente (vous le constatez) n'empêche pas l'expression du corps de désir, ou en tout cas, la superposition avec l'expression d'une des parties de ce corps de désir. À ce moment-là, vous faites l'expérience qu'il existe, réellement, deux états profondément différents dans votre corps : un état dit résistant, et un état dit d'Abandon. Le principe même d'Abandon à la Lumière (très largement développé par l'Archange ANAËL, durant les Noces Célestes) fait appel à cette notion d'abandon des résistances, qui se traduisent par une disparition, plus ou moins rapide, plus ou moins progressive, de ce qui est nommé le corps de désir.

Le mécanisme de la Dissolution (ou Translation Dimensionnelle) est, très exactement, ce que vous vivez, dans les moments où la Vibration s'empare du corps de désir. Non pas pour le tuer mais, bien plus, pour lui permettre d'Ascensionner au sein d'une bande de fréquences où la résistance n'a plus cours. Où le principe de compétition, de prédation et de manque, ne peut plus exister, parce qu'à ce moment-là, vous vivez ce que vous nommez l'Unité (ou le Cœur, ce qui est la même chose). À ce moment-là, il existe un mécanisme d'acclimatation. Ce mécanisme d'acclimatation, que je nommerai Œuvre au Blanc, vous fait sortir ce corps physique, et surtout, ce corps mental, de toutes les conceptions et de toutes les perceptions issues du monde dans lequel vous vous êtes projeté, et où vous avez été projeté. À ce moment-là, vous réalisez, par vous-même, l'expérience de l'Êtreté, l'expérience de l'Unité, validant (en quelque sorte) tout ce que vous vivez. Car vous prenez conscience, de la même façon qu'une conscience, entre la vie et la mort, peut parfois passer ce que vous nommez de l'autre côté c'est-à-dire dans la matrice astrale, où il n'existe plus de corps, mais où existe encore un corps de désir, puisqu'il y a la lumière, il y a les proches désincarnés, il y a des anges qui peuvent vous accueillir :ces anges-là et ces êtres désincarnés sont partie intégrante de ce que vous nommez la matrice.

La seule façon de rompre l'enfermement était, effectivement, de faire pénétrer, au sein de ce corps de désir, de cet univers matriciel limitant et enfermant, un certain nombre d'éléments dits de Lumière Vibrale. Permettant de conscientiser, à titre individuel et surtout collectif, un autre état de la Conscience, qui n'a plus rien à voir avec les lois de résistance et les lois de l'enfermement. Car tout ce qui n'est pas vécu, n'est qu'une idée. Car tout ce qui n'est pas vécu, n'est qu'une pensée. Et aucune idée, aucune pensée, aucune conception ou aucune perception, dites de ce monde, ne peuvent vous faire sortir de ce monde, d'un côté comme de l'autre. La rupture de l'enfermement a correspondu (comme cela vous l'a été dit), par l'Action du Conclave Archangélique, des Anciens, des Étoiles, et de votre Action aussi, à consister, dans un premier temps, à dissoudre (de manière non totale) les barrières de l'enfermement entre le corps physique, le corps astral, le corps mental et le corps causal (le vôtre, comme celui de ce Système Solaire). Vous amenant graduellement, plus ou moins rapidement, à vivre l'expérience de la Vibration. Vous amenant à établir votre Conscience bien au-delà des champs de perception habituels, appelés l'énergique, appelés le mental, appelés les émotions. Le résultat est que, aujourd'hui, voilà quelque temps, vous avez accompli un travail remarquable, qui a été d'Ancrer la Lumière sur ce monde. De lui permettre de diffuser, non pas seulement dans le noyau cristallin de la Terre, mais aussi dans le manteau terrestre, c'est-à-dire dans l'ensemble des étages qui étaient limités, enfermés et résistants.

La Libération (de la Terre, du Soleil, de votre corps de désir) se traduit par un mécanisme d'expansion de la matière. Puisque la matière, au sens où vous la nommez, ne sera plus séparée, ni limitée, par des forces dites de résistance, de prédation et de compétition. Cela se traduira (bien sûr, et vous le savez) et cela se traduit, déjà, par des modifications considérables, de la Terre, du Soleil, et de l'Homme. Le corps de désir disparaîtra, en totalité, pour ceux qui le souhaitent, par leur propre Vibration. Je parle de souhait, non pas de volonté, non pas de désir, puisque le désir fait partie du corps de désir, mais plus par une Attention et une Intention de s'établir dans les Champs Unifiés de la Conscience.

Ainsi donc, a été réalisé un certain nombre d'Œuvres Alchimiques : Œuvre au Rouge, Œuvre au Jaune, Œuvre au Noir, Œuvre au Bleu, et enfin, Œuvre au Blanc. C'est très exactement cela que vit, à votre façon, votre corps de désir. C'est de cet alignement, entre le corps de désir limité et ses différentes composantes, et le Corps d'Êtreté (se re-synthétisant, par le Déploiement de la Lumière sur les Portes, identique à ce qu'il est dans le Soleil), que vous pouvez, progressivement, placer, ou déplacer, ou transporter, votre Conscience, du corps de désir dans le Corps d'Êtreté. Vous ne pouvez, avec un quelconque désir, avec une quelconque volonté, sortir du corps de désir. Parce que ce qui s'oppose, se renforce. La Grâce n'était pas de ce monde. Vous l'avez déployée, parce que la Grâce est venue rendre visite à la Terre, comme cela se produit (ainsi que vous le savez peut-être) lors d'un certain nombre de cycles. La différence majeure par rapport aux autres cycles, c'est que, plus jamais, ce Système Solaire ne pourra être refermé et enfermé sur lui-même. Plus jamais, il ne pourra manifester un quelconque corps de désir, individuel comme collectif. Cela s'appelle, et se nomme, l'Ascension de la Terre au sein des Nouveaux Espaces de Vie. Vous changez, individuellement et collectivement, de gamme de fréquences. Il y a un élargissement et un déploiement de la Lumière, permettant à cette matière de se transmuter, et à l'ensemble des corps de désir, de disparaître, en totalité.

Ce moment n'est pas encore advenu, parce qu'il doit s'accompagner de ce que je nommerais des prémices, qui vous ont été donnés par des Archanges (autres que moi) durant toutes ces années. Néanmoins, la quasi-totalité de la Dissolution de vos corps de désir individuels, est presque achevée, rendant plausible le Passage dans le temps collectif de l'Humanité, de manière extrêmement proche. Cela ne dépend pas de vous, Humains. Cela dépend du corps de désir de la Terre, et du corps de désir du Soleil, puisque le Soleil (ainsi que cela avait été dit) doit Épouser la Terre, à travers un Rayonnement profondément modifié. Ce processus est en cours. Ce processus se traduit, surtout, au travers de votre vécu et de vos expériences. Vous amenant à vous voir avec Clarté, à vivre la Transparence, à vivre l'Unité, à vivre la Simplicité, à redevenir l'Enfant, vierge de tout concept, de tout précepte, de tout conditionnement, de tout élément venant perpétuer le corps de désir ou le corps de résistance. Vous passez, donc, du corps de désir au Corps d'Êtreté, d'une résistance qui est liée à la Dualité (de la connaissance, de l'explication) au Corps de l'Unité (où n'existe plus de résistance, plus d'opposition), qui est nommé le Corps de la Grâce. Voilà, dit de façon un peu différente, très exactement, ce que vous êtes amenés à vivre, maintenant.

De votre capacité à ne pas résister, au niveau de ce corps de désir, vous vivrez un Abandon et un Renoncement, d'autant plus grand que votre personnalité ne trouvera rien à exprimer, dans le processus qui est vécu par votre Conscience. Bien sûr, au sein de la personnalité (encore présente, tant que votre corps de désir physique est encore présent sur ce monde) peuvent s'exprimer des peurs, des souffrances, des réticences. Mais celles-ci, vous le constatez par vous-même, parce que vous en faites l'expérience : plus l'immersion dans la Lumière Vibrale est réelle et vécue, moins les résistances sont présentes, et plus votre vie s'établit (comme cela a été dit) selon les principes de l'Unité, de la Fluidité de l'Unité, de la Synchronicité.

L'Unité n'est pas un concept. L'Unité n'est pas une idée, et encore moins un désir. C'est un état de l'Être, qui se réalise quand les résistances ne peuvent plus entraîner ni souffrance, ni maladie. À ce moment-là, vous n'êtes plus identifiés, ni à ce corps de désir, et encore moins à ces Illusions, créées ou entretenues par des résistances persistantes, quelle que soit l'origine de ces résistances dites persistantes. Dès l'instant où votre Attention et votre Conscience se transfèrent, de plus en plus facilement, dans la Lumière que vous vivez dans vos expériences, de plus en plus facilement, vous constaterez, alors, la disparition de toute zone de résistance, quelle que soit sa présence au sein d'un corps de désir. Ce n'est pas vous qui agissez, mais c'est (comme cela a été dit) le principe de l'Intelligence de la Lumière et de la Grâce de la Lumière. Il vous appartient, à chacun, de faire l'expérience de l'Action de la Lumière sur votre vie, et sur vos corps de désir. Parce que la Lumière est l'Agent Alchimique de l'Œuvre au Blanc, qui maintenant est à votre porte. La Lumière, déversée depuis un certain nombre d'endroits (ainsi peut-on les nommer, pour vous : que cela soit le Rayonnement d'Alcyone, Soleil Central, que cela soit le Rayonnement de Sirius A, que soit le Rayonnement du Soleil, que soit votre Rayonnement, le Rayonnement du Conclave, des Étoiles, des Anciens et de l'ensemble de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres) rend possible, aujourd'hui, la cessation de toute résistance, à titre individuel et, très prochainement, à titre collectif. Dans quelques instants, je conduirai et participerai à votre Alignement de 19 heures, vous permettant d'expérimenter l'absence de résistance à la Lumière. Si nous en avons l'opportunité, le temps, et s'il existe, en vous, des interrogations sur ce que je viens de stipuler, je veux bien y répondre.

Question : toute résistance du corps physique a-t-elle une cause déterminée ?
Toute résistance est causale. Cela ne veut pas dire qu'elle vient nécessairement d'une vie dite passée, mais elle exprime, d'une manière comme d'une autre, une résistance. Cette résistance n'a pas à faire envisager une quelconque culpabilité, puisque, quelque soit la maladie, inscrite au sein d'un corps de désir, elle ne fait que traduire une Illusion, sur-rajoutée à l'Illusion. Il existe donc des mécanismes, en résonance avec la Lumière, vous permettant de vous découpler de l'ensemble du corps de désir et de l'ensemble des altérations de ce corps de désir, c'est-à-dire vous faisant passer de la résistance à l'Abandon. Cela ne se traduira pas, nécessairement, par la disparition de la résistance en cause, au sein de cette illusion, c'est-à-dire de cette maladie. Mais permettra alors de considérer, parce que cela est vécu comme la Vérité que ce corps n'est pas la Conscience, et que la maladie présente qui affecte ce corps, est encore moins la Vérité de la Conscience. Ce n'est pas une vue de l'esprit, ce n'est pas une dénégation de la maladie, mais bien une transformation radicale de la Conscience. Êtes-vous ce corps ? Êtes-vous votre maladie, quelle qu'elle soit ? L'Abandon à la Lumière ne se pose plus en termes de savoir si telle ou telle maladie va être guérie, parce que ce qui veut guérir est nécessairement le corps de désir. Le Corps de Lumière (ou le Corps d'Êtreté) n'a que faire du corps de désir, et n'a que faire de l'Illusion dans l'Illusion. Ainsi donc, le processus de délimitation, et de fin de limitation de la Conscience, va se traduire par une sortie des mécanismes de limitation de ce corps de désir. Ainsi donc, ce qui est important n'est pas tant la guérison, au sens où vous l'entendez, par rapport au corps de désir, mais bien la Guérison de la Conscience elle-même, qui sort, en totalité, de sa limitation. Tout ce qui arrive, en ce monde, là où vous êtes, est causal, parce que tout ce qui arrive est inscrit selon le principe de l'action / réaction : mort, naissance, et vie dans ce monde. Toute action (et vous le savez) entraîne une réaction. Ce qui n'est pas le cas au sein des Mondes de l'Esprit, bien au contraire. Poser comme fondement que les Lois de La Vie sont les lois de cette vie, est une erreur magistrale.

Question : existera-t-il un corps de désir sur la Nouvelle Terre ?
Non, cela est impossible. La Lumière est Complétude, elle ne connaît pas l'incomplétude. La Conscience établie dans la Lumière est Libre, non localisée spatialement, non localisée temporellement. Il n'y a donc aucune nécessité d'un corps de désir, sur cette Terre là. Par contre (et comme nous l'avons dit), chacun est Libre, en totalité, sur ce monde, de maintenir un corps de désir, mais il ne sera pas sur cette Terre.

Question : quand on émet une intention, est-ce que cela implique le corps de désir ?
Non, il faut bien différencier le désir (ou la volonté) et l'Intention. L'Intention est un acte posé, en Esprit. À partir de ce moment-là, il n'y a plus à s'y intéresser, parce que c'est l'Intelligence de la Lumière qui le concrétisera (ni la volonté, ni le désir). Tant que vous êtes soumis à, ou exprimez, un désir (fut-il le plus légitime, au sein de ce monde), vous n'êtes pas dans l'Abandon à la Lumière. La Guérison qui arrive est la Guérison de l'ensemble du corps de désir. Mais la Guérison du corps de désir n'est pas le maintien d'un corps de désir, mais bien sa Dissolution.

Nous n'avons plus de questionnements, nous vous remercions.
Bien-aimés Enfants de l'Un, je serai donc en vous pour accompagner l'Alignement. Je vous transmets Grâce et Unité, de Conscience à Conscience. Et je vous dis à de suite.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page