Autres Dimensions

Sois qui tu es

FRERE K

20 juillet 2012

pdf

Mon nom est FRÈRE K. Frères et Sœurs, établissons nous dans la Communion.

... Partage du Don de la grâce ...

Je suis venu à vous, en ce jour, pour tenter d'exprimer ce qui est, à priori, complexe mais qui je l'espère, à travers notre Communion, les Vibrations et les mots que je vais employer, permettront de simplifier. Nous allons aborder le thème de la non perception, amenant, comme toujours, tout d'abord, à définir ce qu'est la perception et dans quel cadre elle s'inscrit, par rapport à la conscience et par rapport à la vie telle que vous la connaissez et telle qu'elle est.

La conscience en incarnation, quelle qu'elle soit, se base sur l'expérience, sur sa propre perception, elle se base sur un certain nombre d'éléments lui permettant d'interagir, en permanence, avec soi-même et avec l'ensemble du vivant sur ce monde. La conscience va donc présenter un certain nombre d'attributs qui vont découler d'un certain nombre d'axes, plus ou moins présents, plus ou moins importants. Le premier de ces axes concerne la conception, et j'entends par conception tout ce qui peut être mode d'interaction, au sens large, et qui est issu directement des mécanismes de la pensée, des mécanismes d'adhésion aux croyances ainsi qu'à l'ensemble des expériences de l'incarnation ayant imprimé, dans l'être, un certain nombre d'éléments. Vient ensuite la perception. La perception est la capacité de la conscience à recevoir et émettre un certain nombre d'éléments lui permettant, à travers les sens, et pour certains, au-delà des sens, de recevoir un certain nombre de signaux qui vont, de manière inéluctable, se trouver en interaction, dans un premier temps, avec la perception elle-même, la conception et la perception étant donc en interaction. Au niveau de la conception, nous pouvons faire entrer aussi bien l'éducation que la société elle-même, la culture elle-même, le milieu culturel, l'ensemble des affects, l'ensemble des expériences qui ont été menées depuis l'apparition sur ce monde, que cela soit dans cette vie ou dans ce qui est nommé couramment d'autres vies.

La problématique est que la conscience de l'être humain en incarnation présente un certain nombre de filtres. Ces filtres ont été nommés des Voiles. Ces Voiles, qui peuvent être, dans un premier temps, comme facilitant l'accès à autre chose que ce qui est visible ou perçu par le commun des mortels, n'en est pas moins, comme je vais tenter de vous l'expliquer et le démontrer, un filtre qui modifie, certes, la perception, donnant à voir ce qui est invisible pour les sens mais qui n'en est pas moins coloré, lui aussi, par vos propres conceptions, vos propres idées, vos propres organisations, Internes et aussi sociales. Je parlerai donc de perception étroite, dans le sens où c'est la perception correspondant aux sens habituels et communs à tout être humain, plus ou moins pointus, plus ou moins évidents, ne serait-ce que par exemple pour l'audition où, sur le plan strictement physique il existe, bien sûr, des déficits d'audition comme d'une audition qui est qualifiée d'absolue, l'oreille absolue. La conscience évolue donc, et se manifeste, par un mécanisme qui a été nommé projection, cette projection permettant l'interaction et c'est cette projection de la conscience, au sein d'un environnement donné, qui va donner les perceptions. Perceptions sensorielles, perceptions liées aux conceptions inscrites dans l'humain comme dans la société. De l'interaction, par exemple, de la conception de l'humain et de la conception de la société résulte une adéquation ou une inadéquation de l'humain par rapport à son environnement.

La perception peut aussi faire appel à ce que je nommerais la perception élargie. C'est celle que je vous ai décrite pour l'avoir vécue au moment d'un choc vécu dans mon incarnation passée. Cette perception élargie déborde le cadre des sens, déborde donc le cadre usuel et va se traduire par une amplification de la perception, débordant largement les cadres usuels et s'adressant, quelque part, à un merveilleux, puisque il était invisible dans la perception étroite. La perception élargie se fait sur un mode non sensoriel mais extrasensoriel, pouvant faire appel, éventuellement, à des sens plus subtils que ceux qui vous sont connus, comme par exemple la clairvoyance, la claire-audience, la claire-sentience, l'intuition. Cette perception élargie donne donc accès à ce qui est qualifié d'invisible ou de non perçu au sein des sens ordinaires. N'oubliez pas que la perception étroite (comme élargie) va nécessairement se trouver confrontée à vos propres conceptions. C'est-à-dire à vos propres idées, à vos propres pensées, à vos propres expériences et à vos propres constructions mentales et aussi affectives.

La perception étroite, comme la perception élargie, correspondent toutes deux à des projections de conscience amenant, en retour, un signal pouvant être lui-aussi, et étant nécessairement filtré par les conceptions mais aussi par les différents filtres nommés corps subtils qui ont, eux-mêmes, justement permis de percevoir ce qui était donc non visible, non perçu au sein de la perception étroite. L'un comme l'autre sont donc conditionnés et conditionnants. Ils ne sont pas libres de l'interférence de la conscience, ils ne sont pas libres du jugement, ils ne sont pas libres du libre-arbitre mais s'inscrivent selon un principe appelé évolution, spécifique à ce monde. Toute conception, étroite comme élargie, va modifier les voiles qui ont justement permis cette perception. Le premier des voiles concerne, bien évidemment, ce que je nommerais l'affect ou l'affectif, dans son sens le plus large, correspondant au corps astral, au corps émotionnel ou, si vous préférez, au corps de désir. En résultante, on peut dire que ce qui est vu dans la perception étroite comme dans la perception large découle, d'une certaine manière, de la qualité du corps de désir, de sa présence, de sa raréfaction mais aussi de ce qui constitue les conceptions qui interagissent avec ce corps de désir, appelé le corps mental ou le voile mental.

Le voile mental est constitué des croyances, des idées et des expériences ayant permis de façonner, de construire directement la personnalité, lui donnant un cadre de référence et d'ajustement à l'environnement. L'environnement ayant lui-même façonné, à travers la culture, l'éducation, l'expérience vécue auprès des parents et des différentes relations construites, à faire que la même réalité de ce monde ne se traduit pas par le même réel au sein de la conception, pour chaque Frère et chaque Sœur. La diversité des croyances, la diversité des idées, la diversité des émotions et des affects traduit indiscutablement ce principe-là et c'est ce qui fait la diversité, la richesse de ce qui est nommé la vie de ce côté-ci où vous êtes.

Aucune de ces perceptions ne rend compte de la Vérité absolue ou du réel. Il a souvent été dit que l'invisible n'était pas la vérité sur ce monde et que ce qui était visible pour les yeux, pour les sens ou pour les perceptions n'était que filtré, en quelque sorte et confronté, en quelque sorte, à vos propres expériences. Ainsi en est-il, par exemple, de ce qui est nommé le ressenti. Beaucoup de Frères et de Sœurs se fient à leur ressenti, sans se douter une seconde que ce ressenti est, lui aussi, passé par les filtres du voile astral et du voile mental. Et donc que lui aussi soumis à une dualité inexorable puisqu'il existe des choses, et vous le savez pertinemment, qui vous semblent justes, qui vous semblent injustes, qui vous semblent bonnes ou qui ne vous semblent pas bonnes pour vous ou pour l'autre mais toujours par rapport à un système de filtres ou de voiles liés aux idées, aux croyances, à l'éducation et au système social. Il apparaît d'ores et déjà que la perception étroite, comme élargie, est altérée par l'interaction même existante au sein de ce monde.

La question qui se pose est donc de savoir si la perception, comme la conception, peut s'appliquer bien évidemment au-delà des lois et des interactions de ce monde. La réponse, au travers de ce que vous vivez, de ce que vous avez lu, vous amène à penser et à vivre que cela n'est pas vrai. Le ressenti de l'un n'est pas le ressenti de l'autre. Et pourtant, ce qui est observé peut être strictement exactement le même objet, la même conscience, la même énergie, le même évènement, pouvant se traduire, pour un Frère et un autre Frère comme à l'opposé. Autrement dit, ce qui est bon pour l'un n'est pas bon pour l'autre. Peut-on raisonnablement envisager que cela est ainsi ailleurs. Et l'on peut affirmer, et c'est ce que je vais essayer de vous développer, que tant qu'il existe une perception, que tant qu'il existe une conception, tant que ce qui est nommé les voiles ou corps subtils sont présents, aucun élément ramené à la conscience ne peut être juste, parce qu'il est, comme je viens de l'expliquer, coloré par la présence de ces dits voiles, de ces dits corps subtils, même en ce qui concerne les choses non visibles, c'est-à-dire au sein de la perception élargie.

La conception en elle-même est issue de l'ensemble des croyances de tout ce qui a été expérimenté ou de ce que à quoi vous avez éventuellement adhéré sans même vous poser la question de savoir pourquoi vous avez adhéré à telle croyance, parce que cela vous semblait juste. Même s'il n'existe pas de ressenti associé, ni de perception associée. Ainsi est l'histoire du genre humain sur ce monde, où se traduit, à ce niveau-là aussi, une sorte de filiation, enfermante et aliénante, vous privant de la Liberté.

Tout ce qui est connu, tout ce qui éprouvable et expérimentable ne se référera toujours qu'à votre propre point de vue, comme cela a été dit, c'est-à-dire qu'à vos propres filtres, et vos filtres ne sont pas les mêmes qu'un Frère ou une Sœur, et pourtant nous sommes tous Un. Alors est-ce qu'il existerait, au-delà de la perception étroite comme élargie, au-delà des conceptions, au-delà de l'affectif et des émotions, quelque chose qui permettrait de dépasser ses limites, en quelque sorte, et de permettre d'accéder à un Illimité où il y aurait, sinon une même finalité, du moins un même support ou un même élément qui soit commun et qui donc qui toucherait ce qu'on appelle le principe de l'Unité.

Tant que les Voiles sont présents (même s'ils vous donnent à voir ce qui est dit invisible pour les sens), vous demeurez et restez conditionnés par vos propres conceptions : idées, culture, éducation, expériences personnelles, expériences de vie passée. Est-ce qu'au sein de ce système qui est référencé à un passé, à une expérience, peut se trouver une objectivité totale ? Cela est strictement impossible. Ce qui est juste pour vous n'est pas juste pour l'autre. Et je pense qu'il n'y aura personne pour me contredire, concernant aussi bien ce que vous nommez l'Amour que la Lumière, que les religions, que les systèmes sociaux et même au sein de deux individus extrêmement proches, il n'existe pas, de manière infaillible, la même perception, la même conception. On peut donc se demander, fort légitimement, si la perception elle-même, fût-elle la plus élargie possible, comme les conceptions les plus vastes possibles, ne sont pas des obstacles à quelque chose d'autre. Puisque toute perception, toute conception, tout affect, toute émotion vont induire une forme de réaction au sein de l'individu incarné qui est le mode d'expression normal de l'incarnation, que l'on peut appeler, de la manière la plus large possible, Action / Réaction. Le fait de percevoir ou de concevoir étant donc une action, la réaction se traduisant par l'ajustement à ce qui est perçu, à ce qui est conçu, à ce qui a été l'expérience personnelle. De là, débouchent toutes les incompréhensions existant sur ce monde. La plupart des êtres humains évoluent selon les principes de croyances. Voilà quelque temps, je vous avais expliqué le rôle de l'image, le rôle de la vision. Ce que je dis aujourd'hui dépasse largement le cadre visuel. Vous savez tous aussi que sur les sens plus subtils, comme l'audition, la même musique, la même voix peut vous paraître agréable ou désagréable, ou indifférente. Et pourtant, de manière objective, le son, la musique qui est émise est exactement la même, sur le plan physique. Mais le résultat, au niveau d'un individu, peut être là aussi strictement à l'opposé de l'un comme de l'autre.

La perception peut-elle s'arrêter ? Les conceptions peuvent-elles s'arrêter ? J'entends par s'arrêter, ne pas disparaître, puisqu'elles sont à la base de la conscience en incarnation, et que l'incarnation en elle-même n'est qu'un jeu d'interactions. Existe-t-il un moyen, donc, de mettre fin aux filtres, de mettre fin à la perception étroite comme élargie, de mettre fin aux conceptions et de mettre fin aux affects et aux émotions ? La réponse est assurément : oui, c'est d'être Absolu. Bien évidemment, vous savez qu'on ne peut rien dire de l'Absolu, et de mon vivant, je disais à certains interlocuteurs que ceux qui me parlaient ainsi, bien évidemment, n'avaient jamais traversé la Rive pour aller de l'autre côté. Et bien évidemment, tant que vous n'avez pas traversé la Rive, vous n'avez aucune possibilité, par les perceptions, par les conceptions, même si votre conception approche de la Vérité et du réel de l'Autre Rive, vous n'en avez aucune expérience et cela demeure dans le niveau de la croyance, ou de l'adhésion à un dogme. Tout ce qui n'est pas, donc, expérimenté réellement par soi-même ne présente aucun sens ni aucune réalité par rapport à la perception et à la conception, c'est-à-dire que ceci demeure, même s'ils sont atterrés. Il existerait donc une conception étroite issue de ce que vous avez vécu, ou ce à quoi vous avez adhéré sur ce monde de par votre expérience, vos affects et vos émotions. Il existe, de la même façon, une conception élargie que l'on pourrait appeler des idéaux mais ces idéaux eux-mêmes, fussent-ils les plus nobles, comme une aspiration ou une tension vers un avenir meilleur ou sublimé, ne sont en rien une expérience vécue. Cette conception élargie, quel que soit l'idéal, fut-il l'Amour, le charisme, la compassion ou l'Âge d'or, n'en demeure que des projections, fussent-t-elles plus larges, bien sûr, que les conceptions étroites qui régissent, par exemple, les règles morales, sociales, politiques de votre société.

Avoir un idéal, effectivement, élargit la conception, parce que dès cet instant-là, vous n'êtes plus rigidifié dans des mécanismes liés à l'expérience passée mais vous essayez de créer, réellement, un monde meilleur. Mais ce monde meilleur, que vous le vouliez ou non, même s'appuyant sur des concepts idéaux comme l'Amour, ne pourra être que teinté par vos propres filtres, vos propres expériences. Et se heurtera, de manière forte, à ce qui est établi au sein de la société, du tissu social ou du groupe social, comme quelque chose d'immuable. La nouveauté et la recherche de nouveauté que vous pouvez appliquer par rapport à un monde meilleur ne sera, en définitive, que fonction de votre propre expérience, c'est-à-dire de votre propre conscience. Que cette conscience, là aussi, soit celle du je ou celle du Soi. Qu'elle soit, là aussi, étroite ou élargie. L'un comme l'autre ne changeant strictement rien. Alors existe-t-il un moyen d'aller au-delà de tout cela ? Le paradoxal, c'est qu'il faut cesser la perception, cesser la conception, cesser les émotions et l'affectif pour déboucher sur ce que savez ne pas être possible en tant que passage ou expérience mais état ultime, nommé Absolu.

Nous vous avons donné des éléments, des éléments sur lesquels nous avons insisté, en tant que Piliers du Cœur. Deux de ceux-ci, nommés Humilité et Simplicité vous ont très largement été explicités. Mais l'Humilité et la Simplicité, en tant que conception, ne suffit pas à dépasser la conception élargie mais va fournir un cadre que je nommerais plus vaste, permettant peut-être de dépasser le cadre.

Il n'y a que la Transparence qui peut permettre, dans l'absence de perception et de conception, de ne plus projeter la conscience et de se placer au-delà du sujet-objet et donc de la distance nécessaire entre un sujet et un autre sujet, un sujet et un objet, entre un objet et un autre objet qui sont définis par ce qui a été nommé une localisation précise, une forme précise, une densité et un ensemble de caractéristiques physiques extrêmement précis, qui définissent, par ailleurs, ce qu'est l'objet. Cela est un peu plus difficile pour le sujet, mais cela est tout-à-fait réalisable, de la même façon, par des approches, diverses et variées, existant aussi bien au niveau philosophique que sociologique que spirituel. Mais qui ne sont que références à un cadre, expérimenté ou expérimentable, et qui permettent, en quelque sorte, de se débrouiller au sein du monde dans lequel nous évoluons quand nous sommes incarnés.

Ce dont je veux vous parler n'a strictement rien à voir avec tout ce qui est défini. Et comme vous le savez, nous ne pouvons parler de l'Inconnu. Nous ne pouvons parler de l'Absolu. Mais s'il est un élément sur lequel je peux développer, c'est bien la Transparence, parce que la Transparence, quand elle est adoptée, va déboucher très précisément sur la non perception et la non conception. C'est-à-dire, en quelque sorte, une extraction du mode d'interaction de la conscience ordinaire (comme élargie). Cela passe, bien évidemment, par le silence sensoriel. Cela passe, bien évidemment, par la distanciation de ses propres croyances, de ses propres idées, de ses propres pensées, ainsi que de ses propres affects et de ses propres émotions. Ce qui pourrait s'appeler, dans un premier temps, une forme de désidentification ou de dépersonnalisation, avec toutes ses composantes négatives telles que le conçoit, par exemple, la psychiatrie. Puisque, bien évidemment, dès que la dépersonnalisation est présente et qu'il n'existe plus de rapport au monde satisfaisant, les termes de diagnostic tombent, comme, par exemple, la psychose ou l'autisme. Mais je ne m'adresse pas, bien évidemment, à ce côté psychiatrique mais bien à des êtres humains sensés, qui ont été sensés rechercher, en quelque sorte, un sens à leur vie, quelque chose de différent, ce qui est votre cas si vous me lisez ou si vous m'écoutez.

Alors, comment dépasser la perception, comment dépasser les conceptions ? Eh bien il convient déjà de se placer en dehors du sujet et de l'objet, de devenir, en quelque sorte, l'observateur, ce qui a été nommé comme immuable. La Transparence permet cela. Parce qu'elle va non pas nier ce qui est perçu, non pas nier les conceptions mais largement les transcender, les dépasser, pour aller bien au-delà de ce qui est inscrit, aussi bien dans l'étroit que dans l'élargi. Ce n'est qu'à partir de ce moment-là que vous pouvez, effectivement, aller sur l'Autre Rive. Il n'existe pas de chemin pour y aller, il n'existe que des moyens pouvant faire cesser ce qui est connu, ce qui est limité, ce qui est de l'ordre de l'expérience. Les Voiles sont là dès l'incarnation. Bien sûr, ces couches isolantes, puisqu'elles se retrouvent comme vous le savez au niveau du système solaire, ont été très largement entaillées, voire pour certaines d'entre elles, au niveau collectif, ont été dissoutes. Maintenant, justement, qu'est-ce qui peut vous permettre de dissoudre vos propres voiles ? Eh bien il faut déjà accepter que vous ne pouvez rien percevoir à travers la conscience elle-même, ni rien concevoir, au travers de la conscience ou de l'expérience, concernant l'Autre Rive.

Ainsi donc nombre de principes vous ont été communiqués, explicités, comme la réfutation, l'enquête, je ne reviendrai pas, bien sûr, là-dessus, ce n'est pas mon rôle. La Transparence, je l'ai découverte, et cela poursuit, en quelque sorte, une aptitude particulière liée aux conditions de ma réincarnation dans ma dernière vie, mais aussi par la capacité à la fois d'être absorbé par ce que j'observais et à la fois par la volonté de ne pas interférer. C'était bien une volonté personnelle de ne pas interférer avec la perception et encore moins avec les conceptions. Cela nécessite d'être Libre de tout jugement, cela nécessite d'être Libre de tout a priori et avant tout, de se libérer de toute croyance, de toute adhésion à vos propres affects, à vos propres émotions et à votre propre histoire. Ce processus d'abstraction ou d'extraction de soi-même, encore une fois, n'est pas une dépersonnalisation mais va vous donner à pouvoir expérimenter la Transparence. La Transparence est très exactement l'instant qui se produit quand n'existe plus la conception, quand n'existe plus la perception. C'est-à-dire que la perception a été poussée jusqu'à son extrême, cette perception élargie vous donnant à voir le miracle de la vie, vous donnant à voir l'invisible et à le percevoir, à le ressentir. Mais comme je l'ai dit, tout ressenti est nécessairement empreint de votre propre jugement de valeurs, de votre propre échelle de référence qui vous est propre, encore une fois. Aucun être humain incarné ne possède une échelle de valeur, de référence ou de jugement, qui soit la Vérité, puisqu'il n'existe, à votre niveau, comme au niveau de chaque Frère et Sœur, qu'une vérité relative. La Vérité absolue se situant bien au-delà des capacités de ce monde, bien au-delà de vos capacités de perception, de conception, d'affect ou d'émotion.

Il y a donc un processus qui pourrait s'apparenter, à ce niveau-là, comme un non-sens. Parce que la conscience consciente d'elle-même, ne peut pas imaginer ni même supposer que sa disparition puisse donner accès à la Vérité ou à l'Absolu. D'autant plus qu'un certain nombre de principes de préservation sont omniprésents, vous les connaissez. Il s'agit des conditionnements de ce corps, comme de l'ensemble des conditionnements liés à l'éducation. L'éducation vous enferme, elle ne vous rend pas Libre, parce qu'elle vous induit dans des croyances. Tout cela représente des idéologies, même dans les mathématiques qui rendent compte de l'explication de ce monde. Mais cette explication reste au niveau de l'idée, elle peut permettre l'exploitation de la science et de la technologie, mais en aucun cas ne peut vous donner accès au vécu de votre conscience, au-delà de toute conscience.

L'élément majeur est la Transparence et je reviens dessus. Passer de la perception étroite à la perception élargie va transcender les sens habituels pour vous donner accès à ce qui est appelé le suprasensoriel ou l'extrasensoriel, le suprasensible. Parce que ceux-ci ne sont pas perçus par les sens mais par d'autres mécanismes, que vous les nommiez chakras ou projection subtile, des différentes voies, des différentes couches isolantes de l'être humain. Dès l'instant où vous acceptez que l'ensemble de vos ressentis, que de l'ensemble de vos perceptions, que de l'ensemble de vos conceptions ne découlent, finalement, que de vos différents filtres personnels, dès l'instant où vous cessez d'interagir ou de vouloir agir dans ce qui est vu, perçu et conçu, se crée, à l'intérieur de la conscience, un état de neutralité. Cet état de neutralité peut, le plus souvent, et surtout dans ce que vous vivez actuellement, vous permettre de rencontrer des réalités ultrasensibles. Les meilleurs exemples et le dernier en date concerne le Canal Marial, l'Onde de Vie ou même le Supramental. Mais ceci ne suffit pas.

Il vous a été parlé et explicité, de nombreuses fois, le principe de l'Abandon du Soi. En vous spécifiant que les Quatre Piliers, Enfance, Intégrité (Éthique, si vous préférez) ou encore, au-delà de la personnalité, la Transparence, l'Humilité et la Simplicité, étaient, en quelque sorte, des guides, des rails qui allaient vous permettre de dépasser les règles, quelles qu'elles soient et surtout vos propres filtres. Au moment où se produit la perception élargie, quelle que soit la forme qui est prise, que cela soit au travers du Canal Marial, que cela soit au travers de la claire voyance, que cela soit au niveau de l'intuition ou du ressenti indéfinissable ne s'exprimant pas, nécessairement, par une claire voyance, une claire sentience ou une claire audience mais, bien plus, par un côté que je qualifierais d'instinctif, c'est-à-dire que le corps lui-même peut réagir à ce qui est bon pour lui et ce qui est mauvais pour lui, cela nous le savons tous. Mais vous n'avez aucune preuve (et d'ailleurs, il ne peut en exister) que le ressenti, instinctif ou viscéral, vous aidant dans la vie de ce monde, ne soit une aide pour accéder à l'Absolu, bien au contraire. Dès l'instant où vous donnez foi à vos ressentis, vous vous éloignez de l'Absolu, parce que vous adhérez à votre histoire, vous adhérez à votre expérience, à vos perceptions, à vos conceptions et à votre instinct. Cela peut vous être fort utile pour vous débrouiller dans cette vie mais ne vous permettra, en aucun cas, de passer de l'autre côté et d'aller sur l'autre rive.

Il vous faut donc renoncer. Il vous faut donc, à un moment donné, au-delà de toute perception, mettre en branle un mécanisme qui va vous dire : « cela suffit » et cela s'appelle, en quelque sorte, la Maturité. Cette Maturité va vous montrer, de manière beaucoup plus générale, que la dualité, que le karma, l'action / réaction, que l'incarnation en ce monde, ne peuvent en aucun cas rendre compte de ce que vous Êtes. Bien sûr, chaque Frère et Sœur n'arrive pas à cette Maturité au même moment, la problématique étant que la Maturité, maintenant, est un processus collectif et qu'il ne concerne pas votre individu ni une personne mais bien l'ensemble de ce système solaire, qui vient à votre rencontre. Alors il est donc, en quelque sorte, urgent de trouver ce qui a toujours été là, de ce qui n'a jamais disparu, au-delà, justement, de vos filtres, de vos expériences, de vos conceptions, de vos perceptions et de votre Conscience elle-même.

Bien sûr, la perception étroite et la perception élargie correspondent, en quelque sorte (et en tout cas est superposable) au passage du Je au Soi, c'est-à-dire de l'état humain ordinaire, où circule une énergie vitale, à ce qui a été nommé le Supramental ou le Vibral, vous donnant à découvrir un certain nombre de caractéristiques nouvelles, dont les noms ont été multiples au cours de ces années. Il y a eu, en quelque sorte, un apprentissage amenant la Conscience à passer de quelque chose d'étroit à quelque chose d'élargi.

Dès l'instant où, quel que soit, encore une fois, le sens ou ce qui est au-delà des sens, qui donne à percevoir cette perception élargie, il y a un moment où il faut faire cesser tout cela, parce que rien de tout cela ne vous mènera à bon port et que tout cela ne maintiendra qu'un enfermement, même si un certain nombre d'éléments vous permettent de vous en extraire à travers la Joie, à travers le Samadhi et à travers l'expérimentation, que cela soit de la Kundalini, de l'éveil des chakras ou encore de l'Onde de Vie, parce que dans tout cela, il y a un observateur. L'Onde de Vie présentant une spécificité car, à un moment donné, dans l'Abandon le plus total du Soi, vous pouvez devenir l'Onde de Vie et donc Être ce que vous Êtes de toute Éternité, c'est-à-dire Absolu.

Quel est donc le mécanisme, qui n'est pas un passage mais qui permet de passer d'une perception élargie à la non-perception ? Eh bien, c'est justement la Transparence. Chose que j'ai manifestée, dès mon plus jeune âge, avant même d'avoir accès à la perception élargie. La Transparence consiste à se laisser traverser, à ne pas interférer, à ne pas interagir avec quoi que ce soit. Cela rejoint, en partie, le principe de la non-dualité que vous retrouvez aussi bien dans, par exemple, l'Indouisme au niveau de l'Advaita, que vous retrouvez dans le Soufisme originel ou, encore, dans le Bouddhisme originel et non plus organisé parce que, dès qu'il y a organisation, dès qu'il y a structuration, il y a conception et il y a perte de l'élargissement. Et cela est une constante. Aucune technologie, puisque basée sur ce qui est perceptuable, perceptible ou ce qui est conceptualisable, ne peut vous permettre, là non plus, d'accéder à autre chose que le Soi. La Transparence dont je parle est un état que l'on pourrait qualifier de Vacuité. C'est le moment où toute perception va s'éteindre, où toute conception va s'éteindre. C'est bien plus que la méditation. Les états d'Alignement, que vous vivez depuis, pour certains, de nombreuses années, sont destinés à vous faire aller vers cela.

Certains d'entre vous, aujourd'hui, vivent des moments où la Conscience est comme absente, sans que cela soit du sommeil, à proprement parler, même si cela est superposable. C'est à ce niveau-là que se situe la Transparence, dans le moment où il y a, en quelque sorte, une oblitération de la Conscience, une oblitération des sens, une oblitération de la perception, des conceptions, des émotions et des affects. C'est très précisément dans cet instant-là, qui vous fait sortir de tout temps, c'est-à-dire de la linéarité passée, présente et à venir, qui vous fait sortir de tout ressenti, que se trouve la solution. Tant que vous demeurez au niveau du ressenti, vous demeurez dans votre histoire personnelle. Et vous ne pouvez avoir accès à votre histoire immortelle, à votre Éternité. Cela est une constante. Se rendre compte de cela, c'est la Maturité. Se rendre compte de cela, c'est déposer les armes et c'est Abandonner le Soi. Mais cela ne peut se produire que quand il y a une forme de saturation, aussi bien des ressentis que des perceptions, étroites comme élargies. C'est le moment où vous n'acceptez d'avoir aucune autorité extérieure, de ne vous référer à aucun modèle, à aucun maître, à aucune idéologie, à aucune croyance, à aucun être humain, comme à aucun être spirituel. Et d'ailleurs, les principes (se réalisant par le Canal Marial, pour ceux qui le vivent) de Communion, de Fusion ont un seul but : la Dissolution et, donc, la Transparence. C'est donc la cessation complète de l'interaction avec ce monde, visible ou supra-sensible, qui conduit à la fin de l'expérience et à la fin de la séparation, c'est-à-dire à la Libération.

Nous vous avons donc conduit (et cela a déjà été exprimé) à percevoir quelque chose d'élargi, à pénétrer une réalité ultra sensible ou supra-sensible, d'autant plus qu'au niveau collectif, les plans dit subtils et les plans multi-dimensionnels se sont approchés de vous, jusqu'à vous donner à percevoir la présence aussi bien de désincarnés libérés que d'êtres spirituels. Et rappelez-vous, comme cela a été dit, ce n'est pas le côté sensationnel de rentrer en contact avec cela qui fait que vous dépassiez la perception mais bien l'interaction elle-même, qui débouche sur quelque chose de bien plus vaste. Ainsi donc, ce n'est pas de votre point de vue ni du point de vue d'une entité archangélique, d'une Étoile ou d'un Ancien, que se réalise cette alchimie mais bien dans l'interaction qui se joue où, justement, la distance disparaît, où justement le sujet disparaît, où les sujets peuvent même devenir interchangeables, vous donnant à vivre ce qui est nommé la Transparence. Parce que pour être l'autre, il faut bien que ce que vous êtes se vide. Quelques soient les noms que vous employez. Que cela soit un principe de Dissolution, de Fusion ou, encore, quelque chose nommé le Walk-in. Tout cela participe d'une seule chose : de vous faire découvrir et accepter l'immortalité, c'est-à-dire ce que vous Êtes, en Absolu.

La non-perception n'est donc pas une action de refuser la perception. C'est bien aller au travers de cela, accepter de ne plus interagir avec ce qui est perçu et aller au-delà de ce qui est perçu, de la même façon qu'il faut aller au-delà de ce qui est conçu, au delà de vos propres expériences, de vos propres affects, de vos propres émotions et de vos propres ressentis. Tant qu'il existe un ressenti, vous n'êtes pas Libre. Tant qu'il existe une conception, vous n'êtes pas Libre. Tant qu'il existe une interaction, vous n'êtes pas Libre. Tout ce que nous avons conduit ensemble (et que vous avez conduit sur cette Terre) vous a permis, pour beaucoup d'entre vous, de vivre le Soi, de vous approcher, en quelque sorte, d'un état supra-sensible, vous donnant accès à des conceptions élargies et à des perceptions élargies. Mais même cela doit disparaître. Il n'y a que dans la disparition complète de tous les voiles, de toutes les interactions et de toutes les projections que se situe l'Absolu. Et cela passe nécessairement par la Transparence. Cette Transparence-là n'est absolument pas une règle morale de conduite, de personnalité à personnalité, mais bien la Transparence de la non-perception, de la non-conception, faisant disparaître tous les signaux, non pas en refusant de voir puisque, dans certains cas, c'est justement en acceptant de voir ce que vous avez refusé de voir que vous passez au travers de la perception et de la conception. Il ne s'agit pas de renier les ombres encore présentes mais bien de les traverser et non pas de les analyser, s'il y en a en vous. Accepter de se voir face à face fait partie de la Transparence. Ce n'est pas une Transparence qui se définit dans une interaction, au sens horizontal (que cela soit au niveau d'un groupe social ou de deux individus, fussent-ils reliés par la paix ou par la guerre) mais bien dans l'acceptation de cela, que se situe la Transparence qui permet de déboucher sur la non-perception et la non-conception.

Tant que vous inter-réagissez sur ce monde, tant que vous inter-réagissez avec votre histoire, tant que vous inter-réagissez avec vos ressentis, vous n'êtes pas Libre, parce que vous êtes conditionnés, même si ce conditionnement peut sembler comme de plus en plus lâche, au fur et à mesure que vous passez de la perception étroite à la perception élargie. Si vous arrivez à saisir, au-delà des mots, ce que je vous dis, il va vous devenir de plus en plus évident que la solution est là et cela s'appelle la Maturité, qui ne découle pas d'une expérience mais qui justement découle de la saturation des expériences. Dès l'instant où vous arrivez à comprendre et à vivre que toute expérience de la Conscience, finalement, ne vous Libère pas, même si elle vous réalise, alors, à ce moment-là, vous êtes prêt à vivre la Maturité.

Vous détacher des affects, vous détacher des émotions, non pas pour s'en détourner mais bien pour les traverser (les traverser ne voulant pas dire les analyser et encore moins les vivre mais, simplement, les traverser) alors, à ce moment-là, vous constaterez que l'ensemble de vos ressentis, que l'ensemble de vos conceptions et de vos perceptions concernant aussi bien ce corps que votre Conscience, que ce monde, disparaissent en totalité. À ce moment-là, vous êtes sur l'autre rive. Pour reprendre ce que disait UN AMI, l'autre fois, c'est la position de l'observateur qui observerait un groupe d'humains. Ou pour reprendre ce que disait BIDI, c'est passer de celui qui observe la scène de théâtre à celui qui sort du théâtre pour voir qu'il n'y a pas de théâtre. Tant que cela n'est pas réalisé, vous êtes dans une vérité relative. Et cette vérité relative va vous faire considérer que tout ce qui échappe à votre champ de perception, à votre champ de conception, à votre champ d'affect et d'émotion, comme à votre ressenti, n'existe tout simplement pas et, de votre point de vue, vous aurez raison. Encore une fois, il n'y a que la Maturité qui est susceptible de vous faire accepter la non-perception, la non-conception. Et pour cela, il faut vous rendre Transparent. L'Humilité et la Simplicité vous permettent d'aboutir à cette Transparence, qui n'est plus une règle morale ni sociale, ni de relation, parce que la Transparence appliquée à une relation ne serait encore qu'un jeu de dupes, lié à l'interaction, mettant en jeu des affects, des émotions, des conceptions et des perceptions.

L'arrêt de tout signal, comme l'arrêt de toute interaction, comme l'arrêt de toute projection, comme l'arrêt de toute intériorisation ou extériorisation, va vous mener à ce point de rupture d'équilibre qui vous fait passer, instantanément, sur l'autre rive. La non-perception n'est donc pas l'arrêt ni de la cognition ni des perceptions mais bien sa suspension, permettant de sortir réellement, concrètement, définitivement de l'action / réaction. Bien évidemment, la personne n'est absolument pas concernée par cela. Bien évidemment, aucune loi karmique, sociale, morale, spirituelle, philosophique ou psychologique ne vous est d'un quelconque intérêt pour vivre cela. Bien au contraire. C'est le dépassement et la transcendance de tous ces éléments que vous avez vécus, connus, expérimentés, inscrits au niveau conscient ou inconscient, qui cessent. La non-perception vous donne donc, en quelque sorte, à vivre l'Essence de qui vous Êtes. Tant que cela n'est pas réalisé, vous n'êtes pas Libéré. Bien sûr, nous vous avons toujours dit que la Libération concerne l'ensemble de l'humanité et que ce moment était inscrit dans le bon vouloir de la Terre, ainsi que dans des cycles astronomiques.

Nombre d'Étoiles sont intervenues, ces derniers jours, pour vous dire que ce moment était arrivé. Il est entièrement là. De la même façon qu'UN AMI vous l'a expliqué, cela a toujours été là. C'est simplement votre Conscience qui n'y était pas. Et d'ailleurs, votre Conscience ne peut y être à aucun moment, puisqu'il faut que l'aconscience soit présente afin de dépasser, de transcender, de transfigurer et de ressusciter en Absolu.

Et, encore une fois, il n'y a là-dedans, je dirais, aucune obligation. Parce que si vous n'êtes pas mûr, vous n'êtes pas mûr. Parce que si vous ne voulez pas lâcher, ne lâchez pas. Cela fait partie de votre Liberté imprescriptible, inscrite aussi bien dans la loi d'action / réaction que de la Loi de la Grâce. Mais, encore une fois, cela ne peut être l'un et l'autre, c'est nécessairement l'un ou l'autre. Nombre d'Étoiles vous ont aussi parlé, bien sûr, de la peur et de l'Amour, parce que ce qui est sous-jacent, bien évidemment, c'est la peur. Et la première des peurs, qui est justement liée à l'éphémère : la mort. Tant que celle-ci n'est pas, elle aussi, traversée, vous n'êtes pas Libre. Et la Maturité, c'est justement de concevoir que l'inéluctable de la Conscience, comme de ce corps, est justement la mort, quoi que vous disiez, quoi que vous fassiez, quoi que vous expérimentiez, quels que soient vos souvenirs, quelles que soient vos visions du futur (le vôtre), vous n'échapperez aucunement, à un moment donné, à la fin de ce corps et à la fin de cette Conscience. Que reste t-il alors ? C'est dans cette réflexion que se déroule et se déroulera pour vous, le Choc de l'Humanité, qui est aussi un Choc Individuel. Résoudre l'équation n'est pas une affaire de mathématiques ni de physique mais bien d'Abandon, c'est à dire d'aller, franchement, vers la non-perception.

Si vous réalisez cela, si vous réalisez la Réfutation et l'enquête, vous dépasserez toutes les expériences que vous avez vécues jusqu'à présent, pour vous établir dans la non-expérience, c'est-à-dire dans l'état d'Être. Cet état d'Être que je différencie formellement du « Je Suis » ou du « Je Suis Un ». Pour beaucoup, le « Je Suis » et le « Je Suis Un » ont été des étapes de construction indispensable, je dirais, d'une échelle qui n'existe pas et qui, pourtant, vous a été utile, selon votre point de vue. Mais tant que vous restez de votre point de vue, vous restez enfermé dans la peur et vous n'êtes pas, bien sûr, Absolu. C'est-à-dire, vous ne vivez pas la Vérité Absolue qui pourtant, je vous le rappelle, a toujours été là. La seule façon d'y passer, puisque ce n'est pas un Passage, de s'y établir, c'est donc de passer de la perception élargie à la non-perception. Tant que vous êtes soumis, même à une perception supérieure, Supra sensible, extra sensorielle, fusse-t-elle la plus plaisante, vous n'êtes pas Libre. Alors, bien sûr, ceux qui sont installés dans ces perceptions, vont vous répondre que l'Absolu n'existe pas et ils ont raison, de leur point de vue, puisque ne l'ayant pas vécu, n'étant pas passés sur l'autre rive, ils sont obligés d'être dans la négation, dans le déni et dans le refus. Il n'y a pas d'autre alternative pour eux et vous devez respecter, parce que ce à quoi vous allez vous opposer en eux, les renforcera inéluctablement. Celui qui ne veut pas voir, celui qui ne veut pas non-percevoir, se renforce.

La Maturité est donc la disparition de la peur. La Maturité est donc la disparition de toute notion spirituelle, de tout connu et de toute organisation, en soi comme à l'extérieur de soi. Parce que tant qu'il existe une organisation, il y a toujours un dominant et un dominé. Vous avez l'exemple absolu de tout cela, aussi bien dans les systèmes sociaux que dans les religions, que dans les domaines dits spirituels. Tant que cette relation dominant / dominé, sachant et ne sachant pas, existe, vous ne pouvez être Libre, en aucune manière et, encore moins, autonome. La domination, l'asservissement, la notion de celui qui est au-dessus ou en-dessous, résultera toujours, chez l'un comme chez l'autre, de la peur, même si le prétexte est l'Amour, parce que l'Amour est Libre. L'Amour n'est pas dans un principe d'asservissement ou de relation. Le véritable Amour Vibral se situe dans une Fusion Totale de l'individualité. C'est la Fusion de deux quintessence et absolument pas une relation, fusse-t-elle satisfaisante, quelque soit le désir existant ou le plaisir existant dans cette relation.

Nous avons construit, progressivement, à travers nos diverses interventions, ce point précis de rupture où vous êtes. Certains l'ont franchi, d'autres non. Cela s'appelle la Résurrection ou la Porte Étroite. Les conditions de ce passage dépendent, bien évidemment, de ce que vous avez réalisé jusqu'à présent. L'ultime session du Manteau Bleu de la Grâce a réalisé la Fusion Totale, électrique, invisible, du Soleil et de la Terre. Ceci est à vivre en vous, au-delà de toute perception et de tout corps, avant que le mouvement collectif, si je peux dire ainsi, n'amène à la disparition du théâtre. Les circonstances de la Résurrection dépendent très précisément de la non-perception, c'est-à-dire de la Transparence. Mais saisissez bien ce mot dans son Essence, tel que je l'ai redéfini et non pas dans votre légende personnelle ou dans une acceptation morale, sociale ou relationnelle. Tant qu'il existe une organisation en vous, cette organisation concerne aussi bien vos conceptions, que vos ressentis, vous n'êtes pas Libre. Il vous faut traverser tout cela. Et, encore une fois, c'est une question de Maturité. Cette Maturité ne vous situe pas au-dessus ou en-dessous, elle ne vous rend pas supérieur mais elle est, en quelque sorte, la reddition. C'est le moment où la Conscience elle-même se rend compte que, quelle que soit la perception élargie, cela n'a pas de sens, parce que cela n'a pas de fin, même si la fin est un élément important dans les enseignements spirituels, vous disant qu'en purifiant suffisamment ceci ou cela, vous allez alléger un quelconque karma. Le karma n'existe que pour la personne, il n'existe pas pour ce que vous Êtes dans l'Être.

Tout le principe de l'Illusion a été de donner toujours plus de corps à l'Illusion et à ne vous faire valider cette Illusion qu'à travers des lois d'action / réaction, physiques ou supra sensibles, ne vous permettant pas d'accéder à autre chose mais, comme par hasard, vous faisant toujours miroiter une solution dite future, à travers ce qui est nommé une évolution, des transformations. Mais tant que vous demeurez dans la perception ou dans les conceptions, dans les affects ou dans les émotions, les Voiles sont toujours là. La question que vous devez donc vous poser, c'est : « êtes-vous Mature ou pas ? ». Cette Maturité ne se définissant pas par rapport à un nombre d'expériences, à une intensité d'expérience, à une perception, quelle qu'elle soit et, encore moins, une conception mais bien dans le mécanisme, extrêmement fin, qui vous fait, comme je l'ai dit, déposer les armes et dépasser tous les éléments du connu.

Ce n'est qu'à ce prix que vous êtes Libéré. Les expériences que vous avez menées ou que mènerez, vous ont rapproché de cette Résurrection. Certains d'entre vous l'ont déjà vécue et seuls ceux qui l'ont vécue peuvent en témoigner. Et bien sûr, ceux d'entre vous, parmi les Frères et les Sœurs incarnés qui l'ont vécu, le savent entre eux, parce que cela ne fait aucun doute, puisqu'ils sont au-delà de la perception, au-delà du ressenti et au-delà de leur histoire personnelle. Bien sûr, celui qui ne l'a pas vécu ne peut voir ça que d'un œil extrêmement critique, extrêmement réducteur, parce qu'il est inscrit nécessairement dans la peur.

Tous les systèmes de défense, qu'ils concernent ce corps humain, qu'ils concernent les systèmes, les organisations, les croyances, sont tous bâtis sur cette peur. Les exemples pourraient en être multipliés à l'infini mais il convient de resituer le débat, non pas sur les conceptions (qui sont ce qu'elles sont) même dans les idéaux les plus élevés mais bien dans ce que j'ai nommé la perception et ce que je vous en ai expliqué. Parce que la perception, dès l'instant où elle devient élargie, se manie beaucoup plus facilement. Et il est donc plus aisé de rentrer dans la non-perception. Certains d'entre vous l'expérimentent comme une approche de ce qui a été nommé l'Infinie Présence ou l'Ultime Présence. C'est les moments où n'existent plus de repères, qui sont les prémices de la Délocalisation. Ne sachant plus qui vous êtes, où vous êtes, vous vous dirigez vers la Liberté et la Maturité et l'Autonomie, pas avant. Les éléments que je vous ai explicités sont à reprendre, bien sûr, et à relire, parce que la lecture, au-delà de la simple compréhension, peut vous donner le déclic qui vous permettra de dépasser la perception élargie.

La perception élargie peut être définie comme tout ce qui est extra sensoriel : clair-audience, clairvoyance, claire-sentiance, vous donnant à voir le monde astral qui est aussi une vérité relative mais qui n'est pas ni une finalité ni un but, mais bien un Voile. Là où se sont situés tous ceux qui vous ont communiqué les lois de l'âme, les lois de l'évolution, l'organisation spirituelle, surtout au 20ème siècle mais qui, jamais, ne vous ont proposé et exposé ce qu'est la Libération, séduisant l'âme et la personnalité et l'Esprit, dans la connaissance des mécanismes et des rouages de l'incarnation et de l'évolution. L'Être n'a pas à évoluer, il ne peut évoluer. La Maturité est ici. Seule la peur peut évoluer et tant qu'il y a peur, il y a évolution, qui est une croyance et, parfois, une perception. Mais cela reste une perception, fusse-t-elle la plus élargie. Seule la non-perception vous fait passer sur l'autre rive. Avant, cela est impossible.

Frères et Sœurs, je fais maintenant le Silence des mots, afin de renforcer notre Communion.

... Partage du Don de la grâce ...

Je rends Grâce pour votre Attention. FRÈRE K vous salue. À bientôt.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page