Autres Dimensions

Sois qui tu es

ANAËL

11 mai 2009

pdf

Question : à quoi correspondent les tensions que beaucoup ressentent dans les jambes ?
La perception que certains d'entre vous ressentent au niveau de la partie basse, la plus basse du corps est liée à des modifications de réajustements magnétiques en cours sur l'ensemble de la planète. Ceci est directement lié à l'ouverture des chakras que j'appellerais de la nouvelle Terre, pour les racines intra-Terrestres de nouvelle dimension où se trouvent situées un certain nombres de mémoires qui doivent s'évacuer.

Question : et pour ceux qui ne ressentent rien au niveau des jambes ?
Soit ce n'est pas le moment, soit vous n'êtes pas concernés par ce processus de réajustement.

Question : les changements vibratoires sur la planète sont ressentis par tous les gens, même ceux qui ne sont pas conscients ?
La plupart des gens sur cette planète sont dans une période, soit d'interrogation, soit d'attente, soit de doute. L'important de ce qui se vit, quelque soit le chemin individuel, est lié à la notion de choc. Le choc n'est pas fait pour déclencher quelque chose de négatif. Le choc est simplement là pour ébranler les certitudes de la conscience axées sur une réalité limitée. Quels que soient les choix, bien évidemment, pour chaque être humain. Chaque chemin est différent. Certains sortiront renforcés dans leur croyance ou dans leur négation des plans que nous vous proposerons. D'autres, au contraire, accueillent à bras ouverts ce nouveau mode de fonctionnement qui est en cours d'installation. Le but de l'ensemble des consciences spirituelles qui œuvrent actuellement sur la Terre n'est pas de vous imposer des choix, n'est pas de vous imposer un chemin, mais de vous proposer une alternative à ce que vous connaissez. Pour pouvoir proposer cette alternative, il y a nécessité d'ébranler un certains nombres de convictions, un certain nombre de croyances, un certains nombre de modes de fonctionnement, un certains nombre de certitudes. Chacun vit cela à sa manière, qui peut être à l'opposé de son voisin. Il y a, à ce niveau là, vous appelleriez ça un changement de paradigme, un changement aussi de mode de fonctionnement, mais le changement de paradigme est préalable au changement de mode de fonctionnement.

Question : comment se rendre plus fluide pour accéder à ce changement ?
Nombre de consciences lumineuses, que ce soit dans ma sphère d'évolution archangélique, que ce soit au niveau de ceux qui vous ont précédé sur le chemin de l'éveil et de la réalisation, vous ont tous parlé d'un mot majeur. Ce mot s'appelle l'abandon. L'abandon à vos croyances, l'abandon à votre propre pouvoir, de vous remettre à une volonté autre qui n'est pas ce que vous êtes ou ce que vous croyez que vous êtes, en tout cas. Cela passe, bien évidemment, par un certain nombre de sacrifices mais vous pouvez être certain que ce que j'appelle sacrifice, à votre niveau, n'est absolument pas un sacrifice à mon niveau. J'appellerais cela vous dépouiller de vos illusions. Illusion de pouvoir, illusion de conduire votre vie, illusion de diriger vos projets, alors qu'il vous suffit de vous dépouiller de tout cela afin d'accéder à un mode de fonctionnement plus harmonieux, tellement plus simple, mais, encore une fois, vous ne pouvez découvrir ce mode de fonctionnement que si vous acceptez consciemment de lâcher vos modes de fonctionnement qui ont déterminé vos vies depuis des millénaires. Là aussi, c'est une révolution, un choc, mais qu'il faut accepter de faire. Nous ne pouvons, qui que nous soyons, vous donner l'accès à cette nouvelle réalité si vous ne lâchez pas l'ancienne réalité que vous avez construite. Il ne peut en être autrement, vous ne pouvez avoir accès à ce mode de fonctionnement sans faire mourir l'ancien mode de fonctionnement. Mais ceci vous appartient, nous ne pouvons ni vous forcer, ni vous donner un aperçu de ce qu'est cette nouvelle réalité tant que vous n'avez fait totalement ce pas majeur. Le choc et l'ébranlement de votre société, de votre monde, a pour but de déclencher cela, si cela doit être. Mais vous ne pouvez accéder à cette réalité sans lâcher l'ancienne. Ce qui ne veut pas dire mourir, ce qui ne veut pas dire disparaître, mais, bien au contraire, renaître. Renaître à un nouveau mode de fonctionnement, renaître à un nouvel état que je qualifierais, et que l'Archange Mikaël a appelé, unification, que vous entendrez prochainement. L'unification passe par la communion. Cette communion ne peut se réaliser qu'à condition que vous vous ouvriez totalement. Ce que je capte dans l'esprit de la personne que je garde, la meilleure image que je puisse vous donner, est quelqu'un qui est habitué à tenir, tel un singe, des cacahuètes, dans un bocal fermé, mais dont il ne peut sortir la main. Il voit pourtant qu'il y a des multitudes de cacahuètes à disposition, mais, pour cela, il doit lâcher celles qu'il tient dans sa main qu'il enferme dans un bocal. Tant qu'il n'aura pas lâché ce qu'il tient à la main il ne pourra pas accéder à l'abondance et à l'illimité. Vous ne pouvez prétendre maintenir la limitation de ce que vous êtes et accéder à l'illimité. Votre égo, votre personnalité, vos croyances, vos constructions ont tendance à vous faire croire que cela est impossible. Bien évidemment, cela est leur rôle, cela est leur fonction car ces modes de fonctionnement ont entretenu et permis la vie au sein de la réalité que vous avez expérimentée. Mais vous ne pouvez accéder à cette nouvelle réalité sans en passer par cette notion d'abandon qui est réellement et véritablement une renaissance. Une renaissance à autre chose et cette autre chose ne vous sera rendue possible qu'à condition que vous dépassez le seuil de confiance et le seuil de conscience, afin d'arriver à cela. Je pourrais vous expliquer, par des mots, ce qu'est cette nouvelle réalité. Je pourrais vous la vendre au travers de mots, au travers de vibrations, mais ce n'est pas pour autant que votre main lâchera ce qu'elle maintient à l'intérieur du bocal, qui est votre vie limitée. Ceci est, comme l'a dit l'Archange Mikaël, votre décision et non pas la nôtre. Cela nécessite un abandon. L'abandon nécessite du courage, nécessite de dépasser les peurs et la peur. Il n'y a qu'à ce prix que vous pourrez faire ce pas. Si vous faites ce pas, vous vous apercevrez que vous pourrez définitivement rire de ce que vous étiez.

Question: le travail est-il à faire, pas seulement sur un plan physique, mais sur un plan mental ?
Je parle de toute la réalité. Vous êtes construit. Cela concerne aussi bien la construction de ce corps que vous habitez et que vous avez construit patiemment en cette vie et en d'autre vie. Cela concerne aussi votre structure plus subtile, concernant ce que vous appelez, je crois, corps émotionnel et corps mental. Vous ne pourrez et vous ne pouvez accepter cela par votre mental ou par une décision née d'une émotion c'est-à-dire d'un désir. C'est en ce sens que le mot qui a été le plus employé par l'Archange Mikaël, par moi-même et par d'autres, le mot le plus juste en votre langue, est le mot abandon. L'abandon est le moment où toutes les tensions liées au maintien de votre vie, telle que vous la connaissez, cessent et disparaissent. L'abandon nécessite aussi de remettre sa propre volonté à une autre volonté qui est vous-même mais à un autre niveau. Mais vous ne pouvez faire ou franchir ce seuil qu'en acceptant cela. Cette acceptation n'est pas non plus un acte mental, n'est pas non plus un acte de désir mais il correspond totalement à ce que j'ai appelé un seuil de confiance et de conscience. Cela est capital, non pas à comprendre, non pas à intellectualiser, non pas à désirer mais capital à vivre. Ce qui n'est pas la même chose. Cet abandon, dit autrement, est aussi le moment que vous pourriez appeler, même si ce n'est pas tout à fait cela, la mort de l'ego. L'ego ne veut pas mourir, de même que l'homme ne veut pas mourir et pourtant il sait qu'il meurt un jour, nécessairement, qu'un jour vient l'oubli de ce qu'il a été. La vision que vous avez de vous-même est limitée. Quand vous mourez, objectivement et réellement, la vision de vous-même n'est plus attachée à la forme et aux constructions que vous avez élaborées dans les mondes de la densité, dans les mondes de cette dimension. Votre vision devient plus large et néanmoins vous replongez dans ce plan de réalité et vous recommencez inexorablement les mêmes schémas, les mêmes fonctions, avec d'autres habits, avec d'autres histoires mais, pourtant, c'est toujours la même histoire. Certains se laissent illusionner par la qualité de leur propre histoire et se laissent piéger à nouveau par ce monde et cette réalité particulière que vous vivez. Le piège est lié à l'attraction. Tant que vous vivez l'attraction à vos désirs, tant que vous vivez l'attraction à vos croyances, à vos suppositions, à vos modes de vie, à vos modes de fonctionnement, vous ne pouvez accéder à l'illimité et continuer à entretenir la limitation, votre propre limitation. Personne ne vous a limité, à part vous-même. Comme vous l'a révélé l'Archange Mikaël, vous êtes des grands Maîtres de Lumière, réellement, mais vous jouez les jeux de l'illusion, vous jouez à nier ce que vous êtes et ce jeu dure depuis fort longtemps. En ce sens, voilà pourquoi, en ces moments privilégiés, la multitude des consciences spirituelles, multidimensionnelles qui vous regardent avec les yeux du cœur, tentent d'ébranler, par un choc, vos conceptions limitées et erronées de ce que vous croyez être.

Question : ils y parviennent à bouger ces limites ?
Il n'y a que vous, personne d'autre que vous, qui peut bouger individuellement ses limites. Nous pouvons ébranler à travers un choc, un certain nombre, je dirais, de vos convictions, de vos croyances, de vos certitudes mais, comme vous l'ont répété de très nombreux intervenants, nous ne pouvons faire ce pas à votre place. Cela fait partie du serment initial que vous avez passé envers vous-même, mais aussi envers (je n'aime pas trop ce mot, mais c'est le meilleur que je trouve) les instances spirituelles qui ont généré cette expérience, à laquelle vous avez tellement pris goût, que vous n'envisagez pas de lâcher la main dans le bocal.

Question : cela est spécifique à cette dimension ?
Non, comme vous le savez cette dimension peut être coupée, ou dissociée, ou unifiée, donc ce n'est pas spécifique à cette dimension. Cela est spécifique du serment que vous vous êtes, vous-même, imposé. Ce qui devait être une expérience limitée, s'est prolongé, non pas pour prolonger l'expérience de la limitation, mais parce que vous étiez persuadés, à titre individuel et collectif, qu'en poursuivant l'expérience vous feriez encore plus grandir la Lumière et les Maîtres que vous étiez. Cela peut être réel, cela peut être une justification réelle, mais n'était absolument pas indispensable. Néanmoins, respectant votre serment, votre logique, nous avons attendu patiemment que le cycle, les rondes des galaxies, permettent de trouver une opportunité plus forte de vous laisser entrapercevoir (par suggestion et non pas par vision réelle) ce qu'est le côté illimité. Mais nous nous étions engagés tous, voilà fort longtemps, à ne jamais interférer avec ce que vous avez appelé : liberté, libre arbitre, expérience, etc. Néanmoins, toutes les mauvaises choses ont, quand même, un jour, une fin. J'emploie à dessin le mot mauvaise chose parce que l'expérience n'est jamais mauvaise, de même que le chocolat n'est pas mauvais mais de là à en manger dix kilos, à chacun de vos jours, je ne pense pas que l'expérience puisse être agréable. Tout est question de dosage et la majorité de ce que vous êtes, ont peut-être, dans leur allégresse et leur serment, un peu exagéré les doses, je dirais. Néanmoins, nous sommes fidèles à ce que nous avions décidé.

Question : est ce que cette expérience de 3ème dimension dissociée va servir à d'autres ?
Alors, là, je ne suis pas responsable de ce genre de décision. Elle ne me concernera jamais, ne pouvant pas passer par ce que vous appelez l'incarnation, dissociée ou unifiée, d'ailleurs. Elle appartient à ceux qui, un jour, voilà fort longtemps en temps linéaire, ont déjà vécu ce type d'expérience. Nous ne pouvons pas, nous, Archanges, nous proposer comme ceux qui vont vous suggérer, ou proposer, ou imposer quoique ce soit par rapport à votre chemin. N'oubliez pas que l'expérience de ce monde est unique. Ce qui ne veut pas dire que les mondes de l'incarnation dissociée n'existent pas ailleurs. Mais je peux vous affirmer que l'expérience que vous avez vécue est, en beaucoup de côtés, unique. De notre point de vue, de notre dimension, et pour employer une de vos expressions, quelque soit le côté, je vous l'accorde, lumineux, majeur dans votre histoire, l'expression qui me vient, c'est que cela est d'un comique à hurler de dire. Si j'ai pris l'exemple du singe c'est exactement ce à quoi vous ressemblez. Ce qui est à hurler de rire, quand nous voyons, nous, ce que vous êtes réellement. On pourrait aussi prendre l'exemple de quelqu'un qui taperait comme un fou à une porte fermée alors que, derrière lui, en se retournant, il apercevrait une porte ouverte, qui l'emmènerait exactement au même endroit. En ce sens cela est effectivement à la fois grandiose mais effectivement, tel que vous l'appelez, à hurler de rire. Mais vraiment et réellement.

Question : j'ai du mal à concevoir que des êtres dits lumineux comme nous sommes sensés l'être, n'aient pas ce discernement ?
Vous ne pouvez pas l'avoir tant que vous n'avez pas franchi ce seuil. Vous ne pouvez pas réclamer ou désirer, même, un discernement alors que vous êtes dans un monde sans aucun discernement. Il y a là un paradoxe et un effet paradoxal de votre propre conduite. Vous vous êtes tellement impliqués et investis dans cette réalité que vous avez même perdu de vue le sens même de la vie et vous prétendez être vivant. En ce sens, cela est aussi, en votre langage, à hurler de rire, si tant est qu'un Archange puisse rire.

Question: le véritable singe c'est pas celui qui est enfermé dans la cage mais celui qui regarde le singe.
Nous regardons car nous avons promis, malgré tout, de rester à vos côtés. Quand je dis à vos côtés c'est plutôt au dessus de vous parce que, bien évidemment, vous étiez tellement pris dans vos créations et dans vos illusions que si nous n'étions pas intervenus, non pas sur votre liberté mais sur la structure même de ce monde, il y a bien longtemps que ce monde aurait disparu, ce qui n'est pas le but, avouez-le, pour des êtres qui sont venus œuvrer et transformer cette matière. Je vous rappelle que, nous, Archanges et autres consciences spirituelles n'ayant jamais été incarnées au sens où vous l'entendez, ne pouvons en aucun cas participer à vos jeux. Nous ne pouvons effectivement que les regarder.

Question : vous nous accompagnez mais vous-mêmes êtes-vous accompagnés ?
Bien sûr. Nous sommes accompagnés par la Lumière. C'est le seul accompagnement, à nos yeux, à notre conscience plutôt, possible, souhaitable et réalisé. Quand certains de vos compagnons de route en cette humanité vous ont affirmé que la Lumière était omnisciente, que la Lumière était tout ce qui était, ce n'était pas une vue de l'esprit. Ce n'était pas non plus quelque chose de faux. C'était la stricte vérité. La Lumière, je cherche le mot, est pourrait-on dire, auto intelligente dans le sens où elle se suffit à elle-même. Jamais la Lumière ne se pose la question de la route qu'elle va emprunter. La Lumière est donc évidence, contrairement à l'illusion dans laquelle vous évoluez.

Question : si vous dites que sans votre intervention la Terre aurait été détruite, cela signifie que l'expérience a échoué ?
Si vous en étiez arrivés à cette extrémité, malgré notre présence, l'expérience aurait échoué. Mais l'expérience reste l'expérience. Elle n'est pas la vérité, quelle que soit la grandeur et la beauté de votre expérience. Je dis ça, si cela était possible, en souriant. Pour paraphraser une phrase d'un autre Archange dont je ne citerai pas la source, vous vous êtes mis dans un processus de poids. Vous avez confondu le poids avec la voie.

Question : ce sont les peurs qui ont causé toutes ces destructions ?
L'image que je peux en donner est que, jusqu'à un passé extrêmement récent, vous aviez tissé, en plus du voile de votre propre ignorance, par votre serment, au niveau de la Terre, par la peur, un voile d'enfermement. Ce voile, grâce à la Lumière, grâce à Dieu ou grâce à l'Amour, a été dissout. Et aujourd'hui que se passe-t-il ? Beaucoup d'entre vous sentent l'imminence d'un choc que je ne décrirais pas. Et néanmoins qu'est-ce que ce que vous faites ? Ce choc est un choc de Lumière puisque nous avons dissout littéralement les milliers d'égrégores de peurs que vous aviez bâtis autour de vous. Néanmoins, aujourd'hui que se passe-t-il ? Les humains ont encore plus peur qu'avant parce que vous n'êtes plus protégés par vos cuirasses de peurs au niveau de la planète. Paradoxalement vous avez encore, globalement, plus peur. Vous avez peur de ne plus être protégés au sein de votre expérience de la dualité. Cela est aussi un paradoxe de vous avoir retiré les habits et les manteaux de peur dont vous aviez recouvert l'ensemble de cette planète et apercevoir que, malgré tout, l'être humain, dans la généralité, continue à créer de la peur. La peur est une résistance. La résistance est l'opposé de l'abandon. Vous ne pouvez vaincre la peur par la peur, par la fuite. Vous pouvez vaincre la peur uniquement par l'abandon et uniquement par cela.

Question : le nettoyage des centres énergétiques suffit pour monter en vibration ?
Le fait de nettoyer l'ensemble de vos lampes, de vos centres d'énergie ne permet pas, à lui seul, de réveiller ce que vous êtes, sinon ce serait très simple. Cette question illustre la peur qui vous habite parce que vous vous dites, fort logiquement d'ailleurs dans votre mode de fonctionnement, que vous allez nettoyer, purifier, transcender vos chakras. Cela vous évite de regarder la peur. Néanmoins la peur persistera d'une manière ou d'une autre. La seule façon c'est de franchir le seuil de confiance et le seuil de conscience. Il n'y a pas d'autre alternative. Autrement dit, vous pourrez monter et monter et monter encore en vibration, vous pourrez allumer des fonctions spirituelles nouvelles mais tant que vous n'aurez pas abandonné, vous ne franchirez pas la porte. Je vous ai dit qu'il faut lâcher la main qui tient les cacahuètes dan le bocal. Il n'y a rien d'autre à faire. La vibration suivra. L'éveil de votre conscience suivra, je dirais, de manière quasi instantanée. Mais là vous ne pouvez échapper à cela. Ça n'a rien à voir avec les chakras. L'activation de vos chakras vous permet de vous rapprocher de cet état d'abandon. Mais l'abandon est un acte non vibratoire. C'est un acte de confiance et de conscience. Je ne dis pas de niveau de conscience mais de l'intégration de la conscience, ce qui n'est pas la même chose. Vous pouvez accéder à une connaissance majeure. Vous pouvez accéder aux mystères de l'univers. Vous pouvez converser avec une entité spirituelle, quelle que soit sa source, son origine et son niveau. Néanmoins, ce n'est pas pour cela que vous aurez ouvert la main dans le bocal. Le travail qui est actuellement réalisé dans l'ensemble de cette galaxie, et à des moments privilégiés, par l'archange Mikaël, a pour but de vous rapprocher au mieux et au plus proche de cet état d'abandon, par l'expansion de votre conscience, par l'ouverture à votre reconnexion mais néanmoins c'est vous qui commandez votre main, ce n'est pas nous.

Question: c'est ce qu'entendait Jésus quand il disait « vous devez quitter père et mère » ?
Bien sûr, vous devez tout quitter et surtout vous quitter vous-mêmes. Vous ne pouvez adhérer à ce que vous êtes et prétendre être dans l'abandon. Vous ne pouvez à la fois être et retrouver les Maîtres de la Lumière que vous êtes et rester dans cette condition ridicule. Je ne prône pas, par là, bien évidemment, l'abandon de cette réalité puisque vous êtes venus spécialement transformer cette réalité. Ainsi, ce que vous appelez suicide ou mort serait une erreur. Il vous appartient bien plutôt de mourir non pas à ce plan mais à vos illusions. Vous ne pouvez être à la fois le Maître de la Lumière et le petit corps dans lequel vous êtes. L'abandon dont je vous entretiens n'est pas ni abandonner sa vie ni certains modes de fonctionnement mais réellement vous abandonner vous-mêmes. C'est là qu'est la compréhension. Vous abandonnez vous-même n'est pas abandonner les conditions extérieures mais abandonner un certain nombre de circonstances intérieures qui font que vous êtes, pour le moment, limités aussi bien au niveau de vos perceptions qu'au niveau de vos vies, qu'au niveau de vos pensées, qu'à tous les niveaux. Vous êtes des êtres illimités qui vivez la limitation et qui, en plus, vous limitez. Il faut abandonner cela. Vous pourrez abandonner votre métier, la vie sociale et vous retirer au creux d'une montagne, sans pour autant vous être abandonné, créant là aussi une illusion de plus. Comprenez-bien que, en utilisant l'outil du langage qui fait résonner votre mental, vos désirs, vos intellectuels, j'essaie néanmoins, à travers la vibration de ces mots, de vous faire approcher quelque chose qui est bien au-delà des mots. Bien évidemment, l'abandon est un abandon intérieur. Vous l'avez bien compris. Cela correspond à deux étapes qui est non pas de tuer le petit moi ou de tuer la personnalité mais de réaliser, au sein même de cette illusion, ce que l'archange Mikaël a appelé, je crois, le ou la Soi-Unité. Ceci est la première étape. Mais l'abandon survient à l'étape précédente où toute volonté personnelle est annihilée à la volonté de la Lumière. Un certain nombre de prémices et de signes sont en rapport avec l'ouverture de la voie à l'abandon à la Lumière ou, si vous préférez, l'approche du seuil de confiance et de conscience. Ces signes sont différents selon les êtres humains. Si vous avez bâti, durant vos vies, des stratégies particulières guidées par la peur, quand vous approcherez de ce seuil, bien évidement, vous aurez encore plus peur. Si vous avez bâti des stratégies de tristesse, vous serez, en approchant de ce seuil, de plus en plus triste. Je crois que cela a été exprimé de manière fort adéquate par une entité qui rend visite à celui que je garde qui se fait appelé RAM qui vous a parlé d'un concept très particulier qui n'est pas obligé d'être vécu, comme l'ont fait certains mystiques des temps passés, durant des dizaines d'années, qu'ils ont appelé la nuit noire de l'âme. Celle-ci peut se vivre en un temps linéaire de votre espace extrêmement court. Mais toujours nous approchons de ce mot fatidique qui est le mot abandon. Il serait intéressant d'ailleurs, vu la prononciation de ce mot, d'en retrouver l'étymologie précise afin de déjouer les constructions mentales issues de ce mot abandon.

Question : cela pourrait être une forme de don de soi à ce qu'on appelle la Lumière ou Dieu ?
Il faut réellement trouver le sens premier du mot abandon. Effectivement dans abandon vous avez abondance et don. Cela est une première étape mais cela n'est pas la seule. Je vous invite donc à retrouver le sens premier de ce mot.

Nous vous remercions.
Merci d'avoir été aussi patients.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page