Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > O.M. AÏVANHOV

O.M. AÏVANHOV

27 juillet 2006

pdf

Et bien, chers amis je suis extrêmement content de vous retrouver, pour certains d'entre vous certainement c'est la première fois que je vous vois, alors, tous autant que vous êtes je vous présente tout d'abord mes salutations et vous apporte d'ores et déjà tout mon amour et ma bénédiction et nous allons commencer les entretiens tels que je les affectionne particulièrement et surtout les questions-réponses qui me sont chères. Alors, chère amie, si tu veux bien commencer à lancer des questionnements je serais tout ouïe de ce que tu me diras pour essayer d'y répondre.

Question : Pourquoi y-a-t-il autant de problèmes de virus ?
Je peux re-situer, chère amie, la notion de virus par rapport à l'origine. Le virus est une origine typiquement astrale, c'est à dire lié au monde émotionnel. Ils sont des créations non pas d'origine Divine mais des créations directement inspirées de la création de la troisième dimension et donc de la conjonction chez l'être humain d'un certain nombre de peurs et de frayeurs, je dirais, qui ont engendré ces virus, au fur et à mesure, depuis des milliers d'années, depuis la création de cette troisième dimension, c'est à dire depuis cinquante mille ans. Alors les virus ne sont pas inexorablement liés à une agressivité.

La théorie la plus adéquate correspond à imaginer, comme le disent les homéopathes, que la chose la plus importante est le terrain et que le virus n'est absolument rien. Alors nous rejoignons, si tu le veux bien, chère amie, l'origine de ce virus. Le virus est né dans le monde astral, dans le monde émotionnel, monde de division, monde de séparation, de l'ego, de la personnalité. Il est évident qu'une personne qui a un niveau vibratoire suffisant est capable d'éliminer tous les virus parce que les virus n'ont pas de prise sur lui. Ce qui veut dire que si le virus a une prise (quel que soit le virus) ça correspond à une problématique profondément émotionnelle qui est enfouie et refoulée certainement à l'intérieur de ses cocons de Lumière. Alors, effectivement, plus on monte en vibration et en conscience, plus on s'aperçoit que le virus n'est absolument rien par rapport à l'intériorité de l'homme et que c'est les défauts au niveau de cette intériorité astrale (et non pas spirituelle) qui fait la virulence, je dirais, des virus et la possibilité pour eux de trouver un terrain propice à leur épanouissement. Alors une fois que le virus a pénétré, effectivement, il est important de traiter non pas le virus en tant que tel mais de soutenir plutôt le corps afin que le corps astral et le corps étherique soient à même de faire disparaître et de limiter l'influence de ce virus.

Mais n'oublie pas que l'origine se situe au niveau de la personnalité et, en particulier, sur quelque chose de fondamental qui est une peur refoulée et une peur qui est inscrite très profondément puisque ça peut aller jusqu'au niveau génétique qui est lié au vécu de la personne. Alors on pourrait se dire qu'il faut essayer de retrouver l'origine précise de la peur, le pourquoi et le comment cette peur est arrivée à se cristalliser. L'important est de monter le niveau vibratoire parce que, à partir du moment où le niveau vibratoire monte, à partir du moment où la sérénité intérieure ou la maîtrise commence à apparaître et à faire jour, à ce moment là, la peur ne peut plus exister. La seule vraie solution se situe à ce niveau.

C'est à dire que la solution n'est pas au niveau de lutter contre le virus. Dans un premier temps on pourrait dire qu'on peut augmenter le terrain effectivement mais le plus important n'est pas à ce niveau là parce que augmenter le terrain n'a jamais fait disparaître un virus (que ce soit un virus de l'hépatite par exemple chronique). En aucun cas il ne pourra disparaître avec des médicaments aussi bien chimiques que des médicaments qui visent à détruire le virus, voire des vaccins ou avec des produits naturels qui monteront de manière temporaire le système immunitaire, par exemple pour lutter contre le virus. La solution se situe au niveau de l'élimination de la peur, non pas par rapport à trouver l'origine précise de cette peur mais bien par rapport à une montée vibratoire, par rapport à la vibration du cœur, bien évidemment. La solution est uniquement à ce niveau.

Question : Pourquoi il y a des gens qui ne sont pas atteints de virus malgré le fait qu'ils ne présentent pas, apparemment, un taux vibratoire très « élevé » ?
Bien évidemment, chère amie, parce que ceux-là n'ont pas peur, ils sont dans l'ego de force et de pouvoir, ceux-là ne seront jamais malades parce qu'ils ont développé des stratégies de lutte et de privatisation, je dirais, de l'ego qui fait qu'ils sont dans le pouvoir et les êtres de pouvoir ne sont jamais malades. Une fois que la maladie est là, par contre, il est pas question évidemment de retomber dans essayer de trouver un pouvoir mais plutôt de monter le niveau vibratoire parce que la maladie est réellement un signal qui est envoyé. Par contre, les êtres qui ont structuré, rigidifié leur ego (c'est à dire qu'ils sont montés dans le pouvoir et dans une fausse maîtrise qui n'a rien à voir avec l'évolution spirituelle et la montée en vibration), ont développé des stratégies de défenses qui sont forts efficaces. Mais malheureusement quand ils seront privés de leur corps, ils s'apercevront qu'ils ont fait fausse route.

Il ne faut pas juger uniquement sur l'apparence de la maladie ou de la bonne santé. Vous avez eu des saints qui ont été extrêmement malades, vous avez eu des personnages qui étaient des véritables bourreaux qui n'ont jamais été malades de leur vie. La maladie ne fait pas référence à l'évolution spirituelle, la maladie fait simplement référence à un signal qui est donné à l'âme. Par contre certains êtres ont réussi à se couper de leur âme et ceux-la ne seront jamais malades parce qu'ils ont développé des stratégies de pouvoir mais ceux-la n'évolueront jamais, du moins dans cette vie, au niveau spirituel.

Question : Comment augmenter le taux vibratoire pour soi-même ?
La montée vibratoire peut se faire de milliers et de milliers de façons, il y a des techniques innombrables pour monter le taux vibratoire. Il y a des êtres qui vous diront qu'il n'y a pas de technique, comme l'a fait par exemple le grand Krishnamurti, d'autres vous diront qu'il y a des techniques et d'autre vous diront qu'il faut des techniques mais qu'on a rien à foutre des techniques.

L'important étant de dévier le mental parce que l'obstacle le plus important à la montée vibratoire c'est pas la peur ou les émotions c'est, bien évidemment, le mental, c'est lui qui est l'obstacle majeur à la montée vibratoire. A partir du moment où vous vous posez la question « je veux monter en vibration », bien évidemment c'est le mental qui dit ça, c'est pas l'âme. L'âme ne dirait jamais ce genre de chose, l'âme vous fait frissonner et monter en vibration directement. A partir du moment où une pensée est émise, elle ne peut venir que du lieu de la dissociation, de la séparativité, c'est à dire du lieu du mental. Or le mental, comme disaient certains Maîtres, ment toujours.

Il ne peut pas y avoir de montée vibratoire réelle qui vous conduit à l'immortalité (non pas de l'être physique que vous êtes mais à la rencontre de votre Divinité), cela ne peut se faire que si le mental est parfaitement silencieux et parfaitement au calme. Pour cela, certains êtres vont avoir besoin de techniques, certains vont méditer, certains vont prier, certains vont faire des gestes, d'autres vont tenir des cristaux, que sais-je encore, et d'autres vont accéder directement à cet état de transcendance. Alors retenez néanmoins que même une technique, si valable soit-elle (et de mon vivant, il y avait la panarythmie par exemple qui était un exercice excellent, il y avait aussi la salutation et l'adoration du soleil le matin au soleil levant, ça aussi c'est une technique qui permettait de mettre le mental au repos).

L'important est, pour la montée vibratoire, d'empêcher le mental de travailler. Parce que, à partir du moment où vous voulez travailler, par exemple, sur le virus qui est lié à la peur au niveau du corps astral, vous vous servez du corps mental. Vous faites fausse route et vous faites erreur parce que il ne peut pas y avoir de montée vibratoire dans ces cas là. Il faut faire taire le monde émotionnel, il faut faire taire le monde mental pour accéder au supra-mental et accéder à la dimension spirituelle de l'être. La montée vibratoire se produira quand vous sentirez dans un premier temps les chakras qui s'activent (en particulier le chakra de la couronne) mais vous devez pas rester au niveau de la couronne. Bien évidemment cette montée vibratoire (qui est liée à l'activation du triangle Séphirotique supérieur) doit conduire à l'illumination du coeur et le coeur ne peut se remplir que si la tête est vide, ça c'est extrêmement important, vide de pensée mais aussi vide de l'énergie qui est reçue des plans spirituels pour reconduire le cœur. La seule montée vibratoire authentique correspond à cela et à rien d'autre. Maintenant vous pouvez utiliser les techniques que vous voulez ou pas de technique, ça c'est secondaire.

Question : Comment peut-on arriver au détachement de ses anciens attachements ?
Le détachement de l'ancien attachement, voilà une belle expression, ça correspond effectivement à un mot qui est important. Arriver à lâcher prise c'est à dire abandonner les attachements, est quelque chose qui fait partie de l'évolution spirituelle qui est demandée aujourd'hui à toute la race humaine, pour ceux qui le pourront, pour accéder à des nouvelles vibrations et à des nouvelles dimensions. C'est extrêmement important de ne pas rester figé sur les attachements, quels qu'ils soient et les attachements les plus importants que vous avez tous, en tant qu'être humain (mais que nous avons dépassé de notre vivant pour ceux qui avaient atteint le stade de la maîtrise) c'est bien évidemment les attachements familiaux qui sont la plaie, je dirais, de vos vies et de vos incarnations depuis des milliers d'années.

Alors il faut décider de faire confiance. Il n'y a pas à être jugé par des membres de la famille ou de l'ex-famille, il n'y a pas non plus à souffrir par rapport à quelque chose qui appartient à du passé parce que, de cette manière là, vous entretenez en vous des fantômes et vous cristallisez dans les cocons de Lumière des choses qui peuvent devenir fort désagréables et déclencher un certain nombre de symptômes, voire de maladies qui, des fois, peuvent être très graves, uniquement par rapport à cet attachement de nature familiale. Il y en a aussi qui sont attachés à autre chose par exemple à des objets, aussi à des lieux, pourquoi pas ?

Tout ce qui est forme d'attachement est quelque chose qui va vous entraîner vers ce que l'on appelle le passé. Or l'accession à la dimension nouvelle correspond à une libération totale du passé et il faut faire abstraction de ce passé, se détacher de ses attachements du passé, diriger votre conscience, et même votre mental, sur des choses à venir. L'idéal étant évidemment d'être axé totalement dans le présent mais la plupart des êtres humains, en tout cas les occidentaux, quand on leur parle de présent, rentrer dans le présent, ils définissent le présent par rapport aux expériences vécues dans le passé, alors ce n'est pas réellement le présent. Quand un oriental vous dit être centré dans l'instant présent, c'est l'accession à un instant de transcendance où il n'y a plus de pollution de l'instant présent par une mémoire du passé. Alors, effectivement, vous avez aujourd'hui les uns et les autres, en incarnation, à dépasser des processus d'attachement extrêmement diversifiés mais chacun se trouve confronté aux attachements qui lui sont les plus douloureux à dépasser. Parce que, quand on est pas attaché à quelque chose, je dirais qu'il est très facile de s'en détacher puisque on est déjà détaché, c'est une lapalissade, comme vous dites.

Par contre, au niveau des attachements profonds, il faut réfléchir sur la nature de ces attachements. Un attachement est un attachement, on n'a pas besoin de savoir quelle est la nature de l'attachement et pourquoi il est comme ceci et pourquoi il est comme cela, est-ce que c'est karmique, est-ce que ça vient d'une vie passée, est-ce que ça vient de quelque chose qui n'a pas été compris. Nécessairement, oui, c'est cela. Alors il convient plutôt de travailler sur l'instant présent et sur la Divinité intérieure, sur l'être intérieur car il n'y a que cette dimension, et je ne le dirais jamais assez, qui est capable de vous débarrasser de tous les attachements. C'est à dire trouver la propre dimension spirituelle, elle, elle ne connaît pas les attachements. Trouver sa propre Divinité, la Divinité intérieure des êtres de Lumière que vous êtes. Quand vous reprenez conscience de ce que vous êtes et que vous oubliez toutes les ombres du passé, vous redevenez totalement vous-même, cela ce fait au fur et à mesure. Affirmez votre unité, affirmer tous les matins « je suis Un », « je suis un avec moi-même », « je suis un avec mon instant présent ». Mais je ne suis pas le résultat de mon passé, même si le jeu de l'incarnation a fait croire cela et que mon corps croit encore cela, ceci est une hérésie qui a duré suffisamment longtemps. D'autant plus qu'il ne faut pas oublier que le sacrifice du Christ a été en rapport avec cette libération du passé. Ca c'est extrêmement important à comprendre aussi.

Alors il n'y a pas de technique pour se libérer, comme ça, d'un coup de baguette magique mais il y a une technique pour dire « je suis dans mon présent » et « je suis un » et « je suis dans la recherche de ma Divinité intérieure » et non pas sur les lamentations des problèmes du passé qui, eux, appartiennent au passé et qui ne sont pas votre présent ou, en tout cas, qui ne devraient pas l'être.

Alors recevez tout mon amour, toute ma bénédiction et je vous dis certainement à bientôt à une prochaine fois. A bientôt chers amis.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page