Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > MA ANANDA MOYI

MA ANANDA MOYI

11 avril 2012

pdf

Je suis MA ANANDA MOYI. Frères et Sœurs incarnés, je vous transmets la grâce. Nous allons, si vous le voulez bien, échanger et partager. Je vais tenter, par des mots simples portés par l'Onde de Vie, de vous traduire le Passage qui est vôtre, vous conduisant à vivre l'Ultime et l'Absolu. Passage et Transcendance vous conduisant de l'Unité (et sa Joie et son Samadhi) à l'Extase de l'Ultime. Je vous ai parlé, voilà peu de temps, de la rétraction de l'âme et de la contraction de l'âme qui accompagnent, en quelque sorte, cette Transcendance.

L'Unité est une préparation, une construction, certes faisant sortir de la personne limitée et faisant découvrir des espaces insoupçonnés pour la personnalité, où l'humeur n'est plus jamais la même, où les attachements, quels qu'ils soient, se trouvent relativisés. Et surtout, la Joie accompagne l'être qui découvre et vit le Soi. L'Éveil et la Réalisation donnent à vivre un état différent de l'état habituel de l'humain, enfermé au sein de l'illusion de sa personnalité.

Depuis que le Manteau Bleu de la grâce se dépose en vous et sur vous (que cela soit le jeudi ou que cela soit tous les soirs, depuis peu de temps)(ndr : voir rubrique « protocoles à pratiquer / protocoles prioritaires »), que cela soit l'Onde de Vie de la Terre qui vous parcourt ou que cela soit le Manteau de la grâce qui se dépose sur vos épaules, l'ensemble de ces éléments vous permet de découvrir des modifications importantes, déjà au sein du Soi ou de la personnalité. Viendra, en vous, un moment, s'il n'est déjà venu, où la rétraction de l'âme pourra vous faire dire, au sein de la personnalité, comme du Soi : « à quoi bon ». S'ouvre devant vous, au-delà de la Joie, un espace qualifié de vide, un espace où tous les repères (ceux de la personnalité comme ceux du Soi qui ont été découverts et Vibrés) doivent, en quelque sorte, s'effacer pour laisser la Majesté de l'Absolu s'établir et se vivre.

Ce moment, à nul autre pareil (dont le reflet serait le passage de la personnalité au Soi), bien sûr, s'accompagne peut-être de certaines manifestations, nommées énergétiques ou Vibratoires, mais l'essentiel, vous le savez, n'est pas là. L'essentiel est de mettre fin à toute distance entre vous et tout le reste, non pas seulement sur ce monde, non pas seulement dans la Fusion avec la Lumière ou dans la Dissolution avec la Lumière, mais dans ce grand Tout. Au-delà de l'Unité, au-delà de toute Source, au-delà de tout Univers.

Nous, Étoiles, ainsi que les Anciens, les Archanges, nous vous avons accompagnés dans le déploiement de la Lumière, dans la conscientisation du Soi. Aujourd'hui, comme cela a été insisté, cette ultime Transcendance, ce Passage de la Porte Étroite (qui a été, en quelque sorte, préparé par un certain nombre d'éléments) vous a préparé, vous aussi, à cet Ultime Abandon : l'Abandon du Soi, l'Abandon de ce qui a cru être possédé et manifesté, afin de vous établir au-delà de ce manifesté dans le non-manifesté, dans le non-Être et dans la non-Conscience. Rien de ce qui est cet Absolu ne peut être exprimé. Le témoin, vous le savez, en sont les manifestations de l'Extase, qui mettent fin à toute emprise de quoi que ce soit venant de ce monde de la personnalité (du Soi, même), faisant de vous un être qui, au sein d'une forme pourtant présente, vit le sans forme ou, si vous préférez, la non-forme. Bien sûr, pour l'ego, tout ce qui est négation évoque une perte irrémédiable, un abîme insondable, où même l'Amour et la Lumière ne peuvent être conservés. Et c'est pourtant, très exactement, dans ces conditions et dans ce qui se manifeste à la Conscience que peut se vivre l'Absolu, que peut se vivre, de manière facilitée, la grâce de la Vérité, la grâce de cet Absolu, de cet Ultime. Comme cela vous a été exprimé, à de nombreuses reprises, il n'existe pas de voie de passage entre l'Unité et l'Absolu même si, bien sûr, il existe des points de ce corps que vous habitez, en résonance avec les nouveaux corps, tels qu'ils vous ont été explicités, correspondant à cette Porte OD, cette Porte Étroite : le moment où il vous faut renaître, le moment où il faut être comme l'Enfant, vierge de toute supposition, vierge de toute construction. C'est le moment où ma sœur Gemma vous a dit que le Double se présentait, afin de vous Épouser et de vous dissoudre dans ce non-Être, au-delà même de sa propre Présence, au-delà même de son Amour indicible et de ce Feu qui retourne à sa propre origine.

Le temps particulier de cette Terre, de par sa Libération, vous donne une forme d'impulsion. Une impulsion qui est facilitante et qui vient vous demander, elle aussi, à Être elle-même. De sortir en quelque sorte de toute limite, d'abandonner tous vos cadres de référence, même ceux du Soi. De vous abandonner, en quelque sorte, à la Source de vous-même que vous ne connaissez pas, que vous ne pouvez prétendre connaître au sein de qui vous êtes dans la personnalité ou dans le Soi. Ceci est effectivement un défi parce que, dans ces moments-là, dans ce « à quoi bon », l'ensemble de ce qui peut exister, au sein de la personnalité et du Soi, va remonter à la Conscience sous forme (parfois intense, parfois envahissante) des effets de la rétraction et de la contraction de l'âme qui s'apprête à disparaître, à lâcher, en quelque sorte, toutes les attractions et toutes les manifestations ayant existé dans ce monde illusoire.

Le passage de la Joie à l'Extase n'est pas, là non plus, un simple passage ou un simple degré qui serait plus important mais, là aussi, il s'agit d'une Transcendance. Il s'agit, là aussi, d'une Transformation radicale où même la Conscience ne peut plus être nommée car elle n'est plus ni localisée ni délocalisée : elle est partout, avant de disparaître elle-même et de laisser la Majesté du non-Être, de l'Ultime Absolu, de la Vie. C'est en ces moments, où nombre d'Anciens vous ont dit de ne rien faire, de rester tranquilles, de ne même plus rien tenter d'observer, de laisser tout ce qui se passe, passer, et donc être dépassé, sans aucune intervention d'aucune partie de vous-même, que vous soyez dans la personnalité ou dans le Soi. Le plus simple et le plus dur à la fois est, effectivement, de ne rien faire. Bien sûr, un certain nombre d'éléments ont été cultivés depuis quelques années maintenant, et vous ont enjoint cette Humilité et cette Simplicité. Humilité et Simplicité qui, poussées jusqu'à leur extrême limite, vous fait voir et considérer que vous ne pouvez être quoi que ce soit sur ce monde et vivre l'Absolu.

Il faut donc, en quelque sorte, accepter de n'être rien, de n'être plus rien et de tout donner, sans zone d'ombre, sans aucune réflexion, sans aucune condition. Ce saut dans l'Inconnu (car c'en est un) est une peur qui peut se traduire par une angoisse, parce que comment est-ce que, du point de vue du Soi ou de la personnalité, ce qui pouvait être plein, peut se retrouver vidé de sa substance, vidé de toute expérience, vidé de tout projet, de toute recherche et de tout but et, même, de tout chemin. Acceptez de n'être rien et vous serez Tout. Acceptez que l'ensemble des barrières et des murs érigés disparaissent. Acceptez de ne plus être une personne ou un individu et vous serez l'Absolu. Ce que vous êtes, je vous le rappelle, de toute Éternité, parce que ce n'est pas quelque chose qui peut être cherché ni recherché ni même convoité. Il n'y a que dans cette forme de capitulation totale que l'Absolu se vit. Il ne doit rien rester de ce qui était antérieurement présent. Il ne doit rien rester de votre personne, de votre vie, de vos attachements. Il ne doit rien rester de Lumière, ni même des amours conditionnés et conditionnant. Dès l'instant où vous avez renoncé, en totalité, dès l'instant où vous vous êtes donné, en totalité, dès l'instant où vous dites oui, alors le Mariage mystique se produit et vous donne le Tout et la Totalité. Mais vous ne pouvez être cette totalité, cet Absolu, tant que vous n'êtes encore que quelque chose ici, de ce côté-ci.

Il est un moment qui, je l'espère pour vous, est là, ou viendra, où tout doit être lâché. C'est le saut dans le vide, c'est le saut dans l'angoisse, c'est le saut dans la Dissolution. Et c'est là qu'il vous faut accepter que vous n'êtes rien de tout ce qui remonte, de tout ce qui se manifeste au sein de la Conscience, même la plus éclairée et la plus Éveillée. Quand cette Conscience-là se dessine et transparaît, alors le saut peut se faire de manière instantanée. Là se situe, pour celui qui vit déjà l'Absolu, l'apparent paradoxe et contradiction de cette Simplicité et qui, pourtant, paraît, d'un point de vue limité, tellement ardue, tellement difficile, tellement angoissante. Il vous faut tout perdre, afin de devenir ce Tout que vous Êtes, de toute Éternité.

Comme vous le savez et comme vous l'ont dit beaucoup d'Anciens, il n'existe aucun moyen de comprendre : aucune connaissance ne vous est d'aucune utilité. La Connaissance, au sein de la Personnalité comme au sein du Soi, n'est qu'ignorance pour l'Absolu. Parce que toutes ces connaissances ne sont, en définitive, que des projections dont le but est de vous connaître vous-même au sein de la personnalité, au sein du Soi, mais ne représentera jamais la Connaissance de l'Absolu. Il n'y a que si vous acceptez votre propre ignorance (à travers cette reddition, à travers ce Rien qui est accepté) que seulement, à ce moment-là, à cet instant-là, à ce point-là, que l'Onde de Vie et l'Absolu vous fécondent, vous rendant à vous-même, non pas dans un quelconque éphémère mais bien dans cette Éternité, dans cet Illimité.

Vous ne pouvez prétendre à être quelque chose, là ou vous êtes dans l'Illusion et prétendre à l'Absolu. D'ailleurs, jamais l'Absolu ne pourra être une prétention car il n'est ni un but, ni un chemin, ni une Conscience, ni une Vibration. C'est le moment où, réellement, sincèrement, concrètement, vous êtes ce Tout, au-delà même de la Source. L'Autre n'est que vous-même, à un temps différé, en un espace différent mais, en définitive, en l'Absolu, vous êtes Un, bien plus que dans l'Unité : vous êtes au-delà de toute Unité, vous êtes la Totalité. Il est difficile, pour l'ego, d'accepter cela. Il est difficile, pour le Soi, d'accepter aussi cela, parce que cela remet directement en cause le principe de la Réalisation et le principe même de la fragmentation ou de l'isolement de la personnalité. Et pourtant, il n'y a, en quelque sorte, pas d'autre issue que cette Transcendance. Bien sûr, et nous vous l'avons toujours dit, vous êtes Aimés de la même façon parce que l'Absolu est Tout et est Amour. Que vous restiez au sein de la personnalité ou au sein du Soi, il ne peut exister le moindre jugement, si ce n'est de vous-même par vous-même.

Les Samadhi les plus poussés doivent aussi laisser la place à l'Absolu. Et quand je dis laisser la place, c'est s'effacer, n'être plus rien, parce qu'au mieux vous accepterez de n'être plus rien, de vous fondre dans ce que vous appelez le néant, que se réalisera l'Absolu qui se dévoilera et vous installera dans cette non-Conscience et ce non-Être dont rien ne peut être ni perçu, ni conçu, ni appréhendé, en aucune manière. De ce vertige, de cet insondable, se déploie alors la Vie en l'Absolu. Plus rien n'a de secret pour vous. Il n'existe plus de question, il n'existe plus d'interrogation, il existe juste cet état qui n'est plus le néant mais qui est la Plénitude, bien au-delà de la Joie, bien au-delà de l'Amour et d'une Lumière vécue au sein de la Réalisation. L'Absolu met fin à l'isolement, met fin au Rien. Vous retrouvez ce que vous n'avez jamais cessé d'être. Vous retrouvez ce qui est la Nature et l'essence même de la Vie. Vous serez alors cet être, au-delà de tout être. Ce que nos Frères Anciens appellent le Jnani ou le Mukti, le Libéré Vivant, celui que rien ne peut affecter, parce qu'il connaît : il est sorti de l'ignorance, il a pénétré bien au-delà de ce qui est nommé les Demeures de Paix Suprême, au-delà de Shantinilaya, il a pénétré le Parabrahman. Il est réellement Libéré.

La Libération, qui est l'Absolu, ne demande rien de vous, justement parce que cet Absolu est Tout de vous : l'Amour, la Lumière, au-delà de toute Conscience, au-delà de toute observation, de tout sujet, de tout objet, de toute préhension, de toute compréhension et de tout doute. Comme vous l'a dit ma Sœur GEMMA (ndr : GEMMA GALGANI), la Vibration, à ce moment-là, n'est plus vécue comme ni extérieure, ni intérieure, parce que vous êtes devenu la Vibration. Il ne peut être établi la moindre distance entre ce que vous nommez le vous et tout le reste. D'ailleurs, vous et tout le reste sont la même chose.

Petit à petit, nous vous avons amenés et nous vous avons conduits devant cette Majesté, devant cet Ultime, en vous disant, déjà, que vous étiez en nous comme nous étions en vous, que rien de ce monde n'a de réalité, ni même de substance. Il est vide, totalement vide. C'est vous qui êtes le vide tant que vous restez dans la personnalité. Vous n'êtes effectivement rien, indépendamment de tout ce que vous pouvez croire, indépendamment de tout ce que vous pouvez expérimenter. L'Absolu n'est pas une expérience, ni un achèvement. Cela pourrait être un début mais un début qui n'a jamais de commencement ni de fin. Il y a, réellement, un changement de positionnement et un changement de regard. Mais l'on pourrait dire qu'à ce moment-là, vous êtes toutes les positions et tous les regards. Il ne peut plus exister, réellement, une localisation quelconque, excepté ce corps, ce principe éphémère qui demeure le temps qui est nécessaire à ce qu'il accomplisse son propre périple. Mais vous n'êtes plus ce périple. Vous n'êtes plus ce monde. Vous l'englobez.

Alors, bien sûr, l'ego (qui tient à ce corps, à cette personne, à ces idées) ou le Soi (qui tient à sa Réalisation, à sa Lumière) ne peuvent se saisir de quoi que ce soit. Il n'existe qu'une possibilité : c'est que le Double vous demande et vous fasse vivre cet Ultime. Il n'y a rien à demander. Dès qu'il y a demande, l'Absolu ne peut se révéler. Il y a vraiment cette notion de n'être plus rien. Une notion d'être vraiment le plus petit, inexistant, insignifiant, sur ce monde. Pour la personnalité, cela représente une négation importante, voire un déni mais pour l'Absolu, c'est la seule Vérité. Il n'y en a pas d'autre, il n'y en aura jamais d'autre. Être Libéré, vivre la Libération et vivre l'Absolu, ne peut s'encombrer d'aucun élément lié aux limites, quelles qu'elles soient. Rappelez-vous : c'est une Transcendance de tout ce qui était connu, su, expérimenté et Vibré. De là naîtra ce que, du point de vue de la personne, on peut nommer la Certitude. De cette Certitude Intérieure naît la Spontanéité, s'accompagnant de Transparence et d'évidence. Bien sûr, celui qui a un ego ne pourra pas voir cela, parce qu'il y verra toujours ses propres doutes, ses propres projections, ses propres insuffisances. Et votre propre Ego fera tout pour nier. Et pourtant, l'Absolu est communicable mais pas à l'ego. Il est communicable, dès l'instant où la localisation, au sein d'un corps ou d'un Soi, est, elle aussi, transcendée, au-delà même du principe de Communion, de Fusion ou de Dissolution, au-delà même de la Délocalisation, au-delà même du Manteau de la grâce ou de l'Onde de Vie.

Sortir dans la non-Conscience ou entrer dans la Vie est bien plus qu'un Baptême, bien plus qu'une Résurrection, bien plus qu'une Crucifixion. Et pourtant inexprimable parce que, encore une fois, ce n'est pas une expérience qui est perçue, ce n'est pas une Vibration qui est perçue mais c'est un état au-delà de tout état, qui n'est ni une finalité ni un aboutissement, qui vous fait réaliser, en quelque sorte, que vous êtes là, de toute Éternité, transcendant les Mondes, les vies et tout Soi. Bien sûr, de nombreuses modifications surviennent, dans ce corps, qui n'a plus besoin de vous pour mener à bien ce qui est à faire pour lui, que cela soit pour lui-même ou pour les autres corps présents à la surface de ce monde. Vous n'êtes plus présents. Vous n'êtes plus la Présence. Vous êtes l'Absolu.

Alors, ce qui était le néant, le vide et la contraction de l'âme, devient une exubérance Intérieure, ne pouvant en aucun cas être confondue avec une exaltation de l'âme ou de la personnalité dans l'expérience vécue. Parce que l'Onde de Vie, le Manteau Bleu de la grâce et la non-Conscience et le non-Être lui-même sont dans cet Absolu, en permanence, sans rien vouloir, sans rien décider, sans rien manifester. Vous devenez le Témoin Vivant, le Témoin du Christ, Ki-Ris-Ti, le Témoin du Brahman, parce que vous êtes lui-même. Et vous êtes même Parabrahman. Vous êtes celui qui, de l'Unité, est passé par le Zéro, par le néant et qui contient, à ce moment-là, en lui, toutes les Unités, toutes les diversités, tous les Mondes, toutes les Dimensions.

Le plus important c'est de se rappeler, peut-être, que vous n'êtes ni le but ni le chemin, que vous êtes la Vie, dans sa pleine et entière acceptation, au-delà de toute personne et de tout Monde, se traduisant par cette Extase et cette Intase permanentes, où rien ne peut plus être comme avant, même si vous le vouliez, même si vous le désiriez, ce qui est impossible parce que dans l'Absolu, il n'existe ni souhait, ni désir. Il y a juste la Vie qui se vit, en la laissant s'écouler elle-même, dans toutes les relations, dans tous les rapports, dans tous les actes. Bien sûr, pour l'ego, cela peut sembler être un manque de personnalité, un manque de volonté, une défaite. Et c'en est une, bien sûr. La défaite de l'individualité, la défaite de l'illusion, la défaite de l'éphémère qui, pourtant, n'a pas été la résultante d'un combat quelconque mais bien, je vous le rappelle, d'une capitulation totale, d'une reddition totale à la Source de soi-même.

L'on peut dire, aujourd'hui, que pour vivre l'Absolu et la Vie, que vous n'êtes pas la méditation, que vous n'avez pas à méditer. Que vous n'avez pas à regarder, ni à trouver, parce que vous êtes la Vie et la Vie ne peut pas être extérieure. L'âme se consume alors dans le dernier Feu, laissant apparaître le Phénix ressuscité de ses propres flammes, incorruptible, dans un nouveau Feu où jamais les flammes ne peuvent faiblir. Le Banquet Céleste, le Mariage au Double, l'Onde de l'Extase, participent de la même danse de la Vie. Cette ultime Vérité, au-delà de toutes les Vérités, nommée par un Archange qui vous a accompagnés : la Vérité Absolue. Vous acceptez tout, parce que rien n'est faux. Même les vérités relatives qui ont été rejetées et réfutées ne sont vécues que comme des étapes de construction et, à un moment donné, ces constructions doivent être, en quelque sorte, rasées. Mais elles vous ont auparavant servi à approcher de l'inapprochable. Construire le « Je Suis », le Soi, a été important. Ceux qui ne l'ont pas construit aujourd'hui n'ont plus à se poser ce genre de questions. Favorisez tout ce qui vous fera rester tranquille, rester en Paix. Dites vous qu'à ce moment-là, et dans cette période particulière de la Terre, il n'y a rien à chercher, ni à rechercher. Il n'y a rien non plus à manifester. D'abord juste Être et, ensuite, n'Être Rien. Cet ensuite n'est pas si distant que cela. Il n'est pas séparé.

L'Onde de Vie, témoin de l'Absolu, vous ravit au dehors de toute Vie, encore une fois de tout connu, de toute expérience, vous délivre des incertitudes, des doutes, des peurs et aussi de tout ce qui pourrait apparaître comme le maintien d'une illusion. Inconsciemment ou consciemment, de plus en plus de Frères et de Sœurs vont se douter que quelque chose se passe, sur ce monde, parce que, dans pas longtemps, tout cela ne pourra plus être caché et vous ne pourrez plus, d'ailleurs, vous cacher, vous non plus (où que ce soit, ni dans la personnalité ni dans le Soi), parce que vous deviendrez cette Transparence et cette Spontanéité. Vous serez, si l'on peut dire, emportés par la Transparence et la Spontanéité. Emportés vers où ? Vers ce que, justement, la personnalité, l'éphémère, appelle le néant, le Vide. Selon le point de vue de la personnalité et du Soi, cela s'appelle la négation de la Vie, le refus de la Vie. Et pourtant, ceci est exactement l'inverse, dès que l'Absolu vous a trouvé, dès que l'Onde de Vie vous a parcouru. Parce qu'à ce moment-là, c'est vous qui parcourrez l'ensemble des Consciences et des non-Consciences, l'ensemble des Dimensions et des non-Dimensions, la Source elle-même. Quelles que soient les Vibrations et les perceptions actuelles, parce que nous sommes en Communion, vous pouvez aller au-delà, ne pas vous arrêter en ce qui vous semble être un chemin ou un but. Rappelez-vous : il n'y a pas de chemin, pas de but. Il n'y a, pour vous, que Rien. Soyez Rien.

Alors, vous transiterez, par cette Transcendance, dans l'Éternité. Aucune limite ne pourra plus affleurer et effleurer votre Conscience. Plus rien du connu ne pourra vous empêcher d'être la Vie. Posez-vous dans ce néant et ce Rien. Posez-vous dans la Forme, au-delà de tout forme. Là, dans la Plénitude, dans la Joie, quittez cela car ni vous ni moi ne sommes cela. Acceptez de ne plus voir une personne ou d'autres personnes. Dites « oui ». Que votre oui soit un oui et un non à tout ce qui est connaissance de ce monde, connaissance de ce corps, de ce chemin, de votre expérience de vie. Vous êtes la Vie, vous n'êtes pas l'expérience de vie. Soyez en Paix. Arrêter le temps et l'espace n'est pas une gageure mais bien cet Ultime Absolu. Beaucoup d'entre vous ont vécu, même de par le passé, des reflets de cet Absolu, parce le sens d'être une personne, voilà encore quelques années en arrière, ne pouvait disparaître en totalité.

Rappelez-vous qu'il n'existe pas d'histoire, qu'il n'existe pas quoi que ce soit en dehors de l'Absolu. Et que le sens de ce que vous pouvez comprendre, même à travers les données scientifiques de ce monde, vous montre que même une étoile est éphémère. Bien sûr, l'étoile et la Conscience de l'humain n'évoluent pas dans le même espace et dans le même temps. Mais cela ne change rien à ce qui est éphémère. Là, de suite, entre, ici et maintenant, en chacun de nous qui est l'autre et qui est le Tout, dans la Communion de la grâce, l'Onde de Vie que, peut-être, vous observez.

L'Absolu vous dit : n'observez plus rien, ne soyez plus rien. Contrairement à l'Éveil et la Réalisation, où tout cela a été vécu, il vous faut accepter. Aucun vécu ne vous est d'aucune utilité. Renoncez à vous-même, renoncez même aux Vibrations, renoncez aussi à l'Onde de Vie qui vous parcourt, si elle vous parcourt, parce qu'elle n'est rien d'autre que vous. Ainsi, le Rien devient Plénitude, le conscient devient non-Conscience, sans pour autant être inconscient. La Joie de Turiya se dissout dans le Silence de l'Éternité, dans les affres du vide qui, en fait, est plein. Rappelez-vous le principe de l'inversion et de la falsification : vous êtes ici, sur ce monde, en négatif. Vous n'êtes qu'une empreinte. Vous n'êtes absolument rien de cela. Vous n'êtes que Absolu. Dans l'espace de Communion, qui est qui ? Qui êtes-vous ? Dans l'espace et le temps de cette Terre, au-delà du corps que vous habitez, au-delà des pensées et des émotions qui vous traversent, êtes-vous maintenant lucides et transparents ? Dans le Silence, le Chant Ultime est là. Dans l'espace de ce Silence, dans l'espace de notre Communion, au-delà de tout espace et de tout temps, nous sommes Un et au-delà. Et l'Absolu. Dans le Temple du Cœur, dansent l'Onde et la Vie que vous Êtes. Il n'y a pas de préparation. Il n'y a rien à préparer. Laissez Être. Laissez non-Être. Laissez faire. Ne faites rien. Goûtez à l'Éternité. Dans le temps de notre Communion, dans le temps de notre Silence, imprégnez-vous. Soyez la Vie et non pas une vie. Restons dans cet apparent Silence. Au-delà de tout temps, de tout corps, de tout décor, il y a Cela, rien que Cela. Il n'y a pas vous et moi. Le monde même n'est plus. Et pourtant vous êtes la Vie.

Dorénavant, il y aura la réminiscence de cet instant qui se reproduit à chaque souffle. De plus en plus, comme nous vous l'avions dit et redit, il y aura ces espaces où vous ne pourrez plus être simplement cette présence qui écoute, ni même cette présence qui parle. Il y aura juste Cela. Rien que Cela. Absolument tout Cela. Il me reste à bénir la Vie, parce qu'elle est bénie. Saisissez que vous n'êtes plus le temps, ni l'espace. Ni l'un, ni l'autre. Dorénavant, il y a Cela. Communion et grâce. Et puis, il n'y a plus de mot. Seul, peut-être, est entendu le Son Primordial. Celui qui est le Premier Souffle. Origine et Fin. N'écoutez plus rien. Vous êtes Cela. Dans Cela et avec Cela. Je dis simplement Paix au-delà de toute Paix et Éternité. À bientôt. À de suite. À toujours. En la Vie. En l'Amour. En Tout. Au revoir.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page