Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > PHILIPPE DE LYON

PHILIPPE DE LYON

10 novembre 2012

pdf

Je suis le Maître PHILIPPE DE LYON et j'interviens, parmi vous, en tant que Melchisédech de la Terre. Frères et Sœurs, vivons un moment d'Amour et de Paix.

... Partage du Don de la grâce ...

Ce que le Conclave des Anciens m'a chargé de vous dire découle directement de mon emplacement au sein de cette Assemblée des Anciens. La matière, la conscience de la matière, et la conscience de l'endroit où vous êtes, est inscrite selon un principe de résistance et d'opposité appelé action-réaction. Tout ce qui survient sur ce monde, là où vous êtes, sera toujours soumis à l'action-réaction qui est le principe même de l'enfermement. L'action-réaction s'exprime par la résistance, ou la non-résistance, à tout ce qui peut survenir et advenir au sein de ce monde. La place de votre conscience, où qu'elle soit, va toujours se traduire par la possibilité d'action ou de réaction au sein de ce monde, comme la possibilité de ne pas y réagir tout en y étant actif. C'est ce sur quoi je vais tenter de développer ce que j'ai à vous dire.

Le Christ a dit : quand on te frappe, tends l'autre joue. Ce qui peut apparaître, pour la personnalité, comme un acte de soumission, lié à une Prédation, peut soit s'expliquer par une faiblesse, soit, au contraire, par une grande force. Cette force n'étant pas prise dans l'action-réaction de ce monde mais dans ce que je nommerais une espèce de sorte de force d'âme ou d'esprit. Ce monde est bâti sur la résistance et l'opposition. Ce à quoi vous allez vous opposer, dans votre vie, va se renforcer. Dans l'exemple du Christ, celui qui prend un coup et rend un coup maintient, en permanence, l'action et réaction. Même s'il y a un sentiment de justice, même s'il y a un sentiment de réparation, au sein de ce monde, le principe de causalité n'est toutefois certainement pas éteint. Ce que je veux dire par là, c'est que tout ce à quoi vous allez vous opposer, tout ce à quoi vous allez résister (par le simple fait de la mobilisation de votre conscience dans l'acte de résister ou de s'opposer), vous fera rencontrer, inéluctablement, les conséquences de cette résistance et de cette opposition. Vous ne pouvez, avec les moyens ordinaires de la conscience, au sein de ce monde, entraîner une quelconque modification de la perception de ce monde. Je dirais même plus : le fait de s'opposer à la causalité de ce monde vous maintient dans la causalité et vous empêche de vivre la Grâce. La Grâce, loin d'être une démission ou une forme de faiblesse, quelle qu'elle soit, consiste à comprendre et à vivre que les lois de la matière, de la matérialité la plus brute, comme de la conscience présente au sein de cette matière, ne pourra, en définitive, jamais échapper à sa condition et son conditionnement.

Le principe de non-action n'est pas un acte de passivité mais bien une grande force de celui qui a compris que résister ou s'opposer maintient ce qui est nommé l'enfermement. Accepter ce principe, non pas comme une croyance, mais en vivre les effets directs vous donnera, si ce n'est pas déjà fait, à constater que si vous ne vous opposez plus, que si vous ne résistez plus à quoi que ce soit de la matière de ce monde, celle-ci ne peut plus avoir aucune influence, non pas sur votre matière, bien sûr, mais sur votre conscience, non liée à cette matière. La non-résistance et la non-opposition (tendre l'autre joue, si vous préférez) est la manière la plus rapide, la plus directe, de vous extraire de vos propres résistances, de la résistance de ce monde, et donc, de vivre le Choc de l'Humanité, avec la plus grande des facilités. Ce à quoi vous vous opposez, se renforcera inéluctablement. Vous opposer, c'est vous confronter. Vous opposer, c'est vous mesurer. Et, dans ce genre de mesure, vous serez toujours perdant parce que la force du nombre, au sein des mondes matériels enfermés, est bien plus importante que la force d'un individu. Aucun individu (quel qu'il soit, au sein d'une personne donnée) ne peut abattre les barrières de ce monde, ni même ses propres barrières. L'exemple du Christ en a été flagrant. Toute opposition, toute contestation, toute résistance aux lois de ce monde s'accompagnent, que vous le vouliez ou non, de votre participation aux lois de ce monde. Vivre la Grâce consiste à ne rien rejeter, à ne rien opposer, et à ne résister à rien. La personnalité dira toujours que laisser faire la matière est source de désordre. Que voulez-vous trouver ? L'ordre de la conscience Unifiée ou l'ordre de la conscience de ce monde ?

Ne plus résister et ne pas s'opposer fait disparaître ce à quoi vous prêtiez attention auparavant. Ainsi, ne plus résister et ne plus s'opposer, est certainement, durant cette période, la meilleure façon de découvrir l'action de la Grâce, en vous, comme sur votre monde, comme dans ce qui, jusqu'à présent, nécessitait, de votre part, une opposition ou une résistance. Retenez ce grand principe, même s'il ne vous est pas apparent d'emblée parce que vous ne pourrez le comprendre et le vivre que du point de vue de la Grâce : ce à quoi vous vous opposez, ce à quoi vous vous confrontez, résistera. C'est le principe de la loi de ce monde. Vous ne pouvez pas faire disparaître une quelconque illusion, vous ne pouvez faire disparaître ce qui vous gêne, simplement en vous y opposant ou en y apportant une solution. La solution, elle-même, restera inscrite selon la loi de causalité et vous empêchera de voir la Grâce agissante dans la non-réaction, la non-opposition. Alors, bien sûr, les lois de la personnalité font qu'une personne agressée est légitimement en droit de s'adresser à la justice ou de réagir elle-même selon les cas. Cette loi de causalité (valable pour tout ce qui est de l'ordre de la matière observable, mesurable et pondérable) ne concerne aucunement ce que vous Êtes, au sein de votre conscience. Il ne tient qu'à vous de placer votre conscience sous l'égide de la résistance ou sous l'égide de la Grâce : Abandon ou résistance. Abandon ou résistance, non pas à la matière, mais à la conscience elle-même et à la source de la conscience elle-même. Tant que votre action se situera comme une adaptation à un mécanisme extérieur, quel qu'il soit, vous calquerez votre stratégie sur la loi de ce monde.

La loi de ce monde n'est bâtie que sur le manque d'Amour et sur la recherche de cet Amour. La loi de la Grâce et des autres mondes Unifiés est bâtie sur la présence de l'Amour et sur l'absence de résistance qui a été nommée : Transparence, Humilité et Simplicité. Les circonstances de ce monde et de la Terre, elle-même, vous montrent, par l'action des Éléments à l'œuvre, ce qui découle des résistances et ce qui découle de l'Abandon à la Grâce. La matière, elle-même, la conscience de la Terre, elle-même, vous montrent ce qui se passe en elle lorsque les Éléments se déploient et permettent, justement, de vaincre les forces de résistance. Les forces de résistance sont des forces enfermantes, compressives et limitantes. La Grâce est sans limite, sans contrainte et sans résistance. La Grâce est donc Transparence. Ainsi donc, l'exemple de la Terre vous montre, aux phases qu'elle vit, ces différents moments d'ajustement et de réajustement, sous l'action de la Grâce et non pas sous l'influence de la réaction. Il en est de même, en vous : le Feu intérieur, les mouvements de votre Terre, de votre corps, les Vibrations de votre corps, les humeurs qui vous affectent ou que vous manifestez, peuvent se placer sous l'action de la loi de résistance, comme sous l'action de la loi d'Abandon. La loi d'Abandon va consister donc à accepter comme inévitable, inéluctable, ce qui se produit, en vous comme sur Terre. La loi de résistance vous fera entrer en opposition, en souffrance, par rapport à ce qui se déroule dans vos Éléments, comme les Éléments de la Terre. Comme cela avait été exprimé par le bien-aimé Jean (ndr : ou Sri Aurobindo). Le Choc de l'Humanité, et ses différentes phases, vont durer le temps qu'il est nécessaire, pour vous, à titre individuel, comme collectif, dans la compréhension de la résistance ou de la Grâce.

Ce que vous avez peut-être vécu, à titre individuel, doit se vivre, de la même façon, à titre collectif. Le travail accompli par la Lumière, votre travail et notre travail, a permis de raccourcir l'intervalle de temps entre le déni et l'acceptation. Faisons donc que les phases de résistance (et, en particulier, de la négociation et de la colère) seront réduites à leur plus simple expression, aussi bien individuellement que collectivement. La résistance à la Lumière maintient l'illusion : la vôtre comme le collectif. L'installation de la Lumière, réalisée par la jonction entre le rayonnement du Soleil et le rayonnement de la Terre (Libération du Soleil, et Libération de la Terre), rend possible, à vous et en vous, la possibilité de voir clairement ce qui est en œuvre, en vous. Tout ce qui résiste (ou tout ce qui n'est pas fluide, si vous préférez) ne fait que traduire vos propres résistances. Tout ce qui est fluide et facile ne fait et ne fera que, de plus en plus, traduire votre propre Abandon à la Lumière. Ce monde tient son maintien uniquement par le principe de causalité, d'opposition et de confrontation. C'est un équilibre qui apparaît comme dynamique, avec des variations d'un état à un autre (que vous l'appeliez joie, tristesse, colère ou autre). Quand vous laissez tomber un objet sur cette Terre : il tombe. Vous ne pouvez laisser tomber un objet, dans les autres Dimensions, tout simplement parce qu'il n'existe ni haut, ni bas, ni dedans, ni dehors, ni gauche, ni droite. Il n'y a aucune raison pour qu'un objet existe et que cet objet tombe. Où tomberait-il ? En haut ou en bas, dans la mesure où il n'y a ni haut ni bas ? Il en est de même pour votre conscience, dans ces temps. Allez-vous résister ou pas ? Résister à quoi ? À l'action de résistances conjointes de ce monde, dans ses dernières phases d'opposition à la Lumière qui se déroulent en ce moment même ? Qui ne sont pas le fait de la Terre (je vous le rappelle, puisque la Terre est Libérée et a accepté son Ascension), qui ne sont pas le fait de vous, individuellement, qui êtes présents, mais simplement de la persistance des habitudes et des conditionnements de l'humanité, à travers des systèmes de contrôle du mental humain déliquescents et à travers le poids des habitudes et, surtout, les poids de la conscience limitée liés à la matière.

Votre capacité d'installation dans la Grâce dépend, uniquement, dorénavant, de votre capacité à vous opposer, ou non, à ce qui est là. L'opposition ou la confrontation à ce qui est là peut prendre, bien sûr, des aspects fort divers et variés, depuis le fait de l'expression d'un désir qui est contraire à ce qui se déroule sur Terre et en vous, jusqu'à l'impression de contrôler ou de maîtriser une situation ou des individus, quels qu'ils soient. Je vous renvoie, pour cela, à ce qui a été exprimé à de nombreuses reprises concernant les Lignes de Prédation, personnelles ou collectives. La résistance est une forme de Prédation. L'Abandon à la Grâce est l'état d'Amour Absolu qui a fait dire au Christ : « quand on te frappe, tends l'autre joue ».

En complément d'éclairage de ce que vous a dit FRÈRE K (ndr : son intervention du 10 novembre 2012), il est évident que, durant cette période, plus la Lumière grandit (dans ce corps que vous habitez comme dans la conscience que vous trouvez plus ou moins large), plus cela va se traduire, dans cette phase ultime, par des résistances et des oppositions, non pas d'individus mais d'un ensemble d'individus (soumis encore aux Lignes de Prédation et aux peurs de l'inconnu) visant à la perpétuation, la continuité, d'une conscience séparée. Mais comme vous l'ont dit le Commandeur (ndr : O.M. Aïvanhov) et d'autres Étoiles : tout est accompli, depuis un certain temps, sur les autres Dimensions et redescendent donc jusqu'à votre Dimension (dont nous sommes aussi, également, très proches, ceci étant marqué par vos Communions, vos Rencontres, à différents niveaux, à différents états, de votre conscience de veille ou de sommeil). Comprendre le principe de non-opposition et de non-résistance vous fait très vite découvrir les effets de l'Abandon du Soi et de l'Abandon à la Grâce et à la Lumière. En définitive, les comportements qui sont les vôtres (individuels comme collectifs) deviendront, sous le regard de la personnalité, de plus en plus extrémistes mais ils ne feront que traduire (pour la conscience expansée Unifiée comme pour celui installé dans le Soi) que les ultimes affres de l'épuisement total des lois de résistance et d'opposition. Les phases ultimes entraînant la rupture d'un équilibre ancien pour obtenir bien plus qu'un équilibre nouveau, le Passage de l'ancien au nouveau Monde, de la conscience séparée à la conscience Unifiée, de la personne à l'Absolu, de la Terre de 3D à la Terre de 5D, ne font aucune différence. L'action des Éléments est la même, pour tous. Simplement, la résistance ou la non-résistance à l'action des Éléments sera vécue de façon différente mais avec toutefois le même instant final qui est, je vous le rappelle, la Liberté et la Libération. Les circonstances de ce que vous avez à vivre, quelles qu'elles soient (dans votre vie, dans vos relations, dans votre corps ou dans les interactions menées au sein de l'ensemble de la communauté humaine), ne représentent, en définitive, que ce qui se joue, à votre échelon, dans la phase finale de la Lumière s'établissant, en totalité.

Résistance ou Abandon. Opposition ou non-opposition. De là découlent les conséquences visibles, en vous, comme sur Terre, très précisément, durant cette période. Ceci n'est fonction que de cela et absolument de rien d'autre. Ce qui veut dire que si vous êtes capables de laisser œuvrer la Lumière, en totalité, quoiqu'il se déroule, ceci se déroulera toujours sous l'action et l'égide de la Lumière. La matière doit se spiritualiser par l'action de la Lumière. Que signifie cette spiritualisation de la matière ? Certains l'ont nommée Ascension, Translation Dimensionnelle, Éveil, Liberté et Libération. Est-ce que la matière, telle que vous la connaissez, sur ce plan, peut-être Libérée de sa propre loi de causalité ? Bien sûr que non. Il n'y a pas de meilleure façon de vous en rendre compte que de voir la différence des effets obtenus selon que vous résistez et vous vous opposez, selon que vous vous Abandonnez. Les circonstances de vos vies, comme les circonstances de ce monde, face à la Lumière, en imprégnation de Lumière et en établissement du règne de la Lumière, vous donnent à vivre, très précisément, là où en est la Terre, les humains, le système de contrôle du mental humain, ainsi que vous-mêmes, dans l'échelle de résistance ou d'Abandon à la Lumière. « Tendre l'autre joue » est un acte d'humilité extrême mais certainement pas de faiblesse. C'est une très grande force puisque cette très grande force ne vient pas de ce monde mais bien de l'autre côté du Voile, de la Conscience qui, en vous, permet justement la Fluidité de l'Unité, la réalisation du Soi, comme la non-interférence au sein des lois de ce monde. Bien sûr, plus le système de contrôle collectif du mental humain (le poids de l'habitude et des automatismes) se verra disparaître sous l'action de la Lumière, plus les résistances ultimes de ce système collectif deviendront apparentes et apparemment violentes. Rappelez-vous que cela n'a qu'un temps, en vous comme à l'extérieur de vous et que si vous acceptez, selon le principe d'humilité, de n' « être rien », tel que je l'ai exprimé dans l'une de mes dernières interventions, sensiblement en même temps que l'Étoile Thérèse de Lisieux (ndr : interventions de Philippe de Lyon du 2 octobre 2012 et de Thérèse de Lisieux du 15 octobre 2012), vous saisirez, par vous-mêmes, non pas le sens de mes mots mais vous en vivrez directement l'efficacité et l'efficience. Rappelez-vous : tout ce à quoi vous vous opposez, tout ce à quoi vous résistez, se renforce et se nourrit de votre opposition et de votre résistance. Cela est un premier pas, en quelque sorte, dans la conscientisation que vous créez, vous-mêmes, votre propre réalité.

La réalité de la Lumière est immédiate : il n'existe pas de latence comme selon le principe de causalité, ce qui veut dire que l'immédiateté des réactions, l'immédiateté des circonstances, même, de votre vie, va vous mettre face à ce principe soit de résistance, soit d'Abandon. À vous de décider mais je peux vous assurer, si ce n'est déjà fait, que l'ensemble des circonstances de ce monde, collectives et individuelles, vous permettront, très vite, de vous rendre compte de la différence entre les deux. Ceci concernant aussi bien le choix de vos aliments, puisque vous en avez parlé aujourd'hui (ndr : thème largement développé dans l'intervention de HILDEGARDE DE BINGEN du 3 octobre 2012), que le choix de vie, que le choix de votre conscience. Vous serez confrontés, dans une espèce de causalité immédiate (du fait de l'action de la Lumière), aux propres conséquences d'un choix ou d'un autre. Et tout choix, en définitive, ne résulte que de votre capacité à laisser œuvrer la Lumière ou à vouloir y mettre votre conscience personnelle. Voir cela, voir l'action de la Lumière sur la matière, laisser la matière se spiritualiser nécessite, bien sûr, de laisser œuvrer l'Esprit, et la loi de l'Esprit, par opposition aux lois de la matière. Vous êtes à même, quelle que soit la conscience qui est vôtre, en ce moment, de vous rendre compte, par vous-mêmes (quel que soit votre emplacement, quelles que soient les conditions de votre vie), de ce que signifie ce que je viens de dire, soit parce que cela vous est déjà arrivé, soit parce que cela arrive, au niveau collectif. La Lumière, rappelez-vous, ne combat jamais l'Ombre : elle s'établit et l'ombre disparaît d'elle-même. Il en est de même entre votre conscience Lumière (liée à ce que vous Êtes, en Éternité) et la conscience résistante (liée à la conscience de la personnalité). Comme cela a été exprimé d'autres façons : ce qui se déroule dehors, se déroule en vous. Les Éléments à l'œuvre, sur le monde, sont à l'œuvre, en vous, de la même façon. De la façon dont vous vous ajustez à la Lumière (par la non-résistance ou la résistance) découle et découlera, de plus en plus, la façon dont vous vivez cette période.

La spiritualisation de la matière (ou Ascension de la matière) n'est rien d'autre que l'acquisition, par la matière, d'un autre mode et d'un autre modèle Vibrationnel et de Conscience s'accompagnant de la disparition de la matière résistante inscrite au sein de la falsification. De votre point de vue (de la conscience personnelle, collective ou individuelle), le résultat est pourtant strictement le même mais le vécu est profondément différent. La qualité de ce vécu, durant cette période, est prépondérante, à la fois pour le bien-être et à la fois pour retrouver la totalité de qui vous Êtes, au-delà de tout Voile. La spiritualisation de la matière concerne, bien sûr, ce corps, par les processus Vibratoires, par les modifications physiologiques qui vous ont été décrites, ce jour comme en d'autres jours (ndr : voir, en particulier, la rubrique « protocoles à pratiquer / protocoles prioritaires »). Vous avez une vision claire de ce qui se déroule en vous. Le monde, tel que vous le connaissez, est un repère parce que ce qui s'y déroule, se déroule, en vous, de la même façon, avec plus ou moins de synchronicité, avec plus ou moins d'évidence. Mais viendra un instant où, si vous en doutez encore, vous ne pourrez plus en douter, non pas par croyance mais parce que vous le vivrez.

Beaucoup d'entre vous ont pu être affectés, durant ces dernières années, par un certain nombre de changements d'équilibre concernant les circonstances de vie comme votre propre corps. Observez, réellement et concrètement, le résultat. Qu'êtes-vous devenus à la suite de ce qui vous est arrivé ? Êtes-vous encore plus en résistance ? Ou êtes-vous encore plus en Abandon ? Les circonstances de votre vie présentes dépendent donc de votre attitude par rapport à ce que la Vie et la Lumière vous ont proposé. Il n'existe de punition, de châtiment, d'erreur, que pour la personnalité, certainement pas pour celui qui est établi dans le Soi ou dans l'Absolu. Les circonstances de la Terre, liées à l'action des Cavaliers, visibles sur cette Terre à la fois par les modifications des séismes, des volcans, des vents, de l'eau est la même qui se produit en vous. Chaque jour, dorénavant, la Lumière va vous appeler, d'une manière ou d'une autre, bien au-delà de nos Communions et de nos Présences, bien au-delà de la Présence de MARIE ou d'URIEL, bien au-delà de la Présence d'un Double (quel qu'il soit). La Lumière va vous appeler, non pas comme l'Appel de MARIE, mais en vous montrant les circonstances de votre conscience, comme les circonstances de votre vie. Rappelez-vous qu'il n'y a, à travers cela, aucunement à se juger ni à juger quiconque ou quelques circonstances que ce soit. Mais, simplement, à observer ce que la Vie et la Lumière vous donnent à voir. Observez ce que la Vie et la Lumière vous donnent à voir (dans votre vie, dans son déroulement, dans ses évènements) est à même de faciliter la non-résistance et donc l'Abandon à la Lumière (s'il n'a déjà été fait), l'Abandon du Soi, et la réintégration dans votre Éternité. Peu vous importera alors, quand vous aurez réalisé, je dirais, votre Choc de l'Humanité, en vous : plus rien ne pourra affecter la Conscience que vous Êtes. Je poursuis par là ce qui a pu vous être dit, par exemple, aujourd'hui, par MA ANANDA (ndr : intervention de MA ANANDA MOYI du 10 novembre 2012) comme par d'autres, simplement, par la vision de la Terre en tant que Melchisédech de la Terre. La Terre exprimera toujours une compression : la matière. L'élément Terre, amputé de sa Réalité et figé, ne Vibre plus.

D'ailleurs, l'adjonction de la Lumière, au sein de la matière, vous a permis de vivre les mécanismes Vibratoires de la Lumière Vibrale et de réaliser un certain nombre de transmutations, en vous. Aujourd'hui, il n'est pas question d'aller plus loin mais de vivre plus intensément ce principe de résistance, d'opposition ou alors d'Abandon, par les circonstances même de votre vie et de la vie sur Terre. Jusqu'à présent, vous pouviez vous poser des questions sur l'Abandon (que cela soit l'Abandon à la Lumière et l'Abandon du Soi) sans pour autant réussir à trouver une réponse, ni même la vivre. Les circonstances collectives vont faire en sorte que la question n'aura plus besoin d'être posée parce que vous vivrez d'un côté ou de l'autre : soit du côté de la résistance, soit du côté de l'Abandon. Mais le simple fait de voir la résistance pour ce qu'elle est, entraînera une plus grande facilité à l'Abandon. Le plus souvent, les résistances de la matière, au-delà de l'enfermement, ne résultent que des habitudes. Ainsi donc, la fin des habitudes ayant déjà commencé, pour beaucoup d'entre vous, à travers la modification de votre physiologie (qu'elle soit liée aux besoins alimentaires, aux besoins affectifs, aux besoins sexuels ou encore aux besoins de sommeil), vous donne la preuve (si vous le vivez) qu'il n'existe aucune barrière que la Lumière ne puisse abolir, même concernant la physiologie de la matière. Ainsi se modifient, par juxtaposition et superposition de la conscience ordinaire avec la conscience Une, vos propres conditions de vie, d'ores et déjà.

Ce qui vous a affecté, plus ou moins consciemment, plus ou moins intensément, à titre individuel, devient, tout simplement, collectif. Ceci apparaîtra dès la fin de l'intervention de l'ange URIEL, vous ayant donné, en quelque sorte, les derniers outils d'ajustement à votre propre Présence plutôt qu'à votre propre résistance (ndr : voir la rubrique « protocoles à pratiquer / protocoles prioritaires »). Je vous invite donc, non pas à décortiquer votre vie, mais simplement à observer (dans ce qui se déroule en vous comme dans votre vie, autour de vous) quelle est votre réaction, quel est votre état, quel est votre état émotionnel, quel est votre état mental et quel est votre état de Paix. Vous le savez pertinemment : l'émotion ne peut impliquer la Paix, de même que le mental ne peut impliquer la stabilité et la Paix. À vous d'en tirer les conclusions et à vous de voir où vous placer, en fonction de l'action de la Lumière, non plus seulement dans votre personne, en tant que Libérateur, mais dans l'ensemble du processus de Libération de la Terre. Voilà les quelques éléments de réflexion que j'avais à vous donner. Si nous en avons le temps, et s'il est en vous des questionnements par rapport à cela, alors je vous écoute.

Question : vivre l'état de Grâce et ne plus avoir envie de « redescendre » est normal ?
Mais qui veut redescendre, si ce n'est la personnalité elle-même ? Celui qui est en Grâce ne se pose pas la question de descendre ou de remonter : il y Est. L'état de Grâce (et vous avez l'exemple, pour cela, de certaines Étoiles qui vous ont raconté, un peu, leur vécu lors de leur incarnation) te donne à voir ce qu'est l'Abandon à la Lumière et la résistance à la Lumière. Se poser la question de redescendre de la Grâce ne fait que manifester une résistance de la personnalité.

Question : nous n'avons plus de questionnement, nous vous remercions.
Frères et Sœurs incarnés sur cette Terre, je vous transmets toutes les bénédictions du Melchisédech de la Terre. Et je vous invite donc à vous positionner, de plus en plus clairement, sur vos objectifs qui, je vous le rappelle, ne peuvent pas être un objectif, différé dans le temps, de la Lumière, mais l'objectif de votre vie. Les circonstances de la vie vont vous amener, extrêmement vite, à vous positionner, définitivement : c'est soit la Grâce, soit le reste. Il y aura de moins en moins de demi-mesure ou d'ajustement ou de tergiversation, entre la Grâce et la personnalité. Je vous dis à une prochaine fois, avec tout mon Amour.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page