Autres Dimensions

Sois qui tu es

FRERE K

24 août 2011

pdf

Je suis FRÈRE K. Frères et Sœurs, tout mon Amour vous accompagne. Vivons, si vous le voulez bien, tout d'abord un moment de communion, avant que je ne développe ce que j'ai à développer aujourd'hui.

... Effusion Vibratoire...

Je viens, aujourd'hui, soulever une interrogation. Cette interrogation peut se résumer ainsi : au sein de l'incarnation sur cette planète, en quoi le Bien ne peut jamais résoudre l'équation Bien/Mal ? En quoi ce principe de Bien et de Mal, inscrit dans toutes les couches et les toutes les sphères de la vie, ne peut se résoudre ?

Alors, bien sûr, nous exclurons, en quelque sorte, le destin de certaines âmes particulières ayant réussi, par le Bien, justement, à s'extraire de cette équation. Ces âmes particulières ont été présentes à la surface de la Terre, de tout temps et en tout lieu. Ce sont des âmes dont le Don d'elles-mêmes, au niveau de l'âme, a été tel que ce Sacrifice de l'âme a permis, effectivement, pour celles-ci, de vivre l'Esprit, le CHRIST, ou en tout cas, de sortir de l'enfermement. Il faut bien le reconnaître, ces âmes ont été extrêmement peu nombreuses dans l'histoire de l'humanité, mais ont été suffisamment influentes pour laisser des marques concrètes, un peu partout. Ce dont je vais parler, bien sûr, s'adresse à l'ensemble de l'humanité et ne fait pas état des exceptions. Je parlerai donc à l'échelon collectif, à l'échelon humain et, encore une fois, ce que je vais dire peut s'appliquer à toutes les couches de vie, à toutes les strates (qu'elles soient sociales, politiques, affectives, morales et spirituelles).

Le Bien et le Mal sont inscrits au sein d'un principe d'Illusion, et nous avons remplacé ces mots par les mots Attraction et Répulsion, afin d'essayer d'en dégager la notion morale, justement de Bien et de Mal, telle qu'elle est comprise, véhiculée, aussi bien dans la société globale que dans la moralité, ou que dans les systèmes philosophiques, ou spirituels. Le Bien et le Mal sont des interactions permanentes, que tout être humain éprouve et ressent, tout au long de sa vie, plusieurs fois par jour, à des degrés divers et de façons diverses. Bien sûr, le Bien et le Mal est spécifique à chaque individu. Car ce qui peut apparaître Bien pour un individu, apparaitra et sera vécu comme un Mal pour un autre individu. Ainsi, il existe au travers de cette notion de Bien et de Mal, d'Attraction et de Répulsion, un certain nombre d'éléments qui font partie de tout ce qui est véhiculé par la conscience ordinaire d'un individu donné.

Alors, bien sûr, il existe un Bien et un Mal que je pourrais qualifier d'archétypal, s'exprimant dans la société, au sens le plus large. Le Bien est souvent assimilé à un principe de bonheur, à un principe d'équité, à un principe de quelque chose de juste et de quelque chose qui ne va pas contrarier, en quelque sorte, la vie. Le Mal peut être défini, exactement à l'opposé et à l'inverse, comme quelque chose qui vient entraver un déroulement normal, comme quelque chose qui vient faire souffrir. Nous exceptons, là aussi, bien sûr, les cas où certaines personnes peuvent confondre le Bien et le Mal, à dessein. Certains, en effet, peuvent éprouver ce que j'appellerais un Bien à faire du Mal. Nous sortons, bien sûr, là, de la normalité de ce monde, pour rentrer dans des cas particuliers, que je n'aborderai pas maintenant. Le Bien et le Mal (va-t-on, même, dire) va guider l'ensemble des comportements, l'ensemble des affects, l'ensemble des décisions de tout être humain. Ce Bien et ce Mal est omniprésent, dans tout ce qui se déroule dans la vie d'un individu comme de la société. Tout élément de la vie va donc être coloré, qu'on le décide ou pas, au sens humain ou au sens individuel, par un jugement de valeur, car le Bien et le Mal sont effectivement une échelle de valeurs. Une échelle de valeurs globale et collective, mais qui peut devenir, vous l'avez compris, profondément différente pour chacun, en fonction de sa propre grille morale, de sa propre expérience, de son propre avantage ou désavantage.

Le Bien et le Mal peuvent donc s'inscrire dans des principes qui sont collectifs et personnels, sans toutefois que l'on puisse affirmer que le collectif soit la résultante des différentes façons de vivre ce Bien et ce Mal, au niveau individuel. Le poids de ce qui pourrait être appelé des croyances, quelles qu'elles soient, est largement prédominant dans le Bien et le Mal. Ainsi, chaque être humain, en naissant, ici, sur ce monde, va très vite être confronté à cette notion d'alternance, de Bien, de Mal, d'Attraction, de Répulsion, de plaisir ou de déplaisir. Car souvent, le Bien et le Mal sont au-delà même des croyances inculquées et vécues, depuis l'enfance, par des perceptions, qui peuvent être aussi bien issues directement des croyances que d'émotions. En général, un être humain, à titre individuel, appelle le Bien ce qui lui fait du bien, ou qui, en tout cas, va correspondre à sa propre grille de valeurs ou son propre jugement de valeurs, applicables au sein de la société et ses différentes couches (là aussi, personnelles, proches ou lointaines).

L'ensemble du Bien et du Mal, dans sa forme la plus aboutie (si tant est que l'on puisse parler ainsi), va, dans certains cas, transcender les croyances et les émotions, ou l'histoire personnelle, pour s'inscrire dans des émotions, qui peuvent, dans certains cas, conduire au Cœur, appelées la compassion et l'empathie. Ainsi, il existe, pour chaque être humain, un seuil de tolérance, un seuil de basculement, entre ce qui pourrait être Bien et Mal, avec une zone (plus ou moins large) qualifiée et considérée comme neutre, à l'intérieur de soi. Tout ce qui va rentrer en interaction avec un être humain, quelque soit le plan considéré, va, de manière inéluctable, rencontrer cette notion et de Bien et de Mal. Toute interaction entre deux êtres humains, quels qu'en soient les liens, les tenants et les aboutissants, se posera (si ce n'est le cas dès le début, au bout d'un certain temps, et le plus souvent très rapidement) dans cette dialectique, en quelque sorte, de Bien et de Mal, même si cela n'est jamais prononcé ou vécu ainsi. Cela est un principe fondamental qui s'exprime, quels que soient les mots, et quelle que soit l'acceptation ou le déni, comme la réalité en fait primordiale et ultime de tout être humain.

Alors, bien sûr, dans le cadre d'une personnalité bien insérée, bien intégrée dans son cadre de vie, le Bien et le Mal va se jouer surtout à travers une recherche de Bien, que cela soit pour soi ou pour son cercle proche. Et dans une vision que je qualifierais de compassionnelle : essayer de faire le Bien où que ce soit, de façon proche, comme de façon très lointaine. En référence, directement, avec des notions d'humanisme, de compassion, bien sûr, voire de religion ou de spiritualité. Il est ainsi très facile de déboucher sur quelque chose qui peut sembler, à première vue, comme parfaitement logique, parfaitement normal, parfaitement évolutif, qui pourrait être appelé la volonté de Bien. Mais nous avons tous eu, dans notre vie, des situations où, ayant voulu faire le Bien (d'un autre, ou d'une situation), nous nous sommes aperçus que ce qui en découle est très exactement l'inverse. Et cela renvoie, de manière inéluctable, au contenu pour chacun de cette notion de Bien.

En effet, là aussi, pour un mot et un concept tel que celui-ci, le vécu de chacun, l'expérience de chacun, la mémoire de chacun, est profondément différente. Faisant que le Bien de l'autre n'est pas nécessairement le Bien de l'un. Tout en admettant qu'il existe, bien sûr, un Bien collectif, ce Bien collectif se rapprochant plus, d'ailleurs, non pas du Bien, mais d'une notion d'harmonie ou d'équilibre dans les échanges pouvant exister, se manifester, au sein d'un groupe social, restreint comme plus important (comme un pays ou, dans cette phase particulière de la Terre, comme ce que vous appelleriez une espèce de mondialisation, où la Terre deviendrait comme un village). Les moyens de communication (technologiques et non pas spirituels) mis en œuvre sur cette Terre, permettant d'ignorer la distance et le temps pouvant séparer un évènement, et donc un jugement, qui autrefois mettait un certain temps, voire n'arrivait jamais, ce qui se passait, même de dramatique, en un point de la Terre, n'était le plus souvent jamais connu dans un autre point suffisamment éloigné. Ce qui, vous en conviendrez, n'est plus du tout le cas, aujourd'hui, sur cette Terre, grâce à différents moyens technologiques mis en œuvre et utilisant la communication, dans son sens le plus large.

Alors, l'être humain, dans ce principe d'Attraction et de Répulsion, va chercher, en général (et nous restons, encore une fois, dans un cadre habituel, dit normal et non pathologique), dans sa vie, tout ce qui peut l'attirer (et c'est le grand principe de l'Attraction, dont j'ai déjà parlé longuement) qui va régir, en quelque sorte, une recherche d'amélioration. Cette recherche d'amélioration découle, elle aussi, de la loi d'action/réaction, faisant en sorte que l'être humain va chercher (le plus souvent consciemment, mais même aussi dans des actes inconscients) des situations et des états l'amenant, dans cet axe linéaire de temps qu'est sa vie, à prévoir, à se prémunir, et à chercher, en quelque sorte, un équilibre, une Attraction. Et ceci dans tous les secteurs de la vie, sans aucune exception. Bien sûr, l'expérience de tout humain montre que tout ne se déroule pas de façon uniforme, et qu'il existe nombre d'évènements, nombre de relations, d'évènements accidentels, non recherchés, qui vont manifester plutôt du Mal que du Bien. Alors, bien sûr, l'être humain, quand il est confronté au Mal (et surtout quand il est confronté au Mal), va manifester une recherche de sens, cette recherche de sens pouvant s'exprimer aussi bien dans la causalité immédiate, que dans des causalités retardées (voire plus anciennes, n'appartenant pas à la causalité de cette simple vie). Et quand il n'y a pas de sens possible, alors, il est fait état d'un mot très important, qui est : le hasard.

Donc, vous avez tous constaté, et nous avons tous constaté, que faire le Bien ne suffit pas à se préserver du Mal, en aucune manière, et que souvent, l'alternance du Bien et du Mal semble échapper à toute logique. Bien sûr, il existe des comportements collectifs, décidés à la place de chacun, consciemment ou inconsciemment, qui vont (à travers des données bien connues sur ce monde, comme la prédation, la compétition) aboutir à ce qui est appelé une injustice, et donc à une prédominance du Mal au sein de la société. Il est fort logique qu'un être humain, de par sa constitution et de par le jeu même de l'incarnation, cherche à éviter le Mal, à éviter la souffrance, et recherchera plutôt une amélioration plutôt qu'une dégradation de son état (des ses relations, de ses finances, de son affectif, et de l'ensemble de tout ce qui fait la vie, dans tous ses compartiments, sans aucune exception). Bien sûr, certains êtres ont été capables de faire un sacrifice total, comme je le disais, de leur propre vie, dans un sens du don et de l'abnégation totale de leur propre existence, en quelque sorte, pour se donner et pour rentrer, même, dans des démarches conscientes et actives, qui portent des noms précis, par exemple en Orient, comme le Bhakti Yoga (ou Yoga de la Dévotion). Nombre d'êtres, d'ailleurs, ont une polarité d'âme qui, en quelque sorte, les impulsent, littéralement, à œuvrer dans ce sens du Bien, et à se prémunir, en quelque sorte, du Mal. Et à essayer de prémunir, ou d'arranger en tout cas, les situations de Mal dans leur environnement ou pour les êtres qu'ils sont amenés à fréquenter, ou à rechercher, pour aider. Ce principe d'altruisme est, bien évidemment, l'une des composantes de l'humain, quelle que soit sa vie et quel que soit (comme l'on pourrait dire) son karma. C'est même une tendance générale de l'humanité.

Alors, on peut se poser la question de, comment quelques pourcentages de l'humanité, œuvrant dans un sens contraire au Bien commun, ont pu faire arriver la situation de cette Terre dans un état particulier, à tel point que cet état a été écrit et reconnu.Dans toutes les écritures (quelles qu'elles soient, orientales, extrême orientales, même dans les peuples primitifs, ou même dans la bible), vous avez cette notion d'un âge particulier, qui est vécu, déjà depuis quelque temps, sur cette Terre, appelé en Orient le Kali Yuga, ou Âge Sombre. Âge où les valeurs, justement, liées au Bien, liées à un équilibre sont, bien évidemment, quelque soit votre regard, de plus en plus rompues, que cela soit au niveau de l'homme et même au niveau de la Terre, dans toutes ses composantes. Alors, bien sûr, on est en droit de se poser la question fondamentale qui est de savoir comment, malgré les connaissances sociales, humaines, comment l'amélioration de conditions dites technologiques, rendant la vie plus facile, peut déboucher sur un Âge Sombre et un enfoncement dans un Âge de plus en plus sombre ? Où l'être humain, finalement, vous le savez bien, ne manifeste aucun bonheur et aucun état de Bien durable. Cela, effectivement, peut amener à se poser des questions. Et peut même induire des situations de révolutions (Intérieures comme extérieures), pouvant amener des groupes d'individus à vouloir changer les choses. Ce qui est, là aussi, encore une fois, parfaitement logique, avec le regard de la raison et le regard de l'âme.

Vous avez peut-être saisi que, nous, Anciens, et certains Archanges, et certaines Consciences, vous ont, petit à petit, induits dans une forme de perception visant à vous faire dépasser ce Bien et ce Mal. Non pas pour le nier en tant que réalité de ce monde, mais pour vous faire, peut-être, vivre au niveau Vibratoire, au niveau de la conscience, des états où le Bien et le Mal n'ont plus aucune espèce d'influence, ni aucune espèce d'interaction. Ce qui ne veut pas dire que le Bien a transcendé le Mal, ou que le Mal s'est effacé devant le Bien, mais bien quelque chose de différent (un état différent, un regard différent et une Conscience différente) fait envisager que, finalement, la solution n'est peut-être pas dans une recherche perpétuelle du Bien, dans un humanisme forcené visant à améliorer un état de fait, ou des lois, telles qu'elles sont écrites au sein de ce monde, et telles qu'elles sont vécues au sein de ce monde. Bien sûr, l'ensemble des philosophies, à travers l'humanisme, l'ensemble des mouvements spirituels ou des religions, ont tous, sans exception, parlé d'une amélioration, parlé d'un futur de Lumière, parlé d'une espèce de révolution spirituelle aboutissant à un âge d'or. Cet âge d'or est, bien sûr, toujours situé dans les mêmes conditions de vie. Les lois d'attraction étant ce qu'elles sont, sur ce monde (si l'on prend quelque chose d'affreusement simple à comprendre mais qui, je vous l'affirme, se déroule dans tous les étages et dans tous les rouages de l'être humain) : la loi d'attraction, la loi de répulsion est omniprésente dans ce monde, elle est liée, bien sûr, à la prédation, elle est liée, bien sûr, à la compétition. Comment peut-on imaginer que la compétition ou la prédation puissent un jour cesser, dans la mesure où l'enchaînement de causes et réactions permanentes ne peut, lui-même, jamais cesser ? Ce n'est qu'un idéal humaniste, un idéal d'âme. L'histoire de l'humanité (en tout cas, pour celle qui nous est connue de manière dite officielle) montre que cela ne peut jamais exister, et qu'une situation de paradis n'existe qu'entre deux situations d'enfer.

Et pourtant, c'est bien dans ce monde qu'existe un mécanisme appelé la Vie. La Vie n'a rien à voir avec la prédation, la Vie n'a rien à voir avec la compétition, la Vie n'a rien à voir avec le Bien et le Mal. La Vie est tout simplement Conscience. La conscience du Bien et du Mal appartient irrémédiablement aux lois de ce monde, mais personne ne peut affirmer, sur cette Terre, qu'il connaît les Lois existant dans l'ensemble des Vies, l'ensemble des Consciences, l'ensemble des Univers. Ce n'est pas par ce qu'est observé, analysé, expliqué, conscientisé, les lois de ce monde, que les lois de ce monde (tel qu'un postulat adopté par l'ensemble du collectif humain) suffiraient à prouver que cela est Vrai. Il faudrait, alors, admettre que la propagation de la lumière, la propagation de l'électricité, que la propagation de n'importe quelle onde, soit toujours la même dans tous les Univers, et dans l'ensemble de ce qui est appelé le cosmos. Bien sûr, il n'en est strictement rien. Ce que l'œil, même scientifique, au travers des technologies, peut percevoir, n'est qu'un reflet de ce qui peut vous être montré, et calculé, même, mais au travers d'un certain nombre de filtres opaques. Qui, bien évidemment, ne permettent jamais de savoir ce qu'il y a, en quelque sorte, de l'autre côté du voile.

Alors, bien sûr, il y a des personnes, qui semblent effectivement de plus en plus nombreuses, depuis une génération sur Terre, à ramener en quelque sorte des expériences et des souvenirs, faisant appel à quelque chose où n'existe aucun Bien ou Mal. En quelque sorte, où tout est Bien, mais où ce Bien n'est pas en opposition à un Mal. Je pourrais appeler cela un Bien Absolu, où tout est Amour, où, bien évidemment, la compétition, la prédation, n'existent pas. Et où revient un mot, bien sûr, qui est extrêmement important, c'est le sentiment de ne plus être attaché à une quelconque attraction. Et donc, de ne plus être attaché au Bien, ni au Mal, mais d'évoluer dans un Bien de nature supérieure. L'expérience appelée de mort imminente (ou NDE) illustre parfaitement mes propos. Les témoignages sont dorénavant innombrables, montrant, en quelque sorte, une survie de l'âme, indépendamment du corps. Et cette survie de l'âme se fait, apparemment, dans un monde beaucoup plus léger, où le Bien et le Mal n'existent pas. Alors, bien sûr, il existe aussi des expériences négatives, où le Bien Absolu n'existe pas, et où des personnes sont confrontées au néant, à la négation de la vie, et ce que je pourrais appeler, là aussi, le Mal Absolu, sans référence à aucun Bien possible. Le plus souvent, toutefois, les personnes vivant ces expériences décrivent plutôt un monde d'amour, un monde de Lumière, avec une Lumière qui est vue dans le lointain, un sentiment de paix, de chaleur, où n'existe plus aucune attraction à quoi que ce soit de ce monde, excepté, bien sûr, au moment du retour, puisque les gens sont venus pour témoigner.

Ce qui est important de noter, c'est que, quel que soit ce qui est décrit par ces personnes, aucune ne nous a décrit, a priori, quelque chose profondément différent de ce que nous vivons ici, excepté l'amplitude du Bien ou l'amplitude du Mal, porté, comme je l'ai dit, à un niveau Absolu. Mais personne n'a été capable de décrire une vie indépendante d'un corps, même plus léger, une vie indépendante de toute relation, puisqu'apparaissent souvent, dans ces expériences, des guides de Lumière, des Anges, des membres de la famille déjà partis, et parfois, des grandes entités de Lumière (comme le CHRIST, Krishna, Mahomet et tant d'autres). Bien évidemment, et vous le savez, un occidental ne rencontrera pas Mahomet, il rencontrera plutôt le CHRIST, éventuellement Bouddha, s'il est bouddhiste. Alors qu'un hindou ne rencontrera jamais le CHRIST, mais toujours Krishna, ou Vishnou, ou, en tout cas, quelque chose qui appartienne à ses propres croyances ou à sa propre culture. En tout cas, aucune de ces expériences, toutes aussi transformantes qu'elles soient, ne vient témoigner de quelque chose d'Inconnu puisque ce qui est vécu, à ce moment-là, appartient irrémédiablement au Connu, idéalisé, débarrassé de la pesanteur du corps, mais dans un état de vie un peu différent, disons plus léger.

Les Mondes dont nous vous parlons (si tant est que nous puissions dire : parler, disons les Mondes que nous évoquons) au travers de Vibrations (que vous percevez, pour beaucoup maintenant), sont des Mondes qui n'ont rien à voir, dans les mécanismes de fonctionnement, avec, justement, le principe du Bien et du Mal. Retenez bien que cela ne veut pas dire que le Bien a été transmuté par la disparition du Mal , ou que le Mal s'est effacé devant le Bien, mais que cette situation (et ce mécanisme de Vie de l'Esprit) n'a plus rien à voir avec les mécanismes de ce monde, les transcendant largement, et n'étant plus basés sur une quelconque opposition, ou contradiction, entre le Bien et le Mal. Vivre cette expérience, avant même qu'elle soit établie de manière durable ( et cela était expliqué, hier, par le bien-aimé Jean (ndr : SRI AUROBINDO, voir sur notre site la canalisation du 23 août, dans la rubrique « messages à lire ») et par d'autres, vous fait saisir qu'il existe, vraisemblablement, un autre état de la conscience. Cet état, je l'ai appelé Autonome, je l'ai appelé Liberté et je l'ai appelé Inconnu. Parce que, bien évidemment, jamais la conscience ordinaire ne pourra, quels que soient ses désirs d'amélioration, quelle que soit sa volonté de Bien, et quelle que soit sa pratique du Bien, de manière intensive, et même, je dirais, la plus parfaite qui soit (exceptées bien sûr, certaines âmes dites prédestinées), ne pourra jamais sortir de cette Illusion.

Le principe de l'enfermement et de l'Illusion spirituelle, comme je l'ai développé à de nombreuses reprises, est très exactement issu de cette projection dans un futur idéalisé, qui bien sûr, et comme nous le constatons depuis l'histoire connue de la Terre, n'a strictement jamais existé et ne pourra jamais exister, du fait même de l'existence du Bien et du Mal. Croire qu'un jour prochain existera un Bien Absolu sur cette Terre, telle qu'elle est, résulte d'une vision idéale et d'une méconnaissance totale des Lois de l'Esprit. Nombre d'enseignements spirituels, basés sur l'âme, ont joué de cette ignorance de la conscience pour vous enfermer, encore plus, dans un idéal de Bien, fort logique, encore une fois, et fort agréable, mais qui, comme l'expérience le montre, pour toutes ces personnes engagées dans ces mouvements spirituels, ne débouche, bien évidemment, jamais, jamais, sur la Joie et la Félicité. Seuls les êtres ayant, dans le passé, accédé à l'Esprit, seuls les êtres, aujourd'hui, Vibrant dans les Couronnes Radiantes, seuls certains mystiques modernes (indépendamment de toute religion, et cela est de plus en plus souvent le cas, indépendamment de toute culture), témoignent, avec leurs mots, de leur accès à cette Unité.

L'Unité n'est ni la transcendance du Bien, ni la transcendance du Mal, mais un état Vibratoire qui n'a plus rien à voir avec le Bien et le Mal. Ce qui ne veut pas dire que l'Unité ne consiste pas à faire le Bien, mais simplement l'Unité est au-delà du Bien : elle est, en quelque sorte, un état et une action, indépendants de toute réaction, de toute émotion, de tout conditionnement, de toute croyance. Elle est liée à l'expérience de la Conscience elle-même, elle est liée, indéfectiblement, à l'Esprit, et se détache progressivement de toute appartenance à ce monde, de toute appartenance à un corps, à une histoire, à un vécu. L'Unité n'a que faire de la personne. Comme cela a été démontré dans tout ce qui vous a été donné lors du déploiement de la Lumière (nous vous avons communiqué un ensemble d'éléments liés à la falsification, à l'enfermement), il faut comprendre que l'être humain inscrit dans la volonté de Bien ne pourra jamais vivre l'Esprit. L'Esprit ne peut se vivre que par l'Esprit, et dans l'Esprit. Et l'Esprit, comme cela a été énoncé, annoncé, déclamé, par tous les êtres ayant vécu cet accès à l'Esprit, n'est pas de ce monde. Et cela est impossible, puisque c'est justement l'Esprit qui a été ôté de ce monde, vous laissant dans ce dilemme du Bien et du Mal, dans cette souffrance que tout être humain a connu et connaîtra.

Dans certaines expériences de souffrance (et je suis bien placé pour en parler), lors d'une sidération, la souffrance devient en quelque sorte telle, tellement atroce et insurmontable, qu'à ce moment-là, peut apparaître l'Esprit. Les conditions de la Terre actuelle vous dirigent directement vers cela, non pas comme une souffrance pour la souffrance, non pas pour un Mal par un Mal, non pas pour une rétribution, liée au Mal qui aurait été fait sur cette Terre, ou à cette Terre, ou à des groupes d'hommes, par d'autres hommes. Là serait l'erreur : c'est de considérer qu'il y aurait une rétribution et que chacun va payer les fruits de ses actions, ou la réaction de ses actions. L'Unité, l'Esprit, la Lumière Vibrale, n'a que faire de ces jeux stupides, tels que je peux les nommer, non pas entre l'humain en vie, mais entre la falsification elle-même vous ayant toujours plus (et nous ayant toujours plus) éloignés de la Vérité. Certains êtres ont dit, ayant vécu cet accès à l'Unité, que la Vérité n'était pas de ce monde, et que rien de ce qui appartient à ce monde n'est réel. Et c'est la stricte Vérité. Et pourtant, bien sûr, quand vous êtes partie prenante de votre corps, partie prenante de votre histoire, eh bien c'est très simple : pour vous, c'est la seule vérité. Il n'y a pas d'autre vérité. Et c'est, en quelque sorte, incontournable : même en mettant fin à cette Illusion, vous ne trouverez pas autre chose que l'Illusion, par un principe d'enfermement qui a été très longuement explicité, au niveau de la matrice astrale, qui est la même que la matrice physique puisque c'est une matrice piégeante, enfermante, n'ayant aucune porte de sortie.

Alors, bien sûr, l'être humain, ne pouvant concevoir le fait de ne pas avoir de mécanisme de sortie, a bâti des principes humanistes, des principes idéaux, d'aller toujours vers une amélioration. Mais qui peut dire, dans la vie qu'il vit aujourd'hui, quelle qu'elle soit, qu'il existe un principe d'amélioration permanent, et sûr et certain ? Il n'existe pas, bien sûr. Seul le mécanisme d'extraction de l'Illusion, par la Conscience elle-même, d'accès à l'Unité, vous fait découvrir, dans une vision élargie et qui n'a plus rien à voir avec ce monde, ce que la plupart des êtres ayant vécu l'Unité vous ont dit depuis fort longtemps : ce monde est une Illusion totale, la personnalité est une Illusion totale. Et tant que vous adhérez à l'un ou à l'autre, vous êtres piégés par ce monde. Et rappelez-vous que vous ne pouvez sortir de ce monde par la mort, en espérant sortir de l'Illusion, puisque de l'autre côté, c'est exactement la même Illusion.

La révolution qui est en cours (et c'est une révolution, puisqu'il y a un changement de paradigme et la fin de cet Âge Sombre) n'est pas un avenir meilleur dans le même monde de compétition. C'est un changement total de la Fréquence de la Conscience. C'est un changement total, dirons-nous, de Dimension où les Lois n'auront plus rien à voir du tout avec ce qui a existé, à titre individuel ou collectif. Des jalons ont été posés de tout temps. Des êtres, comme je l'ai dit, sont sortis de cette matrice piégeante et vous ont décrit l'état de la Conscience, et ont manifesté cette Conscience de différentes façons. D'ailleurs, ces êtres-là, dans les temps plus anciens (en remontant à plusieurs générations) ont souvent été comme des lumières, des phares, attirant d'autres âmes voulant, bien évidemment, vivre la même chose, et, bien évidemment, sans quasiment jamais pouvoir le vivre. Ainsi, de mon vivant, il y avait énormément de gens qui m'écoutaient, et j'avais en moi cette souffrance, quelle que soit l'Unité que je vivais, de ne pouvoir communiquer cet état, car c'est un état (et cela vous a été dit) qui est absolument incommunicable, tant que la personne qui est en face reste dans sa personnalité. Les modifications Vibratoires de la conscience(au sein de ce corps où doit se réaliser le changement), la transformation, est devenue plus aisée, cela vous a déjà été dit. Mais tant que vous restez dans une optique de Bien et de Mal, concernant votre propre vie, concernant vos propres adhésions, quelles qu'elles soient (que ce soit au niveau des croyances, et au niveau même de ce qui arrive à ce corps, ou à vos proches), vous ne pouvez pénétrer l'Unité.

Bien sûr, il y a eu des mécanismes (qui vous ont, là aussi, été largement développés) de superposition, de juxtaposition de la conscience normale de l'homme, avec un état différent. On vous a évoqué, à de nombreuses reprises et à de nombreux moments, cette notion de choix, impulsé, dès l'année de votre calendrier 2008, par l'Archange JOPHIEL, vous permettant de tracer, en quelque sorte, des impulsions, soit pour aller vers l'Esprit, soit pour aller vers l'âme. Ou, en tout cas, pour essayer d'impulser autre chose que l'action/réaction de la conscience ordinaire, enfermée, sans aucune connaissance même de l'âme. Et puis, peu après, ont eu lieu les Noces Célestes, et un ensemble d'éléments au niveau bien au-delà de cette Terre, dans ce Système Solaire et dans l'ensemble des Univers, ayant impulsé, encore plus, je dirais, les graines de l'Unité et la Vibration de l'Unité, dans le corps de la Terre, dans le corps humain, dans le corps social.

Nous vous avons toujours dit que l'arrivée de la Lumière, de manière de plus en plus nette et intense, verrait un certain nombre de réactions. La première de ces réactions, bien sûr, tout être humain peut s'en apercevoir, rejoint, en quelque sorte, ce que je disais par rapport au fait que ceux qui avaient vécu l'Unité ,voilà quelques générations, étaient des phares pour les autres, et qu'un ensemble d'êtres humains se regroupaient autour de ces êtres, pour essayer d'en récolter une parcelle, une bribe. Et vous remarquerez, d'ailleurs, que quels que soient les mots (que ceux-là aient été les miens, de mon vivant, que ceux-là aient été les mots de SRI AUROBINDO, d'UN AMI, ou l'ensemble de corpus donné dans les témoignages, par exemple, de la vie de THÉRÈSE DE LISIEUX, ou tant d'autres), le fait d'adhérer à cela ne permet pas de vivre la même chose que ces êtres. Sans ça, bien sûr, vous le sauriez parce que vous le vivriez. Ce n'est pas le cas. Ainsi donc, comme cela vous a été dit, vous ne pouvez compter sur quoi que ce soit d'extérieur à vous pour pénétrer les Royaumes de l'Unité. Le Royaume de l'Unité ne se réalise, comme je l'ai dit, que lorsque les principes Ahrimanien et Luciférien sont totalement transmutés en vous, et quand vous acceptez (ce que j'ai développé, là aussi) cette notion de Sacrifice, c'est-à-dire de Dépassement du Bien et du Mal, et non pas simplement la volonté de Bien ou chercher à s'améliorer. Car aucune amélioration, quelle qu'elle soit, ne conduira à l'Esprit. Il n'existe qu'un bouleversement de la conscience, et cela aussi, vous a été exprimé par tous ceux qui ont vécu cet accès à l'Unité. Ils vous ont parlé (sans rentrer dans les détails) de leur culture, de leurs croyances même, et de leur milieu. Ils vous ont tous parlé de la Joie ineffable de cet état d'Unité. Qui n'a rien à voir avec l'indifférence. Qui n'a rien à voir avec le fait d'être absent, ou d'être dans une illusion chimérique. Puisqu'ils ont tous (et nous avons tous) parlé de cet état comme la seule réalité tangible, immuable, Source de satisfaction infinie et Éternelle.

Tout ce qui appartient à ce monde ne peut rivaliser, d'aucune manière, avec l'Unité. Le Bien et le Mal ne vous conduira jamais à l'Unité. Il vous conduira à une forme de perfection (si tant est que l'on puisse parler ainsi) de l'âme, en incarnation. Certaines de ces âmes, d'ailleurs, se sont arrêtées à cette apparence de perfection, sans chercher à trouver l'Esprit. Ces âmes se sont enfermées dans un principe d'illusion de perfection. Et c'est de ce principe d'illusion de perfection qu'ont été issus de très nombreux enseignements spirituels falsifiés, vous ayant fait espérer en un paradis sur Terre, ou une amélioration de la conscience, toujours inscrite selon les principes des lois et des règles de l'incarnation. Cela (je l'espère, vous l'avez assimilé, digéré) est strictement impossible. Les conditions de cette matrice piégeante (et je ne parle pas de la vie dans les Mondes Carbonés, mais spécifiquement à ce monde) ont privé ce monde de la Lumière, de la connexion à LA SOURCE et donc de son Unité. Ainsi, la Dualité de ce monde est appelée dissociée. C'est une Troisième Dimension, qui peut exister en étant Unifiée, mais qui, ici, ne peut se traduire que par la perpétuation, infinie, du Bien et du Mal, de la compétition, de la prédation, de l'Illusion. Jamais vous ne pourrez vivre la Joie en restant sur ce monde, même si certains êtres arrivent effectivement, maintenant, à connecter leur Unité et à vivre l'Unité. Vous y êtes aidés, même si vous seuls le réalisez. Mais il est évident, pour ceux qui vivent l'Unité depuis un certain temps (et qui ont donc perçu, et qui vivent l'Illusion de ce monde, dans toutes ses composantes), que, bien sûr, il ne peut exister aucune solution de continuité, au sein de l'Unité, pour ce monde de la Dualité, aboutissant à une succession d'évènements, visant à totalement Transcender le Bien et le Mal. Cela vous a été décrit d'innombrables façons, aussi bien au niveau des enveloppes isolantes de la Terre, que des enveloppes isolantes de l'homme.

C'est ce processus qui, maintenant, va se faire jour, en vous, de plus en plus (cela a été dit aussi) mais vous ne pourrez plus du tout, du tout, tricher avec vous-même. Vous ne pourrez plus vous mentir, même au sein l'ego. Soit vous resterez au sein de l'ego, et la Joie ne pourra pas être présente. Soit vous serez établis dans l'Unité, la Joie sera présente et l'ego disparaîtra, en totalité. Et cela ne peut être sujet à confusion, car la Conscience voit totalement Clair. Seuls l'ego et la personnalité vont s'interroger pour savoir si ils sont dans la Joie. La Conscience de l'Unité ne s'interroge jamais, parce qu'elle sait qu'elle est dans la Joie et dans la Sérénité, et qu'elle est sortie des interactions de la matrice, tout en étant à l'Intérieur de ce monde, pour l'instant. Parce que vous y avez un rôle, qui est d'établir la Lumière, de Semer la Lumière, par votre Présence. Bien sûr, nous vous l'avons dit, et Jean (ndr : SRI AUROBINDO) l'avait dit quand il fut Saint Jean : « il y aura beaucoup d'Appelés et peu d'Élus. Les Appelés seront ceux qui seront marqués au front, et qui sauront, et qui vivront la Lumière. » Mais de quelle Lumière parle-t-il ? De quelle Lumière parlons-nous ? Est-ce une lumière extérieure, vers laquelle il va falloir aller, comme un idéal inscrit dans le sens de ce monde et la prolongation de ce monde ? Ou est-ce une Lumière Intérieure, qui vous établit, de manière définitive, de plus en plus prenante, dans la Joie et dans l'Unité ?

Toute la question se résume à celle-ci. Et cela vous apparaitra de plus en plus crument, je dirais, au fur et à mesure des jours que vous vivez maintenant, dans votre vie, dans vos interactions, dans vos relations, dans vos affections, dans toutes les tranches et tous les secteurs de la société. Êtes-vous impactés, quoi que vous viviez, ou n'êtes-vous pas impactés ? Êtes-vous en Unité, ou êtes-vous en Dualité ? Et la différence, au-delà des aspects Vibratoires obtenus lors de vos espaces particuliers, doit se traduire, de manière de plus en plus flagrante, dans votre vie ordinaire la plus simple, quels que soient les gestes les plus ordinaires de la vie. Cela est très simple : est-ce que vous existez en tant que personne, ou est-ce que vous existez en tant qu'Esprit ? Est-ce que ce qui va guider votre vie sont les contingences matérielles, affectives, personnelles, ou est-ce qu'elles sont directement reliées à la Liberté de l'Esprit et de la Joie ? Il apparaîtra, de plus en plus clairement, non plus une séparation, je dirais, à l'Intérieur de chaque conscience humaine, mais une espèce de ligne de fracture, ayant été appelée, par l'Ange MÉTATRON, comme la déchirure du péricarde, l'ouverture de la Porte Postérieure, le Passage de la Porte Étroite.

Tout cela renvoie, finalement, à la constatation de votre propre conscience, au moment où cela se produit dans votre vie (quel que soit l'évènement se produisant, quelle que soit la relation se produisant) : qu'est-ce qui dirige votre vie, même sur ce monde Duel ? Est-ce que c'est la Joie, est-ce que c'est l'intérêt, est-ce que c'est la volonté de Bien ou de Mal ? Qu'est-ce qui dicte votre action ? Est-ce la réaction à un stimuli extérieur, ou est-ce une action qui est totalement indépendante de toute réaction, par rapport à ce monde, mais est juste une action inscrite dans la Liberté de l'Esprit ? Dans un cas, vous irez vers l'Esprit, dans la Légèreté et une Joie de plus en plus intense. Dans l'autre cas, vous irez vers une lourdeur, une pesanteur et une souffrance de plus en plus intense. Cela a été dit, déjà, par de nombreux Archanges, indépendamment de ce canal, voilà fort longtemps, je dirais, voilà deux générations : voulez-vous aller vers le lourd ou voulez-vous aller vers le Léger ? Mais vous ne pouvez aller vers le Léger, en emmenant le lourd. La Porte Étroite ne peut être franchie par la personnalité.

Tout cela, nous vous l'avons exprimé de multiples façons. Que cela soit par les Étoiles de la tête, par les Portes, correspondant à des Vibrations particulières, par la Conscience elle-même, par la description des états de l'Unité, par certaines des Étoiles. Ou encore, les mécanismes permettant de s'approcher de ce vécu de l'Unité, et les mécanismes parfois présents, comme la nuit noire de l'âme, comme les antagonismes pouvant exister, non pas en tant que opposition, comme le Bien et le Mal, mais vraiment une différence totale de conscience entre Être Unitaire et être Dualitaire. Les deux vont se fracturer, sur l'ensemble de la Terre, comme en vous. Parce que les deux ne peuvent coexister. Ils ont coexisté le temps nécessaire pour que, de manière collective, la Lumière puisse s'asseoir, s'ancrer, se diffuser sur ce monde. Vous y avez participé, que vous soyez (et je n'aime pas trop ces mots) Appelés ou Élus, dans la mesure où le plus important n'est pas d'être Appelé ou Élu, mais le plus important est d'être Libéré, et cela vous l'êtes tous.

Ainsi donc, chaque jour, cette fracture va vous paraître de plus en plus évidente, en vous, dans vos comportements. Parce qu'il deviendra de plus en plus clair que vous êtes soit Unitaire, soit Dualitaire. Rappelez-vous que l'Unité ne peut être obtenue par une quelconque volonté. Même si, bien sûr, certaines âmes privilégiées vous ont décrit cette Tension ultime de l'âme vers l'Esprit, qui faisait que ces êtres, à des moments donnés, pour des raisons précises, ont vécu l'Unité. Aujourd'hui, l'Unité ne s'inscrit pas dans une particularité de quelques individus, présents sur la Terre, à un siècle donné. Mais elle s'inscrit dans un cadre transformant, de plus en plus brutal (selon le sens de la vision séparée), de plus en plus joyeux (selon le sens de la Vision Unifiée), qui arrive de manière fort concrète sur cette Terre. Le CHRIST avait dit : « ceux qui voudront sauver leur vie, la perdront ». Vous constaterez, bientôt, que cette phrase n'est ni une métaphore, ni un symbole, mais est bien inscrite dans la réalité de la chair et du vécu qui est à vivre.

Rappelez-vous que l'Unité est, avant tout, marquée par la Joie, indépendamment des perceptions Vibratoires, indépendamment même, je dirais, des perceptions dans la poitrine. Mais il est indéniable que, si la Vibration présente dans votre Cœur est réelle, la Joie ne peut que l'accompagner. Vous ne pouvez manifester une quelconque tristesse, une quelconque opposition ou contrariété, et être en même temps dans la Joie du Cœur. Vous allez constater, de plus en plus facilement, cette fracture (ainsi que je l'ai nommée) qui existe entre les deux états.

Ce qui vient n'est donc pas un changement. Ce qui vient n'est donc pas l'arrivée d'une lumière qui s'installerait dans ce monde, pour perpétuer ce monde. Mais bien une transformation totale du cadre de Vie, et donc du cadre de la Conscience, qui justement, si elle accepte l'Unité, va perdre tous les cadres et tous les enfermements. Et quand je dis tous les enfermements, vous savez pertinemment que je parle aussi bien de ce corps, que de tout ce qui peut exister comme enfermement dans ce monde, quel qu'il soit. Même s'il vous est agréable, même s'il vous est sécurisant, même s'il vous paraît inscrit dans des lois logiques, héréditaires ou génétiques (qui n'ont strictement aucun rapport, et aucune accointance possible, je dirais, avec l'Unité). Tout cela va vraiment être de plus en plus clair. Il n'y aura pas d'effort à faire pour s'en apercevoir, car cela va devenir, je dirais, comme le nez au milieu de la figure, d'une évidence, pour tout un chacun. Le moment où la Lumière se déploiera, en totalité, à la conscience de l'humanité : après ce moment-là, personne ne pourra dire qu'il ne savait pas. Personne ne pourra dire, sur cette Terre, qu'il ignorait qu'il existait autre chose, puisque c'est justement cette autre chose qui vient à votre rencontre.

Le but des éléments que j'ai renforcés, aujourd'hui (puisqu'ils vous ont été, pour la plupart, déjà développés), est uniquement pour vous faire, vraiment, pointer, de la Conscience, cette notion de Bien et de Mal, qui est inscrite, comme vous le savez, dans la structure même de l'être humain, et dans le principe même de la loi de falsification. Au sein des Mondes Unifiés n'existe que la Joie. Le Bien et le Mal n'ont aucun sens, ni aucune direction, puisqu'ils en sont totalement exclus. Puisqu'il n'existe nulle zone d'Ombre, puisqu'il n'existe aucune séparation, et puisqu'il n'existe aucune possibilité de souffrance, quelle qu'elle soit. L'Univers est parfait, l'Esprit est parfait. Et il l'est, je dirais, de tout Temps, de toute espace et de toute Dimension. Il n'y a donc rien à améliorer, il n'y a donc rien à évoluer, au sein de l'Unité. Tout est déjà déployé, tout est déjà inscrit, dans tous les Temps, et dans toutes les possibilités de manifestation de la Vie.

Voilà les éléments de réflexion que je souhaitais porter à votre conscience, encore plus aujourd'hui. Frères et Sœurs, je vous remercie de votre attention bienveillante. Nous allons revivre un espace de communion, et je vous dis à une autre fois. À bientôt.

... Effusion Vibratoire...

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page