Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > THÉRÈSE DE LISIEUX

THÉRÈSE DE LISIEUX

31 mai 2011

pdf

Frères et Sœurs en humanité, que l'Amour vous comble de ses Grâces. Je suis l'Étoile PROFONDEUR, celle qui se nommait, de son vivant, Sainte Thérèse, appelée ainsi par les organismes officiels. Aujourd'hui, je viens compléter ce que je vous ai donné, voilà quelques semaines, concernant la Vibration dont j'ai la charge : la Profondeur, Profondeur qui concourt à établir, en vous, l'Innocence. L'Innocence, celle de l'enfant où tous les arguments existant pour l'adulte se sont tus, afin de laisser la place à la spontanéité, afin de laisser la place à l'absence de jugement. Qu'est-ce que la Profondeur ? La Profondeur est directement reliée à la qualité, ou la Vibration de l'âme, celle qui s'exprime quand le silence de la personnalité arrive à se faire. Alors, l'influence et l'importance de l'âme se dévoilent, concourant à établir la Révélation, la Révélation de l'Esprit, là où se trouve Christ, là où se trouve la Lumière Vibrale. En quelque sorte, on peut dire que la Profondeur est une étape préalable, permettant de retrouver l'Innocence de l'enfant et la spontanéité de l'enfant, où vient se déployer, alors, la Lumière et la Vérité. Cela nécessite, bien sûr, une certaine forme de renoncement, un renoncement non pas à la vie, bien sûr, mais un renoncement à la petite personne, à l'identité, à sa propre histoire, un renoncement à toute volonté, à toute velléité de s'accaparer quoi que ce soit. Se donner entièrement à quelque chose qui n'est pas connu et qui, pourtant, au fur et à mesure que cela est réalisé, permet de vivre ce qu'est cet Abandon, ce don de Soi, permettant de trouver, au-delà du rien de la personnalité, le Tout de l'expression de l'âme, conduisant à l'Esprit et à la Vérité.

Bien sûr, à l'heure où, sur cette Terre, beaucoup de choses se produisent et où beaucoup de choses se sont créées pour empêcher l'être humain de s'approcher de la Vérité, il faut, effectivement, redevenir comme un enfant. Il faut, effectivement, accepter (non pas le croire, bien au contraire) de ne plus être rien, au sein de ce monde, tout en y étant présent et vivant, afin que se déploie, en soi, l'immensité de l'âme et de l'Esprit. Seulement à ce moment-là, le Cœur s'ouvre, en totalité, et alors, se déploie et se dévoile la Lumière Authentique, préparant alors le Cœur et le Temple à recevoir le Christ. Ces éléments de Profondeur concourent aussi à permettre à l'humain de s'approcher de la Paix et puis de manifester la Joie, quelles que soient les oppositions du corps de la personne, afin de ne plus être affecté d'aucune manière. Cela, bien sûr, n'est pas une indifférence ni, encore moins, un retrait de la vie mais la découverte de la vraie Vie, qui ne peut se faire que quand tout ce qui est lié à la personne, elle-même, n'existe plus. À ma façon, je dirais que il n'y a plus besoin de se croire être telle personne. Cela nécessite ce don de soi-même, total, aboutissant, par la Profondeur, à rencontrer le Christ et l'Esprit, et d'y vivre la Vérité, celle qui n'a que faire des circonstances du monde, des contingences du monde et qui n'a que faire des lois de ce monde.

L'Esprit, assurément, n'est pas de ce monde et pourtant, c'est dans ce monde qu'il faut le trouver, c'est dans ce monde qu'il faut le réaliser, permettant, par le mécanisme appelé l'Ascension, de dépasser et de transcender la condition limitée de l'humain enfermé. Cela, vous avez tous été conviés à le vivre, à le manifester, de différentes façons. Toute l'humanité a vécu un appel. Bien sûr, toute l'humanité n'y a pas répondu de la façon adéquate. La préparation, pour beaucoup d'entre vous, a duré longtemps, s'étalant au-delà du temps de cette vie, permettant de structurer, peu à peu, le véhicule emprunté et l'âme, elle-même, à la rencontre avec l'Esprit. Aujourd'hui, vivre la Profondeur débouche donc sur la Clarté de l'Esprit mais s'engager dans la Profondeur, nécessite de ne plus manifester une quelconque superficialité ou, si vous préférez, un quelconque attrait pour ce monde, ses désirs et ses plaisirs et bien se tourner, en totalité, vers l'Esprit, vers le Christ. Vous ne pouvez être tournés vers la Lumière et tournés vers l'Ombre, c'est l'un ou l'autre.

Ce qui se produit, dorénavant, sur cette Terre, maintenant, vous engage à pénétrer dans les ultimes Temps de votre propre Révélation et de votre propre Ascension. Cela est à vivre maintenant, dans cette chair, à chaque instant, à chaque minute, à chaque souffle, aidé par les impulsions Vibratoires de la Lumière au niveau des Étoiles, révélant, en vous, votre dimension de Semence d'Étoile et d'Être d'Amour, de Fils Ardent du Soleil. Tout cela, pour se vivre et se réaliser, a besoin, effectivement, d'un ultime Retournement. Cet ultime Retournement, je pourrais l'appeler renoncement mais cela, les Archanges vous l'expliqueront beaucoup mieux que moi. Vivre le renoncement, encore une fois, n'est pas celui qui a été demandé par les religions. Le renoncement dont je parle est, avant tout, un renoncement Intérieur et un mécanisme intime, où tout ce qui est superficiel, tout ce qui est accessoire, tout ce qui n'est pas de la Lumière est rejeté au loin, non pas par un déni mais par, justement, cette intime conviction profonde que se tourner vers la Lumière ne peut se réaliser, en définitive, qu'en se détournant en totalité de l'Ombre, non pas pour la rejeter mais pour changer de direction. Aller en Profondeur, c'est cela. Et cela ne peut se faire que s'il y a Innocence. Cela ne peut se faire que si vous acceptez de ne plus être rien. C'est la seule façon d'être tout, il n'y en n'a pas d'autre. C'est la porte du Cœur, cela vous le savez mais il reste encore à franchir ce seuil et à pénétrer, en totalité, dans la dimension de l'Esprit, afin de transmuter la chair.

Le travail, la Révélation, le dévoilement, appelez-le comme vous voulez, se réalise, ici, pour vous, dans ce corps. Cela n'est pas par hasard car il y a besoin de ce corps et de cette chair, qui est vôtre, pour permettre l'élévation du corps de la Terre. De très nombreux êtres humains se sont ouverts à la Vérité de l'Esprit et de l'âme. Cela ne se fait pas sans difficulté car il existe, comme vous le savez, un certain nombre d'attachements fort présents dans toute vie humaine, quelle qu'elle soit, dont les causes sont multiples et elles sont redondantes, elles reviennent sans arrêt, à chaque circonstance de vos vies. Il n'est pas facile, effectivement, pour un être humain se donnant à la Lumière, de renoncer, de renoncer aux plaisirs, de renoncer aux joies dites habituelles de ce monde, aux liens, aux attachements, à tout ce qui fait la vie ordinaire de la personne qui n'est pas dans la Lumière et qui croit y être. La Lumière n'est pas de ce monde, alors, comment pouvez-vous la trouver dans ce monde ? Elle est, par contre, à manifester dans ce monde. Cela, c'est de votre responsabilité, de votre devoir et de votre capacité à vous retourner, en totalité, vers la Lumière. C'est un acquiescement. Ce don de soi se fait par la Profondeur. La Profondeur est, effectivement, la porte d'entrée qui rend malléable l'âme et la rend sensible à l'influence de votre propre don à la Lumière. Alors, peu à peu, ou brutalement, se dévoile l'Esprit, s'accompagnant de Chants, s'accompagnant de Joie, Joie de vos retrouvailles, Joie de la Résurrection et de l'Ascension.

Comme nous l'avons toutes dit et comme les Anciens, aussi, vous l'ont dit : "nul ne peut faire ce Retournement à votre place". C'est vous seuls et vous tout seuls qui le faites, quand vous acceptez de renoncer, de renoncer non pas pour quitter quoi que ce soit (cela, c'est la personnalité qui va vous le faire croire) mais le renoncement est, en quelque sorte, un changement de regard, un changement de point de vue, un changement de comportement. Ne plus être intéressé par l'aspect superficiel et, je dirais, ordinaire de la vie, pour n'en rechercher que l'extraordinaire car la Lumière est extraordinaire, de manière définitive. Mais pour cela, il faut accepter de ne pas être séduit par les lumières de ce monde qui ne sont que de la fausse lumière. Il faut accepter de ne pas être séduit par les conditionnements omniprésents : ceux de l'éducation, ceux des religions, ceux des parents, ceux de la société et pourtant, c'est au sein de ces différents environnements qu'il convient de renoncer. En effet, il est très facile de renoncer en devenant ce que les religions ont appelé un renonçant : celui qui va s'enfermer quelque part pour ne pas voir et ne pas être confronté aux illusions de ce monde. Et pourtant, c'est en étant confronté aux illusions de ce monde que vous avez les meilleures chances, aujourd'hui, de renoncer. Cet acte d'Abandon est un mécanisme intime et profond. Vous ne pouvez réaliser la Profondeur sans cela.

La Profondeur, c'est le dévoilement de l'âme, c'est écouter la voix de l'âme, percevoir, au-delà du brouhaha du monde, au-delà des désirs de la personnalité, de la personne, ressentir ce que l'âme impulse et ce qu'elle vous demande. Alors, à ce moment-là, l'impulsion spirituelle se fait jour, elle vous procure des moments et des instants de Paix, des moments de plénitude, qui ne sont pas fonction de toute satisfaction de la personne, bien au contraire. Bien sûr, cela a été souvent mal compris et mal appliqué, comme une recherche d'une souffrance, comme une recherche d'un renoncement artificiel. Le renoncement dont je parle est un renoncement, bien sûr, de la Conscience, avant toute chose. Et cela ne se trouve pas dans une grotte mais dans la vie de tous les jours, quelles que soient vos activités, quels que soient vos âges, quels que soient les fondements mêmes de vos vies. C'est au travers de cela que vous allez pouvoir vous diriger vers votre Profondeur, et votre Vérité. Et alors, percevoir le Chant de l'âme vous appelant à l'Esprit et à la Vérité. C'est aussi comprendre qu'il n'y a rien à entreprendre à l'extérieur de soi, qu'il n'y a rien à dire, qu'il n'y a rien à écouter, qu'il n'y a rien à faire, parce que, justement, il faut être capable de faire toute tâche, habituelle et quotidienne, tout en ayant la lucidité d'en comprendre l'illusion. À ce moment-là, le Faire devient l'Être, parce que ce qui devient important, c'est la Profondeur, qui débouche sur l'Être, même dans le Faire.

Être ne veut pas dire ne rien faire. Être ne veut pas dire ne plus fréquenter, ne plus sortir, ne plus aimer, bien au contraire, c'est exactement l'inverse. Mais simplement être lucide sur l'objectif. Est-ce que l'objectif est l'âme. Est-ce que l'objectif, est la personne ? Alors, une fois que l'on a, de différentes façons possibles (par la pensée, par l'intuition, par l'instinct, par réflexion), saisi cela, alors la Profondeur peut se déployer. Elle rend, en quelque sorte, l'âme et la personne malléables à l'influence de l'Esprit. Même ce qui est vécu, de façon intense, permet, à ce moment-là, de ne plus être identifié à ce qui est vécu (que cela soit un traumatisme, un choc, une joie). Petit à petit, l'âme, se déployant, appelle à comprendre et à vivre que l'on n'est pas ce choc, que l'on n'est pas cette joie, mais que l'on est autre chose, même si cette autre chose, on n'y a pas encore accédé. Mais cette autre chose devient alors une certitude. De là, naît la Profondeur et aussi la nécessité de vivre la Voie de l'Innocence, de l'enfance, qui permet de ne pas se prendre pour un adulte conditionné par des cadres, conditionné par des règles, fussent-elles les plus élevées, au niveau moralité. L'impulsion de l'âme, alors, se déploie et va alors permettre d'expérimenter la Paix, qui va conduire à l'Esprit, de manière sûre et certaine.

On peut dire, schématiquement, que l'ensemble de l'humanité, aujourd'hui, va, en quelque sorte, vivre, de manière globale, l'impulsion de l'âme. Cette impulsion de l'âme, chacun y répondra, bien sûr, en fonction de son point de vue, de sa Vibration mais aussi de son objectif, et il sera profondément différent pour chacun. Et, là aussi, ceux qui se dirigent vers leur Profondeur et l'Esprit vont devoir, non pas faire un effort mais prendre conscience que nul ne peut changer le destin et le chemin de personne. Bien sûr, il y aura des tentatives (des tentatives logiques et normales) de la fraternité humaine à vouloir aider, à vouloir conduire les proches ou ceux que nous rencontrons dans le même chemin que nous. Mais cela est impossible. Vous ne pouvez emmener personne. Vous ne pouvez même pas vous emmener, en tant que personne. Vous pouvez juste accueillir la Lumière, suivre l'impulsion de votre âme, le Chant de l'âme et alors, aller, d'un pas résolu, vers l'Esprit, qui est là, de toute éternité mais qui, aujourd'hui, va se déployer, dans quelques heures, au sein de cette humanité. Beaucoup de lucidité va se faire jour, beaucoup de prises de conscience vont avoir lieu mais ces prises de conscience peuvent concerner la personne, comme l'âme ou l'Esprit. Le résultat ne sera pas du tout le même car la prise de conscience de la personne se traduira toujours par des réactions sans fin, aboutissant à des formes de révolte, à des formes de révolution et de rébellion. Et ils éloigneront alors ces personnes de leur propre Profondeur. Là aussi, il n'y aura rien à juger, rien à médire car chaque chose sera très exactement à sa place. Tout cela va se déployer en vous, bien sûr, comme à l'extérieur de vous.

Le point Profondeur, vous l'avez compris (et la Vibration que j'ai en charge), est directement relié à la Vibration de l'âme, à la Vibration de ce centre d'énergie présent dans votre poitrine, qui concourt à allumer le point appelé ER, la Joie Intérieure, le Samadhi. Vous ne pouvez vivre cela sans Profondeur. Cette Profondeur est aussi un mouvement de la Conscience et de l'énergie de la Lumière, vous appelant à absorber cette Lumière, à la faire vôtre, à la laisser agir, dans son Intelligence et dans son déploiement. Cela consiste, aussi, à comprendre et vivre l'humilité la plus noble, celle qui vous fait accepter que, quels que soient vos savoirs, quelles que soient vos expériences, tout cela n'est rien par rapport à l'expérience et au savoir de la Lumière elle-même. C'est aussi déposer les armes de la personne, c'est devenir doux et humble comme un enfant, redevenir l'Innocence, l'incarner, en totalité. Alors, à ce moment-là, la Voie de l'Esprit vous est ouverte, la Voie du Cœur se déploie, permettant de vivre ce que vous appelez le Feu du Cœur, la Révélation de l'Esprit, en vous. C'est à cela que vous appelle le Ciel, c'est à cela que vous appelle l'ensemble des Confédérations Intergalactiques des Mondes Libres, de leurs habitants, dans toutes leurs Dimensions. Mais, encore une fois, il n'y a que vous, et vous seul, qui pouvez décidez de répondre à cet ultime appel.

La Voie de l'Innocence, le dernier Retournement, est vraiment la chance ultime de rejoindre l'Unité, en parfaite lucidité, en parfaite Conscience et en parfaite liberté. Cela, vous allez le conscientiser, bien au-delà des mots que je prononce. Vous allez percevoir, en vous, cet appel, clairement. Il se manifestera, comme cela vous a été dit, aussi bien par des impulsions rapides, survenant le matin, ou de façon impromptue, en quelque sorte, dans vos journées. Alors, posez-vous calmement, rentrez en Profondeur et dans cette Voie de l'Innocence, et percevez-en alors la Clarté. À ce moment-là, l'appel deviendra, pour vous, un appel puissant de la Lumière, se traduisant par une facilitation de l'ensemble des circonstances de vos vies, où plus rien ne vient effleurer votre Conscience, où plus aucun doute ne peut exister, où la certitude Intérieure va apparaître et se déployer, vous permettant de rentrer, de plus en plus profondément, dans la Paix. Et d'aboutir à la Joie, transcendant et effaçant toutes les blessures, tous vos vécus, tous vos affects et vous rendant libre. Vous rendant libre et vivant donc les relations, les liens (s'ils existent), de façon lucide et consciente et non pas d'être déterminé et assujetti à ces affects, à ces liens, à ces obligations (qu'elles soient morales, sociales ou familiales). Tout cela peut se vivre.

Il n'existe aucun obstacle extérieur à la Voie de la Profondeur, de l'Innocence et de l'Enfance. C'est un regard différent, un regard où prédomine la simplicité, un regard où prédomine ce qui est simple et ce qui est évident. La Lumière sera toujours simple, bien plus simple que la personne. La Voie de la Lumière est une Voie d'évidence et de simplicité, à condition que la personne ne s'en mêle pas. Cela participe au don de soi et à l'Abandon à la Lumière, permettant alors d'ouvrir le Cœur dans un acte de foi absolu en l'Esprit, même si vous n'avez pas eu encore cette chance de pénétrer l'Esprit en totalité. Rappelez-vous que la première expérience, quelle que soit sa durée, suffira à vous faire adhérer à l'Esprit et à le vivre. Mais, bien sûr, l'ego va tout faire pour vous dire que cela est loin, pour vous dire que cela est impossible, qu'il existe des obstacles, qu'il existe des blessures, qu'il existe des impossibilités. C'est faux, rien n'est plus faux. La Lumière peut tout, à condition que vous l'acceptiez. Aller en Profondeur, c'est réveiller la Voie de l'Innocence, de l'Enfance, qui débouche sur la Clarté et qui débouche donc sur la Profondeur de l'Esprit, lui-même, où tout s'éclaircit alors. Mais je laisserai alors ma sœur Snow s'expliquer sur cela. Voilà, quant à moi, les quelques mots complémentaires que j'avais à vous donner, qui préfigurent, en quelque sorte, la période qui s'ouvre à vous, dans quelques heures. S'il existe, en vous, mes Frères et mes Sœurs, des questionnements par rapport à ce que je viens de dire, et seulement ce que je viens de dire, alors, si nous en avons le temps, nous allons échanger ensemble.

Question : comment suivre l'impulsion de l'âme si l'âme est une création de la matrice ?
Mon Frère, en totalité, l'âme est une création de la matrice. Mais l'âme est, avant tout et surtout, un pont entre le corps et l'Esprit. En tant que tel, l'âme est donc l'intermédiaire qui te conduit à l'Esprit. Il ne faut pas s'arrêter à l'âme, bien sûr. Mais tu ne peux accéder à l'Esprit sans passer par l'âme.

Question : qu'entend-t-on par choix de l'âme et quelle est la relation avec le Passage ?
Le choix de l'âme est conditionnant dans la mesure où, si l'âme est tournée vers la matrice ou vers la matière ou vers la personne, alors il n'y a pas d'accès à l'Esprit ou l'accès à l'Esprit est non complet, non total. À ce moment-là, l'âme aura besoin de se réincarner dans des mondes libérés, certes, mais il y aura une forme de réapprentissage ou de réensemencement de l'Esprit, permettant de mettre fin à l'âme dès que l'Esprit sera révélé en totalité. Le choix de l'âme est très simple, il se résume en deux choix : la personne ou l'Esprit, et cela ne peut pas être les deux.

Question : où se situe-t-on par rapport à l'âme et l'Esprit, si l'âme est un Pont vers l'Esprit ?
Mon frère, tu te situes indiscutablement dans la personne, puisque tu es dans la chair. L'âme, quand elle se déploie et l'Esprit, quand il se déploie, vont produire un certain nombre d'effets dont j'ai parlé mais sont aussi caractérisés par un certain nombre de signes. Ces signes vous ont été donnés : la Couronne Radiante de la tête, la Couronne Radiante du Cœur, les Étoiles mais, le plus souvent, c'est la personne qui s'exprime. Pour cela, il faut que la personne disparaisse pour laisser fleurir l'âme et cette âme qui fleurit ouvre le pont à l'Esprit. Le Son de l'âme en est le témoin, le Son de l'Esprit en est un autre témoin. La Paix est le témoin de l'âme. La Joie est le témoin de l'Esprit. L'Esprit ne connaît pas la souffrance, car il ne connait pas l'incarnation. L'âme connait la souffrance, elle y est sensible, car elle connait l'incarnation, au travers de ce que lui disent le corps et la personne.

Question : quelle est la relation entre le contrat d'âme (ce qui est déjà inscrit en nous) et le choix d'âme (ce qu'on peut faire maintenant) ?
Mon Frère, rien n'est inscrit. C'est la personne qui le croit et l'âme, elle-même. Tant que l'âme est assujettie à la personne, elle parle de contrat d'âme ou de choix d'âme. Cela s'appelle le libre arbitre. Maintenant, dès que l'âme s'est déployée et qu'elle est tournée vers l'Esprit, le libre arbitre n'existe plus. Il n'existe que la Liberté et la Grâce. Ce sont deux mondes différents et deux lois différentes, n'évoluant pas selon les mêmes règles et dans les mêmes Dimensions. Ainsi, se croire soumis à un contrat d'âme ou à un choix d'âme traduit l'adhésion au libre arbitre et absolument pas à la Grâce ni à la Liberté. La Liberté de l'Esprit, la Grâce de l'Esprit n'a que faire du contrat d'âme ou du choix d'âme, puisque le contrat d'âme est un contrat qui appartient, de manière irrémédiable, à la matrice et à l'illusion. L'âme dont je parle, c'est le déploiement, en tant que pont, vers l'Esprit et non pas un objectif. Maintenant, l'âme peut conduire à l'Esprit, déjà quand elle est entendue et perçue de différentes façons. Mais il ne faut pas s'arrêter à l'âme. L'âme est soumise aux lois de la matrice, à ce qui est appelé la réincarnation, à la loi de Karma, qui n'existe absolument pas dans les mondes de l'Esprit où tout est Grâce et Liberté. C'est la personne qui a tendance à vouloir tout ramener à elle-même, dans des lois générales observables au sein de ce monde, qui croit qu'ailleurs cela se passe de la même façon. Il n'y a rien de plus faux.

Question : pourriez-vous préciser la dimension de l'Être dans le Faire ?
La Dimension de l'Être dans le Faire se traduit par être capable de faire quoi que ce soit, même l'activité la plus détestable, dans la Joie. Tant que vous n'êtes pas capable de cela, vous n'êtes pas dans la Joie. Il faut, en quelque sorte, un découplage entre la personne et l'Esprit, tout en ayant conscience de l'Esprit. La personne peut être occupée à faire une tâche ingrate (et j'en ai fait, dans ma courte vie) et, tout en étant dans cette tâche ingrate, considérer et vivre le fait que l'on n'est pas cette tâche que l'on fait, encore moins cette souffrance que l'on vit, quand le corps est touché et, à ce moment-là, se maintenir dans la Paix et la Joie, quoi que fasse la personne. À ce moment-là, on peut Faire, tout en étant dans l'Être.

Question : comment distinguer la Joie profonde liée à l'Être, de la Joie liée à la personne ?
La différence est très simple : la Joie de la personne est toujours éphémère, elle dépend toujours d'une circonstance extérieure et elle est liée au plaisir, plutôt qu'à la Joie. Toute Joie, vécue au sein de la personne, s'éteint après avoir été exaltée. La Joie de l'Esprit est permanente et elle n'est affectée par rien venant de la personne, quelles que soient les circonstances (plaisantes ou déplaisantes) que vit la personne. L'Esprit qui touche à la Joie et à la Paix, qui vit le Samadhi, le sait instantanément. Il n'y a donc pas de question qui puisse se poser par rapport à différencier les deux. Car ce sont deux choses totalement différentes : l'une, appartenant à la personne, est une émotion qui naît, en réaction à quelque chose, qui demeure un temps très court et qui disparaît. Toute satisfaction de la personne est liée à cela, qu'elle soit alimentaire, sexuelle, sociale, affective. Elle ne peut être établie dans la durée car elle est fonction des circonstances, justement, de la personne. Alors que la Joie est totalement indépendante de la personne et surtout, totalement indépendante des circonstances, quelles qu'elles soient. La Joie, la Paix, le Samadhi, s'accompagnent de Vibrations particulières, vécues au sein de la poitrine. Ce qui n'est absolument pas le cas du plaisir ou de la Joie de la personne, si on peut l'appeler ainsi, qui traduit toujours une satisfaction de l'ego, appelant à d'autres satisfactions. Nous avons tous connu cela, en incarnation, que cela soit à travers des addictions (appelées alcool, tabac, autres) mais aussi, même, par rapport à des plaisirs, même spirituels. Ainsi, quand j'étais jeune, j'attendais avec impatience le dimanche pour me retrouver dans mon endroit préféré : dans une église. Ce n'était pas la Joie et pourtant cela a permis, peut-être, plus tard, de comprendre la différence entre la Joie, la Béatitude et la Joie de la personne qui n'est faite que d'espoirs et de besoin de satisfaction. Ce qui n'est absolument pas le cas de la Joie Intérieure ou de la Joie du Cœur qui est la même, qui s'établit spontanément, qui n'a pas besoin d'attendre quoi que ce soit à l'extérieur (que ce soit le jour de la messe, que ce soit un partenaire, que ce soit le retour du conjoint ou de la conjointe) mais qui s'établit de lui-même.

Nous n'avons plus de questionnement, nous vous remercions.
Frères et Sœurs dans la chair, je rends Grâce pour votre accueil. Que l'Amour et la Grâce vous accompagnent. Je vous dis, peut-être à un jour prochain, avec tout l'Amour possible.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page