Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > MA ANANDA MOYI

MA ANANDA MOYI

18 septembre 2012

pdf

Je suis MA ANANDA MOYI. Sœurs et Frères en humanité, présents sur cette Terre, je m'adresse à vous à la fois en tant qu'Étoile AL, en tant que porteuse du Feu et en tant qu'initiatrice du Manteau Bleu de la Grâce. Je vous prie de bien vouloir accueillir mon Amour (qui est vôtre) et permettez-moi d'être à vos côtés. Je viens, en quelque sorte, compléter ce qui vous a été communiqué par FRÈRE K lors de l'une de ses dernières interventions concernant ce questionnement essentiel qui doit être le vôtre dorénavant, qui est : « Qui êtes-vous ? ». Alors, comme toujours, je vais parler le plus simplement possible, non pas de ce que vous êtes (parce que vous seuls pouvez le découvrir et l'être) mais, bien plus, attirer votre Attention sur ce que vous n'êtes pas.

Comme cela vous a été expliqué (et peut-être comme vous l'avez vécu), au-delà du personnage que vous représentez sur cette Terre, au-delà même de votre histoire sur cette Terre, de vos incarnations, de vos réincarnations, il existe quelque chose que vous êtes, bien au-delà de vos vies, bien au-delà de ce qui se passe quand vous décédez et que vous revenez ensuite. Vous êtes avant tout cet Absolu. Vous êtes, avant tout, une conscience, libre d'expérimenter, de voyager. Une conscience Créatrice d'elle-même. Et vous êtes, avant tout, Lumière et Amour. Alors, bien sûr, vous dire cela ne suffit pas, mais déjà permet, si vous le voulez bien, de définir que vous n'êtes rien de ce qui peut tomber sous les sens. Vous n'êtes rien de ce qui peut apparaître et disparaître sur ce monde. Vous êtes bien plus grand que cela, bien plus vaste que dans vos rêves les plus fous. Mais cela, il faut le vivre, ici, incarné, ramener à la Conscience (ramener dans une forme de mémoire qui n'en n'est pas une) votre Éternité. Vous réveiller, vous révéler et surtout vous Libérer des pièges du personnage. Alors, bien sûr, il existe de nombreuses étapes qui vous ont été longuement décrites et que peut-être vous avez longuement vécues et parcourues.

Mais, aujourd'hui, l'appel de la Lumière vous demande beaucoup plus que cela. Il vous demande de retrouver votre Héritage. Ce qui a toujours été là, ce qui est indépendant, en quelque sorte, de ce corps, de cette vie, de ces vies et qui pourtant anime ce corps, cette vie et ces vies : un être de béatitude, une conscience qui ne connait ni limite ni restriction ni manque. Et pourtant tout ce qui apparait dans le personnage que vous vivez est, bien évidemment, rempli, je dirais, de l'opposé de tout cela, de par la présence même de la limite d'un corps, de par la présence de la limite de vos propres perceptions, et même de votre propre Conscience, dans cette personne. Vous savez tous qu'il existe (et qu'il a toujours existé) sur cette Terre, des êtres qui ont transcendé les limites de l'Incarnation, de ce que vous pourriez appeler le karma, et qui ont découvert quelque chose qui est (et qui était rare et inhabituel) quelque chose où se manifeste autre chose que, justement, ce qui est l'attribut du personnage que vous êtes, à l'heure actuelle.

C'est, en quelque sorte, cela que vous pouvez retrouver. C'est, en quelque sorte, ce que vous pouvez être, dès maintenant, dès l'instant où, quelque part, vous renoncez, non pas à la vie bien sûr, mais aux illusions et aux attachements de ce monde. Je ne reviendrai pas là-dessus parce que la plupart des enseignements (d'où qu'ils viennent) ont donné, de différentes façons, ces éléments. Ils ont été portés à votre sagacité, à votre interrogation et à votre questionnement. Vivre ce qui est au-delà de ce qui est limité, tout en restant dans ce limité, donne à vivre une Conscience qui n'est pas ordinaire. Certainement, vous en avez fait des expériences, vous en avez vécu des états et c'est très bien ainsi. Mais, aujourd'hui, il faut aller plus loin. Il faut vraiment découvrir qui vous Êtes, le révéler, en quelque sorte, à votre conscience ordinaire.

Or, cette révélation ne peut se faire, pour la plupart d'entre vous, que quand il y a une disparition ou une occultation de ce que vous croyez être, au sens d'une personne et d'une vie qui s'inscrit ici, là où vous êtes. Ce n'est pas une démission de cette vie, de ce corps, mais bien une transcendance totale. Divers noms ont été employés : Transfiguration, Résurrection, Transsubstantiation. Pour ma part, je parlerais de Shantinilaya et aussi du Manteau Bleu de la Grâce. Parce que, quand vous faites appel à nous, quand nous sommes à vos côtés, quand le Manteau Bleu de la Grâce se dépose sur vos épaules, quand l'Onde de Vie, ce nectar, remonte au travers de vos jambes et quand la poitrine devient un Feu dévorant d'Amour, alors vous approchez très près de ce que vous Êtes. C'est en particulier ce que nous, en Orient, nous appelons le Kali Yuga, qui touche à sa fin, qui doit déboucher sur ce que nous nommons (toujours, chez nous, en Orient) le Satia Yuga : une nouvelle ère, un nouveau monde, une nouvelle Lumière, un espace où n'existera plus ce qui vous est pourtant habituel sur ce monde et que vous pouvez d'ores et déjà manifester, conscientiser, et vous établir en cet espace de Paix, de Joie, de Tranquillité.

Paradoxalement, et nombre d'Anciens vous l'ont dit (et en particulier UN AMI, qui a la même origine que moi, dans sa dernière vie) : de rester tranquille, de ne rien faire. Ce rien faire, encore une fois, n'est pas une démission ou le fait de rester assis et de ne plus bouger, mais bien une disposition de votre propre conscience, au sein de votre personne et du personnage que vous croyez être, afin de laisser œuvrer, en vous, cette transformation. En effet (et vous le constatez les uns et les autres), c'est dans les moments où vous êtes alignés, dans les moments où vous vous recueillez, d'une manière comme d'une autre, que vous pouvez vivre certains états qui sont non ordinaires, non habituels. La répétition de ces expériences et de ces états doit vous apporter, si ce n'est déjà fait, la confirmation qu'il y a, effectivement, autre chose que ce que vous menez dans l'espace de cette vie. Le Manteau Bleu de la Grâce, l'Onde de Vie, le Supramental (quels que soient les noms et les emplacements de ce qui se déroule et se déploie en vous) vous ont conduit, à votre manière, à votre mesure, à vivre certaines choses. Ils ont, en quelque sorte, modifié les fondements mêmes du déroulement de votre vie.

Aujourd'hui, il faut aller plus loin, plus loin au-dedans de vous, plus loin dans « qui êtes-vous », « qui êtes-vous, en Vérité ? ». Qui êtes-vous ? Quand nous vous disons, en permanence, que vous êtes Amour, Lumière, Illimité, que vous êtes la totalité du créé et de l'incréé, que vous êtes ce que vous cherchez, il y a, bien sûr, une Vérité fondamentale qui n'est pas une croyance à adopter, mais bien quelque chose à révéler. De cette révélation découle, bien sûr, le fait d'être Libéré, de ne plus être enchaîné à des perceptions liées aux sens, à des perceptions liées à un corps, à une histoire, à une succession d'histoires, mais bien à un principe transcendant qui est Amour, Lumière. L'Amour Lumière est un état d'extase permanent. L'Amour Lumière est un état que rien d'autre ne peut venir altérer. Cet état conduit, au-delà de tout état, à ce qui a été nommé Absolu, Ultime, Parabrahman. Cet Ultime, qu'il ne faut pas concevoir comme un achèvement mais, bien plus, comme quelque chose qui, effectivement, est immuable et qui permet, justement, et sous-tend, en même temps, la manifestation de l'éphémère, la manifestation de ce que vous nommez la vie, de vos sens, de ce corps, des interactions que vous menez dans les différents secteurs de votre vie. Mais la Vie n'est pas cette vie : elle n'en est qu'un élément.

La vie est bien plus vaste que ce qu'il vous est donné de percevoir, d'imaginer, de rêver. Il est très difficile d'imaginer, même, que vous puissiez être indépendant de toute forme, indépendant de toute Dimension, indépendant de toute perception. Les modes et les mécanismes de fonctionnement, sur ce monde, sont très limités, ils sont tributaires, bien sûr, de la conscience elle-même. Ils sont tributaires de vos sens. Ils sont tributaires de vos idées, de vos pensées, de ce que vous pouvez définir comme des objectifs, des buts. Mais tout cela n'a qu'un temps. Celui qui se nomme encore BIDI vous a remué pour vous appeler à découvrir, au-delà de l'apparence, ce que vous Êtes. Alors, la difficulté provient du fait qu'il faut découvrir cela dans ce corps, il faut découvrir cela, Ici et Maintenant, comme le disait l'Archange ANAËL : ce que vous Êtes. Et découvrir ce que vous Êtes, c'est découvrir, justement, ce qui a toujours été là, ce qui n'a jamais bougé, ne s'est jamais déplacé, ne s'est jamais manifesté dans l'incarnation, n'est jamais né et n'est jamais mort. Et cela est l'Amour. Cela est la Lumière. Cela est la seule et Ultime Vérité. Il y a des témoins. Les expériences que vous avez menées en sont des témoins de votre approche, des témoins de cette révélation qui est en cours. Passer la Porte Étroite, c'est effectivement renoncer à tout ce qui n'a qu'un temps, à tout ce qui existe uniquement sur ce plan, défini, je dirais, par les lois de ce monde et non pas par la loi d'Amour.

Comme vous le savez tous, toutes les religions et tous les êtres qui se posent des questions sur eux-mêmes, mettent toujours en avant l'Amour et la Lumière, mais combien d'entre vous sont devenus cet Amour et cette Lumière ? Aujourd'hui, vous êtes appelés, à la fin du Kali-Yuga, à le devenir et cela est une surprise pour ceux qui ne l'ont pas touché ou approché. Et cela est profondément naturel. C'est juste les résistances, liées à votre présence même sur cette Terre (des résistances liées aux peurs, à tous les attachements, à tous les conditionnements qui sont créés par vous-mêmes, mais aussi par toutes les interactions qui existent entre vous et dans tous les secteurs de vie), qui vous font envisager comme un être séparé, séparé du voisin, séparé de l'être aimé. Parce que vous êtes tributaires d'une forme et de ses capacités, parce que votre conscience y est, en quelque sorte, insérée. Et il y a, à travers cette insertion, une habitude, je dirais, une habitude et un éloignement de vous-même où ce que vous Êtes, en Vérité, ne peut vous apparaître, ne peut se révéler justement tant que tout ce qui fait votre conscience et votre vie, est tourné vers ce que vous vivez.

La difficulté est de ne pas comprendre le mot comme un besoin de renoncer à quoique ce soit d'extérieur à vous. La seule chose que vous ayez à manifester comme renoncement, c'est ce renoncement à l'illusion, ce renoncement à l'éphémère, mais vous ne trouverez pas, pour autant, en renonçant à quoique ce soit, ce que vous Êtes, en Vérité. Alors ce renoncement ne peut concerner aucunement tout ce que vous définissez comme extérieur et ce que je définis, avec vous, comme extérieur : que cela soit votre profession, que cela soit vos occupations, que cela soit vos hobbies ou vos activités spirituelles, cela ne change rien, parce que tout ceci ne sont que des manifestations extérieures. La difficulté, pour la conscience qui est enfermée, pour nous tous, c'est de réaliser ce que nous sommes au-delà de toute manifestation extérieure. Tant que nous sommes tributaires des sens, nous ne voyons pas l'essentiel. Tant que nous sommes affectés par les sens, par nos perceptions, par nos interactions, nous ne pouvons voir, en Vérité, ce que nous sommes, parce que ce que nous sommes échappe définitivement aux sens, au regard et même à la conscience.

Cela peut paraître paradoxal parce qu'effectivement tout le monde considère, a priori, que la conscience peut être différente, elle peut être séparée, elle peut être effectivement Unifiée, elle peut être divine, spirituelle, elle peut être liée à l'Esprit, à l'immensité du créé et de l'incréé. Mais vous êtes encore bien plus que cela. Cela ne peut être conçu, cela ne peut être imaginé, cela ne peut même être une Vibration, puisque cela est justement la disparition de la conscience elle-même, mais non pas comme une fin, non pas comme une annihilation, mais bien une disparition de l'illusion pour une apparition dans la Vérité. Cela se passe ici. Le Manteau Bleu de la Grâce, les Communions que nous avons (et que nous établirons, de plus en plus, avec vous), vous donneront à vivre cette non séparativité, cette absence de distance. Et c'est grâce à ces expériences que vous aurez peut-être la chance de vous approcher, avant la fin du Kali-Yuga, de cette Vérité et de révéler ce que vous Êtes.

Alors, qui Êtes-vous ? Vous Êtes la totalité de ce que vous percevez. Vous Êtes la totalité de ce que vous voyez. Vous Êtes la totalité même de ce que vous ne pouvez penser, ni même concevoir, ni même conscientiser. Alors, dit comme cela, cela peut paraître abstrait pour celui qui ne le vit pas. Mais il y a une porte, une Porte Étroite et cette Porte Étroite, elle conduit à l'Amour, à vivre l'Amour, non pas en tant que quelque chose qui serait un idéal, mais bien plus en tant que Vérité Ultime de ce que vous Êtes. Et vivre cela, Être cela, au-delà de tout être, c'est vivre cette extase permanente que j'ai vécue et que de nombreux êtres ont vécu, soit par intermittence, soit de manière permanente, en étant sur cette Terre. Le travail de l'Ascension de la Terre, c'est votre Travail, en définitive. Quand, nous, orientaux, dans nos incarnations, nous vous disons que ce monde est Maya, illusion, c'est une chose de le dire, tout à fait autre chose de le vivre en conscience, et au-delà de la conscience. Nous vous avons délivré (et vous vous êtes délivrés) un certain nombre d'éléments. Tout cela vous est connu, je ne reviendrai pas dessus. Depuis les Noces Célestes, depuis l'activation de ce qui est nommé Chakra, Kundalini, Couronne Radiante, ce qui est nommé aussi le Supramental, ce qui vient du Plan de la Città ou encore ce qui naît au niveau des pieds (dont il y a peu de traces dans les écrits et qui porte un nom pourtant et qui a été appelé Onde de Vie ou Onde de l'Éther, Nectar de Vie). Mais peu importent les noms, ce ne sont que des noms : vous Êtes tout cela à la fois.

Nombre d'Étoiles vous ont apporté leur témoignage de leur dernière incarnation, certains Anciens aussi. Ils vous ont tous dit que c'est en disparaissant de soi-même, en s'effaçant de soi-même, que vous pouvez vous dévoiler et vous révéler. Alors bien sûr, pour la conscience ordinaire, séparée (et même pour la conscience Unifiée), il est très difficile de lâcher le sens d'une identité et le sens même de la conscience. Et pourtant, la solution ne peut être que là, il n'y en a pas ailleurs. Tout le reste ne sont que des expériences et des déroulements, qu'ils soient temporels ou non temporels, c'est-à-dire en dehors de ce monde. Mais vous êtes bien plus que cela. Tout ce qui apparait aux sens, encore une fois, n'est qu'une projection de votre propre conscience. Alors, de nombreux exemples ont été pris et ont été expliqué, que cela soit pour la conscience Turiya de l'Unité, que cela soit pour l'Absolu, le Parabrahman : il est évident que vous êtes là et vous serez toujours là, même quand vous dormez et que vous n'avez aucun souvenir. Pourtant vous n'êtes pas là, le monde disparait (comme cela a été dit) et le lendemain, vous réapparaissez. Il a été insisté sur ce moment particulier qui est le réveil du matin ou encore les moments de vos Alignements, de vos méditations, de vos prières (quels que soient les mots que vous mettez), dans les moments où votre conscience n'est pas tournée et dirigée vers l'activité de la personne que vous croyez être (que cela soit une activité des plus ordinaires comme les plus merveilleuses de ce monde) : c'est au moment où celle-ci s'interrompt que vous découvrez la Vérité de ce que vous Êtes. Alors bien sûr, il y a une impulsion que je qualifierais de collective : C'est le moment, bien sûr, où plus rien de ce monde projeté ne sera apparent : c'est l'immersion dans la Lumière totale.

Alors, bien sûr, il y a eu de très nombreux prophètes (en Orient, en Occident, en Extrême-Orient et partout) qui ont parlé d'un moment particulier, d'un moment où la conscience s'arrête, d'un moment où il n'y aura plus ni Lumière, ni nuit, mais il y aura ce que la conscience séparée pourrait appeler un Néant, un espace où il n'y a rien où se raccrocher, un instant où il n'y a plus ni temps, ni espace, ni repère, ni corps. Alors, bien sûr, ce passage de cette Porte Étroite, cette Résurrection, cette Crucifixion, est vécue de manière plus ou moins difficile et la façon de le vivre dépend uniquement (et vous le savez à travers nombre d'enseignements) de la façon dont vous êtes victime, je dirais, de vos attachements. Il ne faut pas comprendre l'attachement comme un lien à briser, mais comme le disait BIDI, comme quelque chose qui est à voir clairement. Voir les lignes de prédation, voir les liens, quels qu'ils soient : que vous les nommiez familiaux et même s'ils sont les plus heureux, même les plus aboutis et les plus parfaits pour vous, les plus stabilisants. Ils ne sont que des liens, ils ne sont que tributaires de l'illusion de ce monde et de la projection de chacun. Il y a des projections qui se rencontrent et cela donne un lien, qu'il soit affectif, qu'il soit lié à une compétence professionnelle ou à une amitié, c'est exactement le même principe.

Quand nous vous disons aussi que nous sommes, tous, en vous, comme vous Êtes en nous, il y a aussi une grand part du mystère, à ce niveau-là, parce que la conscience, à aucun moment, ne peut appréhender que vous pouvez être, en même temps, le brin d'herbe, le vent qui souffle, le Soleil, La Source elle-même, l'ensemble des Univers, l'ensemble des Multivers, l'ensemble des Dimensions et l'ensemble des consciences extériorisées et manifestées. Parce que ce qui relie tout cela (qui n'existe pas et qui permet cette manifestation), c'est justement cet Absolu et cet Amour. Sans Amour, sans Lumière, aucun monde ne pourrait apparaître. Et pourtant cette apparition est une extériorisation, même la plus heureuse. Aujourd'hui, il vous faut voir cela. Et voir, comme je vous l'ai dit, en aucun cas ne peut se faire avec les yeux, parce que tout ce qui est vu avec les yeux appelle à une distance, appelle à une séparation. Alors, bien sûr, comme cela a été expliqué aussi, et comme beaucoup d'entre vous l'ont vécu, il y a une autre vision qui est la vision éthérique. Comme dirait notre cher Commandeur et Votre Commandeur (ndr : O.M. AÏVANHOV) : il y a le deuxième bocal, mais qu'est-ce que ce deuxième bocal ? Une autre illusion, plus subtile, plus intéressante et peut-être plus captivante pour ceux qui y ont accès, où les lois sont plus légères, mais il y a encore des lois. Or, l'Absolu n'est pas une loi, elle est un état de fait.

L'Absolu et l'Ultime, ce Parabrahman, se passent de toute loi. Les lois sont liées à l'incarnation, les lois sont liées à l'agencement de ce que vous nommez Dimension. Mais au-delà des Dimensions, il y a quelque chose qui comporte l'ensemble des Dimensions, l'ensemble des possibles et, je dirais même, l'ensemble des impossibles. Alors, cela vous ne pouvez, effectivement, pas vous le représenter, ni même l'imaginer. La seule façon de le vivre, c'est de disparaître. Cette disparition n'est ni une mort ni le fait de rompre ou de briser les liens, quels qu'ils soient, mais simplement de se placer quelque part. Quelque part où il y a nulle interaction. Quelque part où il ne peut y avoir ni souffrance ni plaisir. Quelque part où il n'y a pas de sens. Quelque part où il n'y a pas de perception. Quelque part où il n'y a pas d'idée. Quelque part où tout est immobile, rien ne bouge et pourtant tous les mouvements y sont compris. Tout semble partir de ce Centre, mais le Centre est partout. Vous voyez, il n'y a pas de définition. Alors (comme vous le disait BIDI, encore, il y a peu de temps), dans cette notion de s'oublier soi-même, dans cette notion de réfutation, il y a un principe fondamental mais que vous ne pouvez voir.

La seule chose que vous ne pouvez voir, c'est vous-même. Tout ce que vous voyez est extérieur à vous-même et n'a d'existence que parce qu'il a été rêvé par d'autres consciences qui se sont, elles aussi, extériorisées. Cette notion de a-conscience n'est pas une annihilation, même si, effectivement, du point de vue du personnage, c'est une annihilation. Mais c'est vous qui avez l'entière Liberté de décider de rester soumis à des lois (même si vous les avez choisies) ou de vous affranchir de toute loi, afin d'être Libre et afin de découvrir Votre Essence, au-delà de toute perception. Le Manteau Bleu de la Grâce, et surtout notre Présence à vos côtés, est là pour cela. Nous savons (parce que nous le vivons avec vous) que beaucoup d'entre vous nous perçoivent et cette Présence n'est pas une Présence qui utilise le mental, n'est pas une Présence qui va vous faire des discours, mais c'est une Présence aimante, c'est une Présence qui vous invite à ce Passage, qui vous invite à cette Résurrection. C'est une Présence qui vous montre qu'il n'y a nulle séparation et cette Présence se passe de mots. Elle est simplement une Radiance, elle est simplement un contact qui peut déboucher si vous l'acceptez, sur les mécanismes qui ont été nommés Communion, Fusion, Dissolution.

Et c'est (dans cette Dissolution) précisément quand vous acceptez de ne pas être ce corps, de même que vous acceptez de ne pas être ce Manteau Bleu qui se dépose sur vos épaules (même si cela peut induire des douleurs ou des altérations de la perception de certaines parties de votre corps) que c'est la seule façon que vous ayez de vous rendre compte que vous existez indépendamment de telle partie de votre corps, que vous existez indépendamment des relations dont vous êtes coutumier dans le jeu des personnages de cette vie. Alors, petit à petit, par touches successives, vous allez découvrir certains états, découvrir certaines expériences, vivre certains Samadhis. Et même tout cela (comme BIDI vous l'a dit, à un moment donné), il faut accepter de tout déposer, il faut accepter de renoncer à ces perceptions, à cette Conscience, pour découvrir que vous existez, en dehors de tout corps, en dehors de toute Dimension et que cette existence-là est le véritable « qui je suis ». Et c'est là qu'il y a cette Demeure de Paix suprême.

Parce qu'en retrouvant cela, vous retrouvez ce que vous Êtes, ce que vous avez toujours été et ce que vous serez toujours, indépendamment de ce corps, indépendamment des projections et des relations qui peuvent être établies, ici sur ce monde où vous êtes. Cela est très exactement ce qui arrive bientôt et quand je dis bientôt, je vous parle en termes humains, parce que ça arrive au niveau collectif et que l'ensemble du rêve et des interactions des rêves des uns et des autres, vont se dissoudre, en totalité. Parce que la Lumière, dans son Intelligence et dans son retour (si je peux m'exprimer ainsi), va vous donner à voir, au-delà des yeux, au-delà de l'Éther, le Cœur du Cœur, va vous donner à vous établir dans cette Béatitude totale où ne peut exister nul désir, nulle projection et nulle conscience. Il est très difficile de mettre en mots ce que vous Êtes, ce que nous Sommes, mais il est facile d'en approcher l'essence, à travers la Vibration, à travers la Lumière elle-même, et surtout à travers la Paix, à travers la Demeure de Paix Suprême.

Tout ceci (vous vous en apercevez, peut-être, pour beaucoup d'entre vous) devient de plus en plus intense, de plus en plus pregnant et de plus en plus accaparant, si je peux dire. Cela est l'Annonce (pour vous, pour ceux qui le vivent) d'une imminence et l'imminence, c'est cette Révolution, ce Retournement, ce Basculement, qui va vous permettre de révéler, en totalité, cette Vérité. Durant cette période, comme cela a été dit, déjà, pensez à nous appeler, pensez à Communier entre vous, entre nous. Il n'y a pas d'autre façon de vérifier qu'il n'y a pas de séparation. Il n'y a pas d'autre façon de disparaître à soi-même, de disparaître en l'autre, de disparaître dans le Soleil, de disparaître dans les eléments. Alors, bien sûr, pour le personnage, cela peut être appelé un drame, cela peut-être appelé la perte. Mais comment pouvez-vous perdre quoique ce soit quand vous reconnaissez ce que vous Êtes, ce que vous avez toujours Été et ce que vous Serez toujours ? Bien sûr, il y a une appréhension parce que l'inconnu fait toujours peur, parce que l'inconnu représente un Passage, une occultation de quelque chose. Mais ce qui se dévoile, ce qui se dévoile et se révèle, à cette occasion, fait disparaître, très vite, ce principe d'occultation. Seul l'attachement et les attachements, encore une fois, sont des freins, mais des freins qui ne peuvent tenir devant ce que vous Êtes, en toute Éternité. Le Canal Marial, percevoir le Manteau Bleu de la Grâce, ou percevoir l'Onde de Vie, ainsi que de percevoir les différentes manifestations Vibratoires, vous conduisent à vivre une conscience (de plus en plus souvent, et de manière de plus en plus importante) différente.

Mais rappelez-vous que vous allez chacun à votre rythme et qu'il n'y a pas à juger d'un quelconque avancement parce qu'en fait vous n'avancez pas, vous ne reculez pas : vous arrêtez de bouger, c'est différent. Vous arrêtez de vous extérioriser, de projeter. À ce moment-là, vous découvrez, effectivement (comme cela a été dit il y a peu de temps), qu'il n'y a ni distance ni séparation entre intérieur et extérieur, et que cette vision (commode jusqu'à un certain point) va même, elle aussi, disparaître, mettant fin à tout cloisonnement, mettant fin à toute séparation de la Conscience, et mettant fin à la Conscience elle-même. Il n'y a aucune disparition : vous serez toujours là. Simplement, les circonstances de qui vous êtes vous apparaitront profondément différentes. Mais au-delà du choc et de l'appréhension, la béatitude sera telle, qu'à aucun moment vous n'aurez l'idée même de revenir en arrière, à aucun moment vous n'aurez l'idée même de recréer quelque chose au niveau d'une projection de quoique ce soit. C'est ce à quoi vous êtes promis, c'est ce à quoi vous arrivez : cet espace où il n'y a plus de mouvement, où il n'y a plus de temps, où le temps se confond avec l'espace, où il n'y a plus de corps séparés, il n'y a plus de conscience autre que la vôtre, qui s'éteint d'elle-même et vous fait embrasser (dans un embrasement final lié au Feu de l'Esprit, au Feu du Ciel) la totalité du créé, de l'incréé.

L'Amour est cela, l'Amour est ce Feu. L'Amour n'est pas un sentiment. L'Amour n'est pas seulement le fait de servir ou de montrer aux Frères et aux Sœurs ce que vous êtes, de témoigner, mais de Rayonner cet Amour que vous Êtes. Cela se passe de mots. Cela se passe de tout commentaire. Parce que, quand vous êtes réellement immobile, quand vous lâchez prise, quand vous restez tranquille, quand vous Abandonnez le Soi et même le sens de tout « Je Suis », alors, à ce moment-là, la Vérité éclate. Elle éclate et il y a, à ce moment-là, une reconnexion, une reconnaissance immédiate qui fait, en vous, l'effet, je dirais, d'une bombe, c'est-à-dire que vous retrouvez, réellement, ce que vous Êtes, qui, en fait, n'avait jamais disparu. Rappelez-vous que c'est toujours la personne et le personnage qui cherche quelque chose, même au niveau de la spiritualité. Vous imaginez qu'il y a quelque chose à trouver, vous imaginez qu'il y a un chemin, vous imaginez qu'il y a des modèles, vous imaginez qu'il y a un dieu, vous imaginez qu'il y a des diables, vous imaginez qu'il y a l'Ombre, mais ce n'est que le résultat d'une projection de la conscience.

L'Amour n'a jamais bougé : il n'a jamais eu besoin de créer quoique ce soit. L'Absolu est cela. Vous imaginez qu'il y a une source d'où proviendrait la Lumière et cette Lumière vous semble lointaine, venant du fin fond de la galaxie, émettant une forme de distance, mais cela n'a jamais été séparé, il n'y a jamais eu de distance. Alors, bien sûr, ce ne sont que des mots qu'il vous faut éprouver et vivre, en vous, non pas comme une croyance, encore une fois, mais simplement en acceptant, en abandonnant toute velléité de quoique ce soit. C'est à ce moment-là, et seulement à ce moment-là, que vous devenez Transparent. C'est à ce moment-là que vous disparaissez, réellement (comme cela peut vous arrivez dans certaines de vos expériences), que vous découvrez, en totalité, la Vérité. La Liberté est là : il n'y a pas d'autre Liberté. Tout le reste ne sont que des libertés temporaires qui ne méritent pas de porter le nom de Liberté, puisqu'elles sont sujettes à un début et à une fin.

L'Amour n'a ni début ni fin. La Lumière n'a ni début ni fin. Il n'y a pas d'évolution, il n'y a pas d'involution, il y a simplement (comme vous l'a dit BIDI) des jeux de rôles et des gens qui, en jouant ces rôles, se sont identifiés à ces rôles. Il y a un observateur et, au-delà de l'observateur, il y a Vous, ce que vous Êtes. Et ce que vous êtes est cet Amour et cette Lumière. Donc si vous Êtes cela, comment imaginer qu'il y a quelque chose à chercher ? Il y a justement un arrêt de tout quête, un arrêt de toute recherche, un arrêt de toute velléité de comprendre, parce que (comme BIDI vous l'a dit) vous ne pouvez, à aucun moment, comprendre ce que vous Êtes.

Il faut faire cesser tout système de connaissance parce que toute connaissance ne vous rapproche de rien du tout. Comme le disait BIDI : toute connaissance n'est qu'ignorance. Reconnaître cela, c'est devenir la Connaissance. Alors l'ensemble des éléments qui sont portés à votre conscience, ici, sur ce monde, vont grandement ébranler un certain nombre de convictions. Bien sûr, l'ébranlement de ces convictions peut générer des appréhensions, des peurs. C'est dans ces moments-là qu'il faudra bien vous rappelez que nous sommes là. Et vous le savez parce que nombre d'entre vous, dans vos nuits, dans vos méditations, dans vos Alignements, vous nous sentez, même si nous ne pouvons échanger par des mots. L'échange est beaucoup plus important par la Conscience elle-même. Et vous allez vous en apercevoir, petit à petit : vous n'allez plus pouvoir faire de différence entre vous et la Communion avec qui vous établissez. À ce moment-là, vous réaliserez la Fusion-Dissolution. Vous ne saurez plus si vous êtes ce personnage, si vous êtes MARIE, si vous êtes un Archange, si vous êtes le Soleil, si vous êtes le vent ou l'un des éléments qui parcoure la Terre, parce que vous ne serez plus identifiés à quoique ce soit. Vous saisirez, à ce moment-là, que, dans cet état (qui est au-delà de tout état), il y a une Joie ineffable et que vous n'êtes limités par absolument rien. C'est à cela que vous êtes appelés, c'est à cela que nous vous appelons, c'est à cela que la Lumière vous rappelle : Être ce que vous êtes, au-delà de toute apparence. Être Amour et Lumière, c'est cela. Ne pas s'attarder, comme le dirait BIDI, aux perceptions, ne pas s'attarder à toutes ces manifestations qui, pourtant, vous sont vécues comme réelles. Que votre corps vous semble disparaître dans l'un de ses parties, que ce corps vous fasse souffrir, ou que vous éprouviez une grande Joie à regarder une fleur, le Soleil, cela ne change rien : ce ne sont que des perceptions qui disparaitront, un jour ou l'autre.

Ce que vous Êtes ne peut disparaître. Ce que vous Êtes n'a jamais disparu. C'est à cela que vous êtes appelés. Alors, oui, qui êtes-vous ? Vous n'êtes rien de ce que vous percevez. Vous n'êtes rien de ce que vous pensez. Vous n'êtes rien de ce que votre conscience vous dit. Vous n'êtes absolument rien de tout ce que vous menez dans votre vie. Vous êtes au-delà de cette vie. Vous êtes au-delà de ce monde. Vous êtes au-delà de toute Dimension. Vous êtes même au-delà d'une origine stellaire qui pourtant existe. Mais vous Êtes bien plus que cela. Il y a comme un dévoilement et une découverte et celle-ci est en route, bien sûr. Elle ne concerne plus seulement ce qui a été appelé les Ancreurs, les Semeurs de Lumière, les Éveillés, les Libérés, mais elle concerne toute la Terre parce qu'il y a des échéances et ça, de grands Êtres vous en ont parlé et vous en reparleront, comme SERETI, comme les Anciens, comme le Commandeur. Pour cela, il vous faut accueillir tout cela, avec l'âme d'un enfant, c'est-à-dire sans interrogation, sans questionnement. Accueillir est le mot juste parce que, dans l'accueil, il y a la Transparence. Il y a la volonté de ne rien retenir. Il n'y a plus de volonté, en définitive. Il y a juste cette vacuité, ce fait de rester tranquille et cela, il n'y a pas besoin de méditer pendant des mois, des années : cela se produit en l'espace d'un instant de votre temps, sur cette Terre. Et cela va vous devenir de plus en plus évident, pour un nombre toujours plus grand de Sœurs et de Frères qui sont sur cette Terre, encore. Alors, ce que vous Êtes est à vivre : il n'y a aucun mot.

Je terminerai sur ces mots pour Communier avec vous, si vous le voulez bien, encore plus profondément, encore plus intimement, mettant fin à toute distance entre nous. Je vous propose cela parce que c'est cela le plus important. Les mots que j'ai prononcés n'ont été destinés qu'à nous emmener à ce point et ce point, c'est là où nous sommes tout de suite. C'est là où nous allons vivre ce que nous sommes, et que je vous propose, et que je dépose à vos pieds, et dans votre Cœur. Alors, si vous le voulez bien, dans cette Paix, accueillons-nous, dépassons-nous, dissolvons-nous.

... Partage du Don de la grâce ...

Et je terminerai par cette phrase : quoiqu'il arrive au personnage, quoiqu'il arrive à ce monde, rappelez-vous que vous n'êtes rien de tout cela. À ce moment-là, oubliez-vous, oubliez tout, afin de retrouver la Vérité.

... Partage du Don de la grâce ...

Je suis MA ANANDA MOYI. Je suis Vous. Nous sommes Amour. Nous sommes Un. Nous sommes Absolu. Je nous Aime. Soyez en Paix et en Joie. Bénédictions à vous. Je ne vous quitte pas. Je reste En vous. Qui êtes-vous ?

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page