Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > PHILIPPE DE LYON

PHILIPPE DE LYON

28 août 2012

pdf

Je suis le Maître PHILIPPE DE LYON. Frères et Sœurs incarnés, je vous présente ma Paix et j'accueille votre Grâce. Je me présente à vous en tant que Melchizedech de la Terre et je commencerai mon intervention par ces mots : « Ce qui vient de la chair, appartient et retourne à la chair. Ce qui vient de l'Esprit, retourne à l'Esprit ». Sur cette Terre, où vous êtes présents, il m'est demandé de vous exprimer quelques notions qui visent, dans ces temps, à vous situer, à vous placer et à vous reconnaître, au sein de l'Amour et de quel Amour. Pour les commodités de mon exposé, je parlerai d'amour des hommes, d'Amour du CHRIST (ou Principe Solaire) et enfin, de l'Amour Absolu. Au-delà de ce qui peut être véhiculé par ce mot, au-delà de la Conscience qui en relève, tout Amour présent sur cette Terre sera qualifié (de manière spontanée, naturelle et, je dirais, obligatoire), soit en fonction de l'expérience que vous en avez eue, soit en fonction de vos croyances, soit en fonction d'un idéal et soit, justement, cet amour ne peut plus être défini ni en soi, ni à l'extérieur de soi.

La personnalisation de l'amour concerne, bien sûr, l'amour des hommes et l'Amour du CHRIST. La particularité de cet amour, quelles qu'en soient l'expression et la manifestation, sera, de manière indissoluble, reliée à l'expérience, à la Foi, à l'idéal, au vécu. Cet amour s'exprimera au travers de la chair, au travers d'un idéal ou d'une croyance. Il est donc, de manière logique, porteur de certaines qualités et je dirais même d'une certaine quantité. Lors de ma dernière incarnation, je vouais un Amour sans faille au CHRIST. C'était donc un idéal d'Esprit. Cette tension vers lui m'a amené très vite à comprendre le sens de ses paroles, concernant l'Amour, qui lui ont été attribuées. Et tout au long de ma vie à manifester cette phrase essentielle : « Aimez-vous les Uns les Autres comme je vous ai Aimés ».

Au-delà de l'idéal, ma mémoire de vie dans l'incarnation, sans rentrer dans les détails, m'a permis, au-delà de l'idéal, de conscientiser certaines expériences passées. « Aimez-vous les Uns les Autres comme je vous ai aimés », appelle une interrogation : Comment est-ce que le CHRIST nous a aimés ? Au-delà de toute querelle partisane, au-delà de toute religion, quelle est la particularité de cet Amour ? Quelle que soit la façon dont on veuille le définir ou le situer, quels que soient les qualificatifs appliqués au mot Amour (que cela soit illimité, inconditionnel, divin, spirituel), qu'a donc fait de plus, qu'a donc manifesté de plus, ce Principe Christique, que le commun des mortels, au-delà de sa croyance en CHRIST ou pas, d'une manière adéquate ou inadéquate, essaie d'exprimer ? La réponse, au-delà de ma mémoire, m'a montré que la meilleure façon d'Aimer, comme il nous avait Aimés, était donc de devenir Lui.

Devenir Lui, au-delà de l'imitation et de la compréhension, s'est traduit, dans cette incarnation, comme l'évidence de la notion de service et de dévouement. Et il fallait résoudre ce paradoxe qui, à l'époque, en fut un pour moi. Quand le Principe Christique ou quand un de nos Frères ou Sœurs orientaux, avec des mots certes différents, disent et affirment : « Moi et mon Père Sommes UN », ou encore : « Ce que vous faites au plus petit d'entre vous, c'est à moi que vous le faites ». À ce niveau se situe un mystère que la raison ne peut ni saisir ni même appréhender, au-delà de toute théologie et de toute foi. Il existe donc en l'homme, une possibilité, cette possibilité qui est celle de vivre en Unité avec le Père ou La Source. Cette possibilité de vivre ce qui est appelé la Non séparativité et de vivre, effectivement, au-delà de toute croyance ou toute adhésion, le Principe d'Unité exprimé à travers toutes les formes et toutes les Consciences incarnées sur cette Terre. Bien sûr, cela est un immense défi parce que, dès l'instant où vous vous approchez, dès l'instant où vous donnez à montrer, par votre vie, que ce genre d'Amour est là, très vite les circonstances de votre vie font que ce qui s'oppose dans un premier temps, à ce que vous établissez, va se renforcer. L'amour des hommes comme l'Amour du CHRIST, nécessite une forme d'effacement qui va bien au-delà du sens du service et du dévouement. Cet effacement vous fait poser, à l'intérieur de vous, un principe. Ce principe, je l'ai, là aussi, énoncé clairement dans ma dernière vie. Quand on me demandait comment je pouvais guérir de cette façon, je répondais immanquablement : « C'est parce que je suis le plus petit d'entre vous ». Et la réponse est, effectivement, à ce niveau.

Dans les enseignements et préceptes qui vous sont donnés, par les Anciens comme les Étoiles, vous l'avez remarqué, reviennent toujours Quatre Piliers au niveau du Cœur : L'Humilité et la Simplicité, la Transparence et l'Enfance. Cela revient à dire que quel que soit votre vécu, quelles que soient vos expériences, quelle que soit votre approche Vibratoire, intellectuelle ou même simplement de la foi la plus aboutie, nous sommes tous confrontés, à un moment donné, à ce que j'appellerais un principe de réalité, qui est omniprésent sur cette Terre, encore pour l'instant, qui est, bien sûr, la compétition et la prédation. Comment est-ce que ce que les sens donnent à vivre, ce que la raison donne à expérimenter, où l'amour reste un idéal qui peut être trouvé dans l'autre (fût-il une compagne ou un compagnon, fût-il le CHRIST), peut-il trouver à exister malgré, justement, ce qui est donné à percevoir comme compétition et prédation ?

La vraie seule façon d'y parvenir ne peut être, en aucun cas, une ascèse, ne peut être, en aucun cas, considéré comme une loi qui, si elle est suivie en fonction de ses propres concepts, va permettre de vivre cet Amour. Il faut bien admettre que l'amour des hommes est, avant tout, conditionné et conditionnant, par le vécu de chacun. Et vous savez très bien que, même en ce qui concerne l'Amour du CHRIST, chacun va idéaliser une vie (qu'il n'a pas connue) au travers d'écrits et, même pour certains, comme ce fut le cas pour moi, à travers certaines mémoires. Quelle que soit la façon de se diriger vers cet Amour, que cela soit par idéal, que cela soit par expérience, que cela soit par réminiscence, un jour ou l'autre, vous ne pourrez que faire la conclusion suivante : c'est que cet amour, par définition, est toujours conditionné, conditionnant.

Dans votre époque, l'idéal a été appelé amour inconditionnel, amour Vibral, amour Lumière. Il vous a d'ailleurs été fait état, longuement et avant tout, que la conscience était Vibration et que le véritable amour ne pouvait s'exprimer que si étaient présents, en vous, la Couronne Radiante du Cœur, le Feu du Cœur, en résonnance donc, là aussi, avec des aspects de perception Vibratoire. Il vous a été aussi donné, durant ces années, un certain nombre d'éléments qui, par ce qui avait été appelé la réponse du cœur, le switch de la Conscience et, plus récemment, le Manteau Bleu de la Grâce et l'Onde de Vie, vous ont donné à vivre ou à approcher un Amour qui est bien au-delà de toute forme, au-delà de tout concept, de toute expérience et, je dirais même, de toute humanisme. Celui qui vit cet Amour (et je ne reviendrai pas là-dessus), vous avez, je dirais, un précepteur admirable qui est BIDI.

La Liberté de l'homme, dans cette chair qui est prison, va être simplement un libre arbitre lui permettant de se définir, de s'établir et de manifester l'amour des hommes, l'Amour du CHRIST ou l'Amour Absolu. Il existe une espèce, non pas de hiérarchie, mais de gradation, allant du plus conditionné et conditionnant, au plus Libre. L'amour porté sur un objet (et j'entends par objet, une forme consciente, que cela soit un humain, que cela soit un hobby, que cela soit un enfant ou un parent), est, par essence et par nature, conditionné par l'expérience elle-même, par le passé lui-même. Ces expériences et ces vécus conditionnants vont représenter, quoi qu'il˃ en soit, d'heureux ou de malheureux, des limites et des cadres, à l'expression de votre amour, à la manifestation de votre amour, la vie vous donnant à vivre très précisément ce que vous avez créés ou ce que vous pensez avoir subis. Il existe donc des conditions et un contingentement de ce type d'amour, parce qu'il s'inscrit (que vous le vouliez ou non, qu'il y ait un lien d'esprit ou non, même s'il n'y a pas à proprement parler de relation physique) dans la chair.

La question que je me suis posée, et quel que soit l'amour que j'ai pu porter (aussi bien à ceux que je soignais comme à mon épouse), fut de savoir si cet amour-là permettait d'être une porte d'accès, à la fois à l'Amour du CHRIST et à la fois à l'Amour Absolu. L'ensemble des religions et des systèmes philosophiques et spirituels vont, tous, à de rares exceptions près, vous parler de cet amour, sous une forme ou sous une autre, vous invitant à porter votre Attention, votre Conscience, sur des façons de se comporter et de manifester l'amour, afin d'arriver à quelque chose qui, selon les endroits, peut être appelé le Nirvana, le Ciel ou, en tout cas, l'Esprit. Il n'existe pas de nombreuses façons de passer de l'amour des hommes, à l'Amour du CHRIST et à l'Amour Absolu. Et ceci, je l'ai résumé de cette phrase que je vous ai donnée.

Accepter de disparaître, accepter de n'être plus rien, s'effacer complètement, afin de laisser toute la place au Principe Solaire, afin que puisse, un jour, se vivre cet Amour Absolu. Vivre l'Amour Absolu, c'est faire cesser toute condition, non pas par un désir, non pas par une volonté, mais bien le moment où il y a une espèce de reddition, de capitulation, à la volonté même d'Aimer. Cette capitulation n'est pas un refus de l'amour humain et encore moins du CHRIST, mais bien une maturité qui vous fait saisir, l'espace d'un instant, que quel que soit cet amour que vous portez, quel que soit l'empathie, la compassion et le charisme que vous puissiez manifester, par votre nature même ou par un idéal porté, que quelle que soit votre tension vers le CHRIST et si vous regardez raisonnablement en Occident, sans même parler de religion, le nombre de personnes qui tendent, en idéal, vers le CHRIST et quels sont ceux qui sont capables de manifester le CHRIST : que cela soit selon une mode ancienne par les stigmates, que cela soit par les miracles, que cela soit par identification totale, ils sont effectivement très peu nombreux.

Qu'est-ce qui différencient donc ces êtres, peu nombreux, de l'ensemble de tous les humains tournés pourtant vers le même idéal, la même Foi ou la même croyance ? Et bien c'est simplement la capacité, au-delà de la volonté, à disparaître. Cela vous a été exprimé en d'autres termes, mais avec le même sens, par certaines Étoiles. La volonté d'agir et la volonté de se conformer à un idéal, d'y appliquer les règles données par cet idéal, dans Votre vie, est une étape mais ne peut jamais suffire. L'Amour du CHRIST, du Double, l'Amour Marial ou l'Amour de tout Ancien, de toute Étoile ou de tout être appartenant aux Mondes unifiés et Libres, (de la même façon se réalise avec vous à travers ce qui vous a été donné, dans les expériences de Communion et celles qui suivent), ne peut se réaliser que si ce que vous êtes, l'espace d'un instant, n'existe plus. Cet apprentissage des différentes formes de Communion (et ceux qui suivent : Fusion, Dissolution), n'est possible (et vous vous en apercevrez de plus en plus souvent) que dans les moments où, justement, vous n'existez plus en tant que personne. Les moments où vous n'existez plus en tant que personne, sont bien sûr les moments où vous dormez, les moments où vous disparaissez et où ce que vous vivez ne peut être référencé à aucun vécu, à aucune antériorité, à aucune comparaison. Dans les moments bien sûr où ce qui est nommé le mental, cesse son action prépondérante.

L'Amour du CHRIST débouche sur l'Amour Absolu, dès l'instant où le CHRIST n'est pas seulement un idéal, mais où ce Principe Solaire devient ce qui avait été nommé par HILDEGARDE : cette tension vers l'Abandon. C'est effectivement le moment où vous reconnaissez, par une espèce de maturité, qu'il n'y a rien à chercher, qu'il n'y a rien à espérer, qu'il n'y a rien à demander, qu'il n'y a rien à donner, qu'il n'y a rien à servir. C'est le moment, comme je le disais, où vous capitulez à tout idéal, à tout élément extérieur. C'est le moment où, finalement et réellement, vous prenez conscience, en l'Abandonnant, justement, que le monde, l'univers et tout ce qui ne vous est pas sensible, n'est pas à l'extérieur de vous, mais en vous. Voir cela et vivre cela, c'est effectivement disparaître de toute illusion. Ce pas à franchir, nommé Porte Étroite, Porte OD, qu'en tant que Melchizedech de la Terre je porte (comme ANNE, Mère de MARIE et Étoile OD), nous ont peut-être permis, non pas comme un refus de la chair mais bien en acceptant, justement, cette faiblesse de la chair, sa faillibilité, son insuffisance, nous ont permis, à un moment, de nous oublier. Et c'est dans cet oubli, dans cette disparition, que se trouve l'Humilité et la Simplicité. Et c'est dans cette disparition que vous renaissez en CHRIST et en Absolu. Accepter de voir, accepter de comprendre et donc le vivre, par un mécanisme que j'ai nommé maturité, que toute quête, que toute recherche, ne fait que vous éloigner de votre but : accepter cela fait disparaître, même, le chemin et la quête.

L'Amour Absolu n'est rien d'autre que de réaliser, au-delà de toute volonté et de tout idéal, que ce que vous cherchez, justement, au travers de cette chair ou de cet idéal, est, de toute Éternité, présent, ici. La linéarité du temps qui pouvait vous affecter, ne vous affecte plus. C'est à ce moment-là que, pour les mystiques, dans le passé, l'enveloppe du Cœur était rompue, mettant fin à l'illusion, soit par le Principe Christique, soit par le Principe Mikaélique, soit, aujourd'hui et depuis plus d'un an, par l'impulsion Métatronique qui ouvre la Porte KI-RIS-TI.

Ainsi donc, accepter, en Conscience, de disparaître, à soi-même, à toute velléité d'action de Bien, implique une espèce de résolution et de relâchement de la chair et de l'esprit, qui dévoile l'essence même de ce que nous sommes : Amour. Réalisant cela, il n'y a plus rien à démontrer, il n'y a plus rien à projeter, il n'y a plus rien à vouloir. Cela passe par une maturité. Cette maturité n'est pas liée à l'âge ni même à l'ancienneté des incarnations : c'est, je dirais, une attitude d'Esprit qui accepte, effectivement, de faire et de dire comme le CHRIST : « Père, je remets mon Esprit entre tes mains ». Bien sûr, il n'y a pas de mains. Bien sûr, Père, dans le langage occidental d'aujourd'hui, est bien loin du sens originel qui était ABBA.

Ce qui se produit, au moment de la maturité, survient le plus souvent au décours d'un sentiment d'abandon, d'un sentiment « d'à quoi bon », qui survient, le plus souvent, au sein d'un amour des hommes comme d'un Amour du CHRIST (ou Principe Solaire, si le mot vous gêne). Dans un moment de lucidité où la Conscience elle-même se regarde elle-même comme agissant, comme opérant et voyant que cette action, ces actions et ces opérations, ne conduisent, en définitive, nulle part. Cela ne remet pas en cause le vécu initial. Cela ne remet pas en cause le vécu du Service. Cela ne remet pas en cause les vertus de l'Amour CHRIST, mais vient, effectivement, les transmuter avec un éclairage totalement neuf, qui ne dépend plus justement d'aucun des concepts, d'aucun idéal et d'aucune chair, ni d'aucune logique, au sens humain.

La Libération de la Terre et Votre Liberté passent immanquablement par le souvenir, la réminiscence, de ce qui a été appelé, par ABBA, La Source elle-même, le Serment et la Promesse. C'est le moment fulgurant où vous prenez réellement conscience, par maturité, que vous n'êtes rien, ici, sur cette Terre, mais que vous êtes Tout, en Esprit. C'est bien, effectivement, une capitulation, une reddition, sans aucune condition, de tous les statuts antérieurs, de tous les acquis antérieurs et de toutes les expériences antérieures. Comme cela vous a déjà été exprimé, à de nombreuses reprises : il n'y a que vous qui pouvez faire cette transmutation, il n'y a que vous qui pouvez franchir la Porte, il n'y a que vous qui pouvez renoncer. Le rappel du Serment et de la Promesse (que cela soit au niveau des signes du Ciel et de la Terre, que cela soit au niveau de vos signes Vibratoires, que cela soit dans vos interrogations), ce Passage qui n'en n'est pas un, est indispensable, non pas comme une probation, non pas comme un examen de Passage de quoi que ce soit, mais, bien plus, comme le moment où vous cessez de chercher quoi que ce soit et où vous découvrez que Tout est là. C'est à ce moment que le Feu Mikaélique, Métatronique et, plus récemment, que l'Onde de Vie et le Manteau Bleu de la Grâce, mettent fin à l'illusion, à la séparation et à la condition, quelle que soit cette condition.

L'Amour Absolu n'est pas un Amour qui serait imaginé, idéalisé, porté à l'ensemble du créé et de l'incréé. Ce n'est pas non plus, seulement, la fin de la séparation qui, elle, apparait dès l'instant où l'Amour CHRIST est idéal ou idéalisé. C'est cette notion de disparition et de maturité qui survient et surviendra, immanquablement, qui survient individuellement, à un moment donné, et qui survient, immanquablement, dans cette fin de cycle que vous vivez. Tant que l'amour est considéré comme devant être tourné et manifesté vers un extérieur (objet, conscience, forme, humaine ou non), tant qu'il existe un idéal tourné là aussi vers l'extérieur (fût-il le CHRIST), et bien, paradoxalement, cette extériorisation et cette manifestation (même sous forme d'altruisme, de charisme, de compassion et d'empathie) ne fait que vous éloigner de l'Amour Absolu.

L'Amour Absolu n'est pas une quête, encore moins un échelon à gravir, mais représente bien cette maturité et cette capitulation de l'éphémère, de la chair et de la projection. Bien sûr, nos Frères et Sœurs orientaux ont mis en avant la méditation et ses différentes formes. La méditation a pour objet, finalement, de vous permettre de conscientiser que vous n'êtes ni ce corps, ni ce qui anime ce corps en tant qu'émotion et mental, et vous permet, finalement, de débusquer celui qui observe. Aller au-delà de celui qui observe, c'est, justement, ne plus bouger, c'est justement ne plus vouloir comprendre ni se saisir de quoique ce soit, c'est donc bien, comme je l'ai dit, cette espèce de capitulation, de reddition sans condition, qui débouche sur l'Amour Absolu, ou si vous préférez, la Demeure de Paix Suprême. Cette Demeure de Paix Suprême ne vient pas d'ailleurs que de ce que vous Êtes, au-delà de l'identité.

L'Amour Absolu ne se décrète pas, ne se cherche pas. Il dépend justement, si l'on peut dire, de la disparition de toutes les conditions préalables, vécues, posées ou idéalisées. C'est dans cette espèce de ce que la personnalité pourrait appeler le Néant, que se trouve le Plein. Cela rejoint ce que j'ai dit, dans ma dernière incarnation : « c'est parce que j'étais le plus petit que les miracles se réalisaient ». Ce n'était, ni moi, ni ma volonté, ni l'action directe sur quelque chose d'extérieur (appelé un autre Frère ou un autre être humain). C'est bien, réellement, ce que j'appellerais, à défaut d'un meilleur terme, l'intériorisation de cette Conscience qui m'apparaissait dans une forme extérieure, que j'ai pu vivre la réalité Ultime : Que celui que je soignais, que celui auquel je portais mon affection, mon intérêt, mon Amour, était moi. Non pas comme une croyance, non pas comme un idéal, mais bien comme l'intime vérité.

Les expériences que nos Plans vous ont peut-être permis de vivre, n'ont qu'un but et un seul : au-delà de l'Appel de MARIE, au-delà du contact avec tel Ancien, telle Étoile ou tel Archange, c'est bien effectivement de vous faire découvrir la Vérité, celle qui ne souffre d'aucune condition et d'aucune limite. Et cela se passe dans cette chair que vous habitez, que vous nommiez cette chair, Temple (mais je vous rappelle qu'un Temple n'est rien s'il est vide), que vous appeliez ce corps sac, n'a, en définitive, aucune espèce d'importance parce que l'un comme l'autre, au moment de la maturité, vont vous faire apparaître ce que vous Êtes, au-delà de toute projection et de tout idéal. Vous retrouvez, à travers ce que je complète aujourd'hui, ce qui vous est dit par d'autres Anciens, depuis de nombreux mois, maintenant. En définitive, et dans ces temps de Révélation, la question qui devrait vous effleurer n'est pas celui d'un éventuel devenir en rapport avec l'Ascension, mais, bien plus, dans l'instant présent, débarrassé de toute attente, débarrassé de toute espérance et de toute projection : « qui suis-je et que suis-je ? ». Non pas dans mes actes, dans mes actions et dans ma vie, mais bien plus fondamentalement, bien plus intimement, au-delà de toute apparence, au-delà même de cette forme, (que je l'appelle un sac ou un temple), au-delà de toute croyance, au-delà de toute chair : « qu'est-ce qui est là ? ». Des éléments de réponse vous ont été donnés par les Portes et les Étoiles, structures Vibratoires, par le Manteau Bleu de la Grâce et par le Canal Marial. Cette question, si par le processus de la maturité vous conduit au renoncement réel, et non pas feint, vous dévoile alors, l'Ultime, l'Amour Absolu. L'Amour Absolu est bien plus que l'amour inconditionnel et inconditionné, il est, très exactement, retrouver ce que nous sommes, en Éternité, au-delà de la chair et au-delà même de l'Esprit, au-delà de tout principe d'identité et d'identification, de toute Communion, de toute Fusion ou Dissolution, de même que de tout Double. Cela a été exprimé aussi par le bien aimé Jean ou SRI AUROBINDO, concernant la distinction entre Intérieur et Extérieur. Cela a été exprimé aussi, d'une autre façon, par NO EYES, concernant cette Vision du Cœur qui n'a que faire des yeux.

La seule vraie Liberté est là. Tout le reste ne représente que des semblants de Liberté, que vous les nommiez chemin, que vous les nommiez Libre Arbitre, évolution, initiation. L'ensemble de ces éléments ne sont que des illusions, qui ne sont là, en définitive, que pour vous permettre d'attendre le temps de la maturité et du renoncement. Cela n'est pas une méditation, cela n'est pas une initiation ou un exercice, quel qu'il soit, mais c'est justement le moment où la maturité, avec une acuité inégalée, vous fait lâcher la totalité de ce que vous croyez avoir maintenu et avoir tenu. Le retour de la Lumière, total et complet, est destiné, si vous l'acceptez, à vous permettre d'être cet Amour Absolu, qui ne dépend d'aucune cause, d'aucun effet, d'aucune circonstance et surtout d'aucune condition. C'est donc à vous qu'il appartient de regarder attentivement, au-delà de vos signes Intérieurs, au-delà des signes du Ciel et de la Terre, au-delà de toute attente, de toute espérance, de vous situer entièrement dans ce fameux instant présent de l'Ici et Maintenant, qui ne dépend d'aucune cause, d'aucun lendemain, qui, au-delà de l'observateur ou du témoin, au-delà de l'idéal CHRIST, va rompre l'enfermement. Cette rupture permet de vous définir entre un avant et un après. C'est la Résurrection. L'Amour Absolu, de même que l'Absolu, ne peut être mis en forme, ni même expliqué. Cela fait partie de ce qui est vécu, ou non, même si les effets en sont traduisibles et explicables. Mais cet explicable, du fait que c'est la personnalité qui l'exprime, le sera nécessairement conditionné par le vécu antérieur, même si celui-ci est transcendé.

Un Absolu avec forme dont la culture est orientale, n'aura pas la même expression chez un soufi que chez un occidental, mais le vécu au-delà de l'expérience est strictement le même. Il n'y a que quand cela est conceptualisé et mis en mots ou en idées que la différence apparait. La fin de l'identité, en tant que personne, met fin à la prééminence de l'amour des hommes et de l'amour du CHRIST. Seul l'Amour Absolu, qui, encore une fois, n'est ni conditionné, ni conditionnant, devient, non pas l'expression, mais l'état normal de l'être qui le vit. Cet état normal n'appelle aucun effort, aucune volonté, aucune dualité, transformant ce qui pouvait être vécu, au sein du Soi, comme Fluidité ou Synchronicité, le remplaçant par la Grâce et la Paix Suprême. Cet Abandon du Soi, ce renoncement, tel que je vous l'ai présenté, n'est, en aucun cas, un abandon de la vie, mais c'est justement, enfin, être en Vie. Sortir des conditionnements de l'amour et des traumatismes de l'amour des hommes, appelle à être et à vivre cette maturité, à un moment donné ou à un autre. Et ce n'est que lorsqu'il y a capitulation (comme par exemple vous l'a décrit notre Frère Ancien UN AMI ou encore FRÈRE K), c'est quand vous arrivez, en quelque sorte, à ce Choc de l'Humanité, qui met en jeu, de manière formelle, le pronostic vital de l'individu et du collectif humain, que se réalise cette maturité, de manière la plus naturelle.

Ce qui est envisagé comme impossible, (tant que la personnalité existe), en devenant possible par les faits montrés, vus et vécus, peut se vivre en tant que Ultime possibilité : l'Abandon du Soi. Cette date n'est pas une quelconque fin, si ce n'est la fin de la conscience séparée, fin d'un Cycle au niveau collectif et non pas encore ce que vous pourriez appeler, du point de vue de la personnalité, la fin du monde, mais bien l'Ultime Appel et l'Ultime avertissement. Ceci correspond à votre rendez-vous avec MARIE et l'Archange MIKAEL (ndr : voir en particulier les interventions de MARIE du 21 août 2012 et de MIKAEL du 18 août 2012). Voyez au-delà de ce que vos yeux de la personne voudront y voir. Pénétrez l'essence du vécu et non pas simplement l'aspect apparent de ce qui vient du Ciel ou de ce qui vient de la Terre. Je vous renvoie (et je terminerai là-dessus) sur cette phrase que le Commandeur (ndr : Omraam Mickaël AÏVANHOV) a largement employée et qui viendra vous percuter de manière inéluctable : « ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle naissance ».

Ce que vous êtes appelés à manifester, durant cette période, ce que vous êtes appelés à vivre, représente, pour chacun de vous, la meilleure des opportunités, quelque soit ce que la vie a décidé de manifester pour vous. Voyez au-delà du simple fait, de la simple explication. Là se situe la possibilité de votre Résurrection. Vivez cela avec une sérénité et une Paix qui permettra de ne pas être, d'une quelconque manière, déstabilisé. Je dirais : assoyez-vous, en vous, face à vous. Voyez-vous clairement, sans tricher. Je ne demande pas un examen de conscience mais simplement le fait d'être Lucide, parce que la Lucidité participe à la maturité. S'il y a, en vous, des interrogations spécifiques de mes mots d'aujourd'hui, alors, Frères et Sœurs, je vous écoute.

Nous n'avons pas de questionnement, nous vous remercions.
Frères et Sœurs, ici, de par ma position de Melchizedech de la Terre, vivons ensemble un instant de Grâce et de Silence, dans la Conscience de la Dissolution, si vous le voulez bien, en fermant vos yeux...

... Partage du Don de la grâce ...

Je salue, en vous, votre Présence. Et je vous dis à une prochaine fois.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page