Autres Dimensions

Sois qui tu es

JOPHIEL

5 avril 2008

pdf

Salutations à vous, âmes humaines. Je suis Jophiel, Ange de la Connaissance et je viens aujourd'hui pour un espace de questionnement qui, comme à mon habitude, correspond à une expression de ma part en absolu et non point en relatif. Je vous saurais gré d'éviter les questions en rapport avec l'avenir. Seul m'intéresse votre présent mais votre devenir aussi et non pas votre avenir qui, lui, est du domaine du potentiel et donc du relatif. Je viens donc m'exprimer et répondre à vos interrogations spirituelles évolutives car cet espace est aujourd'hui possible. Alors, chères âmes, je suis prêt à essayer de vous aider dans votre devenir.

Question : quelle différence faites-vous entre avenir et devenir ?
L'avenir est lié à votre trame personnelle, individuelle, d'évolution. Le devenir est absolu. Il est commun à toute âme humaine et est la libération du temps d'illusion dans lequel vous évoluez et qui nécessite, certes, de grands efforts, de grands détachements. L'expérience est bonne à vivre tant que vous décidez de faire votre expérience. Certains d'entre vous font des expériences qui durent depuis des temps immémoriaux. Mais la vie n'est pas expérience, la vie n'est pas dualité. La vie est éternité. Or vous ne connaissez point l'éternité en votre monde, monde d'illusion, monde piège dans lequel vous êtes piégés, pour certains d'entre vous, depuis des temps immémoriaux et avez donc oublié votre essence et le but de votre devenir. Vous avez remplacé le devenir par l'avenir, par une vision toute simple de quelque chose qui était, au départ, grandiose. L'expérience de la matière appartient à quelque chose qui est dépassé mais vous n'en n'avez point pris conscience et vous jouez des jeux de l'expérience et de l'avenir dans une vision étriquée, dans une vision qui n'est point divine. Alors, vous en arrivez à considérer que l'expérience de la vie est l'essence même de la vie alors que la vie et toute autre. Vous dites que vous êtes en vie, je vous dirais, de mon point de vue tout absolu, que vous êtes morts à vous-mêmes. Alors, l'avenir est une conception linéaire liée à la mort. Le devenir est une conception absolue liée à la transcendance.

Question : qu'est ce qui nous rapprocherait au mieux de ce que vous appelez la vision divine ?
L'absence de matière, l'absence d'incarnation et pourtant le paradoxe est là : de trouver en incarnation le retour à votre Divinité. Mais votre Divinité se révélera à vous uniquement quand vous arrêterez d'envisager votre avenir comme le seul possible. Cela nécessite de faire abstraction de tous les attachements, cela vous le connaissez déjà, mais aussi de toute projection passée ou future. Votre Divinité ne se trouve pas dans votre futur, votre Divinité ne se trouve pas dans le passé, elle ne se trouve que dans l'arrêt du temps que seuls les êtres réalisés ont trouvé. Car la réalisation n'est autre que l'arrêt du temps. La réalisation n'est autre que l'arrêt de tout avenir pour entrer en devenir.

Question : quel est ce que vous appelez l'essence de la vie ?
L'essence de la vie est pulsation. L'essence de la vie est Lumière, Amour dans sa double polarité. La Lumière dont je parle n'a que faire de votre lumière solaire qui n'est le pâle reflet de la vraie lumière. En ce qui concerne l'Amour, vos sentiments tout humains ne sont que le pâle reflet de l'Amour car l'Amour authentique est quelque chose qui donne, qui rayonne, sans rien attendre en retour. Or votre amour humain, quel qu'il soit, est conditionnel. Vous aimez donc pour qu'on vous aime. Vous aimez donc pour être reconnu. Vous n'êtes pas dans l'essence de l'Amour, vous êtes dans la manifestation de l'Amour, dans un monde qui n'est pas divin. Alors, (et vos poètes l'ont si bien décrit, vos peintres l'ont si bien peint) vous êtes en recherche de cet absolu qui vous manque qui est l'Amour de la Lumière. Et vous travestissez dans votre réalité, si diminuée, ce que vous appelez Amour et ce que vous appelez Lumière. Rappelez-vous qu'il ne peut y avoir de Divinité sans absolu et, tant que vous êtes dans ce monde, vous êtes dans le relatif car l'amour que vous portez un jour n'est plus l'amour que vous portez le lendemain car il est fonction de ce qui s'est passé. Il n'est donc pas Amour en lui-même mais amour extérieur. Il est donc manifestation erronée, transformée, d'une réalité. Il est en de même pour la Lumière qui est rayonnement. Or vous rayonnez en fonction de vos humeurs. Vous rayonnez la peur, vous rayonnez l'amour, vous rayonnez la haine, vous rayonnez la joie. Ainsi donc, votre rayonnement n'est pas unique car il est coloré par vos états d'humeur et l'Amour et la Lumière dans l'absolu n'ont que faire des émotions, n'ont que faire des polarités et n'ont que faire d'un éventuel avenir. Car l'Amour et la Lumière, même si cela est aussi paradoxe difficile à comprendre dans votre cerveau, l'Amour et la Lumière sont immuables, sont les mêmes à l'origine et à la fin et pourtant sans cesse en mouvement, sans cesse en expansion. Alors, vous essayez d'assimiler l'Amour au travers de vos sentiments, la Lumière à travers ce que vous en ressentez mais ce ne sont ni l'Amour ni la Lumière, ce ne sont que des reflets ou des copies, si vous préférez.

Question : comment s'approcher au mieux de cette Lumière et de cet Amour absolu ?
C'est fort simple. Il suffit d'arrêter de penser. Qui dit penser, dit réfléchir et à force de réfléchir vous en oubliez de rayonner. De la réflexion ne sort aucune Lumière. De la réflexion ne sort aucun Amour, ne sort que l'image en miroir de quelque chose qui est faussé. Il faut arrêter tout ce qui n'est pas Amour et Lumière pour devenir Amour et Lumière. Or l'Amour et la Lumière n'est pas dans l'avenir, l'Amour et la Lumière n'est pas dans une pensée, ni dans un passé, ni dans quelque chose qui se construit à l'intérieur de votre cerveau mais bien quelque chose qui se déconstruit. C'est pour cela que le sage a pu dire que l'illumination et la réalisation ne se trouve que dans l'arrêt du temps car ce qui s'échappe, en votre dimension, est le temps. Vous êtes assujettis au temps, vous êtes assujettis à un déroulement qualifié de linéaire or vous ne pouvez trouver dans cette linéarité une quelconque possibilité de Lumière, d'Amour.

Question : cela signifierait que la réalisation est impossible en incarnation ?
Elle est impossible tant que vous restez en incarnation. Le sage est pourtant en incarnation mais, à un moment donné très précis, il a échappé à cette linéarité et est rentré dans l'éternité. L'éternité est partout sauf dans la linéarité.

Question : et si ce sage se réincarne ...
Cela est impossible.

Question : cela signifierait donc qu'il ne peut pas y avoir d'individus réalisés incarnés ?
Dans l'évolution normale de l'âme humaine, non. Néanmoins vous avez certains êtres que vous appelez les avatars, qui sont des êtres qui ont dépassé les cycles d'incarnation et de réincarnation et qui, néanmoins, font un retour, un come back comme vous diriez en votre langage. Mais cela reste exceptionnel contrairement à ce que certaines traditions veulent vous faire croire, qu'il y a à toute époque de l'incarnation de très nombreux avatars en incarnation. Cela est faux. Les avatars sont suffisamment rares pour laisser une empreinte indélébile, lors de leur passage, qui transcende leur culture originelle, qui transcende leur pays d'origine et laisse une empreinte qui se diffuse à l'ensemble de leur planète. Mais tout ce qui laisse une empreinte n'est pas avatar. Le dernier avatar incarné a été Jésus Christ. Il n'y en a pas eu d'autres depuis. Il y a eu certains êtres réalisés qui sont revenus en tant que Maha Choan mais cela est plus complexe à expliquer. Ce sont des êtres qui sont réalisés, mais qui n'ont pas totalement brûlé certains corps, leur laissant la possibilité de s'incarner, de manière temporaire. Je dis temporaire parce que c'est un espace de temps qui s'écoule justement entre la naissance de l'avatar Christ et cette époque que vous vivez. Ils ont été appelé les Aigles. Ces êtres appartiennent à la lignée des Melchizedech et ont été capables de s'incarner car ils sont restés dans un état intermédiaire mais cela est quelque chose qui n'est que purement temporaire. En effet deux mille ans, à votre échelle, ne représentent rien à l'échelon de votre univers.

Question : quel est notre devenir ?
Celui que vous aurez choisi mais il faut bien comprendre que vous ne pouvez pas associer, aligner, avenir et devenir. Il vous appartient de décider. Et cette année, comme je vous l'ai dit lors de ma première intervention, est importante en cela. Cette année est une année de grand choix où il va falloir choisir entre l'espérance de la Divinité et l'expérience de la matière. Ce sont des choix diamétralement opposés. Les deux sont tout aussi respectables mais, un, le premier, vous fait accéder à votre statut d'être Lumière. Alors que la deuxième possibilité, elle, ne vous permet que d'accéder à de multiples expériences, à la dualité, encore et toujours. A l'heure actuelle, nous pouvons dire que seulement moins de 5% de l'humanité a fait le choix de la Divinité.

Question : par rapport à ce choix, quelle est la voie la voie la plus juste?
Il y a de multiples façons de définir le juste choix, la juste voie par rapport à l'incarnation, c'est-à-dire se conduire avec justesse par rapport à des choix linéaires. Il y a maintenant le devenir qui, lui, n'a que faire de la juste voie puisqu'il est un autre choix et une autre voie qui n'a rien à voir avec l'incarnation. Comprenez bien que vous pouvez vous conduire de manière juste, dans votre juste voie, comme vous dites mais sans pour autant être dans une voie de Divinité. Cela n'est pas fonction des contingences matérielles et d'une attitude qui serait juste ou conforme à un certain plan. Alors, je ne peux répondre à cette question toute relative.

Question : formulé autrement, que changer dans notre mode de fonctionnement pour aller encore plus en avant dans cette voie de la Divinité ?
Cette voie de la Divinité n'a que faire des voies, des attitudes professionnelles, affectives, sentimentales et autres, de vos incarnations. La voie de la Divinité n'attend qu'une chose c'est que vous arrêtiez de jouer avec les jeux et les voies de l'incarnation. Alors, bien évidemment, cela est plus ou moins facile selon les êtres, en fonction, en premier lieu, de ce que vous appelez les attachements. Attachements à vous-mêmes, en premier, à votre corporéité, à votre vie, à vos expériences. Attachements à vos valeurs ensuite, à vos idées, à vos principes, à vos conditionnements. Tout cela représente une somme gigantesque d'obstacles à votre devenir. Tout cela est effectivement travaillé, pour certains d'entre vous, depuis de nombreuses vies, de nombreuses années. Ce devenir de la Divinité en vous est fonction, pour une fois, non pas uniquement de votre désir personnel, mais aussi des plans, des élaborations, des transformations énergétiques, spirituelles et lumineuses de la Lumière de votre système solaire et de l'ensemble des systèmes solaires qui vous entourent. La grande différence c'est que le devenir vous sera proposé à un moment donné. Mais si vos poids sont trop lourds, en parfaite connaissance de conscience, vous ne pourrez accéder à cette Divinité. Quelle que soit la perception de la Divinité que vous aurez, les poids et les attachements que vous aurez gardés vous empêcheront et vous attireront, de manière inexorable et inéluctable, vers le recommencement de l'expérience.

Question : cela signifie que l'incarnation et la recherche de Divinité sont inconciliables ?
C'est totalement inconciliable. Il n'y a que l'espoir d'arriver à effleurer la Divinité en incarnation. Il n'y a que l'espoir de capter une parcelle de cette Divinité en incarnation qui fera assurément de l'être humain qui arrive à cela un grand être. Un grand être humain mais certainement pas un être divin. L'être divin, par définition, est totalement débarrassé de toute trace de l'humanité. Vous êtes d'essence divine mais vous avez oublié cela, vous avez étouffé cela par le manteau des incarnations que vous avez mis sur vous. Ainsi donc l'âme s'éloigne de plus en plus de son origine mais, à un moment donné, le poids devenant si dense, si lourd, si pesant, l'âme vit comme une explosion. Cela survient lors des instants d'ultime abandon à cette vie soit lors des circonstances de la vie particulières (une maladie, une expérience de mort ou, encore, comme le Christ sur la croix) mais cela ne concerne que peu d'âmes en incarnation. Le plus souvent les hommes sont obligés d'attendre les périodes de grandes révélations de la Divinité pour accéder à cette Divinité mais encore faut-il qu'auparavant ils aient allégé les fardeaux, qu'ils aient éteint les soifs d'expériences en eux afin d'accepter cette Lumière et cet état nouveau. Le fardeau le plus important est celui qui est représenté par l'incarnation elle-même mais il est hors de question, bien évidemment, de mettre fin volontairement à son incarnation. Il est simplement question de se préparer à accepter, de manière libre et consentie, cette Divinité, au moment venu. Pour cela il suffit de ne plus réfléchir, ne plus éprouver, être dans la neutralité le plus souvent, s'abstenir de porter des jugements. Voilà déjà des méthodes qui vont permettre d'alléger les fardeaux considérablement. Mais ceci est valable pour tout être humain car nul ne peut savoir le moment opportun, en votre linéarité, où cette Divinité se manifeste. Vous pouvez très bien imaginer que certaines âmes aient fait un travail, que vous qualifieriez d'important, de détachement, de maîtrise, de lâcher prise, de développement personnel, de Lumière, d'Amour, de rayonnement. Cette personne pourrait même être considérée comme un grand être, un grand maître et, le moment venu, refuser la Divinité. Cela fait partie de la liberté. Et vous avez, inversement, des êtres qui, selon les échelles de valeur humaine, seraient dépravés, très éloignés de la Source mais qui, le moment venu, accepteraient totalement la Divinité, quel que soit ce que vous appelez leur karma, quelles que soient ce que vous appelez leurs attaches. Ce qui ne veut pas dire qu'il faut s'abstenir de toute volonté de Lumière. Mais je veux dire par là que, dans votre niveau de réalité, vous n'avez aucun moyen de savoir, de juger (pour vous comme pour les autres) si vous êtes en voie de devenir ou en voie d'avenir, jusqu'au moment opportun.

Question : c'est dès cette année que ce moment de choix va nous être proposé ?
Je n'ai jamais parlé de cette année. J'ai parlé d'une année de choix en vous mais je n'ai pas parlé d'année de la Divinité. Nombre de vos écrits, nombre de civilisations, ont laissé des dates. Je sais que dans votre linéarité les dates sont extrêmement importantes mais rappelez-vous que la Divinité vient vers vous. Or à quel moment lâche-t-on plus facilement prise par rapport à l'incarnation quand la Divinité se présente ? Je vous le dis : dans les moments de souffrance, dans les moments de maladie. Or avez-vous vraiment l'impression de souffrir ou d'être en maladie ? Certes, oui, certains peuples sont très pauvres, très démunis mais vous, en Occident, pouvez-vous dire cela ? Alors, je ne pense pas que l'on trouve dans vos pays dits occidentalisés modernes beaucoup d'êtres prêts à devenir divins. Il vous manque donc les étapes préalables de maladie et de souffrance parce que l'âme humaine est ainsi faite qu'elle se tourne vers le Divin aux moments les plus désespérés. Les êtres qui disent se tourner vers le Divin, alors que tout va bien, ne s'y tournent que sous certaines formes de complaisance et non pas sous la vérité de l'impulsion. Me direz-vous « pourquoi la souffrance ? » mais cela fait partie du jeu même de l'incarnation et de l'expérience. Vous ne définissez votre bonheur qu'à travers l'absence de souffrances. Vous êtes incapables de définir, par nature et par essence, la notion de bonheur indépendamment de toute cause extérieure ou intérieure. Donc votre bonheur n'est pas un état d'être mais un état de moindre résistance qui ne survient que lors de certaines occasions.

Question : comment expliquer les « retours » après une NDE ?
Le retour est un choix librement consenti de l'âme qui, malgré l'expérience de la Divinité, a gardé, le plus souvent, une attache. Un enfant, un parent, un mari, une femme, un être ou une situation qui n'est pas achevée et donc le retour est rendu possible. Tant que vous êtes encore en incarnation cela veut dire que l'expérience vous est nécessaire. Car si vous n'aviez pas le goût de l'expérience votre vie se terminerait instantanément. Combien d'âmes en souffrance se disent, et disent aux autres, « je veux partir » et pourtant elles sont là. Si vous êtes encore sur Terre c'est que vous en êtes tous au même point. En effet, dans l'absolu, il n'y a pas de différence entre une âme très jeune, avide d'expériences et une âme plus âgée saturée d'expériences car, si elles sont toutes deux sur Terre, c'est qu'elles n'ont pas fait le plein d'expériences, de poids, de lourdeur et de souffrances.

Question : qu'est ce qui pourrait alléger notre chemin pour mieux avancer ?
Comme je l'ai dit, vous n'avez pas de possibilité de sortie par le mental, vous n'avez pas de possibilité de sortie par les émotions, vous n'avez pas de possibilité de sortie par l'expérience, vous n'avez pas de possibilité de sortie par la volonté, vous n'avez pas de possibilité de sortie par la libération des poids et des attachements, totalement. Alors, me direz-vous « il n'y a pas de porte de sortie » ? Je vous répondrais que si. La seule porte de sortie possible a pour mot, pour simplifier, énergie. Quand vous êtes dans l'énergie, quand vous êtes dans l'alignement de cette énergie, quand vous êtes dans la culture de l'énergie et donc de la lumière qui est une polarité de l'énergie, à ce moment là, que se passe-t-il ? Le poids diminue, la soif d'expériences diminue, le mental diminue, l'émotion diminue (souvent, pas toujours). Alors, donc, cultiver la Lumière en soi sans but autre que de vouloir être cette Lumière, est ce qui vous rapproche le plus de la Divinité. Cela nécessite de prier, de méditer, de s'aligner. Employez les mots qui vous conviennent. En tout cas des états où avez cultivé la Lumière et rien d'autre. Vous n'avez pas à cultiver les attachements, vous n'avez pas à cultiver les émotions, vous n'avez pas à cultiver les expériences, vous n'avez pas à cultiver les poids mais bien à cultiver la Lumière. Alors, cultiver la Lumière, ce n'est pas non plus des bonnes actions. Alors, cultiver la lumière, ce n'est pas non plus se conformer, se conforter à certaines règles de vie ou d'ascèse de vie. Cultiver la Lumière est une attitude intérieure qui va vous approcher de votre essence car votre essence est énergie d'Amour / Lumière. J'ai même quelques réticences à employer ces mots en votre incarnation d'Amour et de Lumière. Alors, je pense que le mot énergie est certainement le plus adapté parce que, si vous vous centrez sur la perception de l'énergie, sur le ressenti de l'énergie, sans vouloir en faire une manifestation tangible pour ceci ou pour cela, vous entrerez dans le culte de l'Amour et de la Lumière, ce qui vous rapprochera le plus possible de votre Divinité. Car l'énergie d'Amour / Lumière, vide les attachements de leur substance, vide votre mental de vos pensées et vide tout ce qui doit être vidé. Comment voulez-vous vous remplir si vous ne vous êtes pas vidés auparavant de tout ce qui fait la richesse de vos vies incarnées mais la pauvreté de votre Divinité.

Question : il vaudrait mieux alors ne plus faire de canalisations d'échanges en public mais plutôt les canalisations d'effusions d'énergie ?
Cela n'a aucun rapport. Vous êtes tributaires de votre langue et de votre pays. Là, ce sont des choses pas faciles car vous êtes dans le pays de la raison. Or la raison est un obstacle majeur à la Divinité. Bien évidemment les êtres qui se revendiquent de cette raison sont très loin, je dirais, même, aux antipodes de la Divinité car Dieu n'a pas agi avec raison. Il a agi avec Amour, avec rigueur et avec géométrie mais absolument pas avec la raison. La raison ne peut expliquer l'Amour, la raison ne peut vivre d'Amour. Alors, je dirais qu'en ce qui concerne ce que vous appelez des canalisations publiques, où je me ferais un plaisir d'intervenir aussi prochainement, cela représente une façon essentielle, avec des mots, de tromper le mental. Bien évidemment le travail le plus important se situe au niveau vibratoire mais nombre d'êtres humains, entachés de tant de lourdeurs, ont tendance à ne retenir que les mots et à oublier les vibrations qui les ont portés durant ces instants. Et c'est tant mieux car cela leur permet de voir encore quelles sont les souffrances et les lourdeurs qui sont en eux. A force de dénigrer, de rejeter, en oubliant même ce qui a été vécu sur le sens des énergies, cela va renforcer leurs poids, leurs contradictions intérieures, jusqu'à ce que trop de compressions fasse exploser les systèmes. Il ne faut pas s'arrêter aux jugements superficiels qui peuvent faire dire à certaines âmes rencontrées et quels que soient les êtres qui interviennent (angéliques, humains ou autres) « ah oui, il n'a pas dit la vérité ». Et que de poids accumulés. Cela est tout relatif car le travail se fait même si vous n'en avez pas la preuve absolue voire même la dénégation de la preuve. L'aspect vibratoire est capital au delà même des mots employés que cela soit les miens ou d'autres.
...
En ce moment même je vous fais découvrir un peu plus de légèreté, en énergie de résonance, entre ma conscience et la vôtre. La vibration. La vibration n'est pas soin. La vibration est vibration. La vibration n'est pas polarisée sur le fait de faire disparaître ceci ou cela. C'est un état d'être que je vous fais sentir maintenant. L'entrée en vibration.
...
Voilà ce qu'est la vibration. C'est l'augmentation de la fréquence vibratoire. Cela n'a rien à voir avec ce que vous appelez un chakra précis. C'est une augmentation de la vibration de l'ensemble de vos constituants.

Question : avons-nous la possibilité nous-mêmes de la provoquer ?
Pour cela il faudrait acquérir totalement la Divinité. Vous pouvez toutefois espérer vous en approcher lors de certains états intérieurs.

Question : comment peut-on déclencher cet état ?
Justement il n'y a pas de déclencheur, c'est un état intérieur, c'est un état d'être. Il ne suffit pas de dire « je vais déclencher cela, je vais arrêter de penser, je vais arrêter ceci, je vais m'isoler ». C'est une vibration. Comme ceci.
...
Percevez-vous ?
...

Question : cette vibration correspond à ce que nous appelons l'énergie de 5ème dimension ?
Cela est bien différent. Cela est l'essence de la Divinité qui est au-delà de cette troisième dimension mais qui englobe toutes les dimensions au-delà de la dualité. Ce n'est absolument pas spécifique de la cinquième.

Question : peut-on dire que c'est l'essence même de l'énergie ?
Tout à fait. Nous sommes au-delà des chakras, au-delà de la manifestation, au-delà de la couronne dans la tradition dite hébraïque. Cela s'appelle « ce qui est au-delà de la lumière ».

Question : cela signifierait que les soins énergétiques ne sont plus utiles ?
Ils ont intérêt pour tous ceux qui restent dans l'expérience, évidemment. La vibration que je vous fais ressentir, vous l'avez compris, n'est pas, en règle générale, générable par un être humain en incarnation seul s'il n'est pas assisté d'un ange ou une entité qui ne soit pas passée par les voies de la dualité c'est-à-dire de l'incarnation. Cette vibration est une vibration spécifique aux anges mais à des entités aussi non angéliques mais surtout non humaines. Ce qui veut dire, en contrepartie, qu'un être ayant arpenté les voies de l'incarnation ne peut en aucun cas générer totalement cette vibration sans l'appui d'un ange.

Question : est-il nécessaire que l'ange passe par l'intermédiaire d'un canal ou peut-il se manifester directement ?
L'ange peut se manifester directement, ce qui est excessivement rare.

Question : y-a-t-il certains anges qui sont plus à même de faire vivre ça ?
La grande majorité des anges est tout à fait capable de faire la même chose.

Question : les poids sont nécessaires, au stade de notre évolution incarnée, pour cheminer vers la Divinité et, d'un autre côté, il est question d'acquérir plus de légèreté. Cela n'est-il pas contradictoire ?
Je ne comprends pas ce que vous voyez comme une contradiction ou une opposition. Les poids des attachements sont un obstacle à la Divinité. Mais, à l'autre bout de l'échelle, les poids et les attachements sont tels qu'ils provoquent l'accès à la Divinité. Ce qui veut dire par là qu'il n'y a pas de meilleur choix, de meilleur chemin par rapport à un autre puisque, de toute façon, plus vous acquerrez de poids, plus vous aurez des liens, plus vous serez dans l'expérience, plus votre âme aura soif de liberté. Les deux extrêmes se rejoignent.

Question : y-a-t-il une autre voie pour atteindre cette Divinité ?
Aucune.

Question : ces principes sont les mêmes qu'on soit humain, non humain, intra ou extra-Terrestre ?
Pour la troisième dimension, ce sont toujours les mêmes.

Question : que se passe-t-il alors lors du passage en cinquième dimension ?
La cinquième dimension est un état où vous allez désapprendre. C'est un état où vous allez vivre de nouveaux paradigmes, de nouvelles lois, de nouveaux modes d'évolution liés à l'absence de dualité. Cela fait pourtant des cycles entiers que vous vous laissez pénétrer petit à petit par cette vibration que je qualifierais d'angélique. Cela prend un temps certain. Au même titre que l'expérience de la matière prend un temps certain afin que vous fassiez le choix d'aller vers plus de légèreté ou vers plus de lourdeur. Ce qui, au final, vous permet d'accéder au même devenir. Il en est de même dans la cinquième dimension. Quand vous aurez épuisé totalement les expériences de la cinquième dimension vous pourrez alors accéder à autre chose mais cela est un autre temps et un autre espace. Il n'est pas utile de vous informer aujourd'hui.

Question : quand on quitte l'incarnation par décès, on retrouve, de fait, sa Divinité ?
Non, le plus souvent vous n'avez qu'un aperçu de la Divinité qui vous permet de vous régénérer et de vous préparer à la prochaine vie car, ce qui vous entraîne, la lourdeur, vers donc l'incarnation, est lié à ce que vous avez appelé karma que vous avez généré. Et je parle bien de karma sans connotation négative. Car même une bonne action génère du karma et donc la nécessité de revenir.

Nous n'avons plus de questionnements. Nous vous remercions.

Alors, salutations à vous, salutations en vibration et je vous dis certainement à très bientôt. Merci de votre écoute bienveillante.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page