Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > MA ANANDA MOYI

MA ANANDA MOYI

19 mai 2012

pdf

Je suis MA ANANDA. Frères et Sœurs dans la chair, recevez mes bénédictions et toute la grâce. Je viens vers vous pour vous donner un élément important, pour vous appeler, en quelque sorte, à définir en vous, votre propre place, là où vous êtes, ce que vous souhaitez advenir et devenir. L'histoire de la Terre a connu plusieurs âges, plusieurs époques. Les civilisations qui s'y sont succédées sont toutes passées par des étapes de croissance, d'apogée, de décroissance et de fin. Aujourd'hui, vous êtes dans l'époque nommée l'âge sombre, le Kaliyuga. Dans ce que vos yeux vous donnent à voir, sur ce monde, aujourd'hui, même en se voilant la face, il est évident que nombre de choses ne sont pas à leur place. Ce n'est pas la vie qui n'est pas à sa place, mais c'est ce qui en résulte (par l'action des hommes, par l'action des cycles), vous donnant à voir, où que vous soyez, des éléments qui sont portés, en quelque sorte, à votre conscience. Aujourd'hui, je vous invite à vous définir, vous placer vous-mêmes en ce que vous êtes, sans fausse pudeur, sans excès, simplement, calmement, avec objectivité. Et je vous invite, par là même, à vous positionner, en définissant, justement, au-delà de toutes les consciences que vous voulez vivre ou ne pas vivre, en fonction de ce qui est important pour vous.

Où est l'important, pour vous, aujourd'hui ? Dans ce que vous nommez la vie et qui, pourtant, est si différente pour chaque âme incarnée. Nous vous avons suggéré, depuis des années, un certain nombre d'éléments à vivre, à réaliser, vous amenant, petit à petit ou brutalement, à vivre autrement votre vie, à en percevoir, pour beaucoup d'entre vous, des choses nouvelles, des choses différentes. Ces choses nouvelles et ces choses différentes vous ont amené, peut-être, à vivre certaines impulsions, certaines transformations, certaines révélations, ou peut-être simplement à vous interroger, à être curieux de ce qui se disait, sans pour autant en vivre les effets. Quoiqu'il en soit, que vous me lisiez pour la première fois, ou que vous ayez lu tout ce que j'ai pu dire (de mon vivant, comme maintenant, au sein des Étoiles), je vous invite à regarder (au-delà de votre simple vision, au-delà de la simple raison) là où vous êtes. Et là où vous êtes, dites-vous que c'est votre juste place. Que quoiqu'il arrive, vous avez défini vous-mêmes cette place par vos actions, par vos réactions, par la logique de la vie, même sur ce monde, qui vous a amené à me lire. Je vous demande vraiment de regarder où est l'important pour vous, où est votre objectif, où est votre finalité, où est votre idéal. Qu'est-ce que vous recherchez ? Qu'est-ce que vous faites, ici, en ce moment ? Est-ce que votre recherche est simplement une recherche d'amélioration de votre vie ? Est-ce que votre recherche est une recherche de sens, une validation de ce que vous croyez, une validation de ce que vous projetez ? Est-ce que votre pensée se situe dans un avenir, quel qu'il soit, ou est-ce que vous êtes installés dans cet instant présent, là où se déroule un certain nombre d'éléments visant à modifier ou élargir votre conscience ? Qu'elle est l'important pour vous ? Est-ce votre devenir ou est-ce l'instant présent ? Qu'existe-t-il comme recherche, quelle qu'elle soit, qui n'ait abouti.

Et je vous invite à vous poser. Je vous invite, dans ces temps particuliers (annoncés par Marie, en relais de nous, Étoiles), de vous positionner. Non pas pour rechercher un quelconque sens nouveau, non pas pour établir des plans de devenir, non pas pour projeter un lendemain. Mais, bien plus, dans l'instant où vous me lisez ou m'écoutez, où est l'important pour vous. Au-delà de tout objectif futur, comment vous sentez-vous et comment vous ressentez-vous ? Cela n'a pas besoin de discours. Cela n'a pas besoin, non plus, de justification, mais juste être là et se sentir, se ressentir, faisant fi des pensées, faisant fi de la position de votre corps, de son âge, de sa souffrance ou de sa joie. Simplement vous définir. Vous poser la question : où est l'important ? Quel est le sens de votre vie, non pas dans son devenir ou son déroulement, mais là, de suite, immédiatement ? Qu'est-ce qui vous anime ? Qu'est-ce qui vous motive ? Quel est le sens même de ce que vous me lisez, de ce que vous m'écoutez ? Afin de définir, non, encore une fois, un objectif, mais bien au-delà de la simple humeur ou de l'état de votre personnalité, mais simplement vous ressentir vous-mêmes en faisant abstraction de tout ce qui peut simplement passer, quelle que soit votre position sociale, quelle que soit votre position affective, au-delà de tout ce qui constitue votre environnement.

Si vous êtes honnête, vous conviendrez que, de façon ultime et en définitive, la seule recherche est celle de l'Amour, bien au-delà du simple bien être, bien au-delà de la recherche spirituelle ou de toute connaissance. Le malheur de l'être humain, c'est qu'il ne sait pas encore totalement ce qu'il Est. Il est Amour. Il n'est que cela. Tout le reste n'est que du superflu, tout le reste n'est lié qu'à des histoires que vous avez vécues, à un besoin de satisfaction qui concerne ce corps, ou tout autre aspect affectif ou autre. Il y a, en quelque sorte, un important qui est commun. Quoique vous disiez, quoique vous ressentiez, si vous allez derrière tout cela, il ne reste qu'une chose : l'Amour. Au-delà de toute coloration, au-delà de tout désir, vous êtes, en réalité, ce que vous cherchez. Vous êtes, en réalité, le seul Amour qui puisse exister, non pas de vous-mêmes dans un quelconque narcissisme, non pas de vous-mêmes dans une quelconque satisfaction mais bien dans quelque chose qui est là et qui, quelles que soient les circonstances de votre vie, est toujours là parce que, sans l'Amour, aucune vie, même ici, ne serait possible. Et s'il vous semble manquer d'Amour, et s'il vous semble ne pas être aimé, rappelez-vous que vous Êtes ce que vous cherchez, même dans ce manque, dans ce sentiment de perte d'un être cher, quel qu'il soit. Bien sûr, l'humain a une personnalité et il a toujours tendance à mettre l'amour devant, même si cet amour n'est pas l'Amour dont je parle c'est-à-dire celui que vous Êtes.

La recherche d'amour, même dans les actes qui vous semblent les plus répréhensibles et opposés à l'amour, ne sont, en définitive, que des manques d'Amour, des manques de reconnaissance de l'Amour. Il y a le même Amour, dans celui qui est la pire des personnes, comme dans celle qui est la plus adorable des personnes. La même étincelle divine est en chacun de nous, strictement la même. Il n'y a aucune différence entre l'étincelle de votre enfant et l'étincelle d'un enfant au bout du monde. Tout cela ne peut pas apparaître à vos yeux, tout cela ne peut pas apparaître, non plus, à votre conception du monde, à ce qui tombe sous le sens, parce que ce dont je parle n'a plus rien à voir avec les sens, n'a plus rien à voir avec la distance, n'a plus rien à voir avec une quelconque idée, avec un quelconque affectif. En ces temps importants de la Terre, nombre de modifications se déroulent. Il vous faut, non pas redéfinir (parce que cela est défini, depuis toujours) ce qui est important pour vous, mais de le réaliser, en quelque sorte, de le conscientiser et de le vivre. Parce que, quelles que soient les circonstances de votre vie, de votre histoire, de vos pertes, de vos joies, l'Amour sera toujours là, parce que c'est la seule chose qui demeure, quoique vous deveniez, quoique devienne ce corps, quoique devienne votre vie. Si vous avez la possibilité (non pas la volonté mais le désir) de voir réellement cela, vous le verrez. Mais rappelez-vous qu'il y a exactement la même étincelle, la même Présence, en tout être vivant, sur cette planète et ailleurs, quelles que soient les conditions.

Vous n'êtes pas les conditions de votre vie. Certains vous ont dit que vous n'étiez pas ce corps et que, pourtant, il est un Temple. Que vous n'êtes pas, non plus, vos pensées. Que vous n'êtes pas, non plus, simplement, l'histoire qui se déroule et à laquelle vous adhérez. Vous êtes bien plus que cela et vous êtes, aussi, bien plus simples et bien plus évidents que toutes les difficultés de vos vies. Pour cela, il faut être honnête. Il faut simplement accepter d'être spontané et d'aller au-delà de toutes les opacités qui voilent le Cœur. Ces opacités sont votre histoire, vos souffrances, vos pertes et vos joies mais, au-delà de tout cela, il y a l'éternel Amour, celui qui est votre nature, qui est notre nature, à tous, et qui jamais ne pourra s'éteindre. Quoique vous disent les circonstances, quoique vous disent les peines et les souffrances, vous n'êtes rien de tout cela. Tout cela n'est que le jeu de la personnalité, de ce qui, justement, ne peut reconnaître cet Amour et qui cherche pourtant à le vivre, de toutes les façons possibles, même au travers de la haine. L'essence de ce que vous êtes transparaît et apparaît, dès l'instant où vous éloignez de vous, sans pour autant le nier, tout ce qui vous agrippe, tout ce qui vous voile, tout ce qui vous alourdit. Et dans ces temps privilégiés cela est rendu d'autant plus facile parce que, plus il y a de densité, plus il y a de lourdeur, et plus il y a de contraintes. C'est dans ces moments là que l'humain arrive à trouver cette étincelle divine.

C'est dans les moments où tout semble perdu, dans les moments où il y a une grande souffrance, que se trouve l'occasion privilégiée de trouver ce que vous Êtes, qui a toujours été là, et qui attend simplement que vous osiez regarder. Non pas du regard des yeux, non pas du regard critique du mental mais bien du regard de l'enfant qui arrive à s'extraire, le temps de son présent, de tout passé, de tout futur. Ce fameux ici et maintenant dont un Archange vous a parlé longuement. Aujourd'hui, plus que jamais dans ce temps de la Terre, tout se trouve ici et maintenant. Plus rien n'existera ailleurs que dans l'ici et maintenant, dans cette Présence qui vous a été déclamée par l'Archange URIEL. Plus que jamais les circonstances de la Terre peuvent sembler vous détruire, peuvent sembler vous apparaître comme tragiques. Il n'en est strictement rien. Un Être, au-delà de l'être, qui s'appelle BIDI, vous a parlé de changer de point de vue : non pas de fuir la réalité (même si vous savez que cette réalité n'est qu'une illusion, n'est qu'un éphémère qui passera) mais bien de l'intégrer dans une vision plus vaste de la réalité qui aboutit au Réel et à cette Vérité Absolue qui est l'Amour. Si vous acceptez de voir au-delà de ce que vos yeux vous donnent à voir, vous toucherez ce qui est nommé la Vision Réelle, celle qui ne se fait pas par les yeux, ni par une quelconque vision ésotérique, mais bien dans l'intimité du Cœur, en laissant transparaître ce qui Est, et en acceptant pas de laisser les Voiles, quels qu'ils soient, obscurcir ce que vous Êtes, de toute éternité, et ce que nous sommes, chacun. Cette attitude d'esprit n'est pas un état méditatif, n'est pas un exercice particulier, mais c'est simplement la conscience elle-même qui accepte de voir au-delà de toute apparence et de tout ce qui peut survenir, même dans ce présent, comme conséquence de votre passé, d'une perte, d'une souffrance comme d'une joie. Si vraiment vous vous placez, objectivement, dans cet état, et si vous demandez « où est l'important pour moi », alors la réponse arrivera et il ne peut y en avoir qu'une seule. Même si aujourd'hui vous essayez de mener à terme un projet, une grossesse ou n'importe quoi d'autre, allez bien au-delà de tout ça parce que cet objectif, qu'il soit comblé ou non, n'est qu'éphémère.

Dépassez, comme cela vous a été dit, toute notion d'éphémère. Rentrez dans votre intimité, dans ce que vous Êtes, en Vérité, et vous verrez que, dans cet espace, apparaît un jour nouveau qui a toujours été, apparaît une Lumière bien différente de ce que vous pouviez imaginer ou projeter ou voir, avec vos yeux ou avec votre œil ésotérique. Cette Lumière est Amour et elle n'est rien d'autre que ce que vous Êtes. Elle est déjà en vous : elle n'a pas à être recherchée. Elle a simplement à apparaître : dès l'instant où tout le reste disparaît : mais dans le sens non pas de disparaître comme on balaierait ce qu'il y a sur une table mais en changeant : encore une fois : le regard. Et ce regard est celui du Cœur. Il n'a que faire de vos expériences, il n'a que faire de votre vécu parce qu'il est la Vie lui-même. Ainsi, dès l'instant où vous êtes capables de vous poser, alors, vous vous reposerez dans cette Vérité et elle est éternelle. Elle est la source de toute satisfaction, au-delà des apparences, au-delà des illusoires besoins de ce monde, de cette course à une réussite, quelle qu'elle soit, fût-elle spirituelle. Ce qui est inscrit en chacun, cette étincelle divine, est la seule chose importante parce que celle-ci est éternelle, même si ce que vous pensez ou ce que vous croyez vivre ne vous le montre pas, ne vous le démontre pas. Et pourtant cela a toujours été là.

Cherchez, en vous, cette part féminine, cette part réceptive. Que vous soyez un homme ou une femme, ne change rien. Soyez dans cet accueil de qui vous Êtes, soyez dans cette réception de ce qui a toujours été là et faites-le, à votre regard, éclore, parce qu'il est toujours en phase d'éclosion. Si vous laissez venir, à vous, cela, si vous laissez venir, au-delà de tout ressenti, ce qui est ce que vous Êtes, cela vous apparaîtra comme une évidence. Et dès l'instant où l'évidence se fera jour, votre regard aura changé. Bien sûr, il existe des intervenants qui, aujourd'hui, vous bousculent parce qu'effectivement le temps est venu d'être bousculé dans vos certitudes éphémères, dans ce que vous avez cru, dans ce à quoi vous avez adhéré, dans les buts que vous avez recherchés ou explorés, et obtenus, parfois. Il vous faut aller au-delà de tout cela. L'Amour ne se voit que quand vous acceptez, finalement, de tout perdre, non pas dans le sens de perte réelle, mais bien dans ce que vous croyez, dans votre tête, dans vos certitudes Intérieures, quelles qu'elles soient. Il n'y a aucune certitude éternelle, si ce n'est l'Amour. Toutes les certitudes que vous avez connues se sont, un jour, écroulées, vous le savez, soit par le départ d'un proche, soit parce que les circonstances de la vie (même les plus heureuses) vous amènent un jour à rencontrer cette circonstance.

Ne vous contentez pas de l'éphémère, ne vous contentez pas de ce qui peut vous réjouir dans l'instant, de ce qui peut vous satisfaire : allez au-delà. Regardez vraiment où est l'important. Si vous acceptez cela, si vous voyez cela avec le Cœur, vous constaterez, dans ces temps particuliers, que toute votre vie se transformera. Elle ne pourra plus jamais être comme dans les instants où vous n'aviez pas reconnu cela. Sortez de votre tête, ne voyez pas l'Amour comme un idéal à réaliser, parce que vous êtes l'Amour et il est déjà là. Il est déjà réalisé. C'est votre nature. C'est notre nature. C'est notre essence et c'est notre éternité. Vous n'avez aucun moyen de vous saisir de cet Amour, aussi bien à l'extérieur que dans une croyance. Il n'y a rien à vénérer. Il n'y a rien à chercher puisque vous êtes cela. Si vous acceptez de vous poser, de déposer tous vos fardeaux, d'accepter de n'être que cet enfant qui est là, posé, sans rien chercher, sans rien demander, alors, toute angoisse, toute fuite, toute lutte, vous quittera. Vous vous installerez dans cette Demeure de paix suprême que j'ai nommée shantinilaya, sans aucune difficulté, parce que cette Demeure de paix suprême, elle n'est pas au Ciel, elle n'est pas sur Terre, elle est partout et elle est, tout autant, en vous. Parce que shantinilaya est votre Vérité, notre Vérité.

Alors, bien sûr, je peux concevoir que certains d'entre vous soient avides de rencontrer autre chose : aller dans le soleil, vivre la multi dimensionnalité. Cela a été rendu possible, pour certains d'entre vous. Je peux vous dire soyez heureux si vous ne vivez rien de tout cela, parce que c'est que votre éternité se trouvera dans la simplicité. Vous n'avez rien à chercher : vous êtes ce que vous cherchez. Vous êtes la Demeure de paix suprême. Et cela est inscrit depuis toujours, bien au-delà de la vie de ce corps, bien au-delà de la vie que vous menez, quelles qu'en soient, encore une fois, les circonstances. Il vous suffit simplement d'accepter cette fameuse part féminine, celle qui accueille, contre vents et marées, celle qui accepte de recevoir le don de la Vie et, quelles que soient les circonstances, de toujours accueillir ce don de la Vie. Que vous soyez homme ou femme, si vous vous mettez dans cette réceptivité, si vous vous mettez sans désir, sans recherche, sans projection, sans attente, alors, shantinilaya chantera à vos oreilles. Nous, Étoiles, ou votre Double, seront à côté de vous et en vous, sans chercher quoique ce soit à l'extérieur de vous-mêmes. Placez-vous au centre, là où est la seule Vérité qui soit éternelle, la seule Vérité qui est ce que vous Êtes et qui donc ne peut jamais disparaître, simplement se transformer.

Si vous acceptez de vous poser, tout vous apparaîtra dans sa majestueuse simplicité et vous serez alors habités par le chant de shantinilaya. Vous serez établis (comme ma vie, ici, sur Terre, l'a montré) dans cette béatitude permanente. Vous ne dépendrez plus d'aucune circonstance, heureuse ou malheureuse, vous ne serez plus en attente de quoique ce soit, ni même en désir de quoique ce soit. Vous découvrirez des espaces (bien au-delà de la Fluidité, de l'Unité) où l'évidence est remplie et remplit chaque souffle, sans rien rechercher, sans rien demander, simplement en vous posant et en vous demandant où est l'important pour vous. Est-ce que c'est dans une conquête de quoique ce soit ? Vous n'avez pas à conquérir votre éternité parce que vous l'Êtes, de toute éternité. Vous n'avez pas à chercher l'amour, parce que vous l'Êtes, depuis toujours. Soyez simplement dans cet accueil, au-delà de toute recherche de sens, simplement présents à vous-mêmes, présents au-delà de l'instant qui passe, et l'éternité sera votre Demeure. Et là, le royaume des Cieux sera votre Vérité. Tout le reste apparaîtra par magie, sans rien demander, sans rien prier, sans rien attendre. Là est la magie de l'amour. Si vous acceptez que vous Êtes cela, réellement et profondément, vous découvrirez ce que vous Êtes parce que l'Amour ne peut échapper à l'Amour.

Soyez humbles. Soyez simples. Plus les temps vont s'écouler, à la surface de cette Terre, plus la seule richesse sera l'humilité et la simplicité car si vous restez entre cette humilité et cette simplicité, rien ne pourra dévier de ce que vous Êtes. La vie se déroulera, pour vous, au-delà des tracas de ce monde. Vous ne pourrez plus être affectés, ni par une joie, ni par une perte. Vous demeurerez au Centre de ce que vous Êtes, dans cette Demeure de paix suprême. Bien sûr, il faut que, pour vous, l'important soit l'Amour. Non pas un amour idéal, ou projeté à l'extérieur de vous-mêmes, mais bien ce que vous Êtes, en Vérité. Alors, si votre important est cela, pour vous, cet important vous remplira. Shantinilaya sera, quelles que soient les circonstances, l'état permanent de votre Être, débouchant sur le non Être, sur la non conscience. Vous serez dans ce monde, tout en étant au-delà de ce monde. Vous serez sur ce monde, tout en étant bien plus que le monde. Cela ne demande aucun effort, cela ne demande aucune volonté, cela ne demande aucune recherche. Cela demande simplement ce que beaucoup d'Anciens vous répètent : de vous tenir tranquille, de laisser faire. Cela n'empêchera absolument pas de mener à bien ce que vous avez à mener et ce que la Lumière vous laisse poursuivre sur ce monde, mais vous serez bien plus que cela. Simplement en étant dans cet accueil, dans cette transparence et, de plus en plus, dans la spontanéité.

L'amour est spontané, il est naturel. Il n'est jamais présent dans la peur parce que la peur est sécrétée par la personnalité, par, justement, l'impression de manque, quel qu'il soit, mais vous ne pouvez manquer de quoique ce soit dans la Demeure de paix suprême. La Demeure de paix suprême n'est pas ailleurs, ni autre part, qu'au centre de l'Être, qu'au centre de ce qu'est éphémère parce que c'est lui qui sous-tend tout l'éphémère et lui permet même d'exister, se manifester. Aucune distorsion de cet éphémère, aucune souffrance ne peut durer, devant shantinilaya. C'est cela que vous donne à vivre, dans ce sens de l'accueil de vous-mêmes, l'éternité, ce qui est éternel, ce qui est Absolu. Vous établir dans la Demeure de paix suprême est le plus magnifique des baumes qui soit applicable à toute souffrance, à toute perte, à tout manque, comme à toute joie. Parce que, quand ce baume recouvre les éléments de la vie éphémère, ceux-ci ne font que passer, ils ne peuvent altérer, ils ne peuvent que renforcer votre Demeure de paix suprême. Si vous définissez cette priorité, cette importance, comme cela, alors vous n'aurez plus à chercher, vous n'aurez plus à errer, vous n'aurez plus à projeter quoique ce soit. Votre vie se déroulera dans la Demeure de paix suprême, comme je l'ai montré dans mon passage sur Terre. Il y a simplement à accueillir, à être doux et humble. Cherchez le royaume des cieux, il est en vous, et tout le reste se déroulera sans problème parce qu'aucun problème ne pourra être un problème réel. Shantinilya est le baume qui remplit et qui efface ce qui n'est qu'éphémère.

Si vous vous installez en définissant cet important, pour vous, comme ce que vous Êtes, l'amour que vous Êtes, alors plus rien ne pourra affecter ce que vous Êtes. Vous saisirez et vous vivrez que vous n'avez pas à projeter ou à chercher à l'extérieur de vous-mêmes, quoique ce soit. Tout arrivera à vous, dès l'instant où vous changez de regard, où votre regard ne se porte plus sur votre action, dans ce monde, mais bien sur un état Intérieur qui a toujours été là au-delà de toute méditation, au-delà de toute volonté. Vivre cela, c'est vivre l'éternité, c'est vivre au-delà des contentements de la vie habituelle, c'est vivre dans son éternité, dans la Vérité la plus totale. Et là, vous constaterez que tout ce qui tourne autour de vous, dans le mouvement de la vie, ne pourra plus jamais vous altérer, ni vous perdre, parce qu'en l'amour, il ne peut y avoir aucune perte. La perte se situe en dehors de l'amour, uniquement. Si vous acceptez que c'est important pour vous, et cela et rien que cela (non pas comme une projection à arriver demain ou pour plus tard mais bien dans l'instant), vous verrez que les circonstances du Manteau Bleu de la Grâce, que nous relayons jusqu'à, vous rendront les choses d'une évidence telle que vous ne pourrez plus émettre le moindre doute, la moindre insatisfaction, le moindre manque. Vous serez remplis de ce que vous Êtes, et non pas de ce que vous croyez, non pas de vos manques et de vos peurs qui n'existent qu'en périphérie de l'Être.

Vous Êtes cet Amour, si vous l'acceptez, si vous l'accueillez, qui est, déjà, en vous. Si vous le laissez se manifester, alors vous n'aurez rien à chercher d'autre parce que tout le reste sera, pour vous, déjà arrivé. Quoiqu'il se déroule sur ce monde, quoiqu'il se déroule dans ce corps que vous habitez, eh bien tout se produira et restera dans l'Amour. Rappelez-vous qu'il existe des fonctions qui sont inscrites dans l'âme, dont j'ai déjà parlées, qui sont des expériences à mener, sur ce monde, vous faisant croire à une évolution, à une transformation. Mais toutes ces évolutions et ces transformations ne sont que des leurres parce qu'ils vous conduisent à toujours plus vous éloigner de qui vous Êtes et de ce que vous Êtes. Si vous vous établissez dans votre éternité, si vous définissez, simplement, l'Amour, comme ce qui est important pour vous, vous n'aurez plus à le chercher, ni à le projeter dans quoique ce soit, parce qu'il sera partout, dans toutes les relations, dans tous les regards, dans toutes les actions et dans toutes les méditations. Simplement, laissez s'exprimer, en vous, ce sens de l'accueil, cette réceptivité, ce que j'ai appelé cette féminité, qui est la même chez tout homme et chez toute femme. Dès l'instant où vous êtes dans cet accueil, dans cette interrogation sur ce qui est important, le Manteau Bleu de la Grâce vous donnera à vivre son cortège de béatitude, son cortège de signes, d'odeurs, de saveurs, et de contacts mystiques, sans les rechercher, simplement, en accueillant.

La période qui s'ouvre, c'est la fin du kaliyuga, la fin de l'âge sombre. Alors, ne restez pas sombres, ne restez pas à l'écart de la Lumière et l'Amour que vous êtes, que nous sommes tous. Si vous définissez l'importance et si, réellement, concrètement, vous savez que cela est la seule chose importante, si vous changez d'objectif pour ne réaliser que cet objectif, tous les autres objectifs se rempliront d'eux-mêmes avec la plus grande des facilités parce que l'Amour pourvoit toujours à ce qui est nécessaire, pour vous, quand vous êtes Amour. Il n'y a que le manque, ou le sentiment de manque, qui engendre le manque. Il n'y a que la peur qui engendre la peur. Quand vous avez accueilli, et quand vous êtes ouverts à la réception de ce que vous Êtes (cet Amour et cette Lumière), il ne peut exister que l'Amour et la Lumière. Quoiqu'il se manifeste, tout sera dans le sens, non pas de ce que vous voulez, mais de ce que vous Êtes, réellement. À ce moment là, vous constaterez aussi que les questions disparaissent : il n'y a plus d'interrogation sur le sens de votre vie, il n'y a plus d'interrogation sur les évènements qui se déroulent. Vous ne serez pas différents ou indifférents, vous ne serez pas séparés ou divisés, mais vous serez toujours dans le même état, dans cet état de paix suprême, dans shantinilaya. Le Son de l'âme et de l'esprit deviendront alors profondément différents. Des êtres spirituels viendront à vous, de façon très aisée, de façon spontanée. Tout se déroulera, encore une fois, sans que vous n'ayez rien à demander. Vous ne serez atteints par aucune souffrance : quelle que soit la souffrance qui puisse se manifester, elle vous paraîtra tellement dérisoire par rapport à shantinilaya.

Ce qui vous a été décrit, à propos de l'Onde de Vie et à l'incarnation du supra mental, aboutit, très exactement, à cela, si toutefois vous acceptez d'accueillir, sans demander, sans réfléchir. L'Amour est là. L'embrasement, par le supra mental et l'Onde de Vie, réalise cela. Vous n'avez rien à réaliser parce qu'effectivement cela se réalise tout seul, dès l'instant où l'important, pour vous, est défini comme l'Amour que vous Êtes. Essayez. Personne ne peut le faire à votre place. Personne ne peut le vivre à votre place. Il n'y a que vous, et vous seuls, qui pouvez accueillir et accepter. Respectez l'humour, respectez la simplicité, respectez cette enfance qui est en vous. Et vous verrez : tout deviendra d'une telle évidence, d'une telle simplicité, que vous en rirez, à chaque instant. Vous vous demanderez même comment il fût possible d'ignorer cela, de se passer de cela, qui était pourtant là. C'est simplement les actions et les manifestations de la personnalité, qui vous semblaient importantes, qui vous semblaient essentielles mais qui, en fait, ne faisaient que cacher le vide de l'Amour que vous Êtes, que vous n'aviez pas regardé, que vous n'aviez pas reconnu. Shantinilaya est aussi simple que ça, dès l'instant où vous acquiescez, dès l'instant où là où est l'important pour vous est votre Cœur, au-delà des affects, dans ce centre et dans cet Amour Lumière, dans cette Vibration au-delà des battements cardiaques qui est dans votre poitrine. Comme il a été dit, ne vous préoccupez pas du reste. Le supra mental est intelligent. Il y en a maintenant suffisamment, sur Terre, pour œuvrer en chaque humain. Il en est de même pour l'Onde de Vie.

La Terre a été Libérée, signant la fin du kaliyuga. Vous êtes la Joie, et vous êtes l'Éternité. Cela n'est pas une projection, ni un idéal, mais bien ce que vous Êtes, dès maintenant, dans l'instant présent. Alors, accueillez et acceptez. Vous n'avez rien d'autre à entreprendre. Vous n'avez rien d'autre à faire. Tout cela est déjà là. Voilà ce à quoi je suis venue vous engager. Alors vous pouvez vous appuyer, bien sûr, sur les dires de cet Absolu qui vient, sans forme, parmi vous. Vous pouvez vous appuyer sur n'importe laquelle des Étoiles parce que, comme vous l'a dit Marie, nous sommes avec vous et en vous. Vous constaterez que cela n'est pas un vain mot, ni un quelconque idéal à obtenir. Dès l'instant où vous sortez de ce monde, sans mettre fin à quoique ce soit, maintenant, mais simplement en vous plaçant dans l'accueil de qui vous Êtes, cela se réalise, totalement, spontanément. Aucune circonstance, aucun alibi ne peut tenir, devant cette Vérité, sauf si vous-mêmes donnez plus de poids et d'importance à l'alibi qu'à la Vérité. Voilà ce à quoi je suis venue vous convier parce que, dans ces temps, c'est vraiment la seule chose qui est à dévoiler en vous. Ce qui la voilait, bien sûr, n'est pas uniquement ce monde mais les habitudes de ce monde. Et pourtant, si vous êtes ici, c'est que vous avez quelque chose à réaliser. Ce quelque chose à réaliser n'est pas demain, ni après-demain, ni dans un monde meilleur (quelque soit ce monde meilleur, dans une autre Dimension) mais d'ores et déjà, maintenant et tout de suite. Il y a juste votre regard qui ne doit plus être le regard des yeux, le regard de la tête, mais le regard du cœur, parce que cela est déjà là.

La déconstruction de ce monde, la déconstruction des illusions, de vos propres illusions, se déroulent sans aucune intervention de votre part. Vous avez juste à être quelque part dans ce spectacle, mais vous n'êtes pas ce spectacle. Vous êtes ce qui sous-tend le spectacle, qui lui permet d'émerger et de se donner à voir, mais vous n'êtes absolument pas ce qui se donne à voir : vous êtes ce qui ne bouge pas. Vous êtes cette éternité, cet Amour indicible qui est notre nature commune. Alors posez-vous, déposez tous les fardeaux réels ou supposés, ils n'ont aucun poids devant l'évidence de l'éternité, l'évidence de l'Amour, de la Lumière. Vous n'avez pas à voir une Lumière à l'extérieur. Vous n'avez pas à faire l'expérience de la Lumière parce que vous êtes la Lumière, de façon définitive, depuis toujours et pour toujours. Cela est tellement simple. Shantinilaya est simple et évidence. C'est ce que vous Êtes. C'est ce que nous sommes, tous.

Je suis Ma Ananda Moyi. Voilà les mots que je vous ai transmis, en tant qu'Étoile AL. Voilà les mots que l'âme, apaisée en vous, vous dit, ce soir. L'âme qui n'est plus dans ses pulsions et ses passions parce que la Lumière a œuvré sur ce monde. Elle n'est plus sur ce monde, mais elle est, maintenant, ce que vous Êtes, de tout temps. Elle est simplement plus proche de votre conscience parce que votre conscience l'accepte et l'accueille. Si vous allez dans cet accueil et cette acceptation, shantinilaya sera votre récompense, votre gratification permanente. Aucun plaisir de ce monde ne peut égaler ou approcher. Tout le reste n'est qu'une conséquence de cela : que cela soit votre Double, que cela soit l'Ascension, que cela soit les différentes perceptions ou l'établissement dans la non conscience, même. Cela ne résulte que d'une chose : de cette reconnaissance que vous avez à mener, mais non pas comme quelque chose à accomplir, simplement à accueillir. Rappelez-vous ces mots. Toutes les altérations de ce monde ne pourront altérer quoique ce soit de shantinilaya. Rappelez-vous de cela. Nous allons vivre un moment de Communion dans le Manteau Bleu de la Grâce parce que je rends grâce à votre écoute, je rends grâce à cette Communion qui s'est établie durant mes mots. Ces mots ne sont pas que des mots. Ils ne sont pas, non plus, qu'une Vibration mais c'est une invitation à Communier à votre propre Cœur, communier à votre propre éternité, qui est la nôtre, commune.

Rappelez-vous que chaque étincelle divine est la même : il n'y a aucune différence. La différence n'est que le regard de la personne, n'est que l'habit qui est porté, absolument rien de plus. Et cet habit disparaîtra un jour. L'amour jamais. Shantinilaya jamais. Si vous le voulez bien, dans la paix du Cœur et dans la joie de l'Amour, communions, tous ensemble, dans le Manteau Bleu de la Grâce, dans l'éternité de qui nous sommes. Maintenant. Sœurs et frères qui m'avez écoutée et qui avez communié à mes paroles et au-delà de mes paroles, à vous qui m'avez écoutée, à vous qui me lirez, je dis : regardez-vous, au-delà de tout regard. Ne mettez aucun Voile, aucune condition. Accueillez. L'Amour est là. Il a toujours été là. Il n'a jamais bougé. Je suis Ma Ananda Moyi. Je vous aime parce que vous êtes Amour et qu'il ne peut en être autrement. Je vous dis à très bientôt. Dans l'amour, nous ne sommes jamais séparés. L'Amour ne peut jamais être séparé de lui-même, quelles que soient les circonstances. Je vous aime. À bientôt.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page