Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > HILDEGARDE DE BINGEN

HILDEGARDE DE BINGEN

13 avril 2011

pdf

Je suis Hildegarde de Bingen. Mes Frères et mes Sœurs, que l'Amour soit en vous. Recevez la Paix. Je vous ai parlé, voilà quelques temps, de mon expérience d'accès à la Lumière. Je voudrais, aujourd'hui, dans le même esprit de cette tension de l'Intention, vous amener à comprendre et expérimenter l'expression : « se pacifier ». Se pacifier car, effectivement, vous avez aussi, en vous, et surtout dans cette période, tous les moyens, en vous, pour manifester la Paix et surtout pour entreprendre ce chemin vers la Paix, quelles que soient les circonstances de vos vies. Se pacifier, en effet, dans les temps que vous êtes, est le moyen pour rester en soi, dépourvus de réactions, dépourvus d'émotions pouvant vous conduire à sortir de ce que vous êtes. Alors, de la même façon que j'avais expliqué mon réveil, je vais vous donner les moyens qui me semblent adéquats (car je les ai vécus) pour maintenir un état de calme, un état ou vous n'êtes pas tributaires de vos pensées, de vos émotions, bref des circonstances extérieures de vos vies, afin d'éviter de vivre des états qui peuvent vous éloigner, avec dommages, de votre Cœur et de ce que vous êtes.

Alors, se pacifier va faire appel à certaines choses. La première de ces choses, est de comprendre que l'être humain, qui est inséré dans l'incarnation, voit toute sa vie et tous les éléments de sa vie conditionnés par une seule chose, qui a été appelée, de manière générale, l'action et la réaction. Toute action venant de l'extérieur, quelle qu'en soit l'origine (un Frère, une Sœur ou une circonstance), va systématiquement vous amener à réagir à ce qui se manifeste, à vous adapter, apparemment, aux circonstances ou aux personnes. Il en est ainsi, aussi, de la pensée. En effet, un événement vient donner un signal, par ce qui est vu, par ce qui est entendu, par ce qui est pensé, et ce signal appelle une réaction, lui aussi. Le plus souvent, les réactions de l'Homme sont spontanées. Elles sont spontanées mais issues de l'expérience, des conditionnements, des études et visent, de façon systématique, à vous impliquer, à l'extérieur, dans ce qui est appelé la vie et votre vie.

Comme nous espérons, vous l'avez compris, et que vous le vivez, nous avons insisté, depuis longtemps, sur la différence entre l'état d'action/réaction et l'état de Grâce. L'état d'action/réaction vous emmène, inéluctablement, dans la roue de la vie extérieure, apparente, manifestée, vous impliquant dans l'action, la réaction, le bien, le mal, en permanence, à chaque pensée, à chaque comportement, à chaque mouvement. L'action de Grâce, c'est un tout autre état (vous faisant sortir de l'action/réaction et pénétrer les sphères de l'illimité, les sphères de la beauté), lié au Cœur et lié à votre état Intérieur qui se découple, en quelque sorte, d'un quelconque extérieur. Ce qui ne veut pas dire qu'il y a un désintérêt ou un renoncement même si, à mon époque, c'est ce que j'ai vécu, quelque part. Mais ce renoncement extérieur débouche sur une vision Intérieure et qui va permettre, pour certains, de donner au monde, c'est-à-dire à l'extérieur, tout ce qui est issu, justement, de cette beauté, de l'Amour et de la Grâce. Sans aller jusque là, aujourd'hui, ce que vous avez à vivre, ce qui se vit sur la Terre, va vous pousser, de manière inéluctable, à réagir.

Cette réaction peut être issue, comme je vous l'ai dit, de votre éducation, de la façon d'agir, naturelle dans ce monde, mais aussi et maintenant, à réagir en étant emporté par la pensée collective, la peur collective, les émotions collectives. C'est justement à ceci qu'il vous faut échapper pour maintenir votre Paix, la créer et vous rapprocher de plus en plus de votre Grâce, afin de vivre et être dans la Paix Intérieure et non pas dans le bouillonnement des émotions, du choc, dont vous parlait le bien aimé Sri Aurobindo. Alors, se pacifier c'est déjà comprendre tous les mécanismes de la vie, quels qu'ils soient, qui ne sont jamais, en définitive, qu'issus, en permanence, de l'action et de la réaction. Quelqu'un vous témoigne une attention, vous y répondez par une attention. Quelqu'un vous agresse, vous y répondez par une agression ou alors par une fuite. Mais cela implique nécessairement une réaction, quelle qu'elle soit. Il n'est pas question de juger la réaction comme bonne ou mauvaise mais il est surtout important de conscientiser que c'est là le principe même de la réaction qui vous maintient dans l'Illusion.

La première des choses à comprendre et à mettre en œuvre, pour se pacifier, c'est justement de se découpler, soi-même, de ses propres réactions. Alors, il est évident que c'est plus facile, parfois, que dans d'autres cas. Je vais prendre un exemple : quelqu'un vous agresse physiquement. Si, bien évidemment, il est beaucoup plus fort ou armé que vous, vous tenterez de prendre la fuite. Mais si cette agression, par exemple, devient verbale, la spontanéité de l'ego et de la personnalité va vous amener à répondre et à réagir immédiatement créant, par là même, le cercle vicieux de l'action/réaction, principe même de la vie altérée de ce monde. La problématique est que la raison, le mental et l'intelligence limitée évoluent, aussi, de la même façon, ce sont même les principes de l'éducation visant à vous conditionner, à comprendre ces lois d'action/réaction, que cela soit au niveau de l'Histoire, de la langue française ou des autres langues, ou à travers une prononciation (vous savez comment écrire un mot, où mettre les accents), découle inexorablement et toujours du même processus. Or, la vie sur Terre, conditionnante, vous a conditionné, et nous a tous conditionné, à appliquer des règles, qu'elles soient de bienséance, qu'elles soient physiques, qu'elles soient simplement de relations entre les êtres, qui sont toujours issues de cette même loi d'action/réaction. L'action/réaction ne peut jamais conduire à la Paix. Elle peut conduire à un équilibre et à un sentiment de satisfaction, affectif, émotionnel, mental ou de sécurité dans la vie, mais elle ne débouchera jamais sur la Paix Intérieure, elle ne vous permettra jamais de vous pacifier. Pour cela, il faut rentrer dans l'action de Grâce. C'est-à-dire, l'action qui est issue uniquement de l'Intérieur et qui ne dépend aucunement d'une quelconque circonstance extérieure, d'un quelconque conditionnement, d'une quelconque émotion ou d'une quelconque pensée.

La plupart du temps, les êtres humains ayant des réactions au niveau du mental, ne trouvent pas la Paix et ont du mal, même en vivant les expériences d'alignement, à se maintenir dans cet état, justement parce que le mental cherchera toujours à réagir à tout et, en priorité, à vos états Intérieurs qui sont un danger pour lui. Mais tout cela vous le savez. Ce sur quoi je voudrais plus m'étendre, c'est sur les éléments qui vont vous permettre, justement, de vous pacifier, de vous apprendre à vivre et Être et à vous maintenir dans la Grâce plutôt que dans l'action/réaction. La première chose facile, a priori, à mettre en œuvre (mais cela le deviendra de plus en plus, si vous y pensez) c'est simplement, qu'elle que soit l'action qui est entreprise par l'extérieur, ou par votre propre Intérieur limité, consiste à découpler votre propre réaction du temps. En général, la réaction se situe toujours dans le même espace et dans le même temps. C'est, en effet, une situation ou un être, agissant dans le temps que vous vivez, qui va être le plus sujet à entraîner, en vous, des réactions immédiates, spontanées. Ce sont celles-là les plus virulentes, ce sont celles-là qui vous éloignent de la Paix, parce qu'elles tendent toujours à vous éloigner de l'instant présent, même si elles sont vécues dans l'instant où vous le vivez. La première chose à faire, va donc être, si cela est analysé, de décaler la réaction dans un autre temps. Cet autre temps ou cet autre espace va vous permettre d'échapper au conditionnement même de l'action/réaction. Et si vous arrivez à décaler, dans le temps ou dans l'espace, ce qui était impérieux et vous semblait important vous semblera, alors, futile et totalement inutile.

Cela nécessite une vigilance. Alors, bien sûr, cette vigilance va être mentale, dans un premier temps. Mais vous allez constater, très vite, que ça va vous faire prendre une forme de distance sur vos propres actions et réactions, sur vos propres conditionnements, sur vos propres émotions, sur vos propres mécanismes de pensées. Ça sera déjà un pas énorme. Car en observant le mécanisme et en sortant du mécanisme, en l'extériorisant, en quelque sorte, vous prenez conscience de tout ce qui était instinctif et impulsif en vous mais qui ne venait, en définitive, certainement pas de vous mais d'habitudes, de conditionnements, situés au niveau de la personnalité. Il y aura donc, à travers ce déplacement dans l'espace ou dans le temps, une perception plus nette de ce qu'est la personnalité et de ses mécanismes d'action et de réaction dans la vie courante, vous permettant, par là même, de comprendre et de vivre qu'il existe, en chaque être humain, deux mécanismes distincts de fonctionnement : l'un qui est issu de cette action/réaction et l'autre issu de l'action de Grâce.

Alors, par rapport à un événement localisé dans le temps ou dans l'espace, si vous arrivez à vous en découpler, à comprendre les mécanismes et à observer ces mécanismes de découplage, si vous les appliquez, vous allez, tout naturellement, éloigner de vous l'action/réaction et ce, dans tous les secteurs de votre vie. Bien sûr, cela n'a strictement rien à voir avec la passivité ou l'indifférence. Alors bien sûr, il existe des situations immédiates mettant en jeu votre vie même ou votre intégrité même, où là, bien sûr, il est préférable d'agir de suite. Si vous mettez la main au feu, vous retirez la main du feu, instantanément. Mais si vous observez bien les réactions de l'ensemble des vies humaines, ce genre de situations, au cours d'une journée, est extrêmement rare et limité par rapport aux ensembles de réactions qui sont menées, du fait même de la loi d'action et réaction. Cette loi d'action et réaction se manifeste pour tous les actes de notre vie quotidienne, sans exception. Il est donc très facile, par rapport à cela, de créer des circonstances propices à l'observation de ces mécanismes qui, vous le constaterez très vite, en l'espace de quelques journées, vous permettront de saisir ce qui est de l'ordre de l'action/réaction (et donc issu de constructions de la personnalité, de l'ego, quelles qu'en soient les stratégies), et ce qui est bâti plutôt de votre propre décision, de votre propre idéation et non pas d'une réaction.

Mais essayez déjà, ne serait ce que par rapport à cela et l'ensemble des conséquences qui arrivent, de vous placer, non pas dans la réaction, mais de différer, dans le temps, toute réaction. Si vous faites cela et pratiquez cela, vous allez vous apercevoir très, très vite, que le mental, les pensées, vont s'éloigner et que, curieusement, vous allez vous retrouver en Paix. Cela concerne aussi bien votre propre vie que les circonstances même de votre environnement. Car, bien sûr, quand un événement arrive qui va, par exemple, vous priver de votre travail, tout de suite vient la peur du manque, l'incertitude du devenir, l'incertitude du lendemain. Et alors, à ce moment-là, la réaction intervient, amenant des comportements, des stratégies vous éloignant toujours plus de la Paix et de votre propre pacification. Se pacifier, c'est déjà analyser ces processus, les mettre en œuvre au niveau de l'expérience et en voir les effets. Alors, d'abord en décalant la réaction, parce que si vous maintenez une réaction dans l'instant et dans l'espace qui est instantané, vous allez maintenir cette réaction en permanence, à chaque minute, chaque jour. Cela tournera, en quelque sorte, comme une espèce de boucle qui, petit à petit, vous envahira et vous éloignera, de plus en plus, de la Paix et vous ne pourrez plus vous pacifier. Vous y arriverez, certes toujours, du fait même de cette Lumière, dans vos espaces d'alignement, mais vous en perdrez très vite l'effet et l'efficacité dans la vie ordinaire. Or, c'est justement tous les éléments de cette vie ordinaire qui, maintenant, disparaissent et vont disparaître de plus en plus vite. Alors que ferez-vous à ce moment-là ? La question, par contre, il faut vous la poser maintenant, par anticipation. Non pas pour y apporter des solutions, car il n'y en aura aucune. La seule solution sera Intérieure, nous vous l'avons toujours dit, les unes et les autres, les uns et les autres. Mais préparez-vous, déjà, à accepter la solution Intérieure comme la seule possible.

Bien sûr, la personnalité va tout faire pour vous éloigner de cet aspect ridicule de Cœur ou d'Intérieur, tant que cela n'est pas vécu. À vous de décider mais à vous d'être lucides, aussi, sur vos propres choix. Est-ce que vos choix sont dictés par l'action/réaction ou est ce qu'ils sont dictés, réellement, par un recul suffisant de l'événement et du choc qu'il représente. L'important de se pacifier maintenant est aussi directement issu d'un mécanisme qui a parfaitement été décrit, que cela soit dans des calendriers bien connus ou dans ce que la Terre vous montre déjà, depuis quelques années. C'est cette accélération considérable du temps, comme si les événements, les faits, devenaient de plus en plus importants, de plus en plus rapprochés, de plus en plus intenses et violents. Le même processus se passe exactement en vous. Exactement. Car, dedans et dehors, en définitive, ne sont que la même chose. Ce que vous voyez dehors se passe exactement de la même façon, en chacun de vous. L'embrasement du Ciel et de la Terre, c'est l'embrasement de votre Cœur, de votre terre (le sacrum) et de votre tête, votre Ciel. Ce n'est pas une analogie mais c'est une parfaite superposition.

Alors, bien sûr, cet embrasement n'a pas les mêmes effets, selon que votre point de vue, votre conscience, se situe au niveau de la personnalité ou au niveau du Cœur. Au niveau de la personnalité, il y aura toujours réaction, peur, ce que certains ont appelé le Feu de l'ego, alors qu'au niveau du Cœur, il y aura le Feu du Cœur et encore plus de Paix, encore plus d'Amour et encore plus de lucidité. Mais, être dans le Cœur cela veut dire, aussi, passer la Porte Etroite, qui correspond au 8ème Corps. Passer de l'ego au Cœur se fait par la Porte Etroite. C'est une nouvelle naissance qui accompagne ce passage. Certains d'entre vous n'ont pas encore fait ce passage, pour une raison qui est très simple. L'énergie, la Conscience, va dans les deux sens : de haut en bas et de bas en haut. Certains ont fait ce mouvement de bas en haut. Ils ont donc déjà la perception du Cœur. D'autres, par contre, ont fait le travail de haut en bas et ne sont pas encore arrivés dans le Cœur, ce qui crée une différence dans la perception de l'action/réaction et dans la perception de la Grâce mais aussi dans la manifestation de l'action/réaction et de la Grâce.

Le mécanisme de pacification, quel que soit votre chemin à vous, vous permettra, effectivement, de changer de point de vue, beaucoup plus facilement. Alors, en décalant la réaction dans le temps et dans l'espace, ce n'est pas pour vous donner du temps pour réfléchir ou pour analyser une situation extérieure mais c'est pour vous faire penser que, quoi qu'il arrive, individuellement ou collectivement, prenez le temps, prenez le temps de vous aligner dans ces moments-là et d'attendre, pour ceux pour qui c'est possible, la réponse du Cœur et pour les autres, simplement, de vous mettre en distance de cette fameuse action/réaction, de saisir les tenants et les aboutissants, et vous verrez que, si vous décalez dans le temps et dans l'espace, à ce moment-là, les réactions ne seront plus des réactions. La réaction à froid est quelque chose de beaucoup plus rare. Regardez, par exemple, la nature même des émotions de l'être humain, quand, par exemple, il y a ce que vous appelez une rupture affective. Sur le moment, l'un et l'autre, parfois l'un, parfois l'autre, parfois les deux, en veut à l'autre et entre donc dans des stratégies de violence, de haine, de rejet, de refus, qui vont durer un certain temps et qui, inéluctablement, au bout d'un temps, variable selon les individus et variable aussi selon l'intensité de l'énergie qui aura été générée dans l'action/réaction, vous vous apercevez communément qu'il y a réellement, à ce moment-là, une indifférence qui commence à apparaître. Même s'il existe une blessure, celle-ci va, avec le temps, comme nous disons tous, se cicatriser.

C'est donc bien l'action/réaction qui génère, dans le Feu de l'ego, la blessure elle-même, la souffrance, la peur, le manque, et cela est valable aussi bien pour l'affectif que pour n'importe quelle situation de l'être humain, sans exception. C'est la distance, le temps qui s'écoule, qui va permettre de cicatriser, d'effacer (en partie ou complètement) un traumatisme, quel qu'il soit. Aujourd'hui, il en est tout autrement au niveau de la Terre, parce que vous n'avez pas le temps. Vous allez avoir de moins en moins le temps, du fait de l'accélération du temps, pour mener à bien ce processus de cicatrisation habituel, concernant n'importe quelle blessure et traumatisme de l'être humain. Le seul temps que vous pouvez trouver, et que vous trouverez de plus en plus facilement, est à l'Intérieur de vous-même, en vous pacifiant.

Se pacifier est donc la meilleure stratégie d'adaptation à ce qui vient et ce qui est. Se pacifier, aussi, permet de se libérer de ses conditionnements, de ses peurs et donc d'aller dans le Cœur. Parce qu'il est impossible, quand vous êtes dans la réaction, d'appeler votre personnalité à s'établir dans le Cœur. Quand vous vivez la réaction, vous êtes dans l'émotion, vous n'êtes pas dans le Cœur, même si, justement, au sein d'une rupture affective, vous revendiquez l'amour et la blessure de votre amour, alors que ce n'est qu'une blessure de l'ego. Parce que si c'était une blessure de l'amour, elle serait la même, même dix ans après. Cela amène à reconsidérer ce qui est appelé l'amour au sein d'une relation entre deux êtres, qui n'est, en fait, liée qu'à un attachement et une possession. La personnalité vit dans l'attachement et la possession. Tout ce dont elle est privée va entraîner une réaction. Alors, les humains vont dire : « on a le droit de vivre, de respirer un air pur, de manger des aliments sains » et bien sûr, tout cela va disparaître. Vous imaginez bien que la personnalité ne va pas rester de marbre face à tout ça.

Et tant que l'incarnation est présente, vous avez tous une personnalité, fusse-t-elle transcendée par le Feu du Cœur, mais le Feu de l'ego peut toujours apparaître. C'est dans ce sens qu'il est important de comprendre et d'assimiler ce que je viens de vous dire, afin d'aller vers votre propre pacification et d'entreprendre votre pacification. Il n'y a personne d'autre que vous-même qui pouvez entreprendre cela. Aucun médicament ne pourra le faire. Aucune personne extérieure à vous ne pourra le faire. Et encore, je parle de blessures et de chocs habituels connus. Je ne parle même pas de l'irruption brutale et de plus en plus intense de la Lumière. Brutale pour la personnalité, pas pour le Cœur. Tout cela, vous le vivez en ce moment même car, comme le Grand Commandeur vous l'a dit, les Temps sont maintenant.

Alors aussi, là, je vous renvoie aux paroles du Commandeur : quel point de vue adopter, Intérieur comme extérieur ? Chenille ou papillon ? Car c'est, en définitive, uniquement de cela qu'il s'agit. L'être humain, même en démarche spirituelle, aimerait bien rester dans la chenille et devenir papillon quand même. Ceci est impossible, vous le savez. L'action/réaction, les émotions, le mental, les conditionnements, les peurs, le choc, vous maintiennent de manière inexorable dans votre propre personnalité. Vous n'êtes pas capables de prendre la distance par rapport à ce qui se manifeste. Et donc, vous êtes soumis, totalement, à quelque chose qui n'est pas la Lumière. Voilà le sens de ce que je voulais dire. C'est vous faire réfléchir sur cette notion d'action/réaction, vous en découpler et donc vous permettre de vous pacifier vous-même. Rappelez-vous que c'est justement durant cette période que la pacification, du fait de la Lumière même, paradoxalement, sera le plus facile. Vous en avez aussi des exemples importants, d'êtres humains qui, lors d'une catastrophe collective, vont retrouver les vraies valeurs humaines, parce que justement, tout ce qui est extérieur aura disparu : l'entraide, le vrai amour, le service spontané. Quand vous en êtes à ce niveau-là, ceux qui tiraient les ficelles ne s'intéressent plus à vous, car vous n'êtes plus, pour eux, une nourriture. Vous êtes dans le Cœur. Mais il faut y arriver, jusqu'à cet état et cette étape. Voilà ce que j'avais à vous transmettre. S'il existe, par rapport à cette pacification, des questionnements, alors je veux bien tenter d'y répondre aussi. Je vous écoute.

Question : vivons-nous comme dans le Mahabaratah, où les dieux tirent les ficelles ?
Ceux qui tirent les ficelles ne sont absolument pas des dieux. Ils se prennent pour Dieu. Dieu, si l'on peut dire, c'est vous. Ils ont totalement inversé les choses. Mais ceci n'a plus aucune espèce d'importance. Ne portez plus votre Attention sur cela car vous les nourrissez de la même façon. Et vous entretenez, de la même façon, la Dualité.

Question : doit-on se désintéresser de l'extérieur et rester centré sur l'Intérieur, pour trouver cette Paix ?
Comprend bien, mon Frère, que chacun comprendra cette phrase à son niveau. Certains vont se poser la question, alors, de ne plus aller au travail, de ne plus être fidèles, de ne plus s'embêter, en quelque sorte, ce qui serait, là aussi, une funeste erreur car ce serait une vision extérieure d'un processus Intérieur. Chacun fait ce que lui dicte sa conscience mais ce que vous devez comprendre, c'est que tout ce qui est extérieur va, réellement, être effacé par la Lumière. La Lumière devient palpable. Ses effets, vous les percevez. Elle devient de plus en plus omniprésente et cette omniprésence va conduire à la disparition de tout ce qui n'est pas elle. Tout ce qui avait été, comme vous le savez maintenant, projeté à l'extérieur, par un processus de chute dans le bien, l'axe attraction/vision et, donc, par les yeux, ce qui est donné à voir va disparaître. Le processus de projection s'arrête.

Question : peut-on atteindre la dissolution totale de l'ego avant la dissolution finale ?
Oui. Cela s'appelle, en vous, je crois, la Fusion des Ethers, l'activation du canal ER-ER et AL-AL. À ce moment-là, l'ego est dissout. Il vous sert juste à maintenir une apparence que vous savez n'être qu'une apparence.

Question : quand je me sens déstabilisé, je répète la phrase : « Je me donne la paix ». Cette répétition donne plus d'effets que si je ne la dis qu'une seule fois. Pourquoi ?
La répétition est le processus même du conditionnement. Il vaut mieux se conditionner à vivre la Paix qu'à autre chose.

Question : comment utiliser au mieux cette phrase ?
Cela est dans l'énoncé même : la répéter plusieurs fois. Mais, encore une fois, je pense qu'il est plus important de prendre la distance par rapport à ce qui est vécu, au moment où on est déstabilisé. Car répéter, encore une fois, « je me donne la paix », comme je l'ai dit sans jeu de mot, est aussi un conditionnement, même s'il est plus agréable que d'autres conditionnements. Cela ne met pas de distance entre la déstabilisation qui est vécue et la solution la plus adéquate à apporter pour être pacifié, que je viens de donner, qui est de décaler sa réaction, sa propre réaction, dans le temps et dans l'espace, étant donné que l'être humain, de manière naturelle, est conditionné par sa réaction de l'instant et est identifié à sa réaction de l'instant. Alors, effectivement, répéter la phrase que tu viens de dire permet de limiter le conditionnement par un autre conditionnement. Ce dont je parlais est un tout petit peu différent puisqu'il consiste aussi (mais tu peux très bien faire les deux, à la fois) considérer que tu te donnes la Paix et, dès l'instant où tu sens que la déstabilisation lâche prise, à ce moment-là, reporter la réaction à plus tard. Le mécanisme n'est pas tout à fait le même, mais ils peuvent se compléter.

Question : devrions-nous envisager ce qui se passe comme un spectateur, sans investissement émotionnel ?
Oui, mais à ce moment-là, qui est spectateur ou, plus communément, qui est l'observateur ? C'est la Conscience elle-même. Or, la Conscience, dans cette attitude, va différencier ce que l'on appelle sujet et objet. En différenciant sujet et objet, il y a Dualité et il n'y a pas intégration de l'Unité. Il y a, en fait, deux processus qui peuvent se suivre dans le temps, qui sont celui que tu as défini, en tant que spectateur et observateur, prendre conscience qu'effectivement, il y a un observateur. Vient un autre temps qui est celui où il n'y a plus de distance et plus de séparation entre ce qui est observé et l'observateur, ce qu'on appelle le sujet-objet.

Question : accepter que les choses « soient comme ça », permet-il de vivre ce décalage ?
À condition que cela ne soit pas une soumission ou une résignation, oui.

Question : comment favoriser la disparition du « Je », qui continue à mettre des mots sur ce qui est vécu ?
Chère Sœur, je ne peux pas te résumer ça en deux minutes. Ça fait partie de l'ensemble des enseignements que nous avons donné, nos Sœurs, les Archanges et les Anciens, depuis des années. On ne peut pas résumer cela en deux mots ou alors en une seule phrase : rejoins ton Cœur. Car si tu es réellement immergée dans la Vibration du Cœur et non pas dans la projection du Cœur dans la tête, le « Je » n'a plus, réellement, aucune importance.

Nous n'avons plus de questionnements. Nous vous remercions.
Mes Frères et Sœurs, dans l'Amour de l'Un et de Lui, mes Bénédictions vous accompagnent et à un jour prochain.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page