Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > NICOLAS FLAMEL

NICOLAS FLAMEL

17 août 2008

pdf

Frères en humanité, recevez grâces. Ma dernière incarnation sur cette Terre a porté le nom de Nicolas FLAMEL. Je viens parmi vous pour la 1ère fois afin de vous délivrer un certain nombre d'éléments relatifs à la vie. La vie que vous vivez découle d'une alchimie extrêmement profonde en relation avec les formes de manifestations appelées incarnations. Le but de la vie sur cette dimension est de vous apprendre à tout donner. Tant que vous n'aurez pas tout donné, vous continuerez à faire l'expérience de la vie. Vous vous êtes donnés la vie mais vous devez, à votre tour, vous donner. Que signifie se donner ? Se donner consiste à servir. Si vous vous servez vous-même, vous ne pouvez servir la création et vous vous précipitez vers des cristallisations, des coagulations inférieures vous éloignant de votre Essence et de votre principe. La vie est don permanent d'un bout à l'autre à l'échelle de la création en cette dimension. Seul l'homme prend. Le fait de prendre est un mouvement d'appropriation mettant une distance entre vous et les autres. Donner et servir, comme la tradition primordiale l'enseigne, n'est pas uniquement donner de l'aide, donner de l'argent mais c'est se donner soi-même. Se donner soi-même est d'abord une phase intérieure de dissolution : le solve alchimique. Vous ne pouvez prétendre donner sans vous être donné vous-même. Les obstacles inhérents se réduisent à un seul, qui est le mot peur. La peur empêche le solve. La peur est coagulation inférieure. Si vous donnez par peur, cela ne s'appelle pas donner. Si vous donnez par obligation, cela ne s'appelle pas donner. Si vous donnez par conception de votre mental, cela ne s'appelle pas donner. Donner est s'abandonner. Donner est abandonner son principe inférieur, c'est la mort à soi-même, c'est la mort à toutes les velléités de satisfactions personnelles devant aboutir à la satisfaction ultime appelée le don de soi. Il n'y a pas d'issue à l'incarnation sans don. Le don est Amour. Donner sans Amour revient à ne rien donner car vous attendez de recevoir et tant que vous attendez de recevoir, vous ne recevrez pas. La vie vous donne toutes les occasions de vous abandonner. Seule la peur empêche cet abandon. Peur de l'annihilation, peur de la dissolution qui est pourtant nécessaire afin de trouver le sens. Tout ce que vous appelez contraintes extérieures ne sont là, in fine, que pour vous permettre d'aller vers ce don.

La vie, comprenez-le bien, est don. Seul l'humain, par le sacrifice du don, va à l'encontre du don. Le don total de soi débouche sur une félicité éternelle. Sans félicité vous n'êtes pas dans le don. La notion la plus importante pour sortir de cette impasse fait appel au premier mouvement duel existant dans toute la manifestation en cette dimension appelé souffle, intérieur, extérieur. Le don de soi est issu du souffle intérieur. Tant que vous limitez ce souffle intérieur, celui-ci ne peut se donner. Vous êtes dans les distractions éphémères appelées plaisirs : satisfaction des sens, satisfaction avant tout de l'ego, de cette complexité intérieure vous masquant l'Essence de votre vérité. Et pourtant vous devez accepter de mourir à vous-même afin de renaître au Soi. Il n'existe aucun autre chemin, aucune autre clé débouchant sur la solution. Il faut faire accepter à votre personnalité que sa fin n'est pas la fin mais qu'elle est transcendance conférant l'or alchimique, une nouvelle cristallisation permettant le maintien de votre forme et de votre personnalité en un autre état appelé le don et le service. Ce n'est qu'après avoir réalisé l'étape intérieure que vous pourrez passer à l'étape extérieure. L'étape extérieure consistera à donner cet or sans distinction de pensées, d'affinités, de plaisirs ou de déplaisirs. Cela doit couler de source. Il ne peut y avoir réalisation du grand œuvre, qui est sublimation du principe inférieur en principe Divin, sans compréhension et vécu de ce mouvement. Vous pourrez parler toutes les langues de la création, vous pourrez manifester tous les dons de l'Esprit, vous pouvez avoir la plus grande des fois, cela ne sert à rien si vous ne vous donnez pas. Réaliser la première œuvre (de se tourner vers l'intérieur afin d'y vivre le contact spirituel avec vos accompagnants) ne sert à rien si vous ne donnez pas.

Le don seul est Amour, le reste n'est que possession. Ce monde vous donne l'occasion de vérifier l'illusion de la possession. Tout ce qui n'est pas donné est perdu à jamais. Chaque minute de l'incarnation qui n'est pas don vous éloigne de la vérité. L'endroit où vous êtes illustre parfaitement le passage de l'extérieur à l'intérieur, le passage de la manifestation extériorisée de la vie (appelée vie à la surface) qui passe à une vie intérieure (monde intérieur intra-Terrestre). Vous êtes à l'extérieur de la vie. Tant que vous gardez forme, vous ne pouvez prétendre être la vie. La mort est de ce côté où vous êtes, la vie est de l'autre côté. Quelles que soient les attirances que vous trouvez dans la beauté, dans la nature, dans l'intellect, dans les silences, dans la relation, dans les liens, vous n'êtes qu'un aspect extérieur de la manifestation. Le plus grand des chemins de l'initiation, et le chemin le plus simple, consiste à devenir le plus petit d'entre les hommes. C'est au prix de cette humilité que se recristallise la Lumière supérieure qui va permettre d'irradier la splendeur sur tous vos frères en humanité. Il n'est d'autre ennemi que vous-même sur cette planète. Le seul ennemi à vaincre est vous-même. Il n'existe absolument aucun ennemi extérieur. Cela est votre vision extériorisée de surface qui vous fait croire qu'il y a des ennemis ailleurs qu'en vous. Vous êtes votre propre ennemi et pourtant vous devez aimer en vous ce que vous ne voyez pas et ne sentez pas. Là est le paradoxe du retournement : passer du regard extérieur au regard intérieur, œuvre alchimique par excellence. Ne voir que la chimie de la vie, la chimie des émotions, la chimie de la beauté, la chimie de la manifestation, vous empêche d'en voir l'alchimie. Vous êtes voilés, vous vous êtes voilés.

Aucune autorité extérieure ne vous a imposé vos choix. Il n'existe, au niveau manifestation extérieure, qu'une seule loi : la loi d'action / réaction appelée, en d'autres civilisations, « loi de karma ». Passer de l'extérieur à l'intérieur s'appelle passer de la loi d'action / réaction à la loi d'action de grâces. L'Amour est don. La vie est don. L'Amour doit s'intérioriser pour pouvoir se donner. Tant que vous êtes dans l'Amour extérieur vous êtes dans la possession qui empêche la dissolution. Il ne peut y avoir de don sans dissolution, je le répète. Vous pourrez entreprendre toute action, si celle-ci ne vise pas à la compréhension de cela, vous ne serez jamais satisfait. La seule satisfaction durable est le don. C'est le seul don qui perdurera bien après votre vie. Les planètes sont don. Le soleil et les soleils sont don. Le don doit s'accompagner et se vivre à l'intérieur. Il permettra une nouvelle cristallisation de l'être en un autre étage. La difficulté réside en ce passage même appelé « retournement ». Il correspond à la mort. Il correspond à la gorge. Il correspond à Dahat. Il correspond au dernier œuvre alchimique : le moment du basculement. L'être humain bascule quand il le souhaite. Là est votre grande liberté. Les systèmes solaires basculent à heure fixe. Vous êtes à minuit moins cinq. Le basculement est à minuit. Personne ne vous obligera à vous donner. Personne ne vous contraindra à vous donner. Vous pouvez continuer éternellement à être séduits par la mort et ne pas passer en vie. Cela est votre choix. Néanmoins, à minuit moins une, la Lumière viendra vous rappeler vos obligations et promesses oubliées au profit de l'égoïsme. Rien d'autre ne doit occuper vos vies si vous voulez réaliser le grand œuvre, surtout en ces instants ultimes.

Allez au bout de ce que vous dicte votre âme et non pas vos sens. Allez au bout de votre chemin sans tenir compte de ce que dictent les constructions inférieures quelles que soient leur nom : société, famille, devoir, obligation. Vous devez abandonner toutes les certitudes que vous avez bâties ou qui ont été bâties par la société, à votre place. Il ne peut persister d'impuretés dans la réalisation de l'or que vous êtes. En cela doit être dissout le complexe inférieur. Vous ne pouvez accéder à la vie sans passer par la mort. Tout obstacle qui se dresse entre vous et votre vie n'est là que pour vous contraindre, si vous l'acceptez, de regarder à l'intérieur. L'œuvre alchimique ne peut s'accompagner de demi-mesure : une pincée de vie, une pincée de sens et une pincée de mort. Vous êtes irrémédiablement à l'heure des choix. Encore une fois, personne, absolument personne, ne peut vous obliger à choisir telle voie ou telle autre voie. Ce passage par la gorge, appelé l'insondable et l'inconnaissable, ne peut être illustré avec les mots. Là est le grand mystère. Touts les initiés présents à la surface de cette planète ont été obligés d'employer le sens de la métaphore et du symbole pour parler de ceci car rien ne peut en être dit. Aucun mot ne peut expliquer ou convaincre. Seul l'exemple a valeur de preuve et celui qui a vécu le retournement, passant donc à la perfection, ne peut qu'irradier et donner sous forme de mots, sous forme d'actions qui ne sont que le reflet de ce qui est. Le souffle, le regard intérieur qui vibre la Lumière (tel que certains l'ont vécu) est le reflet infime et infinitésimal de ce qui vous attend si vous acceptez de vous donner.

Seules vos conceptions, ce que certains appellent vos croyances, vous maintiennent dans les voiles de l'illusion. Ayant, de par ma vie passée, réalisé cela, j'ai pu donner la totalité de mon être afin de concourir à faire dépasser à l'humanité les limitations inhérentes de mon époque liées à la maladie, la faim, la souffrance, quelle qu'elle soit. Vous avez la chance inestimable de vivre sans souffrances, comparé à mon époque, où tous les obstacles (ce que vous appelez l'eau courante, les différentes sécurités, les moyens de déplacement, les livres) ont été offerts à tout le monde, sans exception. Les besoins primordiaux sont donc largement satisfaits. J'ai grandement concouru à cela, il vous reste maintenant à dépasser cela et à ne pas vous y complaire. Quoi que la vie vous demande, à partir du moment où vous frappez à la porte de la Lumière, la vie se charge de vous donner les éléments de votre transformation. Libre à vous de les refuser ou de les accepter. A partir du moment où vous croisez le regard de la Lumière la vie devient signe, la vie vous parle (cette vie qui est mort), la mort s'anime et vous transmet signes et symboles. Tout dans votre vie devient signe. Vous ne devez pas vous servir de l‘outil mental pour analyser mais en accepter la quintessence qui est au-delà de la compréhension intellectuelle. Vous devez aller au-delà de l'abandon aux signes, de l'abandon aux symboles, si vous voulez vous réaliser. Le plus important, dorénavant, après avoir abordé les portes de l'insondable, de l'inconnaissable, appelées Dahat, est que vous avez entr'ouvert la porte, vous avez tourné les clés dans la serrure. A ce moment là tout, absolument tout, est signe. A vous de les intégrer pour aller dans le grand œuvre.

Nous avons besoin d'une multitude de frères en humanité pour réaliser, au niveau collectif, le grand œuvre. Vous vous reconnaîtrez à vos regards, à vos vibrations et à ce que deviennent vos vies. Pour ceux maintenant qui réfutent ce grand œuvre, laissez-les libres. Ils sont dans leur prison, vous ne pouvez les faire sortir de leur prison contre leur gré. Ils s'y sentent en sécurité, protégés et à l'abri. Ils ne savent pas qu'ils sont morts mais un jour viendra où, eux aussi, sortiront de leur prison. Vous ne devez point juger. Si vous jugez, la Lumière s'enfuit. Vous ne devez pas condamner sinon vous vous condamnez. Vous devez réfléchir à 7 fois avant de parler. La parole est instrument de création mais aussi de meurtre. Par vos paroles vous vous tuez vous-même, vous vous empêchez de vivre. Voilà les quelques mots que je voulais donner en ce lieu historique, en ce cycle et en d'autres cycles. S'il existe des interrogations par rapport à ce processus alchimique intérieur je veux bien en débattre avec vous, chers frères en humanité.

Question : comment dépasser la peur du retournement ?
Il n'existe aucun moyen si ce n'est de la vivre. Cela fait partie du mécanisme insondable et inconnaissable. Tant que vous réfléchirez aux moyens, vous ne passerez pas la porte étroite.

Question : peut-il y avoir simultanément une coagulation (à un niveau supérieur) à une solve (dissolution de la personnalité) ?
Le processus solve et coagula sont des processus successifs dans le temps. Il ne peut y avoir de coagula sans solve total. Ceci est le mystère passant par le retournement appelé la petite mort. Il doit donc exister un don total. Vous n'avez plus rien à vous raccrocher, illustrant en cela les paroles du Christ : « Elie, Elie, saba machtani », ce qui veut dire « mon Père pourquoi m'as-tu abandonné ». Il ne peut y avoir d'autre alternative.

Question : avant que le coagula complet se réalise peut-il y avoir une approche partielle de ce coagula ?
Non. Vous ne pouvez qu'entrouvrir une porte. Entrouvrir la porte vous fera rencontrer la Lumière et vous donnera une soif perpétuelle de la Lumière que nul désir ne peut satisfaire, vous enchaînant, au sens propre, à votre propre abandon. La liberté ne se trouve qu'en acceptant d'être totalement enchaîné à la Lumière. Elle seule vous confère la libération.

Question : qu'appelez-vous le « souffle intérieur » ?
Le souffle intérieur est le souffle au-delà du souffle. C'est le souffle que vous trouvez quand la respiration s'oublie elle-même, débouchant sur la respiration intérieure non liée au souffle de l'air. C'est un autre souffle appelé souffle de l'Esprit ou Esprit Saint qui remplace, à un moment donné, la respiration.

Question : comment développer ce souffle intérieur ?
Par l'abandon, par le don. Il n'existe aucune autre alternative.

Question : comment savoir qu'on a effectué ce retournement ?
Vous le saurez tout seul sans vous poser la question. Tant que vous vous posez la question c'est que celui-ci n'est pas fait.

Question : qu'appelez-vous la quintessence du symbole et du signe ?
Les signes et les symboles, survenant après la rencontre ou l'entraperçu de la Lumière, vont faire en sorte que la loi d'attraction universelle entre en application. Ainsi, vous rencontrez la Lumière et votre premier regard du matin se pose sur la chrysalide d'un papillon s'ouvrant : ceci est symbole et signe. La vie, par l'intermédiaire de la nature, par l'intermédiaire de vos frères, va vous renvoyer en permanence à ce désir ultime qui n'est pas désir mais abandon. La vie parle en signes, en symboles, à ceux qui ont frappé à la porte de la Lumière mais prenez garde de vous soumettre à ces signes car, si vous frappez à la porte de la Lumière et que vous refusez les signes, votre corps n'a plus de raison d'être car l'expérience est gâchée. Cela est votre choix d'âme. Encore une fois cela n'est pas une contrainte extérieure mais intérieure. Certains êtres ont dit que la Lumière vomit les tièdes. Ceux qui sont froids se réchaufferont un jour mais ceux qui sont tièdes ont déjà eu un aperçu de la chaleur et de la Lumière mais préfèrent maintenir un statu quo. Cela est impossible. Vous ne pouvez rester, une fois que vous connaissez le principe de l'attraction et de la polarité de la Lumière qui vous aspire, entre deux mondes. D'autant plus que le monde vous convie aujourd'hui, de manière collective, à cet abandon.

Question : la meilleure façon de vivre ce retournement est de rester aligné ?
L'alignement est indispensable à cela mais il n'est pas suffisant.

Question : que faut-il d'autre ?
Le principe du don.

Question : il me semble que votre message reflète celui du Christ en version alchimique et que nous nous trouvons tous dans le creuset du grand alchimiste de l'univers ?
Tout être humain ayant réalisé le grand œuvre, quel que soit son milieu de naissance, quelles que soient ses croyances, va colorer de manière indélébile son œuvre. Mais la finalité est toujours la même : le don et l'Amour, que cela passe par la création de ce qui est appelé aujourd'hui ashrams (ou hôpitaux, de mon vivant) ou encore de fraternités (comme le grand Maître Bença Deunov), cela a la même finalité : de favoriser la rencontre avec la Lumière, avec l'humanité, de poser les conditions propices à être libéré un minimum des contingences mêmes de l'incarnation quant à la satisfaction des besoins naturels que sont le fait de manger et dormir à sa faim. Car, une fois que vous avez le ventre plein, que vous avez dormi, plus rien ne s'oppose à votre don si ce n'est ce que vous avez bâti d'illusoire.

Question : comment parvenir au don, une fois alignés ?
En abandonnant. Cela tourne en rond. Il n'y a pas d'autre alternative que cela. Bien aimé frère, si tu espères avoir des mots pour satisfaire l'ego, tu te trompes. Il n'existe aucune technique autre que la conscience pure pour arriver à cela.

Question : la voie du milieu des traditions orientales semble contradictoire avec vos propos.
La voie du milieu est une voie d'équilibre. L'œuvre alchimique est une voie de déséquilibre. Il existe beaucoup de techniques, de mouvements, de philosophies visant à l'équilibre en ce monde. Elles sont fort louables pour ceux qui souhaitent rester en ce monde et expérimenter l'incarnation. Cela est une liberté imprescriptible, encore une fois.

Question : cela signifierait que l'accès au retournement et aux processus que vous avez décrits ne serait pas possibles par ces voies du milieu ?
Tout à fait. Connaissez-vous beaucoup d'êtres qui sont parvenus à l'éveil en pratiquant la voie du milieu ? Connaissez-vous beaucoup d'êtres qui ont atteint la Bouddhéité en suivant les enseignements du Bouddha ? Connaissez-vous beaucoup d'êtres qui ont réalisé l'éveil en suivant le Christ. Ils sont fort peu nombreux.

Question : il convient donc de faire tout cela sans aucun cadre extérieur ?
Exactement. Il n'y a pas d'autre alternative. Vous avez besoin de modèles. Ces modèles sont des béquilles que vous prenez en fonction de vos propres croyances personnelles dans différentes courants traditionnels, spirituels ou religieux. Vous ne pouvez accéder à l'éveil par cela. Il vient un moment où il faut tuer toute croyance, tout modèle et se faire face à soi-même.

Question : dans la dissolution liée à l'œuvre au noir, il peut déjà y avoir des prémices des noces alchimiques que certains appellent l'androgynat ?
Il peut y avoir, pendant l'époque du solve, pendant que se réalise cette œuvre appelée au noir, des bribes et des entraperçus de la Lumière et du don mais, encore une fois, tant que vous n'avez pas passé la porte de Dahat, vous ne pouvez parler ou vivre l'inconnaissable.

Question : la fin de la dissolution correspond à l'œuvre au blanc ?
Oui.

Il va certainement être temps pour moi, frères en humanité, de vous apporter mes hommages, mes remerciements, aussi, pour avoir fait l'effort d'entrouvrir la porte. Il vous appartient maintenant, si tel est votre choix, de terminer cela. Le maître mot est don, abandon. Vous devez faire taire et tuer toutes vos croyances, tous vos modèles afin d'aborder, nus, le passage. Soyez bénis pour votre présence, pour votre éternité. Mes hommages.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page