Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > THERESE DE LISIEUX

THERESE DE LISIEUX

4 décembre 2011

pdf

Mes Sœurs et mes Frères, je suis Thérèse de Lisieux. Ainsi était le nom que l'on m'a donné, après mon départ de cette Terre. Je serai, aujourd'hui, la deuxième Étoile à intervenir. Je porte, bien sûr, la Vibration de l'Étoile PROFONDEUR. Je ne reviendrai pas sur ce que j'ai déjà dit de mon expérience d'incarnation. Souvent, il a été dit que ma voie était la Voie de l'Enfance, la Voie de l'Innocence, la Petite Voie. Je vous ai déjà expliqué cela. Je viens, aujourd'hui, surtout, vous donner un certain nombre d'éléments, dans un premier temps, concernant ce qu'est la PROFONDEUR et ensuite, comme ma Sœur Ma Ananda, j'ouvrirai un espace d'échange avec vous, concernant l'Amour et plus spécifiquement cette notion de PROFONDEUR.

Tout d'abord, la Voie de l'Enfance, de l'Innocence, est directement reliée, bien sûr, à la PROFONDEUR. Cette PROFONDEUR (même si je n'avais pas les mots à l'époque, du fait de mon âge, pour exprimer cela), c'est être capable de ne plus voir la moindre apparence, être capable de s'extraire de tout « paraître », redevenir de plus en plus simple, de plus en plus humble, pour accepter que, jamais, sur ce monde, nous ne pouvons comprendre les tenants et les aboutissants. Alors, bien sûr, dans ce vingtième siècle, beaucoup d'éléments de réponse peuvent être apportés, par différentes méthodes, par différentes voies. Vous savez, tous, cela. Que cela soit par la technique, que cela soit par l'Énergie, que cela soit par la compréhension, même par la conscience d'un certain nombre d'éléments, il existe ce que l'on pourrait appeler une certaine forme de causalité qui a été montrée, expliquée (que cela soit, encore une fois, à travers des technologies modernes ou à travers la science que j'appellerais de l'âme). Il est, en effet, possible de se souvenir du pourquoi (dans cette vie ou dans d'autres vie) il arrive telle chose. Alors, bien sûr, il est logique que tout être humain ait besoin de comprendre et de savoir ce qui lui arrive. Mais comprenez bien que ceci est sans fin parce que dès que vous comprenez quelque chose d'un élément qui vous semble important dans votre vie, alors un autre élément va arriver et va vous entraîner dans une autre quête : besoin de comprendre pourquoi vous avez telle souffrance, besoin de comprendre pourquoi vous avez telle relation, avec tel être, ou tel rapport avec telle énergie. Et bien sûr, la vie est un ensemble de questions qui appellent des réponses et la personnalité, la vie (même la plus Lumineuse) sur ce monde, se traduira toujours par cet appel de réponses et ce besoin de sens, au travers de l'action/réaction. Et c'est logique et normal, parce que ce monde est construit sur le principe même de l'action et réaction. Quels que soient les noms que l'on donne à cela, cela est une évidence, dans la vie. Toute action que vous menez entraîne une réaction, les uns envers les autres, en vous-même, face aux énergies de la vie et à tout ce que l'on peut rencontrer quand on est vivant sur ce monde. Mais il existe une cause qui est indépendante de toute cause et de toute action / réaction. Et là, nous rentrons directement dans le mystère. Ce mystère est : « qui je suis ? », « qu'est-ce que je fais ici ? », « est-ce que je suis seulement ce corps ? », « est-ce que je suis seulement cet être qui fait telle chose dans sa vie ou est-ce qu'il n'y aurait pas quelque chose d'autre qui m'est caché ? », « est-ce qu'il n'y a pas quelque chose d'autre qui ne soit pas cette succession d'actions, de réactions, d'actes posés et auxquels on est confrontés ? », « est-ce qu'il y aurait d'autres états de ce que je suis ? », « est-ce qu'il y aurait, quelque part, sans pour autant savoir où cela est, à l'Intérieur ou à l'extérieur, quelque chose qui me comblerait et qui ne s'inscrirait plus dans une quelconque logique habituelle, humaine, mais quelque chose de mystérieux et sublime ? ».

Bien sûr, ceux qui connaissent un peu ma dernière incarnation savent que toute ma vie, dans chaque geste, et même quand je fus malade, à la fin de ma vie, je me dévouais, en quelque sorte, au Christ, à Marie. C'était, en quelque sorte, pour moi, le moyen de projeter un au-delà que, bien sûr, j'avais eu l'occasion, à de très petites reprises, de vivre (en particulier, enfant). Cela a suffi à orienter toute ma courte vie vers cet Absolu. Et pour cela, je me suis aperçue, très vite (même si j'avais choisi une forme d'enfermement), que toutes les circonstances de la vie, telle que nous la menons, tous (quel que soit notre rôle, quels que soient les enfants que nous avons ou pas, quelles que soient les professions que nous avons ou pas), nous emmènent sans arrêt à réagir et à agir et à ne pas pouvoir se poser la question fondamentale : « qui je suis et qu'est-ce que je fais ici ? ». Il y a, en quelque sorte, toujours, une espèce de frénésie extérieure d'obligations. Et je me suis aussi aperçue, très jeune, que je pouvais tout-à-fait continuer mes occupations, mes obligations (quelles qu'elles soient) et être totalement immergée dans cette application, dans cette obligation, dans cette action et, en même temps, avoir présent, au sein de ma conscience : « qui suis-je ? ». Et surtout de me dire que mon Royaume n'était pas de ce monde et qu'il y avait, quelque part ailleurs, en menant parfaitement ce que j'étais en train de faire, à ce moment-là, la possibilité de vivre quelque chose qui était sans fin et qui était de l'ordre de l'Amour le plus absolu et le plus pur. Bien sûr, il fallait mener à bien ces obligations, ces occupations et vous savez très bien, aujourd'hui (quel que soit votre âge, quelles que soient vos vies) que même si la Lumière vous appelle, de plus en plus, vous avez des obligations, des occupations à mener.

Alors il faut aussi être capable d'envisager que certaines de ces obligations, de ces occupations peuvent être menées de manière tout-à-fait naturelle mais avec un état de conscience différent. Cela pourrait s'appeler l'Attention et l'Intention, cela pourrait vous renvoyer aux Piliers de la tête et des Étoiles, de la Croix appelée cardinale entre AL/OD et IM/IS, l'Éthique, l'Intégrité. Tout cela vous le savez, pour ceux qui ont eu l'occasion de lire peut-être ce que d'autres Étoiles, d'autres Anciens vous ont dit (voir la rubrique « protocoles à pratiquer »). Il existait donc, de mon vivant, une forme, aussi, à mon niveau, de tension vers cet Abandon à la Lumière, vers le Christ. Et je m'apercevais alors que je pouvais mener à bien une tâche, en étant totalement immergée dans cette tâche, sans en éprouver la moindre lourdeur, parce que ma conscience, tout en étant dans cette tâche, était aussi, quelque part, dans cette forme de Communion que je souhaitais ardemment avec Christ, avec Marie. Et je m'apercevais alors que toutes les tâches que j'accomplissais pouvaient s'accomplir sans aucune difficulté, même quand je fus malade, parce qu'à ce moment-là, j'étais pleinement dans ce que je faisais mais je savais aussi, pour commencer à le vivre, que je n'étais pas seulement ce que je faisais. Alors, en fait, ce qui intervient, à ce moment-là, c'est justement la PROFONDEUR, parce que la PROFONDEUR nous fait envisager une obligation, une occupation (quelle qu'elle soit), non pas simplement comme, justement, une obligation ou une occupation mais comme un acte qui est tout-à-fait dans la possibilité de nous rapprocher de cet Absolu, dès l'instant où cette action et cette obligation est menée avec le Cœur. On s'aperçoit aussi, dans cet état-là, qu'il n'y a pas de valorisation ou de hiérarchisation d'une tâche. Il n'est pas plus important de conduire que de faire le ménage, que de prier, parce que la conscience est totalement présente dans cette PROFONDEUR que vous réalisez. Souvent, vous savez très bien qu'une action est menée avec un esprit qui vagabonde ailleurs. Eh bien non.

Si vous acceptez la PROFONDEUR et d'être pleinement lucide à ce que vous faites ou à ce que vous ne faites pas, à votre obligation, à votre occupation, si vous vivez cela non pas comme une contrainte, non pas comme un devoir mais au-delà de l'obligation et de l'occupation ou de la responsabilisation, vous allez vous apercevoir très vite qu'un mécanisme particulier se met en place, surtout dans les moments qui sont à vivre pour vous, mes Frères et mes Sœurs qui êtes incarnés sur Terre, parce que, comme vous le voyez peut-être, la Lumière est omniprésente. Et pourquoi est-ce que la Lumière serait absente des moments où vous exercez une responsabilité, quelle qu'elle soit ? Vous pouvez transformer aussi ce que vous exercez, non pas comme une action de la personnalité, mais comme une action de Grâce. Et cela est réalisable par la PROFONDEUR, parce qu'effectivement, si vous êtes dans la PROFONDEUR, et si vous êtes vraiment dans la Vibration du Cœur, à ce moment-là, eh bien, quelle que soit l'action accomplie, il n'y a pas d'action privilégiée parce que toute action se fait sous l'action de Grâce, par le Cœur, et non plus par la personnalité. Il y a aussi, à ce niveau-là, une forme de Transmutation, vous permettant de vivre que même l'acte le plus insignifiant de la vie ordinaire peut être rempli de la même Grâce que l'instant de Communion.

Rappelez-vous aussi ce que vous ont dit d'autres Étoiles, d'autres Anciens et les Archanges : que les moments de Communion vont s'intensifier, que les moments d'Appel de la Lumière vont s'intensifier. Alors bien sûr, il y a une phase, je dirais, d'acclimatation, quand l'Appel de la Lumière est tellement intense que vous ne pouvez plus rien faire, plus bouger. Mais ce n'est qu'une phase d'acclimatation. Alors bien sûr, vous savez qu'il y aura un moment collectif où vous sortirez, en totalité, de l'Illusion mais d'ici là, vous savez très bien qu'il faut continuer à avancer sur votre chemin, dans ce qu'est votre vie, fût-elle dans le vécu absolu de son Illusion et de sa fatuité, si l'on peut dire, par rapport à la Lumière. Mais c'est justement dans ces actes-là qu'il faut mettre le plus de Lumière parce que c'est dans cette PROFONDEUR que vous trouverez, dans ces moments-là (en remplissant tous les instants les plus ordinaires et les plus banaux de vos vies), que vous pourrez vraiment faire un apprentissage accéléré de la Lumière. Bien sûr, encore une fois, chaque Frère, chaque Sœur a un destin, un chemin différent pour vivre la Lumière. Certains ne peuvent (réellement, concrètement et physiquement) plus rien faire mais si vous allez au-delà de ce qui vous semble être imposé par la Lumière, vous vous apercevrez que vient un moment où vous pourrez réaliser n'importe quelle tâche, sans être absent mais en étant totalement présent.

La PROFONDEUR, c'est donc sortir de la superficialité, c'est réaliser, même la tâche la plus triviale, en étant nimbé et imbibé de la Lumière. Car c'est dans ces moments-là que vous pourrez faire l'expérience de l'Humilité, de la Simplicité, de l'Enfance. C'est dans les moments de PROFONDEUR des actes de la vie ordinaire que vous prendrez, réellement, conscience que l'Amour n'est pas ce que vous faites mais que ce que vous faites est rempli d'Amour. Et là, à ce moment-là, vous vous apercevrez que la distance qu'il pouvait exister entre vos moments de Communion (à la Lumière ou avec d'autres Frères et Sœurs) qui étaient privilégiés, pourront se manifester aussi, même dans le fait de passer un balai, parce qu'à ce moment-là, vous deviendrez quelqu'un qui vit le don et la TRANSPARENCE à la Lumière. Quel que soit l'acte, quelle que soit l'action, vous ne serez plus soumis à l'action / réaction (même dans vos relations avec vos Frères et vos Sœurs) parce que, si vous êtes pleinement présent, vous découvrirez la PROFONDEUR de ce qui est vécu, non pas tant comme un acte extérieur (à mener à bien par le sens d'une obligation, d'une occupation ou d'un devoir) mais, bien plus, comme un acte empreint du même Amour que dans vos états de Communion et d'alignement.

C'est comme cela que la Lumière grandit, en vous et autour de vous, et que la Grâce s'immisce dans votre vie, de manière subtile et, petit à petit, de plus en plus évidente. Cela fait partie, aussi, de l'Abandon à la Lumière et vous amène, petit à petit, à concrétiser et à conscientiser que la vraie Vie est ici, non pas seulement dans cette Dimension mais dans ce que vous êtes, à l'instant présent. Cela vous permettra aussi de vous éloigner de toute interrogation future et de tout poids passé. Alors, bien sûr, chez nos Sœurs et nos Frères orientaux, cela s'appelle, par exemple, le sens du Service, le Seva ou le Bhakti Yoga. Cela participe, indéniablement, à vivre encore plus la Lumière. Ce sont des moments qui sont extrêmement importants parce que rappelez-vous que, dans cette période où la Lumière se déploie partout, l'Intelligence de la Lumière vient spécialement, pour chacun de vous, vous mettre en face, précisément, de ce qui est à résoudre. Il n'y a rien qui arrive par hasard, que cela concerne le corps, que cela concerne les relations. Si nous dépassons le regard de la personnalité (et je l'ai fait de mon vivant, alors, vous pouvez le faire), alors vous vous apercevrez qu'il existe une autre étape et un autre état de l'être, qui est indépendant de ce qui est en train d'être mené, tout en étant pleinement conscient de ce qui est mené ou de l'action qui est conduite. Et vous vous apercevrez alors que la majesté de la Lumière remplit aussi, de sa Grâce, ces moments-là. C'est ainsi, de cette façon-là, de proche en proche, que vous ferez grandir, en vous et autour de vous, la conscience de la Lumière, de votre Lumière et de la Lumière qui est partout. Il n'y a donc rien à rejeter, aujourd'hui, parce que, ce que vous propose la vie (que cela concerne une maladie de ce corps, que cela concerne une rupture ou une grande joie), ne fait aucune différence.

Tous les éléments qui se produisent dans votre vie, même s'ils semblent (pour le regard de la personnalité) sans profondeur, comme un élément difficile à vivre, contraignant, vous éloignant de la Lumière parce que vous éloignant de vos moments de Communion, il vous faut, là aussi, adopter un autre regard et comprendre que, de plus en plus, absolument tout ce qui vous arrive et absolument tout ce qui vous arrivera n'est, en définitive, fait que pour vous faire trouver, encore plus, qui vous êtes. Faisant, à ce moment-là, que vous n'avez plus à vous poser la question de : « qui suis-je ? » et : « où suis-je ? », parce qu'à ce moment-là, vous vivez, effectivement, l'Unité et le Cœur qui Vibre. Et là, vous êtes comblé : il n'y a aucune impatience, il n'y aura aucun besoin de faire cesser telle tâche ou telle obligation parce que votre état de conscience et votre Cœur sera totalement indifférent à ce que vous menez et là, à ce moment-là, vous vous rapprocherez grandement de l'établissement permanent dans le Cœur, c'est-à-dire de vous installer, de manière définitive, dans la Conscience du Soi et de l'Amour Vibral. Il faut, pour cela, avoir une certaine forme d'effacement, d'Humilité, une certaine forme de Simplicité et de Pauvreté. C'est accepter la vie, dans toutes ses composantes. Bien sûr, c'est profondément différent de la vie de la personnalité qui va toujours chercher à agir dans un sens qui est celui de la personnalité. Alors que si vous êtes lucide, dans votre PROFONDEUR, de l'instant présent, vous vous apercevrez qu'il existe une force absolument admirable qui vient tout résoudre. Vous vivrez, à ce moment-là, l'évidence de la Grâce et vous comprendrez que vous êtes rentré dans votre propre PROFONDEUR et que, pour vivre cela, vous savez très bien qu'il faut totalement vous effacer.

S'effacer ne veut pas dire disparaître mais mettre, devant, l'Amour et le Cœur et non plus la personnalité et ses désirs. C'est ne plus être dans la justification de quoi que ce soit, ni dans l'appréhension de quoi que ce soit. C'est être totalement présent à soi-même, totalement présent à l'instant, et à aucun autre instant. C'est être totalement impliqué et, en même temps, totalement détaché. Cette implication et ce détachement sont essentiels car ils conduisent, vraiment, à la PROFONDEUR et ils conduisent au Cœur. Et donc ils font partie de ce Triangle dont a parlé Ma Ananda Moyi, entre le point AL, le point PROFONDEUR et le point UNITÉ (ndr : voir la rubrique « protocoles à pratiquer / les 12 Étoiles »). C'est une dynamique particulière qui s'installe, au travers de cela, qui a pour vocation de vous faire conscientiser, encore plus, l'état d'Être de Lumière qui est votre nature essentielle, comme nous tous. Réalisant cela, vous ferez un grand pas vers la PAUVRETÉ, vers la Voie de l'Enfance. Et vous constaterez les effets sur votre vie, sur votre conscience, sur votre corps, parce que (quoi qu'il arrivera à ce corps ou à toute relation ou à tout travail) vous vivrez des moments d'immersion dans la Lumière qui seront, à ce moment-là, totalement indépendants de vos états d'Alignement, de vos états de Communion. Et vous constaterez que la Grâce remplit votre vie, à des moments les plus imprévus ou imprévisibles. Vous rentrerez en contact, d'autant plus facilement, avec les autres Dimensions et les vivrez. Le Canal Marial s'intensifiera. Vous percevrez des Vibrations de plus en plus intenses. La Joie sera votre Demeure et votre domicile, quoi que vous meniez, quoi que vous accomplissiez. Que ce corps soit en santé ou malade, cela n'influera pas sur votre Joie. À ce moment-là, la douleur, même très physique, du corps, ne vous affectera plus. Vous vivrez ce que j'ai vécu, peu de temps avant que je rejoigne la Lumière : c'est que, finalement, je ne suis pas ce corps, même si je suis pleinement ce corps. Il y a quelque chose d'autre qui transcende, de très loin, la limitation de ce corps et que s'il arrive quelque chose de dramatique à ce corps, eh bien je ne suis plus ce corps, même si je suis dedans. Je ne suis pas affectée par la douleur, je ne suis plus affectée par la souffrance : c'est cela que va vous faire réaliser la PROFONDEUR.

Voilà les quelques mots que j'avais à donner, ils sont très brefs mais je reste, bien sûr, avec vous, pour échanger par rapport à cela parce que, aujourd'hui, est une journée de Communion et d'échange avec notre triple Présence et que, peut-être, il est important de préciser certains éléments dans ce que je viens de dire, concernant la PROFONDEUR, qui rejoint la Voie de l'Enfance, de la Simplicité. Alors je vous laisse vous exprimer.

Question : atteint-on la PROFONDEUR par l'Étoile PROFONDEUR ou par les Portes ?
Mon Frère, ni l'un ni l'autre. En appliquant ce que je viens de dire. Être conscient, à chaque instant, et surtout dans les moments qui vous semblent ordinaires et non extraordinaires. C'est à cette condition que naîtra l'extraordinaire dans l'ordinaire. C'est très exactement ce que je viens d'expliquer.

Question : concernant les trois Étoiles de la Couronne, quelle est la position du point AL ?
Peu importe. Pour ceux d'entre vous qui ont perçu et ressenti les Vibrations des Étoiles, vous savez pertinemment (et vous avez peut-être repéré) qu'il existe des moments, des jours, des mois, des instants au sein d'une journée, où certaines Étoiles sont plus manifestes que d'autres (ndr : voir la rubrique : « protocoles à pratiquer »). D'ailleurs, il me semble que le Commandeur (ndr : Omraam Mikaël Aïvanhov) vous avait parlé des points que vous percevez le plus, que cela soit au niveau des Étoiles et des Portes. Vous savez à quoi correspondent ces points, ces Portes, ces Étoiles. Elles sont, en quelque sorte, les témoins, dans la chair, de la transformation que vous vivez. Bien sûr, à un moment donné, il était important de se focaliser peut-être sur certains points, certaines Portes, certaines Étoiles et vous constatez, d'ailleurs, que si vous portez votre attention sur l'une des Étoiles, elle se met à Vibrer. D'autres ne sentent plus un point ou une Étoile mais sentent un ensemble de points et d'Étoiles, concernant soit un Triangle élémentaire soit toute une partie, antérieure ou postérieure, des Étoiles. Tout ceci sont des marqueurs. Bien sûr, vous pouvez vous servir du point AL, retourné ou pas. Vous pouvez vous servir, de la même façon, des Étoiles. Et peut-être avez-vous remarqué (parce que cela, vous le vivez, mais cela n'a pas été expliqué parce que vous le vivez, ça n'a pas besoin d'être expliqué), il existe, effectivement, une connexion entre Portes et Étoiles, se réalisant par le cou. Certains d'entre vous ont remarqué que, quand le Canal Marial s'active, il y a des points qui s'activent en même temps. Rappelez-vous que ces points sont des points d'ancrage de la Lumière mais aussi des manifestations des potentiels spirituels. La PROFONDEUR est un élément important, vous permettant de trouver les deux autres points, c'est-à-dire AL et UNITÉ, autrement appelés, si vous préférez, l'âme et l'Esprit, c'est-à-dire de rejoindre l'âme et l'Esprit dans la même finalité qui n'est plus le corps, qui n'est plus la personnalité mais qui est bien la Lumière. Alors, peu importe. Ce qui est important, bien sûr, c'est les Vibrations. Mais, au-delà de cela, vous devez aussi calquer, en quelque sorte, les comportements, aux Vibrations. À notre époque, nous n'avions pas tout cela parce que les temps étaient différents, parce que le temps que vous vivez aujourd'hui, depuis quelques années et depuis une génération correspond à un changement total de mode de conscience. Mais le plus important restera toujours, comme le Christ avait dit : « on reconnaîtra l'arbre à ses fruits ». Quels sont vos fruits ? La Grâce de la Lumière donne toujours des fruits abondants, où d'ailleurs se manifeste l'abondance. Il n'y a pas de restriction, dans la Lumière. La Lumière, par son Intelligence, pourvoit à tout ce qui est utile et nécessaire à toute vie, dès l'instant où le Cœur Vibre. Le manque ne s'inscrit que dans la personnalité. La PROFONDEUR dont j'ai parlé est un moyen important, par les explications que j'ai données, de faire propager la Lumière, bien au-delà de vos espaces d'Alignement et bien au-delà des moments où la Lumière vous appelle. Mais c'est les moments où vous allez, vous-même, créer, en quelque sorte, un Appel à la Lumière (en menant ces actions, ces obligations, ces occupations qui ne sont pas le fait de votre volonté mais, bien plus, le fait de l'établissement de votre conscience dans cet état de PROFONDEUR), qui crée l'Appel à la Lumière mais qui n'est pas lié à la personnalité. Je peux rajouter (mais sans déborder sur le cadre de la troisième Étoile, de ce jour, ma Sœur Gemma) que, si vous réalisez votre occupation, votre obligation, votre tâche, dans cet état d'Alignement, dans cette Attention, vous découvrirez que ce qui, auparavant, pouvait vous sembler fastidieux et difficile, vous apparaîtra, avec la PROFONDEUR, léger et, en définitive, joyeux et tout aussi Unitaire.

Question : dans la quête de la Lumière, peut-on craindre des perturbations extérieures ?
Ma Sœur, tant qu'il existe la crainte de quoi que ce soit d'extérieur, ceci est une projection extérieure. La Lumière n'a peur d'aucune Ombre. La Lumière est un état d'être qui transcende le Bien et le Mal : donc il n'existe aucune énergie, aucune conscience qui puisse s'opposer à l'état d'Être dans la Lumière. Tant qu'il existe une conception ainsi tournée, tant qu'il existe un diable à l'extérieur, ou une conscience qui vient vous perturber, cela ne fait que vous renvoyer à votre manque de PROFONDEUR et à votre manque de Cœur, parce que, dans le Cœur, vous n'avez rien à craindre. Comment est-ce qu'un élément de l'Ombre (ou opposé à la Lumière) pourrait intervenir au sein de celui qui est Lumière, dans la Vibration du Cœur ? C'est impossible. Ainsi donc, si, dans votre vie, se manifeste un élément contraire à la Lumière, c'est que, bien évidemment, il y a une résonance par rapport à cela, en vous. Et tout dépend aussi du point de vue. La Lumière n'a que faire de l'Ombre. La Lumière est Transcendance et Joie. S'il y a tristesse, s'il y a opposition, c'est qu'il n'y a pas suffisamment de Joie, c'est qu'il n'y a pas suffisamment de Cœur. Sans juger, sans culpabiliser quoi que ce soit mais c'est un appel à vous recentrer, c'est un appel à vivre le Cœur et non plus à projeter, dans un regard qui sépare quoi que ce soit ou qui que ce soit. Il n'y a pas d'ennemi extérieur, il n'y a pas de contrainte extérieure à la Lumière. C'est juste le point de vue de la conscience qui crée cela. Tant que vous êtes persuadé qu'il y a une personne, un travail ou une énergie opposée (ou une énergie sombre) qui s'oppose à ce que vous viviez l'Unité, cela n'est qu'une projection. Bien sûr, à un niveau de conscience (celui de la Dualité), le diable est omniprésent. Et d'ailleurs, ce monde n'est pas gouverné par l'Unité, sinon que se passerait-il ? Eh bien, c'est très simple : vous seriez multidimensionnels, déjà. Vous n'auriez pas besoin de dissoudre une quelconque Illusion, elle se serait dissoute, en totalité. Il n'existe donc aucun obstacle extérieur. Tant que vous concevez et croyez cela, vous fonctionnez selon le principe de la Dualité et, bien sûr, vous y êtes soumis. Tant que vous recherchez le Bien (au travers de l'Énergie, au travers de pratiques), vous vous éloignez de l'Unité et du Cœur parce que le Cœur (et l'Unité) est un état d'être. Il n'est pas une quête, il n'est pas une recherche. Il est l'acceptation de l'état d'Être. Tant que vous concevez la Lumière comme une quête, cela exprime, simplement, une Dualité. Cela n'est pas un jugement, cela n'est pas non plus une condamnation mais vous appelle, simplement, à vous redéfinir par rapport à vos pratiques, à vos manœuvres, à ce que vous faites dans votre vie. S'il existe le désir d'expression d'une beauté (sous la forme d'un rituel, d'une protection, le besoin de vous entourer de quoi que ce soit qui vous semble beau), c'est que vous-même n'êtes pas la beauté. Parce que, si vous êtes la beauté, si vous êtes le Cœur, en quoi y aurait-il besoin de tel objet pour protéger quoi que ce soit ou qui que ce soit ? En quoi y aurait-il besoin de rejeter qui que ce soit ? Alors, bien sûr, ce que je vous ai dit, par rapport à la PROFONDEUR, s'adapte totalement à ce genre de situation. Quand vous œuvrez pour vous protéger, quand vous œuvrez pour créer quelque chose, qui agit ? Qui fait quoi ? Qui êtes-vous ? Où êtes-vous, à ce moment-là ? Êtes-vous dans le Cœur ? Êtes-vous en Unité ? Tant que vous croyez et vivez l'expérience qu'il faut lutter contre le Mal, pour trouver le beau, plutôt que de cultiver le beau (non pas comme une opposition au Mal mais dans l'Unité et dans la Joie), alors, à ce moment-là, vous vous éloignez de votre propre Unité, vous renforcez votre propre Dualité. Même si les résultats sont une certaine forme de tranquillité, une certaine forme d'apaisement, parce que vous avez chassé le Mal, parce que vous vous sentez protégé dans un lieu, dans un espace. Mais, en fait, vous ne faites que traduire un manque de PROFONDEUR parce que celui qui est dans la PROFONDEUR est dans le Cœur et vit ce qu'a décrit Ma Ananda Moyi : cet état de jouissance absolue du Cœur. De quoi pouvez-vous avoir peur ? Il n'y a que dans ces moments-là que vous êtes complet et Unitaire. Tout le reste ne sont que des projections de peur, de manque, d'insuffisance, qui vous empêchent de vous poser la question : « qui suis-je ? » et « où suis-je ? ». C'est une forme de dérivatif, créé par la personnalité. Rappelez-vous : la Lumière est simple, tellement simple, la Voie de l'Enfance est tellement simple que le mental ne veut pas en entendre parler. Alors, il va créer des rituels, il va créer des systèmes de protection, il va créer, lui-même, des oppositions Bien / Mal pour se justifier. La Lumière n'est pas une justification. Jamais.

Question : comment sublimer la souffrance du corps ?
Ma Sœur, c'est exactement ce que j'ai exprimé. Vient un moment où l'état de Grâce (la Lumière) est tellement important que, quelle que soit la souffrance qui affecte ce corps, fût-elle la plus terrible, elle n'est plus vécue comme une réalité, parce que la souffrance concerne exclusivement la personnalité. Elle ne peut pas concerner le Cœur. Ainsi donc, si je prends ma courte vie, même dans les moments où je rendais mes derniers souffles, où la souffrance fût terrible, je ne vivais pas cette souffrance, je vivais la Lumière. Tout dépend, là aussi, de où vous vous placez dans votre conscience. Alors bien sûr, certains Anciens vous ont parlé de cela. Êtes-vous ce corps ? Êtes-vous cette souffrance ? Et pourtant, il existe des raisons, que vous nommez physiologiques, de souffrir. Ce sont souvent des garde-fous mais il existe une Transcendance de la Conscience et du cerveau, qui fait que vous n'êtes plus affecté par une quelconque souffrance. Et cela est le cas dès l'instant où vous vous installez dans le Cœur, en Vérité.

Question : comment s'extraire de la souffrance pour arriver dans la Lumière ?
Comme nous vous l'avons dit, les unes et les autres, et aussi les Anciens, il n'existe aucune limite, aujourd'hui, pour vivre la Lumière (ni d'âge, ni de karma, ni de souffrance, ni de situation). La seule barrière sera toujours vous-même, mais quand vous êtes au niveau de la personnalité. Celui qui accueille la Lumière passe outre, non pas comme un acte de dénégation de la souffrance ou d'une situation mais parce que le Cœur est la Joie, parce que le Cœur est la réponse, en totalité. Ça veut dire, simplement, ma Sœur, quand tu poses cette question, que ta conscience est centrée sur la douleur et, bien sûr, nous savons tous que le corps nous rappelle à l'ordre, par sa propre souffrance. Mais la souffrance qui est vécue, quelle qu'elle soit, est un Appel et une invitation à vivre la Lumière, parce qu'il existe un espace de toi, comme pour chaque être humain, où la souffrance n'a plus aucun poids, où la souffrance ne peut plus altérer l'état de la conscience. Et cela ne peut être vécu, non pas dans le déni d'une souffrance ou d'un problème mais uniquement dans l'acceptation du Cœur et le vécu du Cœur. Vous savez très bien qu'il y a eu de très nombreux mystiques ou d'Êtres Éveillés qui ont vécu des maladies terribles et que, malgré ces maladies terribles, ces Êtres-là ont manifesté l'Amour, en totalité. Je vous renvoie pour cela à notre Sœur et Étoile, Yvonne Aimée de Malestroit, qui a vu sa vie, elle aussi, altérée (sans en mourir) par des maladies fort fâcheuses et qui pourtant manifestait, même dans les signes de cette maladie terrible, des signes de Grâce, absolument incroyables pour la personnalité. Vous avez, en vous, toute la capacité, aujourd'hui, pour chacun, de transcender toute souffrance et toute situation, non pas par un acte de volonté, non pas par un contrôle, mais bien par un Abandon et surtout par l'accès à votre propre PROFONDEUR. Alors pour cela, il n'y a pas de technique. Bien sûr, il peut exister des moyens, fort logiques, de calmer une souffrance physique ou psychologique, que cela soit avec des médicaments, de l'énergie ou des prières ou peu importe. Mais si vous êtes affecté, durant cette période, par quelque chose de précis, rappelez-vous qu'il y a, par rapport à ce que vous vivez, une invitation à la Lumière. Et si vous répondez à cette invitation, vous constaterez vous-même que la Grâce de la Lumière a agi en vous et que, même si le corps est affecté, vous n'êtes plus ce corps et surtout vous n'êtes pas cette souffrance ni cette limitation. Ceci est valable pour le corps comme pour le psychologique mais il faut vraiment vous Abandonner à la Lumière et aller vers votre propre PROFONDEUR. Tant que vous restez dans la superficialité de la personnalité et dans la plainte et la souffrance, vous ne pouvez vivre cela. Il n'y a strictement rien de ce monde, de votre karma, de votre environnement, qui puisse s'opposer à la Lumière. Il n'y a que vos propres résistances. Alors, bien sûr, c'est très dur à accepter que rien ne vient de l'extérieur et que tout, en définitive, ne peut provenir que de soi parce qu'il n'y a pas de méchants, à l'extérieur. Il n'y a qu'un regard qui vous fait croire cela et ce regard est celui qui existe, au sein de la superficialité, au sein de la personnalité. Il n'y a pas d'autre ennemi que ce que vous êtes. Vous pouvez être parfaitement bien dans votre Cœur et vivre, sur ce monde, dans la Joie. Mais tant que cela n'est pas le cas (tant que vous croyez qu'il y a un bourreau, tant que vous croyez qu'il y a une maladie, tant que vous croyez qu'il y a un virus, tant que vous croyez que vous êtes soumis à un méchant, tant que vous croyez que le monde est mal fait), même s'il est fort logique de ne pas être bien dans ce monde (ça serait d'ailleurs un signe qui serait terrible d'être parfaitement bien dans ce monde), vous oscillerez, en permanence, d'un état à un autre. Le but de la Lumière, encore une fois, c'est de vivre l'état d'Être, permanent, de la Lumière. C'est cet apprentissage que vous menez. Vous avez de très nombreux exemples (comme je l'ai dit, de mystiques) qui ont été atteints de maladies terribles et pourtant, est-ce qu'ils en souffraient ? Alors que pour ce que l'on appelle le commun des mortels, la souffrance était intolérable. Qu'est-ce qui différencie ? Est-ce que c'est une différence de conformation des circuits neurologiques ? Non. C'est simplement une différence de conscience.

Question : y a-t-il un rapport entre la PROFONDEUR et le silence ?
Oui. La PROFONDEUR est silence parce que pénétrer dans la PROFONDEUR, c'est faire taire tout ce qui vient des sens. C'est s'immerger, en quelque sorte, dans la vacuité et le plein, en même temps. La PROFONDEUR qui précède l'UNITÉ, c'est, justement, ce Silence. C'est le moment où tout semble comme s'arrêter ou se suspendre. Bien sûr, le silence des sens, le silence des pensées, des émotions, des souffrances, est indispensable. Et ce n'est pas en luttant contre la souffrance, ce n'est pas en luttant contre les sens, qu'on les fait taire, mais bien en étant Lumière. Cela vous invite à un changement de regard sur vous-même. C'est exactement ce que je disais à travers : « qui suis-je ? » et « où suis-je ? ».

Question : pourriez-vous définir le mot Pauvreté ?
La Pauvreté dont je parle, ma Sœur, n'est pas la pauvreté d'argent mais la Pauvreté du mental. C'est celui qui accepte de ne rien pouvoir expliquer, de ne rien pouvoir comprendre, parce que toute la conscience est centrée sur l'Être. Alors, à ce moment-là, il y a la Pauvreté. Il faut accepter, pour cela, de se défaire de tous ses poids, de toutes ses connaissances, l'espace de cet instant-là. Redevenir Pauvre, c'est redevenir comme un enfant. L'enfant qui s'inscrit, idéalement, dans ce qu'il vit, dans l'instant présent. C'est être capable de vivre l'instant, sans être affecté ni par une émotion, ni par le corps, ni par le mental, ni par une quelconque connaissance. C'est le moment où la Lumière est tellement évidente qu'il n'y a plus besoin de réfléchir sur la propre perception qui est vécue. C'est le moment, d'ailleurs, où la perception des sens disparaît. La Pauvreté, c'est cela. C'est le moment où vous acceptez de poser tous les bagages. C'est le moment où vous acceptez de rendre les armes, sans aucune exception. À ce moment-là, la Porte Étroite, appelée OD, se franchit. La PROFONDEUR vous invite à aller vers OD, parce qu'elle vous extrait de tout ce qui est riche. Elle vous extrait de tout ce qui n'est pas Simple et de tout ce qui n'est pas Humble. La Lumière est Simple. La Lumière est Humble car elle n'a aucune prétention sur cette Illusion (sur cette Maya, comme disent nos Sœurs orientales). C'est le Christ qui vous disait : « mon Royaume n'est pas de ce monde », « vous êtes sur ce monde mais vous n'êtes pas de ce monde ». C'est tout un ensemble de phrases qui ont été prononcées, à de très nombreuses époques, quelle que soit la culture, quelle que soit la société. C'est à cela que vous invite la Pauvreté. C'est effectivement déposer les armes, accepter qu'il n'y a pas de quête, accepter qu'il n'y a pas de connaissance qui vous conduise et qui puisse vous conduire au Cœur, parce que toute connaissance manifestée à travers ce qui a été appelé les lois de l'âme, à travers l'ésotérisme, vous éloigne du Cœur. Bien sûr, cela va vous renforcer dans votre personnalité, elle va élargir cette connaissance spirituelle, votre impression de dominer votre vie, de contrôler votre vie, d'en comprendre les tenants et les aboutissants, d'en comprendre le karma, d'en comprendre la réincarnation, les relations entre les êtres. Mais cela reste, comme disait Ma Ananda Moyi, exclusivement horizontal mais ça ne sera jamais vertical. Être pauvre, c'est accepter et reconnaître cela. De cette façon-là (et c'est la seule), vous vivez la Lumière. Avant, il n'y a que l'Illusion de la Lumière.

Question : si on ressent que la personnalité n'arrive plus à rien, ne vaudrait-il pas mieux tout lâcher et attendre ?
Effectivement, vous êtes de plus en plus nombreux, comme cela a été dit, à vivre ces immersions dans la Lumière. Vous ne pouvez plus rien faire. Vous pouvez juste Être. Alors, à ce moment-là, il faut suivre, effectivement, les lignes de moindre résistance et suivre ce que l'Appel de la Lumière vous demande. Mais ce que j'exprimais concerne ceux qui sont encore, comme je l'ai expliqué, dans une certaine forme d'activité, de par leurs responsabilités, de par leurs occupations. Tout est possible et tout est envisageable. Celui dont l'Appel de la Lumière est de plus en plus intense, effectivement, ne peut plus rien faire. Ces êtres-là, ces Frères et ces Sœurs, peuvent passer des heures entières immergés dans la Lumière, dans le Soi, un peu à l'exemple de Ma Ananda Moyi. Il était, évidemment, impossible, pour notre Sœur Ma, de réaliser certaines tâches ou même de se nourrir, tout simplement. Elle était nourrie par d'autres. Mais vous n'êtes pas tous dans le même état, vous n'êtes pas tous dans la même phase, donc il faut, effectivement, respecter ce que vous demande la Lumière. Pour chacun, c'est différent.

Question : si on a du mal à ressentir les Vibrations, on n'a pas intérêt à lâcher ça aussi ?
La Lumière, si elle ne vous demande pas, par la Vibration et par la conscience que vous en avez, de lâcher vos activités, pourquoi lâcheriez-vous ce que vous êtes en train de faire ? Peut-être que pour vous, justement, la vie, c'est réaliser ce que vous êtes en train de faire. Chaque chemin de chaque Frère, de chaque Sœur est profondément différent. La PROFONDEUR est justement le moyen de répondre à cette question. « Qui suis-je ? » et « où suis-je ? ». Parce qu'à un moment donné, si vous acceptez cette PROFONDEUR, ce qui transparaîtra, en vous, c'est justement l'impulsion de la Lumière et non plus l'impulsion de la personnalité. Maintenant, rappelez-vous aussi que chaque conscience a un devenir différent. Rappelez-vous aussi ce que disait le Commandeur (ndr :Omraam Mikaël Aïvanhov) : « si vous ne vivez pas la Vibration, peut-être la vivrez-vous à l'extrême limite ». Peut-être justement est-ce, pour vous, laisser faire ce qui est à faire, pour vous, dans votre vie, même si cela ne vous plaît plus. L'Humilité, c'est aussi cela. C'est d'accepter ce que la Lumière vous propose de vivre ou de ne pas vivre. C'est la seule certitude que vous puissiez avoir, par rapport à cela, c'est justement de rentrer dans votre propre PROFONDEUR parce que l'Unité et la Vibration de la Joie de l'Unité se trouvent dans cette PROFONDEUR.

Question : pouvez-vous nous parler du symbolisme de la rose ?
Ma Sœur, te parler de la symbolique ou du symbolisme de la rose nous éloigne de la PROFONDEUR et de l'Amour, parce que cela te renvoie à une activité mentale, à un besoin de relier les choses, au niveau du mental, ce qui est appelé, d'ailleurs, le symbole. Le symbole (ce qui unit), le diabole (qui est son opposé, ce qui sépare), se situent, irrémédiablement, au niveau du mental et de la personnalité. La rose est mon symbole, c'est-à-dire qu'il est le signe de ma manifestation, depuis là où je suis, pour les âmes que je touche. Voilà la seule chose que je peux en dire parce que c'est mon symbole et ma Présence. Mais parler du symbolisme de la rose, d'une façon générale, nous éloignerait de notre sujet. Mais c'est, effectivement, avant de partir, ce que j'avais dit : « je passerai mon Ciel à faire du bien sur la Terre » et cela se manifesterait, de toutes les façons possibles, par la rose : que cela soit son odeur, que cela soit la vraie rose, que cela soit une carte postale, que cela soit un nom, peu importe. Mais c'est mon signe et mon symbole parce que, pour moi, la rose est reliée à Marie, au-delà du lys. Parce que la rose était, déjà, pour moi, le symbole de la perfection et de la profondeur de la vie. Alors bien sûr, la rose est omniprésente dans nombre de sociétés particulières, dans beaucoup de peuples occidentaux. Donc je n'irai pas au-delà de mon propre symbole de manifestation, qui est simplement le signe de ma Présence, pour ceux qui m'ont demandée ou pour ceux que j'ai appelés. J'entends, par là, ceux avec lesquels j'ai pu entrer en communication ou en Communion, par le Canal Marial. Et avant la constitution de ce Canal Marial, ce sont des Frères et des Sœurs qui se sont sentis irrésistiblement appelés, d'une manière ou d'une autre, soit par mes écrits, soit par venir me voir sur les mémoires de mes vies (et de ma vie passée surtout) ou qui, d'une façon ou d'une autre, ont pensé à moi, au-delà de toute notion de religion. Il existe une multitude de Frères et de Sœurs qui se sont réveillés, comme cela, un matin, avec mon nom, ma Présence. C'est ma façon d'appeler certains êtres. Cet appel est, avant tout, un appel que je qualifierais, si l'on peut l'appeler ainsi, de spirituel. Et c'est un appel qui n'est pas une invitation à une quête mais, bien plus, à communier avec moi et avec la Lumière, de différentes façons.

Nous n'avons plus de questionnement, nous vous remercions.
Frères et Sœurs, je rends Grâce à notre Communion, à vos questions, à vos interrogations. Je terminerai par ces mots : l'Amour est simple : tout ce qui n'est pas simple n'est pas l'Amour. L'Amour est évidence : tout ce qui n'est pas évident n'est pas l'Amour. Dès qu'il y a complexité, dans votre vie ou dans votre tête, il n'y a pas Amour. Ceci est une invitation à aller plus en profondeur de qui vous êtes, de où vous êtes. Il n'y a aucun jugement, il n'y aura jamais aucune condamnation, par la Lumière. Il y a juste une bienveillance qui est là, maintenant, de manière de plus en plus pressante et qui attend, simplement, que vous vous tourniez vers Elle, que vous vous Abandonniez à Elle, pour vivre la Joie. Frères et Sœurs dans la chair, je vous comble, comme vous me comblez. Vivons la Grâce. Au revoir.

... Effusion Vibratoire ...

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page