Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > O.M. AÏVANHOV

O.M. AÏVANHOV

1er février 2007

pdf

Et bien, chers amis, je suis extrêmement content de vous retrouver en cette nouvelle année qui démarre maintenant depuis un mois et je suis extrêmement content de pouvoir à nouveau parler avec vous et d'essayer de vous aider dans votre chemin d'évolution. Si vous avez par exemple des questions qui concernent aussi bien votre évolution spirituelle que des interrogations sur des choses plus terre à terre dans votre vie, et si il est dans mes possibilités de vous répondre, bien évidemment, je répondrai. Alors bienvenue à nous tous et à ces premiers échanges de l'année.

Question : pourquoi, comme beaucoup de personnes, j'ai des difficultés au niveau de la gorge ?
Il y a en effet dans tes cocons de Lumière, je dirais, déjà un déséquilibre plutôt marqué en ce moment entre la volonté de l'âme, l'aspiration à la vie spirituelle et les contraintes de la vie matérielle. Symboliquement on peut dire que certaines circonstances de ta vie sont vécues comme étouffantes, cela correspond à une interrogation importante quant au sens de l'orientation que doit prendre ta vie et ton activité dans tous les secteurs pour les années à venir. Cela se traduit par une période de difficulté de manquer d'air, d'étouffer quelque part, cela est d'autant plus vrai que les différentes inspirations spirituelles que tu as vécues dans la période précédente a ouvert les champs cardiaques de manière importante qui fait que le fait de te retrouver dans l'étroitesse, entre guillemets, de la vie, ici, ne permet pas de laisser toute la place à l'expansion du cœur telle qu'elle a été vécue par l'âme précédemment. Alors cela est parfois vécu comme une gêne importante et ça traduit la difficulté inhérente de se recréer quelque part une forme de nouvelle vie, une forme de nouvelle activité plus en rapport avec l'interrogation de l'âme et l'aspiration de l'âme. Alors la solution c'est bien évidemment de redéfinir, de manière précise, de manière authentique aussi, des activités dans tous les secteurs de vie qui soient en rapport avec l'authenticité de l'âme et les ouvertures du cœur vécues précédemment. A partir du moment où cela sera mis en œuvre, il est évident que cette difficulté vécue au niveau de l'arbre respiratoire et du chakra laryngé, mais aussi du cœur, disparaîtront.

Autre raison : y a un travail extrêmement important qui est fait, au niveau de la Terre toute entière et de chaque humain présent sur cette planète. Vous savez que les chakras sont nourris par des influences soit physiques, soit étheriques, soit astrales, soit mentales, soit causales. Il y a une grande réharmonisation (non pas au niveau physique qui, elle, surviendra vous le savez à la période février, beaucoup plus tard d'ici trois semaines) mais il y a un travail au niveau causal c'est à dire au niveau de ce qui correspond à l'équivalence du chakra de la gorge. Le chakra de la gorge correspond à la vibration causale et il y a une modification préalable qui est en fait l'ouverture de certaines clés au niveau du corps causal planétaire dans lequel vous prenez la nourriture de votre propre corps causal qui s'émerge au niveau du chakra de la gorge. Alors, c'est en rapport bien évidemment, avec la notion de séparation, avec la notion de deuil mais aussi de naissance car, comme vous le savez, la Terre prépare son accouchement à la sacralisation durant les années qui vous restent à vivre sur cette planète.

Il y a donc une nouvelle clé qui a été apportée au niveau du corps causal planétaire pour préparer sa nouvelle naissance mais aussi la nouvelle naissance de l'humanité. Naissance dans une dimension nouvelle ou naissance à nouveau dans cette dimension ou naissance ailleurs, ça, c'est le chemin d'âme qui le dira. Mais, néanmoins, ces clés sont en train de s'activer au niveau des chakras laryngés et, selon les clés qui s'activent, selon les résonances qui sont en vous, ça peut parfois générer une sensation de brûlure ou de gêne sur les organes qui correspondent à la trachée. La trachée c'est l'endroit où prennent naissance les bronches c'est à dire que c'est le début de la dichotomie, c'est la croisée des chemins, c'est aussi l'endroit où l'on doit choisir le chemin. Voilà la symbolique, entre guillemets, du chakra laryngé. Il n'y a pas de choix à faire, c'est le corps causal planétaire qui fait les choix pour vous et votre propre corps causal. Donc ce n'est ni une intégration ni un nouveau choix, c'est quelque chose qui se produit par résonance au niveau du chakra laryngé, par résonance au niveau de la trachée mais c'est tout. Laissez le temps agir, ça ne devrait plus durer très longtemps et se terminer en tout cas au plus tard à la prochaine vibration qui s'intensifiera le 21 décembre.

Question : Je pensais avoir pardonné à ma mère et pourtant la problématique ressent encore ?
Tout à fait, la marque énergétique est toujours là dans les cocons de Lumière, ce qui veut dire que le travail a certainement été fait sur certains plans vibratoires mais pas sur la totalité des mémoires. Chère amie, j'ai donné la technique qui consiste à mettre la propre mère dans le cœur et à émettre de son cœur l'énergie vers la mère, même si celle-ci n'est plus là parce qu'il y a, à travers les passages de la vie et de la mort la persistance d'un lien. Ce lien est vécu comme un attachement alors c'est pas parce que l'on a pardonné à la personne que le lien est dissout, avec toute la meilleure volonté du monde ou avec tout l'amour du monde. Ce lien doit réellement se dissoudre, il se dissout par le pardon, il se dissout aussi par l'amour et il se dissout surtout par le détachement c'est à dire être détaché c'est ne plus être affecté par ce qui a été vécu dans le passé, à tort ou à raison. La marque, l'imprégnation de la souffrance est toujours présente. Alors on peut avoir fait un chemin de pardon, intellectuel, émotionnel mais pas spirituel, la seule façon de libérer cette souffrance est de libérer le lien qui attache les deux âmes par delà la vie et la mort parce que le lien est toujours là. Il y a besoin de dénouer le lien. Or celui qui peut dénouer ce lien est celui qui est encore sur ce plan-ci de l'incarnation, c'est pas celui qui est de l'autre côté. Ce qui est lié au Ciel sera délié au Ciel, ce qui est lié sur Terre sera délié à la Terre. C'est pas mes paroles, c'est le Christ qui l'a dit.

Alors il est extrêmement important que, quand il y en a un qui est déjà parti de l'autre côté, il y en a un qui reste, c'est à lui qu'il appartient de dénouer le lien dans ce lieu pour permettre à ses cocons de Lumière de se restaurer et de faire disparaître totalement, et non pas uniquement de la tête mais aussi au niveau vibratoire spirituel et au niveau vibratoire cellulaire et ça, ça, nécessite de dissoudre le lien. Dissoudre le lien fait partie de la première étape du pardon, dissoudre le lien c'est rendre libre l'autre, rendre libre c'est lui adresser, par-delà le voile de la mort, la volonté de dissoudre le lien et d'affirmer la liberté que l'on exprime par rapport à elle en l'occurrence celle qui fut ta mère. Il est extrêmement important de dénouer le lien, à travers l'amour que j'ai dit qu'il fallait envoyer au niveau vibratoire, au fait de mettre cette personne à l'intérieur de son cœur. Là, on peut dissoudre les liens. C'est un travail extrêmement puissant de libération des chaînes, des attachements et des liens qui sont établis, de par le partage de l'ADN lors de la descente dans l'incarnation. C'est un travail extrêmement important qui doit être fait à ce niveau là.

Question : comment empêcher le mental de me submerger ?
Ce n'est qu'une impression, cher ami, cette impression est quelque chose qui vient d'un processus, je dirais, de mayonnaise mentale c'est à dire qu'il y a une agitation au niveau des cocons de Lumière et un phénomène qui tournoie autour de toi qui fait qu'en permanence tu as des pensées qui arrivent qui s'entrechoquent les unes avec les autres et qui te donnent l'impression d'être submergé. Mais tu n'es jamais submergé dans la vie réelle, tu es simplement submergé au niveau des pensées, ce qui n'est pas à proprement parlé la même chose. D'ailleurs, tu as dû remarquer que, quand tu es en période de travail physique, et bien, comme par hasard tu n'es plus submergé parce que les pensées se sont arrêtées. Alors il y a un exercice très simple. Il convient d'essayer de trouver des périodes où, justement, le fait de travailler, le fait d'avoir une activité physique va complètement évacuer de la tête toutes ces choses qui te submergent. Alors on pourrait aussi essayer de préciser pourquoi il y a cette submersion mentale. Pourtant, dans ce cas présent, il n'est pas utile de définir l'origine de cette submersion mentale mais plutôt d'essayer de jouer sur la dérivation au niveau physique c'est à dire de jouer au niveau physique et de travailler avec le corps physique pour éviter que le mental ne prenne le relais. Il semblerait que, dans ta vie d'une manière générale, le mental ait tendance à vouloir prendre toute la place c'est à dire à vouloir s'imposer même quand on ne lui demande rien. Ca, c'est un processus qui demande une certaine forme d'apprentissage. Alors la méditation ne suffit pas bien évidemment, du moins dans un premier temps, parce qu'il faut faire prévaloir le corps. Dans ton cas, si tu mets ton corps au repos totalement pour méditer et bien les pensées vont se faire encore plus grandes parce que tu n'es pas en état de pouvoir, pour le moment, acquérir dans un état de vacuité, le silence mental.

Il est fondamental, dans un premier temps, de passer par la voie du corps, ce qui veut dire dans ton cas, par exemple, quand il y a ce sentiment d'être submergé, il est important de mettre en mouvement le corps. Alors si c'est pas par le travail ça peut être par la danse, ça peut être par l'occupation des mains, la création artistique, tout ce qui te passe par les mains mais pas par la tête, ça c'est certainement la chose la plus importante, dans un premier temps, pour combattre ce que j'appelais cette mayonnaise mentale. Il a compris que quand le corps est au repos il peut encore plus prendre de l'expansion, ce mental, alors dès que tu sens les prémices des pensées qui tournent en boucle, il faut tout de suite se mettre en activité, alors bien évidemment tu vas pas aller travailler en pleine nuit ou le soir c'est pour ça qu'il est proposé plutôt de trouver une activité créatrice, manuelle, qui va dériver l'énergie du mental, te faire travailler les mains plutôt que la tête. Ca, c'est la solution, je dirais, la plus rapide : dériver le mental vers autre chose c'est à dire que si le mental commence à envahir, générer ce sentiment de submersion, il est possible, à ce moment là, quelles que soient les circonstances, soit de travailler, soit si tu peux pas travailler de te servir de tes mains pour faire quelque chose de très matériel, ça peut être des dessins, ça peut être des sculptures, ça peut être peinture, ça peut être des scoubidous.

Le problème c'est que tu envisages ça comme une négociation or on ne peut pas négocier avec le mental aussi turbulent qui va se servir même de la négociation pour se renforcer. Alors il faut que tu considères que ton mental n'est pas toi, il faut que tu arrives à considérer tes pensées comme extérieures à toi et même les pensées qui se voudraient, entre guillemets, intelligentes, qui arriveraient, il faut que tu arrives par une ascèse particulière, à les repousser, comme ne t'appartenant pas. La meilleure façon de repousser, encore une fois, c'est de se servir de ses mains tu peux aussi t'adresser à ton mental, non pas pour engager une négociation parce que là tu perdras tout le temps, mais simplement d'affirmer comme dirait le christ « vade retro satanas », « retire-toi de moi ». Tu demandes à ton mental de se retirer, tu lui donnes l'ordre de se retirer, tu ne négocies pas avec lui parce que, à partir du moment où tu voudras négocier, tu seras toujours perdant, il sera toujours plus fort que toi. Or ton mental n'est pas toi.

A partir où les mains travaillent, à partir du moment où le physique travaille, le mental est obligé de se rétrécir mais si les mains travaillent il y a obligatoirement, de par les circuits énergétiques existants à la surface du corps, mais aussi au niveau des cocons de Lumière, le mental ne peut pas descendre dans les mains. Le mental il est autour de la tête jusqu'au cœur, dans cette région, là, mais il peut pas être en périphérie dans les mains. A partir du moment où l'énergie est dérivée dans les mains ou dans le corps dans sa totalité mais surtout la partie inférieure, il y a un épuisement du mental qui se fait, une occultation du mental qui, petit à petit, qui au fur et à mesure de la répétition, va lâcher prise par rapport à ton activité. Il va comprendre qu'il n'est plus le bienvenu. Si tu sais pas quoi faire de tes mains on peut aussi imaginer des choses extrêmement simples à faire avec les mains qui vont permettre d'activer les circulations énergétiques des méridiens au niveau des mains, par exemple se frotter les mains et les doigts les uns entre les autres, comme ça très vite, permet de drainer l'énergie du mental dans les mains et de la dissiper. C'est quelque chose qui met en mouvement certains circuits énergétiques précis qui vont être capables de dériver l'activité du mental, ça c'est une activité pour toi extrêmement importante. Tout est possible mais si ça se produit la nuit, au moment où tu ne peux pas courir ou marcher, sers-toi de tes mains.

Question : pourriez-vous nous parler de la place de l'arbre ?
L'arbre est l'illustration parfaite de la verticalité de l'homme, il se nourrit dans la terre mais il pousse vers le ciel, il incarne, quelle que soit l'espèce d'arbre qu'on considère, la concrétisation de l'aspiration spirituelle et de l'ascension c'est à dire que l'arbre ne se conçoit que comme puisant sa source dans la terre mais trouvant son accomplissement à travers la Lumière du soleil. Il en est ainsi de l'être humain qui se tient debout, vertical, et qui monte vers le ciel. L'arbre est aussi l'illustration parfaite de l'énergie qui prend sa source en terre et qui déploie ses ramures et ses feuillages telle une arborescence énergétique. L'électricité se propage selon les mêmes circuits énergétiques. La vie se diffuse de proche en proche comme l'illustre l'arbre par son dessin et par la montée de la sève, depuis le tronc jusqu'aux branches terminales de l'arbre. Cette arborescence de ce végétal particulier correspond à un déploiement parfait de la vie et à la fois à la source de vie, à l'entretien de la vie mais aussi à l'ascension spirituelle. Il ne peut pas y avoir de vie en troisième dimension sans l'arbre (mais aussi les végétaux sont présents en cinquième dimension bien que sous une autre forme). Le végétal, et l'arbre en particulier, illustre cette notion de jonction Terre/Ciel, illustre aussi, tu l'as compris, cette notion d'arborescence c'est à dire de diffusion de l'énergie, de captation et d'émission d'énergie et de propagation avec un sens ascensionnel comme la sève de ce mouvement qui fait pousser l'arbre. Alors l'arbre a aussi le rôle de pivot, c'est un élément central. Le bois qui le constitue correspond aussi, dans différentes traditions, à une matière extrêmement noble qui correspond à un mouvement de l'énergie et une caractéristique de l'énergie qui est justement la mise en mouvement de l'énergie, la mise en mouvement du mouvement de la vie à proprement parlé. L'arbre est un pivot, l'arbre est le moyen qui est donné à l'homme de se rappeler sa transcendance. Voilà ce que je peux dire de l'arbre. Alors si ta conception de la place de l'arbre le situe à la place centrale dans l'épanouissement de la nature mais aussi de l'homme, alors on pourra accepter que la pertinence est totale.

Question : comment allons nous être confrontés à nos attachements ?
De manière d'abord individuelle, dans un premier temps, parce que chacun a des attachements différents en incarnation. Et après, bien évidemment, lors des grands mouvements planétaires, ce sera des attachements de nature collective. Mais pour l'instant c'est purement individuel, il faut d'abord résoudre les attachements individuels avant de se trouver confronté aux attachements collectifs liés plus au pôle social ou sociétal. D'attachement à la sécurité sociale par exemple pour les français, l'attachement à l'assurance vie, l'attachement aux relations, l'attachement à son banquier etc, etc... Mais ça peut être aussi l'attachement à ses propres réalisations, à ses propres œuvres. Il faut, pour accéder à cette dimension nouvelle, être dans un état de détachement total, ce qui ne veut pas dire de désintérêt c'est à dire se montrer être capable de se détacher de tout, être capable de le faire si le choix est de le faire, si l'obligation est de le faire.

Question : quelle est la principale clé d'accès aux évolutions vers la cinquième dimension ?
Bien évidemment, l'amour seul ne suffit pas parce qu'il y a eu des grands êtres qui sont arrivés à l'illumination du cœur, si l'illumination du cœur s'accompagne de la libération de tous les attachements, ce qui n'est pas toujours le cas. Beaucoup d'enseignements vantent l'accès au cœur comme un moyen ultime de détachement mais vous avez des êtres qui sont capables, de par les circuits énergétiques, d'accéder au cœur lors de certains travaux de méditations et retombent tout de suite après dans les attachements. Il est important de chercher le royaume des Cieux (« et le reste est donné de surcroît »). Le royaume des Cieux c'est pas uniquement ouverture à l'amour mais c'est l'ouverture surtout au détachement, à l'absence totale de peur de l'avenir, à l'absence totale de peur de l'inconnu qui est la plus grande peur qui est inscrite dans votre structure biologique.

Question : alors le fait de vous poser des questions cela relève aussi de la peur de l'inconnu ?
Non, c'est aussi un moyen d'éclairer certaines choses en accord avec les autres plans, accepter de révéler pour éclairer votre chemin.

Question : que ressentez vous lorsque vous échangez avec nous à travers votre canal ?
Le terme ressenti n'est pas tout à fait juste. J'ai déjà eu l'occasion, avant ma tête de caboche, d'être présent dans différents médiums et, depuis mon départ, depuis à peu près, je dirais, dix à quinze ans, un peu moins treize, quatorze ans de m'exprimer à travers différents canaux de par la Terre. Donc l'expérience pour moi n'est pas nouvelle. Alors j'éprouve toujours un grand plaisir à venir échanger avec vous, à essayer de vous aider à éclairer votre chemin. Mais, encore une fois, le discours est l'un des éléments qui permet ce travail mais d'autres choses se passent bien évidemment à des niveaux vous diriez infra-perception, infra-conscient, de travail sur les structures. Le simple fait d'accueillir la vibration que je suis permet à vos structures de se mettre en accord avec une vérité fondamentale c'est que la mort n'existe pas, c'est que la séparation du monde des vivants avec le monde des morts est une barrière qui a été érigée depuis la descente en incarnation dans la troisième dimension qui n'existait pas auparavant. C'est, en cela, une préparation. Le contact que je propose à travers la dimension d'où je viens et la vôtre est aussi la meilleure preuve que cela est possible afin de préparer vos structures à ces rencontres multidimensionnelles sur des niveaux de plus grande importance qui surviendront dans les années qui viennent et pas uniquement avec le dimension cinquième mais avec des êtres qui se manifesteront dans votre réalité de troisième dimension en ascension mais qui sont de dimensions beaucoup plus hautes. C'est pour éviter le choc et la confrontation que nombre de médiums aujourd'hui transmettent, non pas tant la qualité de l'enseignement, non pas tant la qualité des réponses, mais surtout l'affirmation de la non séparativité.

Et bien, chers amis, je vous remercie aussi de toutes ces interrogations métaphysiques qui vous animent et qui vous permettront d'avancer, je l'espère en tout cas. Alors, je vous apporte ma bénédiction, mon amour et je vous dis bonne route jusqu'à la prochaine fois. Je vous dis à bientôt.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page