Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > O.M. AÏVANHOV

O.M. AÏVANHOV

1er janvier 2006

pdf

Et bien chers amis, bonjour. Je me vois extrêmement ravi d'être parmi vous surtout en ce jour qui est le premier de l'année et qui pour moi, de mon vivant, était extrêmement important. C'est un jour que l'on doit passer le plus possible dans la bonne humeur, quels que soient les évènements à venir, ou pas à venir d'ailleurs. L'important est d'être complètement centré dans l'instant présent, dans le moment présent, dans la vérité de ce que vous êtes dans le cœur les uns avec les autres. Et je vois que vous êtes extrêmement nombreux. Cela est extrêmement important. Nous allons pouvoir engager ce que j'aime par dessus tout c'est-à-dire une grande discussion avec des réponses qui vous préoccupent. Ainsi, tout d'abord, je vais répondre à ces questions, si vous le voulez bien.

Question : Avez des précisions sur les évènements à venir ?
Cher ami, les évènements sont là ! Peut-être que oui, peut-être que non ! Mais néanmoins, il semble que la Terre veuille bien se réveiller. Les éléments sont en train de s'activer extrêmement vite de part et d'autre de la planète. Alors, peut-être que nous aurons la joie de recevoir la fessée afin de nous élever. Peut-être. Cela ne peut pas être affirmatif. Il y a des prémices, des soupçons que quelque chose est en train de se passer. A l'instant présent où je vous parle d'autres volcans de la ceinture de feu du pacifique sont en train d'entrer en éruption. Le magma arrive à trouver une force de sortie et ce qui veut dire donc que la Terre est en train d'exprimer sa remontée depuis les plans les plus compressés jusqu'aux plans d'élévation qui étaient attendus depuis plusieurs jours. Il semblerait que la fessée commence à produire ses petits effets attendus. Mais nous ne pourrons en être sûrs que si ces évènements se confirment dans les heures qui viennent. L'ensemble de la planète sera consacrée et sera concernée par ces évènements.

Bien évidemment, l'ensemble des évènements ne pourra pas toucher toute une région particulière mais seront étalés sur toute la superficie du globe de manière à distribuer cette fureur élémentaire en fonction du rôle attribué et non respecté de chaque continent. En ce qui concerne la partie du globe où vous vivez, l'Occident et la France plus particulièrement, il semblerait s'agir des phénomènes dont j'ai parlé déjà de communication, de transport, et de déplacement, peut-être aussi l'élément air. L'élément air peut signifier, je vous le rappelle, aussi bien la tempête aérique, qu'aussi bien tout ce qui voyage dans l'air : les microbes, les bactéries, ainsi de suite, mais aussi la folie humaine, comme un vent de folie, c'est-à-dire que l'esprit humain fait n'importe quoi. Voilà vraisemblablement ce qui se passera si les évènements se produisent au niveau de la France. Le feu concerne, quant à lui, ce que nous avons appelé : « de part et d'autre de la ceinture du feu du pacifique et les volcans ». L'élément eau va concerner lui, plutôt, l'Amérique du Nord et l'Amérique centrale. L'élément terre concernera diverses régions du globe, là, que nous ne pouvons préciser. Cela dépendra de l'ampleur des évènements préalables. De l'intensité de l'air, de l'intensité de l'eau et du feu, résultera l'action terrestre.

Question : Ce que vous aviez enseigné de votre vivant sur l'importance des douze premiers jours de l'année par rapport aux douze mois de l'année est toujours valable ?
Cela est effectivement toujours valable et cela sera toujours valable car ce n'est pas moi qui l'ai dit en premier. Cet enseignement est l'enseignement vénérable de la kabhale qui consiste à attribuer, à chaque jour de l'année un génie kabhalistique extrêmement précis. Mais aussi, chaque jour représente, pour les douze premiers jours de l'année, les douze mois de l'année. Mais rappelez-vous quand même qu'il y a une petite nuance : le nouvel an de la tradition juive kabhalistique ne tombe pas au nouvel an de l'Occident. Mais le principe était le même. Je pense que cela peut se vérifier. Si vous cultivez, si vous semez, si vous êtes d'humeur égale durant ces douze jours, vous vous promettez effectivement les douze mois de l'année dans une certaine sérénité. Il convient maintenant durant ces douze jours de faire ce que bon vous semble.

Néanmoins, il est important d'essayer, surtout au niveau mental, émotionnel, de garder la plus grande sérénité, la plus grande paix comme je le disais déjà. Cela est extrêmement important, maintenant, si les évènements qui se sont produits et qui continuent à se produire à l'heure où je vous parle sur la planète inaugurent aussi ce qui se passera durant les douze mois de l'année. Les douze jours sont calqués. Vous imaginez l'année 2006 ! C'est une année où il va falloir être extrêmement centré, extrêmement serein, extrêmement centré sur son cœur, sur la fraternité, sur l'amour bien évidemment, car pas grand-chose à l'extérieur ne pourra être une source de contentement, une source de plaisir comme vous avez tant l'habitude sur cette planète. Le plaisir, c'est la joie de découvrir son propre cœur, sa propre âme, son propre esprit. Là est la vérité unique essentielle primordiale surtout pour cette année.

Question : Comment énergétiser la nourriture ?
Il suffit, au moment où l'on cuisine, de cuisiner avec amour, de faire cela comme un don de soi extrêmement important. Le cocon de Lumière étherique que vous utilisez pour faire la cuisine, le cocon astral que vous utilisez et votre aura dans laquelle vous baignez vos aliments, va imprégner les molécules constituantes de ce que vous allez donner à manger. Il est évident que faire la cuisine en état de sérénité, en état d'amour à l'intérieur, vont donner des aliments qui seront beaucoup plus digestes, et comme tu l'entends cher ami, beaucoup plus énergétiques. Là, est la vérité. Vous allez retrouver, au fur et à mesure, l'intérêt de la nourriture saine, énergétique mais aussi préparée dans les mêmes conditions saines, énergétiques, biologiques, naturelles. L'art et la manière de préparer le repas est aussi important que l'ingrédient car ce que vous y mettez à ce moment là est extrêmement subtil et émané de vos cocons étherique et astral, va se fixer dans l'aliment et va pénétrer directement dans ceux que vous nourrissez. C'est extrêmement important de prendre conscience que le fait de faire à manger, de donner à manger, et de manger est un acte extrêmement énergétique, extrêmement puissant. J'ai parlé.

Question : Aujourd'hui être porteur de la Lumière, c'est être canal ? Ou est-ce que porter la Lumière peut se vivre dans un autre état que l'état canal ?
L'état de canal dont tu parles, cher ami, n'a absolument rien à voir avec le fait d'être porteur de Lumière. Le phénomène de channel est un phénomène extrêmement récent qui remonte aux années 80. Il y a eu certes de précurseurs auparavant. Mais le porteur de Lumière n'est pas nécessairement un canal, de même qu'un canal n'est pas nécessairement un porteur de Lumière. Le porteur de Lumière, c'est celui qui a ouvert son cœur à la fraternité, à l'amour universel, à la présence du Christ en lui. Celui qui est cela est le canal de la Lumière authentique. Il peut effectivement rentrer en contact, comme j'entrais en contact, avec des énergies archangéliques ou d'autres types de conscience, mais n'est pas obligé de canaliser au sens où vous l'entendez. Néanmoins, être porteur de Lumière constitue ce qu'il vous est demandé aujourd'hui. Au-delà de la maîtrise, être porteur de Lumière c'est aussi accepter sa Lumière, c'est accepter de rayonner cette qualité énergétique, d'ouvrir ses cocons, d'ouvrir le cœur, d'ouvrir les canaux subtils afin de laisser l'énergie du canal de l'éther se diffuser. Cette énergie de la cinquième dimension doit arriver dans les aliments, dans les êtres autour de vous, sur la planète autour de vous. Porteur de Lumière certes, mais il n'y a pas obligation d'être canal. Il y a ici une distinction extrêmement importante. Le phénomène de canal nécessite une activation particulière de ce que l'on appelle la couronne Kether. Etre porteur de Lumière nécessite l'activation de kether, mais aussi et surtout, la transformation des énergies de kether en Tipheret, c'est-à-dire au rayonnement Christique et au rayonnement archangélique mais aussi Marial. L'énergie de la Sainte Trinité, par le canal triple du cœur, doit pouvoir s'exprimer librement. Là, on devient porteur de Lumière et pas avant. J'ai parlé.

Question : Par rapport à ce que vous venez d'élaborer, pourriez-vous développer davantage sur la notion de « canal » et sur la notion de rayonnement ?
Tout à fait, je crois que le plus simple c'est, à la fin de la canalisation, de vous transmettre, un petit peu comme le faisait la divine maman, l'énergie au niveau du cœur du rayonnement de la cinquième dimension en ouvrant le cocon de Lumière du canal dans lequel je suis. En ouvrant la coque astrale, et la coque mentale de haut en bas, je vais permettre la libération de l'énergie du rayonnement de la puissance du canal de l'éther à travers le cœur. On pourrait élaborer des conceptions et parler longuement. Mais le mieux est de ressentir la qualité énergétique, la qualité vibratoire, la qualité d'amour correspondante à la réalité de l'amour Christique. Cela, je vous le montrerai, si vous le voulez bien, et si cela vous convient, à la fin de la canalisation. Cela vaudra mieux qu'un long discours. Maintenant, je donne quelques mots d'explication au niveau de la tuyauterie. La couronne kether, quand elle s'ouvre, permet d'accueillir certaines formes de consciences extérieures à la conscience, de manière à produire un processus que vous appelez canalisation, channel. Mais quand ce canal est ouvert, n'importe quelle forme de Lumière ou d'ombre peut rentrer. Rien n'assure à ce moment là qu'il y a ouverture du canal de l'amour et donc authenticité de la Lumière qui pénètre. Pour cela, il faut que les énergies de la couronne soient transmutées, réorientées vers le canal du cœur et vers le chakra du cœur. Ce n'est qu'à partir du moment où les énergies de la couronne kether, les énergies de la kundalini, de la shushumna, de ce canal médian, remontent (énergie descendante, énergie remontante) que toutes les deux viennent émerger au niveau du chakra du cœur, perforer le cocon étherique, le cocon astral et le cocon mental encore plus loin. A ce moment, il y a ouverture de la réalité et de la totalité de l'énergie de la cinquième dimension. Pas avant et pas autrement. Il ne peut y avoir authenticité totale qu'à partir du moment où l'être porteur de Lumière active la totalité de ce processus en lui.

Question : Comment savoir quand nous sommes dans ce rayonnement de cinquième dimension ?
Et bien, cher ami, c'est très simple. On y est quand on est dans l'extase, dans le samaddhi, dans la joie intérieure, quand le cœur rayonne totalement. Je vous montrerai à la fin. Et quand vous aurez vécu cela une fois dans la vie, vous comprenez quand vous y êtes et quand vous n'y êtes pas. Ce n'est pas un processus intellectuel ou énergétique qui concerne la couronne, ni la shushumna mais concerne uniquement l'énergie qui est dans la poitrine, c'est-à-dire, que ce qui est ressenti là-haut au niveau de la couronne doit être ressenti de la même façon au niveau du chakra du cœur. N'oubliez pas que dans la tradition orientale, on représente le chakra coronal comme un double chakra avec une double fleur. Vous avez une première fleur centrale, qui est la fleur du septième chakra, mais au centre de cette couronne il y a une autre fleur qui est la fleur du chakra du cœur. Tant que vous n'avez pas rejoint l'énergie de Kether avec l'énergie de Tipheret, il ne peut y avoir d'état Lumière. Il ne peut y avoir la définition du porteur de Lumière. Et cette connexion ne peut se faire qu'en étant parfaitement aligné, qu'en essayant de rester le plus possible dans cette conscience.

C'est-à-dire qu'au moment privilégié où se manifeste cette vibration (car il s'agit bien d'une vibration qui s'active au niveau du cœur), à partir du moment où cet état vibratoire commence à apparaître (et vous pouvez le générer tout seul, vous l'avez compris, en étant allongé, en portant la conscience sur la couronne et ensuite en portant la conscience sur la shushumna et en activant les deux points vibratoires et en demandant à la shushumna de monter, en demandant à l'énergie Kether de descendre ; ces deux énergies vont se rencontrer au niveau du cœur) vous allez sentir la vibration du porteur de Lumière. Une joie extraordinaire va envahir toute la poitrine. Là est la réalité. Là, il ne peut y avoir tromperie. Là, il ne peut y avoir erreur. Et quand cet état est généré, il faut entretenir le feu car il s'agit bien d'un feu. Il faut l'entretenir, le développer, le nourrir. Il faut entretenir cet état de joie liée à l'activation de Tipheret et à la perforation du cocon étherique, du cocon astral, du cocon mental. J'ai parlé.

Question : Comment l'entretenir au quotidien ?
C'est un entraînement de chaque minute. La première fois que vous vivez cela, vous pensez que c'est merveilleux, que cela va durer toute la vie. Et bien non, cela dure quelques jours, quelques semaines et puis cela s'en va, vous laissant une impression de nostalgie extrêmement puissante. C'est le désespoir qui habite l'âme d'avoir trouvé la Lumière, d'avoir enfin compris la Lumière, d'avoir intégré la Lumière et puis celle-ci s'éloigne, comme celui qui vit une expérience de mort imminente, une NDE. C'est la même chose, il a la nostalgie de la Lumière, et puis à force d'être dans ce désespoir de l'âme, à force de prier, de supplier, à force d'être aligné, à force de faire des travaux énergétiques, de faire des travaux de conscience qui vous obligent à vous bonifier avec le temps, à vous améliorer, et bien un beau jour cela arrive et s'installe définitivement. Mais tout le monde passe par ce processus de rencontre consciente avec la Lumière, de joie indicible. C'est la transfiguration. Mais la transfiguration n'est pas l'élévation avec les Maîtres : c'est la rencontre avec la Lumière qui ne fait pas un porteur de Lumière. Le porteur de Lumière survient en général dans la même vie mais des années plus tard, des dizaines d'années plus tard, au moment où il y a la maturité de l'âme, au moment où cette Lumière ne peut être utilisée à autre chose que servir la Lumière, quand la certitude est établie dans l'âme. A ce moment là, l'indicible devient le quotidien.

Ce n'est pas une expérience qui peut se trouver comme ça, même en ayant une attitude de vie exemplaire, parfaite, comme un moine parfait, qui baise pas, qui mange pas, qui ne fait rien que prier toute la journée. Cela participe du cheminement de l'âme et rien d'autre. Ce phénomène d'activation du cœur peut tomber sur un grand criminel, sur quelqu'un qui n'est pas blanc du tout mais qui était noir et puis du jour au lendemain il devient blanc. Et puis, il y a des gens qui vont travailler toute leur vie et qui n'auront même pas la transfiguration car ce n'est pas le moment pour leur âme. Mais soyez certains que, si dans cette vie vous vivez la transfiguration, c'est-à-dire le premier allumage de la lampe du cœur, un jour ou l'autre durant votre vivant, vous l'établirez de manière définitive et vous deviendrez à ce moment-là, porteur de Lumière. Donc, ne désespérez jamais. Tant que vous avez un souffle et que vous êtes en vie, cela se produira. L'être humain a inscrit en lui la nostalgie de la Lumière et à partir du moment où il a rencontré la Lumière une première fois, il n'aura de cesse toute sa vie durant de rechercher cette Lumière, et là, est la grandeur de l'homme. Là est son devenir de porteur de Lumière, cette soif inextinguible de rechercher nuit et jour la Lumière. Cela fait partie de l'initiation. Il n'y a pas d'autre chemin. J'ai parlé.

Question : Y a-t-il un moyen permettant de « raccourcir » ce chemin ?
Non, non, c'est impossible. C'est strictement impossible. Il n'y a qu'un chemin qui est personnel à chaque être humain incarné, à chaque âme. Il y en a chez qui la distance entre l'expérience première de la transfiguration et l'élévation va se produire d'une année sur l'autre. Et il y en a d'autres qui vont attendre quarante ans, cinquante ans. On n'y peut rien. C'est la nature même de la gloire de l'homme, de la Divinité de l'homme. La seule façon de raccourcir, il n'y en a qu'une et c'est le Christ qui vous l'a donnée : redevenir comme un enfant, simple, oublier tout, dire « Père que ta volonté se fasse et non la mienne » totalement, entièrement et parfois cela ne suffit pas encore.

Question : Pourriez-vous développer le terme de « maturité de l'âme » ?
Tout à fait. La maturité de l'âme correspond à l'affermissement de l'âme, c'est-à-dire que l'âme, à un moment donné, qui est déjà Lumière, accepte le chemin de retour à l'Unité. Cela veut dire que l'âme a compris qu'elle n'a plus besoin d'incarnation. Elle se tourne alors vers l'Esprit, vers la monade supérieure, vers l'atome germe, spirituel, divin, le plus haut. A ce moment là, l'âme est dite « affermie en maturité ». Symboliquement, cette maturité est liée au chiffre sept : chez l'homme à 7x7, donc 49 ans et chez la femme à 6x7, donc 42 ans. La maturité symbolique correspond au fait de l'affermissement de l'âme. Au moment où l'âme est affermie, il devient possible de devenir porteur de Lumière, mais j'en vois d'ici qui vont me dire « mais, moi j'ai déjà passé 49 ans, alors j'attends depuis encore plus longtemps ! » Et oui, c'est comme ça.

Question : La longueur du cheminement de l'âme dépend-elle du contrat que l'on a passé ?
Cela est extrêmement, je ne dirais pas complexe, mais spécifique à chaque chemin. Chaque âme est différente. Il y en a qui ont établi cela par contrat au moment où elles savent que dans la vie où elles vont descendre, elles doivent relever le défi de la transfiguration, donc de l'élévation. Elles peuvent décider, avant de venir, dans certains cas, que ce laps de temps sera plus ou moins long. Mais en règle générale, l'âme, avant de descendre, décide de laisser ce temps mobile en fonction des circonstances de la vie. Mais comprenez bien qu'il n'y a pas d'éléments limitants au niveau karmique. A partir du moment où vous arrivez à la transfiguration, cela signifie que vous êtes prêt à vivre la transfiguration. Il ne peut pas y avoir de dérogation à cette règle. Cela est extrêmement précis. C'est mécanique. Ce qui n'est pas mécanique et qui est plutôt de nature quantique, c'est la différence que vous allez voir entre la transfiguration d'une âme et la transfiguration d'une autre âme par rapport au phénomène d'élévation.

Mais ne soyez pas si pressés que cela de vivre dans le phénomène d'élévation de la cinquième dimension, car à ce moment là, dans la cinquième dimension, quand vous devenez porteur de Lumière (même si de mon vivant je ne l'ai jamais montré devant mes disciples) il existe aussi des périodes où l'on se sent très seul avec cette Lumière. Effectivement on a la joie intérieure. Mais cette joie intérieure, le fait de participer à l'Unité Divine, vous donne aussi la responsabilité de porter le poids de la souffrance des autres. Vous percevez totalement la souffrance de la fourmi à l'autre bout de la planète, du pauvre enfant qui meurt de faim à dix mille kilomètres de là. Vous devenez conscient au-delà de ce que vous pouvez imaginer. Cela n'est pas toujours si facile. Néanmoins je conçois qu'il vaut mieux être dans la joie permanente, surtout lorsque l'on a connu la première transfiguration, la nostalgie est telle, la souffrance est telle, qu'elle vous pousse à retrouver au plus vite cet état de conscience. J'ai parlé.

Question : Comment aimer l'incarnation ?
C'est une question très grave, très importante. Pas grave mais importante à partir du moment où on comprend le principe de l'incarnation, le sens de l'incarnation qui est de trouver la Lumière, de spiritualiser la matière. Il est très difficile, pour les âmes nostalgiques de la Lumière qui n'ont pas complètement coupé les portes avec l'autre côté, qui ont un attrait morbide pour ce qui est de l'autre côté, il est difficile d'aimer l'incarnation, car effectivement moi qui suis de l'autre côté, je peux vous dire que l'enfer c'est là où vous êtes, c'est pas là où je suis. Ca, c'est sûr. Néanmoins, il convient d'être extrêmement incarné car la Lumière ne peut pas pousser dans quelque chose qui est évanescent, qui n'est pas fixé, qui n'est pas densifié. L'incarnation est quelque chose d'extrêmement ancien qui a pris des éons et des éons avant d'arriver au stade de beauté où vous en êtes. Il convient, comme tout créateur (vous êtes créateur de votre corps, de votre réalité), d'accompagner la création jusqu'à son retour à l'Unité, jusqu'à son retour à la Divinité. Vous avez créé un corps, vous en êtes responsables. Et cette création, il faut l'amener en son terme, en une vie, en mille vies s'il faut. Mais c'est un jeu auquel vous avez librement consenti, librement déterminé. Personne ne vous a poussé ou emmené dans un corps. Vous y êtes venus tout seul. Maintenant comment aimer l'incarnation ? En comprenant ce mystère fondamental de la vie : il convient de transformer l'enfer en paradis en devenant un porteur de Lumière. J'ai parlé.

Question : Comment lutter contre le mental ?
Le plus simple, cher ami, c'est de faire taire le mental. Comment fait-on taire le mental ? En méditant, en faisant quelque chose. Dans les moments où vous êtes occupés dans une tâche ménagère, professionnelle, le mental se tait. Quand le mental parle, vous induit en division, en séparation, quand vous commencez à réfléchir, plutôt qu'agir, dès que vous vous posez la question, vous êtes déjà dans la division. Et le mental est un obstacle extrêmement majeur car c'est le dernier obstacle à l'activation du cœur. C'est pour cela que je parlais tout à l'heure de perforer le cocon du mental, ce que nous ferons bientôt. Malheureusement, il n'y a rien de nouveau pour faire taire le mental à part la méditation, à part la dérivation par d'autres tâches. Mais effectivement, le mental est certainement l'obstacle majeur à l'ouverture totale du cœur car il y a quelqu'un, en vous, qui ne veut surtout pas que le cœur s'ouvre, c'est la personnalité car elle croit qu'elle va mourir. Et elle ne veut surtout pas mourir. Elle veut surtout que tout perdure en l'état. Elle tient même à vous faire croire que vous êtes immortel, que vous allez vivre des milliers d'années. Là, c'est l'ego, la personnalité qui vous mentent à longueur de journée. Et c'est la dernière à lâcher prise et c'est elle qui occupe le mental.

C'est pas vous qui occupez le mental. Toutes les créations mentales sont des créations de l'ego, de la personnalité. C'est pour cela que le Christ disait : « Redevenez comme des enfants. Nul ne peut pénétrer le Royaume des cieux, s'il ne redevient comme un enfant », de même qu'il a dit « Il sera plus difficile à un riche d'entrer au paradis, qu'à un chameau de passer par le chas d'une aiguille » Qu'est-ce qu'il voulait dire par là ? Il voulait dire que plus vous avez construit des schémas mentaux, plus vous avez aussi des possessions, quelles qu'elles soient, des attachements, plus il vous sera difficile d'arriver à l'ouverture du cœur. Non pas à passer de l'autre côté mais à ouvrir le cœur. L'ouverture totale du cœur est le moment ultime de l'élévation. C'est un moment extrêmement important qui nécessite un abandon et un désespoir total pour arriver à cela.

Alors, chers amis, nous allons faire quelque chose où le mental se tait. Je vais vous demander de rester les bras et les jambes décroisés et de fermer vos yeux. Je décris quand même le processus qui se passe au fur et à mesure qu'il se produit. Il y a d'abord un phénomène d'action plus grande de la couronne. Vous portez votre conscience, votre intérêt sur la couronne au-dessus de la tête, sur kether comme disent les kabhalistes. Là vous sentez la vibration. Peut-être même la sentez vous depuis fort longtemps. Ensuite, un petit peu plus dur, vous allez au bas de votre colonne vertébrale, là où il y a le sacrum, là où se trouve la shushumna. Votre conscience se dirige sur le point du sacrum. Et cela vibre. Et là, vous allez laisser les énergies de la couronne descendre et les énergies du sacrum monter. Tout cela dans le dos. Une énergie qui descend, une énergie qui monte. A peu près au milieu du dos, les énergies sont à l'arrière du corps. Maintenant, il va falloir que j'ouvre le cocon étherique, le cocon astral et le cocon mental de mon canal. Vous, vous êtes centrés dans votre dos pour l'instant, à hauteur du cœur mais dans votre dos. Nous avons percé le cocon étherique. Maintenant, nous attaquons le cocon astral. Et maintenant, le plus dur, le cocon mental. Maintenant vous ressentez le renforcement des énergies dans la couronne qui descendent et qui se précipitent et qui remontent aussi depuis le sacrum. Et petit à petit, la translation se fait de l'arrière vers l'avant. Voilà, cela arrive en avant du cœur. Et là, maintenant, je rayonne moi-même le porteur de Lumière. Voilà, cela arrive sur vous maintenant. Et maintenant, si vous êtes prêts et si vous le souhaitez, je vais perforer en avant de vous le cocon étherique, le cocon astral et enfin le cocon mental. Et là, l'énergie qui était en rotation au niveau de Tipheret va pouvoir sortir librement.

Et voilà, mes chers amis. C'était mon cadeau de la nouvelle année. Je vous apporte maintenant toute ma bénédiction et vous pouvez rester dans cet état pendant quelques minutes si vous le souhaitez. Je vous dis en tout cas à très bientôt et je vous apporte tout mon amour. Et persévérez sur le chemin. Je vous dis à bientôt.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page