Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > SRI AUROBINDO

SRI AUROBINDO

22 octobre 2010

pdf

Je suis Sri Aurobindo. Frères et Sœurs en humanité, recevez Grâce et Présence. Soyez remerciés de votre écoute. Je reviens parmi vous, ce soir, comme je l'ai fait voilà quelques jours, afin de poursuivre un certain nombre de concepts concernant les émotions et le Cœur. J'ai exprimé, il y a quelques jours, ce qu'était la peur, ce qu'elle représentait comme sécrétion. Aujourd'hui, je vais aller au-delà de cette notion de peur pour essayer de vous faire saisir et intégrer la différence majeure existant entre Cœur et émotion.

L'émotion se situe, irrémédiablement, dans la notion d'action et de réaction. L'émotion est, par définition, ce qui met en mouvement, ce qui est réactif. Le Cœur est absence de mouvement. L'ego est en mouvement. L'émotion appartient à l'ego, au même titre que le mental. L'émotion a pour but de satisfaire un désir ou de fuir un danger, ou de trouver un fait, que ce fait appartienne à un présent ou à un passé. Dans certains cas, l'émotion peut aussi survenir d'une projection du mental dans le futur, déclenchant, par exemple, une peur, une appréhension. L'émotion, comme je le disais, est sécrétée, littéralement, par la chimie de votre cerveau. Cette émotion se définit toujours dans un cadre de réaction par rapport à une expérience préexistante, vous soumettant, le plus souvent, à cette réaction immédiate. La caractéristique essentielle de l'émotion, c'est de se situer en réaction à un événement affectant votre présent, que la source de cet événement se situe dans le passé, le présent ou le futur. Je vais vous prendre un exemple fort simple à comprendre : imaginez, supposez qu'une personne vous mette en colère, quels qu'en soient l'objet et le sujet. La colère va donc se manifester en tant que réaction. Imaginez maintenant que vous ayez décidé, en votre fonctionnement, de ne jamais réagir, quel que soit l'événement et toujours de reporter à 24 heures après ce qui était le fait qui entraînait la réaction et donc de ne pas réagir dans l'instant mais de reporter consciemment cette réaction à 24 heures plus tard. Dans ce cas-là, que se passe-t-il ? C'est extrêmement simple à comprendre. Face à une colère à laquelle, de manière fort logique, vous répondriez par un comportement, par des actions, par une réaction, si vous adoptez, de manière lucide, le report de 24 heures, que va-t-il se passer ? Vous serait-il possible et loisible d'exprimer une colère 24 heures après un événement passé ? Non. À ce moment-là, il n'y aura plus réaction. Bien évidemment, cet exemple fonctionne sur le principe de la colère. Le problème de l'être humain, c'est qu'il est identifié à ses propres émotions.

L'émotion peut aussi prendre des formes agréables et pas uniquement désagréables. Ainsi, les émotions agréables peuvent, jusqu'à un certain stade, vous les faire rechercher activement, aboutissant alors à ce qui est appelé une addiction. C'est-à-dire quelque chose que vous allez essayer de reproduire afin de ré-éprouver les mêmes sensations, la même émotion. L'émotion du plaisir est certainement l'émotion qui fait le plus couler d'encre et qui est certainement l'un des moteurs essentiels de cette humanité quelle que soit la forme que prenne ce plaisir. Que cela soit un plaisir des yeux, un plaisir social, un plaisir sexuel, un plaisir affectif ou familial, ou professionnel (il en existe une multitude), apportant un sentiment de satisfaction. Quelle est la caractéristique du plaisir ? C'est qu'il n'est pas durable dans le temps. C'est pour cela même que l'addiction au plaisir est certainement la chose la plus détestable qu'un être humain puisse vivre car, de plus en plus, il va falloir des stimulations de plus en plus intenses pour arriver à ressentir la même sensation et avoir la même perception de ce dit plaisir. Le plaisir n'est pas la Joie. Beaucoup de personnes confondent plaisir et Joie. Le plaisir est toujours obtenu en réponse à une satisfaction. Que cela concerne les sens, et quel que soit le sens, ou encore l'obtention d'un but désiré et donc, d'un désir. Le plaisir et son corollaire sont donc désir et satisfaction. Le désir et la satisfaction, aboutissant au plaisir, ne sont jamais issus de phénomènes liés au Cœur mais systématiquement liés à l'ego et à la reconnaissance de cet ego, que cela soit dans la satisfaction, quelle qu'elle soit, ou dans la reproduction de ce dit désir.

L'émotion vous place donc, en permanence, dans une loi d'action et de réaction identique à celle qui se retrouve au sein de la loi de Karma. Les êtres humains, même sans être thérapeutes, conçoivent parfaitement que de certaines émotions passées résultent des blessures se manifestant dans le présent, dans le corps ou dans le fonctionnement psychologique de l'Être. Les émotions sont reliées directement à qui est appelé Manipura Chakra ou corps astral, encore appelé corps émotionnel ou corps de désir. Le corps de désir a un fonctionnement que je qualifierais de semi-automatique, dont la caractéristique essentielle est de générer, en permanence, un mouvement, donnant, en quelque sorte, le sentiment, non réel, de satisfaction. En effet, la caractéristique de l'émotion est de naître et de disparaître et de ne jamais s'établir dans la persistance, si ce n'est, parfois, s'établir au sein de certaines addictions où il n'y a jamais de satisfaction mais recherche permanente. L'action et la réaction, liées au corps de désir, vous emmènent, de manière inéluctable et inexorable, à vous éloigner de votre Être profond car elles jouent littéralement sur les forces existant au sein de ce monde de désir, ce monde appelé Maya, dans lequel l'humanité évolue depuis un certain temps.

La plupart des enseignements, orientaux en tout cas, ont visé à transcender le désir sous toutes ses formes. Transcender ne veut pas dire contrôler. En effet, vouloir réprimer un désir, quel qu'il soit, ne le fait jamais disparaître mais le fera toujours réapparaître à un moment donné, plus tardif. Le contrôle des désirs ne fait que renvoyer ses désirs à plus tard, ne les fait jamais disparaître. Le désir est exprimé pour entraîner une action de satisfaction qui est la caractéristique même du corps de désir ou corps astral. Ce corps émotionnel est donc lié aux émotions, de manière formelle, à Manipura Chakra qui est le siège de l'ego, le siège de l'appropriation. L'émotion est donc un vecteur et la manifestation d'un désir, quel qu'il soit. Désir qui, par là même, renvoie à des structures encore plus archaïques appelées la volonté. Volonté qui, elle, n'est pas inscrite dans le cerveau dit émotionnel - ou limbique - mais directement dans le cerveau archaïque appelé reptilien. Le désir, le plus souvent, ne fait que manifester ou traduire une volonté. Ce qui se cache derrière cette volonté, fusse-t-elle appelée de bien ou de beau, est, toujours et systématiquement, la satisfaction d'un manque, quel qu'il soit. Le désir peut apparaître comme sain et évident dans le déroulement de la vie de tout être humain mais cela ne résiste absolument pas à une analyse plus poussée, où le désir va systématiquement apparaître comme un manque à combler.

Le corps de désir, ainsi nommé dans les enseignements orientaux, est celui qui s'oppose à l'apparition de la Vibration du Cœur et à l'établissement dans le Soi. Le désir nourrit l'ego dans un jeu sans fin, dans un jeu de satisfaction, dans un jeu de pouvoir, dans un jeu de volonté. Ainsi donc, accoler le mot désir (même si ce désir vous apparaît, dans un premier temps, comme fort noble et fort justifié) ne fait que traduire, de manière certes plus subtile, la mise en œuvre de la volonté, correspondant à un comblement de manque. Tous les désirs, sans exception, aboutissent et se concluent nécessairement par le comblement d'un manque, même si ce manque ne peut être reconnu comme tel par la Conscience de l'ego qui fera tout, justement, pour éviter que vous n'ayez conscience de ce manque. Cela concerne aussi bien la satisfaction d'un désir simple, comme le fait de se nourrir, où là, au niveau physiologique, il est évident qu'il y a un manque de nourriture qui entraîne le désir de manger. Mais cela est exactement la même chose en ce qui concerne les désirs les plus vitaux, les plus sociaux, les plus sexuels ou les plus naturels, dirons-nous, de l'être humain, qui traduisent donc, systématiquement, un principe de manque. L'ego, distancié et séparé, est donc caractérisé essentiellement par le manque et par une insatisfaction qui ne trouvera jamais de satisfaction en lui-même mais qui va vous le faire croire. En effet, quel est l'être humain qui n'a pas satisfait à un désir, quel qu'il soit ? Et qui peut dire que ce désir ne s'est jamais reproduit ? Qui peut dire qu'il n'a mangé qu'une fois et qu'il n'a pas remangé ? Qui peut dire qu'il n'a eu qu'un rapport sexuel et ne l'a jamais reproduit ? Le désir entraîne le désir. Le désir ne peut se satisfaire. Cela est une évidence inscrite dans les cellules humaines, inscrite dans le cerveau, inscrite dans le comportement et dans la nature même du corps de l'ego ou corps émotionnel.

La problématique va survenir quand l'être humain va commencer à parler de Cœur. Car, le plus souvent, au niveau du Cœur, chacun y met le contenu qui y est véhiculé par sa propre Conscience. Un cardiologue va entendre le Cœur comme une pompe cardiaque. Un être en cheminement spirituel va appeler le Cœur, son objectif. Un être réalisé, qui a définitivement dissout le corps de désir, va parler de réalisation du Soi. Tous ces êtres désignent pourtant la même zone du corps et la même zone de Conscience mais chacun va le traduire selon ses propres perceptions et selon son propre vécu, sa propre expérience. Alors, est-ce que l'on peut dire qu'il est plus juste de dire que le Cœur est une pompe ? Que le Cœur est affectif ? Que le Cœur est sentiment ? Ou que le Cœur est le Soi ? Toute la différence est là. C'est que le langage, quelle que soit la langue, fait référence, pour une personne, à un contenu sémantique et symbolique précis qui n'est absolument pas le même que les sept autres milliards d'êtres humains. Sans exception. Il ne peut y avoir de définition, donc, correcte, pour le Cœur, puisque chacun y met un vécu qui est fort différent.

Le Cœur n'a rien à voir avec une émotion, même si un nombre important d'êtres humains considère que le Cœur appartient au monde des émotions. Tous les chemins de traverse se situent d'ailleurs à ce niveau : de concevoir le Cœur comme une émotion. Le Cœur est émotion uniquement au niveau de certaines parties de sa partie physique qui, là aussi, évoluent selon le monde de l'action/réaction, à savoir contraction et dilatation qu'un cardiologue va appeler systole et diastole, c'est-à-dire contraction et dilatation du cœur, renvoyant, là aussi, à attraction/répulsion, action/réaction, un mouvement de contraction étant suivi d'un mouvement de relâchement. Il n'y a donc plus qu'un pas, qu'a franchi l'homme, qui est d'assimiler le Cœur à une émotion.

Nombre des Anciens qui sont venus vous parler, ont insisté sur quelque chose d'essentiel qui est le Cœur/Vibration et non pas le cœur/pompe. Le Cœur/Vibration est une perception Vibratoire, comme son nom l'indique. Il est aussi, et avant tout, une Conscience. La Conscience du Soi, définie par opposition à la Conscience de l'ego. Je vous renvoie pour cela au magistral exposé que vous a fait Un Ami. En ce qui me concerne, j'attire votre attention : si le Cœur est un désir (tel que vous le nommez), si le Cœur est une volonté, il n'est déjà plus le Cœur car le Cœur n'est ni désir, ni volonté, ni émotion. Le Cœur est un état, au-delà de la pompe cardiaque, un état que je qualifierais à la fois de mobile et d'immobile mais, surtout, qui est totalement détaché de la notion d'action et de réaction. La problématique, et souvent au niveau de ce qui a été appelé le chakra du Cœur : les traditions elles-mêmes ont subdivisé ce Cœur en deux aspects, appelés le mental discursif ou mental inférieur et le mental supérieur que j'ai appelé, de mon vivant, le Supra mental. Tout oppose le Coeur mental et le Cœur Supra mental. Le Cœur mental est soumis, comme la pompe cardiaque, au principe d'action et de réaction : j'agis et j'adopte un comportement en réaction à un apprentissage vécu. J'adopte telle conduite sociale en fonction d'un apprentissage que j'ai reçu. Le comportement est donc issu du mental inférieur. Le mental supérieur est, lui, dans un tout autre registre, n'ayant plus rien à voir avec l'action/réaction, puisque le principe même de révélation du Supra mental se situe dans les principes de l'Unité de la Lumière révélée, dévoilée, se manifestant par Vibration et par Conscience, profondément différente de celle qui existe au sein du corps de désir.

De très nombreux mystiques établis dans le Supra mental et dans le Cœur, avant même que le Supra mental ne se révèle à l'humanité au sein de la Conscience liée à ce qui est appelé la tête, ont perçu ce que j'ai appelé, moi-même, pour vous, le switch de la Conscience : le moment où la Conscience va passer du corps de désir au corps de Bouddhéité. Ce corps de Bouddhéité est marqué par un sentiment d'impermanence, un sentiment de dissolution, un sentiment où les barrières, où l'action/réaction, où les désirs, s'éteignent en totalité. L'Être trouvé au centre de l'Être n'a effectivement plus aucun désir, n'est plus identifié à ses émotions ou à son mental. Le corps de désir, la personnalité, est en permanence identifié et projeté au sein de ses propres désirs, conscients ou inconscients, et de ses propres activités mentales conscientes et cognitives, ou inconscientes et subconscientes. Le Supra mental n'a que faire de tout cela. Le Supra mental est établissement au sein de la vacuité et, en même temps, de la Vibration, là où n'existe plus ni désir, ni émotion, ni volonté, ni activité mentale, ni comportement. La qualité de la Conscience n'a strictement rien à voir. La Conscience de l'ego, le corps de désir, est en opposition totale, en opposition absolue au corps de l'Être.

L'ego et le Soi ne peuvent qu'exceptionnellement s'entendre. Tant qu'il existe un désir en vous, que ce désir vous semble justifié et normal (au sens sociétal ou au sens de votre développement personnel, ou de votre recherche personnel), il ne peut y avoir accès à l'Être. Toute la subtilité vient de là. Ainsi, la plupart des enseignements vous ont orientés sur une recherche dite Intérieure, ésotérique ou spirituelle, vous faisant littéralement miroiter qu'en satisfaisant votre soif de connaissance de vous-même, qu'en vous appropriant une connaissance donnée ou une autre connaissance (extérieures à vous-même), vous alliez parvenir à l'étage du Soi et du Cœur. Cela est impossible. La seule façon de pénétrer le Cœur et le Cœur de l'Être ne peut se faire que par ce que l'Archange Anaël a appelé un abandon à la Lumière. L'abandon à la Lumière est un acte conscient. Mais cet acte conscient ne dépend pas du corps de désir, il ne dépend pas de la volonté, il ne dépend surtout pas d'un comportement mais bien d'une reddition. C'est cette reddition elle-même, appelée, en d'autres traditions, la Crucifixion de l'ego, qui va permettre le passage du corps de désir au corps de l'Être. C'est pour cela que les Yogas, en Orient, ont décrit, de façon la plus minutieuse possible, ce qui accompagne le passage d'un état de Conscience à un autre. La description, tel que cela en a été fait au sein des Yoga Sutras de Patanjali, la description qui en a été faite par le Kriya Yoga (par exemple et ce n'est pas limitatif) ont très largement insisté sur la description d'un certain nombre de signes, extrêmement précis, traduisant le passage du corps de désir au Cœur de l'Être, jusqu'à décrire, même, les signes correspondant à l'établissement définitif au sein de l'Être. Choses, bien évidemment, que la connaissance extérieure ne vous parlera évidemment jamais, justement pour vous éviter, de façon parfois très malicieuse, d'aller vers votre Être.

Ainsi, l'être humain, depuis fort longtemps, va de connaissance en connaissance, lui donnant la progression apparente, le sentiment apparent, d'élargir son champ de perception. Mais il n'en est rien. La seule chose qui soit élargie, c'est la tête et uniquement la tête et ce, dans tous les sens du terme. Le Cœur n'a que faire d'une quelconque connaissance ou d'une quelconque expérimentation qui ne touche pas l'Être directement. Tout ce qui est appliqué à l'extérieur de soi est perdu pour le Soi et enrichit, de façon interminable, le corps de désir. Ainsi donc, le corps de désir ne vous conduira jamais au Cœur de l'Être. Sa vocation, sa finalité est, justement, exactement l'inverse du chemin du Cœur. À tel point que la falsification, au niveau spirituel, a consisté à vous détourner de votre Cœur pour vous faire aller sur des niveaux dont même Bouddha en personne lui-même avait dit : « quand tu rencontres les pouvoirs, sauve-toi vite ».

Que fait aujourd'hui ce monde qui n'est pas ouvert au niveau du Cœur ? Il a soif, au sein de son corps de désir, d'une spiritualité. Il a soif de connaissance. Il a besoin de savoir qui il est. Il a besoin de savoir ce qu'il a été. Il a besoin surtout de savoir ce qu'il sera. Et il a l'impression, ce corps de désir, de réaliser le Soi. Or, rien ne l'éloigne plus que cette attitude d'esprit et ce comportement. Il n'y a que, justement, en arrêtant ce principe de balancement (action / réaction), justement, en arrêtant la Conscience dans l'instant, ainsi que cela a été nommé « ici et maintenant », que peut se révéler et se concrétiser le Soi. Autrement, cela est strictement impossible. Certains enseignements vont même jusqu'à prôner l'ouverture de fonctions spirituelles qu'effectivement Bouddha disait de fuir (les pouvoirs de l'âme) qui sont, le plus souvent, et qui resteront d'ailleurs, des pouvoirs spirituels qui n'ont strictement rien à voir avec la maîtrise liée au Cœur. L'illusion continuera donc de plus belle, d'autant plus qu'il ne peut y avoir aucune satisfaction au sein de l'ouverture de l'ego spirituel mais, bien plus, enrichissement du corps de désir qui va, à son tour, envenimer, littéralement, ce corps de désir et le faire aller dans un cheminement où les désirs vont apparaître comme de plus en plus boursouflés. Que cela concerne des déviations au niveau de l'alimentation, que cela concerne des jeux de séduction des autres, dans le sens le plus large, dans le sens de la manipulation, de la tromperie et de l'apparence de vrai. Le corps de désir ne peut que sortir grandi de ce genre d'initiation qui, effectivement, n'a rien à voir avec le Cœur.

Le Cœur ne sera jamais, strictement jamais, une initiation. Initiare, en latin, veut dire mettre sur la voie. Le Cœur n'a pas besoin d'être mis sur la voie puisqu'il est, de toute Éternité. Le jeu du corps de désir est donc de vous éloigner, en permanence, de cette réalité éternelle inscrite en vous, qui est le Soi, qui, effectivement, n'a pas besoin de chemin puisqu'il est, de toute Éternité. Il a juste besoin, et cela est profondément différent, d'une reconnaissance et d'une reconnexion. Ceci n'a rien à voir avec une quelconque initiation. Ceux qui voudraient vous emmener vers une initiation ne sont assurément pas dans la voie du Cœur car la voie du Cœur est la voie de l'instant. Elle ne peut se suggérer au travers d'une initiation, quelle qu'elle soit, au travers d'un rituel, quel qu'il soit car l'établissement au sein de l'Être ne se réalise que quand tout désir est transcendé et non pas réprimé. Ainsi que le disait Christ lui-même : « on jugera l'arbre à ses fruits ». Quels sont les fruits ? Est-ce que ce sont des fruits liés au corps de désir, avec un renforcement des pulsions, un renforcement de l'exaltation des émotions, quelles qu'elles soient, encore plus exacerbées qu'auparavant, avec un sentiment de plaisir ou un sentiment de frustration ? Ou alors est-ce qu'au contraire la voie du Cœur débouche sur la disparition du corps de désir ? Ce qui ne veut pas dire que l'homme qui vit cela n'exprime plus des désirs physiologiques. Simplement, ce n'est plus ses désirs qui commandent, ce n'est pas la volonté de réprimer un désir qui commande mais l'établissement au sein de la plénitude ou de la vacuité, qui correspond au Cœur.

Le Cœur n'est donc pas action ni réaction. Il est Être. Il n'est certainement pas savoir. Il est établissement au sein de la Présence. Certains Archanges, parmi vous, vous ont fait approcher de cet état Vibratoire particulier appelé la Présence. Certains d'entre vous, au travers des Noces Célestes ou plus récemment, commencent à percevoir ces fameuses Vibrations. Bien évidemment, comme l'a signifié et stipulé Un Ami, il existe de très nombreux états intermédiaires qui permettent de conduire jusqu'à l'établissement permanent au sein du Cœur. La Conscience de l'Être est établie de manière définitive dans le Cœur uniquement lorsqu'il y a accès à ce qui est appelé les deux derniers Samadhi : l'établissement de la Joie et l'établissement de la dissolution. Auparavant, tout retour à une autre réalité, liée à l'ego, est toujours possible bien que plus celui qui avance dans la voie de l'Être, se renforce dans l'Être lui-même. Il n'y a que certains ego - corps des désirs particulièrement résistants, impliqués dans des comportements aberrants - qui vont essayer de se nourrir de la Vibration de l'Être. Dès que la Conscience commence à s'établir au sein de l'Être, le corps de désir se modifie. La perception Vibratoire devient totalement différente. Retenez que la perception des Vibrations (ou de ce que vous appelez Énergie) n'a rien à voir tant que vous êtes au niveau de l'ego et elle devient complètement différente dès que vous passez au niveau du Cœur. La Vibration liée à l'ego est une Vibration de nature électromagnétique qui va être décrite et perçue par tout un chacun ayant développé sa propre Énergie vitale. La perception de l'Énergie n'est absolument pas la traduction de l'ouverture du Cœur. À un moment donné, lors des premières étapes de l'établissement au sein de la Conscience de l'Être, apparaît une nouvelle Énergie que j'ai qualifiée, de mon vivant, comme Énergie Supra mentale, Énergie venant du plan de la Città, n'ayant plus rien à voir avec l'Énergie prânique, qui se manifeste selon des caractéristiques totalement différentes, dont la circulation même, au sein du corps ou autour du corps, n'a plus rien à voir avec les Énergies prâniques. La caractéristique n'est pas une circulation, au sens électromagnétique. Elle est un Feu. C'est le mot qui peut revenir le plus souvent. Un Feu brûlant qui pourtant ne consume pas. Cela peut être aussi, lors de la réalisation de l'ultime Samadhi ou de ses prémices, un Feu dévorant, picotant l'ensemble du corps extrêmement rapidement, qui est lié à l'agrégation des particules Adamantines au sein du canal de l'Éther ou Sushumna et au sein des différents chakras.

Les Énergies prâniques peuvent se manifester au sein des émotions. Elles vont donner alors des courants d'air tournant autour de la personne et pouvant faire croire, qu'il y a établissement au sein de l'Être. C'est une illusion. L'Être ne sera jamais ce type d'Énergie et ce type de Conscience. L'établissement au sein du Cœur est perceptible pour celui qui s'y établit. Le fameux switch de la Conscience est une réalité quand il est vécu. Cela va se traduire, instantanément, par une modification desdites perceptions énergétiques, au niveau du corps, où les Énergies prâniques vont progressivement laisser la place à ce qui est appelé les Énergies Supra mentales ou plan de la Città. Il y a donc une différence essentielle entre la Conscience de l'ego et la Conscience de l'Être. Dans les manifestations aussi, qui ont été données dans les Yoga Sutras de Patanjali, ou encore dans les enseignements du Kriya Yoga, l'apparition des marqueurs que sont le Nada ou Chant de l'âme, les Siddhis, aussi, qui apparaissent (les pouvoirs de l'âme), qui ne sont, encore une fois, que des pouvoirs mais qui traduisent, néanmoins, un cheminement vers le Cœur. Le Cœur est aussi établissement au sein de l'Unité, de la Vibration.

La différence essentielle, aussi : la Vibration liée au corps de désir, manifestée au niveau de l'illusion (que nous avons appelée, avec vous, l'illusion Luciférienne), va déclencher un certain nombre de choses liées à la vision. Visions survenant très précisément les yeux clos c'est-à-dire au niveau du troisième œil, ce qui n'est absolument pas, lors de l'établissement au sein de l'Être, où la perception même de ce qui est appelé la Lumière Luciférienne n'existe plus. La perception devient directement empathique. Cela pourrait s'exprimer par les mots suivants mais qui n'expriment toutefois pas la Vérité intrinsèque de ce qui est vécu : la vision Luciférienne est une projection sur un écran appelé mental ou l'écran du troisième œil ; la vision du Cœur est une connaissance instantanée. Il y a connaissance directe, connaissance s'établissant par la Vérité de ce qui est perçu, en Unité, et non plus par une quelconque identification visuelle liée aux yeux fermés. Toute la différence est à ce niveau.

Les Vibrations, bien sûr, accompagnant l'ego spirituel au sein du corps de plaisir, n'ont rien à voir. Dans le corps de désir, ou dans le corps de l'ego spirituel, l'Énergie peut être très ample mais elle est de nature directement issue du corps de désir. Elle va donc vous englober, vous charmer, vous exalter, vous amener à des conduites qui n'ont rien à voir avec le Cœur. L'Énergie de l'Être, ou corps de l'Être, qui se manifeste au niveau du Cœur, va vous mettre en résonance au niveau du Cœur et va vous faire participer, même si cela demeure du domaine de l'expérience et non pas de l'établissement de la Vibration, de celui qui manifeste cette Vibration cardiaque. Il y a une différence essentielle, aussi, c'est que la Vibration du corps de désir, au sein de l'ego spirituel, va entraîner un certain nombre de déviations. Elle va vous entraîner, bien évidemment, dans l'émotion. Va exacerber vos propres émotions plutôt que de les contenir et de les maîtriser. C'est toute la différence avec la Vibration de celui qui est dans le Cœur et donc dans le corps de l'Être. Bien évidemment, il est fort logique que de nombreux êtres humains soient séduits, littéralement, par les pouvoirs de l'âme. La vision de ses vies passées, la vision d'un certain nombre de choses en relation avec le troisième œil peut être extrêmement séduisante et perturbante. Mais, en aucun cas, et tout le piège est là, cela ne correspondra à un établissement au sein du Soi.

Au plus se développera la Vibration du troisième œil, au plus vous vous éloignerez de la Vibration de votre Cœur. Il ne peut exister, de manière simultanée, de Vibration du Cœur et de Vibration du troisième œil. Par contre, il est évident qu'avec les Noces Célestes, le troisième œil n'est plus limité à sa partie congrue appelée Triangle Luciférien, puisqu'il y a eu Couronnement, Rédemption et donc il y a réellement chakra existant au niveau du troisième œil. Mais le chakra n'est pas uniquement le troisième œil, il est l'ensemble de la Couronne perçue au niveau de la tête. C'est déjà une distinction extrêmement importante. Ensuite, observez, en vous, ce qui s'établit. Est-ce qu'il s'établit, en vous, la réaction ? Est-ce qu'il s'établit, en vous, un état de Paix, de sérénité, de vacuité et de plénitude à la fois ? Ou alors, est-ce qu'il s'établit en vous un manque, un désir, un besoin ? Toute la différence se situe aussi, en votre Conscience, à ce niveau. Et enfin, chose qui ne pourra jamais vous tromper, quel que soit l'aspect Vibratoire - que cela soit dans les premières étapes de l'établissement du corps de l'Être, comme dans sa réalisation ultime, appelée Maha Samadhi - bien évidemment, il y a perception consciente d'une Vibration existant au niveau de la poitrine. Chose qui n'existera jamais au niveau du troisième œil et de l'ego spirituel.

Certes, certains êtres ont pu vivre l'expérience initiale de Vibration du Cœur mais ce n'est pas pour autant, si l'ego spirituel prend le devant, qu'ils vont s'établir dans la Vibration du Cœur. L'émotion participe, irrémédiablement et définitivement, comme je l'ai dit, au corps de désir. Le Cœur Vibral est tout sauf une émotion. Il est état. État d'Être. État de réalisation. État d'Éveil authentique et non pas d'Éveil Luciférien. L'accès au Soi, par la Vibration du Cœur, va déboucher, surtout dans cette période (ce qui n'était pas possible de mon temps et encore de nombreuses années après), à ce qui est appelé le Corps d'Êtreté. Un certain nombre de signes aussi peuvent se manifester, à ce moment-là, vous signifiant que le moment n'est pas venu d'accéder à cet Êtreté mais de vous établir, de plus en plus durablement, au sein du Soi. À ce moment-là peuvent se manifester ce que j'appellerais des Énergies contraignantes au niveau des racines des membres vous empêchant, littéralement, de quitter ce corps car il n'y a pas eu suffisamment de transcendance du corps de désir. En effet, la Vibration du Cœur et l'établissement de la Conscience, au sein de l'Être, va dissoudre et désagréger progressivement, selon des temps qui sont différents pour chacun, le corps de désir. Cela peut s'établir instantanément comme prendre, malgré la quantité et la qualité de la Lumière qui arrive jusqu'à vous, un certain temps. Durant ce temps, il est important de respecter les demandes de la Vibration de votre corps qui sont, en fait, des demandes de la Lumière elle-même qui vous permet d'éviter les pièges. Voilà les quelques mots que j'avais nécessité de vous communiquer, concernant les émotions et le Cœur. Je me tiens, bien évidemment, à votre disposition, pour compléter cet exposé si cela est nécessaire.

Question : qu'entendez-vous par respecter les Vibrations de notre corps ?
Il est des moments, quand la Conscience s'établit au sein du Cœur, où le corps va manifester des sentiments de pesanteur, de lourdeur, qui ne sont pas destinées à vous empêcher de vivre le Cœur, bien au contraire, mais uniquement destinées à vous établir encore plus facilement au sein du Cœur. La perception, voire de gêne, de douleur, au niveau des membres ou des segments de membres, va vous conforter dans l'établissement au sein de l'Être. Il n'y a pas à lutter contre. Ceci n'est pas une brimade. Ceci n'est pas un empêchement mais bien plus une direction de l'Énergie, en totalité, vers le Cœur. Le relâchement des extrémités et des membres pourra se faire à partir du moment, comme je l'ai dit, ou le corps de désir sera suffisamment dissout.

Question : pourriez-vous donner un exemple de désir et une méthode pour les transcender ?
Chère Sœur, ainsi que je l'ai dit, il n'est pas possible de transcender le désir en luttant contre un désir car celui-ci reviendra inexorablement, sous la même forme ou sous une autre forme. Vouloir lutter contre le désir est une illusion. Il ne peut y avoir de lutte contre un désir. Un désir correspond à un manque et tout manque, au sein de la matrice, a besoin d'être comblé. Ainsi donc, il n'y a pas d'exemple à donner. Il n'y a qu'au sein de l'établissement de l'Être que peut se dissoudre, commencer à se dissoudre, les corps de désir mais absolument pas avant.

Question : aspirer à l'Êtreté peut être une forme de désir ?
Tout dépend s'il y a eu ouverture du Cœur ou pas. Si la Vibration du Cœur est active, à ce moment-là, il y a une aspiration qui n'est pas un désir ni une volonté. J'appellerais cela une tension, liée à l'abandon à la Lumière. Cette tension n'appartient pas au corps de désir puisqu'elle naît au sein même de la Vibration de l'Être. Ce qui n'est pas du tout la même chose. A partir du moment où le corps de l'Être n'est pas éveillé, à ce moment-là, la tension vers l'Êtreté renforce le corps de désir. Il entraînera, à ce moment-là, d'autant plus frustration, voire déni.

Question : c'est l'abandon à la Lumière qui va permettre la dissolution du corps de désir ?
En totalité. Vous pouvez commencer à vous établir dans la Vibration, par l'expérience, au sein de l'Être. Chose aujourd'hui extrêmement plus aisée qu'avant l'arrivée de la première Vague Galactique. C'est pour cela que nous avons insisté sur le fait qu'il n'y a aucune barrière autre que celle de l'ego pour accéder à la dimension du Cœur. Bien évidemment, la façon d'y accéder peut être différente pour chacun, d'autant plus que le corps de désir, comme je l'ai démontré, est une opposition importante à l'établissement au sein de l'Être car le corps de désir n'existe que parce qu'il existe des désirs et des manques. Combler un manque, quel qu'il soit, ne suffit pas à faire disparaître le corps de désir car, à ce moment-là, le corps de désir trouvera d'autres manques à combler et c'est sans fin. Il n'y a qu'au sein de la réalisation de l'Être ou, en tout cas, en commençant à vivre les expériences du switch de la Conscience, comme cela vous a été proposé, que vous allez pouvoir, petit à petit, commencer à dissoudre et à désagréger, littéralement, le corps de désir. Encore une fois, cette dissolution, cette désagrégation, ne peut se faire que s'il y a abandon à la Lumière. L'abandon à la Lumière, ainsi que l'a exposé l'Archange Anaël, est un des éléments moteur de la réalisation du Soi et de l'Êtreté. L'abandon à la Lumière est l'abandon de sa propre volonté, correspondant, par là même, aux phrases prononcées soi-disant par le Christ mais qui sont bien réelles : « que ta volonté soit faite, et non la mienne ». À ce moment-là, il y a acceptation de la remise de sa propre volonté, non pas à une autorité extérieure mais à une autorité Intérieure qui est La Source et donc la Vibration du Cœur. Alors, bien sûr, depuis l'adjonction des nouvelles fréquences, une clef vous a été donnée : l'établissement de la nouvelle Tri Unité. L'activation de ce qui est appelé le neuvième corps favorise l'éclosion de ce qui est appelé le Samadhi, favorise donc, ainsi, de manière directe et indirecte, l'établissement de votre Conscience au sein de l'Être. Il faut donc passer, à ce niveau-là, de l'expérience à l'établissement permanent. Ce qui ne peut se faire que par la répétition de l'expérience elle-même du Samadhi ou de la Vibration du Cœur. Certains êtres y arrivent du premier coup et s'établissent, de manière définitive, instantanément, dans le Cœur. D'autres vont avoir besoin, au contraire, de dissoudre progressivement, par l'établissement de la Vibration du Cœur, le corps de désir. Tout est, bien évidemment, fonction de votre propre chemin et non pas de votre volonté.

Question : à quoi correspond le fait de se réveiller avec poitrine brûlante ?
Cela correspond, indéniablement, à l'afflux de la Vague Galactique et aux particules Adamantines, particules de la Radiation de l'Ultraviolet, de l'Esprit Saint et de La Source qui se déversent sur Terre depuis déjà de nombreuses années. Maintenant, cela ne suffit pas à faire un Éveil du Cœur mais ça en est les prémices. Cela signifie qu'il y a, effectivement, accumulation de particules Adamantines au niveau du corps. L'Archange Anaël vous avait exprimé, voilà un an et demi, cette importance capitale de l'abandon à la Lumière.

Question : quelle est la signification de ressentir un appui très fort au niveau du troisième œil ? Chère Sœur, cela dépend, bien évidemment, si le Triangle Luciférien est retourné ou pas. Celui-ci a été retourné par l'action Mikaëllique le 16 octobre, il y a très peu de jours. Ainsi donc, en ce moment, le Triangle appelé Luciférien est appelé à travailler Vibratoirement de manière très intense du fait même de ce retournement.

Nous n'avons plus de questionnement. Nous vous remercions.
Frères et Sœurs en humanité, je vous le dis et je vous le répète, vous n'êtes pas seuls mais il n'y a que vous, seul à seul, qui pouvez vous établir dans le Cœur car c'est votre décision, car c'est votre choix. À vous de choisir, comme cela a été dit et répété. Je vous invite à lire et à relire ma première intervention, voilà quelques jours, sur la notion de choc et de peur (ndr : intervention du 17 octobre 2010). Vous y puiserez les mécanismes de fonctionnement extrêmement précis de l'humain, qu'ils soient au sein du corps de désir ou du corps de l'Être, qui seront en totale complémentarité avec ce que je viens d'exprimer. Frères et Sœurs, mon Amour et la gratitude vous accompagnent. Je vous dis à très bientôt.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page