Autres Dimensions

Sois qui tu es

ANAËL

1er décembre 2012

pdf

Je suis ANAËL, Archange. Bien Aimés Enfants de la Lumière, Bien Aimés Enfants de la Loi de Un, Bien Aimés Libérateurs de la Terre, que la Paix, l'Amour et la Lumière soient en vous. Établissons, en premier lieu, un moment de Fusion, de moi à vous et de vous à moi, dans la même conscience, dans la même Unité et dans la même Présence.

... Partage du Don de la grâce ...

Je reviens à vous, en ce jour comme durant ces précédentes semaines de votre temps, afin de répondre à vos questionnements et interrogations, en orientant, toutefois, si vous le voulez bien, le sens de vos questionnements inscrits, cette fois-ci, non pas tant dans des données générales concernant aussi bien l'Abandon, que la Vérité, que l'Absolu mais, bien plus, en se servant justement de l'ensemble des éléments que j'ai pu vous communiquer, en tant qu'Archange de la Relation et de la Communication, durant ces années. Le but est donc de vous faire questionner sur le sens même de ce que je nommerai la temporalité. Temporalité en tant que temps qui passe et temporalité concernant cette période actuelle afin de replacer cette temporalité (et l'interrogation ou questionnement la concernant ou vous concernant) par rapport à ce que j'ai pu exprimer, durant ces années, en tant qu'Ambassadeur du Conclave Archangélique mais, de manière plus globale, en tant qu'intercesseur entre les différents Conclaves et votre conscience. Je précise aussi que, à l'issue de mes mots et dans l'intervalle de vos interrogations, nous stabiliserons, de plus en plus, en ce lieu comme en tout lieu, l'éphémère avec l'Éternité, laissant un espace de Lumière s'apparentant et s'approchant avec l'Ultime. Je précise, pendant que les interrogations se lèvent en vous que, bien évidemment, cette temporalité découle aussi précisément de ce que j'ai nommé des échéances astronomiques.

Question : Que signifie le fait de ne plus avoir envie de rien ?
Bien Aimé, la réponse à cela est fort simple et je te la présenterai de deux façons, illustrant, par là même, ce que vient d'exprimer le Bien Aimé Jean avant moi (ndr : intervention de Sri Aurobindo du 1er décembre 2012). L'envie de ne rien faire peut être considérée, du point de vue de la personnalité, comme une démission d'un rôle ou d'une fonction (sociale, morale, affective, professionnelle ou encore liée à ce que vous nommez, de votre point de vue, la vie), se traduisant aussi bien par le besoin de se nourrir, de se vêtir, de gagner sa vie, ou encore de manifester des interactions au sein de ce monde dans différents secteurs qui vous sont parfaitement connus. Du point de vue de l'Éternité, ne rien faire c'est justement rentrer en Éternité. Le fait de moins avoir envie de faire ou, plus directement, de ne plus rien faire, est une démission de la personnalité qui se dirige non pas vers le Néant mais vers l‘Éternité. Ta lucidité va correspondre simplement à l'endroit où tu te situes par rapport à ta propre interrogation. Il convient toutefois de replacer aussi ce sentiment de ne plus rien avoir envie de faire dans le cadre de ce qui est nommé « habitudes », tel que l'avait exprimé FRÈRE K voilà peu de temps (ndr : son intervention du 24 novembre 2012). Ainsi, les habitudes, au sein de l'Humanité, sont extrêmement puissantes. Elles participent, à leur façon, à l'instauration et au maintien du système de contrôle du mental humain : l'égrégore social et humanitaire et de l'humanité visant à une pseudo cohésion d'une humanité Une, évoluant vers l'Amour. Ne plus avoir envie de rien faire peut donc se traduire, réellement, comme une problématique de la personnalité elle-même, que tu nommes ceci dépression ou inversion de l'humeur, stress ou anxiété. En effet, il est différent de ne rien avoir envie de faire, en étant Tranquille, de ne rien avoir envie de faire comme vécu comme une agitation, une anxiété, ou une démission de tout ce qui faisait vos interactions au sein de la vie. Soit cela est réellement une démission et cela concernera, de toute façon, l'éphémère que tu es. Soit c'est une impulsion à changer de point de vue et à t'établir dans quelque chose qui ne t'es pas encore connu, de manière globale et totale. L'observation du « ne rien faire » peut donc résulter d'une même cause mais aboutissant à une perception ou à un point de vue qui est différent. Je te rappelle, pour te rassurer, toutefois, qu'il te suffit de regarder, de lire, de voir la vie de certains Êtres, ayant réalisé leur être profond ou étant Libérés de la matrice, se comporter dans leur vie. Il est évident que, dans toute vie humaine, il existe un certain nombre de composantes variant selon le temps, selon la temporalité, selon l'humeur ou encore selon l'époque qui est vécue sur cette Terre. Seul celui qui stabilise sa propre Éternité est capable de voir, de manière lucide, claire et sans aucune appréhension, la Dissolution de son propre éphémère, la Dissolution de ses propres habitudes. Du point de vue de celui qui est inscrit dans la personnalité : cela représente une erreur magistrale de défaut de prise en charge de sa propre vie. Du point de vue de l'Éternité : là est la Vérité Absolue. Je vous rappelle que ce « ne rien faire » ne s'inscrit pas dans une temporalité que je qualifirais « usuelle » et « normale » ou « habituelle » de la Terre, mais dans une temporalité altérée correspondant à la fin de tout cycle. Ainsi donc, ne rien faire et ne plus avoir envie de ne rien faire peut être aussi bien l'expression d'une pathologie que l'expression d'une finalité la plus élevée. Tout dépendra, comme toujours, du point de vue de celui qui regarde comme de ton propre point de vue, en tant qu'observateur au sein du Soi de ta propre vie.

Question : Accueillir tout ce qui se présente peut-il être considéré comme « ne rien faire » ?
Bien Aimé, le « faire » et « ne rien faire » correspondent à des actions menées au sein de ce monde : des actions les plus usuelles et habituelles pour un corps (comme se laver ou se restaurer) qui se trouvent, je le rappelle, profondément modifiées, là aussi, par le changement d'habitude lié à la superposition et à la juxtaposition. Accueillir la Lumière en est l'une des étapes. La deuxième étape (permettant d'aboutir, en quelque sorte, au « ne rien faire ») c'est, bien évidemment, accueillir la Lumière mais accepter de la laisser œuvrer, en vous, sans interférer, en aucune manière, avec elle. L'Abandon à la Lumière, puis l'Abandon du Soi (tels que je les ai largement expliqués et développés, durant ces années) trouvent, aujourd'hui, de manière fort naturelle, pour vous, son accomplissement. Si ce « ne rien faire » se traduit par un questionnement, par une anxiété, par un sentiment d'anormalité, alors, à ce moment-là, vous savez où se place votre point de vue. Par contre, si ce « ne rien faire » se traduit par la plus grande des béatitudes, alors vous touchez la Vérité Absolue. Le « rien faire » n'est pas une finalité, surtout que, selon le point de vue, ce « ne rien faire » est profondément différent, selon que vous êtes inscrits dans une histoire logique et temporelle ou selon que vous êtes, dorénavant, placés au sein de ce que vous Êtes, en Éternité. Ainsi donc, l'observation courante de ces préceptes que nous vous avons donnés, pour cette période, de « ne rien faire » ou de « rester Tranquilles », ne concernent absolument pas une démission d'une des quelconques activités de la personnalité, elle-même, mais résulte et découle directement de la capacité, pour la Lumière, à s'établir en vous, en ce que vous Êtes (parce que vous êtes la Lumière), sans interférences (je nommais cela : frange d'interférences liée à l'éphémère, au transitoire et à la personne). Il existe toutefois (et comme cela a été exprimé, de différentes façons, ces dernières semaines écoulées de votre temps Terrestre) plusieurs façons d'appréhender ce Choc de l'humanité, différentes façons de le vivre. Rappelez-vous que les circonstances (comme je l'ai exprimé, voilà trois semaines et quatre semaines) qui se déroulent en vous sont très exactement celles que vous avez crées pour vivre cette période, de manière la plus adéquate selon votre point de vue et selon ce que vous Êtes, en Vérité, et la distance pouvant exister entre ce que vous Êtes, en Vérité, et ce que vous en percevez. Plus cette distance s'amenuise, et plus elle tend à disparaître, plus vous serez dans ce que nous avons nommé Shantinilaya ou Béatitude. Quel que soit ce que devient ce corps, quelle que soit ce que devient cette vie, quel que soit ce que devient ce monde, à ce moment-là vous n'êtes plus concerné, à ce moment-là vous réalisez les paroles du Christ : « je suis sur ce monde mais je ne suis pas de ce monde ». Ceci est la meilleure façon de vivre la Vie Éternelle et Absolue. Dans les moments où la Lumière vous appelle, comme dans les moments où vous accueillez la Lumière, la résultante sera différente, selon votre point de vue, selon l'endroit, en quelque sorte, où est placée votre conscience : dans l'éphémère de la personnalité et du déroulement de votre vie ou dans l'Éternité de ce que vous Êtes. Le principe même de ce que nous avons appelé « superposition » et « juxtaposition » vous donne à vivre la Tranquillité ou la non-Tranquillité qui ne découlera jamais d'une circonstance extérieure, d'une circonstance physique, sociale, morale, affective ou professionnelle. Ce qui veut dire, autrement dit, que tant que vous croyez que, pour être Tranquille, vous dépendez de l'état de votre corps, de l'état de vos finances, de l'état de vos interactions, vous n'êtes que dans la personnalité. Ce n'est que lorsque la Béatitude, la Tranquillité et la Paix s'installent, sans aucun effort, sans aucune volonté, sans aucune poursuite de but (quel qu'il soit), que vous trouvez réellement la Paix qui est votre Éternité, votre Présence et votre Absolu. Ainsi donc, la Tranquillité ou le « ne rien faire » peut être vécu de différentes façons selon, bien sûr, où tu te places toi-même.

Question : des difficultés relationnelles peuvent-elles être liées à des actions / réactions du passé ou également à des formes de freins pour s'empêcher de s'évaporer ?
Bien Aimée, je te remercie de cette question parce qu'elle appelle exactement la même réponse que celle que j'ai faite à l'instant : tout dépendra, exclusivement, de ton point de vue. Être affecté dans son présent et considérer que cela peut provenir d'une loi d'action/réaction passée te place et t'assujettit, en quelque sorte, toi-même, à cette loi de karma et d'action/réaction. Je t'invite à réécouter ce que je viens de répondre à la première question : tu y trouveras, bien sûr, toutes les réponses. À savoir que, tant qu'il existe une difficulté ou une résistance ou une opposition (que cela concerne un aspect relationnel entre un Frère et une Sœur, ou deux membres de la même famille, ou toute autre espèce d'interaction concernant aussi bien des circonstances que des déroulements de vie), celui qui est placé, de son point de vue, en Absolu, ne peut être affecté ni par la maladie, ni par le conflit, quel qu'il soit, ne donnant aucune prise au conflit. Ce qui n'est pas une démission ou une fuite mais, bien, établir soi-même sa Présence en Infinie Présence ou en Absolu. Alors, le point de vue change et ce qui est donné à voir, à ce moment-là, ne dépend plus d'une quelconque discrimination, ni d'une quelconque résistance ou opposition. L'important n'est pas de savoir si la résistance ou l'opposition vient de toi ou de l'autre ou de la circonstance, parce que c'est encore considérer qu'il y a interaction au sein de la personnalité et donc de l'éphémère. Se poser la question du sens même d'une difficulté vécue, pour la resituer dans une explication ou un sens (soit d'action/réaction du passé, soit de quelque chose qui favorise la Libération), revient, grosso modo, à la même chose. Le « rester Tranquille » ne peut être affecté par quoi que ce soit venant (apparemment) d'un extérieur à soi, que cela soit, encore une fois, une difficulté entre deux êtres ou avec une circonstance dans un secteur donné de ta vie. Seul celui qui est Tranquille, seul celui dont le point de vue n'est plus de l'éphémère mais de l'Éternité, peut goûter, en quelque sorte, la différence entre un même évènement survenant du point de vue de la personnalité et le même évènement survenu du point de vue de l'Éternité. Dans un cas, il y aura réaction, dans un cas, il y aura chaîne, il y aura perturbation. Dans l'autre cas, il n'y aura pas ni démission, ni indifférence, mais, bien plus, un point de vue qui transcende et dépasse largement les conditions mêmes de ce monde. Ainsi (comme je l'ai dit voilà quelques semaines), ce qui se déroule dans ta vie est expressément ce que tu as créé (ndr : son intervention du 6 septembre 2012). Mais à toi de voir, là aussi, quelle importance tu accordes à ce qui se déroule, que cela te concerne Intérieurement, que cela concerne ce corps : la différence, là aussi, se situera en fonction de là où tu es située. En éphémère, tu seras affecté. En Éternité, tu ne peux, en aucune manière, être affecté, même par la disparition de ton propre corps. Tout sentiment, toute sensation, toute perception d'une résistance ou, à l'inverse, de ce qui t'apparaît comme quelque chose qui sera libératoire, à un moment donné, n'est qu'un point de vue de la personnalité. Le point de vue de l'Éternité, c'est celui qui va constater ce qui se déroule. Que cela soit, par exemple, la fin de ce corps, que cela soit, par exemple, la fin d'une relation ou le début d'une relation, rien de ce qui est Éternel ne peut être affecté par une circonstance historique, personnelle et, de toute façon, éphémère. Ton point de vue dirige, en quelque sorte, directement, ce qui se manifeste à ta conscience. L'utilisation de ce que tu fais, de ce qui se manifeste à ta conscience est profondément différente selon le point de vue que tu adoptes. La fin du corps est appelée la mort. Pour la conscience, la fin du corps n'est certainement pas la mort. Mais si ta conscience est tributaire, de manière que je qualifierais d'abusive et illusoire, de ce corps, alors tu es effectivement tributaire de ce corps. Il en de même, par exemple, pour un élément commun à l'humanité (qui nous est inconnu) que vous nommez douleur. Il n'est pas dans mes propos de définir l'origine ou la cause d'une douleur qui vous affecte mais de bien voir quel est l'effet de cette douleur sur ce que vous êtes. Quelles que soient l'expression, la localisation et l'intensité de cette douleur (morale ou physique), si cela se traduit par une altération de votre conscience, bien évidemment vous êtes dans l'éphémère, à ce moment-là. Celui dont le point de vue, au moment où il le vit, se situe soit dans le Soi, soit dans l'Infini Présence, soit dans l'Absolu, ne peut aucunement être affecté par une quelconque circonstance, de ce corps comme de ce monde. L'éphémère et l'illusoire ne sont jamais fixes. Ils bougent tout le temps. Ce mouvement induit, en quelque sorte, la linéarité du temps, de façon bien plus complexe que je ne le présente. Mais, à un niveau collectif et individuel, il s'agit des mêmes mécanismes mis en œuvre. Si tu es en ton Éternité, si tu es en ton Infinie Présence, comme dans le Soi, de manière non plus expérientielle mais de plus en plus comme un état stabilisé, que peut te faire, réellement, une douleur, où qu'elle soit ? Que peut te faire un quelconque devenir ou avenir de ce monde, puisque le monde c'est toi ?

Question : Que signifie le fait d'avoir chaud en périphérie du corps et froid à l'intérieur ?
Bien Aimée, il existe (durant cette période, je dirais, de superposition mais aussi de surimpression de deux consciences différentes) des modifications extrêmement importantes survenant au niveau de ce qui est appelé, justement, la régulation centrale. Cette régulation centrale est directement reliée à un organe précis de votre cerveau, une pièce précise de votre cerveau nommée hypothalamus et hypophyse ainsi que, dans une moindre mesure, l'épiphyse. L'ensemble des processus de régulation nommée centrale (comme la régulation thermique ou encore la régulation de la satiété ou faim) est directement commandé, en tant que relais de conscience, par l'hypophyse, et surtout l'hypothalamus, et, dans une moindre mesure, l'épiphyse. La modification des rythmes physiologiques, la modification des circonstances alimentaires, ainsi que de votre humeur (au sens le plus large), découlent directement des modifications de l'hypothalamus, de l'hypophyse et de l'épiphyse. Celles-ci sont en résonance directe (pour l'hypophyse, hypothalamus) avec ce qui est nommé le point ER de la tête, au centre de la tête. L'arrivée de la Lumière Vibrale, couplée à l'Onde de Vie, ainsi que votre capacité à vivre les différents états Vibratoires de la conscience, vous rendent plus ou moins perméable à l'influence de ce Cœur Ascensionnel, à l'influence du Lemniscate Sacré, à l'influence de la Merkhabah, à l'influence du Canal Marial et se traduit, bien évidemment, par des modifications, de plus en plus sensibles et perceptibles, de l'ensemble des fonctions physiologiques (centrales comme de l'humeur). Ceci est donc un processus tout à fait normal, du fait de la surimpression des consciences. Je vous rappelle, de manière, je dirais, humoristique, que là ou nous sommes, nous n'avons pas besoin de manger autre chose que la Lumière que nous Sommes. Ainsi donc, il en est de même pour la régulation dite thermique. Le principe du Feu (qu'il se manifeste au niveau du Cœur, qu'il se manifeste au niveau des Triangles élémentaires, qu'il se manifeste au niveau cellulaire) est, justement, en résonance directe avec la pénétration de la Lumière au plus intime de chaque cellule, au plus intime de l'Être. Et, surtout, en ce qui touche, au sein de cette structure éphémère, ce qui est relié, quelque part, à la multidimensionnalité et à votre Éternité, inscrit, même, dans cette biologie corporelle pourtant altérée et amputée d'un certain nombre de brins d'ADN. Ainsi donc, les modifications de perception thermique, les modifications de rythme et d'intensité de sommeil, comme d'alimentation, n'illustrent qu'une seule et même chose : la modification, extrêmement importante, de ce qui est nommé l'hypophyse-hypothalamus, en résonance et en relation, comme je l'ai exprimé, avec le point ER de la poitrine (c'est-à-dire le thymus), modifiant aussi votre système immunitaire.

Question : quelles sont les transformations induites quand on assiste à vos canalisations ?
Bien Aimée, ainsi que cela (il me semble) a été dit par votre Commandeur, lui-même, concernant, par exemple, Les Noces Célestes : l'aspect Vibral est toujours présent (ndr : O.M. AÏVANHOV - Les « Noces Célestes » font référence aux interventions de MIKAËL du 17 avril au 12 juillet 2009). Pour ceux qui assistent à ce que tu nommes « canalisation », pour ceux qui ont entendu ce qui a été dit par l'Archange MIKAËL, pour ceux lisant, aujourd'hui, il existe un impact Vibratoire. Cet impact Vibratoire n'est pas lié à l'adhésion, aux mots que nous prononçons, ni à la croyance en ce que nous prononçons mais, bien plus, directement, à l'impact de la Lumière Vibrale. Ce qui se déroule, en ce moment, n'est pas différent de ce que tu peux vivre seul à seul, dès l'instant où il n'existe plus d'interaction de ton éphémère au sein de ton Éternité. Laisser s'établir un nouveau point de vue, c'est abandonner (comme tu le sais, peut être, déjà) toute référence, tout positionnement, par rapport à un connu, par rapport à une explication, ou à une recherche de sens. La Lumière Vibrale, telle qu'elle se produit, durant cet espace (présentement, ou en lecture, ou en écoute), n'est destinée aucunement à nourrir ton mental. En résumé, je pourrais dire que je nourris, de sens, ton mental, tout en permettant que s'exprime, en toi, la partie la plus haute de ce que tu Es, en Vérité : celle qui effleure à ta conscience dont tu n'avais pas, nécessairement, réellement, conscience parce que cela se situait au niveau de ce qu'était appelé, classiquement, dans votre langue, le « subconscient ». Le supraconscient a la capacité, en quelque sorte (supraconscient pour Supramental), d'être en résonance, par des points précis, avec ce qui est appelé l'éphémère, même s'il n'existe pas de superposition totalement juste, et de possibilité de coexistence commune, des deux états, sur un long terme (en terme Terrestre comme sur d'autres notions temporelles). Il est important de saisir que le mécanisme qui s'établit découle directement de ce qui est appelé une Communion. Celui qui Vibre ne sera plus sujet ou soumis au sens même de la phrase, à l'emplacement de la virgule ou du point, ne sera donc pas tributaire d'un sens ou d'un autre. Si je prends, par exemple, les interventions de l'Archange URIEL, vous avez pu constater qu'il joue (dans le sens Vibral) avec le sens des mots, afin de vous permettre, au niveau de la conscience comme du cerveau, de dépasser le mécanisme de fonctionnement habituel du langage, de passer d'un langage oral rempli de sens et de signification, de métaphores comme d'explications, à un langage qui impacte directement les aspects Vibraux (ou énergétiques, si tu préfères) qui n'ont plus rien à voir avec l'énergie émotionnelle, mentale ou encore éthérique altérée. C'est la meilleure façon possible de recréer ce que nous avons nommé le Nouvel Éther ou Éther Unifié ou Éther de Feu. Ainsi donc, tu peux écouter ce que je te dis à différents niveaux : du point de vue de la personnalité, du point de vue du Soi ou encore de l'Absolu. Celui qui est en Absolu n'a plus besoin de comprendre le moindre sens de ce qui est dit mais de, simplement, vivre la Lumière et ce qui en découle, c'est-à-dire la Paix, la Joie, la Sérénité et la Demeure de Paix Suprême. La Lumière est la Demeure de Paix Suprême. Elle est Shantinilaya et celui qui est Lumière ne peut envisager de sortir de cet état de Paix Suprême. Seule la personnalité l'envisage, au travers d'un certain nombre d'éléments appartenant à la personnalité, comme ce que vous nommez responsabilité, engagement, devoir moral, devoir social, obligations (quelles que soient ces obligations), reprenant, là aussi, ce qu'a pu dire le Christ : « est-ce que l'oiseau se soucie de ce qu'il va manger demain ? ». L'Abandon du Soi peut aller, pour certains d'entre vous, jusqu'à ces extrémités (conçues comme extrêmes par la personnalité) comme, par exemple, de ne plus avoir ceci ou cela ou d'avoir trop de ceci ou cela. Cela, là aussi, est exactement le même principe et les mêmes mécanismes de fonctionnement concernant aussi bien la santé (comme vous le dites) de ce corps physique, que de votre mental, que de votre Être, dans sa totalité. Assister à une canalisation ne sert strictement à rien si tu te places, d'emblée et exclusivement, selon le sens de la personnalité qui va sans arrêt te demander si ce qui est dit est vrai ou pas. Je t'invite, pour cela, à relire attentivement ce que j'ai pu dire, à de nombreuses reprises, concernant la Vérité Absolue et la vérité relative (ndr : voir en particulier les interventions d'ANAËL du 10 août 2010 (« ANAËL-1 ») et du 13 août 2010 ). Les vérités relatives appartiennent à un champ d'expérience qui t'est propre, à un cadre expérientiel lié à ton histoire, à ton historique, à ton passé et à tes projections, au sein de ton avenir ou même de ton instant présent. Celui qui a transcendé cela (non par une quelconque volonté mais, bien plus, par l'Abandon à la Lumière) ne se pose plus la question du sens des mots, ne se pose plus la question de la véracité selon la vérité relative (de ce qui est dit, annoncé, arrivé ou pas), mais, bien plus, selon l'Éternité de la Lumière, indépendante, totalement, de toute circonstance de ce monde comme de la personne. Là aussi, selon où tu es, tu verras les choses de deux façons, parfois totalement opposées, voire contradictoires. Voir les choses de contradictoires ne te permettra jamais d'établir la Paix, que cela soit en ce que nous disons, comme en tout évènement de la vie. Par contre, si tu ne te soucies plus de ce que tu vas manger demain, le mot qui peut être employé (même s'il peut être confusant), à ce moment-là, est le mot Foi. Il est évident qu'en ayant peut-être écouté, lu, certains ouvrages ou certaines interventions des Étoiles, il peut vous apparaître, de manière claire, que c'est dans la Divine Providence, dans la Divine Grâce, dans l'Abandon à la Grâce elle-même, que la Grâce se déroule. Ce n'est pas vous qui allez chercher la Grâce. Ce n'est pas vous qui allez chercher la solution. Ce n'est pas, là non plus, une démission mais bien un changement de point de vue. Celui qui est dans la personnalité sera toujours guidé par la peur, le problème du choix et le problème de la véracité, de la réalité et de la vérité de ce qui est énoncé. Celui qui est dans la Vibration n'entend plus, même, les mots, ni même le sens des mots que nous prononçons mais ceci, là aussi, est une forme d'apprentissage auquel nous vous avons menés, patiemment, durant toutes ces années. La différence temporelle est que, dorénavant, il n'y a plus le temps nécessaire pour s'occuper de cela. Seule la voie la plus directe, la plus rapide, la plus simple, est de se nourrir de ce que tu Es, dans l'instant présent où d'autres Frères et Sœurs de ton humanité, ou encore des autres mondes, sont en syntonie (je dirais) avec toi, par le sens de votre écoute. Je conclurai en disant que aucun mot, aucune phrase, aucune image, aucune circonstance, ne peut établir la Demeure de Paix Suprême, surtout pas au sein de ce monde. Mais il faut pourtant accepter, en totalité, ce monde parce que, quelles que soient son illusion et son altération, s'il n'y avait pas le principe de Vie, eh bien, il n'y aurait tout simplement pas de vie possible. Ainsi donc, ce n'est pas en rejetant la personnalité qu'on rejoint l'Éternité, c'est en s'intéressant à l'Éternité : « cherchez le Royaume des Cieux et le reste vous sera donné de surcroît ».

Question : que devrions-nous savoir sur la Porte KI-RIS-TI ?
Bien Aimée, ce qui est nommé KI-RIS-TI (vous l'avez peut-être saisi) est le Principe Solaire. Nous avons choisi cette dénomination afin de ne pas porter ombrage aux croyances de nombres d'humains quant à l'existence et au message délivré par le Christ. KI-RIS-TI est le Logos Solaire. Il est le principe Christ - Mikael. Il n'est pas seulement Mikaël. Il n'est pas simplement un personnage historique. KI-RIS-TI est le Fils Ardent du Soleil. C'est celui qui a réalisé le Soleil, en lui, et qui dit : « Père, que ta Volonté se fasse et non la mienne ». C'est-à-dire celui qui a (et je mets le mot entre guillemets) « crucifié » son existence. Il a fait le sacrifice ultime : le Don de Soi à l'humanité, le Don de Soi à la Lumière. KI-RIS-TI est, bien sûr, lié à un langage Vibral qui vient (comme nous vous l'avons déjà dit et vous le rappelez-vous, peut-être) du sumérien originel, appelé le langage cosmique. Ce langage cosmique est un langage qui fait appel à des syllabes. Ces syllabes portent sens, en elles-mêmes. Ces trois syllabes font sens, au sens d'un mot issu d'une représentation, d'une compréhension et d'une expérience, quel que soit ce mot. Par contre, prendre la syllabe dépasse largement l'origine, même sémantique, du mot mais débouche directement sur l'aspect Vibral : un peu comme les syllabes sacrées. Ki-Ris-Ti est donc un Double, un Double Solaire, dont le corps est multidimensionnel. Il est la Lumière qui réchauffe. Il est le Feu qui épure. Il est la Vie, dans toutes ses expressions, dans toutes ses manifestations, que cela soit dans cette Dimension comme en toute Dimension.

Question : Si le cercle est une forme enfermante, qu'en est-il des mandalas ?
Bien Aimée, là aussi, tout dépend où tu te situes. Tant que tu es dans l'éphémère créé, recréé, observé, un mandala, quel qu'il soit, ne fait que fixer ton attention, ne fait que fixer ton intention sur un objectif contenu dans ce mandala. Le cercle, comme la sphère, sont des structures piégeantes, en elles-mêmes, parce que dans le principe du cercle (comme de la goutte comme de l'ellipse), il y a cette notion de repasser au même point, de manière cyclique, même si c'est à un autre niveau. Le principe de l'univers, tel qu'il vous est observable (que cela soit dans l'observation de la course du soleil comme ce qui vous est donné à voir avec la technologie moderne, les calculs mathématiques, les calculs physiques modernes) ne se fait qu'au travers de ce qui peut être perceptible et donc observable. Or, rien ne vous dit (et vos scientifiques commencent à s'en douter) que ce que vous observez correspond à la totalité de la vie mais bien, je dirais, à quelque chose qui est totalement incomplet. Ce que vous nommez le « vide », ce que vous nommez le « néant », n'est rien d'autre que la Lumière et sa Béatitude. Du point de vue de la chenille : un trou noir met fin à la vie. Du point de vue d'un papillon : un trou noir, c'est le retour à la Vie. Un mandala est donc utile, jusqu'à un certain degré de transcendance et d'évolution de la personnalité, mais aucun mandala, de même qu'aucun être extérieur à vous-même ne peut vous Libérer : il n'y a que vous, et vous seul, qui vous Libérez. Et la seule façon d'être Libéré, de se Libérer, c'est l'Abandon du Soi. Et cela ne dépend d'aucune croyance, d'aucune circonstance extérieure, ni même d'aucun mandala, comme d'ailleurs d'aucune figure géométrique parfaite. Simplement, il existe, au sein de ce que nous nommons le principe des formes (et j'ai déjà eu l'occasion de m'exprimer là-dessus), une onde de forme ou une onde à effet de forme, inscrite dans une temporalité bien plus vaste que celle que votre conscience (même sur ce monde et même Libérée) peut appréhender. L'Absolu (avec forme, même) ne peut se représenter quelque chose qui échappe au champ même de la conscience et qui ne concerne absolument pas la conscience mais l'Absolu. Pour la conscience, en tout cas, une forme est toujours, sans aucune exception, un enfermement. Tant que votre conscience est tributaire d'une forme (même mutable de Dimension en Dimension, même si vous êtes Absolu), vous dépendez (certainement pas comme ici, là où vous êtes) néanmoins d'une forme puisque la conscience, à ce moment-là, s'inscrit dans une forme. Et une forme est animée de conscience. Je dirais, même, que c'est la conscience la plus stable dans le temps. Cette notion de stabilité va se retrouver dans les méditations, comme le réalisent certains peuples, par exemple, devant un tanka ou un tapis de prière constitué généralement de mandalas. Le mandala ne doit pas devenir une finalité mais doit être vu comme un élément de focalisation, de transcendance de la conscience de l'éphémère, mais ne permettant jamais de déboucher sur l'Éternité. Mais cela peut en représenter, en quelque sorte, l'illusion d'un chemin valable. Toute forme (quelle qu'elle soit, quelle que soit sa définition, quelle que soit son approche, quel que soit son univers Dimensionnel) n'est qu'un état transitoire de la conscience, liée à la manifestation de ladite conscience. Vous en avez l'expérience, sur ce monde, où votre forme s'inscrit (dans sa mobilité elle-même) entre ce qui est appelé la naissance et la mort. Quand votre forme disparaît, que reste-t-il ? : le sans forme. À ce moment-là, il n'y a plus ni mandala ni structure géométrique parfaite. Mais la forme est l'un des supports de la manifestation Dimensionnelle.

Question : pourquoi la confiance peut encore alterner avec le doute, en particulier sur le sentiment de ne pas se sentir prêt dans ce qui se vit aujourd'hui ?
Bien Aimée, la personnalité ne sera jamais prête à quoi que ce soit d'autre qu'elle-même. Tant que tu envisages qu'il faut être prêt ou pas prêt, tant qu'il y a l'inquiétude quant au sentiment d'être prêt ou pas prêt, dis-toi bien que ce n'est qu'une interrogation de ton propre mental. Ainsi donc, il existe des possibilités de vivre des expériences. Ces expériences sont (comme je l'ai développé ces dernières semaines) directement liées à un apprentissage. Mais il est profondément différent de vivre des expériences et de vivre un état stabilisé. Ce que tu poses comme question découle directement de ce principe-là. Tant qu'il y a expérience (mais non stabilisation d'un état), il y aura (et surtout durant cette période, extrêment brève, de surimpression ou de juxtaposition), vraiment, ce mécanisme d'observation de ta propre conscience qui passe d'un état à un autre parce que, justement, aucun des deux états n'est stabilisé. La personnalité ne pourra jamais l'être. L'Éternité sera stabilisée, en totalité, quand ton point de vue sera exclusivement là où tu Es : au sein de ton Éternité. Tu n'es concernée ni par les doutes ni par l'inquiétude. Ce qui te suggère que ça vient de toi n'est rien d'autre que l'action de la Lumière sur ton propre mental. Devenir observateur, c'est ne plus prendre partie à ce qui se déroule au sein même de la conscience, que cela concerne le Samadhi, que cela concerne le fait de conduire un véhicule à moteur, que cela concerne une interaction avec un autre Frère ou Sœur de ton humanité. Les sentiments d'inquiétude, d'anxiété, d'agitation, de questionnement, de doute, de colère ou de peur, ne seront toujours que le reflet de la personnalité elle-même. Celui qui touche l'Infinie Présence, celui qui est établi au-delà de tout état (c'est-à-dire en Absolu avec forme), se rit de tout cela. Parce que même si cela arrive au niveau du seuil de perception consciente, cela est vécu comme une intrusion et ne modifie en rien ce qui a été stabilisé (que cela soit en Absolu, en Infinie Présence). Mais le processus actuel, lui-même, vous met face à ce que j'appellerais les derniers doutes, les dernières colères et surtout les dernières peurs : celles de lâcher, celles de s'Abandonner, celles de faire confiance à ce que tu Es, en Éternité, et que pourtant tu ne connais pas tant que tu n'y es pas stabilisée. La Lumière est la Paix : je vous le répète, à chaque fois. Si vous Êtes Lumière, en quoi la Paix pourrait être troublée par un quelconque devenir de ce monde, de ce corps, d'une relation, d'un travail, ou de quoi que ce soit ? Vous allez, en quelque sorte, vous en rendre compte parce que vous devenez de plus en plus observateur de vous-même : non pas comme une maladie malsaine visant à décortiquer tout ce qui se déroule (en recherche de sens ou de signification) mais, bien plus, comme la claire conscience de ce qui se déroule en vous. De la même façon qu'à un moment donné la Lumière a éclairé l'Ombre, aujourd'hui, la Lumière vient vous dire : « tu es Lumière, en totalité ». En quoi la Lumière, que tu Es, se soucie de quoi que ce soit concernant un quelconque éphémère, quel qu'il soit ? Celui qui est dans la Paix, le demeure, même en guerre.

Nous n'avons plus de questionnement nous vous remercions.
Bien Aimés Enfants de la Lumière, Bien Aimées Semences d'Étoiles et Libérateurs, je terminerai par ces mots : que la Paix, l'Amour, la Lumière et la Joie s'inscrivent en vous et en Éternité. Avec tout mon Amour, je vous dis : à une prochaine fois et à bientôt. Au revoir.

________________________________________________________________

NDR :

Lemniscate sacré

Point ER de la tête : sur la fontanelle du sommet de la tête, au croisement de la ligne passant par la pointe des 2 oreilles et de la ligne passant par le nez et l'occiput.

Point ER de la poitrine : sur l'axe du sternum, dans sa partie supérieure, au-dessus du chakra du Cœur, sur la bosse sternale appelée angle de Louis.

Triangles élémentaires

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page