Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > O.M. AÏVANHOV

O.M. AÏVANHOV

18 février 2006

pdf

Et bien chers amis, bonjour. Me voici à nouveau extrêmement content de vous retrouver. Comme d'habitude, nous allons, dans quelques instants, pouvoir dialoguer, échanger entre nous des informations, des demandes, des réponses, des questions. Tout d'abord, je voudrais vous dire que, sur l'ensemble de la planète, a été mis en œuvre ce que j'appellerais, quant à moi, le marasme des éléments c'est-à-dire la mise en œuvre d'éléments qui vont se marier, rentrer en rébellion, rentrer en fusion, rentrer en opposition et être responsable d'un certain nombre de dégâts sur cette planète. Il ne s'agit plus seulement de l'eau mais aussi du feu, de l'air, de la terre. Chacun se mariant avec son conjoint, ou avec son opposé, de manière à générer des évènements de nature catastrophique pour l'être humain, et ceci en tout point de la planète, et de manière extrêmement rapide, extrêmement brutale, extrêmement surprenante. Cela fait partie du remue ménage existant aussi à l'intérieur de chaque être humain, au niveau de cette perte d'équilibre, au niveau des éléments. Cà, c'est extrêmement nouveau et cela a été déclenché en avance par rapport à ce qui aurait dû se produire au niveau du printemps.

Maintenant, en ce qui concerne ce que nous avons appelé les froids exceptionnels sur l'Europe de l'Ouest, a priori ils devraient survenir avant la fin de ce mois. Mais les éléments sont agencés différemment. Lors du lancement, la répartition de ces mouvements d'énergie liés aux éléments surviennent en divers endroits de la planète et provoquent, selon les régions qui sont touchées, nombre de choses qui sont décrites comme des dégâts élémentaires, que cela soit des tornades, des ouragans, des mouvements, des failles telluriques, mais aussi de l'eau en grande quantité, mais aussi le feu en grande quantité. Tout cela se mélangeant et entraînant une majoration des désordres observables, de manière à frapper la totalité de l'humanité.

Les scientifiques ne pourront plus vous cacher longtemps que le Groenland est en train de perdre toute sa glace, que des glaces que vous appelez icebergs (aussi grands que des pays, voire des sous-continents) se sont décrochés des pôles arctiques et antarctiques et sont en train de dériver et sont en train de se rapprocher dangereusement des zones où ils vont fondre. Tout cela vous l'entendrez au fur et à mesure des jours qui viennent, de même que l'évènement et l'avènement des virus qui sont aussi en train de jouer à travers l'élément air. Des nouveaux virus vont apparaître aussi extrêmement rapidement. Tout ceci n'est pas fait pas fait pour peur, n'est pas fait pour induire une psychose, mais réellement pour faire prendre conscience à l'être humain que tous les choix qu'il entreprend ne sont pas dans la logique de la volonté du Père, de la volonté de la Lumière, bien au contraire.

Mais est-ce que l'être humain sera capable de se rendre compte qu'il est lui-même le créateur de ces désordres. Cela est fort possible en ce qui concerne les glaces qui fondent, mais peut-être un peu moins envisageable en ce qui concerne les produits dérivés, en particulier les virus et d'autres éléments. L'ensemble étant lié aux dysfonctions induites par les pensées de l'être humain, mais aussi par ses modes de fonctionnement extériorisés à travers les mécanismes industriels, et les mécanismes de gestion des énergies, de gestion des éléments. Tout ceci vous le voyez tous les jours. Vous le constaterez avec une plus grande amplitude encore dans les jours et les semaines qui viennent. Voilà ce que j'avais à vous dire. Nous sommes rentrés dans ce que nous annoncions depuis trois mois. Et cela va en s'accélérant, de manière graduelle, certes de plus en plus rapide, de façon à conduire une bousculade de l'esprit humain jusqu'à ce qu'il y ait une révolution intellectuelle, affective, émotionnelle de l'être humain. Nous espérons en tout cas que cela ne sera pas le cas.

Voilà, chers amis, en préambule, ce que j'avais à vous dire mais d'ores et déjà, maintenant, je vous écoute pour vos questions qui, je l'espère, seront enrichissante pour nous tous.

Question : Pourquoi les animaux et les populations fragilisées sont plus touchés ?
Il y a une explication tout à fait réelle et concrète. Les âmes qui sont aujourd'hui libérées par les processus, on va dire élémentaires, sont les âmes qui n'ont pas besoin d'être sur Terre, car ce sont des âmes réalisées. En ce sens, ce que l'être humain peut concevoir comme quelque chose de pas juste (c'est-à-dire les plus démunis, les plus pauvres, les plus indigents, qui sont soumis à la fureur des éléments) est archi faux. En fait, ces âmes sont des âmes de Lumière qui n'ont plus rien à faire sur Terre. Soyons d'accord, les évènements élémentaires que ce soient les séismes, les raz de marée, les volcans, les glissements, l'eau, etc.

Question : Est-ce que ce sont des familles d'âmes qui se sacrifient en groupe ?
Il n'y a pas de sacrifices. Il y a départ en masse des familles d'âmes parce qu'elles n'ont rien à faire ici. Elles ont accepté le sacrifice en descendant, certainement pas en remontant. Au contraire, c'est une libération pour elles.

Question : Où partent ces âmes qui n'ont plus rien à faire sur Terre ?
Elles partent là où elles doivent aller, c'est-à-dire dans la Lumière, dans les mondes multidimensionnels, là où elles sont attendues. Il n'y a pas d'explications supplémentaires à donner sur ces mondes qui sont les mêmes, décrits depuis toutes les générations, que ce soit dans le livre des morts égyptiens, que ce soit dans le livre des morts tibétains et dans toutes les traditions. Simplement, le passage à la Lumière est extrêmement rapide pour ces âmes de Lumière. N'oubliez jamais que lorsque vous parlez, vous parlez en tant qu'être vivant et vous êtes persuadés que la mort est quelque chose de terrifiant. Vous vous trompez. L'aspect terrifiant, c'est la naissance. Ce n'est certainement pas la mort.

Question : Certains disent que les âmes qui quittent la Terre en ce moment ne passeraient pas par des étapes multidimensionnelles mais se réincarneraient pour un nouveau cycle ?
Comment est-ce possible ? Comment est-ce qu'une âme qui mourrait aujourd'hui n'aurait pas la possibilité de passer en multidimensionnel ou de décider de refaire un cycle de 50 000 ans. Le cycle de 50 000 ans n'est déterminé qu'au moment de la fin du cycle, au moment précis où il y a basculement multidimensionnel pour la planète. A ce moment là, que l'on soit incarné ou pas incarné, cela ne change rien au choix qui est fait. Par contre, une âme qui meurt aujourd'hui, meurt dans les conditions habituelles. Une âme, à titre individuel, qui meurt de n'importe quoi, n'importe où sur la planète va être confrontée au même choix que l'être humain qui demeure en vie. Il n'y a aucune corrélation. Sinon, cela voudrait dire que la personne qui meurt aujourd'hui n'a pas accès à la cinquième dimension. Et que, seuls ceux qui restent vivants, ont accès à la cinquième. C'est hérésie. Très peu d'être humains resteront vivants lors du passage à la cinquième dimension, en toute conscience, par rapport aux quelques milliards d'êtres humains qu'il y a sur la planète.

Le choix ce n'est pas une décision intellectuelle, encore moins une décision émotionnelle. C'est un choix qui se fait au niveau de l'esprit, non pas au niveau de la personnalité. Aucun être humain incarné et s'exprimant au travers de sa personnalité ne peut ou ne sait s'il passera dans la cinquième ou pas. C'est très facile de dire je veux passer dans la cinquième ou je veux rester dans la troisième. Bien évidemment, tout le monde voudrait passer dans la cinquième et dans les mondes de Lumière. Néanmoins, seul le domaine de l'esprit aura fait le choix en fonction du degré de pureté de l'âme en fonction du degré d'affinement de la personnalité, en fonction du degré d'attachements et de non attachement lié à l'évolution de cette vie et de toutes les vies passées. En aucun cas, on peut dire qu'on fait le choix de passer en cinquième ou pas. Cette décision n'est pas prise par la personnalité en incarnation

Question : Qu'est-ce que vous entendez par « pureté » de l'âme ?
La pureté de l'âme correspond à une âme qui n'a aucune ombre en elle, qui n'est que pure Lumière. La clarté, la pureté de l'âme est en rapport avec une âme qui a effacé, non pas tout son karma, mais effacé toutes les zones d'ombres, toutes les zones d'attachements au processus incarnant, au niveau de l'âme. Une âme dite « de Lumière » est une âme qui a suffisamment travaillé à l'intérieur d'une personnalité pour pacifier, purifier la personnalité afin que celle-ci ne soit plus marquée par les désordres inhérents à la troisième dimension. Or la personnalité est une création de la troisième dimension. Avant l'apparition de la troisième dimension, il n'y avait pas de personnalité individualisée. Il y avait une âme collective ou une personnalité collective si vous préférez.

A partir du moment où l'individualisation de l'âme a conduit à l'apparition de la personnalité (lors de la création de l'Atlantide) un certain nombre de vertus se sont développées. Des choses extrêmement positives (comme le sens de l'esthétisme, comme le sens du beau, qui appartient à la personnalité) mais aussi un certain nombre de penchants, tel que l'égoïsme (c'est-à-dire vouloir tout rattacher à son propre regard, raccrocher à son propre soi-même). Là est la personnalité. Maintenant, dans un être humain en incarnation, vous avez des personnes qui sont dominées par leur personnalité. Vous avez des entités qui sont dominées par l'âme. Et vous avez enfin des entités qui sont dominées par l'esprit de vérité. Ce sont des choses extrêmement différentes. Lorsque l'on dit que l'on choisit si on reste dans la troisième ou si on va dans la cinquième, le choix n'est absolument pas fait par la personnalité, il est fait à un degré hautement supérieur.

Question : Est-ce que « lâcher prise » signifie « tout accepter » ?
Lâcher prise n'a jamais voulu dire accepter tout. En ce qui concerne quelque chose qui n'est pas de nature spirituelle, comme une relation commerciale par exemple, il est question de se battre parce que cela appartient à la troisième dimension. Le lâcher prise, quant à lui, est en rapport avec des évènements voulus par les plans spirituels, et non pas par des relations commerciales disharmonieuses. Le lâcher prise correspond à quelque chose que l'on souhaiterait ou que l'on voudrait très fort et qui n'arrive jamais. Mais ce n'est pas la même chose sur le plan spirituel et sur le plan humain. Lâcher prise, on pourrait dire, par exemple, par rapport à une relation commerciale de quelqu'un qui ne paye pas ce qui est dû. Là, nous ne sommes pas dans le lâcher prise, nous sommes dans la connerie. Il est très important de respecter les contrats qui ont été établis. Le lâcher prise n'est jamais par rapport à un évènement donné ou une relation donnée mais plus avec le cheminement de l'âme en rapport avec une répétition de fonctionnements qui doivent être lâchés, abandonnés pour passer à autre chose. Ce n'est pas tout à fait la même chose.

Question : Comment se mettre sous l'influence de la Divine Providence ?
Ah oui, là il n'y a qu'une phrase extrêmement précise à répéter à longueur de journée, à tout bout de champ, à chaque minute, à chaque souffle : « Père que ta volonté se fasse et non la mienne ». Il n'y a que ça. Mais après ne venez pas pleurer car la volonté du Père ce n'est pas toujours la vôtre. C'est même souvent à l'opposé.

A partir du moment où l'on place sa vie sous la volonté de la Lumière et non plus sous la volonté de sa personnalité, à ce moment là, la Divine Providence va tout mettre en œuvre pour que les choses soient le plus fluide, le plus synchrone et rentre dans une fluidité totale. Effectivement, c'est un concept spirituel extrêmement élevé. Quand Jésus disait « Est-ce que l'oiseau se soucie de ce qu'il va manger ? », il avait tout à fait raison. Mais néanmoins, qui, aujourd'hui sur cette planète, est capable de se dire : « je ne me soucie pas de ce que je vais manger demain car on me nourrira ». Et pourtant, la Divine Providence c'est exactement cela, dans tous les secteurs de la vie. Ce qui ne veut pas dire tout abandonner. Lâcher prise à la volonté personnelle, pour laisser agir la volonté de la Lumière en nous, ne veut pas dire ne pas agir. Mais s'en remettre à la Divine Providence c'est s'en remettre à la volonté de l'Unité qui fait que chaque minute on est conscient, que l'on est guidé par une volonté supérieure, qui va guider, orienter nos pas, nos pensées, nos rencontres, nos déplacements, notre avenir. Ce n'est pas une déresponsabilisation, au contraire, c'est une responsabilité extrêmement grande.

La Divine Providence ne fait appel à aucun intermédiaire. C'est l'être humain qui a un alignement total (corps, âme, esprit) entre la personnalité, entre son âme et son esprit. Etant totalement aligné, il peut être pénétré et traversé par la loi de synchronicité qui va le mettre en relation, dans tous les secteurs de sa vie, avec la fluidité, avec ce qui va dans le sens de la volonté divine. Alors que l'intercession peut correspondre à un domaine précis de la vie, à un moment donné uniquement. Ca c'est une intercession. Maintenant la Divine Providence correspond à un chemin extrêmement précis, extrêmement en rapport avec quelque chose qui va être en liaison totale et directe avec cette résonance spirituelle de la Lumière.

Question : La personnalité ne doit donc pas être détruite mais « alignée » dans l'action ?
Ni l'un, ni l'autre. La personnalité (même la personnalité la plus parfaite, la plus humaniste dirons-nous) qui n'aurait pas de notion de Divinité, qui ne serait pas engagée dans l'ouverture à la multidimensionnalité de l'être, n'est pas ouverte à la réalité de Dieu. La personnalité doit être transformée, doit être transfigurée, réellement, par l'énergie de l'âme. La personnalité, on peut chercher à l'améliorer de multiples façons. On peut passer des milliers d'années, des milliers de vie à essayer de perfectionner le véhicule inférieur. Mais tant que ce véhicule inférieur n'est pas abreuvé par l'énergie de l'âme, il ne peut y avoir d'ascension spirituelle. Toute personnalité parfaite ou imparfaite va se trouver confrontée, à un moment donné, à l'énergie de l'âme. Et cela n'est pas lié à un degré de parachèvement, nous allons dire, de la personnalité. Il y a des personnalités extrêmement impures, extrêmement bancales qui vont se laisser pénétrer par l'énergie de l'âme. Il y a des personnalités parfaitement accomplies, dans le sens où elles sont superbes, sans défauts, sans ombres, qui néanmoins ne sont jamais pénétrées par les vérités de l'âme.

La personnalité se développe sur un mode horizontal tri-dimensionnel uniquement. Et la personnalité peut être menée à son achèvement de sublimation sans pour autant être abreuvée par l'énergie de l'âme. L'évolution spirituelle ne consiste pas simplement à développer tous les côtés positifs de la personnalité. Bien au contraire, le développement spirituel correspond à laisser pénétrer en soi la totalité des énergies de l'âme et de l'esprit. Père que ta volonté se fasse et non la mienne. On rejoint toujours la même phrase.

Question : Peut-on accéder au développement spirituel avec des rituels, que ce soit dans les traditions hindouistes ou d'autres, par exemple la pratique du chapelet ?
Cela appartient au monde passé, cher ami. Le monde est mouvement et changement permanent. Ce qui était valable jusqu'au 16ème, 17ème siècle n'a aujourd'hui plus aucun sens. Le degré de connaissance de l'être humain, même au niveau de sa personnalité, le degré d'ouverture spirituelle de l'être humain malgré tout ce que l'on voit sur Terre, est autrement plus important que ce qui existait voilà 300 ou 400 ans. Ainsi, entre la période qui a inauguré l'ère des poissons jusqu'à il y a 300 ans, nous étions sous l'influence de rayons particuliers, et en particulier le rayon de la dévotion, c'est-à-dire l'obligation pour la personnalité humaine qui voulait se relier à son âme de faire des privations, de faire des rituels, de faire des chapelets, de faire des génuflexions, de faire des salamalek cinq fois par jour. Tout cela est complètement révolu alors que la signification était tout à fait réelle juste et authentique pendant de nombreux millénaires.

Aujourd'hui, il est demandé d'être aligné avec l'âme et l'esprit. Aujourd'hui, il est demandé d'aller de l'avant, d'aller vers cette multidimensionnalité, vers ces contacts spontanés qui n'ont que faire des rituels. Cela est complètement dépassé, démodé, je dirais même contraire à l'évolution spirituelle qui est libération et maîtrise, et non pas asservissement à des choses du passé, quelles qu'elles soient. La seule chose qui n'appartient pas au passé, parce que c'est une vérité immuable transcendante dans le temps, quelles que soient les galaxies ou les mondes en incarnation ou pas, ce sont les alphabets sacrés, c'est-à-dire l'alphabet hébreu et de la kabhala authentique et aussi l'alphabet sanskrit. Mais toutes les applications de la Loi (que ce soit la Torah, que ce soient les rituels hindous ou tibétains) sont une hérésie.

« Père que ta volonté se fasse et non la mienne ». Cela n'est pas un rituel. C'est une affirmation. Je suis Un. Je suis uni. Je suis Dieu. Moi et mon Père sommes un. Voilà !

Question : Que se passe-t-il pour les âmes qui se suicident ?
Le résultat est extrêmement différent selon l'origine et la provenance de l'âme et de l'esprit. Il y a des suicidés auxquels le suicide n'entraîne aucune conséquence fâcheuse parce que ces âmes étaient suffisamment éthérées pour qu'elles rejoignent la Lumière, instantanément, dans les plans les plus hauts. Vous avez des âmes qui se suicident et qui ont, elles, cherché, par, le suicide, à échapper à quelque chose qu'elles avaient prévu de résoudre lors de la vie en cours. Chaque cas est différent. Ainsi, face au suicide, il n'y a pas de conduite unique. Cela dépend de l'origine de l'âme et de l'origine de l'esprit et de la cause du suicide réelle.

Question : Comment ne pas être affecté par le développement des violences ?
Il suffit simplement de ne pas résister à la Lumière et à l'énergie qui vient. Les manifestations de violence ne sont liées qu'à la résistance de la troisième dimension à l'émergence de la cinquième dimension. La violence n'est que la résistance de la troisième dimension à l'avènement de la cinquième, qui est l'avènement de l'énergie de l'âme, de la Lumière authentique. Maintenant comment résister à cela ? En étant de plus en plus dans l'acceptation de l'énergie de la cinquième dimension en soi. N'oubliez pas que cette violence omni présente est aussi, en majeure partie, présente en vous. Il convient pour cela d'être de plus en plus conscient de l'effusion de cette énergie de cinquième dimension, de l'accepter, de l'intégrer et de lui laisser toute sa place en vous. Voilà la seule façon d'être en accord avec ce qui vient.

Question : Comment se mettre en harmonie avec cette énergie de 5ème dimension ?
Et bien c'est très simple : en arrêtant de comprendre et de conceptualiser. En étant ici et maintenant, présent à soi-même, à la vie, à tout ce qui fait la vie à chaque minute, être conscient à chaque instant. Cela suffit. Il n'y a pas besoin de compréhension. Il n'y a pas besoin de conceptualisation. Il n'y a pas besoin d'échafaudage intellectuel ou mental. Il suffit de laisser faire. C'est aussi simple que cela.Il suffit d'être soi-même. Etre soi-même, ce n'est pas une technique. Etre dans l'instant ce n'est pas une technique. C'est éventuellement une attitude d'esprit. C'est au-delà de la compréhension. C'est au-delà des échafaudages, des conceptualisations. C'est uniquement être là. « Père que ta volonté se fasse » et la Lumière descend. Etre présent à l'instant. Etre dans l'instant présent. La cinquième, elle est là.

Question : Quelle est la différence entre la demande de grâces la grâce immotivée ?
Demander une grâce est un évènement ponctuel par rapport à un fait précis, un évènement précis, attendu, ou qui doit survenir. Maintenant l'action de grâce ou la grâce inépuisée est un état dans lequel rentre un individu qui est totalement aligné corps/âme/ esprit, qui n'est plus soumis à la loi d'action/réaction (ce que les orientaux ont appelé dans leur temps les bodhisattva ou l'état de bouddhéité), où l'action, quelle qu'elle soit, où la pensée, quelle qu'elle soit, n'est plus guidée par l'action/réaction mais justement par l'action de grâce, c'est-à-dire par la félicité divine. L'être humain qui a atteint ce degré de réalisation est sans répit, en permanence donc, soumis à cette loi de grâce inépuisée ou d'action de grâce, c'est-à-dire que tout ce qu'il entreprend est de nature divine, et non plus, égotique, personnel. Il est toujours loisible de demander. Et il faut demander. Les mondes dits supérieurs, les mondes multidimensionnnels, ne sont sensibles qu'à la dimension du cœur et à la dimension de l'éther, c'est-à-dire à quelque chose qui ne connaît pas le monde mental. Eventuellement, on peut y arriver par la pensée claire, juste, précise mais illustrée par la volonté de la Lumière, et donc par la dimension du cœur. Absolument pas par une construction mentale ou une technique.

Question : Comment savoir si la prière est au niveau du cœur ou du mental ?
La différence est essentielle. Elle se différencie uniquement à travers la vibration. Quand on est dans le mental on est ici (geste de montrer la tête), quand on est dans le cœur on est là (geste de montrer le cœur). Qui parle ? La tête ou le cœur ? La prière faite avec le cœur, la demande faite avec le cœur, est entendue instantanément au plus haut des cieux même si la réponse n'est pas « positive ». La demande ou la prière qui reste dans la tête ne dépasse pas la tête. Toute demande qui est faite avec le mental, l'intellect ou une technique, n'est jamais récompensée. Seule la demande désintéressée, authentique, faite avec le cœur, est entendue, pas nécessairement acceptée mais néanmoins entendue. La meilleure façon de ne pas se tromper : « Père que ta volonté se fasse et non la mienne ».

Il y a une technique qui s'appelle la prière du cœur aussi bien chez Saint François d'Assise que chez d'autres saints. Je ne parle pas de cette prière du cœur. Je parle de prier avec le cœur. Ce n'est pas tout à fait la même chose. La prière du cœur telle qu'elle est entendue étymologiquement correspond à certaines prières qui ont été données par Saint François d'Assise et par Saint Jean de la Croix, mais aussi par Sainte Thérèse D'Avila. On est encore dans l'ancien temps. On n'est pas dans l'oraison du cœur. On est dans la demande authentique du cœur. Ce n'est pas tout à fait la même chose.

Question : Pourquoi, en décorporation, on a la sensation d'être dégagé de la notion du temps ?
C'est une constante habituelle dès que l'on échappe à la linéarité du temps de la troisième dimension. Tous les êtres qui accèdent à l'état multidimensionnel ont remarqué et vécu cette sortie de la linéarité du temps, et la capacité à la fois d'agir sur la cinquième et sur d'autres dimensions et d'être présent en différents points de la troisième dimension. Cela est tout à fait logique et même le garant la certitude de ce qui est vécu.

Et bien chers amis, je vous remercie. Et je vous souhaite une bonne soirée dans vos espaces terrestres. Et je vous apporte comme d'habitude toute ma bénédiction. Et je vous dis à la prochaine fois.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page