Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > O.M. AÏVANHOV

O.M. AÏVANHOV

5 février 2006

pdf

Et bien, chers amis, bonsoir. Je suis content de vous retrouver. Tout d'abord, un certain nombre d'informations sur ce dont nous parlons sans arrêt depuis maintenant la période de décembre. En ce qui concerne les phénomènes climatiques qui avaient été annoncés, et aussi les phénomènes en rapport avec l'Orient, avec Israël, la Palestine et les autres pays arabes. Tout cela est en train de monter en pression comme vous pouvez le constater. Par contre, en ce qui concerne l'Occident, et non plus l'Orient, il y a un retard à la mise en induction des évènements qui doivent se produire, ce qui veut dire que la vague de froid devrait être décalée en France d'environ une semaine, mais celle-ci aura bien lieu comme prévu. Et ceci est dû à l'élasticité entre les différentes dimensions et la résistance plus ou moins grande de l'Esprit humain à intégrer les nouvelles énergies ou en tout cas à rentrer en lutte avec les nouvelles énergies.

Ce que vous voyez en ce moment dans les pays Arabes correspond à une mise en réaction et en lutte, et non pas une acceptation des évènements extrêmement violents qui s'y produisent et qui vont aller en s'amplifiant. En effet, les peuples de l'Orient ne sont pas capables d'aller dans le sens, ni de la résistance violente, ni dans un sens bien évidemment de l'acceptation de la nouvelle dimension. Il s'en conclut instantanément des périodes de luttes voulant ne pas faire mourir, ne pas laisser mourir l'ancien, comme en ce qui concerne les concepts périmés de la religion de nature involutive. Et pourtant, les peuples de l'Orient sont ceux qui sont le plus à même à connaître l'énergie du cœur. Mais ne reconnaissant pas cette énergie du cœur à travers l'ensemble de cette humanité, ils vivent cela comme une opposition entre leur humanité à eux et l'humanité du reste du monde, c'est-à-dire de l'Occident. Voilà, pourquoi il y a cette flambée de violence qui n'est pas une acceptation, loin de là, mais un refus total, extrêmement important de ce qui est nouveau. Voilà en ce qui concerne l'Orient.

Maintenant, en ce qui concerne l'élément de nature froid, la résistance, au contraire, est extrêmement intense pour les peuples de l'Occident qui tiennent à conserver leurs acquis passés, qui tiennent à conserver leurs structures rigidifiées, leurs structures archaïques et sans entrer en colère par rapport à cela, mais plutôt en se fixant encore plus sur les éléments du passé. Voilà. L'élasticité dimensionnelle a entraîné un retard par rapport à la date que je vous avais donnée. De cette opposition entre le feu, entre l'eau torrentielle, entre les manifestations climatiques extrêmes, aussi, qui surviennent dans les pays de l'Est (mais surtout en Occident aussi bientôt) il y a parfaitement ici l'illustration entre les deux formes de luttes à l'énergie nouvelle, à la conscience nouvelle qui s'incarnent en ce moment. Il y a, soit une réaction de colère extrêmement violente, soit un accrochement et une cristallisation sur les schémas anciens. Les deux schémas sont possibles et les deux schémas que vous observez entre l'Orient et l'Occident sont aussi des schémas qui se produisent aussi à l'intérieur de l'être humain : soit une colère extrêmement grande, soit une résistance extrêmement grande, sans colère ou une colère froide. Mais les deux, ne vous y trompez pas, sont une opposition extrêmement forte à ce qui vient et donc des oppositions extrêmement fortes à ces énergies nouvelles de la cinquième dimension.

Les extrêmes ne permettent pas l'équilibre que vous devez trouver en tant qu'être humain et ceci est extrêmement important à comprendre et à mettre en œuvre en soi pour corriger éventuellement les erreurs stratégiques et les erreurs qui vous éloignent de votre dimension spirituelle bien évidemment. Voilà, pour les généralités spirituelles que j'avais à vous dire. Mais si vous le voulez bien, comme à mon habitude, nous allons commencer par des réponses aux questions qui nous permettront de rentrer plus avant dans ce discours par rapport à cette grande période que vit la planète Terre. Alors, je vous écoute chers amis.

Question : Nous sommes souvent confrontés à des choix. Comment faire au mieux ?
Le choix est très simple : soit rester figé dans ses conceptions potentielles du futur, ne pas accepter l'ouverture et la fluidité de ce qui vient, soit au contraire (et le résultat sera le même), rester figé sur des schémas de fonctionnement du passé issus de tout ce que l'on vous a appris, de tout ce que vous avez développé, de tout ce que vous avez éduqué en vous par rapport à votre vie, telle qu'elle est, par rapport aux vies passées. Il vous convient d'aborder la période de la fin de l'hiver, du début du printemps, comme un être totalement neuf. Comme le disait votre grand initié « Nul ne peut pénétrer le royaume des Cieux s'il ne redevient comme un enfant». C'est-à-dire neuf, sans passé, sans avenir, être totalement dans l'instant, ne peut plus faire de référence par rapport à un passé, ne plus faire de plan par rapport à un futur mais être dans l'acceptation totale de ce que veut l'énergie de l'âme dans votre vie et dans la vie de la planète.

Chère amie, la solution la plus simple bien évidemment est d'éviter l'Orient et l'Occident en soi, c'est-à-dire d'éviter le passé, d'être dans l'instant présent, d'éviter d'être dans le passé ou de faire des projections sur un futur hypothétique, simplement de vous centrer dans l'instant. Etant centré dans l'instant, sans projection aucune dans le futur, sans aucune idée ou pensée en rapport avec une construction du passé, vous allez pouvoir être à même d'être alignés sur votre axe énergétique le plus fondamental qui est celui de votre âme et d'être à l'écoute de la volonté de votre âme et non pas des projections dans le futur et non pas, non plus, des constructions issues de la personnalité qui viennent du passé. Il est extrêmement important d'adopter cette attitude d'esprit qui consiste à être dans le présent. Mais vraiment, d'être totalement présent à l'instant. D'être dans l'action et présent dans cette action, totalement. Ne pas être dans une action donnée et penser à autre chose. Ou ne pas construire ou bâtir une action présente par rapport à un passé. Cela est exactement la même chose.

Question : Pourriez-vous nous donner des précisions sur « le cycle de l'âme » ?
Le cycle de l'âme, le cycle le plus important de l'âme, correspond aux périodes passées en incarnation et aux périodes passées en excarnation. Voilà le cycle le plus important pour l'âme. Ensuite, l'âme, une fois en incarnation, présente un certain nombre de cycles. Ces cycles sont liés à cette évolution même de cette incarnation. Période de croissance : la jeunesse. Période de maturité : d'achèvement de la croissance et de plénitude. Et ensuite, cycle de régression de cette croissance, de vieillesse comme vous l'appelez, non plus de plénitude, mais d'exaltation spirituelle, et enfin, la mort. Donc, les cycles de croissance et de décroissance sont les plus importants dans la période d'incarnation. Voilà ce que l'on appelle le cycle de l'âme.

Question : Pourriez vous nous parler de la musique des sphères ?
Tout à fait, la musique des sphères est un son particulier qui est un son subtil entendu non pas uniquement à travers les oreilles mais à travers le chakra ou l'ampoule de la clairaudience qui est située de chaque côté de chaque oreille. Il y a un certain nombre de sons qui vont jusqu'à des sons extrêmement aigus. Au moment de l'ouverture de l'âme (au moment où l'âme est en contact total avec l'esprit et est capable de redescendre ce contact total, avec l'esprit, dans la personnalité inférieure), à ce moment là, est généré ce que l'on appelle la musique des sphères qui est une musique qui correspond effectivement à ce qui se passe sur les plans les plus hauts et peut toucher l'être humain incarné au moment de cette expansion de conscience la plus importante. Cette musique des sphères est quelque chose qui est entendu par nombre de mystiques dans certaines méditations mais aussi par certains artistes quand ils composent de la musique. C'est aussi un processus initiatique majeur qui accompagne la réception, on va dire de la kundalini, et la réception de Shakti. Quand les deux sont conjoints se produisent ce phénomène de musique des sphères telle que je l'ai appelé de mon vivant, qui correspond à un haut degré de l'initiation.

Certaines expériences qui ont lieu quand des personnes sont dans le coma (que l'on appelle en France les expériences de mort imminente) correspondent à ce schéma extrêmement particulier : non pas le son qui est entendu quand les personnes empruntent le tunnel mais quand elles arrivent à cette Lumière qui ne brûle pas, éclatante, aveuglante et qu'elles pénètrent à l'intérieur de la Lumière. Là, peut être entendue la musique des sphères. La musique des sphères trouve en fait son origine et sa source vibratoire dans le domaine des Hayoth Ha Kodesh dont nous avons déjà parlé.

Question : Pourriez-vous développer le rôle de l'Archange Uriel ?
L'Archange Uriel est celui qui intervient en deuxième dans la hiérarchie après l'Archange Mikaël. Pendant l'ère que vous vivez aujourd'hui, et depuis même 50 000 ans, le Régent archangélique planétaire a été l'Archange Mikaël. Et maintenant, dans l'avènement de cette cinquième dimension, une fois que cette cinquième dimension sera installée définitivement, l'Archange qui prendra la régence archangélique sera l'Archange Uriel. L'Archange Uriel préside à ce que l'on appelle les retournements. C'est lui qui œuvre dans la cinquième dimension, beaucoup plus facilement que l'Archange Mikaël. L'Archange Mikaël, Prince et Chef des Milices Célestes, a pour vocation essentielle de débarrasser la troisième dimension des sphères d'influences liées à l'ombre. L'Archange Uriel, lui, ne travaille qu'avec la Lumière de la Vérité de la cinquième dimension et ne peut en aucun cas être celui qui est responsable des combats qui se passent en troisième dimension. Par contre, il intervient dans le retournement de la troisième à la cinquième dimension, et dans la stabilisation de la cinquième dimension. Il est en quelque sorte le précurseur.

Sa présence intervient dans la troisième dimension pour préparer le retournement inhérent à la cinquième dimension au niveau planétaire. Il est déjà intervenu un certain nombre de fois pour préparer le basculement des pôles. Maintenant, il intervient aussi auprès de certains humains pour préparer le passage en cinquième dimension. De par sa vibration, il affecte les structures génétiques, et permet, je dirais, un renversement au niveau des structures de l'ADN qui sont à même de favoriser la multiplication des brins d'ADN qui correspond au passage en cinquième dimension. Voilà le sens de son travail au niveau des individus. Je ne crois pas qu'il y ait à la fois des prières ou des actions particulières à mener pour faciliter ce travail. Il se fait tout naturellement au moment où les êtres sont prêts à vivre le phénomène d'ascension.

Des changements se placent surtout au niveau cellulaire, au niveau génétique. Ensuite, surviennent un certain nombre de changements qui vont faire que le retournement va aussi induire des modifications profondes de fonctionnement, c'est-à-dire que les énergies de la sphère sexuelle, en particulier, sont transmutées à un niveau hautement spirituel et que les énergies spirituelles peuvent, et doivent se manifester au niveau sexuel. Cela correspond à une transmutation alchimique du niveau de conscience. Le regard porté sur les choses, porté sur la vie n'est plus tout à fait le même.

Question : Comment, dans le processus de création, passer du plexus au cœur ?
Cela est une question extrêmement difficile car chez l'homme le potentiel créatif se manifeste toujours, pour la plupart des humains artistes hommes, au niveau du plexus solaire, de même que le potentiel artistique chez l'individu femme se manifeste toujours par le cinquième chakra qui est le centre d'énergie directeur, dans ce cas là, mais qui est aussi le centre pathologique. Il n'y a pas de règles intellectuelles à donner pour passer du troisième au quatrième chakra. Cela nécessite une compréhension des processus qui animent l'individu dans le processus créatif mais aussi dans le processus de vie tout simplement. Le troisième chakra, c'est le monde des désirs, le monde des plaisirs, le monde de l'illusion, le monde de la séduction. La séduction, non pas pris dans le sens péjoratif, mais faire plaisir à une foule, par exemple. Montrer quelque chose qui plaît, pour avoir l'image en retour, n'est pas la même chose que de créer dans le sens de donner sans rien attendre en retour. C'est cela qui doit être compris et mis en œuvre, aussi bien dans la vie de tous les jours, que dans la création artistique. Et malheureusement il ne suffit pas de le dire. Il suffit de l'accepter. Mais ayant accepté intellectuellement, il faut aussi le faire passer dans les faits, dans la réalité, dans la vie de tous les jours, c'est-à-dire laisser tomber la notion de plaisir/désir/illusion, aspiration à la séduction, et passer dans l'authenticité de l'être sans perdre le potentiel créatif. Le problème des artistes hommes en général, c'est qu'ils pensent qu'en étant dans le plexus solaire, c'est-à-dire dans ce monde de l'illusion, de la séduction, du désir, du plaisir, ils risquent, en passant à l'étage du cœur, de perdre cette spécificité qu'ils sont des artistes. Bien au contraire, l'artiste sublimé est un artiste qui évolue par le chakra du cœur. Mais cela est extrêmement rare. Peut-être que dans certains cas, cela nécessite, effectivement de faire le deuil de ce côté artiste. Néanmoins, l'attraction pour la notion du plaisir astral (des mondes astraux intermédiaires) et pour la séduction du spectacle, est aussi un élément limitant et freinant l'arrivée des énergies au niveau du chakra du cœur.

Question : En étant dans l'instant présent, on ne risque pas de se retrouver dans un mode de fonctionnement impersonnel ?
L'émotion n'est pas liée à l'impersonnel. L'émotion fait partie de la vie mais l'émotion juste se définit comme un équilibre total entre les manifestations émotionnelles. L'émotion qui correspond à cet état d'être correspondrait à la joie intérieure, qui est une étape d'intase. Cela correspond à une centralisation des énergies au niveau de la poitrine, qui correspond à un état de joie sublime intérieure, sans objet extérieur, qui n'a rien à voir avec le plaisir, la colère ou la tristesse ou avec la souffrance, que sais-je. Néanmoins, il n'y a pas d'impersonnalité, au contraire. Le vrai personnel, le personnel authentique, se trouve dans cet équilibre là du présent. Je ne dis pas nier les émotions. Je ne dis pas rejeter au loin comme si on était froid et détaché. Les émotions font partie de la nature humaine de troisième dimension. Mais simplement cet état émotionnel doit laisser la place à la vacuité médiane, à l'instant présent où la sphère mentale, rationnelle, doit imposer aux émotions, sans les museler pour autant, un état de vacuité, un état de sérénité. Chose que cherchaient depuis toujours les gens qui méditaient.

Mais cela doit être trouvé aujourd'hui, non pas dans la méditation qui était échappement à la vie réelle mais doit se trouver dans chaque minute de votre vie. Là est le défi qui vous est demandé. C'est en cela que les modèles de fonctionnement traditionnels passés (qu'ils soient hindouistes ou encore bouddhistes) sont complètement dépassés et erronés, aujourd'hui, parce qu'ils insistent sur la méditation, sur la libération karmique en s'extrayant du monde, en s'extrayant de la réalité. Aujourd'hui, ces modèles sont périmés. Ils appartiennent au passé, totalement. Ce qu'il vous est demandé aujourd'hui c'est d'être un homme neuf sans référence au passé. Et de ne garder que la libération. La spiritualisation de votre essence, de votre corps tient à cela : trouver l'équilibre entre les émotions, trouver son essence. Or, l'essence ne se trouve que dans la pacification des émotions et non pas dans maîtrise artificielle, hors de la vie des émotions telle qu'elle était conçue dans la méditation de type hindouiste ou bouddhiste. Cela appartient au passé. Cela appartient à la troisième dimension mais cela n'est absolument plus valable pour accéder à la cinquième dimension.

Plus un individu s'engage dans la recherche de son présent, de son essence, plus il va déranger ceux qui voient en lui celui qui ne fonctionne pas comme eux et vont avoir envie de le faire rentrer dans l'émotion, c'est-à-dire de générer une colère, de générer quelque chose qui le fait sortir de cet état. Au fur et à mesure d'ailleurs que vous rentrerez dans cet état (dans votre travail, dans votre milieu même familial), si vous arrivez à rester suffisamment longtemps dans cet état, vous vous apercevrez que cela génère nécessairement chez les autres (dans le milieu professionnel, affectif et dans des gens que vous rencontrez) une espèce de malaise. Car les autres ne voient pas la Lumière qui émane de vous, mais au contraire, quelqu'un qui échappe à la linéarité du temps, quelqu'un qui apparaît, non pas comme un illuminé, mais comme profondément différent. Et cela gêne. Donc, la meilleure preuve que vous soyez dans cet état de l'essence, dans cet état présent, ce sont justement les brimades qui peuvent venir de l'extérieur. Mais ces brimades ne sont pas là pour vous faire sortir de votre état, contrairement à ce que croit ceux qui exercent ces brimades, mais bien pour vous stabiliser encore plus dans cet état de présence, dans cet état de l'essence qui est extrêmement important à cultiver. J'ai parlé.

Question : A quoi correspond l'aura dorée ?
L'aura dorée correspond à quelque chose que l'on ne trouve qu'une fois. Une fois qu'elle est trouvée, on devient un être réalisé. On devient un Boddhisattva, c'est-à-dire un être qui a dépassé les limitations de la matière, un être que vous appelleriez « réalisé ». Au moment où la Shakti est descendue, elle auréole la tête d'une Lumière dorée, mais simplement la tête. Ce n'est qu'au moment où la Shakti, l'énergie Shekina, a rencontré la kundalini, que ces deux énergies se sont mariées, fusionnées, qu'elles vont générer au niveau du cocon de Lumière une Lumière uniforme de couleur dorée qui correspond à la réalisation. Or, la particularité de la réalisation est la maîtrise totale des quatre éléments, à un degré plus ou moins fort. J'avais quant à moi, rappelez-vous, de mon vivant, la maîtrise du feu. Je commandais aux incendies. Je commandais à tous les feux dans le sud de la France.

Néanmoins, l'aura dorée n'est que le marqueur de cet aspect là de la réalisation élémentaire en soi, et donc, le contrôle à l'extérieur de soi des éléments. Cela fait partie des principes de réalisation, c'est-à-dire le moment où les quatre éléments sont équilibrés et permettent à l'être d'accélérer le processus d'étherisation de son corps physique, c'est-à-dire d'accès en partie à la cinquième dimension. Et effectivement, quand vous arrivez à la maîtrise totale de votre véhicule et des éléments qui sont en vous, vous avez la capacité de rentrer en contact de manière formelle avec ces élémentaux et aussi de commander aux éléments, ainsi que l'ont illustré la plupart des êtres réalisés qui ont vécu sur cette planète et, ce, dans toutes les traditions.

Question : Pourriez vous voir et décrire nos auras ?
Le terme « voir » est un petit peu présomptueux puisque je n'ai plus d'yeux, même en passant par mon canal. Néanmoins, la somme d'informations que je recueille dans ma conscience concerne aussi bien des spectres visuels (colorés si vous préférez) que des indications extrêmement précises sur ce qui fait votre nature d'âme. Maintenant, donner des indications précises sur la couleur de l'aura, du cocon de Lumière, ne vous donnera pas d'indications autres que celles que je vous donnerais. Ce n'est pas parce que je vous dirais que vous avez une aura de telle couleur ou de telle autre couleur que vous en tirerez des conclusions quant au fonctionnement de votre être. Cela est extrêmement plus subtil que cela. En effet, quand je vois une vibration spectrale de couleur verte sur une personne à qui je m'adresse, je peux en conclure que cette personne est une médiatrice, que cette personne est une thérapeute, mais cela va bien au-delà de cela. Il y a d'autres éléments vibratoires qui m'arrivent et qui viennent colorer (d'une façon certes différente cette information du spectre coloré) et qui vont donner des indications profondément différentes selon les individus.

Donc, il est présomptueux de faire des raccourcis, comme cela a été fait sur cette planète, en fonction des différentes couleurs d'aura et des différentes fonctions qui lui sont attribuées directement. La seule chose que nous pouvons dire, c'est que l'aura dorée correspond effectivement à l'aura de la réalisation. Maintenant, en ce qui concerne les autres couleurs, vous avez des êtres extrêmement évolués qui ont une aura rose ou rouge, pas rouge foncé mais rouge quand même. Et vous avez des êtres pas très évolués qui ont une aura bleue. Alors, certes, vous allez voir des êtres qui prient à longueur de journée qui vont avoir une aura violette et l'on pourrait dire : « Ah, les grands mystiques ! », mais vous ne savez pas pour autant la couleur de leur cœur. La couleur de l'âme, la couleur du cœur, est autrement plus importante que celle du cocon de Lumière telle que je la perçois dans mon monde de désincarnés. J'ai parlé.

Question : Vous parlez également de couleur de cœur, pourriez-vous développer ?
Je ne vais pas développer pour le moment. Simplement, nous définissons, à travers notre vision désincarnée, une atmosphère vibratoire globale qui est la coloration de l'âme dans le sens de son inspiration. Ensuite, nous avons la couleur primaire, je dirais, de l'âme, qui correspond à la couleur de l'âme et au fondement même d'orientation de l'âme. Nous avons ensuite la couleur de l'âme qui nous traduit de quelle manière cette âme exprime son lien avec l'esprit. Est-ce que c'est un lien direct ou indirect ? Est-ce que c'est un lien d'amour ou de tension ? Mais cela est extrêmement compliqué à expliquer maintenant. Retenez simplement que, dans cette notion de couleur que vous avez abordée, vous avez la coloration de l'âme qui est le cocon de Lumière. Vous avez ensuite la couleur de l'âme qui est la couleur précise derrière la tête qui signe, elle, une orientation de l'âme. Et enfin, vous avez la couleur du cœur de l'âme, qui, elle, correspond à la liaison entre l'âme et l'esprit, qui, elle, traduit des modes de fonctionnement entre l'âme et l'esprit. Mais nous dévoilerons cela à un autre moment, si vous le voulez bien. Ce n'est pas la peine de charger la tête. Cela ne sert à rien pour trouver le présent tout ça.

Question : Comment ne pas faire l'amalgame entre ses émotions et celles des autres ?
Chère amie, il est très difficile, comme tu le dis, de gérer ses propres émotions et les émotions des autres. Il convient simplement de s'aligner totalement, de se centrer dans son essence et de fermer la porte aux émotions. Il suffit de décider, d'affirmer que ton propre centre émotionnel, que ton propre plexus solaire, est barricadé d'une croix de Lumière blanche aux influences extérieures.

Question : Est-ce que vous pourriez nous donner des précisions sur les rêves, en général ?
Cela nécessiterait plusieurs ouvrages, chère amie. Néanmoins, nous allons résumer cela en quelques phrases. Le monde des rêves peut révéler plusieurs mécaniques sous-jacentes. La première mécanique, étant la plus importante chez tous les êtres humains est certainement le rêve qui vient d'une activité des neurones qui est liée aux dernières pensées ou aux préoccupations les plus fortes de la journée qui vient de s'écouler. Par exemple, vous avez une émotion violente de colère envers quelqu'un, par exemple, vous avez une pensée ou une émotion qui vous travaille. Et bien, la nuit, cela va se décharger par les neurones qui vont vous mettre en situation ce que vous avez vécu la veille. Cela est la situation la plus fréquente de la mécanique des rêves.

Maintenant, vous avez le rêve prémonitoire, prophétique, le rêve qui va prévenir. Il y a nécessité de confronter ce qui est vécu en rêve, non pas tant par rapport à son sens symbolique, mais surtout pour voir avant tout s'il correspond à une préoccupation de la journée précédente qui vient de s'écouler auquel cas, il n'y a pas lieu de trouver une signification prophétique, divinatoire ou autre puisque 90% des rêves sont liés à cela.

Maintenant, si tu as l'habitude, chère amie, d'être prévenue en rêve, on te confronte là à des demandes qui ont été formulées avant ton sommeil de manière consciente. Et les plans spirituels vont répondre en pleine nuit par ce sentiment de rêve qu'on appelle être « ravi », « en extase », telle que cela fonctionnait dans l'ancien et le nouveau testament, quand, par exemple, Marie reçoit la visite de l'Archange Gabriel qui lui fait l'annonce de sa grossesse. Cela est un rêve prophétique, initiatique. Tout dépend des contextes des rêves. Retenez simplement que 90% des rêves sont des décharges des neurones liées à l'activité de la journée précédente. Maintenant, il y a des rêves qui vont exprimer aussi un désir ou une crainte de l'âme sans connotation prophétique, ou divinatoire, ou anticipative. Mais simplement sont le reflet des craintes ou des désirs de l'âme. Voilà, en gros et résumé très sommairement ce que l'on peut dire.

Question : Que se passerait-il si les neurones n'étaient pas déchargés ?
Et bien, cela deviendrait un rêve récurrent, quelque chose qui tourne en boucle au niveau des rêves, quelque chose qui revient sans arrêt. La conscience auto consciente de soi, ce que l'on appelle la conscience étendue, serait en permanence polluée par les pensées passées.

Question : Nous avons besoin de la mémoire pour poser les actes de notre vie. Donc, comment se fait-il que nous ayons cette capacité de mémoire et qu'en même temps, le développement spirituel nous demande de lâcher cela pour nous ancrer dans l'instant présent ?
L'instant présent n'a jamais été l'équivalent d'absence de mémoire, bien au contraire. Il s'agit là d'une erreur d'appréciation. Quand on parle du développement linéaire de la conscience, non pas spirituel, non pas horizontal, mais vertical, vous allez avoir une mémoire qui fait référence à l'instant présent, au passé et au futur. Maintenant, quand vous vous centrez dans l'instant présent, il n'est pas question qu'il n'y ait plus de mémoire. Au contraire, vous passez dans une mémoire élargie. La plupart des mystiques qui ont eu l'accès à l'instant présent, et donc à l'énergie de la réalisation, ont la mémoire des univers en eux. Ils ont la mémoire de toutes leurs vies passées. Ils ont la mémoire de toute l'histoire planétaire. Ils ont la mémoire de l'être humain qui est en face d'eux, dans sa totalité. Donc, l'arrêt dans le présent, le centrage dans son essence et dans le présent n'est pas un arrêt de la mémoire, mais un changement de l'axe de la polarité de mémoire.

Tant que vous êtes dans votre condition humaine de troisième dimension, vous êtes sur un axe linéaire horizontal, passé/présent/futur. Ensuite, quand vous rentrez dans votre essence, vous êtes sur la branche verticale de la croix. A ce moment là, vous rentrez dans ce que l'on appelle la mémoire étendue ou la mémoire spirituelle, qui est indépendante des conditions linéaires de temps. Je n'ai jamais dit, et personne n'a jamais dit, que l'instant présent était un instant dénué de mémoire. Mais au contraire, une mémoire, non plus exclusive (liée à votre propre incarnation ou à vos incarnations) mais une mémoire inclusive où la mémoire des vies passées devient plus importante que cette vie présente, où la mémoire des univers devient plus importante que la mémoire de l'histoire historique du monde dans lequel vous vivez. C'est en ce sens que la mémoire est un phénomène extrêmement passionnant mais extrêmement long. Mais ne faites pas d'abus de langage en disant que, dans le présent, il n'y a pas de mémoire. S'extraire des conditions limitantes de la mémoire n'a rien à voir avec l'acquisition de la mémoire verticale.

Question : Quand on ne se souvient plus de certains aspects de son passé, cela correspond-il à ce que certaines écoles psychologiques appellent « refoulement » ?
Ce sont des couillons ! Il y a de nombreuses raisons possibles pour que la mémoire à l'instant présent ne se rappelle plus de ce qui s'est passé à un moment donné. Qui est-ce qui peut dire ce qu'il faisait hier à la même heure précise ? Donc, ça, c'est la mémoire d'hier. Donc, on imagine bien que pour la mémoire de l'enfance, il y a des gens qui ont la mémoire de ce qui s'est passé durant leur premières heures de vie, d'autres qui n'ont plus aucun souvenir durant telle ou telle tranche d'âge. Cela ne veut pas dire nécessairement, et d'ailleurs le plus souvent ce n'est absolument pas le cas, qu'il y ait refoulement d'un évènement traumatisant psychologique, absolument pas. Il y a de nombreuses circonstances qui font que l'âme n'imprime pas au niveau mémoriel un certain nombre d'éléments dans le présent. Ce n'est pas pour cela qu'il faut chercher un refoulement quelconque. Ce sont eux les refoulés, les couillons !

Question : Mais lorsqu'il y a un évènement traumatique, la mémoire l'imprime forcément ?
Dans 99% des cas oui, car le traumatisme est tellement violent, quand il s'agit de souffrances émotionnelles intenses, que celles-ci tournent en boucle dans le cerveau. Il n'y a pas de possibilité pour la conscience de ne pas voir ce qui s'est passé. Même si, dans ce cas là, il y a un possible refoulement, le refoulement ne va pas jusqu'à l'occultation totale de l'évènement. Il y a refus de voir, mais néanmoins cela est vu. Ce n'est pas tout à fait la même chose. Il n'y a pas d'inconscient. Il n'y a que des choses conscientes, ou subconscientes éventuellement, mais absolument pas inconscientes. La conscience de l'être humain est bien plus forte que l'inconscient. L'inconscient est quelque chose auquel vous donnez prise lorsque vous acceptez d'avoir un inconscient. Si vous demandez à être conscient de tout, vous deviendrez de plus en plus conscient, de plus en plus conscient et donc de plus en plus fort. Donc, il n'y a pas d'inconscient. L'inconscient est une création.

Question : Est-ce qu'il existe aujourd'hui des grands Maîtres encore incarnés ?
Plus que jamais. Ils sont des illustres inconnus pour la plupart oeuvrant dans leur vie de tous les jours.

Question : Après le passage en cinquième dimension qu'adviendra-t-il des cycles de l'âme ?
Ils seront profondément différents car, en cinquième dimension il y a la possibilité d'avoir un cycle extrêmement long où la vie est de durée quasi éternelle. Donc, il n'y a plus cette alternance incarnation/excarnation. La vie en cinquième dimension est profondément linéaire dans l'alternance des cycles. Il n'y a plus d'alternance de cycles. Il y a aussi, au niveau de la cinquième dimension, des modes de fonctionnement qui sont profondément différents mais qu'il ne vous sert à rien d'appréhender, aujourd'hui dans votre réalité de troisième dimension, car cela ne veut strictement rien dire. La densité, le poids ne sont pas les mêmes. La vision de couleurs n'est absolument pas la même. Les déséquilibres dans le corps physique n'existeront plus. La cinquième dimension ne connaît pas l'ombre. Voilà, ce que l'on peut en dire très succinctement et sans rentrer dans les détails.

Et bien chers amis, je suis très content d'avoir échangé avec vous sur autant de sujets. Sur ce, je vous apporte tout mon amour et je vous dis à bientôt. Portez vous bien.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page