Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > O.M. AÏVANHOV

O.M. AÏVANHOV

13 juillet 2007

pdf

Bonjour à tous. Je vais, comme à mon habitude, écouter vos questions et essayer de vous donner toutes les Lumières possibles par rapport à vos interrogations.

Question : le fait que j'ai des problèmes financiers dans mon activité professionnelle est-il un signe que je ne suis plus à ma place ?
Chère amie, il est important, aujourd'hui, plus que jamais, de se sentir à la bonne place quelle que soit la rétribution. Alors il va y avoir des gens qui sont à des places qui leur semblent pas bonnes et pourtant ils vont avoir beaucoup de rétributions. D'autres vont être à leur place mais vont sentir que leur rétribution n'est pas en rapport avec l'intensité du travail fourni. Le plus important, aujourd'hui plus que jamais, est de se sentir à sa place. Il est toujours donné le nécessaire mais jamais plus. Il est important de comprendre que les modes de fonctionnement de la société que vous avez établis rentrent maintenant dans le règne du « toujours plus » : toujours plus d'argent, toujours plus de plaisirs, toujours plus de ceci ou de cela et à chaque fois que c'est plus que cela c'est moins de spiritualité. Alors, si vous avez la chance d'avoir une activité qui nourrit votre âme avant de nourrir votre corps, alors, c'est ça le plus important même si parfois, effectivement, c'est parfois plus dur que de se remplir les poches. Mais il vaut mieux se remplir l'âme, crois moi.

Question : comment choisir entre le désir de se débarrasser d'une maladie et le fait de l'accepter ?
La réponse elle va se faire à deux niveaux. Il faut bien comprendre que l'incarnation dans cette dimension s'accompagne de la notion de maladie. Alors, il est extrêmement séduisant de trouver les causes profondes des maladies, quelles qu'elles soient, qu'elles soient situées dans les sphères mentales, émotionnelles ou à d'autres niveaux. Il est toujours important, pour l'être humain dans ce corps, de trouver une justification. Ça, c'est une première partie du chemin et nombre d'entre vous l'ont fait pendant un certain nombre d'années. C'est, comment dire, tout à fait louable parce que y'a besoin de donner un sens à la souffrance. Ça, ça a toujours existé, n'est ce pas ? Il faut bien comprendre que, aujourd'hui, vu les vibrations qui sont sur cette planète, nombre de maladies apparaissent ou disparaissent indépendamment de votre volonté personnelle. Il est important de comprendre qu'à un niveau de conscience il est important de lutter contre la maladie. A un autre niveau de conscience, que beaucoup d'entre vous a intégré, il faut d'abord comprendre pourquoi la maladie est là, non pas uniquement au niveau des causes organiques mais aussi psychiques c'est-à-dire qui vont vous donner les éléments de compréhension, pourquoi vous avez cette maladie. Vous allez donc résoudre quelque chose et lutter contre la maladie non pas en agissant sur la maladie mais sur l'origine supposée de cette maladie. Ça, c'est très louable aussi.

Mais il y a un autre stade où la maladie est considérée comme partie prenante de l'incarnation, où la maladie a quelque chose à vous dire. Mais aussi il faut admettre que la maladie est une quintescentialisation de votre être c'est-à-dire qu'à travers la souffrance de la maladie il est donné quelque chose à l'âme qui est un levier extraordinaire d'élévation et de purification. Ça, ça fait partie aussi du jeu de l'incarnation. Alors, si vous adoptez ce point de vue, il est important, à ce niveau de conscience, de pas chercher le pourquoi du comment d'une maladie et non plus chercher à lutter contre la maladie ou contre les causes mais bien de considérer cette maladie comme un facteur évolutif. Quand vous considérez cette maladie comme un facteur de transcendance et d'évolution alors la maladie va pouvoir s'éloigner de vous sans pour autant lutter contre. On en revient toujours à la même phrase : « cherchez le royaume des cieux et le reste vous sera donné de surcroît ». Plus votre niveau de conscience s'élargit, plus il est important de passer dans cette notion de dimension. Il faut pas voir la maladie comme une punition, même si, effectivement, la plupart des maladies n'arrivent jamais par hasard. Il y a toujours une justification quelque part. Mais voir comme cela c'est rester dans la dualité : voir ce qui est lumineux et ce qui n'est pas lumineux.

Aujourd'hui il vous est demandé de passer au-delà de ça, il vous est demandé de vous dire « la maladie elle est là, je sais pourquoi elle est là ». La question est « est ce que je vais lutter contre la maladie » ou est ce que je m'interroge uniquement sur la qualité de la vibration de mon âme et je continue de monter de vibration en vibration et la maladie fera ce qu'elle voudra. Le plus souvent, si vous montez réellement en vibration, la maladie ne pourra pas vous accompagner, elle sera obligée de lâcher prise, bien évidemment. Alors, la solution véritable elle est à ce niveau. Mais c'est vrai que de vie en vie, vous avez pris, nous avons tous pris l'habitude de rechercher les causes, de chercher pourquoi quelque chose n'est pas dans la droite ligne de la Lumière. Ça, c'est la justification normale, évidemment, de l'être humain et c'est comme ça depuis des millénaires et des millénaires mais les choses sont en train de changer très rapidement. Voilà la réponse que je peux faire.

Question : comment faire quand son conjoint ne s'intéresse pas à la voie spirituelle ?
Malheureusement il n'y a pas de préconisations pour qu'une personne décide d'ouvrir son chemin. C'est une affaire éminemment intime et le conjoint est mal placé dans ces cas là pour être celui qui va initier le chemin. Soit les deux démarrent le chemin, soit il y en a un et l'autre est en réaction par rapport à cela. Le plus souvent la réaction est à l'opposé parce que la relation à deux fait que, quand les deux sont d'accord, c'est parfait mais quand l'un recherche le spirituel, l'autre va rechercher le matériel. Et malheureusement, le partenaire, dans ce cas là, est certainement l'être le plus mal placé pour, je dirais, mettre l'autre sur une forme d'ouverture de chemin. Ça, c'est général. Maintenant il faut bien comprendre que cette personne est tout à fait libre de ses choix et de rentrer sur un chemin ou un autre. A partir du moment où on est deux je conçois que cela puisse être difficile mais la plus grande ouverture est aussi d'accepter que l'autre ne soit pas nécessairement comme on voudrait qu'il soit.

Question : comment dépasser les souffrances liées aux perturbations actuelles ?
L'effet déstabilisateur est lié uniquement au regard porté. Il est demandé, aujourd'hui plus que jamais, quels que soient les évènements extérieurs, quels que soient les bouleversements liés aux éléments, que ce soient les bouleversements liés à l'humain, quels qu'ils soient, l'important c'est que toutes les perturbations qui sont là et qui vous affectent à des degrés divers sont pas faites pour être oubliées mais pour être transcendées. Comment transcender tout ça ? Bien évidemment, quand on ressent la souffrance de quelque chose qui se produit on a l'impression d'être submergé par cela. La seule façon est de se tourner vers son être intérieur ce qui ne veut pas dire s'exclure du monde, loin de là, ça veut dire simplement renforcer sa connexion avec son essence, avec son unité. A ce moment là il devient beaucoup plus facile de faire face parce que, au fur et à mesure que vous rentrez dans votre essence intérieure, dans votre unité, dans votre rayonnement d'être, au fur et à mesure vous rentrez dans la joie intérieure, dans cette fluidité, dans cette unité. L'extérieur, quel qu'il soit, même le plus dramatique qui soit, ne peut plus vous toucher. Alors, avec cette souffrance qui vient de l'extérieur, il est important de se tourner encore plus vers l'intérieur pour trouver l'indicible joie qui habite en tout être humain au niveau de son cœur. La solution elle est uniquement à ce niveau car si vous voulez lutter contre, c'est comme la maladie, vous n'y arriverez pas parce que l'extérieur va être de plus en plus perturbé, là, maintenant. Alors, il faut adopter une attitude intérieure parfaite, une attitude qui vous rapproche de votre dimension d'être. Tout cela n'est là que pour ça.

La grande leçon que vous allez vivre est justement celle-ci : quels que soient les dérèglements extérieurs (et j'appelle extérieur aussi bien la famille, que le monde, que l'univers, que les proches, que les ennemis, que les amis, ça n'a aucune importance), tout cela doit être transmuté à la Lumière intérieure. Vous transmutez, quand vous touchez votre essence, vous rayonnez la joie et, à ce moment là, l'extérieur n'a plus aucune importance. Tous, ici, avez vécu, à des degrés divers, des expériences de vie, de fusion avec votre être intérieur. Ça a peut-être duré un milliardième de seconde ou quelques semaines mais, à ce moment là, vous êtes la Source. Plus rien de l'extérieur ne peut vous atteindre. Ça veut pas dire que l'extérieur vous vous en foutez, ça veut dire que votre rayonnement et votre qualité d'être atteint un tel niveau que plus rien ne peut affecter ce rayonnement d'être. C'est ça qui faut trouver aujourd'hui. Alors ça sert à rien de mettre des bougies pour se protéger totalement de cet extérieur. Il est là, bien évidemment. Alors, parfois vous avez l'impression que cet extérieur vous gêne pour trouver votre intérieur, votre essence intérieure parce que votre regard est encore trop tourné vers l'extérieur, tout simplement. S'il était plus tourné vers l'intérieur vous vous apercevriez pas du tout d'une quelconque influence de cet extérieur sur votre être intérieur.

Question : comment ne pas être coupée du sens du sacré ?
Alors, ça, c'est quelque chose qui est extrêmement courant dans le développement spirituel de l'être humain. Vient une époque où vous rencontrez la Lumière, que vous l'appeliez félicité, sens du sacré, samadhi, extase, intase, peu importe. Y'a à un moment donné, qui est à marquer d'une pierre blanche, où vous rencontrez de manière totale, consciente, la Lumière, que chacun va traduire avec ses mots. Malheureusement, cette expérience elle va durer, selon les personnes, de quelques minutes à quelques semaines, rarement plus parce que, après, vous redescendez à un niveau vibratoire qui était le vôtre avant mais vous vivez avec le souvenir de votre expérience et donc votre espérance est de reproduire cet état. Mais pour reproduire cet état de façon stable et définitive, en quelque sorte, il y a encore un travail à faire qui est aussi du lâcher prise c'est-à-dire que tant que vous dépendrez des circonstances extérieures, tant que vous attribuerez aux circonstances extérieures la difficulté à retrouver cet état, c'est que vous n'êtes pas suffisamment tourné vers l'intérieur. Alors, c'est pas une question de méditer plus longtemps, c'est pas une question de prier plus longtemps, c'est une attitude de la conscience qui doit se tourner totalement vers le divin. C'est aussi l'abandon à la Lumière parce que, quand on vit la première expérience de la Lumière, on la vit en ayant rien abandonné. On a l'impression qu'on va garder son petit confort et sa petite vie mais la Lumière, quand elle s'installe, c'est un cataclysme. Regardez les mystiques, regardez dans l'église catholique, regardez dans toutes les traditions les êtres qui ont eu la révélation de la Lumière. Il y a eu un avant et un après, en tout cas pour ceux qui sont restés dans la Lumière, pour les êtres particulièrement missionnées. Mais ceux qui vivent l'expérience de la Lumière qui, après, reviennent dans les vies normales, n'ont plus qu'un espoir c'est de retrouver cet état. Mais retrouver cet état nécessite un travail qui n'est pas insurmontable mais un travail d'abandon.

S'abandonner à la Lumière c'est autre chose que de vivre l'expérience de la Lumière. Ça nécessite ce qu'a fait le Christ sur la croix : « Père, que ta volonté se fasse et non la mienne ». Ça, c'est important. Alors, vous vivez avec le souvenir mais le souvenir n'est pas l'expérience, bien évidemment. Alors vous passez votre temps, à travers les lectures, à travers les méditations (ce qui est fort louable encore une fois) à chercher l'expérience que vous avez vécue. L'expérience elle est là, dans votre cœur, elle n'attend qu'une chose, c'est que vous vous abandonniez totalement à elle et, ça, c'est un choix de la conscience, ça dépend pas d'une technique. C'est accepter de voir sa vie dissoute, c'est en quelque sorte une petite mort. Le passage à la résurrection, et non pas à l'illumination, nécessite de mourir. Il faut mourir à quoi ? Mourir à soi-même, mourir à ce qu'on a bâti, mourir à ce qu'on a construit autour de soi et en soi et, ça, c'est un processus chimique aussi. C'est pas seulement un processus énergétique et de conscience. Il faut, pour cela, s'abandonner totalement pour rentrer dans cette maîtrise de Lumière là.

J'ai parlé de processus chimiques car ça correspond à des modifications extrêmement importantes au niveau du métabolisme du cerveau, ça correspond à une modification des hormones médiatrices, ce que vous appelez les neuromédiateurs, au niveau de la tête. Y'a une hormone qui est connue depuis peu de temps sur Terre qui est l'hormone qui s'active lors de l'expérience de mort imminente ou lors d'expériences mystiques qui s'appelle épiphysine, une hormone secrétée par l'épiphyse. Cette hormone vient inonder le cerveau au moment où il y a cet état de sacré qui est vécu, cette rencontre avec la Lumière. Et puis, bien évidemment ,si les connexions ne s'établissent pas de manière formelle avec d'autres zones du cerveau, et bien on retombe au niveau de la conscience ordinaire. Il y a que lors de l'activation définitive au niveau de la chimie du cerveau que ça va provoquer un état stable. Il y a aussi une connexion qui doit se faire au niveau du cerveau avec le cœur, à un autre niveau que neuronal. C'est un niveau de conscience pure où l'âme prend totalement possession du corps et pas uniquement l'âme qui est logée comme ça, en arrière dans le cœur, mais l'âme prend possession totalement de tout le cerveau et de tout l'organisme. Ce n'est qu'à ce moment là que l'être rentre dans la résurrection ou dans les samadhis, si vous préférez, ou illumination du supra-mental. C'est un état qu'ont vécu nombre de sages orientaux, Muktananda par exemple, Yogananda et d'autres.

Question : quelle différence vous faites entre l'âme et l'Esprit ?
L'Esprit est quelque chose qui vient vers vous à travers les processus ascensionnels. Pour l'instant il vous est demandé de réveiller totalement votre âme. L'Esprit c'est à un autre niveau. L'Esprit c'est l'étincelle, l'Esprit est le même en toute vie. Y'a des familles différentes, des filiations d'âme différentes mais il y a, au niveau de l'Esprit, une unité. Il n'y a pas de famille d'Esprits, il y a un Esprit. Le grand Esprit qui est le même dans tout Esprit. Ça, c'est un autre niveau encore, on est au-delà de la résurrection, on est sur des initiations postérieures, je pourrais dire, à ce que vous pouvez vivre en incarnation. Ce qui vient vers vous c'est pas la dimension de l'âme. Ce qui vient vers vous, actuellement dans votre système solaire, c'est la dimension de l'Esprit et vous ne pourrez rencontrer l'Esprit que si vous avez déjà rencontré votre âme.

Question : alors, comment rencontrer son âme ?
Y'a pas de technique pour ça. C'est quelque chose qui est l'acceptation de la volonté de l'âme. Le problème c'est qu'à travers le jeu de l'incarnation les êtres humains se sont éloignés de leur âme. L'âme est plus ou moins loin de la manifestation dans la personnalité, pour d'autres elle est très proche. Elle devient proche quand vous vivrez l'expérience du sacré, quand vous verrez l'expérience mystique de « tout est amour » et qu'après vous retombez. Ça, c'est le premier contact réel avec l'âme mais pas avec l'Esprit. Le contact avec l'Esprit nécessite d'avoir déjà contacté l'âme, avoir activé tous les chakras, fait remonté la kundalini, constituer le corps de Lumière. A ce moment là vous pouvez être abreuvé par la fontaine de cristal qui est le vajra des tibétains qui correspond à la fontaine de Lumière qui vient abreuver votre âme. Ça, c'est l'Esprit.

Question : pour retrouver son âme, il est nécessaire de couper tous nos liens, nos attachements ?
Ça dépend ce que vous appelez « couper ». Il est pas question de faire le ménage par le vide autour de soi. Il est question de couper de manière toute différente c'est-à-dire de tourner le regard à l'intérieur. Les liens n'ont jamais été un obstacle à la première expérience. Par contre, à un moment donné, il faudra faire comme le Christ a dit à ses apôtres : « laissez les morts enterrer les morts » et là, effectivement, il faut savoir qu'est ce qui est le plus important. Mais jamais personne ne vous demandera de supprimer homme, femme, enfant, famille, maison, voiture. C'est pas ça que j'ai dit, tout ça c'est une attitude liée à la conscience, en premier lieu. Il y a des mystiques qui ont été mariés, qui ont eu des enfants. Mais c'est vrai que dans différentes traditions ils ont été tout seuls parce que c'est beaucoup plus facile d'être tout seul que d'être accompagné dans ce chemin là. Alors, il y a en ce moment des foutaises qui sont dites que pour retrouver la Lumière il faut être deux, il faut trouver l'âme sœur, l'âme jumelle, la famille. Ça, c'est des conneries parce que la Lumière il faut la trouver à l'intérieur de soi, uniquement à l'intérieur de soi. On va pas la chercher dans l'autre, c'est une hérésie. Si on l'a pas trouvé en soi, on va pas la trouver à l'extérieur. Par contre, si vous l'avez trouvé en vous, vous allez la trouver chez tout être humain. Vous la percevrez derrière les vicissitudes de l'incarnation de celui qui n'a pas trouvé la Lumière mais néanmoins c'est réel. Alors y'a pas de règle établie. C'est pas parce que vous allez couper les liens avec papa, maman, les enfants, la femme, le mari, que vous allez trouver la Lumière. C'est pas en vous enfermant dans une caverne que vous allez trouver la Lumière. Y'en a qui sont restés longtemps, ils attendent toujours. C'est pas fonction des circonstances extérieures, c'est uniquement fonction de votre regard intérieur. C'est ça le plus important.

Entrer en contact avec son âme ça va se traduire par un état d'extase et aussi par l'activation de certaines fonctions que les orientaux ont appelé les pouvoirs de l'âme, les sidhis. Les sidhis c'est l'activation des marqueurs du contact avec l'âme. C'est la construction de l'antakarana. C'est la possibilité d'entendre le son de l'âme, ce son de l'âme étant entendu dans l'oreille gauche. Il y a sept sons différents. L'important c'est de comprendre comment les énergies qui sont là, qui entrent en vous, en nous, comment elles peuvent éveiller l'âme. Pour cela il faut se tourner vers le cœur, là où se trouve l'âme. Dieu se trouve dans la divinité intérieure, au niveau de la poitrine mais aussi avec un relais dans la tête. Par contre votre âme elle se trouve pas dans la tête, elle se trouve dans le cœur. L'Esprit, lui, se trouve dans le cœur et dans la tête mais ça c'est une étape ultérieure. Alors il convient de porter la conscience, l'attention, la concentration le plus possible vers le cœur pour que l'énergie qui arrive par la couronne descende sur le cœur. Vous ressentirez la vibration du chakra cardiaque, à ce moment vous rentrerez dans l'extase.

Question : comment élargir les vibrations du cœur et de la conscience ?
En se tournant vers son cœur, tout simplement. Portez votre conscience sur le cœur, tout simplement. Portez votre conscience là où se trouve la divinité. Aujourd'hui vous êtes en rayonnement de ce qu'on appelle l'Esprit Saint. Vous recevez cette Lumière depuis vingt ans maintenant. Cette Lumière arrive par le chakra couronne. Aujourd'hui il vous est demandé le plus possible de porter cette énergie dans le cœur afin d'ouvrir le cœur et c'est tout, y'a pas de technique. C'est pas un mantra qui va ouvrir le cœur, il suffit de porter directement la conscience sur le cœur. C'est aussi simple que cela.

Question : quoi faire quand on est confronté à la haine de l'autre ?
Si vous répondez à la haine par un besoin de protection vous renforcez la haine. Si vous rentrez en amour vous renforcez aussi la haine mais la différence c'est, qu'à ce moment là, la haine ne peut plus vous atteindre. Alors face à la haine, face au mépris du monde, face à ceux qui comprennent pas ce vers quoi vous tendez il est important de progresser dans l'élévation spirituelle et vibratoire. Si vous retombez dans le jeu de l'opposition, si vous retombez dans la protection à tout va, vous renforcez encore plus la haine et l'impact sur vous va être plus grand, même si vous avez l'impression, dans un premier temps, d'être protégé. La Lumière se nourrit de Lumière, l'ombre ne peut rien contre la Lumière quand la Lumière grandit, l'ombre peut quelque chose contre la Lumière quand la Lumière s'intéresse à l'ombre, ça c'est très important pour les temps qui viennent.

Question : qu'appelez-vous « ombre » ?
L'ombre est l'opposition à la Lumière. L'ombre est de la Lumière qui n'est pas éthérée. L'ombre est ce qui est division, dualité. La Lumière est ce qui est unité, amour. L'ombre est ce qui est absence d'amour. L'ombre et la Lumière, dans cette dimension où vous vivez, se vit en opposition. Il y a des dimensions où l'ombre ne peut exister parce que la Lumière est partout, la Lumière prend toute la place. Dans le monde que vous expérimentez la Lumière n'est pas partout, loin de là. L'ombre a pris une importance phénoménale et ce n'est qu'à travers l'absence de la Lumière que vous concevez la soif de la Lumière. C'est le jeu de l'incarnation tel qu'il a été décidé par des instances supérieures, on va dire. Alors, dans votre monde aujourd'hui qui est un monde en transition, qui va fonctionner dans très peu de temps avec des règles différentes, il vous est demandé, d'ores et déjà, d'accepter les règles de la nouvelle dimension où l'ombre n'existe pas. Alors, comment voulez vous entrer dans la Lumière, là où l'ombre n'existe pas, si vous passez votre temps à trouver ce qui est de la Lumière et ce qui est de l'ombre. Vous faites le jeu de la dualité et donc le jeu de l'incarnation. L'expérience de la Lumière qui vient vers vous est une expérience non duelle, c'est une expérience d'unité, de transcendance où il n'y a aucune place pour l'ombre, où il n'y a de la place que pour le rayonnement de l'amour. Alors, il faut d'ores et déjà appréhender cela et rentrer dans cela veut dire qu'il ne faut plus chercher, de manière idéale, à ne pas voir l'ombre mais à ne voir que la Lumière. A devenir un peu comme un enfant qui voit tout avec le regard neuf, avec un regard où tout est Lumière.

Question : que va-t-il se passer le 27 décembre ?
C'est un passage cosmique comme vous avez eu l'année dernière avec les comètes qui sont passées très proches de la Terre. Les comètes sont liées à l'énergie Mikaëlique, c'est l'énergie du feu de Mikaël qui se déverse sur la Terre. L'évènement qui correspond à la fin de cette année 2007 est capital dans l'évolution de l'humanité. Alors, je sais que nombre d'êtres ont fait état de l'apparition d'une nouvelle planète, d'un nouveau soleil, d'autres encore du basculement des pôles. Ça peut être tout ça à la fois comme rien de tout ça. Le plus important c'est que les influences du soleil central de la galaxie vont se trouver démultipliées. Alors, vous, êtres humains vous allez y répondre à votre façon, soit en ouvrant encore plus votre cœur et votre tête à l'Esprit soit en refusant et les planètes vont faire la même chose. Dans le cas d'une planète qui accepterait la totalité du rayonnement du soleil central, effectivement, vous assisterez à la transformation d'une planète en soleil. Au minimum vous aurez des influences climatiques extrêmes mais aussi sur la conscience qui seront, de toute façon, extrêmes. Ça, c'est des évènements qui vont, encore une fois, dépendre de la réaction de chaque être humain. Nous ne pouvons dire de manière définitive que, tel jour, à telle heure, il se passera cela. Tout ce que je peux simplement dire c'est que vous êtes rentrés maintenant, totalement, dans les temps de la transformation. C'est pas dans dix ans, c'est pas dans vingt ans, c'est pas dans cinq ans, c'est maintenant. Ce maintenant s'étendant depuis quelques jours et jusqu'à quelques mois mais pas plus et tout est possible durant cette transformation puisque c'est une transformation. Mais je peux pas en définir les cadres. Ils seront adaptés, au fur et à mesure, en fonction des réponses de l'humanité mais aussi des planètes. Si vous êtes pas prêts maintenant, vous le serez jamais. C'est pas la peine d'attendre. Y'en a qui se sentent prêts depuis des dizaines d'années et ils verront qu'ils sont pas prêts au moment où ça arrivera. Y'en a d'autres qui se disent « je suis pas prêt » et qui sont prêts. Tout dépend de la faculté d'ouvrir votre cœur, uniquement de cela. L'ouverture du cœur est nécessairement le lâcher prise. Le cœur ne peut s'ouvrir que s'il y a effectivement le lâcher prise.

Chers amis, je crois maintenant que je vais vous laisser et vous retrouver demain. Je vous apporte ma bénédiction. Et, surtout, n'oubliez pas que le plus important est ce qui se passe dans votre poitrine, à l'intérieur de votre être. Profitez de l'intensité de l'Esprit qui descend vers vous pour allumer l'énergie de l'âme afin que cette âme puisse éclairer à son tour votre corps et votre personnalité. Pour cela il faut rentrer en essentialité, ça, c'est très important. Je vous apporte ma bénédiction et je vous dis à très bientôt.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page