Autres Dimensions

Sois qui tu es

RAM

23 août 2008

pdf

Je suis Ram. Recevez Silence, Amour et Vérité en vos cœurs, en votre Unité. Je reviens parler à nouveau sur des éléments propres à vous éclairer, par les mots, certes, mais aussi par le silence de la fin de mon intervention, de ce qui concerne ce que j'ai appelé lors de ma précédente venue : « la maîtrise ». La maîtrise est tout, sauf du contrôle. Souvent, les êtres humains, lorsqu'ils abordent la question spirituelle et qu'ils emploient le mot « maîtrise » sont persuadés qu'ils doivent contrôler, par exemple, les pulsions inférieures, contrôler les appétits, les désirs. L'aspirant spirituel va essayer d'imiter celui qu'il considère comme parfait en adhérant intellectuellement, affectivement, ou spirituellement, à une démarche. Cette démarche peut être appelée une voie (pour un des multiples yogas, par exemple). Ça peut être aussi appelé « Unité », dans d'autres traditions, comme celui que vous avez nommé Christ. L'aspirant va s'identifier intellectuellement, ou affectivement, dans un premier temps, à celui qu'il considère comme parfait. La distance qui peut exister entre celui qu'il considère comme parfait et lui-même va le conduire à pratiquer certains exercices où il va essayer de contrôler les pulsions dites inférieures. Mais le contrôle n'est pas la maîtrise. Lutter avec le contrôle contre certains penchants ne fait que renforcer ces penchants, qu'ils concernent des choses agréables comme désagréables, comme le besoin de boire des boissons alcoolisées ou le besoin exagéré de sensualité. Tout cela, ce sont des contrôles. La maîtrise est un élément important mais, bien souvent, cela est confondu et assimilé au contrôle. Or le contrôle est un exercice mental. Vous pouvez adopter le contrôle conscient de bon nombre de choses mais, néanmoins, cela ne vous permettra jamais d'acquérir ce qui est appelé la maîtrise. Le contrôle est une mise sous pression, une rigidité qui est imposée sur la nature inférieure par quelque chose qui est aussi de la nature inférieure ou qui participe à la nature inférieure c'est à dire le mental.

Alors, après, on va essayer de différencier le mental de la pensée mais la pensée est rarement une émanation de l'Esprit, elle a tendance à vous faire croire qu'elle vient de l'Esprit. Mais, le plus souvent, la pensée est générée par le mental et quand vous avez, en incarnation, des belles pensées vous pensez qu'elles vous sont suggérées par l'âme, ou des pensées dites supérieures, mais il n'en est rien. Les pensées sont toujours émises par le mental. Voilà pourquoi le silence est un élément capital pour apprendre à exercer non pas le contrôle mais à laisser apparaître la maîtrise. La maîtrise, contrairement à ce qu'on pourrait croire, n'est absolument pas un contrôle, je dirais même que cela est totalement l'inverse. La maîtrise, au sens spirituel, c'est mourir au petit Soi car vous ne pouvez renaître à une autre dimension sans mourir à ce que vous êtes. Cela n'est pas une souffrance, cela n'est pas quelque chose qui est imposé par votre principe inférieur, sinon cela sera, et continuera à être, du contrôle. C'est quelque chose qui doit naître spontanément. A force de chercher la Lumière, à force de faire le silence, à force de porter son attention sur le cœur, ou un autre point du corps comme le Ajna chakra, vous allez pouvoir vous exercer à une certaine forme de lâcher prise qui est le moment où un principe supérieur va s'infuser en vous. A ce moment là, à ce moment là seulement, vous prenez conscience qu'il existe autre chose que le mental qui intervient. Cela se situe au niveau de ce que j'appellerais la pensée lumineuse car c'est une pensée centrée et véhiculée par la Lumière. Le problème, c'est que la majeure partie des gens veulent remplacer la maîtrise par le contrôle. Alors, comment reconnaît-on et différencie-t-on, de l'extérieur, un être qui est en maîtrise d'un être qui est en contrôle ? Bien évidemment, le contrôle s'apparente au pouvoir. L'être qui se contrôle a tendance à vouloir tout contrôler chez les autres parce qu'il a l'impression qu'il leur est supérieur.

La maîtrise est la liberté totale parce que, à partir du moment où vous commencez à entrer en maîtrise, vous vous apercevez qu'il existe une façon de fonctionner qui ne vient plus du mental mais directement de la conscience pacifiée et purifiée. À partir de ce moment là, vous prenez conscience que cette énergie, ou cette Lumière, est capable de vous apporter beaucoup plus que ce que vous apporte le mental, même centré sur des choses très belles. Vous vous laissez envahir, à ce moment là, par la Lumière de la félicité éternelle et vous comprenez, dès que ce premier contact se produit, que vous allez vers la Source, que vous allez pouvoir réintégrer la maison de votre Lumière. Le contrôle peut présenter l'apparence de la maîtrise mais les éléments contrôlés échappent toujours, à un moment donné ou à un autre, à celui qui l'exerce. La colère, par exemple, peut survenir très vite. Par exemple, les notions de séparation, chez un être sous contrôle, vont se manifester c'est-à-dire qu'il y a lui qui est le meilleur et les autres qui sont moins bons. Il met lui-même une distance incommensurable entre lui et les autres, tout en se gargarisant, bien évidemment, si c'est dans le domaine spirituel, de l'Amour. Mais il n'est pas en maîtrise mais en contrôle. Il peut donner l'illusion de la sagesse, il peut donner l'illusion de la Lumière mais en aucun cas il n'est la Lumière. La Lumière est compassion, la Lumière est Amour. Quand vous êtes à côté d'un être en maîtrise vous devez immanquablement ressentir cet Amour pour vous. Quand vous êtes en face d'un tel être qui est en maîtrise il vous fait vivre le sentiment que vous êtes unique et essentiel mais, aussi, encore plus important que lui-même. C'est ce qu'illustrait le Christ à travers ses paroles, dans tout ce qu'il a pu dire. Quand il lavait les pieds des apôtres il était réellement le plus petit d'entre eux. Il ne jouait pas le rôle de l'humilité, il était humilité.

Alors, celui qui vous regarde de son piédestal et qui vous regarde, supérieur aux autres, n'est pas un Maître. Le Maître est le plus petit d'entre les humains. Ça, c'est quelque chose qu'il est capital d'intégrer dans votre mental. Il n'est pas de Maître qui ne soit pas dans l'humilité. Si l'humilité est absente il s'agit de quelqu'un qui a entr'ouvert la porte de l'Eveil et qui a dérivé les énergies de l'Eveil pour son propre ego et non pas pour la Lumière de Dieu. Ces êtres là sont des faux Maîtres. La maîtrise est humilité, totalement. Il ne peut en être autrement. Quelles que soient les lignées liées à la maîtrise elles conduisent nécessairement à l'humilité. La maîtrise, je le répète encore une fois, est humilité. Il ne peut y avoir de maîtrise sans humilité, il ne peut y avoir de maîtrise sans don total de soi. C'est cela, le don total de soi, et rien d'autre. Vous pouvez, comme le disait, je crois, le Christ, distribuer tous vos vêtements, vous pouvez avoir connaissance de tous les mystères, s'il vous manque l'Amour, vous n'êtes rien. Voilà le problème, aujourd'hui, dans ce vingt et unième siècle que vous vivez. Au vingtième siècle la Terre a été parcourue, plus que jamais, par de très nombreux grands Maîtres qui préparaient (et qui préparent aujourd'hui, de là où ils sont) l'avènement d'une nouvelle ère. Mais rappelez-vous aussi ce que disait le Christ : il y aura beaucoup de faux Maîtres, de gens qui chercheront à vous entraîner et à vous entraîner hors de votre propre maîtrise en se faisant considérer comme les seuls Maîtres aptes à vous montrer la Voie. Cela est une illusion et du temps perdu mais vous n'avez pas à vous soucier d'autre chose sur votre chemin parce que ceux qui font l'erreur c'est aussi une expérience capitale à vivre pour comprendre cela.

Il ne sert à rien de montrer du doigt car, si vous montrez du doigt, vous participez de l'erreur. Par contre il vous est demandé d'être totalement conscient de cette erreur et, peut-être, en augmentant encore plus votre qualité de silence et de rayonnement, de devenir un exemple d'humilité. À ce moment là, celui qui vous rencontrera un jour, et qui aura rencontré un Maître qui exerçait le contrôle, va pouvoir faire la différence. Ceci est extrêmement important puisque, bien évidemment, dans les mondes spirituels et dans beaucoup d'évènements qui se préparent à la surface de cette planète, il existe ce qu'on appelle des hiérarchies, il existe des dimensions différentes et vous avez des êtres qui vont intervenir depuis des dimensions différentes. J'emploie à dessein le mot « dimensions différentes » parce que ces dimensions différentes peuvent être des manifestations et des dimensions de la Lumière vraie bien plus élevée que la vôtre. Mais cela peut être aussi des dimensions différentes bien plus loin de la Vérité, encore, que vous, qui cherchent, bien sûr, à prendre le contrôle de vous, de ce que vous êtes, de votre corps, de votre essence, de votre divinité. Il ne sert à rien de dénoncer mais vous devez ressentir, au plus profond de votre être, ce qui se passe : est-ce que votre cœur s'ouvre ? Est-ce que cela vous procure de la paix, de la joie, de la sérénité et est-ce que cela augmente votre propre silence intérieur ? La seule Vérité est à ce niveau. Tout le reste ne sont qu'apparences et les apparences peuvent être trompeuses que cela soit au niveau des manifestations extraordinaires présentées par tel ou tel faux Maître. Alors, ne vous laissez pas abuser ni par les mots ni par les choses sensationnels. Seule est importante l'humilité d'un être, d'un Maître. Quand vous croisez son regard vous savez qu'il vous aime et surtout que vous êtes plus important que lui-même parce que celui-ci a compris qu'en s'adressant à vous, qui n'êtes pas encore Eveillé, il s'adresse à une part de lui-même. Alors que le faux Maître ne peut pas le concevoir car il se considère comme éminemment supérieur. Le vrai Maître est, lui, inférieur, il est le plus petit, comme le Christ qui disait « je suis le plus petit d'entre vous ». Beaucoup de vrais Maîtres ont prononcé ces paroles. Il ne faut pas confondre la connaissance des écritures, des règles énergétiques, la connaissance, même spirituelle, avec l'accès à la maîtrise et à l'Esprit. Les lois spirituelles sont aussi connues des faux Maîtres qui en usent et en abusent à leur profit. Le vrai Maître n'a qu'un seul but : c'est que vous réalisiez ce que vous êtes et rien d'autre. Voilà des éléments qu'il me semble capital que vous compreniez aujourd'hui dans ce qui vient vers vous. Alors, chères âmes de Lumière que vous êtes, chers amis aussi, comme j'ai envie de dire, quel que soit votre chemin, je veux bien discourir avec vous sur cette notion importante et fondamentale, au-delà, encore une fois, des manifestations énergétiques parce que c'est là un point capital que vous devez assimiler avec votre intellect et ressentir, après, avec votre cœur.

Question : comment faire la différence entre maîtrise et contrôle dans nos actes ?
De manière très simple. Au-delà de l'énergie, au-delà de la compréhension mentale ou intellectuelle, dès que vous ouvrez la bouche, si c'est pour dire quelque chose sur quelqu'un qui n'est pas là, vous êtes dans le contrôle, vous n'êtes pas dans la maîtrise. La maîtrise, rappelez-vous, est l'humilité. Et, en tant que Maître, quand vous arrivez à ce niveau là, vous êtes le plus humble. Il n'y a plus d'opposition et de contradiction. Quoi que vive un être, qui est en face ou qui n'est pas là, celui-ci est toujours à sa juste place. Il n'y a pas d'erreur, quelle qu'elle soit. Tout est toujours à sa place.

Question : comment faire la différence entre l'humilité et le sentiment d'infériorité ?
Le sentiment d'infériorité, quand il s'exerce assez souvent, est un apprentissage de la maîtrise. Il y a beaucoup d'histoires qui circulent dans les différentes traditions à propos, en particulier, de la réincarnation. On se demande pourquoi il y a autant de réincarnations de rois, de princesses et jamais de mendiants ou de très pauvres. Un Maître est toujours la réincarnation d'un autre grand Maître, bien sûr. Quand je dis : « bien sûr », c'est ironique. Il faut bien comprendre qu'on ne voit jamais de réincarnations de mendiants ou de pauvres. Le raison en est simple : ceux-ci ont tout compris, ils n'ont pas besoin de jouer un rôle, cela s'appelle le renoncement. Alors, le sentiment d'infériorité peut aussi causer des désagréments dans la vie de tous les jours parce qu'on n'ose pas dire, on n'ose pas faire, on a peur. La différence c'est que l'humilité vous donne de la force, le sentiment d'infériorité vous dévalorise mais il ne vous met pas en petitesse parce que la peur est présente. Dans la vraie humilité il n'y a pas de peur parce que tout est à sa place et qu'à partir du moment où un être est humble, un vrai Maître, voit un autre être, il va considérer celui-ci comme la plus belle des choses qu'il puisse rencontrer. Il se voit lui-même, il n'y a plus la moindre distance entre lui et l'autre.

Question : vous vous êtes présenté comme RAM mais quelle est votre dernière incarnation ?
Cela est difficile à dire car je suis l'entité qui a parcouru une certaine vie que vous avez connue mais j'ai aussi, en moi, la totalité des incarnations. Vous ne pouvez me limiter à une forme parce que la dimension d'où je viens est au-delà de cette forme même que j'avais dans ma dernière incarnation. Ce que j'exprime est bien au-delà de l'individu que j'ai été dans ma dernière vie parce que je suis cela et bien plus que cela. Je suis l'incarnation totale du courant de RAMA. Alors, comme vous avez besoin d'une forme, j'ai incarné cette totalité dans un corps qui a été celui de RAM SHANDRA mais vous pouvez voir, aussi, en moi celui que j'ai été avant. Il n'y a pas de barrière ou de séparation liées à deux corps présents en même temps parce qu'il y a un principe essentiel dans la maîtrise qui est la fusion avec la lignée dont j'ai parlé hier. Alors, je suis aussi le propre Maître de moi-même dans ma dernière incarnation et, bien plus loin, je suis RAMA, je suis RAMA KRISHNA mais je pourrais dire aussi que je suis MUKTANANDA. Je pourrais dire aussi que je suis SRI AUROBINDO. Je suis l'ensemble des Lumières qui ont pris forme en différentes formes. Cela vous est difficile à comprendre mais, quand vous êtes la Lumière au-delà des dimensions de la forme, vous pouvez habiter dans différentes individualités, que vous appelez des vies, de telle ou telle personne. Quand Christ disait : « moi et mon Père sommes Un », cela n'est pas une métaphore. Cela était la stricte Vérité car il était capable d'incarner le corps dans lequel il était mais, aussi, tous les autres corps. C'est l'un des plus grands mystères qui correspond à la maîtrise : la Lumière qui habite le corps que j'ai été est, en même temps, la Lumière qui habite d'autres corps. Il s'agit du même Esprit. Si vous préférez, c'est ce que j'ai appelé hier les lignées de la maîtrise, de la filiation. Alors, vous pouvez m'appelez RAM, tout simplement.

Question : quand vous parlez de votre dernière incarnation en tant que RAM SHANDRA, était-ce celui que l'on appelait Babuji ou Lalaji ?
Les deux à la fois mais, bien effectivement, en tant que Lalaji j'ai vécu par fusion. Je crois que vous avez un mot aujourd'hui qui exprime cela dans votre langage, cela s'appelle le walk-in. J'ai quitté mon intégrité en tant que Lalaji pour pénétrer et devenir Babuji. Celui-ci s'est fusionné à moi-même.

Question : Pour quelles raisons intervenez-vous aujourd'hui ?
Aimer. Rayonner. Servir. Et aussi prévenir de ce dont je vous ai parlé par rapport à la notion de lignée parce que, durant les derniers temps que vous vivez, il y aura beaucoup, beaucoup de gens appelés, beaucoup de gens qui vont rencontrer leur Lumière intérieure sous la forme diverse de l'Ange, de leur individualité, de leur Essence, de leur Lumière intérieure. Beaucoup vont se servir de cette Lumière au service de l'ego, cela, on le sait. Mais d'autres, dans une démarche authentique, vont essayer de se rapprocher de certains êtres qui peuvent sembler plus haut mais qui, en fait, sont plus bas. Alors, c'est important de savoir cela.

Question : comment éviter ces pièges ?
Humilité et silence. Silence ne voulant pas dire se taire tout le temps mais voulant surtout dire être à l'écoute de votre silence intérieur.

Question : quel est le lien entre maîtrise et fusion ?
La vraie maîtrise aboutit à la fusion réelle. L'homme, lors de son chemin spirituel, va s'Eveiller, un jour ou l'autre s'illuminer. Il va construire son véhicule d'éternité. Mais, au-delà de cette construction, un jour il va devenir nécessaire de fusionner non plus avec sa Source en tant qu'âme mais, en tant qu'Esprit, de retrouver la filiation ou le lien, quoi que ce ne soit pas vraiment un lien ou une filiation, mais l'origine de sa propre Source qui est la Source de sa Source. A ce moment là, le processus n'est plus de l'illumination ou de l'Eveil, il n'est plus, non plus, réalisation. C'est au-delà. Cela le fait le rapprocher de plus en plus de sa divinité totale.

Question : la Source de sa Source est la Source première, la Source de toute chose ?
La Source une, en quatre, tout à fait. La subdivision en quatre lignées est la même chose.

Question : avez-vous l'intention de vous manifester en public ?
Si telle est la demande, oui. Uniquement sur des mécanismes spirituels. Rien, mais absolument rien de votre destin dans la forme ne me concerne.

Question : peut-il y avoir des questionnements sur les cheminements spirituels ?
Le cheminement spirituel empruntera de multiples voies mais il se résumera toujours au même mécanisme : c'est le retour vers soi et rien d'autre.

Question : quelles sont les meilleurs conditions aujourd'hui du retour vers soi ?
Silence. Humilité. Compassion.

Question : que pensez-vous de l'empathie ?
L'empathie peut prendre différentes formes, dont celle de la compassion. L'empathie peut être détournée de sa vocation première, elle devient alors séduction, besoin d'entraîner l'autre dans ses croyances. L'empathie est une arme à double tranchant. Le chemin qui est bon est celui qui vous remplit de grâces. C'est le chemin où toutes les choses qui vous semblaient difficiles deviennent simples. C'est le moment où il n'y a plus de résistances. C'est le moment où l'on s'abandonne, comme vous la nommez, à la Divine Providence, qui est une réalité. C'est le moment où l'on accepte, comme disait, je crois, votre Christ « que ta volonté soit faite et non la mienne ». Dans cet abandon, tout devient facile. C'est la résistance qui est difficile.

Question : face à d'autres personnes, l'abandon semble parfois plus difficile.
Qui vous a demandé de vous abandonner à une personne ? Vous vous abandonnez à une volonté supérieure à la vôtre mais qui n'est absolument pas incarnée dans une personne, quelle qu'elle soit.

Question : comment se situe ce niveau du cœur dans le processus de l'Eveil ?
L'Eveil ne se situe pas au niveau du cœur. L'Eveil se situe au niveau de la tête. La maîtrise, elle, est la fusion, liée au cœur mais il ne peut y avoir fusion ou maîtrise sans Eveil. Autrement dit, vous pourrez passer de multiples vies à méditer sur le cœur, vous n'atteindrez jamais l'Eveil parce que ce n'est pas le but du cœur. L'Eveil, au sens étymologique, ça veut dire « être conscient de sa Source ». La Source de la Source, la maîtrise, la fusion, elle, se situe au niveau du cœur mais comment voulez-vous trouver la Source de la Source si vous n'avez pas trouvé la Source, d'abord ?

Question : cela signifie qu'il conviendrait mieux de commencer à méditer sur le front pour, ensuite, faire un travail sur le cœur ?
Ni l'un, ni l'autre. La caractéristique et la spécificité de l'époque que vous vivez est une époque différente en ce sens qu'elle est la fin du Kali Yuga, la fin de l'âge sombre. C'est l'époque où la Lumière se présente à vous et la Lumière elle pénètre là où c'est ouvert et, ensuite, son chemin est descendant. Alors, si vous méditez sur le plexus solaire, vous ouvrez le plexus solaire, la Lumière va pénétrer dans le plexus solaire et elle va descendre pour Eveiller le serpent, la kundalini. Si vous méditez sur le cœur, le cœur va s'ouvrir et alors l'énergie va pénétrer à ce niveau et, à son tour, descendre. Mais que se passe-t-il ? La Lumière n'aura pas eu d'action sur les chakras situés au dessus. Alors, que va-t-il se passer ? Bien évidemment, il pourra y avoir, si l'aspirant est pur, un Eveil de la Kundalini. Mais les résistances qui vont y être rencontrées, parce que la Lumière préalable de Dieu n'y sera pas passé, au niveau des chakras du haut, va créer des blocages. Et ces blocages peuvent être terribles car ils peuvent entraîner des processus liés à la personnalité qui est encore présente au niveau des chakras du haut. La personnalité n'est pas uniquement logée dans le deuxième ou troisième chakra. Elle est présente dans tous les niveaux. La méditation sur un point du corps va purifier cet endroit et l'Eveiller mais ce n'est pas l'Eveil.

Question : que dire alors des voies spirituelles qui invitent à méditer exclusivement sur le cœur ?
Elles sont des bonnes voies spirituelles pour ouvrir le cœur. Mais elles ne confèrent pas l'Eveil, l'illumination et encore moins la réalisation. Avez-vous vu beaucoup d'êtres humains réalisés ou atteindre le stade de maîtrise en passant par là ? Cela pouvait être des voies longues, présentes dans vos différentes incarnations précédentes, mais plus aujourd'hui. Cela était l'étape essentielle à vivre à ce moment là car la conscience de l'être humain était centrée sur le plexus solaire. Le fait de monter la conscience sur le cœur était la voie la plus noble, la voie royale. Cela était le cas pendant des millénaires mais, aujourd'hui, rappelez-vous que la Lumière vient frapper à la porte et la Lumière vient pénétrer au point le plus haut et pas au point du milieu. Ce que les individualités ont dit, à cette époque, était tout à fait vrai mais certains ont tendance à oublier que nous sommes dans une époque différente et veulent maintenir des schémas qui appartiennent à ce passé (pas si passé que ça mais néanmoins passés).

Question : aujourd'hui il est donc plus important de méditer sur le front ?
Ni l'un, ni l'autre. Vous pouvez méditer sur l'un ou l'autre mais il est important de méditer sur la Lumière. Effectivement, le point de l'Eveil est situé au milieu du front mais, après, il doit s'en remettre au sommet du crâne. Mais vous pouvez méditer sur le sommet du crâne, la conscience ne s'y rendra pas. La conscience se rend à partir du moment où le point de méditation est le plexus solaire (ce qui est le cas de tous les humains), le cœur ou le front, encore moins la gorge. Il y a deux points essentiels mais il vaut mieux, néanmoins, Eveiller le point qui est au front mais qui est un niveau très dangereux, le travail le plus puissant. Rappelez-vous qu'il y aura beaucoup de gens qui vivront l'Eveil du front mais qui resteront bloqués à ce niveau là parce qu'ils n'auront pas la force (ou la puissance ou la volonté suffisante) pour remettre ce qui se passe au niveau du front, au niveau du septième chakra, afin que la Lumière puisse descendre ouvrir tous les chakras.

Question : l'intervention d'un Maître, à ce moment là, est importante ?
Un vrai Maître peut, d'un regard, sans aucun rituel, conférer l'Eveil. Que se passe-t-il face à un vrai Maître ? Vous allez avoir la vibration de votre front qui va s'activer. Vous allez ressentir votre tête. Vous allez avoir le Siddhi qui va apparaître (ou son de l'âme). Là, vous êtes face à un vrai Maître. Il n'y a pas besoin d'adorer ce Maître. Il n'y a pas besoin de se prosterner devant lui. Il n'y a pas besoin de le visualiser. Cela est, tout simplement. Sa présence physique n'est même pas indispensable. Cela peut se produire simplement en y pensant.

Question : est-ce que ce travail sur le cœur pourrait être un frein au cheminement spirituel ?
Heureusement que non, pour un être pur. Mais, néanmoins, un être qui serait trop dans le contrôle renforcerait la notion de pouvoir sur l'autre.

Si vous le voulez bien nous allons partager un espace de silence, comme hier, dans le cœur.

... effusion d'énergie...

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page