Autres Dimensions

Sois qui tu es

SILO

8 août 2007

pdf

Chers frères et sœurs, je vous salue. Mon rôle principal est d'extraire la Lumière de l'ombre, de faire grandir la Lumière. A travers cela, l'axe de guérison, qui représente le combat entre l'ombre et la Lumière, me fournit le terreau à l'élévation d'âmes. L'ombre est, certes, la chose la plus nécessaire dans le monde où vous vivez aujourd'hui, parce que le plan où vous vivez est le plan des extrêmes, le plan où l'attraction de l'ombre est la plus forte et où le plan de l'attraction de la Lumière commence à se faire jour. Ainsi, à travers des médiums, j'interviens afin d'éclairer les zones d'ombres et il ne faut jamais concevoir la maladie comme un obstacle mais bien plutôt comme une occasion unique de gravir pas à pas les marches vers la Lumière. Ainsi, la maladie aussi est le pouvoir de l'ombre sur votre destin. Il m'a été conféré la possibilité de libérer la Lumière emprisonnée par l'ombre mais ne rejetez pas l'ombre car c'est grâce à celle-ci que vous pouvez espérer, un jour, vous appuyer pour aller vers la Lumière vraie, vers la Lumière du Christ, vers le logos solaire, vers votre luminescence d'âme et d'Esprit. L'ombre travaille pour la Lumière, comprenez cela. L'ombre n'a jamais été une fin en soi, la fin en soi est la Lumière et rien d'autre. Vous êtes ici pour combattre, vous identifier à ce combat de l'ombre contre la Lumière et de la Lumière contre l'ombre, jusqu'à un certain stade. Ce stade est la résolution ou plutôt l'espace de résolution de maladie qui conduit à l'explosion de Lumière qui se traduira soit par la mort soit par la résurrection.

Ainsi, il m'est donné d'intervenir en cet espace ténu où l'être côtoie la mort, côtoie la maladie, la souffrance, pour en extraire sa propre Lumière et essayer de transcender ses zones d'ombre afin de renaître totalement à la Lumière, totalement purifié, totalement illuminé. Mon intervention consiste à favoriser l'appui de la Lumière sur l'ombre afin que l'ombre disparaisse par l'embrasement de Lumière. Mon Esprit est un Esprit de feu car le feu illumine, brûle, transforme et transcende et conduit à la résurrection dans la vérité, la résurrection en la Lumière où l'ombre n'existe plus, bref, à la transcendance, au chemin qui est au-delà du chemin, le moment où l'idéal de Lumière laisse place à l'abandon de Lumière afin que celle-ci œuvre et vienne résorber l'ombre. Ainsi procède la maladie, quelle qu'elle soit. La maladie que votre temple physique traduit n'est que la concrétion et l'expulsion du combat de l'ombre et de la Lumière. Ne nourrissez pas l'ombre avec vos pensées mais nourrissez l'ombre avec votre cœur et avec la Lumière afin que celle-ci se dissolve, afin que celle-ci ne puisse vous conduire à la mort mais bien à la résurrection, à la Lumière que vous êtes, de toute éternité. Retenez le besoin d'identification en tant qu'être humain : nous avons besoin dans un premier temps de nous identifier afin de faire sien ce que nous cherchons. Préférez-vous l'identification à l'ombre ? Ou préférez-vous l'identification à la Lumière ? L'un et l'autre, de toute façon, vous conduiront un jour à abandonner, à tuer cet idéal afin de rentrer dans l'éternité qui est au-delà du combat de l'ombre et de la Lumière. La Lumière est une fin en soi afin de découvrir qu'au-delà de Lumière il y a la pensée non duelle. Il y a l'éternité au-delà de la Lumière, il y a l'immensité, l'infinité de ce que vous êtes.

Mais dans cette dimension, en cette incarnation, vous devez en permanence (c'est un combat de chaque respiration) séparer le bon grain de l'ivraie, trier l'ombre de la Lumière. En ce sens, à un moment donné de votre chemin, vous êtes un guerrier de la Lumière après avoir été un guerrier de l'ombre, de la division, de la séparation. Mais vient un jour où le guerrier devient pacifique. A ce moment là, vous abandonnez votre âme et votre Esprit et votre corps à la pensée de la Lumière qui est au delà de la Lumière. Ainsi va la vie humaine : vous identifier, manger, absorber votre idéal. Et puis vient un jour où vous comprenez que votre idéal, d'abord extérieur puis ensuite tout intérieur, n'est pas la fin du chemin mais le début du chemin. La fin du chemin ne surviendra que lorsque vous serez capable de maîtriser tous les éléments de votre nature inférieure et, ayant maîtrisé cela, de le remettre en la Lumière afin que celle-ci vienne libérer totalement les chaînes de l'incarnation. J'emploie le mot chaînes pour signifier par là qu'il n'y a qu'un poids à alléger, qu'un poids à transcender.

Vous êtes effectivement, tous, sans exception, de par votre création même, des Christ en devenir. Vous êtes Christ mais vous ne le savez. Vous êtes Christ mais vous ne le vivez pas. Vous êtes Lumière mais vous ne le savez pas. Vous êtes pensée de Lumière mais ne le vivez pas encore. Ce que l'un appelle la mort l'autre l'appelle naissance. Ainsi vont les cycles de la vie, passage d'un état à un autre état. La maladie est le moyen de laisser naître autre chose et je viens pour favoriser, pour permettre à cette Lumière de cette maladie d'atteindre un nouveau seuil où vous vous rapprocherez de la Lumière et de la pensée de la Lumière. Votre destin est Lumière. N'attachez pas d'importance au vacarme de ce monde. Vous avez déjà suffisamment à faire avec votre vacarme. Certains d'entre vous mènent un combat. D'autres parmi vous sont sur le point d'achever le combat. Pour combattre, il faut être deux. Achever le combat est terminer la dualité. Achever le combat est rentrer en Unité.

Mon rôle, à travers aussi bien les manifestations tangibles de la guérison d'une maladie, à travers la réalité de la Lumière qui est transmise lors de mes interventions, vous donne le supplément d'âme, le supplément de Lumière, qui vous engagera à finir le combat. Souvent il a été dit que nul ne peut faire le chemin à votre place. Cela est vérité. Nul ne peut marcher et emprunter vos pas, autre que vous-même, encore faut-il que vous acceptiez totalement ce pourquoi vous êtes là. Bien comprendre ce monde de dualité, non pas comme un monde obscur, sombre, ténébreux mais de même que la graine est mise en terre, de même dans cette ombre de la terre va se produire l'alchimie la plus sublime qui est l'éclosion. Votre vie, votre destin cherche un jour ou l'autre à éclore. Vous êtes une fleur en devenir, vous êtes un Christ en devenir, tous, sans exception.

Nous allons néanmoins verbaliser un espace d'échanges. Ainsi, chères Lumières, chers Christ, je vous laisse parole.

Question : que signifie « être Christ » ?
La finalité de toute vie est Christ. Christ loin du Seigneur est Soleil, enfant du Père, enfant de la Source, d'où tout provient et où tout revient. Mouvement d'aller et retour. Au plus profond de l'aller vous voyez peu le retour. La dimension de vie présente est la fin de l'aller et le moment du retour qui commence. Vous êtes Christ signifie ce que vous êtes de toute éternité, de par le moment initial où vous séparez votre âme de la Source jusqu'au moment final où tout revient à la Source. L'état Christ est un état de sacrifice, un état d'Unité. Qu'est ce que signifie être sacrifié en l'état Christ ? C'est l'ombre, sacrifiée à l'autel de la Lumière, à l'autel de l'Unité. Vous êtes Christ. En cela je vous appelle.

Question : prier un Saint dans une église peut-il aider ?
Cher Christ tant que tu chercheras à l'extérieur ton chemin, tu seras à l'extérieur de toi. Tant que tu chercheras à travers un lieu, à travers une date, le rayonnement d'un quelconque être Christ, tu chercheras en dehors de toi-même là où règne le combat. Il faut chercher en soi. Vous avez, comme on dit, la réponse en vous mais cela n'est pas une vue de l'Esprit, cela est une réalité de l'Esprit. Tant que vous chercherez à l'extérieur vous oublierez l'endroit primordial qui est le cœur de votre être. Tant que vous remettrez votre pouvoir à un autre Christ vous ne serez pas votre propre Christ et vous vous éloignerez de l'Unité. La résolution ultime qui est, je vous le rappelle, l'abandon à la Lumière, ne peut se situer qu'à l'intérieur de votre être et non pas dans des quelconques modèles. Mais il vous est possible, de par votre liberté, de continuer à chercher à l'extérieur. Alors, je pourrais répondre que tu peux le faire. Cela veut dire que tu auras besoin encore de chercher à l'extérieur la preuve de ta réalité Christique.

Question : quelle est la différence entre déposer ses problèmes aux pieds de Jésus ou auprès de la Source ?
Mais, chère fille, il n'y a aucune différence. Jésus est Christ, est Source, est origine. Il est fils du Père, image du Père. Quel que soit le nom que vous donniez (Christ, Source, Unité) il s'agit de la même chose, la même Essence que votre voile d'illusion de l'incarnation vous fait appréhender de manière différente. Quand vous fusionnerez ces différences (Christ, Jésus, Source, Unité) vous verrez l'Unité. Il n'y a pas d'opposition, c'est la même chose.

Question : la prière, de cœur à cœur, avec le Père permet d'atteindre cette Unité ?
La prière de cœur à cœur, telle que vous la formulez, est dualité. Cela signifie, cher Christ, que tu considères que le cœur du Père est en dehors de ton cœur et que tu mets là une distance entre ton cœur et le Père. Cela n'est pas Unité. Cela est encore combat de guerrier de Lumière. Il n'y a point de différence entre ton cœur et le cœur du Père. Il ne peut donc y avoir prière de cœur à cœur mais prière dans le cœur. Tant que tu mettras une distance entre l'objet de ta prière et toi-même il y aura dualité.

Question : donc s'adresser au Père, c'est s'adresser à une partie de nous-mêmes ?
Non pas une partie mais la totalité. Cela serait limitant.

Question : il est nécessaire d'utiliser des mots pour ancrer ça ?
Les mots ne sont que des mots. Il n'y a que quand ils deviennent Lumière, quand il y a identification aux mots, que ceux-ci prennent leur totale vibration. Tant que les mots sont prononcés ils sont extérieurs à l'Unité. Il n'y a que quand ils sont digérés qu'ils sont Unité. Toute prière, même dite avec le cœur, n'est que le pâle reflet de la réalité. Il n'y a que quand vous vivez les mots au niveau du cœur que se trouve un espace de résolution, que l'Unité se manifeste.

Maintenant, chers Christ, centrez-vous en votre Essence, centre-vous en votre être, oubliez les mots, revenez au cœur du centre. Rien n'existe d'autre que le centre immuable en vous, espace de résolution des opposés, là où maintenant, par la grâce du Père, je viens sceller la promesse. Recevez la Lumière et l'Unité. Soyez bénis pour qui vous êtes, soyez bénis pour votre divinité.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page