Autres Dimensions

Sois qui tu es

Accueil > MESSAGES A LIRE - > THÉRÈSE DE LISIEUX

THÉRÈSE DE LISIEUX

10 mars 2012

pdf

Frères et Sœurs en humanité, je rends Grâce pour votre Présence en cet espace. Je suis THERESE, l'une des Étoiles, dit-on, en résonance avec PROFONDEUR. Je suis à la jonction de l'élément Terre et de l'élément Eau, l'Eau qui féconde la Terre, l'Eau qui rentre dans les profondeurs de la Terre afin de la vivifier. Je suis aussi, pour l'avoir exprimé à de nombreuses reprises, la Voie de l'Enfance, de la Petitesse, celle qui envisage d'être une quantité négligeable et négligée, ici, non pas dans un quelconque paradoxe de vouloir disparaître mais parce que, très jeune, dans ma dernière incarnation, après une expérience particulière vécue dans mon enfance, j'ai saisi qu'il y avait deux mondes. Ce monde où il y avait des êtres, comme moi, des êtres à aimer plus ou moins, des êtres avec lesquels il y avait des liens de chair, de sang et puis il y avait la religion, quelque chose qui était mystérieux mais qui n'était pas visible. Pour un enfant, c'est très désagréable de ne pas avoir à voir quelque chose dont on parle tout le temps, dans sa famille. Dès l'instant où je vécus ma première rencontre avec cet autre monde, il m'apparut évident que ces deux mondes étaient séparés, quoi qu'en disent ceux qui officiaient dans les églises, quoi qu'en disent mes parents, mes frères, mes sœurs essentiellement, puisque mon frère est mort très jeune. Je n'ai jamais pu imaginer autre chose, et penser autre chose que, pour avoir accès à cet autre monde, il y avait comme un principe de vases communicants et que je ne pouvais être quoi que ce soit, ici, si je voulais, dans ma tête d'enfant, obtenir quelques faveurs de ce Ciel, afin, s'il était possible, de Vivre très vite ce Ciel. Comme je l'ai dit plus tard, avant de partir de ce côté-ci de là où je m'exprime, je disais que je passerais mon Ciel à faire du bien sur la Terre, à travers un certain nombre de signes. Beaucoup d'êtres humains ont pu concrétiser ces signes.

Depuis le début de ce jour, mes Sœurs vous parlent de ce Mariage Mystique, de cette Alliance Sacrée, de ce Sacrement Ultime à l'Unité, à la Vérité, au CHRIST, à l'Absolu. Mes Sœurs vous ont parlé, à la fois des conditions et des manifestations de cette Onde de Vie, en vous. Ma Sœur GEMMA vous a même donné, voilà peu de temps, des observations à maintenir, en quelque sorte, pour vivre l'Absolu, ce Mariage, épouser le CHRIST, épouser l'Absolu. L'Onde de Vie, comme cela a été énoncé par GEMMA, juste avant moi, est un mouvement ascendant qui vient, en quelque sorte, compléter un mouvement descendant. La descente de l'Esprit Saint, la descente de la Lumière a fécondé la Terre, a fécondé votre chair, dans ses recoins, je dirais, les plus intimes, là où se trouvaient, non pas seulement les derniers attachements à la personnalité mais bien toutes les choses qui sont, au niveau de l'humanité, inscrites dans une notion de péché (quelle que soit la religion, quelle que soit votre culture), là où se trouvent inscrits les doutes, là où se trouve inscrite, non pas des attachements mais l'appréhension Ultime, celle de la mort, bien sûr : la grande interrogation et la grande énigme. Aller dans ses profondeurs, c'est bien plus que d'accepter de voir, comme disait le Commandeur (ndr : O.M. AÏVANHOV), ses propres Ombres, de ne plus les mettre sous le tapis, de les voir. Aller dans les profondeurs, c'est au-delà de ça, c'est saisir que, dans l'Absolu, tout ce qui, au niveau du limité de la personne et de l'expérience de la chair, ici sur ce monde, peut apparaître comme blessure, comme manque, comme tragédie ou comme bonheur, tout cela participe de la même illusion, de la même chose que vous nommez et que je nomme avec vous, maintenant, éphémère. Tout ça n'a aucune tenue dans le temps ni dans l'Éternité.

La seule expérience que vous qualifieriez de mystique a eu la chance de se produire, en moi, dans l'âge de l'enfance et donc de laisser cette marque indélébile, ce besoin de redevenir le plus petit d'entre les humains ici, encore une fois, pour m'attirer des faveurs du CHRIST. Bien sûr, cela m'a consumée : je me suis consumée d'Amour, durant ma frêle vie, jusqu'à mourir, comme vous le savez peut-être, m'échapper de ce monde, extrêmement jeune.

Aujourd'hui, sur ce monde, à ce temps où vous êtes, vous n'avez plus à vous consumer d'Amour mais à Être l'Amour. C'est cette dernière étape dont vous ont parlé les Archanges, les Anciens, certaines de mes Sœurs. Cette dernière étape, si l'on peut l'appeler ainsi, n'est pas un aboutissement, elle est réellement un Couronnement qui vient mettre fin à toutes les illusions, même celles qui étaient enfouies, en tant que tabou, dans toutes vos profondeurs, inscrites dans la chair humaine, c'est-à-dire dans l'ADN, dans ce que vous appelez vos cerveaux les plus anciens. C'est donc quelque chose dont on ne peut échapper, bien malgré nous : cette notion de péché, cette notion de culpabilité, cette notion de faiblesse de la chair, de souillure. Même si, en définitive, tout cela n'est qu'une illusion, elle participe autant à l'illusion que la manifestation de la Joie. Vient un moment où, quand vous acceptez de rentrer dans vos profondeurs (non pas pour voir des ombres, tout aussi illusoires que ce que vous pouvez voir par ailleurs) : c'est le moment où vous capitulez, c'est le moment où vous rendez les armes, c'est le moment où vous redevenez comme un enfant et que vous dites, en quelque sorte : « que Ta Volonté se fasse et non la mienne ». C'est le moment où vous capitulez devant, à la fois, l'énormité et l'absurdité même de tout ce qui fait ce monde. Je vous le répète, que cette vie soit la plus heureuse, la plus simple ou la plus douloureuse, cela ne change strictement rien à la problématique de la Profondeur.

Le Mariage Mystique, aujourd'hui, vient vous féconder. Ce qui se marie n'est, en définitive, rien d'autre que vous-même : vous-même dans l'éphémère, laissant la place à vous-même dans l'Éternité. Ce moment remarquable qui vous est offert, parce que c'est l'un des Dons du Manteau de la Grâce, représente le Don d'Amour du CHRIST, le Don d'Amour de l'Absolu. Ce Don d'Amour, c'est à vous de vous en saisir, en totalité, comme une corde qui vous est apportée, en votre sein, au plus profond de tous les désarrois comme de toutes les joies. Aller jusqu'au plus profond, non pas pour y discerner ce qui est Ombre, ce qui est résistance, mais bien pour laisser le doute, l'appréhension, la peur, la peur de cette chair périssable et la vaincre. Non pas par une quelconque volonté mais bien, comme cela a été dit et répété, par l'action, à la fois, de la Lumière, de son Intelligence et surtout, dorénavant, l'action du Manteau Bleu de la Grâce. Parce qu'à ce moment-là, vous vivrez, réellement, cet Absolu. Vous constaterez qu'il y a, en vous, un état différent de tout ce qui a pu être expérimenté. Vous constaterez que tout ce qui avait du poids, du corps, de la densité, n'existe plus pour vous : vous rentrez dans des sphères de légèreté et cette légèreté n'est pas simplement de la Joie, ni simplement un état de béatitude. C'est bien plus que cela, et cela vous est offert. Il n'y a aucun barrage, il n'y a aucun obstacle, il n'y a rien entre vous et Cela : juste le doute. Ceci est bien au-delà des derniers attachements, puisque c'est l'Ultime attachement, non pas uniquement la peur de l'inconnu ou de la mort mais la peur de la Transcendance de cette chair périssable.

L'Ascension se déroule, pour vous qui êtes présents sur ce monde, dans ce monde, dans votre chair. Et c'est cette chair, nommée illusoire, qui doit se Transfigurer, qui doit Ascensionner, avec ou sans cette chair la plus épaisse. Toutefois, le Mariage Mystique vous fait découvrir un passage obligé qui est celui de vos propres profondeurs, qui n'est rien d'autre que la dernière mort. Ce que j'ai appelé la Porte Étroite, la Voie de l'Enfance, n'est rien d'autre, en quelque sorte, que cet Abandon total de tout ce qui a été trouvé, de tout ce qui a été vécu, de tout ce qui a été expérimenté. Vous n'avez rien à retenir. Vous saisir de la corde et se saisir de l'Absolu, c'est indiscutablement lâcher tout le reste. Et qui d'autre, mieux que l'enfant, peut réaliser cela : redevenir comme un enfant, abandonner toute velléité parce qu'il n'y a rien à conquérir. Abandonner toute expérience parce qu'il n'y a rien à expérimenter. Abandonner tout état parce que tous ces états ne sont que des transitions vers cet Ultime.

Alors l'Onde de Vie ayant rompu, en quelque sorte, les derniers doutes, les derniers attachements au-delà des attachements, va laisser émerger, en vous, depuis les zones les plus profondes, depuis le pied, depuis cette zone qualifiée de honteuse. Tout ce qui a trait au premier chakra (à la chair), au deuxième chakra (à tout ce qui a trait au pouvoir), vous éclate à la figure. Alors, bien sûr, quand on est une enfant comme moi, on est bien incapable de mettre des mots comme Jouissance, comme Extase et pourtant. Et pourtant, vous qui avez l'expérience, de par votre vie (de cette vie que vous avez menée ou que vous menez), c'est exactement cela. Mais cet indicible est bien plus que ce qui est vécu au sein de la limitation. Toucher les profondeurs, ce n'est pas descendre. Toucher les profondeurs, c'est s'appuyer sur tout pour être Tout, c'est n'être plus rien, brisant l'élan de la sève de Vie, brisant l'élan de l'Onde de Vie, cette Onde extatique qui remonte et qui vous parcourt, permutant, en quelque sorte, ce Canal de l'Éther, cette Voie Sacrée située le long de la colonne vertébrale et qui n'est plus ni derrière ni devant. Il n'y a plus d'avant. Il n'y a plus d'après. Il n'y a plus d'arrière. Il n'y a plus quoi que ce soit d'autre que cette Onde.

La Profondeur est certainement le dernier obstacle, parce que, bien sûr, la Lumière est toujours conçue (et surtout quand on est enfant), comme un idéal, comme une perfection, comme quelque chose inaccessible dans ce monde et qui, peut-être, sera accessible selon les actions menées. C'est ainsi que je l'avais compris enfant : toutes ces notions de doute, d'interdit, de péché, toutes ces notions limitantes, frustrantes n'existeraient plus une fois libérée de la chair, dans les bras du CHRIST. Alors bien sûr, malgré que cela soit des représentations, pour moi, cela m'a permis de mener à bien ma Petite Voie, cela m'a permis de vivre en toute sérénité le fait de quitter ce monde. Bien que, encore attachée, au sens profond, à ce qui restait de ma famille, à mes sœurs, au CHRIST, j'ai franchi ce pas, celui de dépasser cette peur, parce que dès l'instant où vous dépassez la peur, dès l'instant où vous dépassez ce choc où l'on vous dit, où vous sentez que vous allez disparaître, vous vous apercevez, à ce moment-là, que plus vous disparaissez, moins vous disparaissez, que plus tout s'éteint, plus tout s'allume et c'est seulement à ce moment-là que l'Onde de Vie peut effectivement vous saisir et vous ravir. La mort, à ce moment-là, n'est absolument pas, ni à redouter ni à projeter.

La disparition de l'éphémère, tout en conservant, pour l'instant, cette forme que vous avez, doit être, au contraire, beaucoup plus facile mais c'est le même sentiment, celui de ce doute, celui de cet ultime attachement à la chair, à ce qui est périssable, c'est cela que l'Onde de Vie vient accomplir. Alors, cela ne vous demande non pas une armure de guerrier, cela ne vous demande non pas de vous battre et non pas de vous débattre, cela vous demande simplement de passer au travers, quelle qu'en soit la façon. Cela vous demande simplement d'acquiescer à la Lumière, d'acquiescer à l'Absolu, d'acquiescer au CHRIST, quoi qu'il se manifeste dans votre conscience, quoi qu'il se manifeste dans ce corps, quoi qu'il se manifeste dans la personnalité ou même dans celui qui contemple la Lumière. Que risquer ? Que redouter ? L'Absolu est tout. Il est Amour. Il est Lumière. Ce monde ne l'est pas. Tous, en incarnation, que ce soit le pire des assassins, que ce soit la Voie de l'Enfance, que ce soit votre chemin qui est personnel, tous, sans aucune exception, je dis bien sans aucune exception, ont la même capacité de franchissement. Vous ne pouvez juger un chemin car ce chemin est personnel. Chaque chemin personnel est différent et tous les chemins, en définitive, ne peuvent que mener à l'Absolu et à l'Éternité.

Comprendre cela, c'est accepter même ses propres doutes, non pas pour leur donner plus de poids, plus de réalité, non pas pour s'y attacher mais, bien plus, pour les voir pour ce qu'ils sont : des choses qui passent. Comme vous l'ont dit mes Sœurs, une pensée peut passer. Alors quand vous priez, quand vous méditez, vous pouvez avoir des pensées saines, plus de pensées ou beaucoup de pensées, mais peu importe. Parce que si vous prenez, là-aussi, le temps de vous poser, même dans la contemplation de la Lumière (dans ce que nos Frères et Sœurs appellent le Soi, comme les Archanges), alors, dans le Soi Lumière, comme dans le Je-Ombre, il y a une Transcendance. Il y a une Transcendance dès l'instant où tout sens de tout Je, de tout plaisir ou de tout déplaisir vous fait non pas réfléchir mais saisir, en quelque sorte, son absurdité même car nous le savons tous, sur ce monde, aucun plaisir n'est éternel, aucun déplaisir n'est éternel, aucune vie n'est éternelle : tout passe par des cycles, tout passe par des expériences. Alors quelle expérience peut altérer, réellement, cet autre monde qui est parfait, qui est l'Amour, la Grâce, qui est rempli d'Anges, d'Êtres de Lumière.

Dès cet instant, le Manteau Bleu de la Grâce va agir en vous. Parce qu'il va vous donner, non pas l'espoir ni l'espérance mais il va vous donner à vivre, réellement, à voir (intérieurement et en profondeur) l'absurdité, l'absurdité totale de tout ce qui n'est pas Amour. L'Amour n'est pas le doute. L'Amour n'est ni la souffrance ni le plaisir. L'Amour n'est pas la Joie. Il est bien plus que cela. L'Amour, c'est la nature même de ce que nous sommes tous, sans aucune exception, quand tous les Je du paraître, quand tous les Je auxquels nous tenons (ou rejetons) s'effacent, parce qu'ils apparaissent comme ce qu'ils sont, des absurdités. Mais cela ne les relèguent pas pour autant comme à rejeter, comme à écarter sur notre chemin de Lumière mais, bien plus, à comprendre que, finalement et en définitive, il n'y a ni chemin, ni Ombre, ni joie, ni peine parce que tout cela procède de l'éphémère. Cette soif d'Éternité, cette soif d'Unité, encore une fois, elle est, elle aussi, inscrite dans toute conscience, sans aucune exception, depuis la particule la plus élémentaire jusqu'à l'ensemble des Univers, des Multivers, des Dimensions. Ce principe est le même, immuable, inchangé, de toute Éternité, dans tout Créé et dans l'Incréé. C'est cela que nous sommes.

Alors bien sûr, aller dans les profondeurs, c'est ne pas aller vers la noirceur, c'est ne pas aller vers les enfers autres que celui dans lequel nous avons tous été enfermés, c'est aller à la rencontre de l'Absolu : Transcender le Soi, Transcender le Je-Ombre ou le Soi Lumière, aller vers cet indicible, vivre cet indicible, parce que dès qu'il y a rencontre, il ne peut plus y avoir perte, il ne peut plus y avoir séparation. Tout ce qui est vérifié et réalisé, à ce moment-là, vous place définitivement avec le CHRIST, c'est-à-dire « sur ce monde mais non pas de ce monde ». Les illusions disparaissent, il ne reste juste que la certitude de cet Absolu, que la certitude de cet Ineffable Extase. Tel est le Mariage Mystique. En avoir la conscience, même si cela n'est pas encore vécu par l'Onde de Vie, procure la certitude que, le moment venu, moment Ultime de ce monde, vous le vivrez. Alors effectivement, il n'y a rien à redouter. Seul ce que votre conscience peut projeter (que cela soit dans la personne comme dans celui qui contemple la Lumière), a le même jeu et le même rôle : vous distancier, quelque part, de votre nature et de votre Essence. Mais quand vous découvrez la Vérité, celle que l'Archange ANAËL nommait Vérité Absolue, vous ne pouvez être que l'Absolu. Vous ne pouvez être rien de ce qui passe, rien de ce qui naît, rien de ce qui trépasse, vous ne pouvez être rien de ce que vous croyez, de ce que vous définissez. Vous n'êtes aucune de vos projections. Vous n'êtes aucun temps, ni le passé ni le futur. Vous n'êtes aucun espace et surtout aucune forme.

Vivre l'Absolu vous donne à vivre l'absence de limites, même si la conscience est encore inscrite dans une forme, quelle qu'elle soit. Vous vivez la conscience que cela est un temps et que ce temps n'est pas l'Éternité, encore moins l'Absolu. Alors, à ce moment-là, comme vous l'ont dit déjà mes Sœurs, vous rencontrez la Paix, parce que vous êtes la Paix. Vous rencontrez la Félicité parce que vous êtes la Félicité. Vous êtes à la fois ce qui est en haut, ce qui est en bas : il n'y a pas de différence. Le Mariage Mystique est consommé. Il a consumé, en quelque sorte, par l'Eau de Vie, le Feu de votre Cœur. Vous êtes, à ce moment-là, ni le Feu, ni l'Eau, ni l'Air, ni la Terre. Vous êtes devenu l'Éther, ce qui sous-tend les mondes, les Dimensions, les manifestations, ce qui est présent de partout, absolument partout.

Le temps de la Grâce, le Manteau Bleu de la Grâce qui se déverse en vous, qui est vous, est en quelque sorte cette impulsion Ultime, cet Appel pressant de la Lumière à vivre enfin votre Nature et votre Essence, à ne plus vous intéresser simplement à ce qui est superficiel, aux activités de ce corps ou de vos pensées, même si, bien sûr, cela ne vous dispense pas, dans certains cas, de mener vos activités ordinaires. Quoi que la Lumière fasse, de toute façon, étant Absolue, rien ne peut altérer l'Absolu. Que vous puissiez faire ou que vous ne puissiez plus faire, la Lumière pourvoit à tout. Si vous saviez combien cette phrase, dans mon enfance, m'a surprise et combien de fois je me la suis répétée (dans les évangiles, quand le CHRIST disait) : « est-ce que l'oiseau se soucie de ce qu'il va manger demain ? » Et je me disais, même enfant : « mais l'oiseau n'est pas un humain, l'oiseau n'a pas construit tout ce que nous avons construit, nous, humains. Et donc l'oiseau serait, dans son insouciance, finalement plus proche de la Vérité ? Il serait la Vérité ? ». Bien longtemps, dès mon accès à ce que je suis, j'ai compris que cette phrase était la stricte Vérité. Bien sûr, certains peuvent vivre cette phrase par volonté de l'ego mais ce n'est pas de cela que je parle. Ce dont je parle est la Voie de l'Enfance, c'est-à-dire, qu'à ce moment-là, dans l'enfance, il y a l'insouciance, la spontanéité. Il y a ce qui n'a pas encore été rattrapé par les obscurités (ainsi nommées) de ce monde, par la chair, par les affections, par les blessures.

L'Onde de Vie fait de vous, ou fera de vous, des êtres de Vérité et d'Absolu, régénérés par leur propre nature. Rappelez-vous mes mots. Quelle que soit l'Onde de Vie qui vous parcourt, ou pas, vous le vivrez. Seul le doute peut le freiner mais ne peut pas l'éteindre parce que rien ne peut éteindre l'Absolu. Rien ne peut se substituer à Lui. Alors, ma façon de porter l'Onde de Vie, à vous, n'emploie pas de mots comme peut les employer ma Sœur GEMMA mais peu importe. Si vous pénétrez au-delà des mots, au-delà d'une compréhension, vous vivez l'Essence de ce que je vous dis, ou vous le vivrez. Il n'y a pas de temps. Ce qui se réalise, en ce moment même, sur la Terre, est l'Ascension de la Terre. Mais pour autant vous n'en connaissez pas la vérité ou la réalité dans l'agencement de ce temps illusoire où vous êtes. Nous vous avons toujours dit, et surtout les Anciens, que vous aviez œuvré pour alléger le fardeau du doute, de la souffrance, de l'épreuve. Aujourd'hui, vous êtes au stade où vous découvrez ou vivrez l'illusion même de l'épreuve, parce que beaucoup de choses ont été accomplies, et nous vous rendons grâce pour ce qui a été accompli. Mais aujourd'hui, l'Ascension de la Terre est réelle et effective. Alors l'ego, la personne, se posera toujours la question de savoir s'il va y avoir 3 jours, s'il va y avoir l'Appel de Marie. Mais quel plus bel Appel peut-il exister que celui du Don de la Grâce à vous-même, bien au-delà de Marie, bien au-delà du CHRIST, bien au-delà de notre présentation ? Si le Manteau Bleu de la Grâce (qui signe le Réveil de la Terre, son Éternité) peut éviter tout le reste, alors ainsi soit-il. Pourquoi vouloir imaginer, projeter, penser que tout cela va être difficile, que la Porte Étroite est une Porte difficile à franchir. Elle est difficile à franchir pour l'ego, pour la personne, avec tout ce qui l'encombre, toutes les illusions, toutes les Croyances, toutes les certitudes aussi. Mais l'Onde de Vie allège votre fardeau. Elle vient vous libérer de tout cela. Vous n'êtes pas le doute. Vous n'êtes aucun limité que ce soit. Soyez Simple. Soyez cette Enfance. Et le Royaume des Cieux sera le vôtre car il n'y pas d'autre Royaume, il n'y a pas d'autre Vérité. L'Onde de Vie que je vous transmets, à travers ces quelques mots, est aussi témoignage. Mais je rends témoignage de quoi ou de qui ? Simplement de vous, de chacun de nous, de ce que nous sommes, en Absolu. Voilà ce que l'Étoile PROFONDEUR avait à vous donner : une autre facette de vous-même, de ce prisme parfait, de cet Absolu total.

En général, je préfère accomplir mes miracles (comme je les nomme, plutôt, je dirais) à titre individuel. Quand une âme, un corps, quand un esprit ou quand une personne, sans aucune croyance, me prie, alors je réponds toujours par la rose. Cela vous le savez tous, pour ceux qui se sont intéressés à ma courte vie. Il n'y a pas de condition de croyance, il n'y a pas de condition quelconque. J'interviens dès l'instant où la Communion peut s'établir. Il n'y a aucune condition limitante dans la demande. Il y a juste celui qui est, en quelque sorte, le temps de sa demande, à redevenir comme un Enfant qui s'adresse à un autre Enfant, au-delà de tout préjugé, au-delà, même, de la demande elle-même, de sa satisfaction. Aujourd'hui, les Noces Mystiques, ces Noces de Lumière que vous vivez, vous amènent à vivre des états non ordinaires dans leur phase d'installation. Vous gardez le souvenir de vos délocalisations, de vos rêves (qui ne sont pas des rêves) mais aussi de ce qui peut parfois être des projections sur un idéal, sur ce que pourrait être l'Onde de Vie, ce en quoi elle va changer, de manière définitive, quelque chose. Toutes ces approches sont à la fois des encouragements et des doutes. Allez de plus en plus vers la Simplicité. Vous n'avez rien à revendiquer, car vous l'Êtes, de toute Éternité. Vous n'avez rien à demander, en fait, car vous êtes le Tout. Dès que vous approchez cet état de Grâce, aussitôt, vous êtes en Communion. Alors que cela soit avec une personnification de Thérèse, que cela soit avec une Étoile, que cela soit avec un Être de Lumière, illustre inconnu en ce monde, le principe est le même. Il n'y a que la parcelle limitée qui cherche à identifier, à nommer, à donner un nom sur une forme qui, en fait, n'a pas de forme. Cela est la logique humaine : il n'y a pas à la rejeter, il y a simplement à en être lucide, et vraiment saisir que vous n'êtes rien de tout cela.

Question: d'où vient l'impression, lors d'un rêve, de vivre réellement une autre vie ?
Ma Sœur, je pense que beaucoup d'Anciens, en particulier orientaux, expliqueraient beaucoup mieux que moi, cela. Jusqu'à présent, et de ce que j'ai compris aussi (et de mon vécu dans l'Absolu), ici, sur ce monde, vous avez la conscience ordinaire, celle qui réalise vos occupations les plus simples comme les plus complexes. Vous avez une conscience appelée de sommeil qui est, en fait, une absence de conscience. Vous n'êtes plus dans ce monde. Vous n'êtes plus cette personne. Où êtes-vous ? Et puis, dans ce sommeil, dans cette a-conscience, il y a des moments de rêve. Quand vous sortez du rêve, le matin, jusqu'à présent vous saviez que vous aviez rêvé. La particularité de ces temps, c'est que quel que soit ce rêve, vous ne savez plus quand vous rêvez. Est-ce que vous rêvez quand vous êtes éveillé ou est-ce que vous rêvez quand vous rêvez ? Je vous répondrais, dans les deux cas : « vous n'êtes ni l'un ni l'autre ». Donc, bien sûr, cela peut être déroutant pour l'ego, pour la personne, et même pour le Soi, parce qu'il y a un basculement, en quelque sorte. Qu'est-ce qui est réel ? Qu'est-ce qui est irréel ? Jusqu'à présent, le rêve apparaissait comme irréel et, pour certains d'entre vous, la façon de vous faire lâcher vos derniers doutes, c'est de rendre, en quelque sorte, vos rêves plus vivants que votre vie, pour vous apercevoir que l'un comme l'autre, en fait, ne sont qu'une illusion, qu'une projection. Ainsi agit l'Onde de la Grâce. Elle vous prépare. Bien sûr, il y a aussi des mécanismes de délocalisation. Alors bien sûr, quand vous revenez, le cerveau va vous donner des images. Par exemple, vous étiez en vaisseau : il va vous faire voir un bateau, un avion, une voiture. Vous rencontrez des êtres que vous connaissez, dans le vivant de ce monde, et vous les reconnaissez mais ce ne sont pas les mêmes. Bien sûr que ce ne sont pas les mêmes. Et ce ne sont pas des rêves, non plus, jusqu'au moment où vous garderez la continuité de la conscience. Il n'y aura plus d'alternance d'éveil, au sens de la conscience de veille, et de sommeil. Il n'y aura plus de différence entre le rêve et la réalité ordinaire, parce que toutes les deux sont la même illusion. Vous en serez lucide. C'est ça qui se prépare. Certains Frères et Sœurs appelés, je crois, primitifs, disent que ce monde touche à sa fin, que le temps du rêve prend fin et qu'en fait, le rêve était de croire à cette vie. Si tant est que ça ne soit pas un cauchemar. Mais même le plus beau des rêves n'est pas la Vérité.

Question: y a-t-il un travail à faire pour accompagner l'Ascension de la Terre?
Surtout ne rien accompagner. Surtout ne rien faire. Surtout ne rien vouloir. Parce que rien de ce qui peut être entrepris (par la personnalité, ou par le Soi) ne peut conduire à l'Absolu. Contentez-vous d'Être, de vivre ce que la Vie vous donne à vivre, dans l'éphémère, en étant conscient que vous n'êtes pas cela. En étant lucide sur tout ce que nous vous avons dit, depuis quelques semaines. Tout le reste s'établira de lui-même.

Nous n'avons plus de questionnement. Nous vous remercions.
Chers Frères et Sœurs en humanité, je n'ai rien d'autre à rajouter sur l'Onde de Vie. Je n'ai rien d'autre à rajouter sur la Profondeur. Je vous remercie de m'avoir permis de m'exprimer parmi vous, d'avoir vécu avec vous ce que certains d'entre vous, ici, déjà, vivent, en Vérité. Et je vous dis : non, vous ne rêvez pas. Non, vous ne projetez rien. Non, vous n'imaginez rien. Cela est la stricte Vérité de qui vous Êtes : cet Absolu, cet inqualifiable Amour. Vous êtes l'Onde de Vie et je vous serre, tous, sur mon Cœur qui est votre Cœur. À bientôt.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page