Autres Dimensions

Sois qui tu es

ANAËL

20 mai 2009

pdf

Le jugement est possible et même souhaitable quand vous êtes en face d'une personne car il permet de résoudre la dualité liée au jugement. Le jugement dont il est fait état quand il vous est demandé de ne pas juger est assimilable à cela. Quand vous serez 2 ou 3 réunis au nom du Christ et qu'à ce moment là vous parlez d'une tierce personne, là, vous êtes dans le jugement. Pourquoi ? Parce que, à ce moment là, la personne dont vous parlez, en bien comme en mal, n'a pas les moyens de comprendre la vibration qui lui arrive. Quand il est dit qu'une pensée peut tuer aussi sûrement que vos moyens physiques, cela est évident. À partir du moment où vous êtes deux et que vous vous exprimez sur une tierce personne, vous n'êtes plus dans la voie du Christ, tout simplement parce que vous émettez envers cette personne, qui n'est pas consciente de votre discussion et de vos mots, une pensée qui va venir la blesser au plus profond de son âme sans que celle-ci puisse savoir, ou répondre, ou réparer, ce qui a été fait. Ainsi le fait de ne pas juger ne s'exprime pas dans le fait de ne pas dire la vérité à une personne mais bien de parler d'une personne hors de sa présence. Ainsi, c'est ce comportement là qu'il vous faut changer de manière radicale afin de ne pas entrer en opposition au principe Christique. C'est cela que disait le Christ quand il vous demandait de ne pas juger, surtout pour des êtres conscients. J'entends par êtres conscients, des êtres dont la conscience est polarisée sur les mondes spirituels et dont la vibration de la conscience est déjà activée parce que, à ce moment là, votre puissance vibratoire est telle que si vous êtes deux réunis par la vibration, par votre confiance, par votre conscience et que vous exprimez une pensée sur une tierce personne, vous détruisez la tierce personne et vous détruisez l'anomalie, aussi sûrement que si vous la tuiez. Voilà ce que j'avais à vous dire par la notion de jugement. Et cela représente l'articulation par rapport à la notion même de la maladie. La maladie correspond à un déséquilibre. La 3ème dimension dissociée est un monde de déséquilibre où vous devez chercher en permanence l'équilibre. L'équilibre est dynamique. Il ne peut, en aucun cas, être stable, ce qui est le cas dans les dimensions immédiatement supérieures. Donc vous passez votre vie à chercher un équilibre c'est-à-dire à chercher l'Unité, tout en étant dans un monde de dualité. Les créateurs, les forces Métatroniques, les forces de précipitation dans la matière, qui vous ont conduit là où vous êtes dans cette dimension, ont néanmoins extrêmement bien fait les choses. Par le principe de similitude, existe dans la nature naturante, dans tous les règnes et les éléments de la nature, la solution à tous les problèmes concernant les anomalies et pathologies de vos corps. Que cela soit au niveau physique, au niveau éthérique et aux autres nivaux beaucoup plus subtiles. Les forces de la nature sont celles qui vont vous permettre, de manière indéfectible, de vous relier à votre Unité, aussi bien par le règne minéral que le règne végétal et le règne animal. L'appel aux forces d'autres dimensions par rapport à la guérison nécessite aussi que vous ayez intégré ce principe au sein de votre vie.

La nature est l'élément guérissant de votre propre nature. Ceci est essentiel à comprendre et, quand nous parlons de nature, nous ne parlons pas de produit transformé par l'homme mais des éléments même de la nature, puisés au sein même de la nature. Néanmoins, comprenez bien que pour chaque déséquilibre lié à votre dualité manifestée, la maladie n'étant rien d'autre que la perte transitoire de votre Unité. Si la perte en était définitive vous passeriez alors définitivement dans le monde unitaire, vous passeriez par la porte qui est appelée la mort. Néanmoins, la maladie est l'occasion qui vous est donnée de comprendre ce principe essentiel que toute force de guérison est une force agissante, de par la nature, au sein de la nature. Il n'existe pas de maladie, quel que soit son stade, qui ne puisse être guérie par les forces naturantes. Cette étape là est à intégrer. Alors, bien évidemment, vous parlez et vous vivez de plus en plus des forces guérissantes n'appartenant pas au monde de la nature de cette dimension mais ce que vous appelez les forces spirituelles. En définitive, l'archétype vibratoire le plus haut qui puisse vous mettre en rapport avec la tri-Unité est, bien évidemment, le triangle. Ainsi, nombre d'entre vous ont commencé à percevoir, depuis l'effusion Métatronique, ce que j'appellerais la civilisation des triangles. La civilisation des triangles appartient à ce que nous appelons la 24ème dimension et qui est donc, bien évidemment, supérieure, au niveau vibratoire, au niveau d'informations que nous pouvons délivrer. Néanmoins, les triangles se manifestant sont une qualité de radiation rappelant, par là même, la phrase du Christ : « quand vous serez 3 réunis en mon nom, je serai parmi vous ». C'est en cela que la notion de maladie rejoint la notion de jugement. Le jugement est un regard duel porté sur l'Unité. Rien de plus. La maladie est une manifestation de dualité au sein d'un organisme duel cherchant l'Unité. Ainsi, la maladie est jugement. La maladie est jugement porté de vous-même sur vous-même traduisant une anomalie. La seule façon d'oblitérer et de faire disparaître, transcender ce jugement est de faire appel, en proportion variable selon votre niveau de conscience, à la nature naturante ou aux forces spirituelles. La fonction triangulaire a la particularité essentielle de vous faire comprendre ce qu'on appelle la tri-Unité et le mystère le plus important lié à l'incarnation : le Dieu 3 en 1. Ceci est un principe indéfectible de la Lumière. Comme vous le savez, la Lumière est agencée dans les dimensions supérieures sous forme hexagonale ou géodésique. Il y a donc 6 côtés aux particules de Lumière c'est-à-dire qu'il y a un certain nombre de triangles qui constituent ces particules ce Lumière.

En retrouvant l'Unité au sein de votre déséquilibre duel de manifestation vous permettez la réparation. Ceci correspond à la compréhension du jugement et donc à la non acceptation du jugement, que ce jugement soit exprimé par rapport à vous-même ou par rapport à l'extérieur. Voici les causes premières des maladies. Bien évidemment, je sais que vous parlez de maladies karmiques, de maladies dont les origines sont multiples. Mais, en définitive, il s'agira toujours d'une violation de la tri-Unité. La violation de la tri-Unité participe tout simplement à ce que vous appelez, et nous appelons pour vous, le jugement. Ainsi, il vous est demandé de ne plus juger. Comprenez bien que la dualité n'est pas liée à un être faisant face à un autre être et lui disant ses 4 vérités, au sens où l'entendez, mais bien lié au fait énergétique, vibratoire et de conscience, de converser sur une personne non présente. Si vous êtes 2 ou 3 réunis en mon nom pour converser d'une autre personne, vous participez au jugement et à la maladie, la vôtre comme celle de l'autre. Voilà ce que j'avais à vous dire avant de vous donner des indications plus précises au fur et à mesure de cette journée permettant de vous engager dans la tri-Unité de guérison afin de permettre l'intervention efficiente de l'Archange Raphaël. La finalité de la guérison étant simplement de vous faire passer de l'étage dissocié de votre ego à l'étage du cœur. Il s'agit de ce qui a été appelé la porte étroite mais aussi de la naissance d'un nouveau corps spirituel appelé embryon Christique ou naissance de l'enfant intérieur. « Nul ne peut pénétrer le royaume des cieux s'il ne redevient comme un enfant », comme disait Christ. Vous devez, en conscience, redevenir comme un enfant. Redevenir comme un enfant veut dire, simplement, abandonner les préjugés, abandonner les jugements, vivre dans l'instant, vivre en communion avec l'ensemble de la création. L'ensemble de la création nous ramenant inexorablement à la nature à laquelle vous participez en ce monde. Avez-vous des interrogations par rapport à cela ?

Question : depuis son enfance on a eu de multiples occasions de juger au sens où vous l'entendez ...
Tout le monde le fait.

Question : ... alors, comment réparer cela ?
Passer de l'ego au cœur est une vérité qui implique le non jugement. Cela vous a été expliqué longuement par les mots et par les vibrations. Cela correspond aussi au passage de la tri-Unité à l'Unité mais intégrée, cette fois-ci. C'est le passage de l'ego au cœur. C'est le passage à la dimension de l'Amour. Bien évidemment, tout être humain, du fait du passage dans la dualité, et, ce, dès sa plus petite enfance, participe à cette dissociation et à cette dualité. Il vous est même impensable de ne plus émettre de pensées sur une autre personne, par les mots, en parlant d'elle avec une personne autre. Mais néanmoins cela participe de la dualité, de la dissociation et de la maladie. L'origine ultime des maladies, de toutes les maladies, vient uniquement de ce fait. Que cela soit vos maladies ou celles que vous avez générées chez l'autre ou amplifiées chez l'autre. Vous comprendrez cela quand vous commencerez à vivre les forces de guérison de l'archange Mikaël. Pour l'instant, ce qui est exprimé en mots ne sont que des idées et des concepts dont vous aurez l'occasion de vérifier, par vous-même, dans vos corps et dans le corps de l'autre, la réalité intrinsèque.

Question : comment faire lorsqu'on se retrouve dans cette situation. Fuir ? Se centrer dans le cœur ?
Être dans son cœur, totalement, est bien évidemment de loin préférable mais le danger est aussi à ce niveau. À partir du moment où vous êtes dans le cœur (et votre mental toujours présent, bien évidemment, du fait même de votre incarnation), à partir du moment où vous êtes reliés aux dimensions supérieures par les vibrations de vos centres (de vos lampes comme nous les appelons), si, à ce moment là, étant dans cet état vibratoire de communion, vous êtes réunis à 2 et donc en paroles, en effusion, en réalité, par la dimension Christique et qu'à ce moment là vous émettez des pensées ou des jugements par rapport à des personnes non présentes, vous retombez instantanément dans la dualité et vous éloignez, vous-même, comme l'autre, de sa propre Divinité. Bien évidemment, être dans le cœur est une charge et une responsabilité et cela est une joie, bien sûr. Mais vous devez prendre conscience, impérativement, que les vibrations et les mots sont des énergies extrêmement puissantes, d'autant plus que votre niveau vibratoire est élevé. Le problème n'est pas le même à partir du moment où vous serez, pour certains d'entre vous, en 5ème dimension. Pourquoi ? Parce qu'à ce moment là les mots n'existent plus. La façon de communiquer est, comme vous l'appelez, même si ce n'est qu'un pâle reflet, la télépathie. Le problème c'est que la télépathie ne peut pas être enfermée dans des mots. La télépathie se propage dans toutes les directions et vous ne pourrez parler d'une personne sans que celle-ci en soit informée instantanément, dans la vibration, ce qui n'est pas le cas dans cette dimension. La réalité vient donc réellement, objectivement, principiellement de cette notion de jugement. Le jugement, encore une fois, ne consistant pas à dire à l'autre ce qu'il est, ou du moins ce qu'on pense qu'il est, mais de s'exprimer sur une troisième personne parce qu'à ce moment là, vous rentrez dans une dualité que je qualifierais de mortelle.

Question : quand on sait, on sent, ce genre de choses vis-à-vis de soi, comment réagir ?
Il convient, dans ce cas là, d'affirmer ce que vous ressentez, non pas comme une vérité mais comme une perception qui vous est propre. À ce moment là, vous engagez la notion de réparation parce que vous mettez l'autre (que cela soit vrai ou faux) face à une responsabilité nouvelle et transparente. Vous engagez le dialogue. Ce dialogue débouchera nécessairement sur la résolution de cet aspect duel. Vous engagez nécessairement le retour à l'Unité avec cette personne et vous engagez le retour à la dimension Christique.

Question : O.M. AÏVANHOV dit qu'il vaut mieux rester en silence dans ce genre de situation.
Tout à fait. Celui qui a compris et qui reste dans la dimension du cœur ne peut intervenir mais cela concerne les personnes au sein d'un groupe parlant d'une autre personne. Cette personne étant en paix avec elle, n'a pas, elle, à intervenir, puisqu'elle n'a pas dit quelque chose sur la dite personne, même si elle en est consciente.

Question : peut-on rééquilibrer cela en émettant de la Lumière ?
Le problème c'est qu'une fois que vous avez, par rapport à une personne, émis une pensée (positive ou négative, cela va dans les 2 sens) vous allez induire un mouvement d'énergie sur cette personne, par le fait même d'avoir porté votre conscience sur cette personne, avec une tierce personne. A ce moment là, vous pouvez réparer en émettant la Lumière et l'Amour mais cette pensée et cette émission de vibration sera colorée par ce que vous aurez dit précédemment. La notion de transparence, la notion de transcendance, oblige de réparer. La réparation doit avoir lieu, aussi, au niveau où se situe le déséquilibre. Ainsi le poison que vous représentez à travers vos mots est bien lié à cela et uniquement à cela. Ainsi se perpétuent des anomalies touchant 7 générations en retour. Il ne s'agit pas là d'une vue de l'Esprit mais d'une réalité vibratoire. Il y a des êtres qui, par réunion et sans être conscients de la dimension du cœur, par leurs paroles, vont induire une malédiction s'étendant sur 7 générations. Cette vérité qui vous est annoncée aujourd'hui est quelque chose de fondamental et de capital dans la compréhension de la dimension humaine en cette dimension et pour les dimensions futures.

Question : celui qui reçoit cela ne peut-il pas tout simplement renvoyer de l'Amour ?
Encore faut-il que celui-ci soit au courant. Encore faut-il que celui-ci perçoive, ainsi que je l'ai dit, l'origine de ce qui est induit. Il n'a aucun moyen, d'autant plus si lui-même est dans le cœur, de savoir l'origine de ce qui lui arrive.

Question : c'est une forme de cannibalisme énergétique ?
Le mot cannibale n'est pas adapté. Parler de cannibalisme veut dire manger. Il faut savoir qu'en terme énergétique ce n'est pas celui qui mange qui est gagnant, c'est celui qui est mangé. C'est un principe essentiel dont le Christ a participé en disant : « ceci est mon corps » en parlant du pain. C'était un symbole qui a été traduit, en particulier dans la religion catholique romaine, par l'hostie et qui est une image déformée de la réalité. Le mot cannibale ne correspond pas du tout puisque vous ne mangez pas l'autre parce que, si vous le mangiez, vous seriez dans l'Amour. Néanmoins, vous allez générer une vibration qui va venir s'impacter dans la faille de l'autre et vous allez donc la renforcer. Ceci est une réalité énergétique. Vous faites la même chose, aussi, par rapport à vous-même dans certains cas. Et donc la notion de jugement par rapport à vous-même conduit à votre propre maladie.

Question : si on est malade ça veut dire qu'au moins deux autres personnes ...
Non. J'ai bien précisé que parfois le jugement s'exerçait par rapport à vous-même. Toutes les maladies que vous avez ne viennent pas des autres. La plupart viennent de vous-mêmes.

Question : comment arrêter une pensée de la sorte qui arrive, même seule ?
Ce que tu exprimes est de demander comment calmer les pensées et le mental, cela n'a rien à voir avec le principe générant la maladie chez l'autre. Dans ce cas là, tu te génères la maladie en toi-même. La pensée de jugement que vous émettez, en vous-même, par rapport à quelqu'un d'autre, ne concerne que vous-même et votre propre dualité. A ce moment là c'est à vous-même que vous faites du mal et non pas à l'autre. C'est à partir du moment où vous extériorisez cette pensée avec une autre personne que vous allez générer une vibration entraînant le déséquilibre et la pathologie. C'est inéluctable.

Question : sauf si la personne est présente ?
A ce moment là, vous règlerez un problème, effectivement, au sein de la conscience de la personne présente à ce moment là. Et, là, il y a un espace de résolution. À partir du moment où vous êtes 3 pour évoquer un problème, Christ se manifestera nécessairement. Si la personne n'est pas présente c'est le Diable qui se manifeste.

Question : comment une personne peut dépasser une atteinte sur 7 générations ?
Cela nécessite et implique au niveau de l‘âme souffrant de cette pathologie depuis plusieurs générations de transcender, dans son cœur, cette pathologie. Cela nécessite ce que vous appelez vulgairement une prise de conscience surtout pour des phénomènes générationnels physiques et non pas organiques comme certaines maladies héréditaires.

Question : dans toute prise de conscience n'y a-t-il pas un risque d'intervention du mental ?
Bien sûr. Mais cela fait partie du chemin. Cela rejoint, à ce moment là, la guérison liée aux forces spirituelles. Néanmoins, même pour ce genre de pathologie, il existe des solutions dans la nature. Il me semble qu'un certain nombre d'entités, appelées Hayoth Ha Kodesh, vous donnent des informations extrêmement précises et vous vous apercevez que des fois les processus de guérison font appel à un processus de la nature naturante. Vous avez, ici, certaines personnes qui ont vécu ce processus. Ils ont pu constater l'effet de l'énergie de guérison liée à ce qui était demandé. Il s'agit donc d'une réparation vécue au sein de cette dimension. Ce qui n'exclut pas l'intervention de dimensions supérieures, bien évidemment. Souvent, par ailleurs, vous avez une conjonction de la nature naturante avec les forces spirituelles, en certains lieux. Par exemple dans ce que vous appelez arbres maîtres. Par exemple dans ce que nous appelons source sacrée. Les exemples peuvent être multipliés à l'infini, même par rapport à des minéraux ou des lieux vibratoires où se trouvent des nœuds de communication entre les forces de la nature naturante et les forces spirituelles. Ce sont des points de réunion multi-dimensionnelle. Ce que vous appelleriez, au niveau de votre conscience humaine, mais là au niveau de la conscience naturelle (minérale, végétale ou animale) des portails inter-dimensionnels.

Question : comment un thérapeute, en contact avec les souffrances des autres, peut se dégager de ces influences ou s'en guérir au besoin ?
Cela est un problème à la fois simple et à la fois complexe. À partir du moment où vous écoutez la plainte de l'autre et que cela est votre rôle en tant que thérapeute, médecin ou toute personne intervenant dans l'accompagnement de l'autre, vous prenez nécessairement une part de cette souffrance. Il existe d'ailleurs une mise en relation, à ce moment là, qui est un transcendance que vous ne pouvez percevoir qui est liée à l'aide à l'autre, qui est liée à l'Amour entre les deux êtres, même si cette relation est conflictuelle, même si cette relation fait partie de thérapies lourdes dissociées de la nature naturante et dissociée des forces spirituelles elles-mêmes. Néanmoins, il existe toujours, à travers cette mise en relation, une notion d'acte magique se passant au-delà des mots et au-delà des techniques employées. Les êtres qui sont thérapeutes sont, dans une certaine mesure, non pas protégés, mais immunisés par rapport à ce retour. Néanmoins, il existe des êtres ayant des zones de fragilité liées même au concept de la maladie. Elles ont à vivre, à ce niveau là, un apprentissage et une expérience qui doit s'arrêter un jour. Rares sont les thérapeutes ou les accompagnants ayant une fonction réelle d'accompagnement, une fonction réelle de thérapie, surtout quand ils sont engagés au niveau de leur conscience, qui puissent tenir durant toute leur vie, durant cet acte. Il faut bien comprendre que l'action d'être accompagnant et l'action d'être thérapeute correspond, en vrai et en vérité, à une réparation d'anomalies que vous avez commises dans une vie passée. Les thérapeutes sont donc ceux qui ont le plus à dépasser cette notion de dualité et, à travers la thérapie et l'accompagnement et l'aide qu'ils procurent aux autres, cela est la meilleure école de réparation. Ainsi, vous êtes au service pour réparer ce que vous avez fait. Il n'y a là aucune punition mais un juste retour de la rétribution. Néanmoins, à un moment donné, cela doit s'arrêter.

Question : pendant ce laps de temps, le corps peut être atteint ?
Oui. Systématiquement.

Question : comment gérer cela ?
Par l'arrêt et la compréhension de ce mécanisme. Si vous préférez, quelle que soit la dimension du thérapeute, même si celui-ci est directement relié aux forces de la nature naturante (et surtout s'il est relié aux forces de la nature) et encore plus aux forces spirituelles, le devoir de réparation prend toute sa signification et toute son importance. Néanmoins, et surtout dans ces cas là, il y a un seuil à ne pas dépasser.

Question : quand on est atteint soi-même d'une maladie est-il souhaitable de faire appel à un être comme Marie ou Christ ?
Il aurait été beaucoup plus logique de faire appel à la nature naturante mais cette connaissance est le plus souvent perdue, excepté pour certaines peuplades, certaines traditions que vous appelez chamaniques, qui ne sont plus tout à fait adaptées à ce que vous vivez aujourd'hui puisqu'il existe une interpénétration des forces naturantes et des forces spirituelles. La guérison implique aussi une participation active de celui qui est soumis à la maladie. La meilleure participation active est, effectivement, de faire appel à un thérapeute, effectivement, de faire appel à la nature naturante, effectivement, de faire appel aux forces spirituelles mais aussi à adopter une démarche de non jugement.

Question : peut-on aller sur un lieu sacré pour guérir ?
Les hauts lieux sacrés participent à la guérison de la planète. L'élévation vibratoire de la planète correspond aussi à une forme de guérison. Encore une fois, la Terre, aussi, passe dans sa sacralité, y'a pas que vous. Ce qui veut dire que tout est force de guérison dans ce qui se produit à l'heure actuelle. Que cette guérison signe un départ sans le corps, un départ avec le corps ou le fait de retourner pour un nouveau cycle. Ceci, et l'entièreté de ce qui se passe, correspond à un phénomène de guérison. Cela peut être sans pour autant être une règle qui se manifeste à chaque fois. Tout dépend de votre niveau de conscience. Tout dépend de votre capacité à être dans le non jugement, en particulier pour ces lieux dits spirituels. Mais vous ne pouvez vous priver à l‘heure actuelle de la nature naturante parce que, ce que vous vivez, la nature le vit. Le réveil de la conscience, par exemple des végétaux ou de l'eau, était quelque chose de tout à fait concret et réel. Vous pouvez établir une communication télépathique directe avec tous les éléments de la nature aussi bien dans le règne végétal, minéral qu'animal.

Question : qu'appelez-vous seuil ?
La notion de seuil est éminemment variable. Chaque être humain possède un seuil de résistance à la compassion, un seuil de résistance aux transferts d'énergie. Celui-ci est très variable selon les individus. Il n'y a pas de seuil commun à tous les thérapeutes.

Question : qu'appelez-vous nature naturante ?
La nature naturante étant une nature qui se génère elle-même et non pas une nature créée par l'homme. Là est toute la différence entre un paysage, une nature sauvage et une nature créée par l'homme. La nature créée par l'homme évoque la notion de beauté mais traduit une coupure par rapport à l'existence du lien cosmique existant dans la nature naturante. De la même façon, à partir du moment où vous cultivez la nature, vous coupez nécessairement la nature de sa dimension cosmique supérieure. Il vous faut réintégrer la dimension cosmique au sein de ce que vous cultivez.

Question : maladie signifie mal à dire ?
C'est exactement cela, le mal à dire, la maladie, consiste à dire ce qu'on est pas capable de dire face à la personne que l'on incrimine. À partir du moment où vous exprimez clairement quelque chose que vous ressentez, que cela soit juste ou faux, cela appelle une réaction de la part de celui qui est incriminé. De cette réaction sortira toujours l'Unité, quelles que soient les circonstances, qu'il y ait réunification des deux points de vue opposés ou séparation de chaque Unité et retour au sein de sa propre Unité c'est à dire interruption de la relation. Ainsi, vous rentrez dans une relation juste, authentique et conforme à la loi.

Question : et qu'en est-il des pathologiques qui guérissent spontanément ?
Ça correspond à la transcendance de la dite maladie. Il y a acceptation du principe de guérison, en conscience, en vérité et dans votre vécu. Vous le constatez au niveau des humains, aujourd'hui, d'une manière générale, même si ce n'est pas sur vous, des gens partent beaucoup plus vite qu'auparavant. Cela participe du même principe.

Question : qu'en est-il des maladies auto-immunes ?
Toute maladie possède son traitement (quelle que soit la maladie) au sein de la nature, par principe de similitude et par principe de conscience. Les maladies dites auto-immunes sont des maladies dirigées contre soi-même. Elles engagent donc des notions de non pardon par rapport à soi, par rapport à certaines situations.

Nous n'avons plus de questionnement. Nous vous remercions.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page