Autres Dimensions

Sois qui tu es

SNOW

29 juin 2010

pdf

Je suis Plume Blanche ou Snow. Recevez l'Amour d'une de vos Sœurs. Frères et Sœurs présents au sein de cette assemblée, je viens aujourd'hui, au-delà même de la quête à laquelle je vous ai conviés, exprimer un certain nombre d'éléments concernant la Terre et la nature. Les peuples natifs, le mien comme tant d'autres, ont toujours gardé présent, au sein de leur Conscience, la capacité à percevoir le Souffle de la vie ou Souffle du Grand Esprit. Nous somme restés près de la Terre par instinct et par intuition. Car nous avons toujours accepté que la Terre, au sein de notre vie dans ce corps était possible, d'une part, par la Terre et, d'autre part, par le Souffle de l'Esprit et le soleil. Nous n'avons jamais cherché autre chose que cette harmonie. Cette harmonie, certes, n'est pas, comme vous le savez, une Vérité absolue mais, quand même, au sein de la nature, les forces de Vie sont beaucoup plus facilement captables et assimilables par la Conscience. Aujourd'hui, la majorité des êtres humains est coupé du Souffle du Grand Esprit au sein de la nature par ses modes de vie, par sa façon même d'envisager la Vie. L'argent a posé, entre les hommes, une barrière et je m'explique : au sein de ma tribu, comme au sein de toutes les tribus et les peuples natifs, quand vous souhaitiez ou désiriez quelque chose que vous n'aviez pas, il vous fallait proposer autre chose à la place. La grande différence, par rapport à ce que vous appelez l'achat ou le commerce et toute la différence est là, et elle est majeure. Bien évidemment, je ne parlerai pas de ce que je n'ai pas connu, que vous avez appelé en plus finances, illusion sur illusion. Ainsi donc, quand un être de mon peuple voulait quelque chose, il devait donner, à la place, autre chose. Cela a été appelé le troc, qui a tant été ridiculisé dans vos sociétés. Mais l'important n'est pas le troc en lui-même, c'était l'intention qui était derrière. À savoir que si je voulais, par exemple, cette belle parure, ce bel animal, il fallait que je fournisse quelque chose qui était à moi, quelque chose que je connaissais. Et donc il y avait, dans ce troc, une relation qui s'établissait entre deux êtres qui troquaient et échangeaient. La relation était donc directe. C'était un commerce équitable et surtout, plein de sens. Alors qu'aujourd'hui vous achetez et vous achetez avec quelque chose qui n'a pas été créé ou que vous ne possédez pas. L'objet que vous cédez, dans le troc, est quelque chose qui vous appartenait, que vous cédez contre un autre objet. Toutes les sociétés traditionnelles fonctionnent selon ce principe. Et voilà que l'occidental, depuis quelques centaines d'années, non content d'avoir créé, comme pour les religions, un intermédiaire dans la relation, a en plus donné à cet intermédiaire tous pouvoirs sur la relation. Vous avez donc perdu le vrai sens du mot commerce. Alors, bien sûr, ceux d'entres vous qui me répondraient que la valeur d'un tipi n'est pas la valeur d'un appartement, je répondrais certes, à vos yeux mais certainement pas aux nôtres. Et au nom de quoi la valeur que vous attribuez est plus réelle que celle que nous attribuons ? En fait, ce principe de simplification à tous les niveaux, tout s'est complexifié. La Vie est devenue quelque chose qui n'est pas naturel car il faut la gagner.

C'est à travers ces choses très simples, qui sont, pour les peuples natifs, tellement évidentes, que vous avez contribué, en quelque sorte, à maintenir et à développer des aspects de plus en plus abstraits. Au sein de cette abstraction, vous avez, vous semble-t-il, débarrassé un certain nombre d'obstacles. Au début où j'ai eu l'occasion de voir de mes yeux, au sein d'un autre canal, quand j'ai compris qu'au lieu d'ensemencer la Terre avec vos selles, vous utilisiez de l'eau propre, je n'ai pu le croire et pourtant, c'était la Vérité. Quel est l'être humain, au monde occidental, qui a conscience qu'il pollue l'eau plutôt que d'ensemencer la Terre, de cette façon ? Je pourrais multiplier les exemples à l'infini mais mon but n'est pas là.

Aujourd'hui, les choses sont profondément différentes par rapport à ce que j'ai vécu dans ma dernière vie. Simplement, il va vous falloir reprendre Conscience de la pulsation de la vie qui existe au sein de la nature car la nature sera assurément votre plus grande aide dans ce que vous êtes appelés à vivre. Avant le retour au sein de l'Unité, du Grand Esprit il vous faut, je dirais, d'urgence, ré apprivoiser la nature et vous ré apprivoiser vous-mêmes, vous reconnecter, dans tous les sens du terme, avec le pouls de la Terre, le pouls des végétaux, la vie des animaux. Comme vous le savez, de très grandes entités vous ont annoncé la phase que vous vivez comme une période de dissolution de tout ce qui n'est pas naturel, de tout ce qui est artificiel. Ainsi que des phrases très connues qui ont été prononcées par des personnes au sein du peuple natif, vous êtes arrivés à cette extrémité. Quand on vous disait que l'argent ne se mange pas, et nous étions fort nombreux à le dire, on nous regardait avec des yeux éberlués en nous disant que, on n'avait plus besoin d'avoir de nourriture sur soi car il suffisait de sortir un billet pour l'acheter. Nous avions vraiment beaucoup de mal à faire passer ce que nous vivions. Nous étions alors comme tous les autres peuples natifs : les sauvages qui s'opposent au progrès, à l'évolution. Dans sa démesure, l'homme occidental n'a jamais vu que ce n'était pas une évolution mais, bien plus, une involution et une dégradation profonde de sa Conscience même et de sa reliance et de sa guidance. Vous avez donc, vous tous, sans exception (et même au sein des peuples natifs, ensuite, par avidité, par commodité), coupé volontairement cette connexion à la nature, aux éléments. Or, dans la dissolution qui vient à vous, il ne restera que cela.

La nature est vie. La nature est bien plus proche de ce que vous appelez Dimension Supérieure que l'être humain. En commençant déjà par le règne minéral qui Vibre et qui permet la cohésion même et le maintien d'une certaine dose de Souffle du Grand Esprit, sans lequel tout ne serait que noirceur. La vie, au sein de la nature, est remplie des éléments, éléments qui, bien sûr, nous parlaient. Comprenez bien que ce dont je parle n'est pas lié à une vision que vous appelleriez de chamane, mais c'est bien au-delà. La nature, dans sa totalité, est signes et manifestations. Je vous dis cela car, dans ce que vous vivez maintenant, l'appui le plus merveilleux que vous puissiez trouver est, bien évidemment, vous-mêmes, dans votre Dimension Une, intérieure. Mais la nature est une grande aide pour cela. Vous y trouverez réconfort, réconciliation, apaisement, ce que jamais vos billets ou vos plastiques, ne pourront vous apporter.

Les événements de la Terre vont vous forcer à repenser, au sein même du peu de temps qu'il vous reste au sein de ce monde, votre relation à ce monde et à beaucoup de choses qu'il va vous falloir laisser pour trouver le Souffle du Grand Esprit et être en accord avec lui. Il existe des hommes insensés qui n'ont même pas compris qu'ils ne pouvaient pas vivre une génération sans nature. Que dis-je une génération ? Une dizaine d'années. Comme vous le savez, certains peuples abandonnent déjà la Terre : les abeilles, les dauphins, les baleines. Ils n'abandonnent pas la Terre pour se sauver, mais ils abandonnent la Terre pour aller vers la nouvelle Terre. Ils y sont déjà, pour ceux qui doivent y aller. Ils ont réalisé leur rêve. Ils ont échappé à l'illusion et à la souffrance.

Nous avons toujours dit, comme d'autres peuples, que la vie est un rêve qui est devenu un cauchemar. Il est en effet possible, il était en effet possible, même au sein de ce que je vis maintenant, au sein de ma Conscience, avec mes Sœurs, que ce monde était une illusion, mais une illusion qui avait été ordonnée, préparée, par laquelle la vie pouvait s'exprimer et se relier au Grand Esprit avant que l'Ombre n'arrive. La vie au sein de cette dimension peut être magique. Beaucoup de peuples, de frères des étoiles, vivent d'ailleurs, en totale liberté, en communion avec la nature, dans des mondes Unifiés.

Au sein de tous les peuples, il y a besoin de comprendre, ce qui est logique, mais le problème vient du fait que le besoin de comprendre est venu remplacer le besoin de vivre et la perception de la vie. N'ayant plus ce sens, le sens n'apparaît plus, la signification, encore moins. Il est donc nécessaire de faire intervenir supposition, analyse. J'interviens ce soir pour bien vous marquer sur ce qu'est le mental et ce qu'est l'empathie. Pour bien vous faire remarquer que l'occident, comme beaucoup de peuples natifs, malheureusement, ont choisi le mental, ce que vous appelez la raison, la logique. Et le drame, c'est que l'homme veut se saisir, avec le mental, de la vie et du sens profond de la vie. C'est une erreur funeste qui vous amène à vivre ce que j'appelle, moi, la déchirure et la soif perpétuelle. Vous savez ce mot : « pourquoi », « pourquoi », « pourquoi », « pourquoi », qui revient, plus ou moins consciemment, à longueur de journée, cette injonction tellement opposée à l'injonction de la vie qui est « Vie », « Vie », « Vie ». « Pourquoi » n'est pas la vie. « Pourquoi » est une construction, qui n'est pas vous et à laquelle vous êtes identifiés, tellement identifiés.

Certes, que cela soient mes Sœurs, que cela soient les Anciens, que cela soient les Archanges, nous débordons littéralement d'amour pour vous. Cela n'a rien d'exceptionnel, c'est normal. Et nous sommes attristés, je ne parle pas, pour vous, en particulier, dans cet espace, mais pour l'ensemble de l'humanité, de voir que toujours et toujours, même quand le sens de la vie s'installe, pour certains d'entre vous, à nouveau, dans votre Cœur, la tête continue : « pourquoi », « pourquoi », « pourquoi ». Est-ce que la vie demande pourquoi elle est en vie ? Est-ce que votre Cœur demande pourquoi il bat ? J'exprime, avec mes mots, certainement ce qu'ont dû exprimer des formes de Conscience bien au-delà de l'humain.

Vous allez découvrir qu'aujourd'hui, si vous voulez aller là où votre Cœur veut vous conduire, il va vous falloir redécouvrir, de toute urgence, ce qu'est la simplicité. La simplicité ne veut pas dire souffrance, elle veut dire Joie. La Joie ne peut s'installer que si vous êtes simples. Déjà en accord avec vous mêmes, non pas avec la tête qui dit « pourquoi », « pourquoi », « pourquoi » mais avec le Souffle, ce Feu qui est en vous. Car absolument tout y est, tout, sans exception. Un des grands initiés, appartenant plus à l'occident qu'aux peuples natifs, est venu vous voir. Il n'avait pas besoin de venir nous voir, nous, car son message, nous le connaissions depuis le début des temps. Il est venu vous rappeler, essayer du moins de vous rappeler, il vous a dit qu'il vous fallait redevenir tel des enfants, émerveillés par la vie, qui ne se soucie ni de demain ni d'autre chose que ce qu'il vit, dans l'instant où il le vit. Mais, bien sûr, le monde vous a emmenés dans des concepts. Gagner sa vie. Comme si on pouvait gagner sa vie, puisque la vie, est, de toute façon. Elle n'a pas besoin d'être gagnée. Ça fait partie de croyances qui falsifient encore plus le peu de vie qui est restée au sein de ce monde. Il a fallu, à ce moment là, vous prémunir, puisqu'il fallait gagner sa vie, de la maladie, de la vieillesse et même de la mort, jusqu'à en ignorer le sens et la fonction. Jusqu'à considérer que la mort ne vous concernait pas, que c'était quelque chose de tellement lointain qu'il était indécent d'en parler ou de l'évoquer. On vous a donc fait pénétrer, avec votre acquiescement, dans des strates beaucoup plus lourdes, même, que le piège initial. Et vous avez acquiescé. Nous avons acquiescé. Acquiescé à l'illusion, acquiescé à une plus grande fausseté, à tel point que certains ont dit que l'homme était un loup pour l'homme, et c'est la Vérité.

Alors, oui, la nature, contre vents et marées, vit et poursuit son rôle. L'être humain, parmi les plus stupides d'entre eux, ont même pensé supprimer la nature, supprimer les arbres, supprimer la vie. Il n'y en avait plus que pour ce mot : business. Et après, business est devenu business as usual (le business est la vie), alors que c'est l'anti-vie. Les relations entre les êtres sont devenues plates, non imprégnées de vie. En effet, échanger un animal contre un pull, c'est échanger une partie de soi. Acheter avec une pièce, est anonyme. Comme vous dites, l'argent n'a pas d'odeur. Le pull et l'animal ont une odeur. L'odeur de celui qui l'a fait, de celui qui l'a nourri, qui s'y est investi. Et surtout, il n'y a pas d'intermédiaire. Ce qui nous a le plus choqués, à la venue de l'homme blanc, c'est ce besoin de se rassurer, par des rites, par des églises, je crois, par des temples. Comme si l'être était devenu tellement impur, qu'il lui fallait un être soi disant pur (mais, le plus souvent, encore plus impur que lui-même) pour entrer en contact avec le Grand Esprit. Mais le Grand Esprit est partout. Il ne peut être enfermé nulle part.

Alors, oui, la nature vous restitue à ce que vous êtes, au sein de cette dimension, falsifiée ou pas. Elle vous restitue à la Vérité. La nature est un ennemi, ainsi vous l'a-t-on appris, ainsi l'avez-vous cru. La nature ne fera, maintenant, que rendre ce dont l'humanité l'a affublée. La nature, dans les temps qui vous restent, deviendra de plus en plus votre sauf-conduit, votre moyen de subvenir à tous vos besoins. Il est différent de retourner dans la nature et au sein de la nature, de son plein gré, que d'attendre d'y être contraint. La nature s'ouvre à vous, si vous vous ouvrez à elle. Elle est paix, si vous êtes paix. Elle est violence, si vous êtes violence. Il n'y a aucune punition là dedans. Il y a juste une résonnance, juste une évidence. Au sein de la nature, il n'y a pas de pourquoi. Il y a juste évidence et l'acceptation du Souffle de l'Esprit qui y est. La Terre est vivante et la Terre n'a pas à accepter, et d'ailleurs, elle ne l'accepte pas, la vision déformée de la vie. La Terre va se libérer, elle accouche. Elle va se libérer d'un certain nombre de forces qui l'ont contrainte à rester. Et si elle y est restée ce n'est pas pour elle, mais pour vous, pour nous.

Croyez-vous que depuis tant et tant de temps la Terre n'ait pas les moyens de se libérer de tout parasite, de toute vie, à sa surface ? Elle ne l'a pas fait, pour vous. Elle a respecté vos vies jusqu'à un certain stade, jusqu'au moment où le Grand Esprit est venu, voilà presque 30 ans, et lui a dit : « maintenant, c'est l'heure, tu dois te libérer ». La Terre a bien répondu au Grand Esprit : « mais je supporte nombre de Consciences et de vie, je ne peux pas, comme ça, changer ». Alors, le Grand Esprit a dit à la Terre : « je te laisse vivre encore, le temps que certains hommes se réveillent, que certains hommes acceptent de revivre la vraie vie ». Et la Terre a patienté, patiemment. Elle a supporté de voir la nature défigurée. Elle a supporté de voir son éther pollué par des ondes contraires à la vie. Elle a supporté tout ça, pour vous, et uniquement pour vous. Ce que je vous dis est stricte Vérité. Qui rend grâce à la Terre, qui remercie la Terre d'avoir attendu ? Qui se rend compte de cela ? Les peuples natifs, certains Gardiens et Gardiennes de la sagesse. Pas tous, certains.

Aujourd'hui, la Terre se libère et va se libérer, en totalité. Le moment est venu. Elle vous demande : « voulez-vous faire partie de la vie, de la nouvelle vie ? Voulez-vous rejoindre avec moi, l'Unité, les dimensions de la liberté ? Voulez-vous aller aussi sur d'autres planètes, en d'autres dimensions ? ».Pour cela, il faut changer. Pour cela, il faut arrêter : « pourquoi », « pourquoi », « pourquoi ». Et vivre. Vivre. Comme dans votre langage, vous pouvez le dire, savoir c'est s, apostrophe : avoir soi-même. Le savoir n'est pas la connaissance. La mère Terre donne. Elle donne sans distinction. Elle vous a tout donné, malgré la contrainte. Croyez-vous que la Terre a pu endurer tout ce qu'elle a enduré s'il n'y avait pas, en elle, un Amour immense pour l'ensemble des vies qu'elle nourrissait ?

Aujourd'hui les choses sont différentes car le moment est venu. Alors, votre quête, cette quête de vous-mêmes, vous la mènerez d'autant plus facilement que vous percevrez la vie de la nature, de la Terre. Parce que, rappelez-vous aussi que la Terre, dans ses aspects intimes, en son Cœur, il y a le cristal, la Source. Aujourd'hui, cette quête de vous-mêmes doit se vivre. Et vivre, c'est être en totalité immergé dans le Souffle de l'instant, dans le Souffle de la Vérité. Mais c'est à vous qu'il appartient de vivre l'expérience, d'en saisir la portée, non pas avec comprendre ou savoir, mais avec le Cœur. La Terre vous portera vers le monde nouveau. Elle connaît le chemin. Elle connaît la route. Là aussi, faites-lui confiance. Elle sait quel peuple elle doit emmener, en premier, dans la nouvelle dimension. Elle obéit à la vie, au Souffle. Ainsi, la quête que vous avez menée, au-delà du sens personnel, est une invitation à vous tourner vers la vraie valeur, qui est vie. Bien sûr, la tête va répondre, elle répondra toujours d'ailleurs : « je dois gagner ma vie, je dois payer ceci ou cela. Je dois ». Mais qui vous l'a dit ? Les lois. Quelles lois ? Celles de l'homme ou celles de la vie. La Société. Quelle société ? Une société qui parle de droit et qui ne vous en accorde aucun. Une société qui parle de liberté, alors que vous n'en avez aucune. Où est la liberté ? Est-ce qu'elle est dans le fait d'acheter ce que bon vous semble, ou est-ce qu'elle est dans le fait de vivre ?

Vous allez vivre bientôt un changement de conditions, un changement de vie, un changement de paradigme. La clé, bien sûr, en est le Cœur. Mais l'une des clés du Cœur est la nature. Alors, vous me répondrez : « je ne vis pas dans la nature ». Alors, je vous répondrai : « c'est que vous n'avez pas senti la vie ». Bien sûr, dès qu'on parle de nature, l'humain civilisé va comprendre : perte de beaucoup de choses, perte de la civilisation. Et si je vous disais que la Terre n'a que faire de vos sociétés, de vos civilisations. Elle a respecté la vie qui coule en vous et rien d'autre. La femme a toujours été bien plus proche de la nature que l'homme parce qu'inconsciemment elle sait ce qu'est la vie et porter la vie. Ce que fait la Terre.

Maintenant, il n'est plus temps de retourner en arrière et de vivre comme les peuples natifs, c'est beaucoup trop tard. Il est simplement temps d'accueillir, dans l'urgence, le Souffle de la vie, le Souffle et le battement de votre propre vie, que vous pourrez retrouver dans la nature. Adressez-vous à la Terre, non pas pour lui demander de guérir de ses plaies que les hommes lui ont infligées volontairement. Cela ne sert à rien. Mais simplement en lui disant que vous voulez l'entendre, en lui rendant grâce pour ce qu'elle est. La Terre va prendre une importance majeure, dès maintenant, car sa Conscience, à elle-aussi, change : elle se libère, comme vous. Les êtres qui se libèrent peuvent se comprendre plus facilement car ils vont dans le même sens, avec plus ou moins de résistances, plus ou moins de facilité, mais ils vont dans le même sens.

Le rêve de la Terre va devenir votre Vérité. Que vous soyez sur cette Terre ou ailleurs, après, vous vivrez dans le Cœur. Vous assimilerez le rôle de la Terre, malgré la falsification. La Terre, c'est aussi ce qu'il y a dans votre assiette car cela vient de la Terre, n'est-ce pas, même si l'homme a transformé cela ? Comme vous l'avait dit l'un des fils du Grand Esprit, vous êtes sur cette Terre, sur ce monde, plus précisément, mais vous n'êtes pas de ce monde. De même, la Terre n'est pas de ce monde. Elle a patienté. Elle a attendu patiemment l'opportunité de vivre ce qu'elle vit. Alors, oui, il faut rendre grâce au ciel, rendre grâce aux guides, aux grands êtres qui viennent vous voir, mais il faut rendre grâce, aussi, à la Terre. Elle n'a jamais été volontairement votre prison. Mais elle a toujours tout fait pour que les enfants de la Terre puissent trouver, en son sein, consolation et la vie. Certains êtres ont fait, de manière consciente, sciemment, ont consciemment détruit les arbres, les forêts, les océans, la vie au sein des végétaux, des animaux. Alors, il n'est pas question maintenant de développer une culpabilité qui ne servirait à rien. Il est simplement question de devenir lucide et conscient. Lucide et conscient, ne veut pas dire comprendre et savoir. Lucide et conscient, veut dire Être. Se tenir debout. S'allonger aussi, pour sentir la Terre. Lui demander de vous nourrir, corps, âme et Esprit. Voilà les mots du Cœur de Snow, l'une des étoiles. Voilà, mes frères et Sœurs, ce que j'avais à vous dire. J'ai été un peu longue. S'il est en vous des réponses à apporter et que je puisse les apporter, alors, je les apporterai de bon Cœur.

Question : comment me souvenir de mes rêves ?
Chère sœur, je suis même encore étonnée que vous sachiez ce qu'est le rêve, car comment voulez-vous rêver, en dormant enfermés. Tu veux rêver ? Alors, dors sans obstacles entre la Terre et le ciel et toi. Retrouve le sommeil, dehors. Baigne-toi dans les rayons de la lune. Recueille le rayon de vie de la Terre et alors tu parcourras l'espace du rêve. La plupart des rêves que vous vivez, enfermés dans vos maisons, sont bien fades, et ne traduisent qu'un tout petit filet de vie. Rêver est possible, alors, il faut être reconnecté au ciel et à la Terre. Pour cela il faut dormir sans une structure au-dessus de vous et au-dessous de vous. Et le rêve s'établira. Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de frères et de Sœurs ici qui aient pensé à dormir, comme cela s'appelle, à la belle étoile. Le rêve s'y trouve, puisqu'instantanément, à ce moment-là, la Conscience allant ailleurs, l'espace du rêve s'ouvre, chose qu'il ne peut faire, ou alors de manière fort altérée, dans un espace fermé.

Question : comment peut-on au mieux rendre grâce à la Terre pour ce qu'elle fait pour nous ?
Tu peux allumer un feu, tu peux chanter des louanges. Le plus simple est encore de lui donner les mots de ton Cœur. Et de vibrer pour elle au sein de ton Cœur, et de lui donner cette Vibration. Elle la prendra, elle l'accueillera. Simplement, très peu, au sein du monde occidental, y ont pensé.

Question : pour les Aborigènes d'Australie, le sang des règles des femmes est important ?
Oui. Au sein du sang des femmes, comme du sang de la Terre, se cache le mystère de la création. Certains nombres de traditions ont voulu vous faire croire que ce sang était impur, je crois, au sein de ce que vous appelez vos religions monothéistes. Bien évidemment, car toute la magie de la vie se cache au sein de ce sang. Mais ils savaient ce qu'ils faisaient, en vous privant de ce sang. À tel point que, maintenant, il ne viendrait à aucun être humain, à l'esprit, d'envisager ce sang comme pur et sacré. Certes, un certain nombre de pollutions peuvent s'évacuer au sein de ce sang, mais avant ces pollutions, le rôle sacré demeure. Au-delà des traditions ou religions monothéistes qui vous ont induits dans cette croyance, l'ensemble des peuples de la Terre, dits primitifs, savent et utilisent ce sang sacré. Cela est tellement loin, maintenant, de ce qui est acceptable par l'homme civilisé, qu'il n'est pas la peine d'aller plus loin.

Question : les chants amérindiens que j'ai entendus pendant votre intervention sont des chants d'hommage à la Terre en résonnance avec votre Vibration ?
En totalité. Aujourd'hui, je ne chanterai pas mais, bientôt, je vous chanterai le chant de la Terre. Car la Terre chante. Elle chante vraiment. De même que le cosmos chante, de même que les différentes radiations chantent, chacune, leur chant. De même qu'il existe un chant au sein de toutes les particules, la Terre, aussi, a un chant. Il s'agit donc, bien sûr, du chant de la Terre. Le cristal chante. Mais, pour entendre ce chant, il faut bien sûr être à l'écoute. Et être à l'écoute dans le Cœur, et donc dans le silence.

Question : Est-ce que les étoiles, entre elles, chantent
?Oui. De la même façon que les arbres communiquent entre eux par des rayons de Lumière et par des chants. La vie est chant. D'ailleurs, quand vous connectez le Grand Esprit, en vous, le son se fait entendre. Ce son est chant.

Question : dans la tradition amérindienne, que représente le loup blanc ?
Il est symbole, comme tout animal blanc, d'une grande pureté. Il est le symbole aussi du renouveau. Ainsi, quand un animal blanc apparaît (pour les Indiens, quand un vison blanc naît), il annonce de grands changements. Cela est la même chose, de toutes parts, sur la Terre, pour les peuples reliés. L'éléphant blanc, l'ours blanc, au sein des contrées où il n'existe pas, quand il apparaît, signe le renouveau. Le loup blanc est la liberté retrouvée.

Question : la lune est-elle une Conscience à part entière ou est-elle incluse dans la Conscience de la Terre ?
Ni l'un, ni l'autre. La lune n'est pas une création naturelle. La lune est un vaisseau créé de toutes pièces.

Question : dans quelle intention ?
De rappeler le flux et le reflux et les forces gravitationnelles.

Question : quel est son rôle exact dans la dynamique des rêves puisque vous préconisiez de dormir à la belle étoile, donc la plupart du temps sous la lune ou le rayonnement de la lune ?
Non, pas uniquement. Avant tout, sous le rayonnement des étoiles. Même si la lune peut, dans certains cas, et vous le savez, favoriser certaines visions, mais ces visions ne sont que des reflets. Il est d'ailleurs conseillé d'éviter les soirs de pleine lune pour dormir dehors. Choisissez plutôt, à la belle étoile, un ciel sans lune, où les étoiles sont les plus brillantes possibles.

Question : peut-on se procurer les chants de la Terre dont vous parliez tout à l'heure, sous forme d'enregistrement, est-ce que ça a déjà été fait ?
Cela a été fait, je dirais, à de très nombreux exemplaires. Selon les peuples indiens, les chants sont forts différents, car ils passent par un support pour chanter la Terre. Pour certains, ils chantent l'air. Pour d'autres, ils chantent l'eau ou les arbres. Certains chants, peuvent chanter la Terre, en totalité.Certaines tribus ont été plus axées sur le chant de la Terre, en direct, je dirais. Parmi eux, les Lakotas, mon peuple et, bien sûr, les Hopis. Au sein de ces peuples, il existe de très nombreux chants qui chantent la Terre, directement. Il vous appartient de vous faire votre propre expérience. Retenez quand même que, ce que vous allez entendre avec vos oreilles dans ce que vous appelez enregistrement, le plus authentique et le plu pur soit-il, ne vous retransmettra jamais la cérémonie de ce chant tel qu'il est pratiqué au sein de la nature. Mais c'est quand même une approche. Rendre grâce à la Terre, ainsi qu'il cela été demandé tout à l'heure, peut se faire en chantant, vous-même, ce chant spontané, celui qui sort de vous, par exemple, quand vous fredonnez de Joie.

Question : les couleurs de l'arc-en-ciel ont-elles une signification comme les chakras dans l'être humain ?
Quel rapport, quelle résonnance existe-t-il entre les chakras et l'arc-en-ciel, si ce n'est l'élément couleur. Mais la couleur de l'arc-en-ciel n'est pas la couleur d'un chakra.

Question : il y a un lien entre les couleurs de l'arc-en-ciel et des fonctions particulières de la Terre ?
Qui agiraient sur la Terre ? Non, absolument pas.

Question : j'ai participé à la création d'espaces de guérison. Quel est leur apport ?
L'apport de l'intention de celui qui le crée. Rien de plus. La Terre elle-même, sa nature, est guérissante. Pourquoi vouloir circonscrire ? Ce qui est important, c'est l'intention. La Terre a de nombreux espaces de guérison mais la Terre n'a pas besoin d'être guérie. C'est vous qui avez besoin d'être guéris. La Terre peut se guérir du jour au lendemain, sans aucune aide extérieure.

Question : dans votre tradition, la notion de sacrifice des animaux avait-elle une valeur particulière ? Si oui, laquelle ?
Le sacrifice d'un animal, comme d'un arbre, particulièrement au sein de mon peuple, était un acte mûrement réfléchi. Soit le sacrifice de l'animal est lié à un remerciement que nous offrons à la Terre pour la nourriture apportée. Il y a eu, certes, des tribus qui ont sacrifié des animaux dans d'autres buts. Mais, d'une manière générale, le seul sacrifice acceptable est celui qui permet de se nourrir.

Nous n'avons plus de questionnement, nous vous remercions.
Mes Frères et mes Sœurs, j'aurai peut-être l'occasion de revenir parmi vous. Quoi qu'il en soit, Snow vous transmet, maintenant, tout l'Amour qui est dans mon Cœur.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source : autresdimensions.info.


Haut de page